Nowakowskismes 5.9 – 2021 = 43*47

« Le progrès, ce n’est pas de faire éclore des routes dans des paysages déjà merveilleux, mais de faire éclore la réceptivité dans des cerveaux humains qui ne le sont pas encore ». Voilà ce que disait le forestier Aldo Léopold dans les années 1940. Une écologie pleinement politique ne peut se contenter d’avoir des partis, des programmes et des experts. Elle doit d’abord « élargir simplement les frontières de la communauté de manière à y inclure le sol, l’eau, les plantes, et les animaux ou, collectivement la Terre ». On a également oublié que la Terre a deux noms. En grec classique, ces deux noms correspondent à deux réalités distinctes, voire opposées : ge (ou gaia) et chthon. Chton est la face extérieure du monde souterrain, la terre de la surface vers le bas, Ge est la terre de la surface vers le haut, la face que la terre tourne vers le ciel. Dans la modernité, les hommes ont oublié et supprimé leur relation avec la sphère chthonienne, ils n’habitent plus Chthon, mais seulement Gaia. Plus ils éloignent la sphère de la mort de leur vie, plus leur existence devient invivable ; plus ils perdent toute familiarité avec les profondeurs de la Chthonie, réduite comme toute chose à un objet d’exploitation, plus l’aimable surface de Gaia est progressivement empoisonnée et détruite. 
L’écologie ne peut pas être réduite à devoir réconcilier société et environnement, elle doit être extension de la socialisation jusqu’à intégrer les autres qu’humains dans une Terre bi-nommée. Pour cela, nous avons besoin d’une authentique culture du vivant qui « fasse passer l’homo sapiens du rôle de conquérant de la communauté-terre à celui de membre et citoyen parmi d’autres de cette communauté. Elle implique le respect des autres membres, et aussi le respect de la communauté en tant que telle ». Alors avec John Fitzgerald Kennedy, juste quelques mots : « Le changement est la loi de la vie. Et ceux dont le regard est tourné vers le passé et le présent sont certains de rater l’avenir ».

Ce soir, à nous qui passons nos journées devant ce qui ressemble à s’y méprendre à des stèles mortuaires s’affichant rangées en lignes et en colonnes sur les sessions Zoom ou Teams,  portant inscrites en caractères blancs sur fond noir, l’inscription quasi in memoriam, de noms improbables, d’identifiants, d’initiales parfois agrémentés d’une photo ou d’un avatar, je vous propose d’associer culture de la lutte et la culture du vivant, de sortir rejoindre les rangs des  plus de 100000 citoyens qui donnent du temps pour veiller sur nos écosystèmes et surtout, de rejoindre ceux et celles qui oeuvrent pour que nos libertés ne soient pas oubliées, en changeant la loi, en lançant l’alerte, en étant élu, en faisant campagne, en ralentissant la machine, en bloquant et bien pire s’il le faut. Choisissons mais avant partageons ce que nous savons. 

