Nowakowskismes 4.23. « Poétique du chaos, part 4 – 400 ans… »

Nous sommes le 28 mai 2020 et êtes-vous prêts pour écouter la partie 4 de la Poétique du chaos ? 400 ans seront notre unité de mesure ce soir, notre point de repère, notre rappel à la vie déclinés dans une poétique du chaos inédite. 
Peut-être la dernière de cette saison. Alors prêts pour l’immortalité ? 

Après plusieurs siècles, 400 ans exactement, mon cerveau est presque plein. J’y ai accumulé tant de souvenirs qui finissent par me peser, et qui neutralisent toute forme de réflexion, annihilent ma volonté. Il faudrait que je subisse cette opération qui remettra un peu d’ordre dans tout cela. Tous les autres cherchent par tous les moyens à me convaincre de faire cette opération ! 
D’ailleurs, bien avant, peu de temps avant la rupture, je m’étais résigné à subir cette intervention. Je ne me souviens d’aucun détail, pas même de cette plage de néant que j’aurais traversée. Juste cette sensation effrayante de ne plus savoir qui on est ! Être celui qui écrit ces quelques lignes, ou quelqu’un d’autre, un étranger ? 
Bien sûr, j’ai pu reconstruire mon identité à partir d’un moulage mental. Les ingénieurs du laboratoire de similitude m’ont assuré de la conformité de ce moulage avec ma personnalité originale authentique. 
A partir de cette dernière renaissance, comme ils l’appellent, j’ai vécu comme avec une impression que l’artefact mémoriel qu’on m’avait implanté était artificiel. Bien sûr, nul n’a jamais pu prouver de telles manipulations. Cependant, nous savions pertinemment que ceux qui étaient à l’origine de ce dispositif  s’étaient arrangés pour que la mémoire du passé avec laquelle nous renaissions était arrangée afin d’être édulcorée. En fait, et c’était une avancée significative, notre civilisation avait réussi à traverser les siècles en s’arrangeant pour que l’histoire soit sans cesse ré-écrite et ré-adaptée dans les esprits. C’était maintenant acquis, cette organisation était le prix de la paix civile et de l’immortalité. 
En fait, les quelques dizaines de milliers d’habitants de la Terre étaient les mêmes qu’il y a quelques siècles, tous immortels et heureux ! Etait-ce une preuve concrète de la réussite de l’humanité ? Ou était-ce une utopie douteuse créée par nos ancêtres dans des temps autres, et dont nous perpétuions les rites ?
Depuis ces temps, nous vivons immortels sur une Terre dont les océans ont fait leur temps, réduite à un désert qui avait recouvert le globe tout entier. Les dernières montagnes ne sont plus que des tas de cailloux stériles et surchauffés. Malheureusement, la vie était maintenant trop lasse pour en enfanter d’autres. 
Immortels, nous nous sommes adaptés à notre milieu. La ville est devenue notre seul horizon, et ce qui existe au-delà des murs ne nous intéressa plus.  
Certains d’entre nous fouillèrent les archives, interrogèrent des banques de données, réussirent à collecter des versions différentes de notre histoire. Mais, tout concordait. Aucune version ne contredisait vraiment les autres. Il n’y avait rien d’étonnant à cela, puisqu’ils cherchaient dans un puzzle dont ils connaissaient parfaitement chacune des pièces à force de le démonter et le remonter. De temps en temps, certains mythes anciens remontaient parfois à la surface d’une mémoire au moment de l’intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude. Ces mythes étaient ceux de la vitalité, des miettes de mélodies étranges, … mais revivre les jours d’avant la rupture n’était pas une option. Ce qui était clair c’est que globalement, nous nous sentions satisfaits de cet éternel automne fait d’implants bioniques se substituant aux fragiles organes, et de crèmes anti-âge enduisant nos visages d’un masque uniforme, lisse et inexpressif. 
Nous étions des immortels sans futur. 
Depuis 400 ans, nous n’avons plus d’appartements personnels, ni de maisons individuelles, ni de jardins, ni de meubles et objets de décoration. Nous pouvons les créer autant que nous le voulons grâce à des systèmes imaginés dans les temps qui précédèrent la rupture. Les moyens de transport n’existent plus puisque nous ne voyageons plus. C’est grâce aux VidéoG que nous parcourons des mondes fabriqués par des artistes oubliés. Dans les VidéoG, nous disposons d’une sorte de libre arbitre qui nous permet d’expérimenter les innombrables variantes d’univers possibles. Les événements et les lieux auxquels nous avons accès, constituent des aventures qui ont été programmées dans des systèmes informatiques dont bon nombre d’entre nous ont oublié l’existence. Grâce à ce catalogue de VidéoG, nous avons accès à des mondes fantomatiques en présence d’autres usagers que nous appelons Amis. Aussi longtemps qu’on y évolue, le rêve calculé prend la place de la réalité et chaque événement vécu est un élément constitutif de notre expérience. 
Mais au fait qu’est-ce que notre réalité ? 
Des drames faits d’aventures et de découvertes, des explorations d’états psychologiques, les VidéoG variant à l’infini nous permettent de jouer avec toutes sortes d’émotions. Les VidéoG, avec leurs couleurs et l’excitation qu’elle dispensent et la diversité des thèmes qu’elles proposent, ont l’air de satisfaire la majorité d’entre nous. Mais, et je ne peux en parler, rien ne peut m’enlever de l’idée qu’il leur manque quelque chose. 
En dehors des VidéoG, l’unique tâche de notre civilisation d’immortels consiste à conserver, à recenser, à étudier toutes les choses qui ont franchi les siècles, témoins d’un avant, objets funéraires en polypropylène peuplant une ruine immense, notre planète. 
Parfois, pour moi, ce vide pèse. 
Alors malgré moi, je vais faire un tour dans des VidéoG sans but précis. Le programme que je visite m’amène face à un décor de plaine sans fin, avec le disque rouge du Soleil dilaté par la loupe de l’atmosphère disparaissant à l’horizon. Là, dans cet espace rêvé, mes obsessions me ramènent toujours aux mêmes questions. Quelles sont les véritables limites à l’univers, à la vie, à nos origines, alors que pour nous, les frontières sont bien présentes et infranchissables dans cette immortalité qui a toujours été vue comme stade ultime de la liberté ? Guéris de la maladie d’être né disaient-ils ! 
Ainsi, l’immortalité tant célébrée, tant décrite chez les divinités de civilisations oubliées, nous a enfermés en nous-mêmes. Contrairement au Zeus immortel sur son Olympe, l’immortalité a émoussé notre sexualité puisqu’immortels nous reproduire n’est plus une nécessité. Elle a surtout réduit à néant les plus excessifs raffinements de la pornographie, nous faisant perdre complètement le goût de baiser. Ma mémoire de 400 ans me permet de continuer à décrire des gestes romanesques et sensuels que très peu d’entre nous apprécient. Mes contemporains ne souhaitent plus qu’on puisse garder vivants, même dans la mémoire, des modes d’être de ce monde d’avant. Ils explorent leur cimetière et ne s’intéressent qu’aux objets faits de polymère thermoplastique semi-cristallin privés de sens, fantasmant une culture oubliée, une culture qui s’était éteinte dans la construction de barrières et dans la consommation. 
Dans ce vide qui me pèse, face au globe rougeoyant du Soleil, l’âme lourde, remonte souvent en moi un chemin de terre ouvrant sur une tranchée orange au coeur d’une végétation luxuriante et ciselée par le vent. Le chemin se situe sur les pentes calcaires de petites montagnes, conduisant vers quelques grottes où se réfugiaient nos ancêtres. Sur les parois subsistent des empreintes de mains, des dessins, des textes gravés dans un alphabet oublié. Là, surgit à chaque fois ce qu’il m’est impossible de partager avec les autres. Là surgissent ce que nous nommions des mélodies, et avec le mot que je suis le dernier à connaître, la musique. 
400 ans et une intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude n’avaient rien changé. Face à la solitude, les mots, le chemin me ramenait toujours à cet espace caché au plus profond de moi. Les signes dans la roche, le soleil rougeoyant faisait émerger une forme de mémoire de la vitalité. Mon corps même absent se rappelait, et je me rappelais que la musique n’avait jamais changé le monde, mais quelque chose me disait qu’on ne l’avait rarement bousculé sans chanter ou taper sur un tambour. Dans ce présent immortel, j’étais certainement le seul à savoir qu’une foule qui chante n’est pas une addition d’individus, mais une force, un collectif, la vie. Que la musique incarnait une des dimensions les plus précieuses de l’humanité à savoir la capacité de faire résonner les rêves et les silences, pour le plaisir et le partage. Les vieilles histoires gravées se mettaient à me parler. Que l’histoire de cet équipage pris par les glaces d’un océan oublié, avait choisi pour sa survie des fusils pour chasser et se nourrir, de l’huile pour s’éclairer, des couvertures pour résister au froid polaire et un banjo parce qu’il leur permettrait de continuer à chanter ensemble, dans la fraternité du chant commun contre la solitude et le désespoir, et ainsi conserver l’envie de vivre.
Brusquement, le panorama s’obscurcit ! 
La grotte, le chemin, le ciel, le soleil rouge disparurent. Le firmament vira au bleu électrique. Une tristesse infinie m’étreignit, les mélodies, la musique, tout fut balayé dans cet éclair brulant de lumière chirurgicale. 
Après ce qui ressemble à un long voyage en somnambule, je franchis le porche abstrait du laboratoire de similitude. Les locaux ressemblaient à une salle capitulaire comportant des stalles disposées sur le pourtour à intervalles réguliers. Muet, je me laissais conduire dans une stalle où je m’installais dans un siège truffé d’écrans, de câbles et de tuyaux. Peu à peu, je sombrais dans une sorte de catalepsie opératoire. 
En reprenant conscience, combien de temps s’était écoulé ? Je n’en avais aucune idée. 
La première sensation qui me vint à l’esprit fut celle d’un dédoublement. Je m’observais de l’intérieur sachant qu’il y avait quelqu’un de trop dans ce corps unique. Il fallait chasser l’intrus, et l’autre occupant voulait en faire autant. Le moi fut plus rapide et plus efficace, puisque je sentis cet autre se dissoudre dans un flux nerveux qui investissait tous les organes. Bientôt je fus seul. En évacuant l’autre, j’avais aussi exclu mon plus proche moi, celui qui avait été moi ces derniers 400 ans de mon existence. Je me retrouvais seul, j’avais froid. 
Je voulus me débattre, m’arracher de ce siège. Je fus alors submergé par un flux intense d’accumulation de lieux communs absurdes censés représenter ma vie d’immortel de retour dans le rang. Des souvenirs d’une intensité inouïe se substituèrent à ce que fut ma mémoire. Les ingénieurs de la similitude vérifièrent la conformité de moulage de mon identité, et je franchis seul la porte du laboratoire.
Réintégrant le cours de la vie d’immortel, je me mis à collectionner les objets en polypropylène et à fréquenter assidument les VideoG. Après une éternité, au détour d’une aventure, je suivis un chemin rouge au coeur de ce qui ressemblait à de la végétation, et j’arrivai à une grotte. 
Sur les murs de la grotte, des mains dessinées, il y avait aussi ces quelques lettres formant les mots : « 400 ans ! » et je me mis à fredonner un air de musique oublié. 

