Nowakowskismes 5.18. Obstruction

Photo Sylvain Dessi

« De la mauvaise et inadéquate formation des mots découle une délicieuse obstruction de l’esprit », ces quelques mots de Francis Bacon pour nous interroger sur nos moments d’obstruction, délicieux ? C’est à discuter ! Mais destructeurs certainement au vu des mots qui ont ouvert cette soirée. Ce soir, ce sont quelques lignes pas vraiment réjouissantes, dans un futur imaginé, en compagnie d’une humanité qui a déserté la surface de la Terre. On ne sait pas trop pourquoi, ou que trop bien ? À nous de voir, et toujours avec un soupçon d’espoir parce que  « celui qui trouvera en lui-même assez de patience pour scruter toute sa vie les ténèbres » peut avoir l’espoir d’être « le premier à y apercevoir un éclat de lumière ».  Alors ? Prêts à plonger dans les ténèbres ? 

À contre coeur, il quitta sa place près du feu, et rabattant sur sa poitrine la mitraillette qui lui pendait en bandoulière, il se dirigea vers les ténèbres. À la limite de l’espace éclairé, il fit jouer bruyamment le levier d’armement. Dans l’obscurité devant lui, d’où s’échappaient encore une minute plus tôt des bruissements étranges et des grognements assourdis, résonnèrent distinctement des pas précipités. Quelqu’un ou quelque chose battait en retraite vers les profondeurs du tunnel, effrayé par le cliquetis de l’arme. 
Il ne pensait pas que l’être qui venait de s’enfoncer à nouveau dans le tunnel était humanoïde. 
Il frissonna en imaginant le tunnel au delà des sept cents mètres. Le poste de garde où il se trouvait n’était qu’à quelques centaines de mètres de la borne frontière. La seule idée de s’y rendre le glaçait d’effroi. Jamais personne ne dépassait la borne située au sept centième mètre du tunnel. Les patrouilles poussaient quelque fois jusqu’aux cinq cents, et après avoir tenté de sonder l’encre du tunnel, et sûrs de ne rien voir surgir, ils s’en retournaient hâtivement. Même les plus aguerris d’entre eux n’allaient pas au delà des six cent cinquante mètres. Une fois là-bas, ils dissimulaient le bout incandescent de leurs cigarettes dans la paume de leurs mains et scrutaient les ténèbres avec des lunettes de vision nocturne qu’ils avaient récupérées dans les surplus militaires. Puis lentement, dans un silence absolu, ils se repliaient des profondeurs du tunnel, sans jamais quitter du regard, sans jamais lui tourner le dos. Le tunnel c’était la somme de toutes les peurs de toutes les vies. 
La frontière était inspectée une fois par jour, la dernière remontait déjà à plusieurs heures. Il ne faisait aucun doute que les créatures effrayées par les faisceaux lumineux de la patrouille, avaient recommencé à ramper afin de se rapprocher du feu, de se rapprocher des hommes. 
Il y avait des histoires à glacer le sang. Il ne pouvait y penser sans que la peur l’envahisse. Des disparitions. Des éclaireurs partaient en reconnaissance dans les tunnels et ne revenaient pas. On avait beau les appeler, s’égosiller, des patrouilles entières avaient disparu. Au début, on avait cru qu’ils étaient retenus quelque part, qu’ils s’étaient échappés, qu’ils avaient trouvé une issue. Mais avec le temps, il avait bien fallu se rendre à l’évidence, le silence régnait dans le tunnel, il ne restait pas un bruit, pas une trace, plus rien des patrouilles. On avait arrêté de compter les disparitions, juste pour ne plus y penser et espérer réussir à dormir. 
Il laissa ses pensées pour revenir à la réalité du tunnel. Trois silhouettes approchaient à la lueur de lampes torches. C’étaient les gardes du trois centièmes mètres qui revenaient après avoir été relevés. Arrivés à hauteur du feu, ils éteignirent leurs lampes. Silencieusement, ils s’installèrent autour du feu. Ils échangèrent quelques mots, ils n’avaient pas besoin de dire ce qu’ils percevaient de ce qui se déplaçaient dans les ténèbres, ils n’avaient pas envie de raconter non plus les peurs qui les avaient habités pendant ces heures passées à monter la garde, à écouter les bruits venus des profondeurs, sur leurs gardes, leurs yeux cherchant à percer l’obscurité sans notion du temps passé. C’était l’arrivée de la relève qui les libérait et redonnait ainsi au temps son écoulement et leur possibilité de s’échapper temporairement de leurs peurs. 