A moins de contenir les émissions de CO2, une large partie de la planète risque de devenir inhabitable. C’est ce que craint le climatologue belge Jean-Pascal van Ypersele, professeur à l’Université catholique de Louvain et ancien vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il craint vraiment que le dérèglement climatique ne rende inhabitable une part de plus en plus grande de la planète, à moins de contenir les émissions de gaz à effet de serre.
Or, l’Organisation météorologique mondiale vient de classer 2020 comme l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. C’est encore plus inquiétant parce que 2020 a été marquée par un fort La Niña, un refroidissement du Pacifique équatorial qui diminue la température globale de la planète. Si un El Niño avait eu lieu comme en 2016 – le phénomène inverse – le réchauffement aurait été pire encore. Les conséquences de ce réchauffement sont des événements climatiques extrêmes qui se multiplient. L’Arctique est écrasé par la chaleur, les calottes glaciaires fondent, de même que les glaciers de montagne, qui sont souvent des réservoirs d’eau. L’érosion des côtes se poursuit sous l’effet de l’élévation du niveau des mers, les inondations s’aggravent, facilitées par l’intensification des pluies. Ailleurs, ce sont des sécheresses, qui se cumulent parfois aux inondations, comme on peut le voir au Sahel.
L’humanité est au bord du précipice climatique. Cette crise aura des conséquences pour l’humanité et pour les écosystèmes bien plus graves que celles du Covid-19. Et à l’heure actuelle, rien n’ai fait pour que cela traité avec l’urgence que cela mérite.
Or le dérèglement climatique ne se traduit pas seulement par une hausse de la température. On assiste aussi à une hausse de l’humidité sous l’effet notamment de l’évaporation des océans. Cette combinaison met les organismes vivants à rude épreuve. En effet, notre transpiration, qui nous permet de nous réguler, a alors beaucoup plus de mal à s’évaporer. Ainsi, si l’humidité est de 55 %, une température de 45 °C peut être mortelle en quelques heures pour les humains en bonne santé. Avec 70 % d’humidité, une température de 35 °C est déjà considérée comme extrêmement dangereuse. Dans les bassins du Gange et de l’Indus, où vit un cinquième de la population mondiale, 15 % des habitants connaissent aujourd’hui régulièrement ces conditions de vie dangereuses. Cette proportion augmenterait à 75 % d’ici la fin du siècle dans un scénario d’émissions très élevées.
Dans ces conditions, le travail et la vie dehors vont devenir impossibles dans des régions de plus en plus vastes et une part de plus en plus grande de la planète sera inhabitable. Les animaux et les végétaux souffriront aussi énormément, ce qui affectera encore plus la production agricole. Si nous ne donnons pas les moyens d’arrêter cette machine infernale, des centaines de millions de gens devront fuir leurs terres pour survivre. Les plus vulnérables, souvent les plus pauvres, seront les plus touchés mais les autres ne seront pas indéfiniment à l’abri.
A la fin du siècle, dans un scénario d’inaction contre le dérèglement climatique, près des deux tiers de la population européenne pourraient être affectés chaque année par des événements climatiques extrêmes, contre 5 % sur la période de référence 1981-2010. Le nombre moyen de décès annuels dus à des extrêmes climatiques en Europe pourrait passer de 3 000 aujourd’hui à environ 100 000 au milieu du siècle et 150 000 vers 2100. Cette terrible augmentation sera principalement due à ces vagues de chaleur.
Mais ne faisons pas comme si nous ne savions pas depuis des décennies. 
Dès 1979, le rapport Charney, commandé par la Maison Blanche à l’Académie nationale des sciences américaine, prrévoyait un réchauffement de 1,5 à 4,5 °C pour un doublement de la concentration en CO2 dans l’atmosphère par rapport à l’ère préindustrielle. Or cette concentration est déjà passée de 280 ppm (parties par million) avant la révolution industrielle à 410 ppm aujourd’hui.
En 1990, le premier rapport du GIEC sonnait également l’alerte. Il parlait d’un réchauffement moyen de 0,2 °C par décennie, réchauffement qu’on a effectivement observé au cours des trois dernières décennies. Il évoquait également une élévation du niveau des mers de 20 cm à 110 cm de 1990 à 2100, or le dernier rapport sur les océans, publié en 2019, a largement confirmé ces chiffres. En revanche, les calottes glaciaires fondent plus vite que ce que l’on prévoyait, et cela rend encore plus probable une forte élévation du niveau de la mer.
Dans tout cela, il subsiste deux sources d’incertitudes. La première réside dans la microphysique des nuages, qui n’est pas très bien connue et qui est très difficile à représenter dans des modèles globaux du climat dont la résolution spatiale n’est pas encore assez fine. Mais, au-delà de la physique, l’incertitude dépend essentiellement de la volonté humaine, des décisions politiques, des priorités d’investissements et des choix technologiques. 
Aujourd’hui, personne ne peut prédire sur quelle trajectoire d’émissions on va se trouver à la fin du siècle. La baisse inédite des émissions de CO2 en 2020 (7 %) pour cause de pandémie de Covid, n’aura qu’un impact marginal sur le réchauffement. 
La question importante est : combien de temps faudrait-il diminuer les rejets carbonés avant que cela se répercute sur la température ? Pour cela, Il faudrait d’abord réussir à stabiliser la concentration en CO2 dans l’atmosphère, qui ne cesse d’augmenter depuis la révolution industrielle. Pour cela, il ne faudrait pas émettre davantage de gaz à effet de serre que les puits naturels (forêts, sols, océans, etc.) peuvent en absorber.
Or, actuellement, nous émettons autour de 40 milliards de tonnes de CO2 chaque année, et les systèmes naturels en absorbent 20 milliards. Il serait facile de penser qu’il y aurait une possibilité d’arrêter la hausse de la concentration en divisant par deux les émissions, ce qui prendrait dix ans à raison d’une baisse d’environ 7 % par an. Mais, malheureusement, ce serait insuffisant, car la capacité des puits va diminuer à mesure que l’on baissera les émissions.
Donc, en plus de sortir complètement des énergies fossiles, il faut aussi arrêter la déforestation, replanter là où on peut le faire sans affecter la biodiversité, et réduire fortement les émissions des autres gaz à effet de serre, notamment le méthane. Même si on arrêtait brutalement toutes les émissions d’origine humaine, il faudrait attendre la fin du siècle pour commencer à observer une température inférieure à celle d’aujourd’hui, à cause de l’inertie du système climatique et de l’effet des émissions passées.
Alors l’autre question que nous pouvons nous poser est la suivante. Alors que la température a été supérieure de 1,2 °C en 2020 par rapport à l’époque préindustrielle, peut-o encore envisager de maintenir le réchauffement à 1,5 °C comme prévu dans l’accord de Paris ?
L’accord de Paris vise à limiter le réchauffement bien en dessous de 2 °C et si possible à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Cet objectif est un objectif absolu et pas un objectif pour 2100. Donc, même si nous franchissons ces 1,5 °C dans vingt ou trente ans, ce qui est une forte possibilité, cela a toujours du sens de viser cet objectif car on pourrait toujours revenir sous ce seuil plus tard. D’un point de vue géophysique, il est possible de rester en dessous de 1,5 °C. Et comme l’a montré le rapport du GIEC de 2018, en dessous de 1,5 °C, les impacts sont bien moins grands que pour 2 °C. Il est certainement encore possible d’éviter un réchauffement aux impacts insupportables pour la majorité de la population. La principale réponse réside dans la décarbonation des économies, sortir du charbon, arrêter le déboisement, manger moins de viande, réduire notre consommation d’énergie, développer massivement les énergies renouvelables, réorienter les flux financiers. Essayons de croire encore un peu à l’inventivité humaine et en notre capacité de mobilisation face au pire. 

