Nowakowskismes 5.14. Silence assourdissant

Un entrepreneur de surveillance qui a déjà vendu des services à l’armée américaine fait la publicité d’un produit qui, selon lui, peut localiser en temps réel des voitures particulières dans presque tous les pays de la planète, et ce en utilisant les données collectées et envoyées par les voitures elles-mêmes.
Ce service qui porte le joli nom d’Ulysses offre la possibilité de géolocaliser à distance et en quasi-temps réel des véhicules dans presque tous les pays, à l’exception de la Corée du Nord et de Cuba. Le patron de The Ulysses Group fanfaronne en disant qu’« actuellement, [il peut] accéder à plus de 15 milliards d’emplacements de véhicules dans le monde chaque mois ». Cette technologie pourrait être utilisée pour des opérations militaires afin « d’améliorer considérablement le renseignement militaire et les capacités opérationnelles en réduisant les coûts et les risques de renseignement, de surveillance et de reconnaissance dans la recherche de « cibles mobiles d’intérêt » ». 
Une autre petite histoire de notre temps. Une start-up peu connue a développé un système qui permet aux forces de l’ordre de retrouver et d’identifier des photos de personnes inconnues grâce aux photos mises en ligne. Cette start-up c’est Clearview AI. Elle a conçu une application de reconnaissance faciale révolutionnaire. Vous prenez une photo d’une personne, vous la téléchargez et vous pouvez alors obtenir toutes les photos publiques de cette personne, ainsi que tous les liens dans lesquels ces photos sont apparues. Le système s’appuyant sur une base de données de plus de trois milliards d’images que Clearview prétend avoir extraites de Facebook, YouTube, Venmo et des millions d’autres sites Web, va bien au-delà de tout ce qui a été construit par le gouvernement américain ou les géants de la Silicon Valley. Plus de 600 organismes ont commencé à utiliser Clearview au cours de la dernière année. 

Après ces deux beaux exemples du silence assourdissant qui règne dans le domaine de la surveillance généralisée, nous allons nous intéresser à pire encore. En effet, nombre de ces entreprises non seulement viennent satisfaire les délires sécuritaires des états démocratiques, mais outillent les régimes brutaux et dictatoriaux qui veulent mettre au pas les populations, quoiqu’il en coûte ! Ce soir, nous irons dans ce pays qui a fait l’objet d’un coup d’état militaire et dans lequel la junte au pouvoir, malgré quelques timides protestations de la communauté internationale, accentue sa répression sanglante.

À 20 heures, les rues résonnaient du son de milliers de casseroles frappées à l’unisson, un rituel d’exorcisme devenu une tradition nocturne depuis que les militaires avaient pris le pouvoir aux premières heures de février. 
Immédiatement, après le coup d’état, la junte militaire avait cherché à prendre le contrôle du récit de ce qui était en marche. Un récit ayant vocation à saper la campagne croissante de désobéissance civile qui s’était elle aussi immédiatement organisée. Ce récit, diffusé pendant une panne d’Internet – la deuxième – visant à couper l’accès aux médias indépendants et aux médias sociaux, avait répandu une rumeur destinée à briser l’élan du mouvement en faisant croire aux gens qu’ils avaient remporté une victoire pour qu’ils se tiennent sages. 
Mais, la rapidité et l’ampleur de l’opposition publique au coup d’État avaient pris les militaires par surprise, les obligeant à prendre des mesures drastiques. 
Dans les jours qui avaient suivi la prise de pouvoir, la junte avait imposé des couvre-feux, elle avait coupé l’internet et bloqué l’accès aux services de messagerie et aux médias sociaux. Pourtant, malgré tous les messages de soutien venus de l’étranger, l’effusion de dissidence et les expressions de solidarité sur les médias sociaux du monde entier, sans une réelle mobilisation des états et des instances internationales, ce mouvement de désobéissance civile utilisant la technologie fut très rapidement désavantagé face à un État détenant le pouvoir de perturber et de manipuler l’infrastructure de protestation. Leur expérience n’était qu’un remake de celles des groupes d’opposition politique nés, de Hong Kong à l’Inde, qui avaient eux aussi constaté que les systèmes de messagerie cryptés, les réseaux hors ligne et l’attention mondiale n’offraient qu’une protection limitée.
Lorsque l’internet avait été déconnecté , cinq jours après le coup d’État, ce fut comme être plongé dans le noir. 
Puis était venue la peur. 