Lui était le plus âgé. Il était venu au monde encore là-haut. Il n’avait pas la silhouette rachitique et le teint blafard de ceux nés dans les profondeurs du métro. Les nouvelles générations craignaient la surface non seulement à cause des radiations, de la pollution et des maladies de la surface mais aussi à cause des rayons brulants du soleil fatals à toute forme de vie souterraine. Il n’était remonté qu’une seule fois, et seulement pour quelques instants. La mort fauchait les trop curieux en quelques heures d’exposition sans laisser le temps nécessaire à l’exploration des restes de la ville et de ce monde étrange qui s’étendait désormais à la surface. 
« Un choeur de cigales 
Invisibles aux yeux des humains
Les radiations » 
écrivait Onishi Masashi après une grande catastrophe nucléaire au Japon. 
Le monde souterrain, même s’ils l’avaient cru, n’était pas pour autant un refuge. Les tunnels plongeaient dans les profondeurs de la terre se ramifiant à l’infini, en un véritable labyrinthe où régnaient la peur, le froid et une insoutenable puanteur. Les tunnels rejoignait le domaine des rats. Les rats, ces compagnons de toujours de l’humanité avaient aussi migré dans les tunnels, dans des domaines où même les plus téméraires d’entre les humains n’auraient osé s’aventurer. S’il existait soudain un voyageur ne disposant pas d’une grande expérience des pérégrinations souterraines qui se serait approché du tunnel, il aurait instinctivement ressenti l’émanation de ce danger sourd et menaçant, cette odeur particulière de la peur. Ce voyageur aurait immédiatement tourné les talons et fui à toutes jambes comme s’il s’était trouvé face aux portes de l’enfer lui-même. 
En fait, personne ne dérangeait les rats, ni même n’envisageait de le faire. Nul ne descendait dans leur domaine, mais, au début, ce sont les rats qui avaient cherché à reprendre les territoires souterrains que l’humanité avait investi. En vagues grouillantes, ils étaient remontés des profondeurs. Il avait fallu se battre, résister contre ses invasions meurtrières de ces rats monstrueux. Au prix de lourdes pertes des deux côtés, les rats finirent par battre en retraite, leur rage aveugle et dévastatrice brisée par l’énergie et l’expression du génie guerrier humain. Même en ces temps désespérés, bien mieux et bien plus efficacement que toutes les autres espèces, l’humanité était restée la plus douée pour dispenser la mort. 
Les rats refluèrent alors vers leurs sombres domaines, loin profondément au coeur de la Terre, dont aucune âme humaine vivante ne connaissait l’étendue exacte. L’enchevêtrement labyrinthique des tunnels enfouis à des profondeurs inimaginables semblait tellement mystérieux et inutile au fonctionnement du métro qu’il était même impossible de croire qu’il avait été, un jour, il y a tant d’années, bâti de la main de l’homme. 
Ils restaient quelques survivants de ce temps où les tunnels accueillaient les humains pour leur permettre de traverser la ville entassés à heures fixes et régulières à bord de ces assemblages de wagons. Durant les premiers temps de l’occupation souterraine, ce furent les seuls humains à ne pas se perdre, les seuls humains à ne pas céder à la terreur née des tréfonds, à rester lucides devant ces cauchemars surgissant de ces tunnels froids et obscurs du métro de cette ville oubliée. Rapidement, un grand nombre de ces anciens employés du métros prirent la direction des stations quand le monde s’enfonça définitivement dans le chaos. Les stations de métro reliées par les tunnels disposant d’espaces plus ou moins vastes et d’infrastructures, furent les lieux où se réfugièrent ceux qui descendirent de la surface. Le réseau du métro passa alors du statut de moyens de communication à d’abord celui d’immense abri anti-atomique dédié à la protection de la population puis à cet ensemble de stations indépendantes, à jamais coupées de la surface et en réseau. Un intranet bien différent de celui qui s’était déployé lors de la période de la grande expansion. Et comme toujours dans l’histoire de l’humanité qui ne sait pas se tenir en paix, les stations se sont régulièrement dressées les unes contre les autres, chacune prétendant à la souveraineté et à l’autonomie. Des guerres ont éclaté, des alliances, des fédérations se firent et se défirent. Seuls des dangers imminents et communs parvenaient à créer des unions à court terme. Mais, en général, tout était prétexte à confrontation, l’espace vital aussi bien que la nourriture. On se battait pour des champignonnières souterraines, pour des poulaillers ou des porcheries où on élevait des cochons livides et des poussins rachitiques nourris avec des champignons incolores. Bien sûr,  le problème de l’approvisionnement en eau potable, et de la maintenance des filtres à eau se posa très rapidement. Les tunnels n’avaient pas été conçus en vue d’accueillir l’humanité réfugiée. Alors ceux qui n’avaient pas de filtres ou qui étaient incapables de réparer les systèmes de filtrages endommagés et s’empoisonnant à l’eau polluée venue de la surface, assaillaient avec brutalité les ilots mieux organisés et qui avaient réussi à mettre en place des micro-stations hydroélectriques, et disposaient de filtres à eau efficaces garantissant la santé et l’approvisionnement en champignons suffisamment nourrissants. 