Trois décrets modifiant le Code de la sécurité intérieure sur le traitement des données personnelles ont été publiés le 2 décembre 2020, et sont déjà entrés en application depuis le 5 décembre. Officiellement, il s’agit de renforcer le contrôle sur le risque d’atteinte « à la sureté de l’État ». La réalité est qu’un pas supplémentaire vient d’être franchi dans la dérive liberticide. En fait, la police voit ses pouvoirs ainsi étendus et ce qui se passe c’est que le gouvernement est en train de transformer chaque Français en suspect.
Ces décrets sont une confirmation de la dérive sécuritaire que connaît le gouvernement. Successivement, on a vu arriver un nouveau « schéma national du maintien de l’ordre », publié par le ministère de l’Intérieur, qui visait à limiter les manifestations, à les contrôler, à les sanctionner beaucoup plus facilement. Puis, ce fut le tour du livre blanc du ministère de l’Intérieur sur les fantasmes de sécurisation et de surveillance. Enfin, ce sont les débats sur la proposition de loi dite sur la « Sécurité globale », sur la vidéosurveillance et sur l’impossibilité de filmer la police. Et là, pour compléter le tout, ce sont ces trois nouveaux décrets qui étendent considérablement les possibilités de fichage des personnes vivant en France, et particulièrement des opposants politiques et des associations. Manifestement, nous assistons impuissants à cette dérive qui vient une fois de plus renforcer les pouvoirs donnés à la police dans sa capacité de fichage et de surveillance.
Les nouvelles modalités de ces fichiers introduisent une rupture. Avant, étaient principalement fichées les personnes portant atteinte à la sécurité publique, notamment lors de manifestations violentes. Maintenant, on est passé à la possibilité de ficher des personnes morales, des associations, des groupements pouvant porter atteinte à la « sureté de l’État ». Et la sûreté de l’État, c’est un mot fourre-tout et flou dans lequel on pourra faire rentrer toutes sortes de choses, de l’économique à la sécurité, de l’action politique au militantisme. 
De plus, dans ces décrets, on peut lire une intensification de la surveillance de l’activité sur les réseaux sociaux. Et comme toujours, plus on est surveillé, moins l’expression se fera naturellement. Le risque est aussi qu’à chaque fois que quelqu’un s’exprimera sur un réseau social, il sera automatiquement un suspect susceptible de vouloir attenter à la sécurité publique ou à la sûreté de l’État. De plus, c’est la police qui va décider de ce qu’elle fera de ce fichier. Il n’y aura pas de juge. C’est la police qui jugera si ce qui a été dit sur un réseau social est intéressant à mettre dans un fichier. Et plus encore, ce sont toutes sortes d’individus, police nationale ou gendarmerie, qui auront un accès direct à ce qui a été dit et aux fiches.
Tout cela, c’est donc un ensemble de textes, de volontés, de déclarations du ministère et du gouvernement, qui montre que, petit à petit, des libertés sont perdues au nom d’une soi-disant sécurité, au nom de la santé, au nom de la lutte contre le terrorisme. 
La loi « Sécurité globale », c’est plus de vidéosurveillance et moins de contrôle des actions de la police, davantage de pouvoirs à la police, tout en en retirant encore plus aux personnes, aux citoyens impuissants. 
Cette loi est la manifestation d’une volonté de surveillance et de fichage visant à considérer tous les citoyens comme suspects, comme des terroristes en puissance, comme irresponsables. Pour le gouvernement, tout le monde doit être surveillé par des caméras fixes, des drones et des caméras piéton pour être plus facilement fichées par la police. Avec, cerise sur le gâteau, un renversement de la charge de la preuve, c’est maintenant au citoyen de prouver son innocence.

