Nowakowskismes 5.4. Bonne nuit les petits…

Un lent et inexorable changement de notre société… voilà ce à quoi nous assistons…  
Non seulement l’état d’urgence sanitaire est restauré, mais durant 6 semaines au moins, un couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin est ordonné. 
Cela concerne 46 millions de français !
Bien sûr,  la résurgence de la pandémie mérite une attention, des mesures, une responsabilisation de tous, mais la rapidité et la radicalité avec lesquelles sont traitées nos libertés privées et publiques interrogent. En fait, comme nous l’avions déjà évoqué lors du confinement, pour éviter la contagion des uns par les autres, et contraindre les récalcitrants à rester chez eux, et comme l’explique Giorgio Agamben dans son article intitulé « La Médecine comme Religion » paru en Mai 2020, la fausse logique est toujours la même. Comme face au terrorisme avec l’instauration de l’état d’urgence, dispositif d’exception d’ailleurs entré dans le droit commun, on nous a fait accepter qu’il fallait « supprimer la liberté pour la défendre », nous devons maintenant accepter de « suspendre la vie pour la protéger » ! 
Alors, comment pouvons-nous qualifié un monde dans lequel on ordonne à des citoyens, soudain déresponsabilisés et infantilisés, de rester chez eux ? 
Quel est donc ce monde où on ampute la vie de millions d’humains des rites collectifs indispensables à leur vie lors de déclarations emplies de bouffonnerie « va-t-en guerre » ou de tweets lénifiants ? 
Quels est donc ce monde qui s’installe et, ayant perdu la tête, balaie nos besoins de culture, de sens, de beauté et de liberté indispensables à l’existence ? 
Tous ses besoins sont manifestement décrétés inutiles !
Ce président de la République, toujours affublé de sa rhétorique de rédaction de niveau 3ème, a affirmé avec désinvolture qu’il suffisait évidemment de « reprogrammer plus tôt dans la journée » les spectacles vivants, les séances de cinéma, les concerts, les temps de partage et de débat avec les autres, et tout le reste… 
Mais c’est bien sûr ! Quels abrutis nous sommes de ne pas y avoir pensé !!
Alors, charge à tous les directeurs, à toutes les associations, à tous les collectifs de se débrouiller pour reprogrammer tout cela à 18h30 ou 19h…. 
Mais excepté les retraités – déclarés par ailleurs personnes à risques et irresponsables – qui pourra aller si tôt au théâtre, au cinéma, au concert, dans son association… ? 
Tout ce qu’aiment les actifs, et plus généralement les citoyens, n’en déplaise à ce président et sa cour de conseils et comités d’experts dont il s’entoure. 
Rappelons, et ceux et celles qui sont allés au cinéma peuvent en témoigner, que les salles de spectacles sont bien plus sûres que les entreprises ou que les réunions privées qui ne manqueront pas de s’organiser « clandestinement ».  
Au cinema, au théâtre, nous sommes masqués, séparés, on regarde tous dans la même direction ! 
Après guerre, le créateur du festival d’Avignon, Jean Vilar, disait que la culture était un service public. Aujourd’hui, qu’en est-il de ce service public ? Aujourd’hui, qu’en est-il de ce vivier de personnages et d’idées, qu’en est-il de ces temps de débats à naître, de ces espaces de liberté où des humains se retrouvent pour ce qui fait la vie ? Apparemment, ils gènent et font peur.
Alors, on préfère les artistes et les spectateurs au lit tôt, on préfère les voir bien sagement chez eux au lieu de trainer les bars et les restaurants, en enfants obéissants !

“Les inégalités ne peuvent continuer à se creuser, la pauvreté à s’aggraver, le chômage à s’accroître, dans la poursuite d’une illusoire maîtrise des risques exclusivement pandémiques, au prix d’une érosion toujours plus grande des libertés publiques et de la démocratie.
Dans ce «monde d’après» aux allures dystopiques, les citoyens se voient réduits à de simples travailleurs-consommateurs, leurs loisirs sont supprimés car considérés comme «un peu inutiles» par le président de la République. L’art, la culture, la vie associative, le sport et la fête sont ainsi relégués au second plan, alors qu’ils devraient, au contraire, constituer les moteurs de nos vies en ce qu’ils nous permettent de faire société.”

Alors… bonne nuit les petits… 

Ce soir, pour ne pas être ces enfants obéissants que certains souhaitent que nous soyons, crions avec le Comité invisible, « Soyons ingouvernables ». Et s’« il n’y a plus nulle part de place pour l’innocence en ce monde, nous n’avons que de choix entre deux crimes : celui d’y participer et celui de le déserter afin de l’abattre ». Donc fuir, mais en fuyant, chercher une arme. Ces armes, ce sont nos mots, nos actes, et notre capacité à l’insurrection face à l’ignorance, la bêtise et la cupidité du monde.  On commence par un premier combat ?  