Malgré la peur, par milliers, ils étaient sortis dans la rue. La coordination de leurs mouvements s’était faite par le bouche-à-oreille et par téléphone, et aussi par des applications de messagerie basée sur Bluetooth, téléchargées des millions de fois dans les jours qui avaient suivi le coup d’État.
Lorsque l’Internet avait repris vie un dimanche après-midi, Twitter et Instagram avaient été inondés d’images de la rue. Des groupes de médecins et d’ingénieurs défilant aux côtés de bodybuilders, de travestis, de filles déguisées en princesses et d’hommes déguisés en super-héros, dans un carnaval de protestation joyeusement bizarre. De nombreux manifestants avaient affiché en anglais des slogans macabres et comiques qui semblaient conçus pour être largement diffusés dans le monde entier. « L’armée n’est pas drôle. Ils ne comprennent pas l’humour ou la culture émergente internationalisée et cosmopolite adoptée par les jeunes. Ils ont peur de ce qu’ils ne comprennent pas » clamaient-ils !
Les manifestants avaient trouvé leur inspiration dans d’autres mouvements, dans des pays voisins, où des manifestations dirigées par des jeunes et dotées de moyens technologiques similaires s’étaient organisées entre les forums en ligne et la rue. On avait assisté à la naissance de La « Milk Tea Alliance » [Alliance du Thé au lait] qui avait permis les partages des conseils, d’astuces et d’expressions de solidarité.
Lorsque la police s’était mise à utiliser contre eux des canons à eau, des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, ils s’adressèrent aux médias sociaux pour obtenir des conseils sur la manière de se protéger. Des manuels venus des pays voisins et d’au-delà, puis rapidement traduits furent alors distribués. L’un d’entre eux avait élaboré une carte en direct pour permettre aux manifestants d’être informé des mouvements des policiers et des soldats. Ces outils permirent aux manifestants de se coordonner, de communiquer et de se documenter mais, ils étaient toujours aussi fragiles et vulnérables aux attaques. 
Tous vivaient dans la peur. Pour se protéger, comme de nombreux autres avant eux, dans d’autres pays, dans d’autres temps, ils avaient inventé un système de phrases secrètes, « Comment dire que je vais bien ? Comment dire que je suis surveillé ? Comment dire que j’ai été détenu, ou que je suis détenu ? » Des codes connus d’eux seuls s’échangeaient. 
Ils s’étaient préparés à ce que l’Internet soit coupé à tout moment. 
La junte avait d’abord ordonné des blocages nocturnes. Tous les plans des manifestants comportaient un scénario A et un scénario B – en ligne et hors ligne. Aucun n’était sûr. Ils savaient que même les applications de messagerie cryptées présentaient des faiblesses, qui résidaient notamment dans les entreprises de télécommunications elles-mêmes. 
Le matin du coup d’État, les quatre opérateurs de télécommunications principaux du pays reçurent l’ordre de fermer les services Internet, ce qu’ils ont fait. Cette première coupure avait surtout visé les connexions cellulaires, avant d’affecter le haut débit fixe. Les réseaux furent interrompus pendant plusieurs heures, le temps que les militaires consolident leur pouvoir. Le second blocage fut lui beaucoup plus complet, couvrant également le haut débit fixe. 
La junte savait qu’une mise en panne générale d’Internet était un choix à double tranchant. Bien sûr, elle permettait le blocage des moyens de communication des manifestants, mais elle perturbait aussi leurs propres communications, ainsi que tout l’appareil gouvernemental, les banques et les entreprises. 
Des ordres furent alors donnés aux opérateurs de télécommunications afin qu’ils mettent en place de blocages sélectifs de certains médias sociaux. 
Et Facebook fut bloqué ! Un coup dur porté aux manifestants vu l’ampleur de l’utilisation de la plateforme dans le pays. Puis, rapidement après, une deuxième directive ordonna le blocage de Twitter et d’Instagram. 
Ce blocage de Twitter eut des conséquences jusqu’en Inde, où, pendant plusieurs heures, les utilisateurs de ce pays connurent des pannes temporaires et des messages d’erreur. C’était, comme en 2008, lorsque le blocage de YouTube au Pakistan avait causé la mise hors ligne de la plateforme dans le monde entier.
Malgré les blocages, des comptes Twitter et Facebook du pays restèrent actifs, grâce à l’utilisation de réseaux privés virtuels. Même la chaîne de télévision publique désormais sous contrôle militaire, continuait à publier du contenu. 
À ces restrictions imposées aux plateformes et aux sites individuels, la crainte principale des manifestants était dans le pouvoir dont disposaient les militaires. Ils avaient les moyens d’exercer des pressions directes sur les entreprises de technologie et de télécommunications afin de les obliger à intercepter les communications et à leur remettre toutes les données des utilisateurs, des appels téléphoniques aux messages texte jusqu’aux historiques de navigation, les courriels et les appels vocaux passés sur Internet. 
Comme dans d’autres pays de ces temps, les entreprises qui vendaient des solutions techniques capables de faire cela prospéraient. Les militaires avaient les moyens d’obliger les fournisseurs d’accès à Internet à installer des systèmes de surveillance ou à mettre en place des passerelles Internet à l’échelle nationale pour automatiser la censure. Personne ne savait si les opérateurs avaient obéi parce qu’évidemment, le secret était de mise. 
Certains opérateurs avaient réussi à contourner cela en utilisant, ce qui était poétiquement appelés des « warrant canaries » [canaris de coup de grisou]. C’étaient de petits textes affichés sur leurs sites web indiquant qu’ils n’avaient pas transmis les données des utilisateurs. Ce petit message disparaissent quand la situation basculait.  
Très vite, la junte militaire avait informé les opérateurs de télécommunications qu’un nouveau projet de loi était en cours d’adoption par le Parlement désormais sous contrôle militaire. S’il était adopté, ce projet de loi conférerait au régime des pouvoirs encore plus étendus qui permettrait de contraindre les entreprises à communiquer les données des utilisateurs.
Un accès sans entrave aux systèmes des entreprises de télécommunications signifiait que les SMS et les appels vocaux pourraient être collectés en masse. Ceci permettrait également de créer des vulnérabilités pour les services de messagerie cryptée tels que WhatsApp, qui reposent sur des mots de passe à usage unique, ou codes OTP, envoyés par SMS sur le téléphone d’un utilisateur. Ces codes OTP (one-time password, mots de passe à usage unique) pouvaient être interceptés par l’opérateur téléphonique, ce qui permettait aux services de sécurité de détourner ou d’espionner les services de messagerie.
Quand elle ne parvenait pas à pirater les plateformes individuelles, la junte pouvait pousser les utilisateurs vers des plateformes plus vulnérables en éteignant périodiquement le réseau et en limitant sélectivement l’accès. 
Même lorsque les militants continuaient à utiliser des services cryptés, ou lorsque les entreprises de télécommunications et de technologie étaient en mesure de résister aux pressions, les gouvernements ne se privaient plus. En effet, de plus en plus d’outils permettant d’identifier et de cibler les opposants étaient d’un accès de plus en plus facile. Au cours de cette dernière décennie, les services de piratage informatique étaient devenus largement accessibles aux acheteurs publics. Des sociétés, telles que NSO Group, soutenu par le gouvernement israélien, et Hacking Team, basée à Milan (rebaptisée Memento Labs), travaillaient avec des États du monde entier, apparemment pour les aider à identifier les menaces pour la sécurité, mais aussi pour espionner et intimider les opposants politiques, les critiques et les journalistes. Le système Pegasus de NSO aurait été utilisé pour pirater les comptes WhatsApp de militants en Inde. Des recherches menées par le Citizen Lab, un groupe de réflexion sur la liberté de la toile à l’Université de Toronto, avaient permis de découvrir que Circles, une société de piratage téléphonique affiliée à NSO, avait travaillé pour des gouvernements en Malaisie, en Thaïlande, en Indonésie et au Vietnam.
Alors que les entreprises de Big Tech et de télécommunications internationales ayant des intérêts avec des sociétés autocratiques faisaient l’objet réactions de la société civile internationale lorsque leur respect des lois locales entraînaient une restriction des droits humains, les entreprises de cyberarmes n’étaient pas soumises à des contrôles comparables. En tant que telles, elles pouvaient agir en toute impunité.
Ainsi, les opposants politiques étaient régulièrement mis sur écoute, surveillés et emprisonnés sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. Des centaines de personnes avaient déjà été détenues par la junte, et l’armée avait déclaré qu’elle ferait la chasse des personnes selon leur activité sur les médias sociaux. La junte avait également suspendu les lois qui protégeaient la propriété individuelle et la vie privée, se donnant ainsi toute latitude pour surveiller les citoyens et saisir leurs biens jusqu’à arrêter les personnes utilisant un VPN ! 
« Chaque fois que je vais aux manifestations, je dis au revoir à mes proches, en imaginant que c’est la dernière fois que je leur parle. Je n’ai pas de stratégie pour assurer ma sécurité. La seule chose que je fais jusqu’à présent est de faire ce en quoi je crois, même si je sais que ce que je fais n’est pas sûr. C’est le risque que nous prenons tous ».
Un samedi, il y a quelques heures, le jour où l’armée organisa comme tous les ans un gigantesque défilé devant le chef de l’armée, alors que les généraux pavoisaient aux côtés de dignitaires russes et chinois, l’armée a tiré les manifestants comme des lapins ! 
Combien furent ceux et celles, hommes, femmes et enfants, qui en ce début de journée dirent au revoir aux leurs, et ont fini dans la caniveau, fauchés par une balle et dont les corps par dizaines furent vite éliminés par l’armée afin d’effacer les traces de ce qui est en train se passer ? 
Tout ça c’est en Birmanie, dans l’indifférence et le cynisme de la communauté internationale !

