La poétique du chaos

Ces textes sont nés de ces temps inédits. Ils sont questionnement par l’imaginaire, certainement excessifs mais dérangeants dans ce qu’ils mettent en lumière des nos attitudes, de ce que nous vivons, de nos désertions, nos lâchetés ou nos résistances. 
Écrit dans le cadre des Nowakowskismes, le cycle de la Poétique du chaos a rythmé les émissions réalisées dans le cadre du confinement. Le cycle de la Poétique du chaos existe parce que les tueurs de merveilleux courent toujours, les tueurs de vie sont infatigables parce que nous n’avons fait que fuir, parce qu’aussi, nous ne cessons pas de nous battre et de nous cogner aux angles du monde !
La poétique du chaos est ce qui nous rappelle que nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » 
Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : « Au fond, ce n’est pas moi », « On m’a demandé de le faire », « De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place ! ». 
Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.

Nowakowskismes 4.25. « Poétique du chaos Part 5, Fuir… »

Nous sommes le 11 juin 2020, c’est la dernière des Nowakowskismes de la saison, et cette saison fut riche de 25 épisodes et de ce cycle intitulé La poétique du chaos, né de ces temps dangereux.  
Alors, pour cette dernière, êtes-vous prêts pour écouter la partie 5 de la Poétique du chaos ? Les tueurs de merveilleux courent toujours, les tueurs de vie sont infatigables ! Arrêtez-les ! Arrêtez-les ! Nous n’avons fait que fuir, parce que nous n’avons cessé de nous battre et de nous cogner aux angles du monde ! Fuir et revenir encore et encore ! 