« Juste pour finir ! Le vieux monde n’est pas près de mourir, et contamine plus que jamais le nouveau, qui n’en a plus que le nom. Crise sanitaire transformée en sécurité sécuritaire, face à des périls qui, pour la plupart, sont encore devant nous. Le « quoi qu’il en coûte » de Macron semble déjà s’effacer devant l’orthodoxie budgétaire. En effet, le 17 novembre 2020, l’Assemblée nationale a voté une loi de finances initiale pour 2021 qui prévoit un retour des déficit public sous le seuil des 3 % dès 2025. Avec la promesse de ne pas augmenter les impôts. Enfin, voilà ce qu’o peut appeler un « retour à la normale » ! Tout va bien !

Sources et références 
Socialter. Hors série. Renouer avec le vivant 
2020 was hottest year on record by narrow margin, Nasa says. https://www.theguardian.com/environment/2021/jan/14/2020-hottest-year-on-record-nasa 
« Il faut arrêter cette machine infernale du réchauffement climatique » https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/15/il-faut-arreter-cette-machine-infernale-du-rechauffement_6066361_3244.html 
https://qg.media/2020/12/15/le-gouvernement-nous-considere-tous-comme-suspects-comme-des-terroristes-en-puissance-par-martin-drago/ https://www.monde-diplomatique.fr/2021/01/CORDONNIER/62635 
Andreas Malm, Comment saboter un pipeline. La Fabrique. 2020
Giorgio Agamben. Gaia et Chtonia. L’autre quotidien 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.9-19012021-09/ 

 

 

Nowakowskismes 5.8 – Année des rêves brisés…

Ça s’est passé comment pour vous, les vœux de bonne année ? 
Pour moi, ceux que j’ai reçus étaient timidement légers, artificiellement enthousiastes, très peu encourageants ??
Les miens n’ont pas été mieux, j’ai juste rappelé le nécessaire et urgent retour de nos libertés perdues… de la vie quoi !. 
Après le chaos de 2020, comment glisser dans ses voeux, le bonheur ? l’argent ? la réussite ? ou encore suggérer, et ainsi prendre le risque d’enrichir la longue liste des espoirs déçus, une possible sortie de cette situation. 
Alors, peut-être vaut-il mieux ne rien se souhaiter et considérer que, comme se faire la bise, serrer les siens dans ses bras, se serrer la main, que tout cela est dépassé et appartient à des temps perdus ? 
Mais que sommes-nous, pauvres humains, devenus ? 

Ce soir, et pour la première émission de 2021, les Nowakowskismes reviennent sur l’année 2020. 2020, c’est évidemment l’année de la crise sanitaire, des privations des libertés fondamentales, des morts du Covid-19 auxquels s’ajoutent l’exacerbation des inégalités sociales causée par le confinement et l’effroi face à l’avenir. 2020 c’est aussi l’année des incendies ravageurs en Australie et la manifestation de l’intensification du dérèglement climatique, parce que 2020 est l’année la plus chaude depuis des millénaires. Alors voici mois après mois, le petit retour que nous faisons avant de passer à la suite. 

En janvier 2020, l’Australie est ravagée par les mégafeux
Tout commence en décembre 2019, près de Werombi, en Nouvelle-Galles du Sud. Près de dix-neuf millions d’hectares ont été ravagés, des milliers d’habitations détruites, des centaines de morts. De juin 2019 à mars 2020, l’Australie a lutté contre les pires incendies de son histoire. En janvier, ils étaient hors de contrôle dans les États de la Nouvelle-Galles du Sud et du Victoria. Un brouillard épais de fumées toxiques enveloppait Sydney et les flammes léchaient ses abords. Des forêts entières ont été réduites en cendre et trois milliards d’animaux ont péri. De nombreux scientifiques ont souligné les liens entre l’intensification de ces incendies et le réchauffement climatique. « Les feux en Australie sont un message pour le monde : si votre hypocrisie continue, vous allez tous brûler », a prévenu Glenn Albrecht, un philosophe de l’environnement australien. 
En janvier, le mouvement social contre la réforme des retraites s’est poursuivi avec plusieurs journées de mobilisation.
Le gouvernement souhaitait aussi accélérer le démantèlement de l’Office national des forêts (ONF) en modifiant le code forestier et en permettant aux salariés de droit privé d’effectuer des missions identiques à celles des fonctionnaires.
Apparue en novembre 2019 à Wuhan, en Chine, l’épidémie de coronavirus commence sa progression.