L’utilisation sans précédent de l’énergie depuis 1950 a transformé notre environnement planétaire et l’empreinte géologique de l’humanité. En effet, une nouvelle étude coordonnée par l’Université du Colorado à Boulder met en évidence la vitesse et l’ampleur extraordinaires de l’usage croissant de l’énergie, de la productivité économique et de la population mondiale qui ont poussé la Terre vers une nouvelle époque géologique, qu’on a appelée Anthropocène. 
Les recherches montrent que des changements physiques, chimiques et biologiques distincts ont commencé à se produire dans les couches rocheuses de la Terre dès les années 50.
L’article, publié dans la revue « Nature Communications Earth and Environment », compare les moteurs naturels du changement environnemental au cours des 11 700 dernières années – connu sous le nom d’époque holocène – et les changements spectaculaires provoqués par l’homme depuis 1950. Ces changements à l’échelle planétaire ont modifié les océans, les rivières, les lacs, les côtes, la végétation, les sols, la chimie et le climat.
De plus, c’est la première fois que des scientifiques ont documenté l’empreinte géologique de l’humanité à une échelle aussi complète dans une seule publication. 
Et que voyons-nous ? 
Au cours des 70 dernières années, l’homme a dépassé la consommation d’énergie de l’ensemble des 11 700 années précédentes. Ce dépassement est en grande partie dû à la combustion de combustibles fossiles. Cette énorme augmentation de la consommation d’énergie a ensuite permis une augmentation spectaculaire de la population humaine, de l’activité industrielle, de la pollution, de la dégradation de l’environnement et du changement climatique. 
Le mot « Anthropocène » suit la convention d’appellation qui permet d’attribuer des longueurs de temps géologiquement définies. L’anthropocène en est ainsi venu à incarner ce temps actuel pendant lequel les humains dominent les systèmes terrestres à l’échelle planétaire. En temps géologique, une époque est plus longue qu’un âge mais plus courte qu’une période qui elle est mesurée en dizaines de millions d’années. Dans l’Holocène, il y a plusieurs Âges, mais l’Anthropocène est elle proposée comme une Époque séparée dans l’histoire planétaire de la Terre. Or il faut bien des choses pour changer le système terrestre, et nous y sommes arrivés. Triste performance que la nôtre, même si nous entrions dans un monde plus vert dans lequel nous ne brûlerions plus de combustibles fossiles, nous aurions toujours à assumer le bilan de ces changements terribles sur notre planète. 
Les auteurs de l’étude ont compilé les recherches existantes pour mettre en évidence 16 impacts planétaires majeurs causés par l’augmentation de la consommation d’énergie et des autres activités humaines, dont l’importance est montée en flèche depuis les années 50.
Entre 1952 et 1980, dans le cadre d’essais d’armes nucléaires à l’échelle mondiale, l’homme a déclenché plus de 500 explosions thermonucléaires de surface. Ces explosions ont laissé à jamais une signature claire de radionucléides d’origine humaine, des atomes avec un excès d’énergie nucléaire, sur près de la totalité de la surface de la planète. 
Depuis les années 50, les humains ont également doublé la quantité d’azote fixé sur la planète à travers la production industrielle pour l’agriculture. Les activités humaines ont créé un trou dans la couche d’ozone par la libération à l’échelle industrielle de chlorofluorocarbones (CFC). Les humains ont libéré suffisamment de gaz à effet de serre provenant des combustibles fossiles jusqu’à provoquer un changement climatique au niveau planétaire. Les industries et l’idéologie de la compétitivité ont créé des dizaines de milliers de composés synthétiques de type minéral qui viennent s’ajouter à ceux qui existent naturellement sur Terre. Les logiques de surproduction agricole ont fait en sorte que, dans le monde, près d’un cinquième des sédiments fluviaux n’atteignent plus l’océan en raison des barrages, des réservoirs et des dérivations. 
Chaque année, et ce, depuis le milieu du XXe siècle, les humains ont produit tellement de millions de tonnes de plastique  que les microplastiques forment un marqueur presque omniprésent et non ambigu de l’Anthropocène. 
Tous ces changements au niveau planétaire ne peuvent pas encore définir l’Anthropocène d’un point de vue géologique, mais il est maintenant certain que si les tendances actuelles se poursuivent, ils conduiront inévitablement à des marqueurs dans la roche qui feront, triste victoire, de l’anthropocène une ère géologique. L’humain laissera définitivement sa marque sur la Terre. Après notre disparition, si « quelqu’un » passe par ce coin d’univers, nos traces révèleront sans ambiguïté les causes de notre disparition. 
L’étude a permis de réunir des scientifiques des différentes disciplines environnementales nécessaires à l’étude, notamment la géologie, la biologie, la géographie, l’anthropologie et l’histoire. Il est vital maintenant que des chercheurs d’origines et d’expériences différentes se réunissent dans le monde entier pour trouver des solutions parce que « Nous, les humains, nous sommes collectivement mis dans ce pétrin, nous devons travailler ensemble pour inverser ces tendances environnementales et nous en sortir. La société ne doit pas se sentir complaisante. »  
Faisons de la rage, du chagrin et même de la peur qui nous habitent, des moteurs de nos actions.  