Les trois formes humaines qui fuyaient en direction du nord, dans les sous-bois de cette forêt éclairée par la Lune voilée par des colonnes de fumée grasse s’espaçaient sur près de cinq cents mètres. Le dernier de la file étaient à moins d’une centaine de mètres devant ses poursuivants. Il les entendait, il sentait presque leur respiration et leur halètement. 
Avec la Lune enfin dégagée, ils y voyaient presque clair dans les sous-bois. Ils progressaient en restant à couvert dans ce qui restait d’une forêt qui avait été exploitée sans retenue. Ils sentaient la chaleur encore accablante de la journée qui venait de s’écouler. Le souffle d’air nocturne était âcre des fumées des feux allumés dans la journée mêlées aux exhalaisons de toutes les substances qui avaient été déversées pour y chasser toutes les vies qui pourraient contrecarrer leur projet.
Pour le dernier des poursuivis, il était évident qu’il ne pourrait soutenir ce rythme. Même concentré dans cette course du désespoir, il gardait un visage serein ouvrant de grands yeux toujours émerveillés. Sa respiration s’était faite sifflante et saccadée. Il trébuchait. Mais, surtout, il n’appelait pas ses compagnons. Nul ne pourrait lui venir en aide. Les poursuivants gagnaient de plus en plus de terrain. Il se prit le pied dans une racine et faillit tomber. Cela lui donna un regain d’énergie. Il accéléra, gagnant peut-être un petite longueur sur ses poursuivants. Ses bras rythmaient sa course. Il respirait bruyamment par la bouche. De nouveau, il trébucha, il reprit son équilibre en s’aidant au passage près d’un jeune arbre épargné par les coupes et il poursuivit sa course sans issue. Ses jambes épuisées par l’effort menaçaient de se dérober sous lui. Il ne lui restait plus l’énergie qui lui aurait permis d’accélérer à nouveau. Alors, ils furent sur lui, son esprit fut envahi par un vol de papillons monarques, ces papillons orange et noir qui voyagent sur des milliers de kilomètres pour rejoindre les forêts de pins dans lesquelles ils se reproduisent, détruites par l’exploitation illégale et l’extension des plantations d’avocatiers. Puis, fauché en pleine course, il eut juste le temps de crier : « Fuyez ! Sauvez-vous !». Son cri s’interrompit avec une brutalité finale dans l’odeur âcre du sang venant s’ajouter à celle de cette terre dévastée.   
Les chasseurs, au lieu de s’arrêter, reprirent aussitôt la poursuite. Il n’y avait pas une seconde à perdre, les consignes étaient claires. Le suivant avait entendu les cris poussés par son camarade, immédiatement suivis d’un silence sinistre puis par le bruit de la chasse qui reprenait. Il courait à longues foulées régulières, son corps svelte donnait l’impression d’être parfaitement adapté à l’effort fourni. Il essayait de toutes ses forces de ne pas se laisser envahir par les visions d’un nouveau camarade assassiné et de toutes ces destructions contre lesquelles ils se battaient depuis si longtemps. Il avait peut-être encore une chance de s’en sortir parce que depuis toujours il avait su économiser son énergie et là dans cette course, il en avait de même. 
Malgré un genou fragile, il accéléra l’allure. Son genou avait été blessé par un coup de tronçonneuse et il s’en était fallu d’un cheveu pour qu’elle ne lui sectionna la jambe. C’était une des multiples cicatrices, les traces de ses combats permanents contre les trafiquants de bois qui coupaient des arbres géants multicentenaires de la forêt de Niaming à la frontière de la Gambie. Les tropiques payaient en effet un lourd tribut. La surconsommation, les profits à court terme, la corruption des régimes en place avaient mené à la destruction 12 millions d’hectares de forêts, dont près d’un tiers dans les forêts primaires tropicales humides essentielles dans la régulation du climat, le maintien de la biodiversité et de la fertilité des sols. Les chiffres l’obsédaient, la destruction de l’équivalent d’un terrain de football de forêt primaire toutes les six secondes pendant un an.
Mais, il avait présumé de ses forces. Après toutes ces épreuves, et le rythme de course qu’ils s’étaient imposé, cette dernière accélération avait accentué la douleur qui avait ressurgi et n’avait cessé de l’envahir. La douleur avait maintenant dépassé la limite du supportable. Elle s’était muée en une brûlure qui embrasait sa jambe et tout le côté droit. Il savait quelles étaient ses limites et il pensait avec espoir à sa camarade devant lui qui devrait atteindre bientôt le fleuve. Le bruit des poursuivants pénétraient son esprit conscient. Ils étaient beaucoup trop près. Il comprit alors qu’il ne leur échapperait pas. Il risqua un coup d’oeil en arrière et vit qu’ils cherchaient à lui couper la route en arrivant par sa droite. Fixant son regard à nouveau devant lui pour tenter de leur échapper, ils se jetèrent sur lui, il roula à terre et se défendit comme il put. Mais il ne pouvait pas se garder des coups qui pleuvaient de tous les côtés. Il reçut un coup violent dans le dos, et, s’effondra en hurlant : « Fuis ! Sauve-toi !» et son cri résonna dans toute la forêt. 
Elle entendit très bien le hurlement de son compagnon de lutte. 