Musiques choisies
Les Clash, la chanson Guns of Brixton écrite par le bassiste Paul Simonon en 1979. « Quand ils défonceront la porte de chez toi à coups de pieds, Comment est-ce que tu leur feras face ? Les mains sur la tête ou un flingue en pogne ? »
Eminem, 
« Tu as touché le fond
Quand ta vie te rend si triste que / 
Tu pourrais tuer
Tu as touché le fond / Quand pour enfin avoir quelque chose / Tu pourrais voler
Tu as touché le fond / Quand tu n’en peux plus / Parce que tu en as tellement plein le cul / Que tu pourrais hurler
Mais que tu es tellement triste 
que tu pourrais pleurer » 
le morceau Rock Bottom

400 ans…. C’est le temps qu’il faut pour qu’un masque se dégrade. Et oui, ce masque est en plastique parce que le plastique « protège ». Plus exactement, ce masque est en polypropylène, un polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation. Et que voit-on depuis plusieurs jours ? Des images de masques laissés à l’abandon dans les rues, sur les parkings ou sur les plages lors des promenades et des sorties en nature ou en ville !
En France, alors que la loi contre le gaspillage pour sortir du plastique jetable avait même été votée, l’épidémie de coronavirus étant passée par là, c’est comme si tout était revenu à son point de départ. 
Masques, gants, commandes à emporter et emballées dans du plastique, recours au drive, avec la Covid-19, le plastique à usage unique revient en force dans la vie des consommateurs. Par crainte de se faire contaminer, nombreux sont ceux qui ont même recommencé à acheter de l’eau en bouteille et à privilégier les aliments emballés. 
Dans les bureaux qui ont rouvert, finie la fontaine à eau qui a été remplacée par des bouteilles en plastique comme dans le monde d’avant !
Et donc, depuis le début de l’épidémie, les industriels français du plastique font état d’une hausse de leur activité. Selon, l’association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques en France, la demande a augmenté de 20 à 30% depuis le début du confinement. 
Aux Etats-Unis, les lobbies du plastique se sont jetés sur l’argument de l’impératif sanitaire en affirmant que les emballages en plastique étaient nécessaires pour « sauver des vies ». En Europe, le 8 avril dernier, la présidente de toujours cette association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques affirmait que « l’emballage garantissait un effet barrière et qu’il s’agissait de la première protection des produits pour préserver des conditions sanitaires ». Quelle aubaine ! Il devient alors évident que les lobbies du plastique se sont mis à chercher à tirer un maximum parti de la situation. Si vous en doutez, allez juste jeter un oeil à la chaine dédiée aux lobbyistes du plastique sur https://plas.tv
Et ce n’est pas tout, ces mêmes lobbyistes essaient d’obtenir le report de l’interdiction de certains plastiques à usage unique comme les pailles, les cotons-tiges ou les « touillettes » à café pourtant votée par le parlement européen pour 2021. Dans une lettre adressée à la Commission européenne, l’European Plastics Converters écrit que « tous les matériaux ne sont pas les mêmes face au coronavirus et que le plastique à usage unique était un matériau de choix pour assurer l’hygiène et la sécurité des consommateurs ».  Vous m’en direz tant !
Or cette affirmation est contredite par une étude publiée le 2 avril dans le Lancet par des chercheurs de l’Université de Hong-Kong. Ils ont mesuré la stabilité du SARS-CoV-2 selon les surfaces sur lesquelles il pouvait se trouver. Donc, sur un matériau comme le papier, 3 heures ont suffi pour que le virus ne soit plus infectieux ; sur du verre, il faut quatre jours ; et, dans certains cas, il faut 7 jours sur du plastique. 
400 ans n’oublions pas ! 
Masques et gants jetables polluent déjà les fonds marins… et viennent alimenter ce continent plastique qui n’est rien d’autre que le cimetière de la mondialisation où reposent les restes de notre folie de consommation. Rappelons aussi que sur les dix tonnes de plastique produites chaque seconde dans le monde, seules 9% sont recyclées, le reste est incinéré ou finit au fond de l’océan. 
Tous ces déchets représentent non seulement un danger pour la biodiversité mais remettent aussi en cause notre mode de production et de consommation, il faut juste espérer que nous serons capables d’une réaction collective pour susciter un nouvel élan dans la lutte contre le plastique !

N’oubliez pas que dans un rapport publié le 18 mai, le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) a montré que la pollution en Chine a remonté, quelque temps après le déconfinement et en pleine reprise des activités économiques, à des niveaux plus élevés qu’avant le confinement. 

Sources et références
https://reporterre.net/En-Chine-la-pollution-est-plus-forte-qu-avant-le-confinement 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-26-mai-2020 
Manière de voir. Musique et politique. Juin-juillet 2020. 

 

Nowakowskismes 4.22. « Après vous »

Pendant plus de 50 jours, en pleine période de reproduction, la faune et la flore sauvage ont bénéficié d’un répit salvateur. Comme une respiration. Un temps suspendu rompant l’éternelle prédation de l’humain sur la nature. En son absence, elles ont pu s’épanouir, se développer là où on ne les attendait pas, gagnant les rues des villes, nichant dans les interstices libérés de notre emprise. Nous l’avons tous vu, les animaux ont occupé des espaces qui leur étaient auparavant interdits et les observations partout sur le territoire et dans le monde le confirment. 
L’arrêt des activités humaines a stoppé un carnage rendu invisible tellement il était devenu quotidien. Quelques milliers de chouettes et de putois, des dizaines de milliers de salamandres et de hérissons et des millions d’insectes ont eu la vie sauve du fait d’un trafic routier réduit.
La pandémie actuelle ne serait-elle pas une occasion unique pour réfléchir à une nouvelle relation avec le vivant ? Le virus du Covid-19 est, lui-même, issu d’un rapport destructeur à l’environnement, directement lié au saccage des forêts et des écosystèmes (https://nowakowski.hypotheses.org/1110). 
Ne pourrait-on pas profiter de cette période pour réfléchir à une autre manière d’habiter l’espace, de façon moins brutale et moins mortifère pour les non-humains ? « La Terre ne s’occupe pas comme un champ de bataille, nous devons apprendre à la partager. »
D’ailleurs, plusieurs naturalistes et organisations appellent à ce qu’ils appellent un « déconfinement pédagogique » pour éviter un afflux trop massif dans les espaces naturels. Le mois de mai est habituellement le temps où l’affluence est la plus forte et les frustrations engendrées par le confinement ne risquent pas d’arranger les choses surtout qu’une part du vivant s’est habituée à vivre sans les humains. De plus, en pleine période de reproduction, les espaces naturels se sont transformés en nurseries et les forêts regorgent de petits qui n’ont encore jamais rencontré les humains. 
Avec Levinas, faire de la formule de politesse « Après vous » qui devrait être la plus belle définition de notre civilisation au lieu du « moi d’abord »!

