Nowakowskismes 6.4. Meta-univers, méta-vies

illustration par Nicolas Hamm

Commençons par une information qui n’a rien de Méta ! 
En 1971, Total savait. Cela fait cinquante ans, au moins, que Total est conscient de l’existence du changement climatique, de ses causes et de ses conséquences. Mais Total a volontairement ignoré ces alertes jusqu’à semer le doute sur l’état des connaissances scientifiques afin de continuer à extraire toujours plus de combustibles fossiles. Ceci constitue les conclusions d’une étude menée par des chercheurs en sciences humaines sur le positionnement adopté par Total et par Elf, absorbée par Total en 1999, à l’égard de sa contribution au changement climatique ces cinq dernières décennies.
Publiée le 20 octobre dernier dans la revue Global Environmental Change, cette étude a été réalisée à partir d’archives et d’entretiens avec d’anciens dirigeants de Total et d’Elf. Elle apporte un regard nouveau sur les multinationales françaises et montre les efforts qu’elles ont déployés pour produire de l’ignorance autour du changement climatique et lutter contre la régulation de leurs activités. Ces politiques aux conséquences désastreuses qui ont ainsi permis une extraction annuelle des combustibles fossiles qui ont septuplé au cours des soixante-dix dernières années. On y voit également que vingt entreprises du secteur des énergies fossiles sont responsables de plus d’un tiers des émissions totales de gaz à effet de serre dans le monde depuis 1965.

Bonsoir à tous et à toutes bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. 
Vous qui pensiez que la réalité resterait en deçà des imaginaires des auteurs science fiction, que les rêves de William Gibson, de Neal Stephenson, de Bruce Sterling, ou Cory Doctorow resteraient des imaginaires influençant quelques-uns d’entre nous. Et bien non ! La réalité se retrouve encore une fois à dépasser la fiction. En fait, ces grandes entreprises du numérique après avoir contribué largement à saccager la planète et à la mettre à sac se tournent vers d’autres univers. Musk et Bezos ont fait le choix de quitter la Terre, avec les riches de leur espèce. Zuckerberg met en place une réalité alternative qui enfermera les masses condamnées à survivre sur une Terre de plus en plus meurtrie, dans une réalité alternative, calculée, programmée, …. Le metaverse. Avant d’en explorer ses dimensions, laissons-nous à imaginer un peu par ce court texte ce qu’il pourrait en être. Prêts ? Avez-vous revêtu vos lunettes 3D et installés tous les capteurs aux endroits stratégiques de votre corps ? Alors vous êtes prêts pour l’expérience ! 

La ville attendait, elle était juste là, le temps ne comptait là où elle se trouvait. Tel un joyau, elle resplendissait à la lumière de ce soleil qui réchauffait de ses rayons calculés ce lieu qui resterait toujours froid. 
L’univers dans lequel elle avait pris forme, avait été programmé pour être un endroit parfait pour s’installer. Des fleurs inconnues croissaient et fanaient, des rivières se gonflaient d’une eau qui n’en était pas, débordaient quelque fois, s’asséchaient aussi. Il y avait même des vents qui pouvaient être jeunes et violents par moment, emportant avec eux des colonies de nuages flottant dans une blancheur paresseuse. 
La ville avec ses fenêtres de cristaux, ses murs comme faits d’obsidienne, ses tours, ses rues, ses portes attendait ses premiers occupants. 
Tout à coup, ils furent là, ils parlaient fort, comme excités d’être là, face à cette ville, qu’ils découvraient après en avoir rêvé, après avoir espéré être parmi les premiers à fouler ce territoire vierge. Mais la ville était là avant eux, elle existait en puissance dans les cerveaux artificiels et elle les attendaient. « Ils s’acheminèrent vers [ce] château immense, au frontispice duquel on lisait : « Je n’appartiens à personne et j’appartiens à tout le mode. Vous y étiez avant que d’y entrer, et vous y serez encore quand vous en sortirez » », des mots étrangement empruntés à Diderot dans Jacques le Fataliste et son Maître, un texte de 1769. 
La ville libéra alors les sens dont on l’avait dotée. 
Ceux qui avaient créé ce monde avait besoin de savoir, besoin de connaître, et soif d’apprendre. Alors la ville dégagea des capteurs secrets de ses murs noirs et les premiers renseignements, les premiers détails des comportements des visiteurs commencèrent à emplir les réservoirs de données qui avaient été spécialement fabriqués pour elle. Les mots prononcés activèrent des oreilles automatiques, et elles enregistrèrent le moindre souffle, le moindre battement de coeur venu d’au-delà des appareils connectés avec l’autre monde. 
Les premières adaptations des systèmes d’apprentissage se mirent à organiser les réseaux de neurones chargés des métamorphoses de cet univers calculé. 
Les visiteurs étaient des avatars élaborés par le système à partir de toutes les informations, traces et données collectées depuis l’origine du système lui-même. Ces avatars se voulaient être des copies des êtres habitant le monde extérieur, le monde non calculé de la réalité… mais qu’était devenue la réalité ? 
Ceux-là prirent possession de leurs appartements. Ils étaient chez eux, puisque la cité avait été créée pour eux. La cité était l’alternative à leur réalité extérieure, la réponse que les grandes entreprises qui s’étaient partagées le monde avaient produite pour permettre aux humains de s’échapper de l’enfer de la survie terrestre. 
Ils étaient au milieu d’un siècle qui avait vu disparaître une majorité des espèces vivantes. Les températures avaient augmenté jusqu’à obliger les humains survivants à se terrer dans des appartements sans fenêtres, isolés de l’extérieur. Ce monde en perdition dans lequel la production d’énergie avait été exclusivement dédiée à ce monde calculé, ce métaverse, dans lequel ce qui restait de l’humanité trouvait l’illusion d’un échappatoire. 
Là, dans un des appartements, ils pouvaient vivre, s’évader, ouvrir des fenêtres vers des ailleurs. Depuis maintenant un nombre incalculable d’années, dans d’autres occurrences de cette ville, de pareilles pièces constituaient la maison des humains qui avaient survécu au désastre, connectés grâce à leur smartphone qui était devenu une extension physique de leurs corps. Là, ils n’avaient qu’à y penser et les murs deviendraient des fenêtres qui s’ouvriraient sur un quartier de la ville, un endroit du monde sauvegardé dans les mémoires du système, une nature telle qu’elle était conservées dans les circuits programmés du métaverse. D’ailleurs, de plus en plus d’entre eux ne quittaient plus le metaverse. La vie y était belle puisque dans le métaverse, il suffisait de faire un voeu, de souhaiter, de formuler son besoin, ses désirs et le système les réalisait immédiatement débitant automatiquement les comptes qui se remplissaient de cette monnaie dont la valeur dépendait de la quantité de données partagées dans le métaverse lui-même – un paradoxe qui disait que plus on utilisait le metaverse, plus il était possible de l’utiliser. Un voeu, et l’espace occupé pouvait s’emplir de meubles, d’appareils ménagers, d’oeuvres d’art auto-générées protégées par des blockchains gérées dans les calculateurs centraux, ces gouffres énergétiques dévorant les dernières ressources disponibles dans les replis de la planète. Mais qui s’en souciait puisque l’ humanité avait fait le choix d’émigrer dans le métaverse, et l’alimentation en énergie du métaverse toujours plus importante se faisait sans plus aucune considération pour la planète, sans plus aucune volonté de protéger quoi que ce soit des espaces naturels, et du vivant ! De toute façon, dans le métaverse, on pouvait profiter à l’envi des versions sauvegardées d’un monde qui n’existait plus. On pouvait en un instant se retrouver au milieu d’une savane africaine puis sur une plage déserte d’une ile perdue au milieu d’un océan dont l’original rendait l’âme, empoisonné qu’il était par les conséquences des activités humaines. 
Après la brique et le béton, la ville s’était transformée en une prison algorithmique. Aux flux de vie succédait des flux de données échangées entre les différents niveaux de traitement afin de calculer, de générer, d’extraire de l’information des bases de données afin de maximiser les profits. Sous prétexte de permettre une réalité alternative à ceux qui vivaient terrés dans les caves des ruines de la Terre, la ville, en offrant tous les possibles calculés, en les gavant de séries formatées et prêtes à digérer, avait définitivement oublié ce que signifie habiter, ce que sont l’âme et la conscience des lieux parce qu’il n’y avait plus de lieu. Après l’ère des cités arrogantes qui avaient parsemé le monde, ne restait plus que celle-ci, épuisant inéxorablement les ressources encore accessibles, au coeur du métavers, seule issue à la vie sans issues que les humains s’était créée. 