Sources et références 
https://www.vice.com/en/article/k7adn9/car-location-data-telematics-us-military-ulysses-group
https://www.nytimes.com/2020/01/18/technology/clearview-privacy-facial-recognition.html
https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2021/3/16/la-technologie-et-la-solidarit-ne-sauveront-pas-les-protestataires-birmans
https://www.francetvinfo.fr/monde/birmanie/birmanie-au-moins-quatre-morts-dans-la-repression-de-nouvelles-manifestations_4349455.html 
« Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique » B Cohen, S. Nowakowski. FYP Editions 2020
Podcast https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.14-30032021-09/ 

Nowakowskismes 5.13. Paraboles

Fukushima…
300 tonnes d’eau contaminée s’écoulent chaque jour dans l’océan. 
170000 tonnes de déchets radioactifs générés par l’accident sont disséminées dans tout le Japon. 
Depuis 2011, près de 10 millions de personnes sont à la merci d’une exposition quotidienne au rayonnement ionisant. 
Plus de 170000 personnes ont été déplacées. 
On compte officiellement 2267 morts liés directement ou indirectement à l’évacuation qui a suivi la débâcle nucléaire.
Pour tenter de décontaminer les sols gorgés de césium 137, la terre a été décapée. La surface du sol a été raclée sur cinq centimètres par des bulldozers, avant d’être entreposée dans des millions de sacs stockés dans des entrepôts et en plein air. 
Des arbres ont été arrachés, des forêts rasées. 
La population a été prise comme des cobayes dans un monde devenu un laboratoire d’expérimentation à ciel ouvert. Le gouvernement japonais et les autorités nucléaires internationales ont tout fait pour banaliser la situation en relevant le seuil de contamination acceptable de 1 à 20 millisieverts par an (mSv/an), soit un taux quatre fois supérieur à celui de Tchernobyl. Les habitants ont été incités à revenir dans des zones proches de la centrale sur certains territoires. Ce sont les « kikankonnankuiki », ce qui signifie littéralement « zone de retour confus ».
Une autre histoire 
De 1966 à 1996, la France s’est livrée à 193 essais nucléaires dans le Pacifique, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa dont 41 essais atmosphériques, autorisés jusqu’en 1974. Le 17 juillet 1974, une bombe de 4 kilotonnes explose à Mururoa, sous le nom de code Centaure. L’essai est un échec du point de vue technique. Le champignon atomique s’élève moins haut que prévu (5 200 mètres au lieu de 8 000 mètres), mais surtout il ne prend pas la direction prévue par les autorités françaises. En effet, alors que les retombées sont prévues pour se faire dans l’océan, les vents changent juste après l’essai et le nuage radioactif se dirige vers Papeete et l’atteint deux jours après. Déjà en 1966, lors de l’essai Aldebaran (et poésie des décombres, tous les essais portent le nom d’une constellation visible de ces iles), les militaires savaient que les retombées allaient sur faire sur les Iles Gambiers, habitées, mais l’essai fut quand même maintenu ! 
Tous ces essais sont équivalents à 800 bombes de Hiroshima. 
Difficile d’ignorer les terribles conséquences environnementales et sanitaires de cette campagne atomique décidée par le Général de Gaulle pour « dans un monde dangereux, nous assurer la paix »! 
Les essais nucléaires français encore une autre « zone de retour confus ». 

Aujourd’hui, après avoir évoqué ces terribles événements, les Nowakowskismes vont explorer l’ambivalence de notre devenir dans une époque non de rupture brutale mais d’effondrement graduel et permanent. Des zones, qu’elles soient « la zone de retour confus » de Fukushima, ou les atolls polynésiens ou toutes les autres, transforment et touchent dans la longue durée les êtres qui les explorent et leurs enfants aussi. Paul Virilio parlait d’« un accident de réalité », par essence évolutif et durable sur des générations. Ce soir, l’accident de réalité, ce sont ces zones, conséquence d’un désastre nucléaire dans une région, ou des destructions conséquences du capitalisme sauvage ou de visiteurs furtifs en route pour un ailleurs. Ce soir, les Nowakowskismes explorent les Zones. 