Rage, chagrin, …. Impuissance ou simplement, lâcheté quand nous ne voulons pas voir ! 
Selon une information révélée par le Guardian, le Tchad s’apprêterait à renoncer à son inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco afin de ne pas fermer la porte à de possibles explorations pétrolières et minières. Le lac Tchad, qui se situe aux confins de trois autres pays, le Niger, le Nigeria et le Cameroun, est le théâtre d’une crise humanitaire qui mêle changement climatique, terrorisme et famine. Environ 45 millions de personnes vivent de ses ressources. Sa superficie avait diminué de 95 % au début des années 2000 par rapport aux années 70 en raison de la sécheresse. Cela avait d’ailleurs facilité le contrôle de la région par le groupe terroriste Boko Haram. Désormais, plusieurs experts affirment que la taille du lac augmente de nouveau. Une raison supplémentaire d’accroître les efforts pour le protéger par une inscription au Patrimoine mondial qui sanctuariserait le site. Or, les recettes promises par l’industrie pétrolière ont semble-t-il eu raison des intentions des autorités tchadiennes et entre patrimonoine et pétrole, le choix sera le pétrole. 
Alors que les quatre pays limitrophes du lac Tchad (Tchad, Cameroun, Niger, Nigéria) avaient entamé un processus d’inscription auprès de l’Unesco, le ministre du Tourisme et de la Culture du Tchad a écrit à l’organisme pour « reporter la demande afin d’explorer les opportunités pétrolières et minières dans la région ».
Nous savons que l’objectif de l’inscription d’un site sur la liste du Patrimoine mondial est d’en assurer sa conservation. Les sites peuvent également recevoir une aide financière pour des projets de conservation et tirer des avantages économiques de la labellisation en développant le tourisme. Et si le Tchad décide de se tourner vers l’exploitation pétrolière, l’UNESCO annulera le processus dans son ensemble.
En fait, et au-delà de ce cas, c’est la question de la dette du tiers-monde. Nous savons que cette dette et destruction du milieu naturel sont des phénomènes étroitement imbriqués et ce, depuis longtemps.
Dès les années 70, les pays en voie de développement s’endettèrent lourdement pour financer de grands projets qui se révélèrent être autant de cauchemars écologiques. Parmi les plus désastreux, on trouve des barrages pharaoniques construits au nom de la « croissance » et du « développement ». Outre le déplacement forcé de centaines de milliers d’habitants qui, pendant des générations, avaient su préserver leur environnement, ces « hydro-désastres » provoquèrent la submersion de vastes étendues boisées, la stérilisation et la salinisation des sols, la destruction de la faune et la diffusion des maladies dont l’eau est le vecteur. Et ce, sans même fournir la quantité prévue d’électricité, tant ces infrastructures s’envasèrent rapidement.
Et ce n’est pas tout. D’autres prêts servirent à financer des programmes de colonisation interne, notamment au Brésil et en Indonésie. Ces programmes ont poussé des milliers de colons plus ou moins volontaires à s’installer dans les forêts primaires. Une industrialisation mal conçue, fondée sur des usines « clés en main » et des technologies souvent obsolètes, apporta peu de développement authentique et beaucoup de pollution. Les crédits étrangers fertilisèrent une agriculture du type « révolution verte », nécessitant de fortes doses de produits chimiques et entraînant la disparition de végétaux locaux au profit de variétés de semences importées. 
En fait, l’endettement du tiers-monde a été la cause de tant de catastrophes que l’on doit presque être reconnaissant aux gouvernements les plus corrompus de ne pas en avoir financé davantage. A certains égards, et c’est terrible d’en arriver à ce constat, la planète a eu de la chance que des milliers de dollars empruntés n’aient jamais été investis et qu’ils aient servi à payer des factures pétrolières toujours plus élevées ou aient été gaspillés en armements ou en produits de grand luxe. Quand ils ne se retrouvèrent pas purement et simplement dans le trou noir des comptes numérotés des banques étrangères…
Déboisement, bovins et fast-food voilà la réalité ! 
Les ressources sont pillées. Les petits exploitants expulsés de leurs terres pour faire place aux cultures d’exportation tentent de cultiver des terres en pente, vite détruites par l’érosion, ou des sols forestiers fragiles. Dans le même temps, les cultures d’exportation nécessitent de fortes quantités de pesticides et épuisent les sols. Dans les années de frénésie de l’emprunt, le Sénégal, par exemple, s’endetta lourdement pour se doter d’une capacité de raffinage d’un million de tonnes d’arachide. Mais, aujourd’hui, les sols sont tellement épuisés par la production intensive d’arachide que cette quantité ne sera jamais atteinte.
La conséquence écologique la plus grave de la dette est le déboisement massif qu’elle a encouragé. Les arbres sont abattus de façon irresponsable pour fabriquer des meubles qui se seront vendus dans les supermarchés. Parfois, les forêts sont simplement rasées et transformées en pâturages pour bovins dont la viande se retrouve dans les « fast-food » du Nord. Les niveaux d’endettement sont en très étroite corrélation avec, à la fois, l’étendue et le rythme de la destruction des forêts. Plus la dette est élevée, meilleures sont les perspectives pour les tronçonneuses et les bulldozers.
Au fur et à mesure que, pour rembourser les emprunts, disparaissent les forêts, disparaissent les sanctuaires au profit de l’exploitation pétrolière et toujours plus d’utilisation de combustibles fossiles. Disparaissent les espaces pour la vie sauvage et ainsi augmentent les facteurs d’émergence de nouvelles pandémies. La biodiversité se réduit et avec disparaît la diversité des formes de vie qui constitueront les bases de nos futurs aliments, de médicaments mais surtout de la préservation du vivant. 
« Rage rage against the dying of the light » disait-il dans un film dont l’action se passe sur une terre dévastée dont les humains ont ré-écrit leur histoire afin de ne pas avoir à penser, en enfants obéissants et irresponsables. 
Pour finir, paraphrasons Raymond Queneau dans Courir les rues avec ces quelques vers : 
« Un jour on démolira 
Ces beaux systèmes si modernes
On en cassera les barreaux
De plexiglas ou d’algorithmes
On démontera les comités d’experts 
Construits à polytechnique 
On sectionnera les antennes 
Collectives pour la 5G 
On dévissera les verrous de nos serrures
On anéantira les stop co-vide ordures 
On broiera les sirènes de la compétition
On pulvérisera les i-Phones  
Quand ces systèmes vieilliront 
Du poids infini de la tristesse des choses » 

Il est un vent qui commence à souffler, et c’est celui de l’insurrection qui vient ! Et avec Tocqueville, désobéir pour éviter que la « nation [ne devienne] un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de penser ».
Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. 
Il est 19h, il vous reste 2 heures avant le couvre-feu alors Bonne nuit les petits… ! 

Sources et références https://www.novethic.fr/actualite/environnement/biodiversite/isr-rse/lac-tchad-les-autorites-souhaitent-abandonner-l-inscription-au-patrimoine-de-l-unesco-au-profit-de-l-exploration-petroliere-149048.html
https://www.colorado.edu/today/2020/10/16/unprecedented-energy-use-1950-has-transformed-our-planetary-environment-and-humanitys
Télérama, semaine 24 ou 31 octobre 2020
https://www.monde-diplomatique.fr/1992/06/GEORGE/44425 

 