 

Le métavers vient de l’anglais metaverse qui est la contraction de meta et universe, soit méta-univers. Le métavers est un monde virtuel fictif, un monde numérique où les humains pourraient mener une vie parallèle sans sortir de chez eux. Ce concept a été décrit pour la première fois dans le roman de Neal Stephenson, Le Samouraï virtuel, paru en 1992, un livre culte pour les entrepreneurs de la Silicon Valley.
Le terme métavers est régulièrement utilisé pour décrire une future version d’Internet où des espaces virtuels, persistants et partagés sont accessibles via des interactions 3D. Une définition différente affirmerait qu’il s’agit de l’ensemble des mondes virtuels connectés à Internet, lesquels sont perçus en réalité augmentée. En fait, il y a des chances que soit en fait les deux à la fois. Ainsi, sortir en boîte de nuit avec ses amis sous la forme d’un avatar, gravir le sommet de l’Everest à travers un casque de réalité virtuelle, ou encore faire une réunion entre collègues dans un bureau numériquement reconstitué à l’identique,… le métavers promet de repousser les limites du monde physique jusqu’à ce qu’univers réel et virtuel finissent par se confondre.
Ainsi, progressivement, les écrans, hologrammes, casques de VR et lunettes de réalité augmentée permettront des « déplacements » fluides d’univers virtuels en lieux physiques à la manière de téléportations.
Le métavers s’installera comme un univers virtuel permettant de créer un nouveau monde, une extension de la vie physique, de la vie telle que nous la concevons encore. Il peut se traduire de différentes manières avec un univers utopique fictif dans des jeux vidéo par exemple ou bien il peut reproduire nos sociétés actuelles. C’est ce vers quoi se dirige le métaverse que souhaite développer Facebook. Avec un casque de réalité virtuelle, on pourra ainsi aller à un concert, travailler, faire ses courses… c’est un monde hybride entre nos vies physiques et nos vies digitales. En réalité, c’est la poursuite de la numérisation de nos modes de vie, qui s’est accélérée pendant les confinements. On a notamment vu le rappeur Travis Scott donner un concert sur Fortnite ou l’Organisation mondiale de la santé conseiller de jouer à Animal Crossing pour rester à distance tout en maintenant des relations sociales. Le concert de Travis Scott a été suivis par plus de 12 millions de joueurs. Fort de ce succès, le jeu qui rassemble 350 millions de “gamers” principalement âgés de 14 à 24 ans, a également lancé un festival de cinéma baptisé Short Nite ou encore Party Royale, une fête virtuelle géante animée par des DJs de renom. Rappelons juste ces quelques données. Aux Etats-Unis, les plateformes de jeux en ligne consomment 34TWh par an soit 1/4 de la consommation annuelle en électricité des français, et rejettent autant de CO2 que 5 millions de voitures à essence, que 12 data centers sont nécessaires pour alimenter les consoles, smartphones et ordinateurs des 200 millions de joueurs de Fortnite. 
D’un point de vue sociologique, va se poser la question de l’avenir d’une société dont les interactions sociales se construisent dans une autre réalité, dans une société régie sur la base d’autres règles, voire aucune règle. On a vu sur la plateforme Roblox par exemple, assez proche du métavers, la création des villages virtuels inspirés de l’Allemagne nazie. Aux débuts des métavers, des mondes étaient créés dans lequel les utilisateurs pouvaient tuer « pour le fun ».
Le Métavers est également un lieu paradoxal. En effet, d’un point de vue anthropologique, il n’est pas nécessairement la fin du lien social. Le métaverse pourrait permettre de réduire les distances entre l’individu et les lieux. On pourrait aller se baigner sur une plage du Pacifique le matin et visiter Paris immédiatement après. Est-ce bon ou mauvais ? 
La question est que deviendrait cette société si se généralisent ses réalités alternatives, ces ailleurs programmées par les grands prédateurs numériques. En s’appuyant sur les textes de Félix Guattari, il faut se rappeler que les pires cauchemars ne sont pas derrière nous mais présents en chacun de nous, dans chacune de nos organisations, dans notre ton, dans notre style. Cela ne fait pour autant pas de chacun de nous acteurs de la réalisation de ces cauchemars en tant qu’entité close, mais ceci fait de chacun de nous potentiellement des points de ralliement de possibles sédimentations cauchemardesques de notre société, non pas comme un spectre qui nous hante, mais comme des réalités devenant soudainement possibles. Tout cela sera comme quelque chose dont nous pourrons dire après coup, « oui, cela a été rendu possible » parce que son fait même se sera réalisé.
Nous pourrons toujours nous cacher derrière les traditionnels arguments comme quoi cette évolution est cohérente, que la frontière entre physique et numérique dans nos modes de vie est de plus en plus brouillée, que c’est une évolution inéluctable et une opportunité pour l’humanité. Sauf que le métavers de Facebook obéit aux règlements et aux lois du marché ultralibéral et capitaliste. Que, et comme c’est déjà le cas, si le métavers est la prochaine étape du capitalisme numérique, les règles qui s’y appliqueront seront celles qui bénéficieront aux GAFAM au détriment de nos pauvres démocraties et de nos libertés. Dans ces conditions, le cauchemar d’une société de parodies de démocratie, d’humains vivant en troupeaux dans des espaces formatés et calculés en se pensant libres, de libertés illusoires régies par des CGU, de collectes massives de données et de data centers géants finissant de contribuer à l’épuisement de la planète et du vivant, voici ce qui nous attend. Le Métavers comme dernier refuge des hommes, abritera sur une Terre transformée en désert tout ce qui reste de l’humanité. Dans une réalité calculée et intelligente, organisée par des ordinateurs omnipotents, les humains seront maintenus en vase clos, où même la simple pensée du « dehors », devenu inconnu et hostile, suscitera chez eux une insurmontable terreur. Les avatars tout comme les objets qui constituent la cité seront éternels, générés et reproduits à l’infini et s’épanouiront au gré des jeux tech­no­lo­gi­que­ment assis­tés qui per­mettront à ce qui restera des rêves et des fan­tasmes de se déver­ser sans que quiconque n’ait besoin d’aller voir à l’extérieur du métavers. 