Commençons avec Anna Lowenhaupt Tsing et son livre intitulé « Le champignon de la fin du monde » avec comme sous-titre « sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme ».  Paru en 2017, il peut commencer à nous éclairer sur les caractéristiques de ces Zones de passage, de ces paysages en transformation au sein d’une apocalypse mutante. Elle écrit qu’« en 1945, quand Hiroshima fut détruite par une bombe atomique, il a été rapporté que la première créature vivante à émerger dans le paysage désolé était un champignon Matsutaké ». Dans ce texte, il y a quelque chose de Philip K. Dick et de Docteur Bloodmoney. On y lit : « La plupart des gens avait peur des champignons, surtout depuis le cataclysme ; ils craignaient surtout des espèces nouvelles, les mutantes car, dans ces cas, les livres ne leur étaient d’aucune utilité […] ». 
Anna Tsing décrit ces communautés de cueilleurs de matsutakés, travailleurs précaires pour beaucoup immigrés d’Asie du Sud-est installés au coeur des forêts dévastées de l’Oregon. Les matsutakés sont des champignons sauvages qui vivent et s’accommodent bien, comme les rats et les cafards, des dégâts environnementaux provoqués par les humains. Dans ces zones dévastées, on y voit aussi des panneaux, des scieries, des squelettes de maisons, des tas de bidons rouillés, des terrains vagues envahis par les broussailles et des pins tordus. Ils ressemblent aux paysages délabrés imaginés pour notre futur par Philip K. Dick ou Octavia Butler. Anna Tsing décrit cette « Zone », les ruines que sont devenues votre maison commune,  cette région, si moche vue du ciel (voir Google Earth), où les trésors sont tellement « terrestres » qu’ils en deviennent extraterrestres. Là, il s’agit de champignons que des gourmets japonais s’arrachent à prix d’or. 
Anne Tsing parle d’une « troisième nature » pour « rendre compte de ce qui réussit à vivre malgré le capitalisme ». Il s’agit alors d’apprendre à vivre dans les ruines, dans la Zone, là où tout idéalisme, tout attachement à des abstractions justifiant le pouvoir de « simplifier » », là où faire fi « de l’art d’observer, mène au désastre ». 
Parce que la Zone, ces zones regorgent de ces objets et de ces êtres incompréhensibles, peut-être porteurs d’une magie toujours incertaine, voire miraculeuse ou diabolique. Comment alors caractériser les êtres qui peuplent cet espace ? Ils sont « des réponses tombées du ciel à des questions que nous ne savons pas encore poser » et nous rappellent qu’il nous faut nous échapper à l’idée que le futur est cette direction particulière qui ouvre le chemin devant nous. Comme dans un champ quantique, de multiples futurs apparaissent et disparaissent du champ des possibles, et quelque chose émerge de cette polyphonie temporelle de la Zone. 

Pause – https://youtu.be/H7I_P2QsTyU

La Zone qui nous intéresse maintenant est peut-être le résultat d’un accident nucléaire. Elle est peut-être aussi  la trace d’extraterrestres, de visiteurs qui sont passés sur Terre et sont repartis, laissant derrière eux plusieurs zones d’atterrissage jonchées de leurs déchets. Un pique-nique, une halte sur le bord de l’autoroute galactique vers leur lieu de villégiature, la Terre comme une aire de repos souillées de leurs déchets à quelques parsecs de leur destination. Ces pique-niqueurs partis, les rats sont arrivés, méfiants mais curieux. Ils se sont approchés des fragments froissés de cellophane, des languettes brillantes de canettes de bière et tentent de ramener quelques petites choses dans leurs terriers. Or, la plupart de ces débris mystérieux sont extrêmement dangereux. Certains s’avèrent utiles mais les scientifiques ne savent jamais s’ils utilisent ces artefacts selon l’usage qui leur était dévolu, ou s’ils emploient des composants électroniques inimaginables comme joujoux ou comme objets de décoration. Ils ne peuvent comprendre les principes de ces artefacts, la science qui se cache derrière eux leur est inaccessible. 
Un ramassage, une cueillette de ces « champignons étranges » puis un marché se développent grâce à ces individus qui pénètrent dans les zones interdites, dans ces forêts dévastées au risque de diverses mutations voire d’une mort horrible, pour prélever un peu de ces objets pour les rapporter et les vendre. 
Ces individus sont des voyageurs, des ramasseurs de champignons, des cueilleurs, des chercheurs incroyablement attentifs au nouveau et dangereux terrain qu’ils découvrent peu à peu. Ils sont à l’écoute des bruissements des herbes et des feuilles, aux aguets des ombres, des signes venant des pierres et des arbres, en éveil face aux frémissements des limaces, des mouches et des moustiques. Sans cesse, leurs sens sont en interaction, en symbiose aux êtres, objets, mouvements et phénomènes vivants ou non, visibles ou invisibles, ils sont des passeurs d’un territoire apocalyptique, né de la fusion du terrestre et de l’extraterrestre, du vivant et des destructions du capitalisme. Sans eux, entrer dans la « Zone » revient à y mourir, Anna Tsing le raconte. Explorateurs de l’inconnu, ils accompagnent les personnes, prêtes comme lui à risquer leur vie, si ce n’est leur âme, dans un espace ouvert à tous les changements. S’orientant doucement, considérant le moindre détail de leur environnement, avançant en prêtant une immense attention à son contexte, ils naviguent avec précaution dans notre Terre d’après ou en cours d’apocalypse au long cours, entre les bois silencieux, les champs d’herbes folles, les portails et poteaux électriques dégingandés, les ruines mangées de plantes, les formes et les fumées bizarres, les ruisseaux labyrinthes, les égouts dévastés et rempli de stalactites, chiens errants, des oiseaux volant au ras des petites collines de sable, des poissons dans un filet d’eau croupissante aux effluves qu’on suppose chimiques, … Ils sont au coeur d’une nature en mutation, sauvage, menaçante, imprévisible qui semble se venger de la modernité scientifique et hyper capitaliste par la grâce d’une altérité radicale. Ces Zones ne peuvent être détruites car « même dans l’hypothèse du miracle, elles restent une partie de la nature, et par conséquent porteuses d’espoir, en un certain sens ». 
Les voyageurs de l’espace qui se sont arrêtés là, s’ils ont remarqué notre existence, ne nous ont pas jugés intéressants, relégués au rang d’insectes, de rats. Aucune communication, or sans communication, il ne peut y avoir de compréhension. Depuis, les Zones ont une incidence sur tout ceux qui ont affaire à elles. La corruption et le crime accompagnent leur exploration, ceux qui les ont fuies sont poursuivis par une catastrophe et les enfants de ces cueilleurs font l’objet de mutations génétiques, au point de sembler à peine humains. Les « Zones » transforment un trou perdu, ville, forêts dévastés, territoires vidés après un cataclysme nucléaire, en « un trou vers l’avenir ». Elles sont un tunnel mortel d’où pourraient sortir des connaissances incroyables à jamais inaccessibles aux gens ordinaires vivant dans ces ruines.