Quand le silence caractéristique avait été de nouveau rompu par la chasse, une telle fureur s’était emparée d’elle qu’elle s’était crue sur le point d’exploser. Elle commença à ressentir dans sa poitrine la douleur prémonitoire d’un essoufflement qu’elle connaissait bien pour l’avoir affronté lors de précédentes fuites. La transpiration ruisselait sous ses vêtements. Une fois de plus, le fracas de la poursuite envahissait sa conscience. 
Elle apercevait maintenant devant elle, à travers les taillis, la zone découverte qui marquait les abords du fleuve. La Lune faisait miroiter par endroits la surface de l’eau étrangement irisée. 
Elle aurait préféré ne pas être seule, ne pas être la dernière. Elle était la seule survivante du groupe des 13 qui avait mené cette opération contre cette compagnie internationale, filiale du géant minier britannique, qui s’était installée sur leurs terres, polluant les eaux, empoisonnant toute la vie après avoir détruit des milliers d’hectares de forêt primaire. 
Brusquement, elle se retrouva hors de la forêt, là où l’étendue de gazon scintillait bizarrement sous la Lune. Devant elle, bordé par une étroite plage de galets d’un gris argenté, était le fleuve aux eaux sombres et miroitantes. 
Les hurlements de ses compagnons résonnaient encore à ses oreilles. 
Les « Sauve-toi » battaient au rythme des pulsations rapides de son coeur. 
« Sauve-toi » était un message annonciateur de mort et aussi un message de vie. 
Obéissant à cette injonction, elle se précipita jusqu’au bord du fleuve et y plongea la tête la première. Le fleuve exhalait encore la puanteur des 20000 tonnes de diesel qui s’étaient échappées d’un réservoir sur un site industriel. Les causes de la fuite n’avaient pas été clairement établies, mais selon la compagnie minière qui exploitait un site en amont, le réservoir avait pu être endommagé par l’effondrement du sol causé par le dégel du permafrost en raison du réchauffement climatique. Le contact de l’eau fraiche et polluée après l’échauffement de la course eut un effet paralysant. Elle se laissa flotter, luttant pour recouvrer sa respiration et l’usage de ses membres engourdis. L’eau dégageait une odeur d’hydrocarbures qui irritait ses bronches à la recherche d’un souffle pour récupérer de la course.
Le fleuve n’était pas très large à cet endroit. A peine une cinquantaine de mètres séparait les deux rives légèrement incurvées aux bandes sablonneuses alternant avec des berges envahies de roseaux et d’herbes où les déchets plastiques multicolores s’accrochaient au milieu de flaques stagnantes et irisées. 
Elle savait qu’il y avait peu de chances que ses poursuivants traversent le fleuve mais par prudence, elle franchit sous l’eau les derniers mètres et refit surface à l’ombre de la berge avant de regarder en arrière, un goût écoeurant d’essence dans la bouche. 
Ils étaient là, alignés sur la rive opposée, miliciens, tueurs à gages, militaires, trafiquants aux ordres des compagnies et des états prédateurs des dernières ressources naturelles de cette planète. Elle retenait son souffle. Elle sentait sur elle l’ombre de l’épuisement de cette course, mais aussi de toutes celles qui avaient précédé et dont elle n’était pas revenue. 
Ses poursuivants pivotèrent tous ensemble et s’enfoncèrent dans la forêt. 
Elle se laissa porter par le courant en direction de la rive. Elle avait hâte de sortir de cette eau nauséabonde. Ses pieds touchèrent le fond face à une plage étroite et recouverte de détritus. Lentement, son corps raidi de fatigue, elle se hissa sur le sable, prudemment et tentant d’éviter les objets qui auraient pu la blesser. 
« Sauve-toi ! » retentissait toujours à ses oreilles, et les visages et les prénoms de ses douze compagnons occupaient toutes ses pensées, Homero, Moustapha, Victoria, Chut, Berta, Laura, Martine, Fiona, Steven, Marina, Elisabeth, Raoni et tous les autres. Beaucoup d’entre eux étaient des représentants des peuples autochtones, les « premiers gardiens de la nature ». Des larmes se mirent à couler dessinant des chemins brillants sur ces joues salies par l’eau morte. Les expéditions, les manifestations, les traversées de la forêt et des espaces livrés aux cultures intensives et aux tronçonneuses, leur longue course pour tenter de s’échapper encore et continuer la lutte encore… tout cela prenait dans sa mémoire une allure de rêve, même cette dernière course prévue bien sûr, parce qu’il était impossible que ces prédateurs ne cherchent pas à les réduire au silence. 
Tournant le dos à l’eau, elle se releva et se dirigea vers une rive recouverte d’une herbe maigre. Au-delà elle apercevait un campement. Tout en marchant, elle se répéta son serment et c’est là qu’un tir dont le son n’arriva que bien plus tard, la faucha alors qu’elle pensait avoir enfin rompu le cycle infernal des luttes éternellement recommencées. Elle s’effondra dans l’herbe maigre. Allongée face à la Lune, elle rêva de la Terre qu’elle avait juré de protéger. Elle rêva en sachant qu’elle se dresserait à nouveau et qu’elle fuirait encore et de ses lèvres s’envolèrent les mots d’un poète oublié : 
« Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gâchis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et pour cette saison. C’était une longue saison, et vous pouvez relire, réécouter et revivre tous les Nowakowskismes depuis la saison 1 sur ce blog. 

