Nowakowskismes 5.11. Cube de Misner

Aujourd’hui, les Nowakowskismes sont l’occasion d’une escapade dans un monde imaginaire, mais peut-être pas si imaginaire que cela. À vous de juger ! Vous êtes prêts ? 

Aucun langage humain ne peut exprimer ce qui ressemble à un commencement du temps. Les ténèbres se dissipèrent, le temps recommença pour lui. Il était d’ailleurs incorrect de dire que le temps avait commencé lorsqu’il ouvrit les yeux mais il n’avait pas trouvé mieux. Il ne pourrait certainement jamais s’habituer à ce moment où le monde se remettait à battre, ce réveil du mouvement. 
Il sortit de son lit, et il se dirigea vers la lumière qui ricochait jusqu’à sa chambre depuis la pièce centrale de son appartement. 
Au travers des baies vitrées donnant sur le ciel, le soleil s’illumina lentement, ne révélant au début que sa forme de disque rougeoyant, avant que ses rayons ne balaient progressivement les derniers lambeaux de cette obscurité qui avait enveloppé le monde. Le soleil perdit petit-à-petit ce rouge qui semblait l’obséder et l’habiter même quand il réussissait à quitter la réalité pour ces nuits sans rêve. Un cercle bleu se dessina aux abord de cette source de lumière, et se déploya lentement pour composer le ciel. 
Et sous le ciel émergea un espace vide, il était là au bord, comme surplombant au loin des ensembles d’habitations verticales, percées de multiples fenêtres ouvertes sur des espaces privés inaccessibles. Sous le soleil qui s’éclaircissait, cette forêt d’immeubles se déploya devant lui. Il choisit un disque 33 tours. Il adorait ce contact physique et les passer en revue un à un jusqu’à ce qu’un lui fasse signe. Ce matin là, c’était un vieil album Santana, Abraxas, et il les notes de Samba pa ti emplirent son réveil. 

