Nowakowskismes 6.6. Le Mur

illustration. par Nicolas Hamm

Imaginez un monde, une Terre, traversée par un Mur, infranchissable, divisant la Terre depuis des temps immémoriaux, et où la vie même des humains s’est organisée par le Mur. Êtes-vous prêts ? Oui ? Alors allons-y ! 
Le Mur était là depuis tant d’années que plus personne ne se rappelait de sa construction. Quand ? C’était dans des remps dépassant la mémoire des humains de ce temps. Plus personne ne pouvait plus également dire pourquoi et par qui il avait été construit. 
Le Mur leur faisait face, il bouchait l’horizon, il coupait tout, la vue, les sons, … rien de ce qui pouvait y avoir de l’autre côté n’entrait dans la réalité des humains qui se trouvaient de ce côté. 
D’ailleurs, leur réalité était le Mur. 
Les humains avaient appris à vivre avec lui. La lumière dépendait de lui, l’ombre tombait rapidement quand le soleil passait derrière, le froid, le chaud qu’il renvoyait après une longue journée d’ensoleillement ou d’intempéries. 
Certains avaient tenté de grimper mais toutes les tentative se soldèrent par de la douleur, des membres fracassés, des morts aussi. Ils avaient pris comme habitude de marquer d’un point de couleur là où l’un d’entre eux avaient échoué dans une tentative d’ascension. Les points pointillaient le Mur quand on marchait en  le longeant. 
Les humains avaient depuis longtemps cessé de s’interroger. Le Mur comme composantes de leur vie, empli de sa simplicité, avait atteint le stade de la banalité, de toile de fond de leurs existence à l’ombre du Mur. 
Certains d’entre eux se souvenaient de vieilles lectures. À l’abri du Mur, dans un refuge accolé au Mur, autour du feu qui projetait leurs ombres sur l’immensité du Mur, certains affirmaient que l’humanité avait toujours vécu avec le Mur. En fait que le Mur avait été toujours là. 
Des textes disparus que certains se racontaient, les passant de génération en génération, en déformant le contenu au passage des mots, parlaient d’une grande muraille élevée il y a des millénaires. Cette Grande muraille longue de milliers de milliers de kilomètres aurait été construite par un empereur voulant protéger son pays des envahisseurs. Cette Grande muraille aurait même été visible du ciel. Oui, il se racontait que dans un lointain passé, l’humanité avait réussi l’incroyable tour de force de créer des machines qui lui auraient permis de s’élever dans le ciel. 
D’autres, la nuit avançant, le feu commençant à s’éteindre, les ombres s’allongeant sur l’infini du mur, racontaient qu’à l’aube des temps, il y a si longtemps qu’on avait abandonné le compte des années, un vieil empire avait élevé un mur symbolique portant l’étrange nom de pomerium. Il était une limite symbolique et sacrée séparant la ville de son territoire alentour, un mur comme une frontière à la fois juridique et religieuse définissant la limite de l’autorité entre la les tribuns de la plèbe et le pouvoir militaire. Le pomerium était un mur symbolique de l’empire lui-même et fut même agrandi lorsque le pouvoir de l’empire se développa. 
Toutes ces histoires circulaient de bouches en bouches, de générations en générations, au gré des déplacements des groupes le long du Mur. 
Parce que l’humanité s’était structurée avec et par le Mur. Elle s’était organisée en groupes nomades qui se déplaçaient le long du Mur. De vieilles légendes affirmaient que, dans un monde de murs, il fallait longer le Mur en gardant la même main contre le Mur, et qu’ainsi, avançant, on en trouvait une sortie, une issue. D’autres vieilles légendes racontaient que les murs n’avaient pas toujours existé, mais que des maladies avaient poussé certains états à enfermer les populations chez elles, ou l’intérieur des frontières des pays. 
L’humanité ainsi dispersée en groupes nomades composés de plusieurs familles longeait alors le Mur, du matin au soir, hiver comme été, que le temps soit clément ou pas. Ces groupes nomades avançaient à la recherche de cette issue dans le Mur qui leur permettrait de passer de l’autre côté. Mais, depuis longtemps, plus personne ne savait ce qu’il y avait de l’autre côté, plus personne n’évoquait ce passage, voire même, les groupes espéraient certainement secrètement que cette issue n’existât pas. La vie de l’humanité s’était organisée comme cela, une stabilité en avait émergé, et tous savaient que cette stabilité apparente était mortelle pour la transgression, l’inconnu et la prise de risques. 
Le groupe composé d’environ trois familles, des jeunes enfants encore accrochés au sein de leur mère, des plus grands gambadant pas loin, et des adolescents trainant avec les adultes, ou poussant sur des chariots à bras les plus vieux trop fatigués d’avoir longé le mur une vie durant, avançait à quelques mètres du mur qui s’allongeait à l’infini sur leur côté droit. On était au printemps, l’hiver avait été rude, froid et humide. Le groupe n’avait perdu personne cette année. Ce n’était pas le cas pour les autres groupes croisés longeant le mur. Le printemps s’annonçait chaud, sec, et marcher dans la chaleur du mur promettait d’être éprouvant. 
La nature se réveillait, les herbes et les plantes grimpantes s’agrippaient au mur. Des coccinelles en ponctuaient bizarrement les anfractuosités et les fissures dues au temps et aux intempéries, des papillons et des oiseaux apportaient aussi quelques touches de couleur sur le fond gris du mur. 
Le groupe faisait partie de tous ces petits groupes d’humains, nomades, familiaux, tribaux qui longeaient le Mur depuis des générations. Ils marchaient tout le jour, s’installaient pour la nuit, et reprenaient leur marche au petit matin. La nuit, la chaleur du jour emmagasinée par le Mur garantissait un refuge aux groupes pelotonnés tout contre le matériau dont il était fait. 
L’humanité s’était ainsi réorganisée en ces groupes nomades cherchant cette ouverture hypothétique dans le Mur, sans même savoir vers quoi une telle ouverture les mènerait. La quête même finit par se dissoudre dans ce nomadisme issu du Mur. Certains groupes, lassés de marcher, avaient un jour décidé de ne plus marcher et avaient construit des villes adossées au Mur. Et pour se protéger, ils construisirent eux-mêmes d’autres murs pour se protéger de l’espace libre qui s’ouvrait face à eux, à l’opposé du Mur. Ils étaient plutôt pacifiques mais demandaient des droits de passage aux nomades passant par le territoire qu’ils s’étaient approprié. Là, dans ces villes accrochées au Mur, il était devenu une sorte de culte. On y racontait que l’humain n’avait cessé d’être un animal que le jour où le premier Mur apparut sur la Terre, qu’il avait apporté sa régularité, sa permanence, qu’il avait structuré la société des humains, qu’il avait permis l’émergence de ces petits espaces enclos de murs fils de grand Mur, et surtout qu’il protégeait ce monde parfait de l’au-delà menaçant, déraisonnable, informe, inconnu et dangereux !