Les activistes de l’environnement sont en danger sur toute la planète. Gangs criminels, forces armées, police, paramilitaires, grands propriétaires terriens les persécutent. En 2018, 164 d’entre eux ont même été assassinés.
Homero Gómez, 50 ans, gérait le sanctuaire El Rosario des papillons monarques, près d’Ocampo, dans l’État du Michoacán, au Mexique. Il appelait ces lépidoptères « les fiancées du soleil » . Disparu le 13 janvier, il a été retrouvé le 29, noyé dans un réservoir d’eau, avec des ecchymoses et le crâne défoncé. Il se consacrait depuis des années à la défense de ce papillon orange et noir qui voyage depuis le Canada pour rejoindre là les forêts de pins où il hiberne et se reproduit. Il dénonçait et combattait l’exploitation illégale de la forêt et l’extension des plantations d’avocatiers, causes de la destruction de son habitat. Sa famille n’a pas cru à la thèse de la « cause accidentelle » avancée par les autorités, car il avait reçu des menaces de mort.
Au Sénégal, Moustapha Gueye, garde forestier, a été abattu le 6 avril 2018 en Casamance d’un tir dans la tête, et a été retrouvé les bras et les jambes brisées. Il faisait partie d’un comité local de surveillance de la forêt de Niaming, dans une région où le trafic de bois à la frontière avec la Gambie est une activité illégale courante. 
En Inde, 13 manifestants ont été abattus par la police en mai 2018 dans l’État du Tamil Nadu. Ils dénonçaient les dégâts produits par la fonderie de cuivre Sterlite de Tuticorin, filiale du géant minier britannique Vedanta, accusée de polluer l’air et de menacer la pêche locale, alors qu’elle réclamait une licence pour doubler ses capacités de production. Depuis son ouverture dans les années 1990, la population locale a toujours dénoncé l’impact environnemental de la fonderie.
Aux Philippines, pays dirigé par Rodrigo Duterte et qui a ravi la première place au Brésil des pays où les défenseurs sont assassinés, neuf cultivateurs de canne à sucre de Sagay, sur l’île de Negros, ont été abattus par des tueurs à gages.
Au Honduras, un pays où des dizaines de militants ont perdu la vie, Berta Cáceres a été assassinée en mars 2016, alors qu’elle avait reçu le fameux prix Goldman. 
En 2020, il ne fait pas bon défendre l’environnement et se battre contre des projets miniers, forestiers, agro-industriels, la construction de barrages hydroélectriques. Du Cambodge au Kenya, de l’Iran à la Russie, du Nicaragua au Chili, il ne fait pas bon dénoncer l’exploitation indue des ressources naturelles, contester l’extermination d’animaux sauvages, l’usage de pesticides ou les expropriations. Partout dans le monde, les militants font l’objet d’exécutions sommaires, assassinés par des gangs criminels, les forces armées, la police, des groupes paramilitaires, des braconniers ou des grands propriétaires terriens. 
Depuis 2012, l’ONG britannique Global Witness (GW) se charge du décompte macabre, et le publie chaque été. 
En 2018, 164 défenseurs de l’environnement ont été tués dans le monde. 
En 2017, ils étaient 207 à avoir perdu la vie pour avoir tenté de protéger la planète. 
Mais, selon GW, ils seraient bien plus nombreux, car des crimes ont lieu dans des zones isolées, non répertoriées. 
Entre 2002 et 2017, ce sont 1 558 défenseurs de l’environnement qui ont été assassinés, selon la revue Nature Sustainability.