https://youtu.be/timZoOs9ozo 

Il se prépara un café, et avant de pouvoir se servir, il laissa ses pensées revenir à la surface consciente se demandant quel serait son programme pour la journée. 
Il se servit un café, fit quelques pas et franchit le seuil de l’appartement pour se retrouver à l’air libre, sur sa terrasse qui surplombait cette étrange ville. Buvant son café bien chaud, il laissa son regard parcourir le monde qui l’entourait. 
Comme tous les matins, son voisin en face au loin semblait boire aussi son café, et quand il lui fit signe, l’autre lui répondit du même signe de bras quasi simultanément. C’était leur rituel matinal. Et chaque matin, sa présence lointaine le rassurait et ramenait une sorte de permanence après l’oubli de la nuit. Et l’habitude de se retrouver ainsi avait créé cette familiarité, ce rituel, et surtout cette proximité. 
Il ne devait pas oublier de saluer son autre compagnon qui se trouvait à sa gauche dans l’alignement de sa terrasse. Il fit un signe, l’autre répondit, et tout fut parfait, tout était à sa place, la journée pouvait commencer. 
Il avait un programme chargé. Il était enseignant. Il devait se connecter sur la plateforme d’enseignement en ligne de son université pour pouvoir retrouver ses étudiants et faire cours. Là aussi, c’était un rituel. Démarrer le logiciel, se connecter, ouvrir son micro et sa caméra, et commencer à parler après quelques échanges de bienvenue. C’étaient les modalités qui formaient son quotidien depuis maintenant un temps qu’il avait cessé de mesurer. La question n’était plus là, son agenda partagé se mettait à jour automatiquement et son programme lui apparaissait semestre après semestre, invariablement. Il n’avait qu’à cliquer sur le lien associé au petit rectangle coloré dans son agenda pour se retrouver face un alignement de stèles ou de vignettes, ça dépendait, portant les noms (parfois farfelus, certains étudiants étaient facétieux) de ceux à qui il allait parler pendant quelques heures. Leurs échanges se résumeraient à des interventions écrites dans un espace de conversation et alternant diaporama, réponses aux questions, les heures se passeraient jusqu’au moment de raccrocher, non sans avoir fait quelques petites pauses pour permettre à son corps de se dégourdir et remplir sa tasse d’un thé bien chaud. 
Aujourd’hui les questions étaient bizarres, elles n’étaient pas en relation avec le cours. Les messages précédés des prénoms s’empilaient dans l’espace de discussion, et revenait à intervalle régulier un message de Christelle, demandant : « Monsieur ! Quel est ce monde dans lequel nous vivons ? ». Il remonta dans l’historique des messages. Parmi les échanges en lien avec le cours, les digressions, les petites plaisanteries, des compléments ou des partages, revenait régulièrement ce message. Il interrogea le groupe et personne ne sut que dire, et personne ne savait qui était Christelle. C’était d’ailleurs assez normal vu que, depuis bien longtemps, les cours étant à distance, les étudiants ne se rencontraient plus sur un campus, ne se retrouvaient plus dans une salle. Ils ne connaissaient que les vignettes plus ou moins personnalisées des autres. Il avait lui-même presqu’oublié ces temps. Il avait même du mal à convoquer ses souvenirs pour se rappeler ce que ça faisait de faire cours dans une salle avec des étudiants devant lui. 
Il n’eut pas le temps de creuser l’affaire parce que le groupe suivant l’attendait et la plateforme lui rappelait avec insistance qu’il devait les rejoindre d’urgence. Il cliqua sur le lien, et se retrouva devant ce même alignement de vignettes blanches portant comme des pierres tombales les noms de ceux à qui il allait s’adresser pendant plusieurs heures. Ce groupe-là fut moins actif et il dut aller chercher l’énergie nécessaire au plus profond de lui-même pour finir la séance. La journée se termina par une réunion organisée par l’université et il déconnecta son ordinateur de la plateforme. Il avait un peu faim. Il fallait qu’il sorte pour aller acheter quelque chose à se cuisiner. Le soleil était encore haut dans le ciel, il faisait chaud. Il descendit, et traversa la rue. Il marcha jusqu’au marché central, s’acheta quelques légumes et quelques fruits, et tout-à-coup lui revinrent cette succession de messages identiques. Il n’avait pas envie de rentrer chez lui et décida de pousser un peu plus loin, vers la pépinière. Il marchait perdu dans ses pensées, se questionnant, et tout à coup il s’aperçut qu’il venait d’entrer dans sa rue par le chemin opposé de celui qu’il avait pris pour aller au marché. Il avait beaucoup marché, et du coup, certainement pris dans ses pensées, il n’avait pas vraiment eu conscience du chemin qu’il avait suivi pour se retrouver là, à cet endroit, et dans sa rue. 
Il évacua les questions, remonta dans son appartement et se prépara son repas en écoutant un vieux morceau de Bruce Springsteen, un morceau empli d’une mélancolie profonde qu’il écoutait quand il était au lycée. Ce morceau, c’était The river. 