Nous sommes le 21 mai 2020 et n’est-ce pas le moment de prendre conscience du caractère toxique de nos interactions avec la nature, du caractère toxique de nos modes de vie ? N’est-il pas temps de tenter d’imaginer une grande substitution, de la vie comme quantité par la vie comme qualité, de tous les joujoux technologiques par la tranquillité matérielle pour tous, de vastes services collectifs gratuits, une nature restaurée et, « peut-être par-dessus tout, du temps ». 

Screen New Deal ! Bienvenue dans le monde selon Microsoft Teams, Zoom, Netflix, Google, Amazon, … 
Il n’a fallu que quelques semaines pour que ça se matérialise. Voici quelques chiffres ! En avril 2020, le nombre d’usagers de Microsoft Teams a augmenté de 70%. Netflix a gagné 15,8 millions d’abonnés pendant le confinement et compte désormais 182,9 millions d’abonnés. Sur les trois premières semaines du mois, Zoom a enregistré en moyenne 300 millions de participants par jour, contre 200 millions en mars. En décembre 2019, ce chiffre s’élevait à 10 millions. Sur les quatre derniers mois, Zoom peut ainsi afficher une hausse de 3000% du nombre de participants !
Donc, il n’a fallu que quelques semaines pour que quelque chose ressemblant à une doctrine « tech » issue du choc pandémique, commence à émerger. 
Ce qui a émergé c’est ce que Naomi Klein a appelé le Screen New Deal. 
En effet, bien plus high-tech que tout ce que nous avons pu voir lors de précédentes catastrophes planétaires, l’idéologie qui s’installe, alors que les libertés sont sérieusement amputées, considère que nos dernières semaines d’isolement physique ne sont pas une douloureuse nécessité pour enrayer la propagation de l’épidémie, mais sont un laboratoire grandeur nature pour l’installation d’un futur sans contacts permanents entre humains, un futur de dématérialisation, un futur à distance, un futur évidemment très rentable pour certains.
Un exemple qui confirme cela, sont les propos tenus par Anuja Sonalker, PDG de la société Steer Tech, une entreprise du Maryland commercialisant des technologies de stationnement en libre-service. Elle a résumé en quelques mots le nouveau terrain des opérations. Il faut construire un avenir peuplé de « technologies sans contact et sans humains [parce que] les humains sont des risques biologiques, alors que les machines ne le sont pas ».
De plus, cet avenir se profile comme un avenir dans lequel nos lieux d’habitation ne seront plus des espaces exclusivement personnels, mais aussi, via une connectivité numérique à haut débit, des écoles, des cabinets médicaux, des bureaux, des gymnases et, voire si l’État le décrète, des prisons. 
Avant la pandémie, nous savions et nombre d’entre nous avions déjà alerté que ces mêmes habitations étaient déjà en train de devenir des lieux de travail mêlant indifféremment temps de travail et temps personnel et familial, que ces mêmes habitations devenaient nos principaux lieux de divertissement, mais aussi les lieux de nos enfermements sous la surveillance permanente « de la communauté » environnante. Mais, et c’est là que les choses s’aggravent, dans cet avenir qui se construit à la hâte, toutes ces tendances sont en train de subir une accélération sans précédent.
Et comme toujours, dans cet avenir, pour ceux qui seront les privilégiés, presque tout sera livré à domicile, soit « virtuellement » via le streaming et les technologies du cloud, soit physiquement via des véhicules sans conducteur ou des drones, par l’intermédiaire d’un écran « partagé » connecté à une plateforme numérique. 
Ainsi, dans cet avenir, on emploiera beaucoup moins d’enseignants, de médecins et de chauffeurs. 
Dans cet avenir, on n’acceptera ni argent en espèces, ni cartes de crédit parce que ces moyens de paiement sont potentiellement porteurs de virus. 
Dans cet avenir, les transports en commun disparaitront et tout ce qui relève de l’art vivant et des manifestations culturelles seront définitivement bannis du paysage et de la vie. 
Enfin, cet avenir sera prétendument géré par ces fameuses « intelligences artificielles » portées aux nues par leurs promoteurs, les fabricants et les institutions. Mais la réalité est qu’elles doivent leur existence aux dizaines de millions de travailleurs anonymes cachés dans des entrepôts, des centres de données, des usines de modération de contenu, des ateliers clandestins électroniques, des mines de lithium, des fermes industrielles et des prisons. Des dizaines de millions de travailleurs invisibles hyper-exploités et à la merci de la contagion. Bienvenue dans le Metropolis de Fritz Lang !
Dans cet avenir, en s’appuyant sur ces « intelligences artificielles », chacun de nos mouvements, chaque mot, chaque relation sera traçable, stockée, modélisée et sera exploitable grâce à des collaborations sans précédent entre les gouvernements et les géants de la technologie.
Et si tout cela vous semble familier, c’est parce que dans un passé ancien, en février 2020, l’époque d’avant COVID, cet avenir nous était vendu au nom de la commodité, de l’individualisation et de la personnalisation pour notre liberté et notre confort.
Nous étions quelques-uns à avoir de grandes inquiétudes face aux atteintes répétés contre la liberté, au renforcement des inégalités en particulier en matière de santé et dans l’accès à l’enseignement en ligne. Mais aussi au sujet des voitures autonomes et des flottes drones reposant sur le déploiement massif de la 5G. 
Mais plus insidieusement, nous étions quelques-uns à être inquiets face à la généralisation du commerce sans argent amplifiant la localisation automatisée en effaçant petit-à-petit la confidentialité et en enracinant les discriminations.
Enfin, nous étions quelques-uns à nous inquiéter de la promotion faite pour ces «villes intelligentes» truffées de capteurs visant à éliminer la gouvernance locale. 
Nous étions quelques-uns à être préoccupés par la puissance financière et le pouvoir sans opposition d’une poignée d’entreprises technologiques menaçant la démocratie et dominant tout, des médias aux transports, de la santé à l’éducation… 
Et là, aujourd’hui, dans ce contexte mondial, il nous est vendu la promesse dystopiques douteuse que ces technologies sont les seuls moyens capables de protéger nos vies contre les pandémies, les clés indispensables pour assurer notre avenir serein et notre sécurité et celle de nos proches.
Et nombreux sont ceux, décideurs, politiques, qui déclarent vouloir réinventer la réalité post-Covid en tablant sur l’intégration permanente de la technologie dans tous les secteurs de la vie servant ainsi le projet de société promu par Google, Microsoft, Amazon et tous les autres issus de la start-up nation. 
Ils ont un projet pour l’humanité. 
Pour eux, bientôt, nous serons plus contraints de vivre dans le monde physique, que nous habiterons dans un monde façonné par les nouvelles technologies. Quand on est dans la Silicon Valley, leur berceau, il n’est pas rare d’entendre les gens dire : « ne tombe pas malade, tiens encore le coup quelques années, parce que bientôt la technologie guérira des maladies et même de la mort ! ». Là, dans cette « Valley », la technologie est la solution et produit une vision du monde guidée par trois maîtres-mots, la régulation, la gestion et la sécurité (relisez les Nowakowskismes 3.13 intitulés Retour à San Francisco https://nowakowski.hypotheses.org/643).  
Chargés de ce triangle, ils sont là, faisant le sièges des bureaux des décideurs, pourvoyeurs de solutions miracles pour la télé-santé, l’apprentissage à distance et bien d’autres, s’engageant à n’utiliser la technologie que pour rendre le monde meilleur (don’t be evil! Disait l’autre !). Et on s’incline nombreux et bien bas devant cette capacité de « grand visionnaire » de la Fondation Bill et Melinda Gates et sa vision d’« un système éducatif plus intelligent », se débarrassant de tous ces bâtiments, de toutes ces salles de classe et de tous ces enseignants pour les remplacer par de la technologie. 
Or, cette technologie sera-t-elle soumise aux règles de la démocratie et de la surveillance publique ? Sera-t-elle déployée accompagnée d’une frénésie d’exceptions, sans que soient posées les questions cruciales qui façonneront notre vie pour les décennies à venir ? Est-il normal que les réseaux et nos données soient entre les mains d’acteurs privés tels que Google, Amazon et Apple ? N’oublions pas que le réseau Internet est essentiellement constitué de câbles. Et donc qu’en est-il ? Amazon, Facebook et Softbank ont annoncé le projet un nouveau câble trans-pacifique nommé « Jupiter » pour 2020. Jupiter c’est une longueur du câble de 14 000 kilomètres et une capacité de 60 térabits par seconde. Google lui a investi dans les câbles « Unity » en 2008, « SJC » en 2011 puis « Faster » en 2016. Facebook, Microsoft et un opérateur télécom espagnol ont annoncé, en septembre dernier, avoir déroulé Marea, entre l’Espagne et les Etats-Unis, soit 6 600 kilomètres de câble avec la capacité record de 160 térabits par seconde. Alors que Facebook, Google et Amazon se sont « accaparé » le Web, avec une mainmise particulièrement flagrante depuis 2014 jusqu’à ce que certains parlent même de « Trinet », doit-on pour autant accepter que l’Internet physique suive le même chemin et tombe aux mains des mêmes acteurs ? 