Pour écouter ces Nowakowskismes – cliquez ici

Sources et références https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/06/02/les-forets-tropicales-continuent-de-disparaitre-a-un-rythme-alarmant_6041451_3244.html
https://www.futura-sciences.com/planete/breves/pollution-siberie-gigantesque-maree-noire-provoquee-fuite-petrole-2646/
http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/des-activistes-de-l-environnement-en-danger-sur-toute-la-planete-03-06-2020-106669_8.php 
https://nowakowski.hypotheses.org/701 

 

 

Nowakowskismes 4.24. « Aujourd’hui, le feu !… »

L’Autre Quotidien, l’éphéméride Du 2 Juin – L’étoile de Trump sur le Hollywood Walk of Fame https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2803

Se souvenir de Miles Davis, et se souvenir de la longue histoire des hommes noirs brutalisés simplement pour la couleur de leur peau. 
Remontons dans le temps pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire. Le 25 août 1959, huit jours après la sortie de l’album devenu mythique « Kind of Blue », Miles Davis se produisait au Blue Note et enregistrait une émission pour le Armed Forces Day dans Voice of America. Entre deux enregistrements, il avait accompagné une amie jusqu’à un taxi et se détendait devant le club en fumant. Un policier s’est approché de lui et lui a demandé de dégager. Miles tenta d’expliquer à l’officier qu’il se produisait à l’intérieur et que c’était son nom qui était là affiché. L’officier a quand même persisté, sans se soucier de qui il était ni de ce qu’il faisait. Alors que Miles essayait d’expliquer au policier qu’il faisait une erreur, un détective, attiré par la foule qui commençait à se rassembler, l’a gazé et l’a frappé à la tête à plusieurs reprises avec un club de billard. Il a ensuite été arrêté et placé en garde à vue. Après être allé à l’hôpital pour se faire recoudre la tête, Miles Davis a été accusé de voies de faits graves sur un officier de police. 