En pleine nuit de l’été 69, un extraterrestre bardé d’une Fender 12 cordes débarque et se met à jouer … ça https://youtu.be/kJSEZeNrKNM

Et cette humanité en errance alors ? 
Ces milliards de victimes de la « redistribution inégalitaire de la vulnérabilité » qui paient le prix fort dudit progrès depuis la nuit des temps ne sont jamais racontées. C’est Octavia Butler qui ouvre des pistes dans ces deux romans, La parabole du semeur et La parabole des talents. Elle y dépeint une zone, un entre-deux mondes qui n’a rien de romantique. 
En effet, entre 2020 et 2030, après une « décennie et demie vouée au chaos » climatique, sanitaire et économique , elle met en scène la constitution d’une communauté de laissés-pour-compte, d’orphelines et d’hommes cassés, d’anciens maraudeurs et de couples condamnés par l’église, de femmes violées et de gamins ayant dévoré des rats ou des cafards dans les souterrains. Des Noirs, des Blancs, des Latinos, des Asiatiques et toute la gamme des métissages envisageables dans les cités désormais ruinées bâtissent ensemble, vaille que vaille, une contre-société. L’heure est au glanage dans les bosquets, les jardins et les champs abandonnés, à la recherche des baies et fruits sauvages, des plantes coriaces pouvant s’acclimater dans les régions désertiques, à la récupération, également, des pots et des outils rongés par la rouille, des poêles, des clous, des chaines, des planches trainant dans les fermes dévastées. Dans ce contexte de l’effondrement vécu, c’est par ces règles que cette communauté de bric et de broc devient politique : « Quiconque se joignait à eux, enfant ou grande personne, se devait d’acquérir ces connaissances élémentaires et d’apprendre un métier. Quiconque se trouvait en possession d’un métier se faisait aussitôt un devoir de transmettre ce savoir-faire à quelqu’un d’autre ». Dès lors qu’elle s’active et se met en phase avec la force collective du groupe, elle participe à la construction d’un monde alternatif, une zone au coeur d’un capitalisme qui a ravagé la planète par l’effondrement et les pires réflexes survivalistes qu’il a induits.
Une particularité étrange et signifiante de cette communauté est qu’elle s’est improvisée autour de Lauren Oya Olamina et une dimension religieuse à la fois hérétique et intersidérale. « Olamina croit en un dieu qui se soucie d’elle comme d’une guigne. En réalité, cette divinité est un processus, un ensemble de processus pour être précis, davantage qu’une simple entité. Il n’a pas conscience de l’existence de la communauté, il n’a conscience de rien. La conscience n’est pas de son ressort ». 
Il est ces Visiteurs qui sont passés, qui ont donné naissance à ces Zones en laissant leurs traces et qui ont ainsi contribué à une évolution biologique, à la théorie du chaos, à la relativité, au principe d’incertitude, à la seconde loi de la thermodynamique. Toute chose est porteuse de changement, mais toute chose n’est pas destinée à changer de toutes les façons. Alors ils forment le rêve d’essaimer l’essence vitale de la planète, en proie à des ouragans de destruction physique et métaphysique, pour faire renaître l’humanité, la vie, la flore et la faune à travers les étoiles. Ils forment alors le projet de partir à bord d’un vaisseau, véritable arche de Noé végétale, emportant dans ses flancs, outre les embryons humains et animaux, un chargement inouï de graines, spécimens, outils, matériel médical, scientifique, et des fichiers informatiques contenant toute la mémoire du monde et, plus lourd encore, le « poids considérable des rêves et des espoirs ». Un avenir se dessine alors par une voie difficile, complexe, nécessitant de traverser la zone, les ruines, les turbulences et les rêves. 
« Je ne suis pas en train de proposer de revenir à l’âge de pierre. Mon projet n’est pas réactionnaire ni même conservateur, mais simplement subversif. Il semble que l’imagination utopique soit piégée […] dans un futur unique où il n’est question que de croissance. Tout ce que j’essaie de faire, c’est d’essayer de faire dérailler la machine ». Ces mots d’Ursula Le Guin rejoignent ceux de la Zone de rêve collectif, un collectif d’auteur-es de science-fiction qui veut nous rappeler que nos avenirs nous appartiennent et qu’il nous faut les imaginer et les rendre contagieux. Restons convaincus que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur.

Pour finir, lisons ! 
Le décret n° 2021-269 du 10 mars 2021 relatif au recours à la vidéo intelligente pour mesurer le taux de port de masque dans les transports. Dans les territoires où, pour faire face à l’épidémie de covid-19, une loi ou un décret impose le port d’un masque de protection dans les véhicules ou les espaces accessibles au public et affectés au transport public de voyageurs, les exploitants de services de transport public collectif de voyageurs ainsi que les gestionnaires des espaces affectés à ces services veillent au respect de cette obligation. Pour l’exercice de cette mission, les exploitants et les gestionnaires qui utilisent des systèmes de vidéoprotection autorisés sur le fondement de l’article L. 252-1 du code de la sécurité intérieure peuvent utiliser ce dispositif aux fins :
1° D’évaluation statistique dans le respect des obligations prévues au point 1 ;
2° D’adaptation de leurs actions d’information et de sensibilisation du public.

N’oublions pas que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur. 