Un soir, ils firent halte, dressèrent leur camp en accrochant une toile au Mur afin de faire un abri, un autre groupe s’approcha. Comme toujours dans ces situations, la peur et la méfiance les pétrifiaient. Qui étaient-il ? Quelles étaient leurs intentions ? Il fallait se tenir sur ses gardes. Ils vérifièrent que leurs quelques armes rudimentaires étaient à portée de mains. L’autre groupe monta son camp de la même manière, alluma un feu. Ils furent rassurer et chauffèrent leur repas. Ils restèrent ainsi à distance, sans autres signes que leurs ombres montant sur le Mur. Le plus ancien leur parla alors d’une histoire qui passait de génération en génération. Il parla d’un temps où l’humanité fut confrontée à une maladie. Elle se mit alors à installer des règles obligeant les humains à rester éloignés des autres humains pour éviter la contagion. Il parla de pays qui construisirent des murs pour se protéger, de la maladie, et aussi des autres humains qui affluaient pour fuir les guerres, les maladies, la pauvreté. Pour le vieux, la question qu’il se posait depuis des décennies, était : « de quel côté du Mur se trouvait-on ? » du côté de ceux qui avaient réussi à se protéger, ou du côté de ceux qui fuyaient, ou tout simplement, tout cela n’avait aucun sens !  
Le groupe continua sa marche sur la piste, toujours à quelques mètres du Mur. 
Le printemps avait passé, chaud et sec, puis l’été caniculaire, l’ombre du Mur avait été bénéfique, l’hiver arriva rapidement. Les petits avaient grandi, le plus vieux était mort après avoir raconté toutes ses histoires aux plus jeunes et avait été enterré au pied du Mur. Le Mur avait un statut divin. Sa base était là où les morts étaient enterrés, comme pour prolonger jusque dans la mort leur espoir de le franchir un jour. 
Ce matin-là, la brume avait envahi l’espace. Le Mur se perdait dans l’invisible qu’ils regardent vers le ciel ou devant eux. Le silence régnait dans le groupe et dans l’espace alentour. Ils avançaient, les autres groupes croisés les jours précédents avaient disparu. Ils avaient certainement marché plus rapidement qu’eux. Dans la pénombre du Mur et du brouillard de cette matinée, ou de cette soirée, ils ne savaient plus, apparut tout à coup un espace plus sombre à la base du Mur. Ils avancèrent encore et s’arrêtèrent devant ce qui semblait être l’entrée d’un tunnel creusé dans le Mur. Etaient-ils enfin arrivés au bout de leur quête ? Etaient-ils enfin arrivés devant le passage tant attendu, le passage vers l’autre côté dont tous les groupes parlaient et que tous cherchaient, le passage tant espéré qui les poussaient à mettre un pied devant l’autre, chaque jour. Le groupe était comme hypnotisé, le seul son qu’ils percevaient était la respiration des autres emplie de l’émotion d’avoir enfin trouvé ce qu’ils cherchaient depuis tant d’années. 
Ils avaient tellement souvent rêvé, imaginé, raconté ce qu’ils feraient lorsqu’ils trouveraient le passage. Dans les échanges au coeur de la nuit avec d’autres groupes, ils avaient répété les gestes à faire avant d’y pénétrer. Ils devaient laisser les chariots,  n’emmener avec eux que ce qu’ils pouvaient porter sans être encombrés, et laisser le reste sur place, ils n’en auraient plus besoin une fois de l’autre côté. 
Tout d’excitation contenue, ils firent un tas des affaires qu’ils choisirent d’abandonner de ce côté du Mur. Ils se regroupèrent et prirent leur respiration comme s’ils avaient à parcourir le passage en apnée. Ils entrèrent comme un seul homme dans un couloir dans lequel régnait un silence encore plus lourd. Il n’y avait aucune lumière, aucun d’eux n’avait pensé emmener une bougie pour s’éclairer alors ils avancèrent dans le nuit complète, blottis les uns contre les autres, les plus âgés tenant fermement la main des plus jeunes, respirations dans respirations, aveugles, avançant pas à pas guidés par la perception qu’ils avaient des parois du tunnel. 
Ils marchèrent longtemps. Combien de temps ? Aucun d’eux n’était capable d’estimer le temps qu’ils passèrent dans la nuit du passage. D’ailleurs aucun d’eux ne parlaient, ils avançaient dans ce qui semblait être droit devant eux. 
Pas question de s’arrêter, pas question de faire un pause, l’autre côté était là devant eux. 
Tout à coup, comme un phosphène s’installant dans leur champ de vision, une lueur leur apparut. D’abord, un point vacillant, puis un tache de lumière, puis une sortie vers la lumière, puis un passage vers la sortie, vers l’autre côté, enfin là. Ils avançaient se retenant de courir, se frottant les yeux pour chasser ce qu’ils espéraient ne pas être une hallucination. Ils voyait au delà de la porte, l’espace qui s’offrait à eux, leur quête de tant d’années, de tant de génération prenant fin. Ils s’approchèrent enfin de la sortie, la lumière les aveugla au moment de franchir, de se retrouver à l’air libre. 
Un après l’autre, ils recouvrèrent la vue, ils virent au loin l’espace, et là ,devant eux, ils virent le tas des affaires qu’ils avaient abandonnées pour entrer dans le passage. 
Même si un mur, n’importe quel mur, peut suggérer la liberté, appeler au départ, à l’aventure, à faire le mur. Ce Mur unilatère, ce mur de Moebius, ne fera lui que nous renvoyez à nous-même parce qu’un Mur construit pour séparer restera éternellement infranchissable, enfermant les enfermeurs dans un même enfer, celui de l’errance éternelle.