Nous sommes le 4 juin 2020 ! 
« I can’t breathe » est le cri de ralliement de l’Amérique pour réclamer justice pour George Floyd, cet homme décédé lors d’un contrôle policier à Minneapolis. Des centaines de villes à travers le pays s’enflamment, portant la colère des afro-américains face à cette « mort de trop », et contre la violence policière. Avec ses scènes d’émeute et de pillage, ce mouvement va bien au-delà de #BlackLivesMatter, il exprime le ras le bol d’un pays au bord de l’implosion sociale, gouverné par un homme n’hésitant pas à utiliser l’incitation à la violence et le racisme, le tout dans un contexte de dépression économique, d’épidémie et d’inégalités sociales. Est-il possible d’enrayer cette spirale d’injustice inscrite dans la structure même des USA, le pays dans lequel un « noir » est tué par la police toutes les 28 heures ? Par la loi et l’ordre ? 

C’était il y a 65 ans ! 
En 1955, le jeune Emmett Till était lynché par un groupe d’hommes blancs. Ce jeune afro-américain avait prétendument manqué de respect à une blanche, provoquant la colère des habitants dont plusieurs hommes, eux aussi blancs, qui ont alors décidé de se venger. Quatre jours plus tard, le 28 août, l’adolescent a été kidnappé chez son oncle par Roy Bryant, le mari de l’accusatrice, et son demi-frère J.W. Milam, deux hommes blancs. Pendant des heures, les ravisseurs l’ont torturé, battu, étranglé avec des barbelés, puis assassiné d’une balle dans la tête. Son corps a été jeté dans la rivière Tallatchie. Il a finalement été retrouvé trois jours plus tard. Défiguré, il n’a pu être identifié que grâce à sa bague qui portait les initiales de son père. Le procès de Bryant et Milam ne fut qu’une formalité. Le jury uniquement composé de blancs, ne dura qu’une heure et demi. Les deux hommes ont été acquittés. En échange de 4000 dollars, Bryant et Milam, qui ne risquaient plus rien, ont finalement accepté quelques semaines plus tard de raconter au magazine « Look » comment ils avaient tué Emmett. Deux mois après ce procès, Rosa Parks refusait de céder sa place à un homme blanc dans un bus de Montgomery, en Alabama. Débutait alors le mouvement pour les droits civiques, mené par le révérend Martin Luther King Jr, dont Emmett Till fut l’un des symboles.
En 1991, un vidéaste amateur filme l’arrestation brutale de Rodney King à la suite d’un excès de vitesse. Les neuf minutes et vingt secondes de l’enregistrement, où King se fait passer tabasser, ont été largement diffusées dans les médias, provoquant indignation et colère dans le monde entier. 
En février 2012, Trayvon Martin, 17 ans, rentrait chez lui après avoir acheté des Skittles au magasin du coin quand George Zimmerman, qui effectuait des rondes de surveillance dans son quartier, l’a accosté. Zimmerman abat le jeune homme, et n’a jamais été accusé du meurtre. Il n’a été que brièvement arrêté, puis a été relâché après avoir plaidé la légitime défense. En mai 2016, Zimmerman a vendu l’arme utilisée pour 250000 dollars.
En juillet 2014, Eric Garner, 43 ans, père de six enfants, est violemment plaqué au sol par des policiers qui le soupçonnent de vendre illégalement des cigarettes dans un quartier de New York. Obèse et asthmatique, Eric Garner, refuse d’être interpellé. Il n’est pas armé. Alors que cinq hommes s’emploient à le menotter, il perd connaissance avant de décéder. Les images de l’interpellation, filmées par un ami, ont fait le tour du monde. On y entend très bien Eric Garner répéter à maintes reprises, « Je ne peux pas respirer » (« I can’t breathe »). Aucune accusation n’a été portée dans ce dossier. 
En août 2014, Michael Brown, âgé de 18 ans, est abattu alors qu’il n’est pas armé et ne semble pas présenter de menace imminente. Des témoins oculaires affirment qu’il avait les bras levés en signe de soumission quand un policier blanc a fait feu sur lui.  Sa mort a embrasé la ville de Ferguson et déclenché des manifestations dans tous les États-Unis. L’abandon des poursuites contre l’auteur des tirs, fin 2014, a provoqué une nouvelle explosion de colère dans cette ville de l’État conservateur du Missouri.
En avril 2015, Freddie Gray, 25 ans, est victime, dans des circonstances qui n’ont jamais été clairement établies, d’une fracture des vertèbres cervicales lors de son transport dans un fourgon de police. Il succombera à ses blessures une semaine plus tard. Dans le cadre de l’enquête fédérale ouverte après sa mort, aucune poursuite n’a été engagée contre six agents de la police de Baltimore.
Le 6 juillet 2016, Philando Castile, 32 ans, est abattu  sous les yeux de sa compagne et de la fillette de cette dernière. Sur les images filmées par la petite amie et diffusées en direct sur Facebook Live, on voit cet employé de cantine scolaire agoniser, le tee-shirt blanc ensanglanté, sur le siège conducteur d’une voiture tandis qu’un policier le tient en joue.
En février 2020, Eric Ahmaud Arbery, 25 ans, a été abattu alors qu’il faisait du jogging dans un quartier résidentiel de Géorgie, un État du Sud au long passé ségrégationniste. Pendant plus de deux mois, les policiers locaux n’ont procédé à aucune interpellation. Il a fallu la diffusion d’une vidéo du drame, début mai, pour que l’enquête leur soit retirée et démarre véritablement. Après sa diffusion, le dossier a été confié aux enquêteurs de l’État, qui ont immédiatement arrêté les deux personnes qui apparaissent sur le film, Gregory McMichael, 64 ans, un policier blanc à la retraite, et son fils Travis, 34 ans. Ils auraient affirmé avoir pris le jeune homme pour un cambrioleur. 
En mars 2020, l’ambulancière noire Breonna Taylor, 26 ans, a été tuée d’au moins huit balles alors que la police a fait irruption dans son appartement en pleine nuit. Les agents, dotés d’un mandat de perquisition, agissaient dans le cadre d’un avis de recherche erroné concernant un suspect qui n’habitait plus l’immeuble et qui était déjà détenu. Elle et son partenaire Kenneth Walker étaient endormis quand les policiers de Louisville ont, sans prévenir, enfoncé la porte de leur appartement. M. Walker, qui avait un permis de détention d’arme, a réagi face à l’intrusion en faisant feu sur les policiers. Il a été arrêté pour tentative de meurtre sur un agent des forces de l’ordre.
En mai 2020, George Floyd, 46 ans, a été plaqué au sol par un agent qui a maintenu son genou sur son cou pendant de longues minutes. « Je ne peux plus respirer », l’entend-on dire sur un enregistrement de la scène, devenu viral. Il est décédé juste après avoir été arrêté par la police de Minneapolis, qui le soupçonnait d’avoir voulu écouler un faux billet de 20 dollars. L’autopsie a confirmé ce que nous avons tous vu, George est mort par asphyxie.
Ce soir l’humeur est sombre, alors écoutons ou ré-écoutons Ohio de Neil Young. Ohio a été écrite pour protester contre la fusillade de l’Universite de Kent, au cours de laquelle 4 étudiants furent tués et 9 blessés lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam. Neil Young a écrit cette chanson en une demi-journée et l’a aussitôt enregistrée avec Crosby, Stills et Nash. Cette tuerie perpétrée par la Garde nationale le 4 mai 1970 a aussi inspiré Bruce Springsteen, les Beach Boys, Yes avec le morceau « Long distance runaround » mais écoutons Ohio !