Sylvia Plath écrivait il y a bien longtemps 
« Sortez et faites quelque chose.
Ce n’est pas ta chambre qui est
une prison, c’est toi même. »

Alors sortez, faites quelque chose, allez respirer le monde, veillez à ce qu’il perdure, et ne vous livrez pas aux plateformes qui délivrent leurs contenus standardisés prêts à digérer, gardez-vous de la prison intérieure qui nait des appels pressants et impérieux venus des promoteurs de métavers, et cherchez ailleurs que dans les multiples versions du métavers la réalité de notre monde ! 
Ne soyons pas cette humanité qui a perdu toute sa curiosité, voire tout son courage, et qui se réfugie dans le rejet ou l’illusion. Espérons que même après la disparition de tout instinct de découverte, d’avoir confié nos vies, nos choix, notre liberté aux machines et aux programmes informatiques, il restera toujours quelqu’un pour s’interroger sur ce qu’il pourrait bien y avoir au delà des murs qui nous enferment. 

Avant de finir, une petite annonce. 
Ne manquez pas la soirée FutuRobot qui aura lieu le 10 novembre de 18h30 à 20h30 au centre Prouvé. Une soirée en compagnie de 4 chercheurs, qui parleront de nanorobots, de robots mous, de robots humanoïdes et de robots apprenants. Une soirée pour échanger, discuter, interroger et faire le point sur la question. Vous trouverez sur mon blog le lien pour vous inscrire. 

Références et sources 
https://reporterre.net/Changement-climatique-Total-savait 
FutuRobot le 10 novembre https://www.centre-est.cnrs.fr/fr/evenement/futurobot-percez-les-secrets-de-la-robotique
Le samouraï virtuel et Snow crash, Neal Stephenson
La cité et les astres, Arthur C. Clarke
L’homme illustré, Ray Bradbury 
Philomag, octobre 2021
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.4-23102021-10.48/ 