Revenons à notre temps.
Le Rideau de fer s’était déchiré il y a un peu plus de trente ans. L’Europe célébra alors partout sa réunification. Des images de liesse de la chute du Mur de Berlin tournaient en boucle sur tous les écrans de télévision. Etait-ce la liberté retrouvée ? Etait-ce la liberté de parler, d’écrire, de débattre, de critiquer, de voter, et surtout par la chute du Mur, le 9 novembre 1989 ? Était-ce une célébration de la liberté retrouvée de se déplacer, de réunir des familles, de voyager, d’émigrer, d’aller et venir comme bon nous semble ? Puis, un peu plus tard, avec l’espace Schengen, l’Union européenne poussa très loin l’abolition des frontières. Elle permit à ses citoyens de passer d’un pays à l’autre sans visa, donc sans contrôle gouvernemental. 
Mais, au fur et à mesure que l’Europe faisait disparaître certains de ses murs intérieurs, elle se mit à en ériger de nouveaux, plus hauts, plus sophistiqués, plus terribles, sur ses contours extérieurs. 
Le mur Est-Ouest fut remplacé par un mur Nord-Sud, plus long et plus haut que le Rideau de fer. Au tournant des années 2000, l’Europe commença à se refermer sur elle-même sujette à la peur, la peur économique, la peur politique, la peur culturelle, la peur sécuritaire, de l’étranger venu de Syrie, du Nigeria, de Chine, de Tunisie, du Bangladesh, d’Afghanistan, d’Erythrée, … En 2015, l’Europe finit par se barricader. Dans les enclaves espagnoles situées au nord du Maroc, la barrière métallique haute de six mètres érigée à la demande de l’Europe il y a dix-huit ans, pour un coût de 30 millions d’euros, fut relevée pour atteindre dix mètres, soit la taille d’un immeuble de trois étages. Malgré les promesses, la barrière resta parée de ce fil de fer barbelé serti de lames de rasoir qui dévorent la chair et les habits de ceux qui tentent de passer à travers. Chaque jour, de jeunes Marocains, Erythréens ou Soudanais se pansaient les mains ou les jambes, là où les barbelés avaient affreusement déchiré leur peau et leurs habits.
En Hongrie, en 2015, les autorités érigèrent un grillage de plus de trois mètres de haut, surmonté de barbelés, sur la quasi-totalité de la frontière. Mais à cette barrière facile à cisailler, les Hongrois ajoutèrent en 2016 un deuxième mur « intelligent », hérissé de barbelés, équipé de caméras infrarouges et de capteurs de chaleur et de mouvement. Cette double clôture longue de 175 km, ne s’interrompait que sur quelques dizaines de mètres du bout de rivière qui sépare du pays frontalier. Entre les deux grillages, distants d’environ sept mètres, une route avait été aménagée pour la circulation des véhicules de police transportant les 3 000 hommes et femmes chargés de surveiller la frontière.
En août 2021, la Pologne annonça la construction d’une barrière métallique de 2,5 mètres de haut sur 150 kilomètres le long de la frontière qui fait au total 400 km, suite à l’augmentation des entrées illégales d’immigrants depuis la Biélorussie. En octobre 2021, le parlement polonais valida le projet d’un coût estimé à 353 millions d’euros, sans apport de l’Union européenne. Le 14 novembre 2021, le ministère de l’intérieur de la Pologne annonça que le gouvernement polonais avait décidé de construire un mur de 180 km à la frontière avec la Biélorussie. En novembre 2021, au moins 11 réfugiés dont des enfants sont morts sur cette frontière. 
Enfin, pour continuer sur la route du pire, les autorités ukrainiennes ont affirmé qu’elles n’hésiteraient pas à tirer à balles réelles sur les exilés qui tenteraient de traverser la frontière la Biélorussie voisine ! 
Mieux que Trump, l’Europe s’était mise à construire des murs par peur de l’autre. L’Europe s’était mise à construire des murs qui divisent, opposent, agressent. L’Europe s’était mise à construire des murs qui lui procuraient cette toute puissance illusoire et mortifère face à ses malheureux fuyant la misère, la guerre, la faim. Cette lâcheté retardait la solution des conflits, annihilait la possibilité de l’échange de paroles et détruisait la plus élémentaire urbanité. L’Europe, comme tout bâtisseur de murs, était devenue un pollueur d’humanité ! 