https://youtu.be/lc6F47Z6PI4 

Il passa la soirée à lire un peu, à écouter de la musique, à regarder les cours du lendemain. Au moment de se coucher, il se remit à penser à ces messages énigmatiques. Il était fatigué, il s’endormit rapidement malgré les questions qui se pressaient dans son esprit. 
Il se réveilla bizarre. Ce n’était pas ce matin qui s’ouvrait comme un premier matin, vierge de la veille. Ces questions étranges, et une sorte d’incompréhension remontant de la veille. Une zone d’ombre inhabituelle. Il prit son café, se rendit sur sa terrasse, le voisin était là, il attendit son geste de bonjour, mais ce n’est que lorsqu’il lui fit signe, que l’autre au loin lui répondit. 
Il avait cours avec le même groupe que la veille. Il avait préparé et il commença à parler quand le premier message après les échanges de bonjours, envoyé par Christelle ne comportait qu’un seul mot : « Cube » ! Il continua son exposé, et comme la veille, le message revint à intervalles réguliers, « Cube » répété sur toute la durée de la séance. 
Il termina son cours. Cette journée-ci était moins remplie que la précédente. Il sortit sur sa terrasse, l’autre était là en face, et l’autre aussi à sa gauche était là. Il ne leur fit pas signe, et eux non plus d’ailleurs ne lui envoyèrent de signe. Il décida de sortir pour se dégourdir les jambes. La marche l’aidait à penser. Elle lui permettait de s’évader de ce quotidien qui, par moment, lui pesait. Il se dirigea vers le parc de La Cure d’air. Il voulait s’élever, voir la ville de plus haut. Ce mot, Cube l’obsédait. Qu’avait-elle voulu lui dire par ce Cube répété sur toute la séance ? D’ailleurs était-ce bien son prénom puisque personne n’avait pu lui donner de renseignements ? 
Il marchait et obsédé par des réflexions l’entrainant dans des références venues de la science-fiction, de ses lectures récentes, des textes qu’il avait écrit et c’est par le quai de la bataille et la rue de Phalsbourg qu’il se rendit compte qu’il s’approchait de chez lui. Il n’avait pas vu le temps passer. Avait-il atteint le parc de la Cure d’air, il ne s’en souvenait plus. Mais, ce qui le surprit c’est de se retrouver sur ce chemin directement opposé de celui qu’il avait pris pour démarrer sa promenade et ce, sans s’en être rendu compte. Il remonta chez lui, dina peu, et accablé d’une lourde fatigue, il se coucha et s’endormit brutalement. Et il rêva. Il rêva un monde, un monde extrêmement simple bien que déroutant, primitif parce finalement réduit à quelques dimensions et sans horizon. Un monde dans lequel avancer et s’approcher d’une de ses extrémités, c’est revenir à son point de départ. Ce monde était en fait un cube, d’un kilomètre de côté, avec un plafond et un plancher, et quatre murs. Et dans ce monde rêvé, chaque mur était en même temps le mur qui lui faisait face, le plafond était en même temps son plancher. Son univers était alors cette pièce à quatre murs dans laquelle même la lumière, lorsqu’elle atteignait une extrémité, revenait à son point de départ donnant ces effets de reflets, un monde dans lequel tout n’est qu’image dupliquée. Son univers était un cube de 1000 mètres de côté, un univers dans lequel chaque mur était en même temps le mur qui lui faisait face, un univers refermé sur lui-même. 
Puis les ténèbres se dissipèrent, le temps recommença pour lui. Il sortit de son lit, et il se dirigea vers la lumière qui ricochait jusqu’à sa chambre depuis la pièce centrale de son appartement. Il se servit un café, fit quelques pas et franchit le seuil de l’appartement pour se retrouver à l’air libre, sur sa terrasse. Buvant un café bien chaud, il laissa son regard parcourir le monde qui l’entourait. Comme tous les matins, son voisin en face au loin semblait boire aussi son café, et quand il lui fit signe, l’autre lui répondit du même signe de bras quasi simultanément. 
C’était leur rituel matinal.

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. 