Or si Internet est essentiel pour tant de choses dans nos vies, comme c’est clairement de plus en plus le cas, ne devrait-il pas être traité comme un service public à but non lucratif ?
Le problème, comme toujours dans ces moments de choc collectif, est l’absence flagrante de débat public sur ce à quoi ces changements devraient ressembler et à qui devraient-ils bénéficier, les entreprises technologiques privées ou les citoyens ?
Notre monde est ainsi confronté au choix bien réel et certainement difficile entre investir dans l’homme ou investir dans la technologie. Parce que la vérité brutale est que, dans l’état actuel des choses, il est très peu probable que nous fassions les deux. Si les entreprises technologiques remportent leur féroce campagne de lobbying pour l’apprentissage à distance, la télé-santé, la 5G, les véhicules autonomes, … – leur Screen New Deal – il n’y aura tout simplement plus d’argent pour les priorités publiques urgentes, sans parler de la planète et de ses besoins urgents. Les écoles publiques, les universités, les hôpitaux et les transports en commun seront encore plus confrontés à des questions existentielles sur leur avenir malgré tous les beaux discours.
La technologie fournit des outils puissants, mais toutes les solutions ne sont évidemment pas technologiques. Or, le problème avec l’externalisation des décisions clés sur la façon de «ré-imaginer» nos États et nos villes à des hommes tels que Bill Gates et Schmidt est que ces gens ont passé leur vie à défendre le fait qu’il n’y a aucun problème que leur technologie ne peut résoudre, et que grâce à eux, le monde ira mieux. Certains et ils sont nombreux, en sont persuadés. 
Prenez l’exemple du gouverneur de New York. Regardez le sourire qu’il affichait quand il a annoncé que l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, en sauveur, dirigera le groupe qui sera chargé de réinventer l’Etat de New York post-Covid grâce à la technologie dans la sécurité, la gestion et la régulation garanties. Pour eux, et pour beaucoup d’autres dans la Silicon Valley, mais aussi pour tous les apprentis sorciers de la technologie et technocrétins, la pandémie est une occasion en or de recevoir non seulement la gratitude du monde, mais surtout la déférence et le pouvoir qui leur est dû et qu’ils appellent de leurs voeux depuis si longtemps. En confiant à l’ancien président de Google le pilotage de l’équipe qui façonnera la réouverture de l’État, le gouverneur de l’Etat de New York lui signe un chèque en blanc, il ne reste plus qu’attendre pour voir quels seront les suivants.
Et en France alors ? L’Assemblée nationale vote en urgence une loi obligeant les plateformes (Facebook, YouTube, Google, Twitter) de retirer des «  contenus manifestement illicites » sous 24 heures. Cette loi repose sur une idée simpliste. Il suffirait de rendre les intermédiaires techniques responsables des contenus publiés par des tiers, de les contraindre à retirer tout ce qui leur est signalé comme étant « manifestement illicite » sous peine d’amendes démesurées, pour que nous soyons tous protégés des méchants, car c’est très urgent. La sanction encourue fixée dans la loi pourrait atteindre 4 % du chiffre d’affaires. Et ce n’est pas tout, cette loi qui confie aux plateformes privées bien connues et à tous les sites web leur confie le « soin » de censurer en 1h (pas en 24h) les contenus signalés par la police comme relevant du « terrorisme », sans que cette qualification ne soit donnée par un juge. Si le site ou la plateforme ne censure par le contenu (par exemple car le signalement est envoyé un week-end ou pendant la nuit) la police peut exiger son blocage partout en France par les fournisseurs d’accès à Internet (Orange, SFR…). La séparation des pouvoirs est entièrement écartée : c’est la police qui décide des critères pour censurer un site. En droit, la notion de « terrorisme » est suffisamment large pour lui donner un large pouvoir discrétionnaire, par exemple contre des manifestants ou des militants écologistes. Par cette loi votée dans l’urgence, c’est donc la police qui décide des critères pour censurer un site. C’est la police qui juge si un site doit être censuré. C’est la police qui exécute la sanction contre le site. Le juge est entièrement absent de toute la chaîne qui mène à la censure du site. Ceci est pour le moins étonnant dans un État qui, bien qu’en état d’urgence sanitaire, se dit encore « de Droit »…
Dans ce contexte, il y a fort à parier que les plateformes risquent d’appliquer un principe de précaution. Dans le doute, retirer tout contenu, quitte à porter atteinte à la liberté d’expression, pour ne pas risquer les sanctions. En effet, quand on délègue à des entreprises privées le droit de juger de ce qui est légal ou illégal, on s’expose à une censure de très grande ampleur – parce que c’est plus simple et moins cher de censurer que de se poser des questions, surtout quand on risque des amendes de très grande ampleur, et que le profit est le seul guide des entreprises privées.
Encore mieux, en France, pour la période allant de juillet à décembre 2019, le gouvernement français n’a jamais réclamé autant de données à Facebook. En effet, depuis 2013, Facebook publie un rapport bi-annuel pour faire un état des lieux des données réclamées par les gouvernements. Le dernier rapport de transparence vient d’être publié. Entre janvier et juin 2013, la France avait effectué 1 547 demandes. Entre juillet et décembre 2019, ce sont 7 001 demandes qui ont été formulées pour obtenir des informations personnelles. Facebook a répondu positivement à 83% de ces demandes. Ailleurs qu’en est-il ? Et bien, sur la même période, le Japon a effectué 43 demandes, l’Italie 2 466, la Russie 8, la Finlande 81, les Émirats Arabes Unis 13, l’Argentine 2 149 et les États-Unis 51 121. 
En France, contrairement à l’avis de la CNIL, du Conseil national des médecins, du Conseil national des avocats et des hôpitaux, le gouvernement français a décidé de confier à Microsoft le stockage de toutes les données de santé. En effet, une ordonnance publiée le 21 avril 2020 oblige les hôpitaux à intensifier l’envoi des données de santé à Microsoft. Pourquoi ? Parce que le HealthDataHub (HDH), en français dans le texte, est en cours de déploiement. Le HDH en tant que guichet unique d’accès à toutes les données de santé vise à permettre le développement de systèmes d’intelligence artificielle appliqués à la santé. Toutes ces données produites par tous les citoyens français viendront des systèmes information des hôpitaux, des pharmacies, des dossiers médicaux partagés et des données de la recherche,… Le volume de données hébergées devrait augmenter de façon exponentielle, notamment avec l’émergence de la génomique, de l’imagerie et de la multiplication des objets connectés. Et donc, toutes ces données seront stockées sur Microsoft Azure, la plateforme de cloud computing de Microsoft. Prétextant un projet de recherche « d’intérêt public », un concept juridiquement vague, les GAFAM mais aussi les start-ups et les assurances pourront désormais accéder aux données de santé et au pouvoir financier qu’elles représentent !
En France, toujours, la commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d’un nouveau projet de mine d’or de taille industrielle nommé « Espérance ». il est porté par la compagnie minière américaine Newmont associée à un opérateur local, la compagnie minière Espérance (CME). Envisagée en pleine forêt, elle nécessiterait une usine à cyanuration et l’extraction de « 20 millions de m3 de roches » pour creuser une fosse de 300 mètres de profondeur sur 1,5 km de longueur. Cela déboucherait sur un premier gisement de « 65 tonnes » d’or selon les documents de l’opérateur ! 
Tout cela alors que nous savons que la déforestation massive altère gravement la biodiversité, accélère les changements climatiques et favorise l’émergence d’espèces vectrices d’épidémies. 
Alors et après ? Nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : «Au fond, ce n’est pas moi», «On m’a demandé de le faire», «De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place !». Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.
Souvenez-vous « Après-vous » au lieu de « moi d’abord » !