Dans ces tunnels, loin d’une terre de surface qui les avaient banni, on vit ressurgir l’éternelle course aux armements alimentant les expéditions punitives et les raids meurtriers, mais aussi permettant de se défendre contre toute la vermine qui pullulait dans les profondeurs de la Terre dévastée. Et de tous ces organismes étranges et difformes, dangereux résultats des blessures que l’humanité avait infligées à la Terre, auraient placé Darwin dans des abimes de désespoir. Les êtres nés des ténèbres révélèrent le pire de leur condition. En effet, ceci survint après que l’humanité eut moisi des décennies dans ces terriers qu’elle avait elle-même creusé. À cette  époque alors trop nombreux pour pouvoir vivre, se déplacer en surface, il avait fallu fourrer les plus pauvres quelque part. C’étaient alors des millions d’individus qui se rendaient à leur travail sans apercevoir le ciel, entassés dans des containers roulants, ne faisant pas mentir Rousseau quand il écrivait que « l’homme est de tous les animaux celui qui peut le moins vivre en troupeau. Des hommes entassés comme des moutons périraient tous en très peu de temps. L’haleine de l’homme est mortelle à ses semblables : cela n’est pas moins vrai au propre qu’au figuré ». Ainsi, dans les égouts du futur, les humains se sont entassés et l’humanité s’est transformée. C’est dans ces terriers qui les avaient d’abord transportés puis abrités quand les dégâts sur la planète la rendirent invivable, que la réalité dépassa comme toujours la fiction. Comme HG Wells l’avait imaginé il y a bien longtemps dans La machine à explorer le temps, l’évolution avait fait pousser une nouvelle branche à l’arbre de la vie. C’est ainsi que, dans les égouts du futur, l’humanité s’était transformée, était devenue autre. HG Wells avait donné vie aux Morlochs,  post-humanité cannibale craignant la lumière du soleil, l’humanité terrée après avoir détruit l’espace de vie à la lumière du soleil donna naissance non pas aux monstres, ou à des êtres modifiés, mais à des humains toujours, perdus dans l’obscurité, la peur et le désespoir scrutant toute une vie les ténèbres en espérant être « le premier à y apercevoir un éclat de lumière ». 

Pour finir, quelques chiffres 30 °C à Moscou le 17 mai, 31 °C à Nijni Novgorod, 32 °C à Tambov, 34 °C à Ulyanovsk… Le thermomètre bat des records en cette mi-mai 2021 dans plusieurs villes de la Russie, notamment à l’Ouest. Outre les températures élevées, le temps se montre également sec et venteux. Ces conditions météorologiques exceptionnelles sont catastrophiques pour les incendies en Sibérie occidentale, qui ont déjà commencé depuis plusieurs semaines. Le vent et le manque de précipitations aggravent les feux, qui deviennent incontrôlables et se propagent sur de vastes territoires. Depuis le début de l’année, 233 feux de forêt y ont été enregistrés sur une superficie totale de plus de 171 000 hectares, indiquait le 19 mai l’agence de presse russe Tass. Le rapport « Climat 2020 » publié par l’Organisation météorologique mondiale de l’ONU montre que les incendies en Sibérie ne sont pas des événements isolés, mais font partie de changements plus larges affectant le climat mondial. L’année 2020 a été l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. 