Où est donc passée l’obligation de rénovation thermique des logements ? Qui a ajouté cette dérogation concernant l’interdiction de nouveaux centres commerciaux ? Pourquoi la redevance sur les engrais azotés est-elle reportée ? Quid du moratoire sur la 5G ou de l’interdiction de la publicité pour la malbouffe et les SUV ? 
Sept mois et demi après leur rendu, le 21 juin 2020, les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat sont arrivées, le 10 février,« comme convenu », à la table du conseil des ministres, sous la forme d’un projet de loi. La date est, semble-t-il, la seule chose qui ait été à peu près respectée – et encore, non sans un certain retard. 
Avion, automobile, agro-business, publicitaires… Le rouleau compresseur des lobbys a réussi à vider de toute sa substance le projet de loi censé donner suite à la Convention Citoyenne pour le Climat. Accès privilégié aux décideurs, études biaisées, marketing vert, guerre des mots dans les médias et mobilisation de complices au cœur même de l’État… voici une partie de l’arsenal déployé par les industriels pour se débarrasser des propositions des « citoyens ».
L’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre « d’au moins 40 % d’ici 2030 »  restera-t-il atteignable, dans ces conditions ? 
De l’aveu même de l’exécutif, seulement la moitié voire les deux tiers « du chemin », seulement, seraient « sécurisés ». « Sécurisé » encore un bel exemple de cette novlangue ! Mais, si on prend le temps d’analyser le document officiel, on en est très loin. En fait, en l’état, le projet de loi ne parviendrait à économiser au maximum que 13 Millions de tonnes de CO2/an, soit 12 % de l’objectif total. Nous ne sommes pas les seuls à faire ce constat. Dans son avis rendu fin janvier, le CESE considère que dire que ce texte « s’inscrit dans la stratégie nationale bas-carbone » n’est rien d’autre qu’un « abus de langage » !
Mais alors, que s’est-il passé entre l’affirmation que les travaux de la convention seraient repris « sans filtre » et transmis tels quels au Parlement pour intégrer le circuit législatif traditionnel, ou soumis directement à référendum des secteurs économiques ?  
Comme toujours, la réponse est simple. Les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, de l’agriculture industrielle, de la publicité, des grandes surfaces, et bien d’autres qui sont habitués depuis toujours à pouvoir se contenter de vagues promesses vertes, se sont vus tout à coup sommés par de simples citoyens, vous vous rendez compte, de changer réellement leurs pratiques. Inconcevable pour ces représentants industriels, alors qu’ont-ils faits ? Ce qu’ils savent aussi très bien faire, le lobbying ! Ils se sont alors lancés à l’assaut de la future loi pour la vider de sa substance. Ils se sont appuyés sur une solide machine d’influence, mobilisée pour démolir les propositions citoyennes. Cette machine est d’autant plus efficace qu’elle agit à plusieurs niveaux. De plus c’est en bandes organisées que les industriels défendent leurs propres intérêts. En plus de leurs propres équipes d’ « affaires publiques », ils décuplent leur force de frappe grâce aux fédérations ou associations professionnelles sectorielles rompues à la défense de leurs intérêts collectifs. Mieux encore, et pour s’assurer une légitimité plus « populaire », elles s’allient les services d’associations (ça s’appelle de l’« astroturfing »). Le paysage ne serait pas complet sans les think tanks qui assurent  la caution « expertise » et plus discrètement les cabinets de lobbying, missionnés par les entreprises pour défendre leurs intérêts. Ces Think Tanks, pour une bonne partie financés par les grandes entreprises qui siègent également à leur conseil d’administration, sont des messagers largement invités dans les médias. 
Enfin, aux armées de lobbyistes, de communicants, d’experts et d’influenceurs, les meilleurs alliés se trouvent souvent au sein même de l’appareil d’État. La Convention citoyenne a été conçue pour sortir de l’entre-soi des industriels et de l’administration. Mais on est très vite revenu aux vieilles habitudes puisque, dès septembre 2020, une multitude de réunions dites de « concertation » ont été organisées sous l’égide du ministère de la Transition écologique. L’objectif ? Officiellement, rediscuter thématique par thématique des propositions citoyennes. Officieusement, faire voler en éclats la promesse du « sans-filtre » et ouvrir grand la porte aux intérêts privés. 
Se vouloir le champion du climat et en même temps asséner de l’amish ou de la lampe à huile comme seul horizon au débat sur les questions centrales de notre présent, se vouloir champion du climat et ne donner crédit qu’à la compétitivité, se vouloir le champion de la démocratie et oublier que les citoyens ont des choses à dire, tout cela ne montre qu’au lieu d’être grand, c’est juste ne pas être capable d’être grand ! 