Son de fin https://youtu.be/GpAUDOI24Oo  

Sources et références https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043235679 https://reporterre.net/Fukushima-nous-a-fait-entrer-dans-l-ere-du-capitalisme-apocalyptique 
Les atolls de l’atome. https://www.telerama.fr/debats-reportages/polynesie-francaise-dans-les-coulisses-dune-enquete-sur-un-lourd-secret-detat-6834313.php 
https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-13-mars-2021 
Stalker, « Pique-nique au bord du chemin » de Akkadi et Trois Strougatski / et le film de Andrei Tarkovski, « Stalker ».
Le champignon de la fin du monde. Anna Lowenhaupt Tsing, 2017
La parabole du Semeur et La parabole des talents, de Octavia Butler. 
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/02/ZANZIBAR/61351 http://zanzimooc.zanzibar.zone 
Ursula Le Guin, « A non-euclidean view of California as a cold place to be », in Dancing at the edge of the world, 1989
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.13-16032021-09/ 

 

Nowakowskismes 5.12. Totalitude

« Si le monde devait crever demain, je planterais un arbre aujourd’hui ». 
Ces mots sont ceux de Donella Meadows. Elle faisait partie des quatre, Donella Meadows, Dennis Meadows, Bill Behrens et Jorgen Randers, qui ont écrit en 1972 le rapport Meadows intitulé « Les Limites à la Croissance ». 
Il y a 50 ans, au MIT, ces quatre étudiants chercheurs sont chargés de réfléchir aux conséquences de la croissance sur la planète. En sortira le rapport Meadows, qui sera vendu à dix millions d’exemplaires. 
Avec enthousiasme, ils vont arpenter le monde pour convaincre les décideurs d’agir lesquels décideront de ne rien faire. 
« Les Limites à la Croissance » est la seule étude prospective ayant annoncé avec force détails, et sans se tromper, la fin des festivité pour l’humanité. L’enjeu est simple, ou bien le monde développé réduisait rapidement son empreinte carbone, ou bien la nature se chargerait de rappeler l’humanité à sa condition.  
Le rapport Meadows est l’histoire d’un rendez-vous manqué parce qu’à sa sortie, les sociétés industrielles occidentales baignent depuis trente ans dans un régime de croissance ininterrompue n’invitant évidemment pas à l’autocritique d’un modèle dévorant la planète et le vivant mais offrant aux populations du monde industrialisé un confort jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Même le Club de Rome qui avait pourtant commandité l’étude n’a rien voulu entendre ! 
Des rendez-vous manqués en 1972, puis en 1992, et encore en 2012 et encore plus grave en 2021. En effet, malgré toutes les alertes, tous les signaux, ce rendez-vous est manqué avec la planète, ou plutôt avec ceux qui la dirigent et qui, décennie après décennie, sur l’environnement, écoutent sans entendre, font mine de s’inquiéter puis ne font rien. En France, malgré les promesses faites à la Convention citoyenne pour le climat, la loi climat c’est dire adieu à la taxe sur les billets d’avion et l’interdiction des vols pour les destinations inférieures à 2h30 en train ! C’est dire adieu à la taxation sur les engrais chimiques ! C’est dire adieu à l’arrêt de l’extension des zones commerciales, parce qu’on va continuer à bétonner des terres agricoles pourvu que la superficie reste inférieure à 10000 m2 … et tout le reste. 
Les années ont passé, Donella est morte en 2000. Voyant que que rien ne se passait, que rien n’avait été fait pour ralentir la machine productrice, elle avait repris la plume avec ses compères et le livre avait changé de titre pour devenir « Beyond the limits (Au delà des limites) ». Y furent rajoutés cinq outils indispensables selon eux pour la transition, l’inspiration, l’honnêteté, le travail en réseau, l’apprentissage et l’amour.  Pour finir, ces quelques mots de Dennis Meadows : « N’oubliez jamais qu’il existe deux façons de toucher au bonheur. La première est d’obtenir plus – c’est celle après laquelle notre civilisation a couru à perdre haleine – et la seconde, de vouloir moins ». Je ne sais pas pour vous mais moi c’est la seconde option que je privilégie. 

Aujourd’hui, pour faire suite à ce que nous venons d’évoquer avec le rapport Meadows, nous allons faire un tour dans le secteur de l’énergie, et plus particulièrement chez Total, une des entreprises les plus importantes au monde en termes de capitalisation. Total, fleuron de l’industrie française, présente dans une multitude de pays, toujours à l’affut de terres gorgées de pétrole ou de gaz, ne fait pas grand cas des objectifs des Accords de Paris. Ce soir, nous nous intéressons donc au rapport publié la semaine dernière par Reclaim Finance et Greenpeace, qui détaille les pratiques des grandes entreprises polluantes, et plus particulièrement Total, et de leurs financeurs.