Sources et références
https://usbeketrica.com/article/les-cables-d-internet-qui-sont-ils-quels-sont-leurs-reseaux
https://www.theguardian.com/news/2020/may/13/naomi-klein-how-big-tech-plans-to-profit-from-coronavirus-pandemic
Entretien avec Richard Powers dans America Mag n°13
https://siecledigital.fr/2020/05/13/le-gouvernement-francais-reclame-de-plus-en-plus-de-donnees-personnelles-a-facebook/
https://reporterre.net/Retour-dans-la-nature-la-vie-sauvage-s-est-epanouie-respectons-la 
Problèmes de la transition par Frédéric Lordon, https://blog.mondediplo.net/problemes-de-la-transition 
«C’est confortable d’obéir», https://www.liberation.fr/debats/2017/08/30/c-est-confortable-d-obeir_1593054 
https://interhop.org/le-gouvernement-contraint-les-hopitaux-a-abandonner-vos-donnees-chez-microsoft_en/ 

Nowakowskismes 4.21. « Poétique du chaos, Part 3 – Anges gardiens  »

Nous sommes le 14 mai 2020. Nous avons passé la date du 11 mais et pour cela, pouvons-nous considérer que nous sommes dans le monde d’après ? 
Avant cela, n’est-il pas important de se poser la question, pourquoi lutte-t-on ? Et pas seulement, contre quoi ou contre qui lutte-t-on ? Le cycle de la poétique du chaos n’apporte pas de réponses, mais met en scène quelques situations qui peuvent faire émerger des questions. Alors ce soir, la partie 3 s’intitule Anges gardiens. Vous êtes prêts ? 

Se dissoudre dans ce silence, celui de la ville aux portes de la nuit d’une soirée encore fraiche de fin printemps. Fouler l’asphalte fissuré des rues désertées pour les programmes multidiffusés par les plateformes de streaming, marcher sur l’herbe qui avait poussé dans les fissures des trottoirs et, les mains dans les poches, s’ouvrir un chemin à travers les silences environnants, c’était sa plus grande joie. Il aimait s’arrêter à un croisement, scruter dans les directions ouvertes par les longues avenues éclairées par le clair de lune, décider du chemin à prendre, ce qui à vrai dire n’avait que peu d’importance dans ce monde qui avait suivi l’épidémie. 
C’était un homme seul qui, une fois sa direction choisie, se mettait en marche à grands pas. Il marchait parfois pendant des heures, pendant des kilomètres et ne revenait chez lui qu’autour de minuit. Chemin faisant, il regardait les villas, les maisons, les immeubles avec leurs fenêtres obscures ou illuminées des irisations en provenance des écrans branchés sur le réseau. Cela ressemblait assez à la traversée d’un cimetière où seuls les feux follets numériques éclairaient les derrières des fenêtres. Parfois, il lui semblait que des fantômes grisâtres se mouvaient sur les murs intérieurs des pièces dont on avait oublié de tirer les rideaux. Ou bien il entendait des chuchotements et des murmures lorsqu’était restée ouverte la fenêtre d’un de ces édifices qu’il voyait semblables à des monuments funéraires. Alors il s’arrêtait, redressait la tête, écoutait, regardait, puis reprenait sa marche à pas silencieux sur la route partiellement éclairée. Depuis longtemps déjà, il avait décidé de chausser, pour ses promenades nocturnes, des souliers à semelles souples. Plus confortables certes, mais surtout le bruit que faisaient les semelles dures éveillait les chiens qui accompagnaient alors sa marche d’aboiements intermittents qui faisaient que des lumières éclataient, que des visages apparaissaient aux fenêtres et que toute une rue se réveillait sur son passage alors qu’il voulait rester invisible. 
Il n’y avait que lui dehors la nuit depuis que le monde était devenu celui-ci.
Ce soir-là, il avait commencé sa promenade en allant vers l’est, dans la direction de la rivière. L’air était tiède. Les dernières voitures ayant regagné leurs garages, il était à nouveau respirable. Il faisait bon inspirer à pleins poumons, sentir ce flux emplissant les bronches. Il écoutait le léger crissement de ses semelles foulant l’herbe qui avait poussé sur les bas-côté. Il marchait en sifflant entre ses dents, d’un sifflement calme et léger. De temps à autre, il cueillait une feuille dont il examinait, à la lumière des rares lampadaires, le réseau de nervures et il respirait son parfum frais tout en continuant de marcher.
Par moment, en passant sous les fenêtres, il murmurait, « Hey ! Là-haut ! Quoi de neuf ce soir sur Netflix ? Quelle est cette série qui illumine votre plafond d’éclairages psychédéliques ? »
La rue était silencieuse, vide à perte de vue, seule son ombre l’accompagnait en épousant les façades. S’il fermait les yeux et restait immobile, il pouvait presque s’imaginer au milieu du désert de Simpson qu’il avait traversé il y a bien longtemps. La tiédeur, pas un souffle de vent, pas une habitation à des kilomètres à la ronde, avec pour seule compagnie les rues comme des lits asséchés d’anciennes rivières.
« Quelle heure est-il ? se demanda-t-il. L’heure des prescriptions automatiques de programmes de nuit sur les plateformes ? » Était-ce l’écho de cris qui fusait à présent d’une des fenêtres en altitude ?  Il hésita un moment. Puis, comme rien n’arrivait, il continua son chemin. Il trébucha sur un coin de trottoir particulièrement abîmé. Le bitume disparaissait sous des fleurs et de l’herbe qu’on avait perdu l’habitude de voir pousser librement. Depuis tout ce temps qu’il se promenait ainsi, de nuit, accumulant les kilomètres, il n’avait jamais rencontré un autre marcheur, jamais un seul.
À proximité de la rivière et du canal, il arriva à un grand rond point, silencieux, point de convergence de deux voies express qui traversaient la ville. Le jour, c’était le métal hurlant des voitures, les stations d’essence ouvertes et nauséabondes, le bruit de fond permanent généré par ces insectes brillants qui ne laissaient aucune place aux marcheurs. Tous ces véhicules en lutte continue se ruaient vers des destinations lointaines, cherchant à se dépasser, à se faufiler pour obtenir une meilleure position, dans une atmosphère polluée par les exhalaisons empoisonnées s’échappant des tuyaux d’échappement. Mais, dans la nuit, ces grandes artères pareilles à ces rivières asséchées des déserts africains n’étaient que des lits de pierre que la froide lumière de la Lune montante éclairait.
Il se dit qu’il était temps de prendre le chemin du retour. 
Pour cela, il prit une rue latérale qui petit-à-petit le remit dans la direction de son appartement. Baudelaire écrivait dans Les Fleurs du mal, que « le crépuscule excite les fous ». La nuit, elle, réveille les poètes, et les monstres aussi. Elle dévoile paradoxalement tout ce que la lumière du jour cache. Remontant vers un des points cardinaux repérés par les pâles constellations, les rues lui révèlent des à-côtés, le noir des recoins, et lui dévoilent les chemins de traverse par leur noirceur plus sombre encore que l’obscurité. Comme à chaque fois, la nuit fait remonter ses souvenirs, ses lectures, il pense à l’Hadès des anciens grecs, situé aux marges du monde, l’Hadès étymologiquement le lieu où on n’y voit rien, l’Hadès, le lieu où il n’y a pas d’images.
Il n’avait plus que quelques pas à faire pour arriver chez lui, quand ce qu’il redoutait lors de chacune de ses sorties le glaça. Une voiture solitaire surgit brusquement au coin de la rue. Elle pointa aussitôt sur lui son faisceau de lumière aveuglante. Il s’immobilisa ébloui, hypnotisé comme un renard pris dans les phares. Il attendit. Il savait qu’il ne pourrait pas s’échapper.
La voix métallique de l’ange gardien le héla :
« Halte ! Restez où vous êtes ! Ne bougez pas ! »
Il ne bougea pas.
« Levez les mains ! »
Les brigades d’anges gardiens avaient été créées après la grande épidémie. Après avoir été enfermés pour enrayer la propagation de la contagion, il était arrivé le moment où les humains eurent la possibilité de sortir mais au prix de contrôles accrus. Des brigades d’anges gardiens furent alors créées et chargées d’encadrer le passage de l’enfermement au contrôle, de l’isolement à la surveillance, en garantissant que tout serait vu, visible, traçable, traqué, justifiable, justifié. A leur création, ces brigades d’anges gardiens étaient constituées d’adjoints de sécurité, de gendarmes adjoints volontaires, de réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, d’agents de sécurité assermentés dans les transports et d’agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces. 
Petit-à-petit, les citoyens prirent l’habitude de vivre cette vie de contrôles, réguliers, répétés. Pour éviter cela, les citoyens restèrent chez eux sous les effets combinés de la montée en puissance des principaux producteurs de programmes en lignes, et des injonctions de plus en plus fortes pour qu’ils restent chez eux, qu’ils se forment de chez eux, qu’ils se divertissent et consomment de leur canapé, qu’ils travaillent de chez eux et ainsi profiter de la puissance inépuisable du réseau. Le monde néolibéral qu’on espérait voir disparaître, était de retour en force, favorisant encore plus ceux qui avaient les moyens dans un marché définitivement dérégulé ayant acquis le statut d’institution autonome. 
Les brigades d’anges gardiens sillonnèrent les villes, mais les humains sortant de moins en moins, il y eu de moins en moins de contrôles à effectuer. Au fur et à mesure, le nombre de patrouilles diminua, et il ne resta plus que quelques voitures qui erraient sans fin nuit après nuit dans les rues vides.
« Votre nom ? » lui demanda sèchement la même voix métallique. Il ne pouvait voir qui parlait à cause du projecteur puissant dirigé sur lui.
Paralysé, il eut du mal à prononcer son nom. Les mots qui franchirent ses lèvres incompréhensibles fit que la voix métallique insista en crachant un « Plus fort ! Ou alors sortez votre smartphone et montrez votre écran ! 
Il déglutit.
– Je n’ai pas de smartphone
– Vous n’avez pas de smartphone ? Quel est votre emploi ou votre profession ?
Il murmura :
– Disons enseignant.
La voix métallique sortant de la voiture, comme si elle parlait pour elle-même répliqua :
– Sans profession donc ! »
L’intense faisceau lumineux le clouait sur place comme un insecte dans une vitrine de musée, le corps transpercé d’une épingle.
Il ne put qu’acquiescer silencieusement. Il n’enseignait plus depuis longtemps. Dans ce monde d’injonction au télé-travail, à la connexion, au « restez chez vous », les livres ne se vendaient plus, et les enseignants avaient été petit-à-petit éliminés au profit des cours en ligne, des programmes éducatifs générés automatiquement par des programmes comparables à ceux gérant les plateformes de streaming. Tout se passait alors dans des appartements pareils à des caveaux. Ces caveaux vaguement éclairés par la lumière des écrans étaient habités par des humains qui y reposaient comme des cadavres, où la lumière multicolore des programmes formatés baignait leurs visages blafards.  
Il y eut comme une petite pause, et la voix métallique reprit plus fort :
« Sans profession alors que faites-vous dehors ?
– Une promenade, répondit-il.
La voiture produit quelque chose comme une exclamation métallique :
– Une promenade !
Il sentit perler des gouttes de sueur sur son front et répondit malgré tout calmement :
– Une simple promenade. 
La voiture manifesta comme une forme métallique de l’exaspération 
– Promenade, simple promenade ? Une promenade ? Une promenade pour aller où ? Pour faire quoi ? Donner votre adresse !
Les jambes se ramollissant, il expliqua qu’il sortait pour prendre l’air, respirer et qu’il habitait à deux pas dans la rue de mon désert. La voiture répondit quasi-immédiatement :
– Mais il y a de l’air dans votre maison, de l’air climatisé non ? Et vous avez un écran de télévision à votre disposition ?
– Non.
– Non ? » Il entendit un léger crépitement qui était comme une mise en accusation. La Lune était maintenant haute et brillante parmi les étoiles et les maisons grises et silencieuses.
Il attendit dans la nuit qui se rafraichissait.
« Un simple promenade, mais vous n’avez pas dit dans quel but.
– Je l’ai dit ; prendre l’air, voir, me promener simplement.
– Et vous faites ça souvent ?
– Chaque soir, depuis des années ».
La voiture de la police restait immobile au milieu de la rue, il y avait comme un bourdonnement léger qui venait de l’intérieur. 
– C’est bien finit-elle par dire.
Il entendit comme un soupir, un déclic. La porte arrière de la voiture s’ouvrit brusquement. 
« Montez.
– Attendez un peu, je n’ai rien fait ! Protesta-t-il 
– Montez !
Il avança semblable, tout à coup, à un homme ivre. En dépassant la cabine du chauffeur, il regarda à l’intérieur. Ses cheveux se hérissèrent quand il vit que la place du chauffeur était vide. Il n’y avait personne dans la voiture. Il comprit qu’avec le temps, les anges gardiens avaient été remplacés par des machines bien plus efficaces et bien plus dociles. 
« Montez ! »
Il s’appuya contre la porte et regarda la banquette arrière. Elle formait une cellule en miniature, une petite prison grillagée obscure. L’air sentait l’acier et l’antiseptique, la voiture sentait la propreté dure du métal. Il n’y avait pas de place pour la vie là-dedans !
« Eh bien, si vous aviez un smartphone, ou quelqu’un qui pourrait attester du bien-fondé de cette sortie, vous n’en seriez pas là  reprit la voix métallique. Mais…
– Où m’emmenez-vous ? »
La voiture hésita, ou plutôt il entendit à l’intérieur une suite de déclics. C’était comme si le programme faisait dérouler une série de tests et de combinaisons d’informations le concernant disponibles dans les multiples bases de données et fichiers mis en place depuis toutes ces années. Après l’épidémie, on avait assisté impuissants à la mise en place de fichiers de tout ordre, de fichiers de contacts, de destinations, de température, de modes de vie…. 
« Je vous emmène à l’AR2S, l’Agence de Recherche et de Surveillance de la Santé »
Il monta. La porte se referma et se verrouilla avec un léger bruit sourd. La voiture de police se mit en route et se fraya tous phares allumés un chemin dans l’obscurité de la ville endormie .
Quelques minutes plus tard, il ne savait plus évaluer le temps écoulé, dans une des rues de cette ville obscure, ils passèrent devant un immeuble. Un parmi tant d’autres, mais celui-ci avait ceci de particulier que le dernier étage était éclatant de lumière, qu’une végétation luxuriante envahissait la terrasse, et que chacune de ses fenêtres en carrés de couleurs découpés étaient autant de sources de clarté et de chaleur dans la nuit froide.
« C’est chez moi » dit-il mais il n’y eut pas de réponse.
L’ange gardien roula le long des trottoirs déserts et disparut dans le labyrinthe des rues désertes de la ville.
Nul bruit, nul mouvement ne troubla plus la tranquillité des nuits de cette année-là.  
Pour conclure, c’est avec ces quelques mots d’Ivan Illich repris par André Gorz. 
Vaut-il la peine de survivre dans « un monde transformé en hôpital planétaire, en école planétaire, en prison planétaire où la tâche principale des ingénieurs de l’âme sera de fabriquer des hommes adaptés à cette condition ? »
Je vous laisse méditer 