Nowakowskismes 5.3. Et si… la métropole de l’imagination citoyenne

313 POUR, 158 CONTRE. 
Le 6 octobre, l’assemblée nationale a adopté le projet de loi de dérogation sur les néonicotinoïdes, malgré leur interdicition d’utilisation en France depuis le 1er juillet dernier. 
Les néonicotinoïdes  (C8H10ClN5O3S )sont une classe d’insecticides qui agit en bloquant le système nerveux central des insectes conduisant à une paralysie puis à la mort de l’insecte mais aussi d’autres invertébrés tels que les arthropodes phytophages ou les pollinisateurs. Ces substances sont utilisées principalement en agriculture pour la « protection » des plantes – en bonne novlangue ce sont des produits phytosanitaires – et, par les particuliers ou les entreprises pour lutter contre les insectes déclarés nuisibles à la santé humaine et animale – les produits biocides. 
Dans les années 1980, des géants mondiaux de l’agrochimie bien connus comme Bayer qui a racheté Monsato et BASF mettent au point des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques plus efficaces en raison de leur traitement systémique et leur meilleure stabilité moléculaire que la nicotine. En effet, depuis le XVIIème siècle, c’était la nicotine qui était utilisée. La nicotine est un puissant poison. L’usage de la nicotine comme insecticide se développe d’ailleurs dans l’entre-deux-guerres où l’industrie agrochimique va produire des insecticides à partir de déchets en poudre venant de la fabrication des cigarettes (avis aux fumeurs et aux fumeuses !). 
Donc, le premier néonicotinoïde, l’imidaclopride, a été découvert en 1985 par un certain Shinzo Kagabu employé chez Bayer CropScience Japon et est mis sur le marché en 1991.
Puis, comme d’habitude, tout va très vite. Cette classe de biocide connaît un développement très rapide dans les années 1990, remplaçant la nicotine dont la production atteignait plus de 2 500 tonnes après la Seconde Guerre mondiale. Il n’existe pas d’autres exemples de pesticide ayant connu un tel succès et une telle croissance d’utilisation dans le monde entier en si peu de temps.
Le constat est celui que tout le monde connaît, et plus de 20 ans de recherches sur le sujet le montrent. Leur faible biodégradabilité, leur effet toxique persistant et leur diffusion dans la nature (migration dans le sol et les nappes phréatiques) commencent, au bout de vingt ans, à poser d’importants problèmes d’atteinte à des espèces vivantes qui n’étaient pas ciblées : les insectes comme les abeilles et les papillons, … et aussi les  prédateurs d’insectes comme les oiseaux, les souris, les taupes, les mulots, les chauve-souris, … et encore les agents fertilisants des sols comme les vers de terre ! Petit rappel, un tiers des insecticides vendus dans le monde sont des néonicotinoïdes.
En résumé, les néonicotinoïdes ont une très haute toxicité. C’est donc parfait pour certains agriculteurs car, avec très peu, on tue tous les ravageurs. C’est un désastre pour la biodiversité parce que les néonicotinoïdes ne sont pas sélectifs et en, « protégeant la plante, du semis jusqu’à la récolte », les molécules vont persister dans l’environnement, vont se diluer dans l’eau, affecter les milieux aquatiques, et résultat, aujourd’hui, on en trouve partout ! Même dans des zones non traitées 
Enfin, les travaux des chercheurs ont démontré que toutes les hypothèses qui avaient été utilisées par les industriels pour obtenir l’homologation — c’est-à-dire que les sols et les eaux de surface ne seraient pas contaminés, que les abeilles ne seraient jamais exposées, que les autres insectes n’y seraient pas sensibles et encore moins les mammifères et les humains —, toutes ces hypothèses se sont avérées infondées. 
Le 6 octobre 2020, 313 POUR – 158 CONTRE ! 

 

Bonsoir à tous et à toutes dans un présent dans lequel des études ont montré que si les  biches et leurs daims boivent de l’eau contaminée aux néonicotinoïdes — à des teneurs que l’on retrouve dans la nature —, ils auront des problèmes biologiques graves qui menaceront leur vie. 
Bienvenue dans un monde où des études réalisées au Japon ont montré qu’on trouve des néonicotinoïdes dans le pipi des nouveaux-nés. Cela veut donc dire que le fœtus a été exposé pendant la grossesse et comme les néonicotinoïdes ont des effets sur le développement du cerveau et le système nerveux central, il y a de quoi être inquiet. Contrairement à ce qui a été dit, les néonicotinoïdes passent dans le cerveau, mais en plus, ils passent la barrière placentaire. 

Ce soir, les Nowakowskismes vont s’inspirer de Nail Gaiman qui écrit ceci dans son livre Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la culture et de l’imagination. « Nous tous – adultes et enfants, écrivains et lecteurs – , nous avons l’obligation de rêver. Une obligation d’imaginer. Il est facile de se conduire comme si personne ne pouvait rien changer, comme si nous étions dans un monde où la société est énorme et l’individu moins que rien ; un atome dans un mur, un grain de riz dans un champ. Mais la vérité, c’est que les individus changent sans cesse leur monde, les individus fabriquent l’avenir, et ils le font en imaginant que les choses peuvent être différentes ». 
Ce soir, essayons de rêver un monde dans lequel les choses pourraient être différentes. Essayons de donner corps à quelques rêves qui pourront inspirer notre futur proche… Alors ? Prêts ? Fermez les yeux, et laissez vous porter par les mots !  