20 dollars ! 
Selon la compilation de l’organisme Mapping Police Violence, l’année dernière, plus de 1000 personnes ont été tuées lors d’une opération policière sur le sol américain. De plus, les Américains noirs ont trois fois plus de risques que les Américains blancs de perdre la vie suite à une intervention de la police. À Minneapolis, entre 2009 et 2019, 60 % des victimes de tirs de la police étaient noires, alors que la population noire de la ville ne représente que 20 % de la population totale. D’ailleurs, suite au mouvement Black Lives Matter, la police a été équipée de caméras embarquées, les Etats ont tenté de diversifier les recrutements, mais pour quels résultats ? Une longue tradition d’impunité, l’influence des syndicats, la clémence des juges et des jurys populaires laissent toujours toute latitude aux policiers de faire un usage excessif et incontrôlé de la force. 
George Floyd est mort. 
Alors, par dizaines voire par centaines de milliers, des Américains manifestent contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales exacerbées par la crise du Covid-19. On assiste à une réponse sécuritaire d’ampleur, au recours à des véhicules blindés de transport de troupes, à l’utilisation de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Chicago, Denver, Los Angeles, Salt Lake City, Cleveland, Dallas, Indianapolis, les protestations se sont propagées dans au moins 140 villes américaines. New York a annoncé doubler la présence de ses forces de police et instaurer un couvre-feu de 23h lundi à 5h mardi. A Washington, l’heure de celui-ci a été avancée lundi à 19h, à Los Angeles, c’est à 18h. De Boston à Los Angeles, de Philadelphie à Seattle, le mouvement de protestation s’est exprimé de façon majoritairement pacifique le jour, mais a aussi donné lieu à des embrasements nocturnes et des destructions à grande échelle.  
Ni le renvoi de l’agent coupable de la bavure, Derek Chauvin, ni son arrestation postérieure n’ont calmé les esprits, bien au contraire. Or, les provocations de Trump peuvent paraître irréfléchies, voire politiquement suicidaires. Mais ce n’est pas le cas. Depuis les années 1960, le parti républicain a souvent tiré parti d’un discours à connotations racistes sur « la loi et l’ordre ». Rappelons-nous la campagne de Nixon. L’objectif clair d’une telle campagne, parce que Trump est en campagne électorale, s’appuyant sur ce thème inusable, a pour avantage de reléguer au second plan les carences de la Maison Blanche face à la crise sanitaire et au désastre économique. 
La droite américaine en prenant pour cible principale les « pillards », des noirs, en occultant la réalité de manifestations mobilisant largement, cherchent à mobiliser la « majorité silencieuse » des propriétaires de petits commerces qui décident en général de l’issue des élections. 
Alors pour faire respecter « La loi et l’ordre », et pour faire face aux troubles s’ajoutant à la pandémie de coronavirus, Trump a annoncé d’un ton « mussolinien » le déploiement de « milliers de soldats lourdement armés » et policiers à Washington pour mettre un terme « aux émeutes » et « aux pillages ». Il a jugé que les troubles de la veille dans la capitale fédérale étaient « une honte ». 
Mais la honte est dans ces appels aux gouverneurs à agir vite et fort pour « dominer les rues » et briser la spirale des violences. 
La honte est dans cette menace de déployer l’armée américaine si une ville ou un Etat refuse de prendre les décisions nécessaires pour défendre la vie et les biens pour régler rapidement le problème à leur place.  
La honte est de parler de « terrorisme intérieur ».
Tandis qu’il s’exprimait dans les jardins de la Maison Blanche aux airs de camp retranché, la police a effectué des tirs de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants rassemblés à l’extérieur de l’enceinte. L’objectif était de libérer le chemin vers l’église Saint John, bâtiment emblématique tout proche qui a été dégradé dimanche soir. Trump s’y est rendu à pieds, entouré de membres de son cabinet, pour s’y faire photographier, une Bible en main communiquant sur « Law and Order president », le président intraitable qui rétablira coûte que coûte « la loi et de l’ordre » selon la doctrine appliquée par Richard Nixon dans les années 70 face, déjà, au mouvement des droits civiques avec plus de police, plus de criminalisation des mouvements populaires, l’armée s’il le faut pour « protéger les bons citoyens » contre les « professionnels de l’anarchie » qui tentent de « terroriser de l’intérieur » de la bonne Amérique.
La loi, l’ordre et la Bible, fidèle à lui-même, protégé par ses gardes du corps, Trump joue les fiers à bras et se place dans le pire de l’histoire des USA ! 