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et j’espère que nous allons nous revoir très bientôt ! 

L’association d’intérêt général The Shift Project vient de publier un plan de transformation des activités essentielles que sont se nourrir, se loger, se déplacer, se soigner, travailler, comprendre, échanger afin de les rendre plus saines et plus robustes dans les temps de crise économique et écologique à venir. La méthode proposée s’intéresse à l’économie concrète, non pas aux « euros », à la « croissance » et à la « dette », mais aux « métiers », aux « tonnes », aux « joules ». La méthode proposée ne s’intéresse surtout pas à « Combien ça coûte ? », mais à « Que fait-on ? »
Ce document parle de ce que les gens font aujourd’hui et de ce qu’ils pourront faire demain, et des moyens matériels nécessaires pour opérer le passage d’un monde à l’autre. Parce que le changement visera à aboutir à ce que chacun des organes de la société fonctionne en recherchant une sobriété optimale de matière et d’énergie. Cette transformation doit aboutir à une économie économe.
Jusqu’à présent, la majeures partie des débats autour de la transition écologique ne se sont focalisés que sur des questions de montants d’investissements et de tuyaux de financement, très peu sur l’objectif, quasiment jamais sur la méthode. 
Nous savons tous que la nécessaire transformation réclamera dans bien des cas de simplifier ou de ralentir. Souvent aussi, elle aura besoin de mobiliser davantage de têtes et de bras sachant qu’il n’est pas acceptable qu’un système économique plus sobre soit un système demandant aux plus pauvres de se serrer plus encore la ceinture. Au contraire, il faut donner de l’air aux budgets les plus modestes, en organisant des économies d’énergie et de matière, et par là ouvrir d’importantes possibilités nouvelles de travail.
Pour cela, afin d’envisager la mise en place d’un cercle vertueux, il faut penser, discuter, organiser, planifier.
Donc, en partant de la situation de ceux qui vivent et travaillent aujourd’hui en France, The Shift Project pose les jalons d’un plan de transformation de l’agriculture, du bâtiment, de l’énergie, de l’industrie, des transports, de la santé, des services, de la culture et des médias.
Pourquoi ? Parce qu’il est urgent de lancer un débat sur les actions que la République devra mener à bien pour tenir ses engagements devant l’Histoire, et offrir à tous et toutes une place dans une société durable.
Avec André Gorz, il faut une alternative à la devise de cette société qui est : « Ce qui est bon pour tous ne vaut rien. Tu ne seras respectable que si tu as « mieux » que les autres ». Il est alors indispensable de rompre avec l’idéologie de la croissance en affirmant avec force que « seul est digne de toi ce qui est bon pour tous. Seul mérite d’être produit ce qui ne privilégie ni n’abaisse personne. Nous pouvons être plus heureux avec moins d’opulence, car dans une société sans privilège, il n’y a pas de pauvres ».