Sources et références 
http://n-dimensional.de/cubes/
Comment les lobbys industriels ont saboté les réformes voulues par les citoyens de la Convention climat https://www.bastamag.net/Convention-citoyenne-pour-le-climat-150-propositions-loi-lobbys-industriels-Emmanuel-Macron 
Le projet de loi réduit à néant les propositions de la Convention citoyenne pour le climat https://reporterre.net/Le-projet-de-loi-reduit-a-neant-les-propositions-de-la-Convention-citoyenne-pour-le 
OpenLux : au Luxembourg, une économie artificielle dopée par les sociétés offshore https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/02/08/openlux-au-luxembourg-une-economie-artificielle-dopee-par-les-societes-offshore_6069136_4355770.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.11-15022021-15/ 

Nowakowskismes 5.10. Et pourtant, il a dévié !

« Il ne se déplaçait pas sur une trajectoire habituelle aux astéroïdes, selon une ellipse qu’il réemprunterait au bout de quelques années avec la précision d’un mécanisme d’horlogerie. C’était un objet solitaire errant entre les étoiles, rendant sa première et dernière visite au système solaire, car sa célérité était telle que jamais le champ gravitationnel du soleil ne pourrait le capturer. » Ces lignes sont extraites du livre « Rendez-vous avec Rama » d’Arthur C. Clarke. Cet astéroïde est baptisé Rama en l’honneur d’un dieu du panthéon hindou. L’objet se révèle en fait être un artefact d’une civilisation technologiquement très avancée !
Revenons ce soir sur cet objet étrange provenant de l’extérieur du système solaire, repéré le 19 octobre 2017 par le télescope de l’observatoire Pan-Starrs à Hawai alors qu’il fonçait vers les confins de notre système solaire. Baptisé « Oumuamua » qui signifie « éclaireur » en hawaïen, sa forme allongée intrigue. Il ne ressemble à aucun des astéroïdes du Système solaire et, pour le moment, les astrophysiciens ne peuvent pas expliquer sa forme. Trop petit pour être le vaisseau Rama, du roman d’Arthur Clarke, ne pourrait-il pas être tout de même une sonde interstellaire de passage dans notre Système solaire ? 
Pourquoi ces nouvelles questions ? Parce que Avi Loeb, le directeur du département d’astronomie de Harvard pose sur la table des faits qui interrogent. 
En fait, aucune donnée enregistrée à propos de Oumuamua ne colle avec l’hypothèse d’un objet naturel. Il ne peut être une comète parce qu’une comète qui arriverait des confins de notre système verrait la glace qui la recouvre s’évaporer à mesure qu’elle approche du Soleil et former la queue bien connue des comètes. Or, surprise ! Aucun échappement de gaz, ni de queue ! 
Autre fait étrange. Cet objet est au moins dix fois plus lumineux qu’une comète ou un astéroïde de taille comparable. Sa luminosité varie d’un facteur dix toutes les huit heures, intervalle qui peut correspondre à une période de rotation sur lui-même. Et toujours dans les faits surprenants, Oumuamua ressemble à un pancake étiré et extraordinairement plat, et donc n’est en rien comparable aux formes des comètes et astéroïdes habituellement observées. Enfin, l’observation de la trajectoire de Oumuamua a montré qu’il avait subi une poussée et un changement de trajectoire inattendus. Or, ce changement de trajectoire est incompatible avec la première loi de Newton à laquelle il est soumis. Cette loi qui s’énonce ainsi – « tout corps persévère dans l’état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n’agisse sur lui et ne le contraigne à changer d’état » – permet de prédire la trajectoire de tout objet lorsqu’il passe à proximité du Soleil or Oumuamua ne s’est pas comporté comme prévu, une force l’a fait dévier de sa trajectoire. 
Pour Avi Loeb, la seule explication est que cette poussée a été provoquée par la lumière du Soleil rebondissant sur une voile solaire. Parce qu’avant de croiser notre système solaire, Oumuamua paraissait comme à l’arrêt par rapport aux déplacements des étoiles environnantes. Lorsqu’il a rencontré notre système solaire, il est passé d’une immobilité relative à un mouvement de fuite. Ce serait donc un objet conçu pour se trouver au repos dans le « référentiel local » de notre galaxie, et qu’il pourrait être une sorte de balise, une station relais posée là pour transmettre des informations, un panneau de signalisation que notre système serait venu frôlé. Oumuamua pourrait être une trace d’une civilisation ancienne, ou un système d’observation qui, après avoir vu ce que nous avions fait de la seule planète sur laquelle s’est développée la vie, s’est empressé de s’éloigner. 