En Février, la fable de la Jeunesse, de Blackrock et du changement climatique
Lundi 10 février, des jeunes de Youth for Climate ont occupé le siège parisien de BlackRock. Cette multinationale, fondée en 1988, est devenue leader mondial dans son domaine et le plus gros investisseur de la planète. Ce mastodonte qui emploie plus de 13 500 salariés à travers le monde et s’invite dans le capital de plus de 17 000 grandes entreprises (dont 18 des 60 sociétés du CAC 40 en France). (https://youtu.be/hGhMPoPTMDs) 
Déméter est la nouvelle cellule de renseignement créée par ministère de l’Intérieur et dédiée aux « atteintes au monde agricole ». Ce dispositif policier et judiciaire risque de servir à surveiller militants animalistes et écologistes opposés à l’agriculture industrielle.
À Fessenheim, la « doyenne » des centrales nucléaires françaises a arrêté le premier de ses deux réacteurs le 21 février. 
Une étude publiée le 14 février 2020 dans la revue Science par un consortium international de chercheurs démontre que le changement climatique ne se résume pas à une simple augmentation de la température. Il implique des changements modifiant de manière drastique le fonctionnement des écosystèmes et les paysages qui nous entourent.  

En Mars, élections municipales… sur fond de pandémie
Le 15 mars, malgré une abstention record et la menace d’un report du second tour liée à l’épidémie de Covid-19 — un « confinement national » sera décidé par le gouvernement deux jours plus tard — les écologistes ont réalisé de très bons scores au premier tour des élections municipales.
Les petites communes sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans la transition écologique. Souvent à l’origine de projets précurseurs, leurs maires font montre d’inventivité et de volontarisme remarquables.  
En mars 2020, dans un rapport publié chaque année à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, on lit que l’eau douce va prochainement manquer à des milliards de personnes, et ce, jusque dans des régions du monde où les précipitations sont pour l’instant abondantes. En moindre quantité et qualité, les ressources en eaux se dégradent. L’Organisation météorologique mondiale consacre sa journée internationale du 23 mars au thème de l’eau et du changement climatique. Près de 4 milliards d’individus affrontent une pénurie sévère pendant au moins un mois par an. Le réchauffement global n’est pas la seule cause, la consommation mondiale en eau explose. Au cours des cent dernières années, elle a augmenté à un rythme deux fois plus rapide que la croissance démographique, elle a été multipliée par six et continue de grossir de près de 1 % par an en raison du développement économique et des nouveaux usages. À cela s’ajoute une pollution massive des nappes souterraines et des rivières ce qui ne fait qu’aggraver la situation.

En Avril, la France est enfermée, confinée, et tout le monde parle du « monde d’après »
Le « confinement national » a démarré le 17 mars et s’est terminé le 11 mai 2020. Dans son allocution du 16 mars, Macron a martelé que la France était en « guerre » contre le Covid-19. Or, « les émergences de virus sont inévitables, mais pas les épidémies ».  Nous ne serons épargnés par ces dernières qu’à condition de mettre au moins autant de détermination à changer de politique que nous en avons mis à détruire la nature et la vie animale.
Le confinement a mis à l’arrêt un système qui a failli sur les plans sanitaire et économique.
Le confinement a été une période éprouvante pour les Français, en révélant et en exacerbant les inégalités sociales. Pendant que les plus aisés pouvaient quitter les métropoles pour des résidences secondaires, les plus précaires n’ont pas eu d’échappatoire et ont souffert terriblement. 
Par endroits, des réseaux d’entraide se sont tissés. Pendant ce temps, l’État a mis en place la société de contrôle, au nom du coronavirus. La population française a dû rester cloîtrée devant ses écrans tout en étant privée d’espaces naturels et culturels.
L’est de la France et l’Europe centrale ont connu un début de printemps dramatiquement sec.
La « Zad de la dune » à Brétignolles-sur-Mer (Vendée) a été évacuée le 8 avril.

En Mai ne fais pas ce qu’il te plait ! 
Lorsque le monde extérieur physique n’est plus accessible, c’est un monde dématérialisé qui prospère et surtout qui profite au bien connus GAFA. Incontournables, ils sont encore plus les rois du monde numérique. Seuls ou ensemble, ils détiennent souvent plus de la moitié des marchés qu’ils occupent. Aux Etats-Unis, Amazon a conquis 50% du e-commerce américain. Les géants américains du numérique affichent des hausses de leur chiffre d’affaires spectaculaires, + 15% pour Google, + 20% pour Facebook, et même + 25% pour Amazon. Bravo à tous ceux et toutes celles qui se sont jetés sur les catalogues en ligne de ces compagnies ! Ce qui fait que les GAFA traversent la crise sans encombre ! Apple, et Microsoft valent toujours largement plus que 1000 milliards de dollars en Bourse. La valeur d’Amazon a elle augmenté de 25% depuis le début de l’année ce qui représente pas moins de 300 milliards de dollars de plus ! 
En France, toute activité des militants suscite une surveillance incessante des gendarmes. Reporterre et Mediapart ont détaillé l’information judiciaire ouverte en juillet 2017 contre les opposants au projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires. Cette enquête révèle une machine démesurée de renseignement sur le mouvement antinucléaire : des dizaines de personnes placées sur écoute, un millier de discussions retranscrites, plus de 85.000 conversations et messages interceptés, plus de seize ans de temps cumulé de surveillance téléphonique. Pour cette procédure, l’État a dépensé un million d’euros. La justice a également bafoué les droits de la défense, épluchant des centaines de messages soumis à la confidentialité des échanges entre les avocats et leurs clients. L’un des avocats du mouvement a lui-même été surveillé avant d’être mis en examen.
Pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, le gouvernement a prévu d’accorder sept milliards d’euros d’aides à Air France. En échange, la compagnie était censée devenir « plus respectueuse de la planète »… 
Après avoir obtenu l’abandon du projet de la Montagne d’or, les opposants guyanais à l’industrie minière repartent au combat. La commission départementale des mines a en effet rendu un avis favorable à une nouvelle mégamine d’or à ciel ouvert, nommée Espérance.