Vous vous réveillez, le silence vous entoure, à l’extérieur le calme, l’air est empli d’un doux parfum. Vous vous réveillez dans votre appartement situé dans un petit immeuble de trois étages dont les murs sont en paille. Là, dans cet espace d’urbanisation durable, l’immeuble a été conçu pour que le chauffage ne coûte presque rien, l’électricité nécessaire est fourni par des panneaux solaires installés sur le toit. Au sous-sol, on y a implanté les unités de compostage des toilettes de tous les appartements. 
Il est vraiment l’heure de vous lever. Petit déjeuner pris, vous vous rendez à votre travail. Aujourd’hui, vous ne travaillerez qu’une demi-journée de votre semaine de trois jours. Ce système adopté par une majorité de pays associé au revenu universel de base permet déjà de réduire le niveau de stress de la population active. Dans la semaine, vous consacrez ainsi plus de temps à contribuer à des projets communautaires et surtout, à profiter de la vie. 
Le chemin que vous empruntez serpente parmi les jardins partagés où sont cultivés des végétaux comestibles. Les rues, que l’absence de circulation automobile a rendues calmes, sont bordées d’arbres fruitiers et qui, selon la saison, se couvrent de fleurs parfumées, ou ploient sous les fruits que vous pouvez cueillir. Vous arrivez alors à « JardiBus », un concept d’abri-bus entouré d’un jardin et il vous suffit de tendre la main ou vous baisser pour cueillir un en-cas bien juteux. 
Le bus à hydrogène traverse lentement le quartier. Au loin, vous distinguez les ruines des blocs de béton de ce qui fut appelé Nancy Grand coeur, un éco-quartier disaient-ils ! Vous passez devant l’école elle aussi entourée de potagers plantés et entretenus par les élèves. D’ailleurs, la cantine s’y approvisionne. Là, le ministère de l’éducation a décidé d’éliminer toute forme d’examens afin de donner aux élèves davantage de temps libre. Ils peuvent alors se consacrer aux jeux ou à l’acquisition, à leur rythme, auprès des autres membres de la communauté, de compétences qui leur permettront de vivre leur vie comme ils l’entendent. Ainsi dès leurs premières années, on enseigne aux enfants la coopération, en plus des mathématiques, les humanités numériques en plus de la grammaire et de l’histoire, l’art de communiquer au mieux avec les autres, exprimer leurs besoins et résoudre des conflits au lieu de la compétition et de la contrainte. 
Puis, vous passerez devant l’un des anciens hypermarchés qui, nombreux, ont mis la clé sous la porte. L’essor de la production alimentaire de quartier et la transition vers les circuits courts et raisonnés ont mené progressivement à la désertion des supermarchés et l’effondrement du modèle alimentaire industriel. Le bâtiment aujourd’hui réhabilité sert de local pour une multitude de petites entreprises, d’associations et accueille un centre de formation associé aux écoles à proximité. On y trouve un espace de réparation des objets électroniques, un hacker space, un moulin où sont transformées les céréales cultivées dans les environs et une scierie. Des potagers ont remplacé les immenses parkings et alimentent les marchés de toute la métropole. 
Vous faites alors une petite halte à la gare afin d’acheter les billets pour vos prochaines vacances en Europe. Ça fait maintenant de nombreuses années que vous avez cessé de voyager en avion et en voiture. Depuis maintenant presque 10 ans, les compagnies ferroviaires et les gestionnaires des infrastructures ont été nationalisés. Ceci a fait qu’on ne trouve plus dans les gares tous les mêmes cafés et toutes les mêmes grandes chaines de magasins. Chacune d’elle est maintenant devenue une vitrine de l’économie locale, avec ses propres capacités d’innover et de se diversifier. Là, à Nancy, vous pouvez y trouver un grand nombre de commerces locaux. Elle est également devenue un lieu où s’exprime la diversité culturelle de la métropole. Vous y retrouverez des copains qui boivent un verre à la micro-brasserie implantée là à proximité des rails facilitant ainsi l’acheminement de sa production dans toute la région. 
Vous continuez votre chemin et vous arrivez sur votre lieu de travail. Certains de vos collègues sont absents aujourd’hui. Récemment, un dispositif a été déployé pour permettre à 10% des employés de n’importe quelle entreprise de proposer, s’ils le souhaitent, leurs compétences, que ce soit en matière d’administration et d’encadrement, de gestions de projets ou de formation, à des organisations qui, chacune à leur manière, viennent en aide aux habitants et améliorent la résilience de la communauté dans son ensemble. Là, tout est fait pour avoir un usage mesuré et intelligent des moyens informatiques en réseau. D’ailleurs, après le démantèlement des grandes entreprises du numérique, le réseau a été réorganisé pour que les ressources soient relocalisées et adaptées aux besoins. Tout est maintenant mis en place pour favoriser le partage des outils, des compétences et des ressources, le tout organisé par des systèmes implantant des intelligences artificielles accompagnantes, adaptables et bienveillantes. 
Les projets en cours étant calés, chaque collègue impliqué et conscient de son rôle dans une organisation promouvant la responsabilité de chacun, vous quittez votre bureau et vous décidez de rentrer à pieds. Vous flânez dans les rues dont certaines façades sont ornées de superbes fresques murales colorées, renouvelées régulièrement résultat de collaborations entre les collectifs d’habitants et des associations d’artistes urbains. De nombreux enfants jouent dehors puisqu’il y a beaucoup moins de voitures dans la ville. Les résidents ont également pris l’habitude d’interdire la circulation dans leur rue sur certaines créneaux horaires, ce qui fait que les enfants peuvent sortir sans danger. D’ailleurs, tous les voisins gardent toujours un oeil attentif et bienveillant les uns sur les autres ce qui a été possible grâce à la réduction du temps de travail, qui permet aux adultes de passer plus de temps chez eux plutôt que dans les embouteillages ou des locaux professionnels mal adaptés. 
Arrivé chez vous, après un diner préparé avec des produits issus de l’agriculture du quartier, vous vous rendez à une réunion de l’assemblée de quartier. Depuis quelques années, c’est un collectif d’habitants qui a été élu à la mairie de Nancy. Celui-ci a permis l’installation d’un modèle de gouvernance de la ville qui crée les conditions de l’accompagnement de l’émergence d’initiatives à l’échelle des quartiers. 
Une « Métropole de l’imagination citoyenne » a été créée afin de nourrir l’imagination des communautés locales et ainsi favoriser la réalisation des projets. La réunion de ce soir rassemble une bonne centaine de personnes pour discuter de l’avenir de l’énergie dans le quartier. Depuis plusieurs années, l’essentiel de l’électricité est produit localement avec une mise en commun des productions afin de garantir à tous son accès en fonction de ses besoins. 
Sur le chemin du retour, vous vous arrêtez pour discuter avec certains de vos voisins qui prennent l’air dans la rue. Vous entendez une chouette hululer, et des envolées de chauve-souris strient le ciel de l’encre de leurs ailes. Depuis que nous avons donné au quartier de Mon désert le statut de parc local urbain, et tous les quartiers ont fait de même, la biodiversité n’a pas cessé de se développer. Nous avons rétabli les couloirs empruntés par la faune sauvage et multiplié les espaces verts non entretenus. Les insectes sont de retour, des papillons multicolores s’éparpillent dans les airs, de nouveaux sons, de nouveaux chants d’oiseaux rythment délicatement le silence de la nuit étoilée qui vient. Depuis quelques années, vous pouvez à nouveau voir clairement la Voie lactée qui traverse le ciel nocturne. 
Vos pas vous ramènent chez vous, et vous vous endormez bercé par le silence…. 
Et… vous vous réveillez en sursaut, un bourdonnement incessant vient du dehors. Vous ouvrez vos volets, et face à vous la barre des cubes de béton de Nancy Grand Coeur vous rappelle à la réalité, la rue au bas de votre immeuble est déjà saturée de véhicules qui se précipitent au détriment de toute raison dès que le feu passe au vert. Le bruit, une fois les volets ouverts, est permanent, presqu’assourdissant, l’air est saturé des gaz nauséabonds évacués par ces milliers de voitures, camionnettes et camions… et aussi loin que porte votre regard, aucun espace vert, rien que du gris, et du béton… nous sommes en 2020, on a parlé d’un monde d’après, qui n’est finalement que celui d’avant mais peut-être en pire ! En fait, avec Rutger Bregmann, on peut affirmer que « l’incapacité d’imaginer un monde où les choses seraient différentes n’indique qu’un défaut d’imagination, pas l’impossibilité du changement ».  Alors n’oublions pas que « si nous attendons le bon vouloir des gouvernements, il sera trop tard. Si nous agissons en qualité d’individu, ça sera trop peu. Mais si nous agissons en tant que communautés, il se pourrait que ce soit juste assez, juste à temps ».
Pour finir, ce sera avec quelques vers d’un poème de Raymond Carver, nouvelliste et poète américain mort en 1988, qui s’intitule En 2020. 