Des militaires et policiers polonais surveillent la frontière avec le Bélarus, vendredi 12 novembre. (Irek Dorozanski/via REUTERS)

Des murs ! En ce début de siècle, un peu partout, se dressent de nouveaux murs. À Bagdad où des murs séparent des quartiers à majorité chiite et des quartiers peuplés principalement de sunnites ; en Cisjordanie avec la « security fence », une clôture de sécurité, longeant la « ligne verte », la frontière de 1967, construite en béton, haute de 8 à 9 mètres, avec alarme électrique, doublée par des fossés, des barbelés, et prévue sur plus de 700 kilomètres ; à Padoue où fut érigé un mur d’acier de 84 mètres de long sur 3 mètres de haut, sous protection policière, afin de séparer la ville « convenable » de la ville gangrenée par les soi-disant dealers ; au Botswana, comme hier à Cuincy (France) ou à Ustí nad Labem (République tchèque), et bien sûr aux USA, … Il existe même des murs immatériels au coeur monde numérique dont les portes nécessitent des codes et des autorisations pour être franchies… 
Le mur protège moins bien qu’il ne sépare. Le mur, c’est aussi une histoire de  brèches ou d’espoir de brèches. Il existera toujours des réponses plus sophistiquées et astucieuses pour tenter de le franchir et l’humanité en construira de plus hauts, de plus intelligents, de plus terribles, qu’elle cherchera toujours à franchir. Pourtant, on n’empêcha pas leur multiplication comme si les murs s’avéraient plus indestructibles symboliquement qu’ils n’étaient vulnérables matériellement. Le mur relevait de la crainte et du repli, s’enfermer afin de n’être pas exposé à l’Autre, qu’on ne comprenait pas et qu’on ne souhaitait pas rencontrer. Le mur exprimait alors l’incompréhension, la séparation, la ségrégation. Le Mur est une violence, un empêchement à la paix, comme en Irlande du Nord, où les peacelines marquaient cette frontière impossible. 

 

Pour finir, quelques mots de la bêtise mortifère ambiante. 
L’île papoue de Biak est un paradis d’eaux cristallines et de forêts inviolées… Son point faible ? Située à quelques kilomètres de l’équateur, sa position géographique la rend attractive pour y construire des bases de lancement de satellites. Les satellites géostationnaires se plaçant dans le plan de l’équateur, construire une Astro-base à proximité de l’équateur permet de minimiser les corrections de trajectoires et de bénéficier de l’effet de fronde maximal de la rotation de la Terre. 
Evidemment, construire une base spatiale détruira une grande partie de l’immense forêt protégée de l’île. Mais apparemment, ça ce n’est pas un problème. Même si les Papous vénèrent la nature et particulièrement les arbres. 
Mais l’idée du président indonésien est de faire co-développer cette future base de Biak avec une entreprise de lancement de fusées ou d’un Etat. Et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes puisque la Russie semble intéressée mais surtout Elon Musk est aussi très intéressé parce qu’il cherche un endroit à proximité de l’équateur pour installer une base pour SpaceX qu’on entourera de murs. Et ce n’est pas tout ! Elon Musk n’est pas seulement intéressé par Biak. Il vise également les mines de nickel de l’Indonésie. Le nickel est indispensable pour la fabrication des batteries des Tesla et l’Indonésie est le premier producteur mondial de nickel ! 

Ne sortons-nous pas d’une COP ?
N’avons-nous pas encore compris que ce qui va rendre la Terre invivable pour les humains, c’est la capitalisme, la bêtise, la cupidité et l’ignorance !  Apparemment toujours non ! « Avoir conscience du libre arbitre signifie avoir conscience, avant d’avoir choisi, d’avoir pu choisir autrement » a écrit un jour John Stuart Mill. 