Nowakowskismes 6.3. Crop circles

Echelle de Jacob, par Nicolas Hamm

Bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. 
Pour ce nouvel épisode de l’exploration qu’ont entamée les Nowakowskismes, nous allons faire un petit tour du côté de ces signes codés qui sont installés dans les moindres recoins de nos vies. Sous formes de quelques barres regroupées dans un rectangle, ou d’un carré bizarrement décoré, ils se retrouvent sur tous les produits achetés emballés, ils se retrouvent sur les pièces d’identité, ils sont l’objet de pratiques ludiques … ils sont des signes qui poseront peut-être quelques difficultés d’interprétation aux archéologues des temps futurs. Que faire de ces signes dont le sens dépend d’informations contenues dans des bases de données disparues depuis longtemps ? De quoi sont-ils révélateurs ? De quelle histoire sont-ils issus ? 
D’où viennent les QR-code, ces symboles mystérieux, qu’aucun d’entre nous ne peut déchiffrer sans l’aide d’un oeil informatique mais qui sont devenus la manifestation de l’omniprésence de ces appareils automatiques qui peuplent notre quotidien, dans la sanctification d’une modernité commerciale, innovante et connectée ? Quelle est l’histoire de ces codes, de ces codes-barres et autres QR-codes, en fait de toutes ces petites inventions de la modernité permettant d’identifier et tracer les marchandises comme les humains. 
Dans cette longue histoire de l’industrialisation, des flux du commerce mondialisés mais surtout de leur contrôle révélateur des mutations du capitalisme, le QR-Code est devenu l’un des symboles du monde connecté, moderne, surveillé, optimisé, tracé, … d’un monde smart. Ainsi, du pass-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants et les cartels d’exposition, les documents officiels d’identité, son omniprésence et sa banalité d’usage actent l’emprise qu’exercent les technologies numériques sur nos vies. Ce carré de surfaces noires sur fond blanc, encadré de trois carrés noirs, ce qui se nomme en réalité le « code à réponse rapide » soit QR, s’inscrit dans la grande histoire des relations qu’entretiennent l’informatique et l’industrie, lesquelles déterminent le rôle croissant de l’identification informatique dans la circulation des marchandises et des humains. 
Et qu’est-ce qui a fait que nous en soyons là ? 
Et bien, c’est comme toujours la simplicité apparente de cette technologie et le fait qu’elle soit à portée de main de tous, pour tout, ce qui lui permet « de se fondre dans le décor à une vitesse ahurissante ». En fait, un code-barres ou un QR-code fonctionnent à la manière d’une infrastructure c’est-à-dire à la manière de quelque chose d’imperceptible dans la plupart des cas, dont nous dépendons sans avoir à y penser et qui nous met en capacité de faire quelque chose, tout en déterminant la forme des actions et usages qu’elle rend possible. Si aujourd’hui, rien n’est plus anodin que le code-barres qui figure sur presque toutes les marchandises du monde, l’introduction de cette représentation d’une donnée numérique ou alphanumérique, sous la forme d’une alternance de barres et d’espaces dont l’épaisseur varie, a joué un rôle déterminant dans l’accélération de l’informatisation. Le code-barre a été inventé en 1952 par deux ingénieurs, Bernard Silver et Norman Joseph Woodland qui étaient auparavant assistants dans le cadre du projet Manhattan. Ils s’inspirèrent du code Morse pour inventer un code capable d’agir comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle localisée dans une base de données numérique. Ils fabriquèrent ainsi un lien entre le numérique et le physique, entre l’informatique et la circulation des marchandises et … des humains.
Le code-barres va accélérer les passages en caisse et l’inventaire des rayonnages, augmentant ainsi la productivité du travail. Il permet l’extraction automatique de l’information sur les marchandises vendues ou non qui viendront nourrir les enquêtes sur les marchés, les goûts et préférences des consommateurs. Les données extraites de la lecture des code-barres vont inaugurer la gestion des stocks à grande échelle. L’analyse ne s’effectuera plus dans chaque magasin mais sera délocalisée dans des bases de données possédées par la direction, détachées de leur emplacement géographique pour être traitées et analysées en comparant les résultats de plusieurs magasins, en fonction des heures, des jours, des emplacements, etc., déployant tout l’arsenal de la fouille de données massives. 
À la différence du QR-code, les données enregistrées par le code-barres ne seront individualisées que progressivement, notamment par le développement de cartes de fidélité. Fidélité, profils et traçabilité appartiennent à la même logique. Avec le numérique et ses caisses automatiques, la personnalisation va nourrir la satisfaction des masses, suivant la même logique que les programmes informatiques des plateformes peuplant notre quotidien.
C’est en 1994, dans une filiale de Toyota, que le QR-Code fut inventé à des fins logistiques. Dans ce modèle, le « toyotisme », la chaîne de montage est transformée en unités de petites équipes aux tâches distinctes, mais flexibles. Le système s’appuie sur une flexibilité (c’est-à-dire adaptable et modifiable) intégrant des contrôles de la qualité effectués sur chaque pièce de la mécanique et en permanence d’un bout à l’autre de la chaîne. Pour cela, les acteurs doivent être intégrés au processus. Ils doivent valider chaque étape tout en étant constamment surveillés afin que toute faute soit localisée, identifiée et sanctionnée. Le système Toyota mettra presque 20 ans à s’appliquer au Japon. Il devra faire face à la résistance ouvrière mais surtout attendre que les moyens informatiques disposent des capacités permettant le déploiement d’un tel système.
En effet, l’ensemble de ce tournant logistique repose essentiellement sur la généralisation du calcul informatique qui permet de suivre en temps réel l’emplacement des marchandises, les délais de livraison, l’ensemble des flux, soit un ensemble d’opérations impossibles à réaliser et à centraliser sans la puissance des ordinateurs. Le QR-Code va être un des moyens mis en oeuvre pour organiser cela. Il peut être lu rapidement et quel que soit l’angle de lecture. Les trois ou quatre carrés noirs dans les coins permettent de reconstituer l’angle de lecture et l’information à extraire du code. L’information y est partiellement répétée de sorte que jusqu’à 15 % voire 30% du code peut parfois être détériorée sans empêcher la lecture. Les avantages principaux du QR-code au regard du code-barres sont la quantité d’informations qu’il peut contenir et à sa capacité à identifier singulièrement chaque produit. Dans l’industrie automobile, cela permet un suivi exact des pièces qui arrivent, et de contrôler leur qualité à l’arrivée ou pendant tout le processus en cas de détérioration ou sabotage. Le QR code est devenu l’outil indispensable pour identifier et mémoriser la trajectoire de chaque marchandise particulière, mais aussi de suivre les activités des salariés, …. 
Le QR-Code révèle la tendance du moment. Il met en évidence le lien fort qui s’est installé entre les technologies de communication mobiles et les technologies dédiées à l’identification. Par exemple, pour les marchandises, mais aussi pour les humains porteurs d’un QR-code, il va servir à les identifier à tel ou tel moment pour ensuite rendre possibles toute action jugée nécessaire en fonction de la situation et du contexte – de la maintenance, de l’optimisation ou… de la surveillance et du traçage. 
Enfin, les QR-codes sont devenus des éléments centraux de l’internet des objets, de la surveillance généralisée, et de l’informatique ambiante. Ces dispositifs ne communiquent pas directement sur le réseau mais par l’intermédiaire du milieu construit qui les entoure, lui-même construit pour les faire fonctionner. De plus, et ce n’est pas négligeable, un tel système permet de confier à des dizaines de milliers de personnes simplement munies d’un smartphone, non-formées et non-payées par l’État la mission de contrôler l’ensemble de la population à l’entrée d’innombrables lieux publics, et ce, pour un coût extrêmement faible pour l’État puisque l’essentiel de l’infrastructure (les téléphones) a déjà été financée de manière privée par les personnes chargées du contrôle. 
Le QR-Code associé toute la batterie de ces technologies qui se déploient dans l’espace de nos vies permet ainsi, subrepticement mais inexorablement, de mettre en place une surveillance de tous par tous, une régulation de l’espace public dans des proportions qu’on n’aurait imaginée que dans les dystopies sorties de l’imagination d’auteurs de science fiction. Nous pensions que ce n’était qu’un mauvais rêve, nous en avons fait un cauchemar bien réel. 