Alors qu’est-ce qui a fait s’éloigner Oumuamua ? Parce qu’en plus, s’il était un objet naturel perdu dans l’espace, nous n’aurions jamais dû le croiser. En effet, les chances qu’un corps en provenance d’un autre système traverse notre système solaire sont infimes. Parce que l’univers est si grand qu’il faudrait, pour qu’une telle rencontre ait lieu, environ 100 millions de fois plus d’Oumuamua dans le cosmos que l’estimation qu’y a été calculée. 
Ce soir, nous allons simplement faire l’inventaire de ce que nous avons fait de cette bulle de vie perdue dans les immensités de l’univers et qui a simplement que Oumuamua passe son chemin.  Avec Donna Haraway. « Pour renouer avec le vivant, il faut (…) entendre des idées d’eau, des phrases de bêtes, des pensées d’arbres et de forêts » !

En 2020, la masse anthropogénique, qui a récemment doublé tous les 20 ans environ, dépassera toute la biomasse vivante mondiale. La masse de l’ensemble des objets solides inanimés fabriqués par l’homme est désormais supérieure à celle du vivant. 
75 % du milieu terrestre est sévèrement dégradé par les activités humaines (pour le milieu marin, c’est 66 %). Depuis 1980, les quantités de ressources renouvelables et non renouvelables extraites dans le monde chaque année sont en hausse de près de 100 %. Dans le même temps, on constate aussi une augmentation de 15 % de la consommation mondiale de matériaux par habitant.  
En 2000, 87% des zones humides présentes au 18e siècle ont disparu. La disparition de ces zones humides est trois fois plus rapide, en pourcentage, que la disparition des forêts. Le taux actuel d’extinction des espèces dans le monde est supérieur à la moyenne des 10 derniers millions d’années, et ce taux s’accélère. On estime à 1 million les espèces menacées d’extinction, et de nombreuses surviendront au cours des prochaines décennies. 9 % (soit > 500 000) des espèces terrestres mondiales (5,9 millions en total) ont un habitat insuffisant pour leur survie à long terme. Plus de 40 % des espèces d’amphibiens sont menacées d’extinction. 33 % des récifs coralliens, des requins et des espèces proches, et plus de 33 % des mammifères marins sont également menacés d’extinction. En fait, 25 % des vertébrés terrestres, d’eau douce et marins, des invertébrés et des plantes sont menacées d’extinction. Au moins 680 espèces de vertébrés ont disparu à cause de l’action de l’homme depuis le 14ème siècle. 10 % d’espèces d’insectes sont menacées d’extinction.
Depuis 1900, on observe une diminution de plus de 20 % de l’abondance moyenne des espèces autochtones dans la plupart des grands biomes terrestres.
En 2016, 10 % (soit +/- 560) des races de mammifères domestiques ont disparu, et 1000 de plus sont menacées d’extinction. Toujours en 2016, 3,5 % des races domestiquées d’oiseaux ont disparu. Depuis 1970, on assiste à une augmentation de 70 %  du nombre d’espèces exotiques envahissantes dans les 21 pays ayant des dossiers détaillés. 
30 % de réduction de l’intégrité de l’habitat terrestre mondial est causée par la perte et la détérioration de l’habitat. 47 % des mammifères terrestres non volants et 23 % des oiseaux menacés ont vu leur répartition affectée par l’impact du changement climatique.
Entre 1989 et 2016, une étude conduite sur 63 zones protégées d’Allemagne, a montré un déclin de 75 % de la biomasse d’insectes volants. 
Entre 2007 et 2018, une autre étude conduite sur 150 prairies allemandes, indique une chute de 78 % de l’abondance des arthropodes (nombre d’individus capturés) et une baisse de 67 % de leur biomasse.
Depuis 1970, on observe une augmentation de 300% de la production des cultures vivrières. 23 % des terres connaissent une réduction de leur productivité en raison de la dégradation des sols. Plus de 75 % des types de cultures vivrières mondiales dépendent de la pollinisation par les animaux. On estime que 235 à 577 milliards de $ par an de la production agricole mondiale est en péril en raison de la disparition des pollinisateurs. 
60% des émissions mondiales dues aux combustibles fossiles des émissions annuelles de CO2 sont retenues dans les écosystèmes marins et terrestres.
De 1980 à 2000, on assiste à une expansion agricole de 100 millions d’hectares dans les régions tropicales. Ceci est principalement due à l’élevage du bétail en Amérique latine (+/- 42 millions d’hectares), et aux plantations en Asie du Sud-Est (+/- 7,5 millions d’hectares, dont 80 % de palmiers à huile). La moitié de cette expansion s’est faite au détriment de forêts tropicales intactes. 