Et avant de nous quitter, ces quelques mots d’Eschyle cités par Bob Kennedy lorsqu’il apprit l’assassinat de Martin Luther King, « Dans notre sommeil, la douleur qui ne peut pas être oubliée tombe goutte à goutte sur le cœur jusqu’à ce que, dans notre propre désespoir, contre notre volonté, vienne la sagesse par la terrible grâce de Dieu » 

Plus de 130 millions de tonnes de plastique à usage unique ont fini en déchets en 2019. Un rapport intitulé « The Plastic Waste Makers Index », publié le 18 mai dernier par la fondation australienne Minderoo, en collaboration avec des experts de la London School of Economics et le Stockholm Environment Institute, montre que vingt fabricants de polymères ont à eux seuls, en 2019, produits 55 % de tous les déchets plastiques à usage unique générés dans le monde. Les cent premiers fabricants en ont rproduits 90 %. Voilà donc d’où viennent toutes les touillettes, gobelets, pailles et autres bouteilles d’eau qui polluent les océans et les cours d’eau, et qui empoisonnent humains et animaux. 
La firme pétrolière américaine ExxonMobil se place en première position. Elle produit 5,9 millions de tonnes de déchets plastiques à usage unique chaque année. Dow, la plus grande société mondiale de produits chimiques, est le deuxième plus grand pollueur avec 5,6 millions de tonnes de déchets générés chaque année, suivie de près par le groupe gazier et pétrolier chinois Sinopec, avec 5,3 millions de tonnes.
Et ce n’est pas tout. Comme d’habitude, les plus grandes banques mondiales sont dans le coup. Vingt gestionnaires d’actifs institutionnels avec au premier rang les sociétés américaines Vanguard Group, BlackRock et Capital Group, détiennent pour plus de 300 milliards de dollars d’actions dans les sociétés mères de ces producteurs dont 10 milliards de dollars proviennent de la production de polymères vierges pour les plastiques à usage unique. Depuis 2011, vingt des plus grandes banques du monde, dont Barclays, HSBC et Bank of America, auraient prêté près de 30 milliards de dollars pour la production de ces polymères.
Bien évidemment, les pays développés sont ceux qui contribuent le plus à cela. Avec 76 kilogrammes (kg) par personne en 2019, Singapour est en tête des pays qui produisent le plus de déchets plastiques à usage unique par habitant. Puis viennent l’Australie (deuxième sur les cent premiers pays), Oman (3e), les États-Unis (9e), la Corée du Sud (12e) et la Grande-Bretagne (13e). La France se classe 19e, avec 36 kg de déchets plastiques par habitant.
Or, la capacité mondiale de production de polymères vierges pour les plastiques à usage unique pourrait augmenter de plus de 30 % au cours des 5 prochaines années. Cette croissance de la production entraînerait une augmentation de 3 000 milliards de nouveaux déchets plastiques jetables d’ici 2025. Et d’ici 2050, si rien ne change, le plastique pourrait ainsi être responsable de 5 à 10 % des émissions de gaz à effet de serre.
De plus, les experts s’accordent à dire qu’il est impossible d’imaginer résoudre le problème de la pollution plastique par le recyclage. Il faut d’urgence réduire la quantité de plastique utilisée par la mise en place de réglementations strictes, qui se font attendre par « manque de courage et de volonté politique ». Rappelons cette aberration. À l’heure actuelle, la matière recyclée coûte toujours plus cher que la matière vierge. 

Sources et références 
Crédit photo – Sylvain Dessi – https://www.facebook.com/sylvain.dessi 
Métro 2033 de Dmitri Glukhovski 
https://reporterre.net/20-entreprises-produisent-55-des-dechets-plastiques-du-monde 
https://reporterre.net/La-Siberie-affronte-des-incendies-massifs-et-des-records-de-chaleur 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.18-26052021-16/

Nowakowskismes 5.17. Point G

« Il y avait désormais 20 ans que les symptômes de cette étrange affection, le mal de l’espace, avaient fait leur apparition. D’abord lot d’une faible partie de la population, elle prenait racine à la façon d’une maladie chronique dans les interstices de l’existence de ses victimes, dans les plus légers changements d’habitude et de comportement. On retrouvait invariablement la même répugnance à sortir à l’air libre, le même désintérêt pour le travail, la famille et les amis, une profonde aversion pour la lumière du jour, une perte de poids graduelle et une sorte de repli dans la vie végétative. […] Il y avait aussi ce goût pour des passe-temps fantasques et compulsifs, comme le pointage de mots obsédants dans un roman, l’accumulation de fragments de programmes télévisés. 