En juin, ne pas permettre la réintoxication du monde ! 
Blocage d’usines de produits phytosanitaires, arrêt des travaux du grand Paris express, invasion de cimenteries, déploiement de banderoles géantes sur une autoroute ou sur le pont du Gard, occupation de jardins contre des projets d’urbanisation, rassemblement contre la destruction d’une forêt… À l’appel de 150 organisations, de nombreuses manifestations et actions de désobéissance civile se sont déroulées le 17 juin pour s’opposer physiquement à « la réintoxication du monde ». Cette journée décisive marquait, après le confinement, le retour des luttes de terrain contre les grands projets inutiles et les industries polluantes, afin d’empêcher que « le monde d’avant ne continue à pourrir celui d’après ». Des collectifs se sont rassemblés devant l’usine Yara, premier fabricant mondial d’engrais chimiques, et contre le projet de bétonnage de 110 hectares de zones naturelles, au Carnet, où le Grand Port maritime de Nantes-Saint- Nazaire veut étendre ses activités.
Le 26 juin, une trentaine de militants d’Extinction Rebellion (XR) ont neutralisé la circulation pendant quelques heures à l’aéroport d’Orly. Ils sont entrés sur les pistes et ont dénoncé le soutien gouvernemental au secteur de l’aérien. 
Au second tour des élections municipales, le 28 juin, les écologistes – à la tête de coalitions de gauche – l’ont emporté à Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Grenoble et Marseille. Ainsi que dans plusieurs villes moyennes, comme Besançon, Tours, Annecy, Poitiers, Colombes.
Les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat ont adopté leurs propositions. Ils en ont remis 149 à l’exécutif. Le 29 juin, Emmanuel Macron a assuré vouloir reprendre « sans filtre » 146 mesures.

En Juillet les masques sont semés 
400 ans…. C’est le temps qu’il faut pour qu’un masque se dégrade. Et oui, ce masque est en plastique parce que le plastique « protège ». Plus exactement, ce masque est en polypropylène, un polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation. Et que voit-on depuis plusieurs jours ? Des images de masques laissés à l’abandon dans les rues, sur les parkings ou sur les plages lors des promenades et des sorties en nature ou en ville !
Dans des vergers des Bouches-du-Rhône sont employés des travailleurs étrangers. Indispensables à l’agriculture française, ils enchaînent bien souvent de longues journées de travail, courbés dans les champs, tout en vivant dans des logements insalubres. Un avocat et un sociologue spécialistes du travail agricole détaché, ont détaillé comment, en glorifiant le made in France, « on promeut des marchandises qui ne sont pas produites de manière différente qu’en Espagne ou au Maroc ».
Le 3 juillet, l’Élysée a annoncé la nomination du haut fonctionnaire Jean Castex à Matignon. Il a succédé à Édouard Philippe, qui occupait le poste depuis plus de trois ans. Trois jours plus tard, Barbara Pompili a remplacé Élisabeth Borne au ministère de la Transition écologique.
Le 9 juillet, après treize années de lutte dans les bois de Roybon, en Isère, le projet de Center Parcs a été abandonné. Mais les terres appartiennent encore au géant du tourisme Pierre et Vacances. L’avenir de la forêt des Chambaran reste incertain et mobilise toujours ses défenseurs.
Le 15 juillet, le Global Carbon Project (GCP), qui veille sur les émissions mondiales de gaz à effet de serre, a montré que les concentrations de méthane (CH4 ) dans l’atmosphère ne cessent d’augmenter, accélérant les dérèglements climatiques déjà palpables aux quatre coins de la planète.