 

Références et sources
https://www.liberation.fr/planete/2019/11/08/en-2019-l-europe-compte-ses-murs_1762467/
https://www.monde-diplomatique.fr/2006/10/PAQUOT/14047
https://www.humanite.fr/societe-mur-de-la-honte-270163 https://www.nytimes.com/2021/11/16/business/indonesia-spaceport-elon-musk.html 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-d-anthony-bellanger/histoires-du-monde-du-mercredi-17-novembre-2021
https://www.liberation.fr/international/europe/le-corps-dun-jeune-migrant-syrien-retrouve-mort-pres-de-la-frontiere-entre-pologne-et-belarus-20211113_GIUUWFLUG5EMXC2CPSLJJD477I/ https://www.infomigrants.net/fr/post/36619/lukraine-se-dit-prete-a-tirer-sur-des-migrants-qui-tenteraient-de-traverser-sa-frontiere-avec-la-bielorussie
Nous autres, Eugène Zamiatine 
La Terre creuse, François Schuiten et Luc Schuiten 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.6-23112021-11.06/ 

Nowakowskismes 6.5. Wie stoppen wir das?

illustration par Nicolas Hamm

Voici quelques chiffres révélateurs de l’impact du réchauffement climatique sur nos vies. Ces quelques chiffres sont pris parmi plus de 40 indicateurs donnés par The Lancet. Et comme toujours, ça se passe de commentaires… 

295 milliards, c’est le nombre d’heures de travail potentielles perdues dans le monde en 2020 à cause des vagues de chaleur 
345000 personnes âgées de plus de 65 ans sont mortes suite aux vagues de chaleur dans le monde en 2019. Un indicateur en hausse de 80% par rapport à 2000
569,6 millions de personnes habitent dans des zones susceptibles d’être immergées ou d’être frappées par davantage d’inondations ou de raz-de-marée à cause de l’élévation du niveau de la mer
178 milliards de dollars, c’est le coût global des destructions causées par les 242 événements climatiques extrêmes (feux de forêts, ouragans, inondations) enregistrés dans le monde en 2020 
4 millions, c’est le nombre de personnes dans le monde dont le décès, survenu en 2019, peut être imputé à l’exposition à la pollution de l’air ambiant
19% de la surface globale de la Terre a été soumise à une période d’extrême sécheresse en 2020. Jusqu’en 2010, ce pourcentage ne dépassait que rarement les 5%
2 milliards d’individus souffrent d’insécurité alimentaire dans le monde. Le réchauffement climatique y participe en réduisant le rendement des récoltes de maïs (6%), de soja (5,8%) ou de blé d’hiver (3%)par rapport à la période 1981-2010.
1 milliards de dollars c’est le montant médian des subventions publiques aux industries qui exploitent les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) dans 65 des pays le plus pollueurs de la planète 

Bonsoir à tous et à toutes bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises et de nos questions sans réponses. 