Un peu de musique pour méditer, une chanson qui rappelle que tous les êtres humains ont un rôle à jouer. Et je cite Patti Smith « Qu’ils soient écrivains ou non. Prendre soin de l’environnement. Rechercher la justice. Se révolter contre les injustices. Les artistes n’ont pas plus de responsabilités que les autres, mise à part celle de faire leur travail du mieux qu’ils le peuvent. » Et ça ne vaut pas uniquement pour les artistes ! Ça c’est moi qui rajoute. Et Patti Smith et son mari Frederick « Sonic » Smith mort en 1994 et ancien guitariste du groupe MC5, ont co-écrit cette chanson « People have the power » (Fred a inspiré deux super chansons à Patti Smith « Because the night » et « Frederick »). « People have the power » c’est montrer qu’un artiste peut inspirer les gens, mais que seuls les gens peuvent changer le monde, car ce sont les gens qui votent et protestent ! Donc avec Patti Smith et avant de l’écouter «  Protestez ! Seul le nombre amène le changement ! Votez ! » 

Penser politique, c’est pour beaucoup se concentrer sur la présidence et le gouvernement fédéral. Effectivement, c’est un président, un Congrès, un ministère américain de la Justice et un appareil judiciaire fédéral qui peuvent reconnaître le rôle corrosif du racisme dans la société et peuvent y faire quelque chose. Cependant, aux USA, les élus qui comptent le plus dans la réforme des services de police et du système de justice pénale sont les élus aux niveaux national et local. En effet, ce sont les maires et les chefs de comté qui nomment la plupart des chefs de police et négocient des accords de négociation collective avec les syndicats de police. Ce sont les procureurs de district et les procureurs de l’État qui décident d’enquêter ou non et, en fin de compte, d’inculper ceux qui sont impliqués dans une faute de police. Ce sont tous des élus. Dans certains territoires, des commissions d’examen de la police habilitées à surveiller la conduite des policiers sont également élues. Malheureusement, le taux de participation à ces élections locales est généralement lamentablement bas, en particulier chez les jeunes. Et ceci n’a aucun sens compte tenu de l’impact direct que ces élections ont sur les questions de justice sociale, sans parler du fait que qui gagne et qui perd ces sièges est souvent déterminé par quelques milliers, voire quelques centaines de voix. Or, l’essentiel est qu’un véritable changement, viendra de la protestation et de la politique, de l’organisation et du vote.
En mai 1975, Angela Davis était de passage à Paris. Elle avait été emprisonnée quelques années plus tôt, puis acquittée suite notamment à d’immenses manifestations de soutien. La militante féministe et communiste pour les droits civiques des Noirs et des autres minorités opprimées en Amérique (les Indiens, les Hispaniques) revient sur ses combats et leur actualité dans un entretien. Elle évoquait le mouvement pour libérer les Noirs opprimés et les autres minorités, un mouvement parfois plus défensif que combatif en raison des attaques répétées du gouvernement américain. Elle expliquait alors que de plus en plus les Noirs voient le racisme et toute l’oppression dirigée contre eux comme une partie d’un système plus grand, comme une partie du capitalisme et qu’il est nécessaire pour détruire les racines du racisme de renverser tout le système. Tout le système qui, sous le règne de Trump, continue à croire que l’Amérique est blanche ! Contre toutes les évidences et de manière tragique ! Alors aujourd’hui, le feu !
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et j’espère que nous allons nous revoir très bientôt ! 
Et n’oublions pas que les Noirs ont payé le plus lourd tribut pendant cette épidémie de COVID-19. Ils meurent deux à trois plus du virus que les Blancs, les Latinos et les Asiatiques. Parce qu’ils sont plus pauvres (22 % contre 9 % de Blancs), parce qu’ils sont plus susceptibles que les autres communautés de vivre dans des déserts médicaux, parce qu’ils sont plus nombreux à ne pas avoir les moyens de se soigner, parce qu’un mauvais accès aux soins systémique leur fait développer des pathologies qui rendent le virus plus meurtrier. Et aussi, parce qu’ils ont dû continuer, quand ils le pouvaient, à travailler, et qu’ils font des métiers qui les exposent davantage.  

Sources et références
https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/angela-davis-pour-detruire-les-racines-du-racisme-il-faut 
La prochaine fois, le feu. James Baldwin
https://www.monde-diplomatique.fr/2005/12/HALIMI/13003 
America n°8. De la race en Amérique. https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-mardi-02-juin-2020