Pour finir et si nous nous mettions à penser autrement le monde, le rêve et les êtres qui peuplent la réalité et nos imaginaires. L’humain et le vivant seraient ainsi deux notions indissociables à la manière des cosmologies nippone ou amérindienne. La nature ne serait pas un concept séparé de la culture. Les arbres, les animaux voire même les extraterrestres ou les robots quand ils ne seraient pas réduits à l’état de mécaniques réflexes, pourraient être des « gens » comme les autres, tourmentés, pouvant ou non être vécus comme « humains ». Nous pourrions retrouver et réinventer de façon multiple et parfois chaotique, le cosmos comme dans le monde des peuples premiers, pour lesquels aux origines tout est humain. L’humanité y serait alors « le principe actif à l’origine de la prolifération de formes vivantes en un monde riche et pluriel », tandis que les espèces animales y seraient conçues « comme autant d’autre​​s types d’« humains » ou de « peuples » c’est-à-dire comme des entités politiques. 
Qu’est-ce qui nous empêcherait de dialoguer avec un « vieil arbre rabougri  » qui parle par ses feuilles qui tombent et s’envolent, par son silence ou le bruissement du vent entre ses branches noueuses ? Nous pourrions ainsi nous opposer ceux qui mettent en nombres leurs vraies fausses vies et nous retrouver parmi les êtres qui la vivent en empathie avec leurs milieux, plantes, animaux ou même machines, nous positionnant du côté des plaisirs de la Terre, de l’air, de l’odeur et de la beauté du printemps, de « la terre fertile, et des bourgeons…  ».
Nous pouvons encore une fois nous tourner vers Philip K. Dick qui écrivait cela de façon drôle et poétique dans le seul roman qu’il a écrit pour la jeunesse (pour avoir expérimenté la lecture de ce livre avec mes enfants petits, la catégorie Roman jeunesse n’est pas adaptée – ce livre a juste réussi à leur faire peur, et à les traumatiser). Ce roman s’intitule Nick et le Glimmung. 
L’histoire a tout de l’histoire pour enfants mais… Au commencement, il y a un chat, prénommé Horace. Et là, ça dérive tout de suite parce que le chat est clairement considéré comme un interlocuteur avec lequel vivre et donc négocier, appartenant à ce vaste collectif de nos « espèces compagnes  » comme le rappelle Donna Haraway. Horace est donc en quelque sorte un « humain » comme les autres, mais privé de ses droits de s’ébattre sur une Terre parce que, en ces temps, il est « illégal de loger dans une maison, tout comme de posséder un animal de compagnie. Si bien qu’à San Francisco comme partout, les habitants s’entassaient dans d’immenses bâtiments qui s’élevaient haut dans le ciel, étage après étage  ; on construisait même des appartements en sous-sol, pour les familles les moins aisées. Plus la population augmentait, plus la nourriture se faisait rare, ce qui expliquait l’adoption récente de la loi Anti-Animaux. Et avec elle, l’apparition du sinistre agent AA. […] l’agent viendrait, tôt ou tard, […] l’agent AA finissait toujours par trouver les animaux – les trouver et les emporter ».
Pour sauver Horace, Nick et sa famille décident d’émigrer sur la planète du Laboureur, territoire sans télé, sans ordinateur ni robots pédagogiques, sur laquelle vivent toutes sortes d’animaux bizarres, « des bêtes pour qui, il existe des nomenclatures très spécifiques témoignant de leur nature contre nature ». Les voilà sur une planète dont la plupart des végétaux « ont un métabolisme à base de silicone et non de carbone  », accueillis par un être sympathique, bizarre et lunaire, le greumz qui dialogue avec les humains grâce à des messages simples inscrits sur des panneaux en carton… 
Dans cette multiplicité extraterrestre, il n’existe pas de hiérarchie entre les êtres, mais des conflits dont le Glimmung s’avère être la cause et le chef d’orchestre. Dans ce monde, cohabitent les Répandeurs, bestioles à plusieurs queues vivant entre les steppes et leurs terriers, les Werjs, sombres oiseaux réceptacles d’autres vivants, des Duplicateurs, des mutants amibiens aux airs d’imprimante 3D , les Trobes aux visages de fines fentes qui semblent « bordés de celluloïd  » avec un « éclat méchant  »  et de Pélicouics, de Glôtrons, de Krakos, de Nynx ou encore de Mange-pères qui simulent les paternels afin de les dévorer, … En fait, derrière ce qui ressemble à une farce se cache la vision d’un univers dont tous les êtres sans exception sont des « gens ». 
Et là, apparaît, ce qui est coeur de toute l’œuvre de K Dick, l’empathie. L’empathie qu’on retrouve comme une des clés du test Voigt-Kampf de Blade Runner dans lequel éprouver de l’empathie pour une simple araignée est une moyen de distinguer l’humain d’un être machine programmée, fabriquée. Pour K. Dick, c’est le rêve qui nous fait passer de machine à être humain, et que nous devons nous garder de ce bouleversement de notre monde qui consiste en un glissement du vivant vers la réification, qui fait que nous ne sommes plus en mesure de séparer le vivant et le non-vivant. 
Mais nous pouvons aller plus loin, dans les pas de Richard Brautigan et de Donna Haraway ? En effet, ne sommes-nous pas à l’aube d’une ère dans laquelle les objets naturels, mais aussi les satellites, les transmetteurs et les stations relais pourraient participer d’une apparence de vie pas si lointaine du vivant. Alors, la « meilleure approche de la vérité  » ne serait-elle pas de dire que « tout est vivant de la même façon, libre de la même façon, sensible de la même façon, car tout n’est pas vivant, à moitié vivant, ou mort, mais plutôt, tout est vécu comme passage ». Alors quelles traces laisserons-nous de notre passage ? Et comment préserver l’empathie pour toute forme de vie, du végétal à jamais immobile jusqu’à l’étrange « extraterrestre télépathe », parce que l’empathie et le savoir sont les seuls remparts dont nous disposons pour lutter contre l’imbécillité et l’ignominie du refus de « l’Autre ». 