En effet, que faire face à l’inaction des pouvoirs publics ? Comment réussir la transition vers les énergies renouvelables ? Quelles incitations pratiques développer pour accompagner de telles mesures ? Comment lutter contre la force attractive du consumérisme capitaliste autrement qu’en invoquant des désastres potentiels ? Comment s’assurer que ces combats ne mobilisent pas que les mieux lotis ?
Tenter d’y répondre c’est aller bien au-delà de la simple décarbonation de l’économie, de la société ou d’une meilleure gestion des ressources naturelles. 
Y répondre c’est penser une transformation radicale des infrastructures de notre société contemporaine (les bâtiments, les transports, les réseaux électriques, le numérique,…). 
Y répondre doit avoir des des effets politiques. 
Y répondre doit conduire les vieilles nations industrialisées à régler leur dette climatique, non seulement en finançant la transition énergétique, mais en permettant aux pays en développement de sortir de la pauvreté avec moins d’impact environnemental. 
Parce que six ans après l’accord de Paris, qui fixe l’objectif de limiter le réchauffement climatique à + 1,5°C, les dirigeants du monde doivent toujours s’accorder sur un plan commun pour atteindre l’ambition de 2015 car, pour l’heure, les non actions et le déni actuels placent la planète sur une trajectoire de 2,7°C de réchauffement. Notons quand même qu’avant 2015, ce chiffre était de 3,7°C.  
En fait, chaque dixième de degré gagné ou perdu compte. Voici quelques conséquences sur la planète et l’humanité du réchauffement climatique si la température moyenne augmente de quelques dixièmes de degrés supplémentaires.
La totalité des récifs coralliens risque de disparaître si le réchauffement atteint les 2°C. En fait, chaque dixième de degré supplémentaire affecte 5 % de coraux en plus.
En Suisse, 90 % glaciers pourraient disparaître avec un réchauffement de 2 °C.
À chaque demi-degré supplémentaire, 10 millions d’habitants de plus sont confrontés à la montée des eaux.
420 millions de personnes supplémentaires sont menacées par des canicules extrêmes avec + 2°C.
Avec un réchauffement de +1,5°C, dans les villes, 350 millions d’habitants supplémentaires seront exposés aux pénuries d’eau. Avec + 2°C, ils seront 400 millions. A Phoenix Arizona, dix huit records ont été battus en 2020 dont celui de cent quarante jours au dessus de 38°C, un chiffre qui devrait plus que doubler d’ici 2060 ! En pleine journée, la température de la rue à Phoenix peut atteindre 80°C !
Nous allons vers une disparition de la banquise l’été en Arctique si la hausse des températures dépasse les 1,5 °C. Ceci aura des conséquences dramatiques pour les animaux vivant en Arctique. Les ours polaires, par exemple, sont incapables de se nourrir en l’absence de banquise. 
En 2020, une étude réalisée par deux chercheurs de l’université de l’Arizona sur 538 espèces dans 581 milieux naturels différents, concluait que la moitié des espèces pourrait s’éteindre dans leur milieu si les températures augmentaient de 2,5°C supplémentaires. Dans le cas d’un réchauffement de 2,9 °C, 95 % d’entre elles s’éteindraient. 
80 % de mammifères seront menacés en Australie si le réchauffement explose à + 4,5°C.
En Amazonie, 69 % des plantes sont menacées si le réchauffement atteint + 4,5°C.
Les projections les plus optimistes d’Action contre la faim prévoient que le taux de sous-alimentation en Afrique augmentera de 25 à 90 % d’ici à 2050.
Face à ces constats, les migrations climatiques seront inévitables. La Banque mondiale estime que jusqu’à 216 millions de personnes pourraient migrer d’ici à 2050 dans le monde : jusqu’à 86 millions en Afrique subsaharienne, 49 millions en Asie de l’Est et Pacifique, 40 millions en Asie du Sud, 19 millions en Afrique du Nord, 17 millions en Amérique latine et 5 millions en Europe de l’Est et Asie centrale.
Mais « si les pays commencent maintenant à réduire les gaz à effet de serre, les écarts en matière de développement, à restaurer les écosystèmes vitaux et aider les gens à s’adapter, la migration climatique pourrait être réduite d’environ 80 %, à 44 millions de personnes d’ici à 2050 ». 
Or, comme le montre le rapport annuel «Production Gap Report» du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), les projets des 15 principaux pays exportateurs de pétrole, de gaz et de charbon sont toujours incompatibles avec les objectifs climatiques fixés dans l’accord de Paris de 2015. Ce qu’on appelle l’écart de production, c’est-à-dire la différence entre les volumes de production de combustibles fossiles fixés avec ces objectifs et les volumes de production réels ou prévus, ne se réduit pas. Au contraire, l’écart de production s’élargira d’ici 2040 si des pays comme l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, l’Indonésie, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, les Emirats arabes unis, les États-Unis et la Grande-Bretagne maintiennent leurs niveaux de production. Les gouvernements de ces pays ont fait la preuve qu’ils investissent beaucoup plus dans de nouveaux projets d’extraction de combustibles fossiles que dans des énergies propres (renouvelables) et ce depuis des années. Dans son rapport annuel «World Energy Outlook», l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a confirmé il y a quelques jours, le 13 octobre 2021, que l’exploitation et l’utilisation de nouvelles réserves de pétrole, de gaz et de charbon doivent cesser immédiatement, dès aujourd’hui, si l’on veut atteindre les objectifs climatiques convenus à Paris. 
A l’échelle mondiale, un peu plus de 13000 milliards de dollars ont été mobilisés jusqu’à présent pour compenser les pertes liées à la pandémie. Mais seuls 380 milliards de dollars sont destinés à soutenir la transition vers une énergie propre. De plus, la rémunération moyenne des patrons du CAC-40 est passée de 3,8 millions d’euros en 2020 à 5,3 millions d’euros en 2021. Le salaire d’une star du football bien connue est de 40 millions d’euros par an, soit 110000 euros par jour ou 4500 euros par heure même en dormant ou encore de quoi payer, pendant 1 an, 1500 français au salaire moyen ! En comparaison, le budget annuel global du GIEC est de 6 millions d’euros. Ainsi le salaire de cette footballer correspond aux ressources de presque 7 années d’une institution qui comprend 195 états membres, coordonne le travail de centaines de scientifiques internationaux et assume une fonction essentielle dans la compréhension des causes et conséquences du réchauffement climatique. 
Que dire de plus. Que les priorités ne sont clairement pas là et qu’il existe de très nombreuses raisons non convaincantes pour repousser ou retarder l’abandon des combustibles fossiles. Déjà, un revirement de la politique climatique ne pourrait être obtenu que si les pays industrialisés riches et les «économies émergentes ambitieuses» ne continuaient pas à augmenter comme prévu leurs émissions de pétrole, de gaz et de charbon d’ici à 2030, mais les réduisaient radicalement. 
La réalité est qu’on cherche toujours à être dans un monde tel qu’il était et non tel qu’il devrait être ! 