Références et sources 
https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2020/05/Crises-climat_chantier-du-Plan_Shift-Project.pdf
André Gorz « Ne plus se hisser au-dessus des autres » https://www.monde-diplomatique.fr/2010/04/GORZ/19027 
Philip Mirowski : «L’après ne sera pas favorable à une société de gauche, mais à une accélération des mesures néolibérales». Libération 28 avril 2020. https://www.liberation.fr/debats/2020/04/28/l-apres-ne-sera-pas-favorable-a-une-societe-de-gauche-mais-a-une-acceleration-des-mesures-neoliberal_1786730 
Philip K. Dick, Si ce monde vous déplait… et autres écrits 

Nowakowskismes 4.20. « Confinement semaine 8, jour 52 – désobéir… »

Télé-vivre, télé-travailler, télé-consommer, télé-discuter, télé-asservir, se télé-divertir !…  
Pour la grande majorité des humains, c’est le quotidien qui s’est confirmé en ces temps inédits d’enfermement forcé. C’est faire ses courses en ligne 24 heures sur 24 sans bouger de son canapé, c’est s’équiper d’outils et de logiciels pour travailler à distance, c’est charger tous les services pour se divertir, c’est ne pas écouter autre chose que de la musique en ligne, c’est aussi s’informer ! … Encore faut-il détecter les médias libres et indépendants ! 
Lorsque le monde extérieur physique n’est plus accessible, c’est un monde dématérialisé qui prospère et surtout qui profite au bien connus GAFA. Incontournables, ils sont encore plus les rois du monde numérique. Seuls ou ensemble, ils détiennent souvent plus de la moitié des marchés qu’ils occupent. C’est le cas dans la publicité en ligne, dans les moteurs de recherche, dans les réseaux sociaux, dans les services de cloud, dans l’hébergement et la gestion de données. Aux Etats-Unis, Amazon a conquis 50% du e-commerce américain.
Quand d’autres (Airbus par exemple …) annoncent des pertes et ne prédisent rien de bon pour leur avenir, les géants américains du numérique affichent des hausses de leur chiffre d’affaires spectaculaires, + 15% pour Google, + 20% pour Facebook, et même + 25% pour Amazon. Bravo à tous ceux et toutes celles qui se sont jetés sur les catalogues en ligne de ces compagnies ! Ce qui fait que les GAFA traversent la crise sans encombre ! Apple, et Microsoft valent toujours largement plus que 1000 milliards de dollars en Bourse. La valeur d’Amazon a elle augmenté de 25% depuis le début de l’année ce qui représente pas moins de 300 milliards de dollars de plus ! Sans parler, nous l’avons déjà évoqué, des conditions de travail de ses salariés, toujours plus désastreuses en ces temps de pandémie.…
Instinct grégaire ou panurgisme ? Vivre en troupeau en se pensant libres ! Voici ce qui résume notre attitude ! Dans ces temps de confinement, mais déjà bien avant, c’est avec quelques gadgets en guise de cadeaux, ces fameux goodies, c’est avec des outils et des plateformes, que ces compagnies font mine d’apporter la liberté individuelle, l’accès illimité à la série que tout le monde veut voir, alors que le seul objectif n’est que de faire entrer le plus de monde possible dans le grand troupeau des consommateurs. 
300 milliards de plus pour Amazon, voilà ce que le confinement, l’occupationnel en troupeau a pour effet ! 
Nous dépensons 50000$ en 20 secondes sur Amazon. Et tout cela n’est rien d’autre qu’un grand nombre d’individus se pensant libres qui se dirigent librement en troupeau vers les marchandises que le bon système capitaliste numérique fabrique pour lui, saupoudré d’un discours de liberté ! 
Une mise en pâture savamment orchestrée… 

Nous sommes le 7 mai 2020, nous sommes en semaine 8 et jour 52 d’enfermement. 
Le mot ce soir dans les Nowakowskismes est désobéir ! 
Désobéir face à l’installation d’un monde de surveillance, désobéir en ces temps de privation de liberté sous couvert d’état d’urgence sanitaire. Savez-vous que l’état d’urgence sanitaire, d’ailleurs prolongé jusqu’au 24 juillet, permet de casser les règles du droit du travail, de porter la durée quotidienne maximale de travail à 12 heures au lieu de 10 heures, de réduire le temps de repos entre 2 journées de travail à 9 heures à la place de 11 heures, d’augmenter la durée maximale de travail hebdomadaire à 60 heures contre 48 heures et d’étendre le travail du dimanche.  
Donc désobéir quand confinés, infantilisés, sidérés autant que terrorisés par les informations COVID imposées en continu, nous sommes devenus spectateurs impuissants, et anéantis de ce qui se joue sans nous, ou « pour notre bien ». Par la force des choses, les rues se sont vidées, et tels des enfants rendus peureux, nous attendons de connaître le sort que le pouvoir nous réserve. 
Désobéir et redevenir adultes, désobéir parce que capables de comprendre et d’imposer d’autres choix, y compris économiques et sociaux. Désobéir, parce qu’en ce moment, nous prenons des coups sans pouvoir les rendre, nous parlons dans le vide et nous le savons, dans un climat poisseux de colère inemployée. 
Désobéir face à ce qui s’installe parce que voyez plutôt..! 

Dans les universités, et nombreux ont alerté sur ce qui s’annonce au sein même des universités mais aussi à la Quadrature du net, pour les examens qui arrivent, le gouvernement recommande officiellement aux établissements d’enseignement supérieur la télésurveillance des examens à l’aide de dispositifs invasifs, discriminants et manifestement illégaux : reconnaissance faciale, vidéosurveillance par webcam et smartphone, détection de bruits suspects…  En mars, le ministère de l’Enseignement supérieur a publié un « plan de continuité pédagogique » composé de plusieurs fiches visant à accompagner les établissements dans le contexte de la pandémie. Par exemple, la fiche n°6 « Évaluer et surveiller à distance » indique que « les examens écrits nécessitent une télé-surveillance particulière qui permet de vérifier l’identité de l’étudiant et d’éviter les fraudes. Ils nécessitent donc un recours à des services de télésurveillance ». Dans cette fiche, on y trouve une une liste de fournisseurs de services recommandés parce « qu’ils ont l’habitude de travailler avec des établissements d’enseignement supérieur ».
Cette liste fait donc la promotion d’outils de surveillance extrêmement invasifs, dangereux et profondément discriminants avec au programme tout ce qu’on adorons dans les Nowakowskismes à savoir, la reconnaissance faciale, la vidéosurveillance continue avec analyse comportementale, l’utilisation simultanée des webcams de l’ordinateur et du smartphone, jusqu’à la détection de bruits suspects dans l’environnement proche de l’étudiant. Ainsi Managexam propose des solutions de surveillance audio et vidéo, avec « prise de photos fréquentes, régulières ou aléatoires » ou « vidéo captée en continu » afin de repérer « automatiquement les anomalies pouvant survenir dans la session d’évaluation grâce à une recherche et une classification visuelle de l’environnement des candidats ». Proctorexam propose une « technologie avec deux prises de vues simultanées sur l’étudiant (webcam+appli smartphone) » et Evalbox, qui propose « des algorithmes d’analyse comportementale pour détecter les comportements suspicieux ». TestWe, la solution qui revient souvent dans les média, offre un système de photographie de la carte d’étudiant ou d’identité par webcam « pour vérifier que la bonne personne est en face de l’écran ». Son PDG, Benoît Sillard, qui a été sous-directeur aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement scolaire et supérieur (SDTICE) au Ministère de l’Éducation nationale puis Délégué interministériel aux usages de l’internet auprès du ministre de la Recherche, se vante également de mettre « en place actuellement un système à double caméras, celle de l’ordinateur qui filme par l’avant, et celle de votre smartphone qui filme l’ensemble de la pièce, pour vérifier qu’il n’y a pas un deuxième ordinateur ou quelqu’un en train de vous souffler ». Enfin, Smowl « utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects ».
Malheureusement pas nouveaux, ces outils sont déjà utilisés par plusieurs établissements et plus de 50 universités et écoles seraient en train d’envisager ce type de procédés ! 
Désobéir est urgent quand des universités effacent la liberté pour des raisons d’efficacité ! 