En Août, le feu ! 
Le 4 août, deux gigantesques explosions ravagent Beyrouth. La double déflagration a tué au moins 171 personnes, et fait plus de 6.500 blessés. Des centaines de milliers de personnes ont perdu leur maison. Un entrepôt situé sur le port de Beyrouth et contenant environ 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées sans précaution depuis six ans, est à l’origine du drame. En 2001, l’usine AZF de Toulouse avait explosé à cause des mêmes substances. Les nitrates d’ammonium sont principalement utilisés pour fabriquer des engrais de synthèse, symboles de l’agriculture productiviste car ils permettent d’augmenter la croissance et le rendement des cultures. « Cette nouvelle catastrophe rappelle une nouvelle fois l’urgence absolue de s’affranchir de notre dépendance à ces substances en redéployant une agriculture moins gourmande en intrants chimiques », ont dénoncé les Amis de la Terre.
Durant les douze premiers jours du mois d’août, la France a vécu une période de canicule, avec des températures dépassant parfois les 40 degrés Celsius.
Le 6 août, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a annoncé la mise en place d’un plan d’aide à destination des producteurs de betteraves, et « une modification législative cet automne » permettant une dérogation, au maximum jusqu’en 2023, pour utiliser des semences enrobées de néonicotinoïdes.
La Californie a été en proie à certains des pires incendies de son histoire, près de 240.000 personnes ont été forcées d’évacuer leur domicile. 
En Oregon aussi, les feux ont ravagé la région de Portland.

Septembre — vous avez dits électrique ? (Nowakowskismes n°3.3. L’électrique c’est mieux ! https://nowakowski.hypotheses.org/453)
En 2020, il ne fait pas bon défendre l’environnement et se battre contre des projets miniers, forestiers, agro-industriels, la construction de barrages hydroélectriques. Du Cambodge au Kenya, de l’Iran à la Russie, du Nicaragua au Chili, il ne fait pas bon dénoncer l’exploitation indue des ressources naturelles, contester l’extermination d’animaux sauvages, l’usage de pesticides ou les expropriations. Partout dans le monde, les militants font l’objet d’exécutions sommaires, assassinés par des gangs criminels, les forces armées, la police, des groupes paramilitaires, des braconniers ou des grands propriétaires terriens. Depuis 2012, l’ONG britannique Global Witness (GW) se charge du décompte macabre, et le publie chaque été. En 2018, 164 défenseurs de l’environnement ont été tués dans le monde. En 2017, ils étaient 207 à avoir perdu la vie pour avoir tenté de protéger la planète. Mais, selon GW, ils seraient bien plus nombreux, car des crimes ont lieu dans des zones isolées, non répertoriées. Entre 2002 et 2017, ce sont 1 558 défenseurs de l’environnement qui ont été assassinés, selon la revue Nature Sustainability.
« Il n’a jamais été question de supprimer la voiture, mais de la rendre moins polluante », a déclaré la ministre de l’Écologie Barbara Pompili au cœur de l’été. Selon le gouvernement, la voiture électrique serait le « véhicule propre » par excellence, qui permettrait de conserver le même mode de vie tout en prenant soin de la planète. La réalité est tout autre, émissions de gaz à effet de serre, frénétique consommation de minerais et « révolution » des mobilités sous l’emprise du « big data » et de l’intelligence artificielle, la promesse d’un monde meilleur est surtout celle d’un enfer écologique.
La loi dite de « simplification » de l’action publique a été discutée fin septembre par les députés. Ce texte poursuit à marche forcée le démantèlement du droit de l’environnement.

Octobre — Dim, parce que nous le valons bien…
313 POUR, 158 CONTRE. Le 6 octobre, l’assemblée nationale a adopté le projet de loi de dérogation sur les néonicotinoïdes, malgré leur interdiction d’utilisation en France depuis le 1er juillet dernier. 
Pour lutter contre la propagation du Covid-19, des masques en tissu de la marque Dim ont été distribués aux enseignants et à de très nombreux fonctionnaires. Le hic ? Ils sont traités à la zéolithe d’argent et de cuivre, un produit biocide et potentiellement toxique pour les humains. L’Union européenne a interdit l’usage de ce produit dans les masques. Jouant d’une interprétation juridique, la société Dim affirmait que cet usage reste possible. Mais à la suite de notre enquête, l’État a retiré ces masques.
Le 3 octobre, à l’appel des associations Alternatiba et ANV-COP21, des centaines de militants ont « marché sur les aéroports » un peu partout en France. L’objectif : dénoncer les conséquences désastreuses du trafic aérien sur le climat et proposer des solutions pour reconvertir le secteur tout en préservant l’emploi.
La contribution de la France aux émissions mondiales de gaz à effet de serre ne se résume pas à celles produites sur son territoire. Dans un rapport publié le 6 octobre, le Haut Conseil pour le climat montre qu’entre 1995 et 2018, les émissions de gaz à effet de serre liées aux importations ont crû de plus de 78 %, alourdissant considérablement le bilan carbone du pays.
Suppression arbitraire des subventions, poursuites judiciaires, intimidations… Les attaques contre les militants associatifs se multiplient. Le nouvel observatoire des libertés associatives a publié le 6 octobre un rapport listant une centaine d’atteintes à l’encontre des citoyens engagés ainsi que des propositions pour y mettre un terme. 
En périphérie de Grenoble, 5.000 m2 de jardins au cœur d’un quartier populaire ont été détruits pour faire place nette à un projet immobilier. Sept militants écolos qui voulaient les défendre sont aux prises avec la justice.
Le 29 octobre, la France est à nouveau confinée. 