Continuons notre exploration, et à poser la question comment pourrions-nous arrêter cela ? Dans une petite fausse fiction bien réelle.
Dans leurs bureaux du septième étage de l’Organisation mondiale de la météorologie, les experts du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) avaient curieusement tendance à omettre de mesurer l’empreinte carbone des dix premières entreprises de l’armement dans le monde. Dans les mêmes temps, la fondation Nobel ne se privait pas d’accorder au GIEC le prix Nobel de la Paix en 2007 pour un prix partagé avec Al Gore, celui qui n’a jamais ciblé le Pentagone qui consomme plus d’énergie que l’industrie civile aux Etats-Unis. Vouloir aborder les questions militaires c’était nécessairement avoir à faire à ces « vérités qui dérangent ». Alors comment allait le monde ? Certainement encore plus mal qu’hier ! Dans les bureaux climatisés, loin de la réalité de la vie de la majeure partie de l’humanité, les experts revenus à bord de leurs jets privés d’une COP qu’on avait cessé de compter, réunis en conclave, échangeaient : 

— Mais qu’est-ce qui a amené ce « déclin de la civilisation » ? demanda l’un d’entre eux. Pas seulement l’introduction de ce nouveau type d’armement dont vous avez parlé, […] » ?
— La promotion maximale des ventes d’armes impliquait une augmentation maximale des hostilités interhumaines. Toutes les sources qui sont à l’origine de ce phénomène ont été enregistrées ; parmi les plus fructueuses, je citerai le patriotisme, l’esprit de clocher, la xénophobie, l’ochlophobie, les différences raciales, linguistiques et religieuses, ainsi que le phénomène nommé « fossé des générations ». Il s’avéra possible, et même facile, d’accentuer ces tendances latentes, jusqu’au point où une unité d’armement intégré […] fut considérée si hautement désirable par la partie informée de la population que la perspective de voir un autre individu acquérir cet équipement théoriquement invulnérable devint une raison suffisante pour l’attaquer avant qu’il ne l’achète (…). Dans certaines régions, notamment en Californie et dans l’Etat de New York, l’incidence atteignit 70 %.
— Vous voulez dire que 70 % des riches qui furent assassinés le furent parce que leurs voisins avaient peur de les voir acheter cette arme ?
— Oui.

Ceux qui dirigeaient auraient préféré que cette conversation ne s’ébruite pas. 
Parce qu’il fallait vendre encore et encore. Le prochain contrat s’élevait à 60 milliards d’euros, des sous-marins militaires, pour pouvoir dégainer plus vite, pour pouvoir porter l’estocade avant les autres, quitte à tout cramer. 60 milliards qui faisaient baver un état se revendiquant la patrie des droits de l’homme. Mais peu importait puisque ces machines de mort, c’étaient des emplois, c’étaient de la compétitivité, c’était aussi la promesse de nouveaux marchés de mort. 
Comme si la situation elle-même ne suffisait pas. 
Pandémie, événements climatiques extrêmes, réchauffement galopant… aucun continent n’était à l’abri même si les super riches se faisaient construire des résidences bunkerisées dans des pays qui leur donnaient des chances de survivre plus longtemps, ou même si ces mêmes super riches après avoir contribué à détruire l’environnement envisageaient même de s’échapper vers l’espace, Mars, … 
Mais la réalité de ce monde étaient celle-ci. 
Alors que certains secteurs économiques étaient passés à l’arrêt total du fait des pandémies comme notamment le transport aérien et le tourisme, les industries de défense avaient continué à prospérer. La peur avait grandi, les murs pour se protéger des autres avaient quadrillé de plus en plus les continents, mais il y avait toujours plus des commandes à exécuter en raison de la durée accrue des programmes d’armements.
En effet, ce monde qui se précipitait à grands pas vers l’abime s’enorgueillissait de la bonne santé du marché des armes. En France, ce secteur pesait lourd dans l’économie nationale avec ses 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il représentait environ 4 % de l’emploi industriel français, un chiffre qui s’élevait, selon le Ministère de la défense, à 7% dans certaines régions.
Nous étions au lendemain de l’une de ces grands messes dans laquelle les représentants de la communauté internationale étaient venus pour tenter de limiter la consommation des énergies fossiles qui n’avait pas baissé. Ces réunions n’étaient que des festivals éhontés de déclarations contradictoires, de green washing, de discours convenus, le tout orchestré dans un ballet de jets privés promenant les super riches prompts à sortir leur carnet de chèque afin de d’acheter une bonne conscience planétaire.  
Tel le MIG 21 de Roger Hiorns, d’abord enterré puis ressuscité pour être exposé au MUDAM il y a de cela quelques années. Le monstre militaire était maintenu en vie, par les moteurs du monde, le gavant artificiellement des fluides lui permettant d’effrayer toujours, mais surtout d’enrichir, quel qu’en soit le coût planétaire, certains de ceux qui étaient réunis là.