Puis presque sans exception, toutes les victimes en arrivaient à être persuadées d’avoir été un jour astronautes. Des milliers de patients gisaient dans l’obscurité de salles d’hôpital qui leur étaient réservées ignorant le monde qui les entourait mais convaincus d’avoir un jour voyagé dans l’espace en direction de Mars, d’avoir marché sur la Lune ». 

Ce sont les mots de JG Ballard dans Mythes d’un futur proche qui ont ouvert les Nowakowskismes, et rejoignent Derrida qui s’interrogeait ainsi : « Qu’est-ce que le monde s’il s’obscurcit de la sorte ? » Parce que face à ceux qui considèrent que la solution à  nos problèmes est d’aller s’installer ailleurs, au vu de la réalité des destructions en cours organisées par les mêmes, il est certainement temps de reprendre la main, et de refuser de « fabriquer [ce qui nous amène dans le mur] en cessant de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ». 
Point G, c’est le titre des Nowakowskismes, point de G, ou point G à vous de voir. Alors, commençons par la vacuité de notre époque, qui s’affiche dans cette illusion de réseaux sociaux qu’est la mission Alpha ! Point de G en impesanteur et point G médiatique !

Thomas Pesquet nous montre les océans, Thomas Pesquet nous montre des forêts, Thomas Pesquet nous montre sa station spatiale, Thomas Pesquet nous montre ses repas, Thomas Pesquet prépare en secret de nouvelle surprises, Thomas Pesquet et sa liste musicale… c’était déjà lors de sa première mission et c’est reparti encore plus fort pour la mission Alpha ! Thomas Pesquet, le meilleur parmi les meilleurs ! The best of the best of the best ! Thomas Pesquet a été choisi parmi des milliers de candidats pour ce voyage extraordinaire et en plus, il y retourne, comme commandant. Thomas Pesquet en a du talent ! Thomas Pesquet incarne le modèle parfait de l’organisation de notre société. Il est le super héros, il est la matérialisation de cette société qui ne pense son salut que dans la rationalité scientiste et technique toute-puissante. J’en prends également pour preuve la place du mot algorithme dans les médias, dans la bouche des politiques, l’algorithme, l’alpha et l’omega de la lutte contre les maux de notre société. 
Mais retournons en orbite, nous aurons encore l’occasion de revenir sur les algorithmes, nous l’avons d’ailleurs déjà fait lors de précédents Nowakowskismes. 
Envoyer, encourager, féliciter, suivre Thomas Pesquet dans ses révolutions à 400km d’altitude (la distance de Paris à Strasbourg), pas encore aux portes de l’espace, c’est projeter un modèle qui a failli sur Terre. C’est produire un récit que certains, tels que ces nouveaux maîtres du monde comme Musk ou Bezos, considèrent comme notre avenir. Malheureusement, il semble que nous soyons toujours incapables de dépasser ce mythe de la frontière, de la conquête de nouvelles terres afin de poursuivre ailleurs notre expansion destructrice. 
Certes, s’éloigner de notre berceau, c’est peut-être sortir de l’enfance de l’homme et accéder à d’autres terrain de jeux, et peut-être trouver des réponses aux questions de nos origines. Mais est-ce bien cela ce que nous faisons ? Est-ce bien cela ce que nous faisons en envoyant des robots sur Mars, en faisant voler un petit hélicoptère sur Mars à grand renfort de communication ? Mais pour quel projet scientifique ? N’est-ce pas là aussi projeter ce modèle de l’humain conquérant par son intelligence, l’espace qui s’ouvre à lui. Peu importe s’il laisse derrière lui ses déchets !
De plus, qui peut prétendre, même avec les éléments les plus factuels de la prédiction scientifique, que la conquête du ciel au-delà de l’atmosphère apportera la moindre réponse à l’humanité aux défis de ces temps ? 