« Oui les amis, je vous aime c’est vrai.
Et j’espère avoir assez de chance, avoir l’honneur,
De vivre pour témoigner.
Croyez-moi, je dirai seulement les plus
Belles choses sur vous et nos vies ici !
Pour celui qui survit il faut qu’il y ait encore 
À espérer. En vieillissant,
En perdant toute chose, et tout le monde ». 

Sources et références 
Néonicotinoïdes : « Les preuves scientifiques de la catastrophe n’ont cessé de s’accumuler ». https://reporterre.net/Neonicotinoides-Les-preuves-scientifiques-de-la-catastrophe-n-ont-cesse-de-s-accumuler
https://fr.wikipedia.org/wiki/Néonicotinoïde
Et si l’imagination permettait de créer le futur que nous voulons ? https://usbeketrica.com/fr/article/et-si-l-imagination-permettait-de-creer-le-futur-que-nous-voulons 
Neil Gaiman. Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l’imagination. Au diable Vauvert, 2014
Rob Hopkins. ET SI… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? Domaine du possible. Actes Sud. 2020 
America n°15. Money, money, money. Enquêtes et reportages au pays du Roi Dollar. 
Rutger Bregman, Utopies réalistes. Seuil, 2017

Nowakowskismes 5.2 “Demain est-il ailleurs ?”

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

La question « Demain est-il ailleurs ? » va nous guider. Déjà, dans les mots d’introduction à ces Nowakowskismes, dans ce présent dans lequel nous nous battons pour que la Terre ne devienne pas inhabitable. Mais ce soir, c’est aussi un livre intitulé « Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique » écrit par Bruno Cohen et Moi-même, Samuel Nowakowski.  Que se cache-t-il derrière cette odyssée ? Cet ailleurs qui s’ouvre vers un demain ? Voici quelques mots qui vous permettront d’en savoir plus sur ce qui nous a menés à nous atteler à cette quête de plus de 2 ans et demi à la recherche de la transition numérique et qui a donné ce livre intitulé « Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique ».   