5 900 milliards d’euros par an, soit 9,5 millions d’euros par minute c’est le coût planétaire en termes de subventions, mais surtout de coûts environnementaux et sanitaires de la consommation des combustibles fossiles. Six ans après la COP21 et l’Accord de Paris, à quelques jours de la COP26, les États dans le monde entier persistent à soutenir massivement le secteur des énergies fossiles. L’étude réalisée par le Fonds monétaire international (FMI) montrent que les énergies fossiles auraient coûté 5 100 milliards d’euros à la collectivité en 2020, soit environ 6,8 % du PIB mondial. Cette étude s’intéresse à l’ensemble des soutiens directs et indirects aux énergies fossiles. Elle comptabilise autant les subventions aux entreprises que le coût des externalités provoquées par cette industrie à savoir la pollution de l’air, la destruction des écosystèmes ou encore le réchauffement climatique. En fait, les États préfèrent socialiser les coûts de l’industrie fossile plutôt que de financer la transition. Nous aurions dû organiser la décroissance de l’extraction, de la combustion et de la consommation des énergies fossiles, mais nous faisons exactement l’inverse. 

Références et sources 
https://reporterre.net/Les-energies-fossiles-coutent-9-5-millions-d-euros-chaque-minute 
https://lundi.am/Du-code-barres-au-QR-Code 
https://www.laquadrature.net/2021/08/19/passe-sanitaire-quelle-surveillance-redouter/
Donna Haraway, Manifeste des espèces compagnes (2003), Flammarion, collection Climats, 2019.
Philip K. Dick, Nick et le Glimmung. Folio Junior. 1989
Philip K. Dick, Conférence « Hommes, androïdes et machines » (1976), dans Si ce monde vous déplaît et autres écrits. 
Poscast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.3-14102021-10/

Nowakowskismes 6.2. Le meilleur des mondes

En juillet 2019, le système de santé britannique s’est offert les services d’Alexa, l’assistant vocal d’Amazon, dans le cadre d’un partenariat conclu en vue de favoriser les autodiagnostics médicaux pour des maux bénins, comme le rhume, et l’automédication. L’objectif affiché est d’abaisser de 25% le nombre de consultations chez un médecin généraliste pour les « cas bagatelles » et réduire les dépenses en termes de prise en charge. Les conseils médicaux prodigués par Alexa s’appuient notamment sur les informations personnelles fournies par les autorités sanitaires, mais aussi sur l’encyclopédie en ligne, Wikipédia. 

Bonsoir à tous et à toutes bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Aujourd’hui, nous ferons une escapade dans les outils numériques qui se sont installés dans toutes les dimensions de nos vies, qu’elles soient privées ou professionnelles. 
Nous manquons de médecins, les assistants « intelligents » développés par les GAFA sont là ! Nous voulons une société sécuritaire, les drones de la police sont là. 
Il faut donc nous faire une raison dans ce monde qui semble la perdre. 
Et c’est bien le défi lancé à nos démocraties également confrontées aux plateformes numériques, aux réseaux sociaux et à la multiplication des lieux de captation de nos vies. Il est impératif de percer le fonctionnement de tout ce système, et certainement de les soumettre à des dispositifs de contrôle efficaces et démocratiques, sous peine de voir nos démocraties chanceler ? 
Karl Popper disait ceci : « La société qui offre une tolérance sans limite risque d’être détruite par l’intolérant »
Des limites ? Comment les définir ? Où les poser ? Comment les faire respecter ? 
Nos institutions et tous les citoyens doivent déjà se hisser au niveau de compréhension et de compétences qui permettra d’envisager une régulation de ces acteurs, et ainsi forger les outils de contrôle par la maîtrise de ces nouveaux savoirs. 
Alain Damasio, auteur bien connu du roman Les furtifs et militant affirmait qu’il  « essaie de [se] demander pour chaque technologie [qu’il utilise] en quoi elle accroit [sa] puissance personnelle, de pensée, d’émotion, de liberté, et en quoi elle [le] mutile » !    

La réalité est que nous ne nous posons pas assez souvent cette question ! 

Rappelons enfin que Robert Cailliau, co-fondateur du web, voulait donner le nom de Loki au projet mené avec Tim Berners-Lee, projet qui deviendra le World Wide Web. Loki est le génie du feu et dieu de la discorde, messager maléfique du panthéon nordique, menteur trahissant ses contemporains. Drôle de pied de nez anticipateur de l’histoire dans ce qui est devenu le meilleur des mondes. 

Mais voyez plutôt !