Un nombre croissant d’acteurs financiers français et internationaux s’engagent à atteindre la neutralité carbone et à aligner leurs activités sur l’objectif de 1,5°C ou directement aux objectifs de l’Accord de Paris. 
En tant que cinquième capitalisation du CAC 40, Total figure dans les portefeuilles d’investissement de la majorité des investisseurs français et bénéficie des financements et couvertures d’assurance des grandes banques et sociétés d’assurance françaises. Total est aussi le premier émetteur de gaz à effet de serre du CAC40 et l’un des plus gros émetteurs internationaux. En effet, en 2020, Total a produit 447 unités d’énergies fossiles pour 1 d’énergies renouvelables. Malgré sa volonté de se refaire une identité et une virginité en devenant TotalEnergies, Total continue d’investir massivement dans le développement de nouveaux projets liés aux énergies fossiles, comme par exemple ce projet pétrolier d’EACOP (East African Crude Oil Pipe Line) entre l’Ouganda et la Tanzanie, ou des projets de propositions des énergies fossiles en Arctique.
Rappelons que chez Total, 90% des dépenses d’investissements demeurent toujours orientées vers les énergies fossiles. L’évolution de sa production d’hydrocarbures est manifestement une augmentation de plus de 50% entre 2015 et 2030. En 2030, les émissions de CO2 de Total devraient excéder de 200 Millions de tonnes les émissions maximales autorisées pour s’aligner sur une trajectoire à 1,5°C. 
L’ambition affichée d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 n’est donc que du pipeau.
La manière dont les acteurs financiers français adaptent leur relation à Total dans un contexte d’urgence climatique est un bon indicateur de la sincérité de leurs engagements. Quelles sont les promesses climatiques du groupe, quelle est la manière dont les acteurs financiers ont jusqu’à présent traité un tel poids lourd du secteur énergétique ? Voilà les questions importantes !
Les efforts déployés pour l’atteinte d’objectifs climatiques de long terme peuvent être analysés à travers deux axes structurants et complémentaires des politiques climat adoptées par les acteurs financiers.
Le premier axe suit une approche globale qui couvre l’intégralité des portefeuilles des acteurs financiers et des entreprises qu’ils soutiennent. Ainsi, ces acteurs financiers n’atteindront leurs objectifs climatiques que si les entreprises qu’ils soutiennent alignent leurs activités sur ces mêmes objectifs. Il s’agit donc pour eux, soit d’exclure de leurs soutiens les entreprises non alignées, soit de les pousser à se transformer vite pour s’aligner sur les objectifs. On peut par exemple citer l’initiative de résolution climat déposée en vue de l’assemblée générale de Total en 2020 par 11 actionnaires dont Meeschaert AM, La Banque Postale Asset Management et Crédit Mutuel. Bien qu’elle demandait au premier pollueur français d’adopter des objectifs de décarbonation de ses activités de manière à s’aligner sur les objectifs de l’Accord de Paris, des noms bien connus comme AXA, Amundi (société française de gestion d’actifs qui gèrait fin 2020 1 729 milliards d’euros d’encours classée à la première place des entreprises de gestion d’actifs en Europe), Natixis (établissement financier français créé en 2006, filiale du groupe BPCE, lui-même issu de la fusion des groupes Caisse d’épargne et Banque populaire), et de nombreux autres, ont voté contre.
Le deuxième axe suit une approche sectorielle visant à trouver des solutions immédiates pour les secteurs les plus polluants, lesquels s’avèrent concentrer aussi les plus lourds risques ESG  (pour Environnement, Social et Gouvernance, terme utilisé par les investisseurs, banques et autres organisations de financement lorsqu’ils souhaitent évaluer les risques liés aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises de par leur activité et leur engagement) et financiers. Pour une entreprise gazière et pétrolière, cela concerne les hydrocarbures non conventionnels c’est-à-dire la prospection de gaz et de pétrole de schiste, l’exploitation des sables bitumineux et les forages en Arctique et en eaux très profondes. Les principaux acteurs financiers ont déjà adopté des mesures sur certains de ces secteurs, mais celles-ci s’avèrent lacunaires et insuffisantes pour enrayer le développement de ces activités. En réalité, tous continuent de soutenir Total alors qu’elle se développe notamment en Arctique et en eaux très profondes. 
Alors qu’agir sur le premier axe ne pourra produire des impacts qu’au bout de quelques années, viser les secteurs les plus polluants permet de répondre à l’impératif scientifique de baisser tous les ans nos émissions de gaz à effet de serre de 7,6% jusqu’en 2030. Les actions à mener sur les deux axes doivent bien entendu être fondées sur les résultats scientifiques qui montrent la nécessité d’une baisse de 4% la production pétrolière et de 3% la production gazière par an d’ici 2030 afin de tenir l’objectif de 1,5°C. En clair, les acteurs financiers ne pourront atteindre leurs objectifs climatiques de long terme qu’à condition de pousser des entreprises comme Total à ne plus explorer ou ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, a fortiori dans les pétrole et gaz non conventionnels, et à adopter une stratégie globale de décarbonation de l’intégralité de leurs activités.
Malgré son narratif de groupe multi-énergies orientés vers le Gaz Naturel Liquéfié (GNL) et la production d’électricité à partir de renouvelables et de gaz, Total demeure à l’heure actuelle une entreprise pétrolière déterminée à profiter au mieux des dernières réserves de pétrole conventionnel. 
En effet, malgré tout cela, Total est notamment impliqué dans un projet qui a toutes les « chances » de devenir le DAPL de l’Afrique (DAPL pour Dakota Access Pipeline, ou Bakken pipeline) en référence au projet de pipeline de pétrole lourd construit en Amérique du Nord et contesté en raison des lourdes violations des droits des populations autochtones, en plus de des risques induits considérables pour le climat et l’environnement. Cet pipeline sera le plus long oléoduc de brut chauffé, s’étirant sur 1 445 kilomètres entre la raffinerie de Hoima en Ouganda jusqu’au port de Tanga en Tanzanie. Sa construction est indispensable à l’exploitation de nouvelles réserves de pétrole découvertes dans la région des Grands Lacs. Parmi les 1,7 milliards de barils de pétrole récupérables, Total entend en produire environ 200000 par jour à partir de Tilenga situé dans et aux alentours du parc naturel protégé des Murchison Falls. Le pipeline transportera 216000 barils de pétrole brut par jour. Ceci entraînera plus de 33 millions de tonnes d’émissions de CO2 chaque année, une quantité nettement supérieure aux émissions combinées de l’Ouganda et de la Tanzanie. En plus d’alimenter la crise climatique, l’oléoduc permet d’ouvrir des écosystèmes critiques à l’extraction du pétrole, dont le parc national de Murchison Falls, l’un des plus visités d’Ouganda. De plus, ce projet menace de nombreux environnements protégés, forêts, zones humides et mangroves ainsi que les moyens de subsistance des communautés locales. Enfin, en passant par des centaines de villages en Ouganda et Tanzanie, le projet devrait provoquer un déplacement à grande échelle des communautés. Des dizaines de milliers de personnes voient déjà leurs terres accaparées et leurs droits bafoués. Les pressions et intimidations exercées par Total pour faire taire ceux et celles qui oseraient contester ont même suscité l’intervention de plusieurs rapporteurs spéciaux des Nations-Unies et se heurte à une résistance importante de la part des communautés locales et de la société civile internationale. 
Donc, alors que la glace de l’Arctique fond à une vitesse sans précédent, Total est impliqué dans 5 nouveaux projets- dont Arctic LNG – et pourrait en développer 12 autres, ainsi qu’un projet similaire aux Etats-Unis, le Cameron LNG, qui vise à liquéfier du gaz de schiste.
En France, Total a été assigné en justice par les Amis de la Terre, Survie et des organisations ougandaises sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance pour violation de ses obligations légales de prévenir les violations des droits humains et les dommages environnementaux. C’est maintenant au tour des acteurs financiers d’être interpellés sur leur responsabilité. En effet, plusieurs ONG dont BankTrack, AFIEGO, BothENDS, Just Share et Inclusive Development International avec le soutien de Reclaim Finance ont alerté les banques mais aussi les investisseurs de Total sur les multiples risques associés à tous ces projets. A ce jour, aucun acteur financier ne s’est toujours pas exprimé.
Alors que nous devons diminuer la production de pétrole et de gaz de respectivement 4% et 3% par an d’ici 2030, et c’est demain, Total envisage d’augmenter sa production d’hydrocarbures d’ici 2030. Si les nombreux nouveaux projets pétroliers et gaziers aboutissent, ils annihileront toute possibilité de maintenir le réchauffement à 1,5°C. Tout ceci ne sont que des aberrations destructrices alors que notre budget carbone disponible pour contenir le réchauffement à 1,5°C ne nous permet déjà pas d’exploiter l’intégralité des réserves d’énergies fossiles en exploitation.
Alors, comment évaluer le sérieux des engagements des acteurs financiers sur le climat ? Ils doivent répondre à ces questions. Financent-ils et assurent-ils de nouveaux projets de production d’énergies fossiles ? Continuent-ils de financer, assurer et investir dans les entreprises qui les portent comme Total ? Malheureusement, à l’heure actuelle, aucun d’eux,  ne répond par la négative à ces questions. Même les secteurs les plus risqués des pétrole et gaz non conventionnels, sables bitumineux, gaz et pétrole de schiste, étendu sur toute la chaîne de valeur, donc comprenant les pipelines et terminaux de GNL, forage en Arctique et en eaux très profondes, trouvent encore leurs financements. 
Comme toujours, les plus gros acteurs financiers ont affiché adopter de premières mesures d’exclusion sur l’exploitation des sables bitumineux, les forages en Arctique, et l’extraction du pétrole et du gaz de schiste. C’était déjà il y a plusieurs années mais les bonnes intentions affichées à grand renfort de communication demeurent extrêmement lacunaires et tardent même dans certains cas à se concrétiser. Ainsi, le Crédit Agricole et Natixis ont tous deux déclaré, lors de leur assemblée générale de 2020, qu’ils ne financeraient plus les entreprises spécialisées dans la production de gaz et pétrole de schiste. Non seulement cet engagement n’a pas été traduit en politique, mais il ne couvre pas le développement de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié, issu de la fracturation hydraulique, et derrière lesquels se trouve notamment Total.
Alors, et les réponses sont évidente ! Il faut que les banques et les assureurs ne financent plus ou n’assurent plus de nouveaux projets d’énergies fossiles. Il faut que tous les acteurs financiers ne soutiennent plus les entreprises comme Total tant qu’elles n’ont pas renoncé à explorer ou à ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, y compris à travers la construction d’infrastructures de transport. Il faut de plus, et dès maintenant, qu’elles conditionnent leurs soutiens à l’adoption d’un plan de décarbonation des activités aligné avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. Enfin, il faut que les actionnaires de Total prennent leurs responsabilités lors des prochaines assemblées générales en déposant et en votant massivement des résolutions inscrivant des mesures fortes de transparence et d’engagement ferme à adapter toutes les activités à l’urgence climatique.  