Entre 1992 et 2015, 3 % d’augmentation de la transformation des terres destinées à l’agriculture s’est fait au détriment des forêts. Plus de 33 % de la surface terrestre du monde (et +/- 75 % des ressources en eau douce) sont consacrées à la culture ou à l’élevage. 
12 % des terres émergées non couvertes par les glaces sont utilisées dans le monde pour la production agricole. 
25 % des terres émergées non couvertes par les glaces sont utilisées pour le pâturage (dont +/- 70 % des terres arides). 
Environ, 25 % des émissions de gaz à effet de serre sont causées par le défrichement, la production agricole et la fertilisation. La production de nourriture d’origine animale contribue à 75 % de ce chiffre. 
68 % des capitaux étrangers allant aux secteurs du soja et de viande bovine (principale transformation de l’Amazonie) transitent par des paradis fiscaux. 
En 2015, le soutien financier fourni par les pays de l’OCDE s’élève à 100 milliards de dollars US et concerne principalement un type d’agriculture potentiellement nocif pour l’environnement. 
Environ 11 % de la population mondiale est sous-alimentée. 
En 2015, 33 % des stocks de poissons marins étaient exploités à un niveau biologiquement non durable, 60 % étaient exploités au maximum et 7% étaient sous-exploités. Plus de 55 % de la zone océanique est exploitée par la pêche industrielle. D’ici la fin du siècle, on estime une diminution de 3 à 10 % de la production primaire nette des océans due au changement climatique. D’ici la fin du siècle, on prévoit une diminution de 3 à 25 % de la biomasse de poissons.  
Depuis les années 1870, environ 50 % de couverture des récifs coralliens a disparu. Sur la période allant de 1970 à 2000, on assiste à une diminution de plus de 10 % par décennie de l’étendue des herbiers marins. On estime que 100 à 300 millions d’habitants de zones côtières subiront des risques accrus en raison de la disparition de la protection des habitats côtiers. 
Il ne reste que 68 % de superficie forestière mondiale actuelle par rapport à celle estimée à l’époque préindustrielle. De 1990 à 2015, plus de 75 % de l’étendue naturelle des forêts de mangrove et 6 % (+/- 290 millions d’hectares) de couverture forestière autochtone ont disparu en raison du déboisement et de la coupe de bois. 
Depuis 1970, on a augmenté de 45%  la production de bois brut (4 milliards de mètres cubes en 2017). 50 % d’expansion agricole a eu lieu au détriment des forêts.
Ce sont 345 milliards de dollars de subventions mondiales qui ont été données pour les combustibles fossiles ce qui entraîne des coûts globaux de 5 000 milliards de dollars incluant les effets de détérioration de la nature. Le charbon représente 52 % des subventions après impôts, le pétrole environ 33 % et le gaz naturel environ 10 %. 
Moins de 1 % de la superficie totale des terres sont utilisées pour l’exploitation minière, mais pour des effets négatifs importants sur la biodiversité, les émissions, la qualité de l’eau et la santé humaine. Environ 17 000 sites miniers sont des sites de grandes dimensions (dans 171 pays) principalement gérés par 616 sociétés internationales. 
Environ 6500 installations d’extraction de pétrole et de gaz se trouvent en mer. 
25 millions de km de nouvelles routes goudronnées sont prévus d’ici 2050. 90 % se trouvent dans les pays les moins avancés et les pays en voie de développement à revenu faible et intermédiaire. 
La population humaine a augmenté de 105 % depuis 1970. Nous sommes passés de 3,7 à 7,6 milliards. 
Le PIB par habitant dans les pays à revenu élevé est 50 fois plus élevé que celui des pays à faibles revenus. 40 % de la population mondiale n’a pas accès à de l’eau potable propre et salubre. Environ 821 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire en Asie et en Afrique. 80 % des eaux usées mondiales sont rejetées dans l’environnement sans avoir été traitées. 300 à 400 millions de tonnes de métaux lourds, solvants, boues toxiques et autres déchets provenant d’installations industrielles sont déversés annuellement dans les eaux du monde. 
5% des espèces seront en voie d’extinction si les températures augmentent de 2° C et 16% si le réchauffement climatique atteint les 4,3° C
Même avec un réchauffement de la planète de 1,5 à 2 degrés, la majorité des aires de répartition des espèces terrestres devrait se contracter de manière importante. 
Au moins 500 milliards de masques chirurgicaux ont été produits en 2020, une grande partie se retrouve dans la nature… pour au moins 400 ans ! (https://nowakowski.hypotheses.org/1149)