« Comment tuer internet ? C’est facile. Il suffit d’inventer le web. » écrivait Van Jacobson en 1996 avant l’avénement des plateformes et bien sûr des GAFAM… avant l’explosion de la bulle internet, conséquence d’une économie/capitalisme n’ayant pas trouvé sa marchandise. Le monde change alors et c’est Eric Schmitt lui même qui en trace la voie en affirmant que les données et au delà le surplus comportemental seront alors la marchandise qui les rendra riches, très riches. Et les dés furent jetés et l’usage de nos données personnelles par les entreprises à des fins commerciales ou politiques devint la norme. Mais la collecte de données est très souvent destinée à autre chose. Elle va servir à la conception et au développement des services eux-mêmes par le recours à des systèmes de statistiques d’utilisation devenus la norme dans l’industrie et appelés la télémétrie. 
Comment et pourquoi mesure-t-on ainsi en permanence les comportements et les réactions des utilisateurs ? A quoi répond cette logique de collecter des données, en grande quantité et en permanence, pour le développement de produits et des services de l’industrie informatique ?
Enfin, qu’est-ce que la télémétrie ? C’est un système implanté au sein d’un logiciel qui permet de mesurer des données relatives à son utilisation et à ses performances. Les mesures effectuées sont transmises à distance à un service en charge de les collecter et de les analyser. Pour les logiciels informatiques, les données sont alors utilisées afin d’informer sur le bon ou mauvais fonctionnement du logiciel, de manière ponctuelle ou continue (crashes de l’application, temps de démarrage, affichage de certaines pages, utilisation de certaines fonctions, …). La télémétrie peut également fournir des renseignements sur les usages des utilisateurs (quelles fonctionnalités sont utilisées ou pas, quels sont les temps d’utilisation) afin d’orienter les concepteurs dans les choix d’évolution du logiciel. Cette collecte d’information à distance inscrite dans le cycle de développement de produits vise à analyser rapidement, quasiment en temps réel et à grande échelle les tendances d’utilisation. Et aujourd’hui, la télémétrie se retrouve à peu près partout, dans les systèmes d’exploitation, les applications, les logiciels et j’en oublie. La télémétrie permet ainsi à un éditeur de logiciel de savoir comment son logiciel se comporte une fois installé, comment est-il pris en main par ses utilisateurs consentant ou pas et ainsi observer comment ils se comportent avec le logiciel. Le développement de l’informatique, des logiciels embarqués et des objets connectés, des Apps et des smartphones a favorisé le déploiement de la télémétrie dans de nombreux usages. Par exemple, la télémétrie d’une application sur un smartphone permet d’avoir accès aux données d’utilisation de l’application logicielle, aux mouvements du téléphone grâce à l’accéléromètre et la localisation GPS mais aussi à l’environnement par la captation sonore et vidéo.
Nous sommes donc entrés dans le monde merveilleux du « data-driven », ou orientation par les données. Le « data-driven » est partout puisqu’aujourd’hui toutes les pratiques de conception et de développement de produit et de management sont impactées.  Et pas seulement, parce que le « data-driven » se diffuse partout à grands coups de néologismes foireux, de « data-driven design », de « data-driven marketing », de « data-driven management », de « data-driven security » et je m’arrête là.
Alors le « data-driven » c’est quoi finalement ? 
Cela consiste à utiliser les données collectées dans les fichiers de « logs », à multiplier les indicateurs de suivi, à généraliser les usages des « analytics », à systématiser les statistiques d’utilisation et les tableaux de bord afin de faciliter les prises de décision en se basant sur des données qui auraient valeur de preuves. Le « data-driven » fait ainsi miroiter le miracle d’une méthode plus rigoureuse et plus scientifique, basée sur des faits observables plutôt que des intuitions et des opinions, afin d’éviter les conséquences dommageables des biais que les personnes en charge de prendre les décisions pourraient transmettre. Il vante ainsi le fait qu’une entreprise ayant recours à de tels outils serait capable de mieux répondre aux besoins de ses clients grâce à une connaissance optimisée des comportements, des aspirations et des frustrations, que cette grande quantité d’informations garantirait à l’entreprise de meilleurs résultats et de plus grands profits. Nous y voila ! Avec la petite phrase qui va bien : « The more you know, the better you grow. » ( « Plus de connaissances, c’est plus de croissance »). 
Mais ce n’est pas tout. On parle maintenant de « data-driven empathy » ou « empathie des données » qui permettrait même, selon les promesses marketing, de « donner vie » aux données collectées afin d’anticiper les besoins et de s’adresser aux utilisateurs de manière plus « pertinente, personnelle, utile, et même enchanteuse ». L’entreprise deviendrait ainsi capable de prédire les attentes et les comportements de chaque personne afin d’adapter automatiquement ses services de manière personnalisée. Comprendre ainsi comment les êtres humains se comportent, quels sont leurs objectifs et leurs aspirations, serait là bien sûr pour améliorer la vie de millions des humains parce que source de progrès et de bien-être pour l’humanité tout entière. Nous retrouvons là nos vieux ennemis, le capitalisme de surveillance, la personnalisation de masse, la surveillance et le surplus comportemental.
Le mirage entretenu par les défendeurs de ces approches est que l’approche « data-driven » promet une plus grande fiabilité et une meilleure efficacité des décisions, que les données sont objectives, qu’elles rendent compte de « faits » en sont des preuves scientifiques. Pourtant, baser ses décisions sur ces données n’est pas forcément gage de cette objectivité tant recherchée.
Déjà, il faut décider quoi mesurer et comment. Or, tout ce qui est mesurable n’est pas forcément utile ou pertinent. De plus, la décision de mesurer tel ou tel aspect de l’usage du produit influence la compréhension que l’on en a. Et si l’ambition est de décrire le monde avec des chiffres, cette mise en nombre en affecte aussi la représentation et la compréhension parce que ce processus s’appuie sur un ensemble de conventions qui sont nécessaires pour traduire de manière numérique quelque chose qui était auparavant exprimé par des mots. 
Par exemple : comment mesurer le bonheur ? Comment évaluer l’état de bonheur sur une échelle de 0 à 10 ? Un seul chiffre pour représenter quelque chose de complexe soumis à toutes sortes de contextes, d’analyses, de représentations…. Or, mettre en nombres, c’est « convenir et mesurer » afin de pouvoir ensuite distinguer, comparer, classer des éléments entre eux. Et le choix de ces indicateurs, la manière de les calculer et de les intégrer pour constituer le score final sont autant d’éléments qui influencent la représentation finale. « Une fois les procédures de quantification codifiées et routinisées, leurs produits sont réifiés. Ils tendent à devenir « la réalité », par un effet de cliquet irréversible. Les conventions initiales sont oubliées, l’objet quantifié est comme naturalisé […]». L’objectivité dans le rendu du réel montrée comme inhérente aux approches data-driven est une illusion au service d’intérêts pas souvent tournés pas les utilisateurs et les citoyens.