Pour finir, retrouvons Lawrence Ferlinghetti décédé la semaine dernière. En 2004, il nous offrait sa définition d’une poésie pour le XXIème siècle. Dernière figure de la Beat Generation, Lawrence Ferlinghetti était éditeur et libraire, proche de Ginsberg, Kerouac et Burroughs. Il avait fondé en 1953 City Lights Booksellers & Publishers, à San Francisco. Il est mort à la veille de ses 102 ans. 

« La poésie est le cri que l’on pousserait en s’éveillant dans une forêt obscure au milieu du chemin de notre vie.
La poésie est le soleil qui ruisselle à travers les mailles du matin.
La poésie, ce sont des nuits blanches et des bouches de désir.
La poésie est l’argot des anges et des démons.
La poésie est un canapé où s’entassent des chanteurs aveugles qui ont posé leurs cannes blanches.
La poésie est le dérèglement des sens qui produit du sens.
La poésie est la voix de la quatrième personne du singulier.
La poésie ce sont toutes les choses nées avec des ailes et qui chantent.
La poésie est une voix dissidente qui s’insurge contre le gaspillage des mots et la surabondance insensée de l’imprimé.
La poésie est ce qui existe entre les lignes.
La poésie est faite des syllabes des rêves.
La poésie, ce sont des cris lointains, très lointains, sur une plage au soleil couchant.
La poésie est un phare qui fait tourner son mégaphone au-dessus de la mer.
Un poème peut être fait d’ingrédients ménagers courants. Il tient sur une seule page et peut cependant remplir un monde et se loger dans la poche d’un cœur.
La poésie, ce sont des pensées sur l’oreiller après l’amour.
La poésie est un chanteur des rues qui sauve les chats de gouttière de l’amour.
La poésie est le dialogue des statues.
La poésie est le bruit de l’été sous la pluie et la clameur de gens qui rient derrière des volets clos dans une rue étroite.
La poésie est une grande maison résonnant de toutes les voix qui ont jamais dit quelque chose de fou ou de merveilleux.
La poésie est la voix à l’intérieur de la voix de la tortue.
La poésie est un livre de lumière la nuit.
La poésie n’est pas que l’héroïne, les chevaux et Rimbaud. Elle est aussi le murmure des éléphants et les prières impuissantes des passagers aériens qui attachent leur ceinture pour la descente finale.
Tel un bol de roses, un poème n’a pas à être expliqué. »

Sources et références 
Cinquante ans avant la Convention pour le climat :  l’incroyable histoire des quatre chercheurs qui avaient déjà tout prévu https://www.telerama.fr/debats-reportages/cinquante-ans-avant-la-convention-pour-le-climat-lincroyable-histoire-des-quatre-chercheurs-qui-6822606.php 
Rapport publié par Reclaim Finance et Greenpeace https://reclaimfinance.org/site/wp-content/uploads/2021/02/TotalFaitDuSale_LaFinanceComplice-1.pdf https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-26-fevrier-2021 
https://www.monde-diplomatique.fr/1992/07/RAMONET/44576 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.12-01032021-17/