 

photo exposition MUDAM – novembre 2021- Post capitalisme

Nombreux étaient ceux qui avaient tenté de s’opposer à cela en exposant la réalité de l’impact de cette industrie. Nous savions depuis longtemps qu’un avion de combat comme le Rafale consommait plus de 110 litres de carburant par minute. Nombreux d’entre ceux qui s’opposèrent à ça, disparurent quand ils diffusèrent les informations révélant que le Département de la Défense des États-Unis avait produit en 2017 des émissions de CO2 supérieures à celles d’un pays tel que la Suède soit 10 millions d’habitants. Et ça n’avait cessé d’augmenter, mais les chiffres avaient été soigneusement cachés par des campagnes de désinformation savamment orchestrées. 
Et ce n’était pas qu’une affaire des États Unis d’Amérique, d’autres pays n’étaient pas en reste. Selon un rapport paru en 2020, le secteur militaro-industriel britannique émettait chaque année plus de gaz à effet de serre que soixante pays individuels, comme l’Ouganda et ses 45 millions d’habitants. Le ministère britannique de la Défense était responsable de 70% de toutes les émissions de dioxyde de carbone émises par l’Etat britannique. Tout était cohérent puisque le « monsieur climat » de sa Gracieuse Majesté d’alors était jusqu’à récemment un amiral. 
En fait l’impact carbone des activités d’origine militaire était si considérable qu’il était alors nécessaire pour le complexe militaro-industrie-politique de ne pas en parler. Ce qui est terrible c’est que cette non prise en compte dans les objectifs de réduction a contribué à minimiser considérablement les effets du combat pour limiter la crise climatique. Mais peu importait, le monstre devait vivre quel qu’en soit le coût ! 
Et ce n’est pas tout ! Depuis de trop nombreuses années, d’incroyables efforts diplomatiques avaient été entrepris pour dispenser les forces armées de toute responsabilité dans le dérèglement climatique. De 1967 à 1972, les forces américaines avait eu recours à la guerre météorologique afin d’inonder la piste Ho Chi Minh dans le cadre de ce qui avait été appelé l’opération Popeye. Ces manipulations avec ensemencement de nuages qui furent officiellement interdites. Elles furent à l’origine de l’adoption en 1978, de la Convention ENMOD qui interdisait de modifier l’environnement à des fins militaires. A l’époque, des associations écologistes s’étaient bien mobilisées, dont l’association internationale d’écologie.
En 1997, lors des négociations du Protocole de Kyoto, et avant son entrée en vigueur en 2005, les autorités étasuniennes de l’époque avaient fait un forcing terrible pour que les émissions d’origine militaire soient explicitement exclues des évaluations globales de l’Organisation des Nations unies. L’Accord de Paris de 2015 lors de la COP21 n’évoquait pas une telle exclusion, mais les émissions d’origine militaire furent maintenues cachées afin de pouvoir demeurer hors de tout décompte. Cet Accord courageux et ambitieux, vous en comprenez l’ironie du désespoir, comme toujours laissait aux gouvernements le soin de décider s’il fallait ou non assigner un objectif de réduction à leurs forces armées. 
En raison de cette posture laxiste, des petits accords entre amis, des intérêts financiers, du mépris de la vie et de la lâcheté des dirigeants, nous savions que nos craintes étaient justifiées. Nous savions que les autorités militaires et les entreprises du secteur militaro-industriels seraient dispensées de tout effort de réduction et qu’elles mettraient tout en oeuvre pour tricher dans la comptabilité carbone de leurs activités, en excluant comme l’ont fait pendant des décennies les autorités françaises en masquant l’empreinte carbone des opérations extérieures.
Or la civilisation est fragile, la Terre non. Comment pourrions-nous arrêter cela ?
Paul Valery écrivait que : « …nous savons que [nos civilisations] sont mortelles. Nous avons entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à-pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins […]. Nous savons bien que toute la Terre est faite de cendres ». 
En fait, pour avoir une chance de survie pour l’humanité, il fallait nous confronter à ce qu’on avait appelé le « dilemme du prisonnier » qui dit que nous tous, enfermés ensemble sur cette seule planète, nous sommes soit unis et nous avons une chance d’en sortir, soit nous sommes divisés, uniquement concernés par des intérêts à court terme, en nous défaussant de nos responsabilités sur les autres, et bien, c’est une évidence, nous perdrons. 
Parce que « l’heure qui sonne est sonnée. Le jour qui
passe est passé. Demain seul reste,
et les après-demain
Et ils ne resteront pas longtemps ».  
Pour finir encore quelques chiffres. 3% de croissance par an conduit à doubler notre production et notre consommation tous les 24 ans. À ce rythme, dans un siècle, nous produirions 18 fois plus qu’actuellement. Le bon sens voudrait que nous sortions de cette quête qui a épuisé les bénéfices d’hier en termes de bien-être social. Car qui peut prétendre que nous sommes globalement 3 fois plus heureux qu’il y a 50 ans ? 
Peut-être serait-il temps de relire Henry David Thoreau qui écrivait que « l’homme est riche des choses dont il peut se passer »!

Références et sources
https://www.france24.com/fr/planète/20211031-cop26-l-impact-du-réchauffement-climatique-en-10-chiffres 
https://reporterre.net/Le-secteur-militaire-toujours-dispense-d-efforts-pour-le-climat 
https://www.ouest-france.fr/environnement/rechauffement-climatique/rechauffement-climatique-dix-exemples-qui-montrent-que-chaque-degre-compte-des-alpes-a-l-amazonie-576d0150-3bed-11ec-8a6d-f0133bb020c0 
John Brunner, L’Orbite déchiquetée, Denoël, Paris, 1971 
https://www.mudam.com/fr/expositions/post-capital 
Paul Eluard. Les mystères des Saints Innocents, 1912
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.5-08112021-11.16/