En fait, ce projet sous cette forme ne serait-il pas totalement dépassé par la criante urgence climatique ? 
Rappelons juste que, pour contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C, notre «budget carbone» total ne doit pas excéder 1200 milliards de tonnes de CO2. Or, au rythme actuel des émissions, ce budget sera épuisé en 2027 pour une limitation du réchauffement à +1.5°C et en 2045 pour +2°C . Et un demi degré de plus aura des conséquences catastrophiques sur nos vies humaines. 
S’élever aurait dû nous faire prendre conscience de la fragilité de ce système terrestre qui nous permet d’y vivre. Mais il s’avère qu’il n’en est rien. « Scintillement suprême de la modernité et de la réussite », les photos que Thomas Pesquet diffuse à l’envi sont partagées des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux. « Comme s’il suffisait de voir des clichés de l’espace pour avoir l’impression qu’on fait quelque chose de grand, de bien, de beau, pour les yeux et l’esprit. Après « c’était mieux avant », on a « c’est mieux ailleurs ». Alors, des millions d’humains s’extasient de la beauté de la planète vue d’au-delà de l’atmosphère, parlent de fragilité, partagent et vivent au rythme des trente pour cent de temps que Thomas Pesquet consacre à des conférences ou à des entretiens, vantant son agenda quotidien spatial calibré, quadrillé, pesé comme il se doit dans une société parfaitement organisée. 
Changeons-nous pour autant nos modes de vie ? Non ! 
Diminuons-nous le nombre de SUV achetés ? Non ! 
Consommons-nous moins ? Non non ! 
Réduisons-nous nos usages des artefacts inutiles du numérique, … Bien sûr que non ! 
On a beau répéter que l’extraction minière nécessaire pour fabriquer les nouveaux gadgets technologiques a, dans certaines régions du monde, des conséquences dramatiques. Aux dégâts sur les écosystèmes s’ajoutent les désastres pour les hommes, les femmes et les enfants trimant dans des mines, sans protections, avec des outils rudimentaires, pour un salaire de misère, très souvent sous contrôle paramilitaire ou mafieux. Deux exemples emblématiques mais pas isolés sont l’orpaillage en Amérique du Sud (Guyane, Pérou, Colombie, Vénézuela, etc…) et les mines de cobalt en République du Congo où les conditions de travail des humains incluant de nombreux enfants relèvent à proprement parler de l’esclavage. 
Et pendant ce temps-là,Thomas Pesquet nous fait visiter la station spatiale internationale, Thomas Pesquet photographie « une magnifique aurore boréale depuis l’ISS », Thomas Pesquet a son rendez-vous hebdomadaire à la radio, Thomas Pesquet se met en scène, commente le vide, pendant que, dans des conditions d’esclavage moderne, des humains meurent pour que d’autres croulent sous les objets connectés ici et qu’un nuage poubelle toujours plus dense orbite autour de la Terre.
L’ultime frontière, le rêve standardisé à la sauce Star Trek ou Star Wars, ne serait qu’une représentation construite de l’espace, ne contenant que la vacuité de nos imaginaires techno-formatés ne renvoyant aucune perspective sur notre destin humain ? 
« Prématurément amenée par des orgies de science, la décrépitude du monde approchait. C’est ce que ne voyait pas la masse de l’humanité, ou ce que, vivant goulûment, quoique sans bonheur, elle affectait de ne pas voir » écrivait Edgar Allan Poe. Surtout que si nous continuons sur notre trajectoire actuelle, sans rien changer, nous nous dirigeons assurément vers une hausse des températures moyennes de surface de 4°C par rapport à l’ère pré-industrielle. Les conséquences seront dramatiques !
A l’opposé de cet oubli du vivant, de l’être, à contre courant de l’omniprésent bruit de fond médiatique des aventures de Thomas Pesquet, ne faudrait-il pas questionner le sens de notre place dans le vivant, notre place dans l’univers au lieu de vouloir l’investir pour illusoirement tenter de s’en rendre maître ? Alors faire naître d’autres mondes que ceux de l’information en continu, engendrer des univers et des territoires existentiels dans le respect du principe de responsabilité voila le nouveau type de l’agir humain que nous nous devons de prendre en considération davantage que le seul intérêt « de l’humain ». 