Parler de transition c’est parler par exemple du passage d’un temps à l’autre, ou d’un paysage à l’autre, mais aussi de transition d’un état à un autre, de régime transitoire aussi, ou encore nommer les conséquences d’une révolution. 
Parler de transition c’est tenter d’exprimer la transformation des échelles de valeurs mais aussi la matérialisation de changements dans les pratiques socio-culturelles ou économiques. Parler transition permet d’évoquer les fluctuations à venir, l’attente ou, pourquoi pas, l’espérance d’un monde meilleur. C’est aussi marquer une liaison, un intermède, une intermédiation, un à-venir. 
Or, aujourd’hui, la transition est servie à toutes les sauces et plus particulièrement pour celles qui sont numériques ou écologiques. Impossible d’y échapper parce qu’elle devient évidence.
Alors cette question bizarre en apparence, « Demain est-il ailleurs ? » que nous posons pour aborder la transition, s’est imposée pour comprendre cette généalogie qui remonte jusqu’aux pionniers des mondes numériques qui eux étaient en quête d’un ailleurs. 
Nous savons que la culture d’internet s’est élaborée au coeur des communautés hippies et leur étonnante transhumance vers les terres numériques. Fred Turner dans « Aux sources des utopies numériques » raconte comment les mondes numériques sont devenus le lieu de la mise en œuvre d’un autre modèle de société. En marquant la coupure entre le réel et le virtuel, entre le matériel et l’immatériel, entre le fait d’être en marge ou dans un ailleurs, les pionniers de l’internet, qui avaient déjà installé leurs campements loin des villes pour s’exiler du monde, ont délibérément privilégié l’accomplissement des individus sur leurs positions sociales. Derrière un écran d’ordinateur, au cœur d’un réseau encore vierge, une nouvelle forme d’égalité pourrait ainsi — du moins le croyaient-ils — se réaliser sans être tributaire de la domination des plus riches et de la hiérarchie, laquelle n’a cependant jamais cessé d’exister, même au sein des expériences de vie communautaire.
Cet « ailleurs » devenu une nouvelle occurrence du mythe de la nouvelle frontière à franchir, s’appuiera sur l’architecture d’un réseau distribué infusé dans les vertus méritocratiques issues du milieu universitaire, et parfumé par les principes d’ouverture et de coopération déposés par les hackers et préfigurant l’arrivée de l’ordinateur individuel. La structure et les protocoles donnant corps à cet ailleurs seront codés en intégrant les principes de décentralisation, de réciprocité et d’auto-organisation. En ligne, ou encore dans cet ailleurs, « le code est la loi » écrivait Lawrence Lessig.
Alors ? Demain est-il ailleurs ? Pour y répondre, cet ouvrage rassemble les rencontres avec celles et ceux qui vivent aujourd’hui cette transformation radicale. Ces personnes aborderont les notions de temps, parleront du déséquilibre, de leurs incertitudes et du mal être mais aussi de leurs émerveillements, et questionneront des thèmes centraux de notre société que sont la surveillance, le contrôle, le développement d’un capitalisme numérique prédateur. Elles parleront aussi de cet ailleurs des pionniers qui s’est matérialisé dans nos sociétés en réseau traversées par les nécessaires réflexions à mener sur l’éthique, l’écologie, l’apprentissage, la transmission et le rapport au savoir. 
Arpentant l’univers de la ville (de Nancy ?) à la recherche de la transition, nous découvrons petit-à-petit qu’elle s’incarne sous différentes formes chez les uns ou les autres, dans l’espace public et privé, et dans tous les milieux au sein desquels nous évoluons — naturels, sociaux, politiques, éducatifs, technologiques, … 
Fugace parfois, imperceptible mais finalement visible, la transition pourrait être ce qui donne cette subtile conscience qui émerge en nous de la confrontation de ces milieux différents. Chercher à cerner la transition c’est se saisir de l’interdépendance, des connexions, de la complexité et de la beauté du monde dans toutes ses dimensions.
Approcher la transition c’est donc s’intéresser aux liaisons évidentes ou non, aux interactions qui unissent sans supprimer en aucune manière la spécificité d’un milieu et de ses propres mécanismes autorégulateurs. En paraphrasant une phrase issue du livre des Lieux infinis, « la transition se situe ailleurs bien que chaque lieu soit devenu inséparable du monde [et de ses multiples processus déstabilisateurs venus de la révolution numérique] ». S’approcher de la transition, c’est ainsi ouvrir les portes de la perception et prendre conscience de l’absence de perspectives nouvelles, donnant le sentiment que l’avenir est bouché, optimisé, calculé, stocké dans les serveurs des géants du numérique. Notre cheminement nous mène à en dévoiler l’essence, la transition comme émancipation. 
Et toujours cette question Demain est-il ailleurs ? 
Est-ce dans la ville que nous avons parcourue que nous trouverons la réponse ? Dans cette ville, Nancy, comme d’autres villes, qui est traversée depuis quelques années par d’extraordinaires transformations liées à la révolution de l’information, à la collecte massive des données baignant dans une économie omnipotente et dématérialisée. Où trouver la transition ? parmi les plateformes d’intermédiation publiques et privées qui se partagent parfois maladroitement l’espace collectif ? Où trouver la transition ? au coeur des nuages de données captées sur les individus ou par les objets dits communicants ? 
Avons-nous à faire à un ailleurs ayant abdiqué devant les vertus supposées de la smart city peuplée d’algorithmes de plus en plus sophistiqués qui organisent, distribuent, designent le territoire et nos manières de vivre la ville. La transition serait-elle aussi là comme la manifestation du travail infatigable des programmes informatiques qui modèlent nos comportements jusqu’au coeur des réseaux qui « interpellent nos modèles démocratiques, (dé)réglementent la production et l’économie de la valeur et bouleversent la vie urbaine et humaine » ?
Alors, comment penser et comprendre cette transition bien visible qui nous a fait passer d’un monde analogique rugueux à un monde numérique lisse, d’une forme d’insouciance juvénile à une conscience plus sourde du devenir humain ?Comment cette transformation a-t-elle eu lieu ? Quelle perception ou analyse en faisons-nous ?  Est-elle le résultat des ratages successifs et des désordres politiques et structurels du monde soumis au capitalisme prédateur ? Sans doute. Est-elle un avatar de l’accaparement des richesses matérielles et symboliques par une infime minorité ? Est-elle cachée dans la bêtise devenue systémique comme le disait Bernard Stiegler dans le manifeste d’Ars Industrialis de 2010 ? Selon toute vraisemblance. Serait-elle tout simplement aussi la partie émergée de l’iceberg de notre « embourgeoisement » vers lequel le Titanic de notre société se précipite ? L’histoire nous le dira. 
Or « …peu importe que le monde et la société [fassent naufrage] sous le poids des déchets, des pollutions, [après avoir heurté cet iceberg] que les psychismes s’épuisent sous l’effet de l’accélération généralisée, les futurologues annoncent la solution, qui sera nécessairement technologique ». « L’ailleurs » enchanté tant rêvé et porté par des voix venues d’un temps pas si lointain ne pourrait transiter que grâce aux impératifs de l’utopie numérique. 
Cette course à l’innovation permanente, numérique et prédictive, ce qu’on appelle le solutionnisme technologique prolongent les utopies techniques du passé et leurs rhétoriques révolutionnaires. Les machines sont les réponses aux crises sociales, aux effondrements de toutes sortes qui menacent le monde contemporain. La 5G comme mantra dédiée à la divine compétitivité. Comment ne pas être inquiets devant ces nouvelles croyances technologiques ?
Donc ? Demain est-il ailleurs ? 
Parce que nous nous demandons comment nous avons pu passer du XXe au XXIe siècle, sans avoir l’impression d’avoir eu notre mot à dire sur le sens de ces transformations, sans nous être arrêtés pour réfléchir lorsque la plupart des responsables politiques, dirigeants d’entreprises ou hauts fonctionnaires, dans un monde en constante « évolution », en pleine « mutation », ne cessaient de répéter que nous étions toujours « en retard », qu’il nous fallait être compétitifs, et nous adapter ! Comme si tout ne pouvait être pensé qu’au travers d’un darwinisme de pacotille ! 
Mais alors quel demain est-il ailleurs ? 
Déjà il se trouve tout au long de ce parcours urbain le long duquel nous vous invitons à nous suivre, dans le partage de nos réflexions et de nos questionnements. Au cours de cette déambulation de 24 heures au coeur de la ville, et au coeur du monde, nous tenterons ensemble d’y voir clair en nous appuyant sur les remarques ou les questions qui émergent des entretiens qui ont rythmé cette journée particulière en vue de comprendre en quoi la transition consiste.
Ce livre, par cette déambulation et nos conversations dans la ville vue comme un monde clos qui enclôt le monde  est un objet singulier, hybride, frontière, qui invitera le lecteur à s’interroger sur les grands enjeux des transitions sociales et culturelles consécutives à la révolution numérique. Il cherche à éclairer, à hauteur d’homme, les commentaires et les analyses, la perception de chacun en mobilisant largement les apports scientifiques, culturels et philosophiques des auteurs. 
Enfin demain est-il ailleurs ? 
Simple en apparence, cette question, qui donne au livre son titre, interroge d’une manière poétique et culturelle le sens de ces mutations, de ces transformations numériques à l’heure de la dégradation majeure de nos environnements et souligne combien la transition est avant tout de la relation. Pour cela, Bruno Cohen et moi-même avons souhaité écouter puis partager nos points de vue sur ce sujet avec une douzaine de témoins à l’occasion d’une déambulation de vingt-quatre heures dans Nancy.
« Agis dans ton lieu, pense avec le monde. Ton lieu est incontournable […] ». Alors, très tôt, encore dans la nuit, nos pas nous ont menés à la rencontre de notre premier témoin.