Le terrain de collecte des données n’est pas neutre. Ainsi, quand certains vendent la perspective de « voir le monde à travers les yeux des clients », ils ne vendent que la capacité de mesurer ce que les clients effectuent dans l’espace qui leur est imposé par le logiciel ou le service utilisé. Or, tel service programmé par un tiers influe nos comportements par la façon dont les fonctionnalités sont conçues, par le temps de réponse de l’application, par ses limitations et les bugs auxquels nous devons nous adapter.
Les données collectées doivent ensuite être interprétées correctement et être mises en contexte pour leur donner du sens. Face au caractère massif de ces collectes, ces analyses sont désormais de plus en plus automatisées embarquant de nombreux biais. Mesuré, quantifié, réduit à des chiffres et des indicateurs, l’humain data-driven dans son travail, dans sa vie privée n’a plus pour fonction que de maximiser ses performances et la plus-value produite au bénéfice d’une entreprise qui aspire à une omniscience, en fournissant les données utilisées pour maximiser son bonheur ! Le meilleur des mondes enfin possible ! 
Cette logique de contrôle qui se pare des voiles d’une productivité et d’une vie joyeuse et épanouissante, « surveillée par des machines d’amour et de grâce » ouvre par exemple la porte à la surveillance répressive des salariés. Amazon a mis en place une surveillance des conducteurs de camions de livraisons par un logiciel qui suit automatiquement l’activité de chaque personne en mesurant le nombre de colis scannés et qui peut décider de licencier automatiquement les moins productives. En 2018, Amazon a déposé deux brevets pour un bracelet permettant de surveiller les mouvements des mains des employés dans les entrepôts.
Plus récemment, dans le contexte du travail à distance imposé par les mesures contre la pandémie, l’entreprise Teleperformance a fait pression sur ses salariés afin qu’ils acceptent d’être surveillés chez eux.
Bienvenue dans notre meilleur des mondes dans lequel on mesure les comportements des utilisateurs d’un logiciel pour améliorer le produit et maximiser les profits de l’entreprise, dans lequel on mesure les comportements des travailleurs pour contrôler leur productivité, quitte à s’inviter dans la sphère privée lorsque le travail se fait depuis chez soi, dans lequel on mesure les comportements jugés illégaux ou anormaux dans l’espace public afin d’assurer l’ordre public. Dans ce meilleur des mondes, que cela soit pour maximiser les profits ou pour renforcer la dimension sécuritaire, il s’agit à chaque fois de collecter des données, beaucoup de données, d’en automatiser l’analyse, au moyen notamment de logiciels dits d’intelligence artificielle, de les utiliser comme outil de contrôle et de prédiction des comportements humains, selon des critères décidés par les personnes qui détiennent le pouvoir et qui n’hésitent pas à citer en modèle le regard omniscient de Dieu sur l’univers comme l’a affirmé Macron dans son discours de 2018 pour « commencer à créer ce que j’appelle la « vision de Dieu » d’une organisation […] qui s’appuie sur des preuves et des données, […] une vision magnifique [qui] va changer la manière dont les organisations fonctionnent ».
Pour Leibniz, « Dieu calcule pour nous le meilleur monde possible » et aujourd’hui se prennent à croire de jouer à Dieu par la massification de la collecte des données et le déploiement de machines apprenantes programmées pour mettre en place leur volonté d’optimiser le monde à leur service ! Pour notre bonheur !
Mais alors pourquoi ne voulons-nous pas de ce monde quantifié, mesuré « objectivement » qui nous livrerait avec un haut degré de certitude et de précision une représentation de notre réalité, comment nous nous comporterions, comment nous ressentirions et quelles seraient les prochaines actions ou comportements que nous devrions adopter pour faire progresser le bonheur et le bien-être de l’humanité ?
Résister à cela, c’est à contrecourant de la marche du monde, c’est promouvoir un retour…. À la lampe à huile et être réfractaires aux lumières rationnelles que les données nous apportent.
Alors quel est ce modèle politique de société que la télémétrie effrénée participe à façonner ? C’est le cauchemar d’un environnement rassurant, sécurisé, bien calibré, où tout serait anticipable et anticipé. C’est le cauchemar d’un monde qui aurait pour objectif de contraindre ou d’éradiquer ce qui nous constitue en tant qu’humains à savoir la spontanéité, l’imprédictibilité des émotions, l’imagination et l’expérimentation.
Alors commençons par encourager les expériences inattendues, le hasard et l’imprédictibilité dans nos comportements. Par désobéir par ce que ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.
Mais aussi par créer autrement des outils et des technologies véritablement à notre service en nous détournant de ces « données » unitaires et parcellaires pour favoriser la compréhension par la communication directe et l’écoute de ce que les gens ont à partager, et « créer une expérience sûre, libre, inclusive, équilibrée dans laquelle toutes les personnes participent pleinement en étant entendus, compris, et prêts à créer un lien émotionnel durable ». JMG Le Clézio raconte cela avec classe en affirmant que « s’il reste un secret, c’est à l’intérieur de l’âme qu’il se trouve, dans la longue suite de désirs, de légendes, de masques et de chants qui se mêle au temps et resurgit et court sur la peau des peuples à la manière des épars en été ».
Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. Pour finir, une dernière information. L’Assemblée nationale vient d’adopter une nouvelle loi légalisant l’usage de drones de surveillance par la police. Ce texte quasiment identique à celui déjà censuré par le Conseil constitutionnel en début d’année n’a pas empêché les parlementaires de le voter une nouvelle fois. Après s’être vu refuser à quatre reprises le droit de surveiller la population avec des drones, le gouvernement est revenu une cinquième fois à l’attaque. Deux arrêts du Conseil d’État, une décision de la CNIL et une décision du Conseil constitutionnel n’auront pas suffi pour empêcher le déploiement des drones avec caméra dans l’espace public venant ainsi compléter l’arsenal des caméras fixes, des caméras « nomades », des caméras-piétons : surveiller, toujours plus, retransmettre les flux en temps-réel à des centres de supervision et analyser et disséquer les images afin de transformer nos rues et nos déambulations en données exploitables par la police. Le texte ne parle plus seulement des drones mais de tout « aéronef » utilisé par la police (alinéa 2 de l’article 8). Ce qui veut dire que le texte légalise non seulement la surveillance par drones, mais aussi celle faite par hélicoptère ou par avion, une surveillance réalisée depuis longtemps par la police en toute illégalité sans qu’aucune institution (en particulier pas la CNIL) ne soit venue la gêner, et sans qu’aucun responsable ne soit condamné.

Références et sources 
Manière de voir. Vérités et mensonges au nom de la science. Octobre-novembre 2021
Futuribles, n°434, janvier-février 2020, Wired, Juillet 2019 
La loi Drones 2 https://www.laquadrature.net/2021/09/23/la-loi-drones-2-est-docilement-adoptee-par-lassemblee/ 
En toutes choses, il faut de la mesure : de l’usage de la télémétrie https://www.laquadrature.net/2021/09/24/en-toutes-choses-il-faut-de-la-mesure-de-lusage-de-la-telemetrie/ 
Josh Andrus, Making a Real Connection to Users, Nov 17, 2020 https://uxdesign.cc/making-a-real-connection-to-users-75fd64053dea 
Alex « Sandy » Pentland, The New Science of Building Great Teams, Apr 2012 https://hbr.org/2012/04/the-new-science-of-building-great-teams 
J.M.G. Le Clézio, Raga Approche du continent invisible
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.2-27092021-17/