Changeons de sujet et revenons sur Terre et le point G mortifère de la 5G ! Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps, je vous parlais de la 5G dans les Nowakowskismes intitulés Et 1, et 2, et 3, et 4, et … 5G…. Je vous invite également à revoir la conférence que j’ai donnée pour l’UP2V, intitulée « L’innovation quoiqu’il en coûte. L’exemple de la 5G ». Et dans la continuité, ce soir, je vais relayer l’appel à boycotter la 5G, parce que ça y est, la 5G, c’est bien parti. 
Vous n’avez pas pu ne pas le voir. Les fournisseurs d’accès jouent à celui qui a la plus grosse, couverture, et le plus grand panneau de pub dans la rue. C’est Enorme affirme partout l’un d’entre eux ! Les surenchères sont lancées ! Pour qui les casques de réalité virtuelle 5G pour regarder le sport ? Comment peut-on être insensible aux merveilles des visites virtuelles de musées ? Et quel bonheur, ces après-midi dans les parcs, au soleil, pour regarder des séries TV sur son nouveau smartphone 5G ! Être de cette modernité, c’est être persuadé que la balance ou la poubelle connectée font partie des objets indispensables, et cet «Internet des objets», c’est sur la 5G qu’il s’appuiera !
A celles et ceux qui réclamaient un moratoire tant que les risques de la 5G pour la santé n’avaient pas été évalués, l’Agence nationale sécurité sanitaire alimentaire nationale (Anses) vient de répondre qu’il n’y a «pas de risques nouveaux pour la santé au vu des données disponibles». Or les études n’ont pas été menées sur les nouvelles fréquences utilisées par la 5G. Comme il n’est pas possible d’extrapoler les résultats obtenus avec les technologies précédentes, l’incertitude demeure en matière de risque sanitaire. 
Alors le déploiement continue.
On s’est donc assis sur les recommandations du Haut Conseil pour le climat, sur la demande de moratoire émanant de la Convention citoyenne pour le climat, à l’heure où il nous reste sept ans de budget carbone pour rester en dessous de 1,5°C de réchauffement climatique. C’est donc plus que déraisonnable de déployer une technologie énergivore, prédatrice en ressources naturelles et humaines, ne répondant à aucun de nos besoins fondamentaux et dangereuse pour nos données personnelles. Contrairement aux arguments déployés par les promoteurs de la 5G, celle-ci n’est absolument pas compatible avec une transition vers un monde durable. Avec sa myriade d’objets connectés, d’écrans, de batteries, de satellites, de data centers et de robotique de pointe, la 5G contribue au saccage de la planète, à la destruction des écosystèmes et à l’exploitation honteuse du travail d’hommes, femmes et enfants dans des conditions tenant de l’esclavage moderne.
A l’heure où nous n’avons d’autre solution raisonnable que la sobriété énergétique pour assurer un futur vivable, l’idée même de déployer ce réseau et l’extraordinaire production industrielle qui l’accompagne est délirante, voire obscène.
La compétitivité comme principe continue donc, sans que rien ni personne ne puisse l’arrêter. Agglomérat d’intérêts économiques, de lobbies offensifs, de luttes pour de nouveaux marchés et de course au consumérisme persistent à vouloir nous vendre n’importe quoi dans le déni et l’ignorance volontaire de l’ampleur de la catastrophe climatique et écologique, dans une vision à court terme, de peur du déclassement, dans cette foi aveugle dans le progrès technologique et d’invisibilisation des ravages dans les pays du Sud, de promesses intenables et de cynisme. Malgré les grandes annonces internationales qui promeuvent la «transition écologique», la route suivie est toujours la même, et à peine freine-t-on un peu d’un côté, que, de l’autre, on met en place les conditions d’un nouveau coup d’accélérateur pour repartir de plus belle.
Choisissons donc de ne pas jouer le jeu !
Si personne n’achète de téléphone 5G ni d’objets connectés, le déploiement extrêmement coûteux de cette technologie sera mis en échec.
Il est important que tous les citoyens et toutes les citoyennes soucieuses de l’avenir des générations présentes et futures boycottent tous les produits liés de près ou de loin à la 5G et son monde. 
Si on vous incite à passer au téléphone ou forfait 5G, même pour un prix modique, dites non. 
Si vous faites un cadeau d’anniversaire, trouvez autre chose qu’un casque 5G à offrir. 