En novembre, l’empire Amazon étend sa toile en France (Nowakowskismes 4.6. « NOZAMA » https://nowakowski.hypotheses.org/871)
En France, l’implantation d’Amazon connaît une dynamique exponentielle : la multinationale compte désormais trente-et-un sites logistiques et souhaite, d’ici 2021, doubler ses surfaces de stockage, qui dépassent déjà les 800.000 m2. Dans l’immense plateforme logistique de Senlis, dans l’Oise, les humains travaillent de plus en plus comme des robots — Amazon prévoit d’ailleurs de robotiser toujours plus ses activités. Alors que la Convention citoyenne pour le climat exigeait un moratoire sur la construction de nouveaux entrepôts de commerce en ligne, le gouvernement cherche, au contraire, à faciliter et accélérer leur implantation. Cet automne, il a lancé une mission pour développer des sites logistiques « clé en main ».
Interdiction de diffuser des images de policiers, drones, reconnaissance faciale, pouvoirs accrus des policiers municipaux et des agents de sécurité… Les députés ont examiné, à partir du 17 novembre, la proposition de loi sur la sécurité globale portée par En marche. Plusieurs mobilisations ont été organisées contre ce texte, et ont été durement réprimées par le gouvernement.
Plus d’une tomate sur huit en France est produite dans une serre chauffée. Pour inonder les supermarchés, la filière s’est organisée, concentrée, et multiplie depuis quelques années les mégaprojets. 
Joe Binden est élu président des USA. 

En décembre, tes promesses tu oublieras
Le gouvernement par les voix de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, et le Premier ministre, Jean Castex, recevant des membres de la Convention citoyenne pour le climat le 30 septembre 2020, à Matignon, a balayé les propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Depuis la publication des 149 mesures de la Convention citoyenne pour le climat soumises au gouvernement, l’exécutif n’a cessé de les détricoter alors que Macron promettait de les reprendre « sans filtre ». 
Le lundi 14 décembre, face aux citoyens, Macron a enchaîné les contre-vérités pour justifier ses reniements. Rejetant la responsabilité de l’action sur « les comportements individuels », il a annoncé un référendum sur l’intégration de la préservation de l’environnement dans l’article 1 de la Constitution.
La mairie de Calais rase les bois le long des routes et dans les zones de promenade, où les exilés ont l’habitude de camper. Elle empêche ainsi les personnes migrantes de s’installer et les repousse toujours plus loin de la frontière franco-anglaise.
Les Jeux olympiques 2024 inquiètent les habitants de Seine-Saint-Denis. Des collectifs dénoncent une accélération des projets de destruction, de pollution, d’expulsion et de spéculation, et se mobilisent.
Cinq ans après l’Accord de Paris, les États ne sont pas à la hauteur de l’urgence climatique.
Florence Parly, ministre des Armées, a annoncé que la France se préparait à déployer des « soldats augmentés », c’est-à-dire des combattants dont les capacités physiques ou cognitives seront augmentées grâce à la technologie.
Par décret, le gouvernement français a autorisé le fichage des personnes en fonction de signes physiques particuliers, de leurs opinions politiques, leurs convictions philosophiques, religieuses ou leur appartenance syndicale ou de données de santé révélant une dangerosité particulière.

Pour finir, laissons parler André Gorz qui propose une alternative à la devise de cette société : « Ce qui est bon pour tous ne vaut rien. Tu ne seras respectable que si tu as « mieux » que les autres ». Rompons avec l’idéologie de la croissance en affirmant avec force que « seul est digne de toi ce qui est bon pour tous. Seul mérite d’être produit ce qui ne privilégie ni n’abaisse personne. Nous pouvons être plus heureux avec moins d’opulence, car dans une société sans privilège, il n’y a pas de pauvres ».

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. Saluons la décision de la justice britannique de ne pas extrader Julian Assange vers les USA (https://nowakowski.hypotheses.org/512). 

Sources et références 
https://nowakowski.hypotheses.org 
https://reporterre.net/Retour-sur-2020-l-annee-des-megafeux-et-du-Covid 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.8-05012021-14/