Pour finir, quelques dernières informations. Il n’a fallu que neuf mois en 2020 aux 1 000 personnes les plus riches pour retrouver leur niveau de fortune d’avant-crise, alors que, après le choc de 2008, cinq ans avaient été nécessaires à la même opération. Entre le 18 mars et le 31 décembre, leur fortune cumulée a augmenté de 3 900 milliards de dollars, soit près de deux fois le PIB français. Les seules 10 personnes les plus riches du monde ont vu, sur la même période, leur fortune (calculée sur la base des valeurs de leur patrimoine financier, essentiellement) croître de 540 milliards de dollars. À l’inverse, l’économie mondiale a connu une des plus graves crises de son histoire avec une chute du PIB mondial supérieur à 5 %, ce qui a entraîné un appauvrissement d’une grande partie de la population. Les estimations récentes estiment que le nombre de personnes tombées en 2020 sous le seuil officiel de pauvreté, soit 5,50 dollars par jour, est compris entre 200 et 500 millions. Plus inquiétant encore, il est probable que, pour la première fois, les inégalités s’accroissent partout, et cela durablement. 
Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du « réel » et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves ? Et pourtant il a dévié ! 

Sources et références 
Extraterrestre. Le premier signe d’une vie intelligente. Avi Loeb. Seuil 2021
https://extinctionrebellion.fr/blog/2019/11/17/elements-cles-ecosysteme-et-biodiversite.html 
https://theconversation.com/sur-terre-la-masse-de-lartificiel-egale-desormais-la-masse-du-vivant-153352 
https://www.franceinter.fr/emissions/camille-passe-au-vert/camille-passe-au-vert-25-janvier-2021 
https://www.oxfamfrance.org/rapports/le-virus-des-inegalites/ https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/30/l-academie-des-sciences-et-le-sombre-destin-des-insectes_6068164_3232.html 
Nowakowskismes 4.23. « Poétique du chaos, part 4 – 400 ans… » https://nowakowski.hypotheses.org/1149 
Nowakowskismes 4.2 – Vertiges – Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves ? https://nowakowski.hypotheses.org/243 
Rendez-vous avec Rama, Arthur C. Clarke, J’ai Lu, 1975
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.10-02022021-16/