Si on vous demande, dans le cadre de votre métier, de promouvoir des produits 5G, désobéissez. 
Choisissez de l’électroménager non connecté. 
N’achetez pas de drone 5G à un enfant (et pas de drone du tout, d’ailleurs). 
Bref, continuez à vivre sans 5G ! Elle n’est en rien utile à la vie ! 
Ces recommandations doivent circuler massivement afin qu’un mouvement collectif émerge pour résister au conditionnement comme au suivisme. Il ne reste plus qu’une solution légale face ce système qui persiste à broyer la terre et ses habitants : assécher le business et devenir (enfin) responsables de notre futur commun.
En effet, lutter c’est, en paraphrasant John Holloway, « […] refuser de fabriquer [ce qui nous amène dans le mur] en cessant de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ? »
Alors « […] Lançons une pierre sur la couche de glace qui recouvre le lac des possibilités. La pierre provoque un trou dans la glace mais la glace est épaisse, la journée est froide et, bientôt, le trou disparaît. Nous gardons avec enthousiasme en mémoire quelque chose de beau, nous avons entrevu un antre futur possible. Nous jetons une nouvelle pierre et, cette fois, nous ne provoquons pas seulement un trou, mais des brèches qui jaillissent dans différentes directions, certaines se connectant avec d’autres brèches qui se sont propagées à partir du trou provoqué par la pierre lancée par quelqu’un d’autre. Si la glace doit être brisée complètement, alors cela se peut se produire que d’une seule façon : par toutes sortes de gens lançant des pierres et par le jaillissement de brèches qui parfois se connectent. »

Pour finir, c’est avec quelques mots sur les observations qui ont été faites des modifications sur l’axe de rotation de la Terre dues au changement climatique. En effet, sur notre planète, les emplacements des pôles Nord et Sud ne sont pas des points fixes et immuables. L’axe autour duquel tourne la Terre, ou plus précisément la surface d’où émerge la ligne invisible autour de laquelle elle tourne, est toujours en mouvement notamment à cause de processus pas complètement compris. Or, une nouvelle étude publiée dans Geophysical Research Letters, montre que la fonte des glaciers due au réchauffement climatique serait probablement la cause de modifications sensibles de la direction de l’errance polaire. Ce phénomène aurait commencé au milieu des 1990.  En effet, la Terre peut être comparée à une toupie. Comme nous l’avons tous expérimenté, si on perturbe la répartition de la masse d’une toupie en rotation, elle va se mettre à osciller plus ou moins. Et nous savons que les oscillations de l’axe de rotation de la Terre ont des conséquences sur la vie, le climat. Qu’en sera-t’il de nos vies sur la planète quand ces changements résultats des activités humaines surviennent sur une période aussi courte ?
« Il y a une théorie qui dit que si un jour on découvre à quoi sert l’univers et pourquoi il est là, il disparaîtra immédiatement pour être remplacé par quelque chose d’encore plus bizarre et inexplicable »

Sources et références
«5G : pas de risques nouveaux pour la santé au vu des données disponibles», ANSES, 20 avril 2021.
«Les esclaves des mines du Congo» – Free the Slaves. «Is your phone tainted by the misery of the 35 000 children in Congo’s mines ?», The Guardian, 12 octobre 2018. «Orpaillage illégal», WWF. «Organized Crime and Illegally Mined Gold in Latin America», Global initiative against organized transnational crime, mars 2016.
https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/boycottons-la-5g-20210501_FH4YLLHMUVCTLBT5ZY7QEW5WDU/  https://www.franceculture.fr/emissions/carnet-de-philo/carnet-de-philo-du-vendredi-23-avril-2021 
https://diacritik.com/2021/05/03/thomas-pesquet-ou-la-vacuite/ http://spaceref.com/earth/climate-has-shifted-the-axis-of-earth.html 
JG Ballard. Mythes d’un futur proche. 
John Holloway. Crack capitalism
Planète interdite. https://youtu.be/BieQ7FIJXig 
« L’innovation quoiqu’il en coûte. L’exemple de la 5G » https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=14761 
Et puisque le titre s’y prête, G de John Berger, un des grands romans du XXème siècle, traversé par les grondements de l’humanité en révolte, les guerres, un roman expérimental. 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.17-10052021-14/