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. On se laisse juste avec cette petite alerte d’Olivier Tesquet dans Télérama. On sait que la Chine exporte son modèle numérique intrusif partout dans le monde jusqu’en France. L’inverse est lui plus méconnu ! Amnesty International a publié un rapport intitulé « Out of Control » dénonçant la fourniture de technologies de surveillance européennes au régime dictatorial de Pékin. Trois entreprises sont particulièrement visées. Le Français Morpho (devenu Idemia) a vendu un système de reconnaissance faciale au Bureau de la sécurité publique de Shanghai ; le Suédois Axis Communications équipe en caméras Skynet et Sharp Eyes, les deux programmes-phare de la vidéosurveillance chinoise ; et le Néerlandais Noldus Information Technology a fourni un logiciel de détection des émotions à plusieurs autorités locales, dont celle du Xinjiang, cette province du nord-ouest du pays où le pouvoir central perpètre un véritable génocide culturel contre la minorité musulmane ouïghoure. 

Histoire de ne jamais s’endormir ! 

Les événements climatiques extrêmes ont lieu plus tôt et avec une plus grande ampleur que prévu. Incendies en Californie ou en Amazonie, multiplication des ouragans, chaleurs extrêmes, fonte de la banquise spectaculaire, débâcle des calottes glaciaires : les catastrophes climatiques se succèdent sans relâche. 
Le phénomène La Niña actuellement en cours dans le Pacifique équatorial provoque des températures de surface anormalement fraîches qui facilitent la formation d’ouragans et de tempêtes dans l’Atlantique. Or, la seule variabilité naturelle du climat ne peut expliquer les extrêmes météorologiques et climatiques sans précédent auxquels nous assistons.
Nous sommes témoins des effets du dérèglement climatique d’origine humaine. D’ailleurs, ce n’est pas difficile à comprendre : davantage d’humidité s’évapore dans l’atmosphère, d’une part en raison d’un océan plus chaud, ce qui aggrave les inondations dues aux tempêtes côtières, et d’autre part en raison de sols plus chauds, ce qui aggrave les sécheresses. Le réchauffement climatique entraîne des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses. Or, si la chaleur et la sécheresse se combinent, les incendies de forêt s’intensifient.
La canicule qu’a connue le nord de l’Europe en 2018 a été rendue deux fois plus probable par le changement climatique. La probabilité qu’un ouragan de catégorie 4 comme Florence touche les Etats-Unis a été multipliée par 50 en raison du réchauffement des océans. En 2019, Dorian, avec des vents qui ont frôlé 300 km/h, s’est avéré le cyclone le plus puissant de l’Atlantique à avoir touché terre. Fin août 2020, Laura est devenue l’ouragan qui s’est intensifié le plus rapidement dans l’histoire avant de frapper la côte du golfe du Mexique. Nous assistons à un dérèglement climatique dangereux.
Désormais, aucun endroit ni aucun d’entre nous n’est à l’abri du changement climatique. Et ça empirera si nous n’agissons pas. De grandes parties des tropiques et des régions subtropicales deviendront inhabitables d’ici à la fin du siècle si nous ne réduisons pas considérablement les émissions dans les décennies à venir.
D’autres impacts, comme la fonte des calottes glaciaires et l’élévation du niveau de la mer, ainsi que l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes (les feux de forêt, les super-tempêtes, les inondations, etc.), se produisent plus tôt et avec une plus grande ampleur que ce que les modèles avaient prévu. Les incendies de forêt en Californie et en Australie cette année ont été sans précédent en termes d’intensité et de dommages.
De plus, l’effet d’amplification des « boucles de rétroaction » des rejets massifs de CO2 dans l’atmosphère lors des mégafeux causés en Australie et dans l’ouest des Etats-Unis aggravent encore le dérèglement climatique.
Plus nous brûlerons de combustibles fossiles, plus nous réchaufferons la planète et plus les impacts seront importants. Si nous arrêtons de brûler des combustibles fossiles maintenant, la température de la Terre se stabilisera d’ici quelques années. Mais, certains dégâts sont déjà irrémédiables et nous devons déjà nous adapter aux risques élevés provoqués par le réchauffement qui a eu lieu. 
Il n’est absolument pas trop tard pour limiter le réchauffement à 1,5 °C. Des travaux montrent que c’est encore possible, à condition de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,5 % par an au cours de la prochaine décennie. Rien, dans la physique de la Terre, ne nous empêche d’y parvenir. Les seules véritables limites à l’heure actuelle sont la volonté politique.
Si rien n’est fait dans les prochaines années, la possibilité de limiter le réchauffement à 1,5 °C pourrait bien disparaître. Mais même si c’était le cas, nous ne devons pas baisser les bras parce que limiter le réchauffement à 2 °C permettra d’éviter des dommages bien plus importants si nous dépassons 2,5 °C, puis 3 °C et ainsi de suite… 

Sources et références https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/09/22/changement-climatique-desormais-aucun-endroit-ni-aucun-d-entre-nous-n-est-a-l-abri_6053127_3244.html 
https://www.telerama.fr/idees/quand-leurope-aide-la-chine-pour-surveiller-massivement-ses-concitoyens-6700608.php
Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique. Bruno Cohen et Samuel Nowakowski. FYP Editions 2020 ISBN 978-2-36405-200-0
https://boutique.fypeditions.com/products/demain-est-il-ailleurs-odyssee-urbaine-autour-de-la-transition-numerique
Lieux infinis. Construire des bâtiments ou des lieux ? Sous la direction de Encore Heureux.