Désobéir face à la surveillance généralisée qui s’installe, parce qu’il existera bien un système de traçage officiel permettant l’accès à un maximum d’informations sur l’état de l’épidémie en France. L’application StopCovid est elle annoncée pour le 2 juin ! 
Le projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire soumis au Parlement à partir de lundi 4 mai doit organiser le suivi des personnes susceptibles d’être contaminées par le Covid-19. Pour cela, le gouvernement prévoit de se doter de deux fichiers avec des données partagées médicales ou non. Ainsi lorsqu’une personne sera testée positive au Covid-19 , elle apparaitra dans un premier fichier, appelé « Sidep » recensant toutes les personnes testées positives par les laboratoires de biologie médicale. Les personnes qu’elles auraient côtoyées, seront fichées dans un deuxième fichier nommé « Contact Covid », inspiré du site de l’Assurance-maladie. Il permettra d’avoir les coordonnées des personnes à contacter afin d’être testées et si besoin isolées pour empêcher la propagation du virus. 
Pour effectuer ce travail d’identification des malades à partir du 11 mai, des « brigades sanitaires » qui ont été gentiment rebaptisées « brigades d’anges gardiens » par le ministre de la santé seront déployées. D’ailleurs, ces brigades d’anges gardiens inspireront certainement un prochain épisode de la Poétique du chaos. Ainsi 3 à 4 000 personnes médecins ou non médecins seront affectées à cette mission.
En clair, pour l’instant, le traçage des contacts ne reposera pas sur une application installée sur les téléphones des Français, mais sur les personnels autorisés à le faire par le gouvernement. 
Un nouveau mot de la novlange apparaît alors c’est le « contact tracing » qui va se décliner en trois niveaux de surveillance. 
Le tracing de niveau 1 sera exercé par les médecins, les professionnels de santé de premier recours en ville comme à l’hôpital, pour définir le premier cercle des cas, contacts potentiels de malades. Le tracing de niveau 2 sera organisé par l’Assurance-maladie. Il visera à enrichir la liste des contacts potentiels au-delà de ce premier cercle, de vérifier qu’aucune personne potentiellement malade n’a pu échapper aux premier tracing et donner des consignes aux intéressés. Le tracing de niveau 3 est organisé, comme c’est le cas depuis le début de l’épidémie, par les Agences régionales de santé. Il s’agit d’identifier des chaînes de contamination des chaînes de transmission, en d’autres termes, les clusters. 
Et donc le 11 mai, nous allons sortir de l’enfermement, pour une vie en liberté surveillée. Afin de faire respecter les règles, le port des masques, …, le projet de loi prévoit d’étendre les pouvoirs de verbalisation à plusieurs catégories d’agents qui pourront, dès le 11 mai, « constater le non-respect des règles de l’urgence sanitaire et le sanctionner ». Ces agents qui verbaliseront sont les adjoints de sécurité, les gendarmes adjoints volontaires, les réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, les agents de sécurité assermentés dans les transports et les agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces. 
Nous serons déconfinés mais au prix de contrôles accrus. Nous passerons de l’enfermement à l’examen, de l’isolement à la surveillance, par la massification des tests, l’identification des cas-contacts, la mises en place de brigades d’anges gardiens, le plan de mise à l’abri, le quadrillage géographique départemental, le kilométrage limité. Nous allons troquer une restriction de liberté physique contre une restriction de liberté psychologique. Tout sera vu, visible, traçable, traqué, justifiable, justifié. Nos comportements seront moins limités mais davantage conditionnés parce que hautement contrôlés. Devenir moins libres tout en l’étant plus, voilà le tour de passe-passe.
De plus, tout ce dispositif est une mise en parenthèse du secret médical alors qu’on constate déjà les attitudes hostiles de certains voisins à l’égard de soignants. On peut craindre avec ce signalement des personnes malades, des risques de stigmatisation et de discrimination y compris dans l’environnement professionnel.
Donc, à une époque où la complexité est sans borne, il nous faut déceler, dans ce qui se met en place, le travestissement de la domination en protection et, de la permission en liberté. Et je ne peux résister à Tocqueville qui écrivait il y a plusieurs siècles dans « De la démocratie en Amérique » : «Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. (…) le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger ». 
Méditons cela ! 

Et donc désobéir c’est déjà faire une liste pour mettre en mots ce que nous pouvons faire. 
Désobéir est un des métadroits décrits par Antoinette Rouvroy. 
Désobéir c’est être responsable, et être responsable c’est donner du sens à sa et à la vie, dans l’action et dans l’engagement. 
On peut désobéir quand on supprime l’adoration du ou des chefs.
On peut désobéir en cessant de surestimer le coût, les conséquences négatives de la désobéissance.
On peut désobéir en cessant de se détourner des questions importantes.
On peut désobéir en refusant de s’habituer, de s’accommoder à l’obéissance.
On peut désobéir en cessant d’avoir peur du chaos, du jugement des autres, de l’ostracisation, des conséquences.
On peut désobéir en cessant d’être zélé, de surobéir, de servir les autorités aliénantes.
On peut désobéir en refusant le confort de la soumission et de la déresponsabilisation.
On peut désobéir en refusant de se couper de la réalité, aussi moche et atroce soit-elle.
On peut désobéir en refusant d’agir de façon automatique.
On peut désobéir en étant guidé par sa propre conscience et non celle d’idéologues, de dogmatiques, d’autorités aliénantes…
On peut désobéir en ne laissant pas un autre penser à notre place.
On peut désobéir en se découvrant irremplaçable pour aider autrui à être plus libre et non lui être soumis ou vouloir le soumettre.
On peut désobéir en découvrant l’impossibilité de se dérober à la tâche.
On peut désobéir en refusant la « neutralité » car la neutralité a pour effet de masquer sa responsabilité.
On peut désobéir en se libérant des illusions de la liberté.
Désobéir ne consiste pas à opposer raison et émotion, en privilégiant l’un ou l’autre, mais bien à réconcilier l’un et l’autre, l’un offrant un cadre à l’autre, et réciproquement.
Donc désobéir, c’est agir chacun à son niveau, et ça peut se faire : 
en hackant les contrôles, les « verrous », les symboles de pouvoir et tout ce qui représente ou bloque la liberté, l’autonomie, l’autodétermination ;
en occupant et en défendant des zones pour les soustraire au contrôle ou à une domination nuisible, insensée, destructive et contraire à la dignité humaine ;
en sabotant ;
en infiltrant les milieux problématiques puis en détournant de l’intérieur les mécanismes de destruction ;
en décidant de vivre selon le modèle de vie qu’on veut vivre ;
en détournant son travail pour en faire autre chose ; 
en libérant l’information ;
en donnant gratuitement ce qui est censé apporter du profit à des dominants ;
en aidant et en soutenant l’autre
Tout cela et plus encore peut se faire furtivement, publiquement, l’un n’est pas meilleur que l’autre, tout dépend des situations, et de l’efficacité possible de l’action. Les terrains d’actions peuvent être très divers, allant de la place publique à la rue, en passant par l’entreprise ou l’école, jusque sur le web.
Hacker, gripper, détourner c’est faire acte de non-violence, puisqu’il s’agit de condamner ou d’enlever de la violence. 
Enfin désobéir pour s’opposer à ceux qui perpétuent des dominations, les injustices et les oppressions. Désobéir,  c’est s’élever contre l’esprit de cour, c’est sortir du troupeau pour enfin être libre. Et revenons pour terminer à Tocqueville, désobéir pour éviter que la « nation [ne devienne] un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de penser ».

Références et sources 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-eco/la-chronique-eco-02-mai-2020 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-04-mai-2020 
https://www.laquadrature.net/2020/04/30/crise-sanitaire-la-technopolice-envahit-luniversite/
Projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions https://fr.scribd.com/document/459488341/Projet-de-loi-prorogeant-l-etat-d-urgence-sanitaire-et-completant-ses-dispositions#from_embed%20 
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/05/HALIMI/61785 
https://lejournal.cnrs.fr/articles/des-applis-numeriques-pour-lutter-contre-la-pandemie-quels-problemes-ethiques 
https://www.hacking-social.com/2019/12/03/comment-desobeir-quelques-listes/
Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Œuvres II, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1992 
La désobéissance civile. Henry David Thoreau https://nowakowski.hypotheses.org/177