Nowakowskismes 4.14. « Confinement semaine 2, jour 10 – poétique du chaos »

Nous sommes le 26 mars 2020, nous sommes en semaine 2, et jour 10 du confinement. 
Ce soir, les Nowakowskismes se laissent aller à une petite nouvelle consacrée au confinement.  Elle s’intitule « Poétique du chaos  » Accrochez-vous ça va secouer !

Maintenant que les choses avaient repris leur cours normal, il constatait avec surprise l’absence d’un début manifeste, l’impossibilité de détecter ce seuil précis au delà duquel leurs existences avaient pénétré dans une dimension nettement plus inquiétante. 
Là, debout sur cette terrasse, la ville qui revenait petit-à-petit à la vie, à l’activité, à ses pieds, il tentait de revenir sur ces semaines qu’il ne serait pas près d’oublier. Il revoyait tous ces événements insolites, adjectif choisi pour rester modéré, qui s’étaient déroulés à l’intérieur de l’immeuble au cours de ces dernières semaines. 
L’immeuble se situait en lisière du centre de la ville. Des constructions nouvelles, encore très partiellement habitées, lui faisaient face. Il voyait au loin des silhouettes minuscules vivre leurs vies d’insectes. Il lui arrivait de prendre ses jumelles pour regarder ! Toujours cet instinct de voyeurisme de l’humain confiné auquel il ne pouvait pas échapper ! Espace, lumière, et plaisirs futiles dans une espèce subtile de l’anonymat  ! 
Certes, le confinement avait été décidé à partir du 17 mars 2020 midi. Tout le monde s’y attendait et quand on vint leur annoncer « 15 jours au moins », certains avaient dit « ça va, ça ira ! » et d’autres avaient craint le pire… 
Ce 17 mars 2020 à midi, la ville s’arrêta – pas complètement – et les consignes ont circulé – « restez chez vous ! » 
Ça tombait bien pour lui, il avait déployé une énergie assez importante pour rester à l’écart des autres ! À l’écart des ses voisins, à l’écart tout simplement ! 
Alors, aussitôt le confinement annoncé, et comme à son habitude, l’humain cédant à ses réflexes ataviques, s’était mis à faire des stocks ! Faire des stocks de tout, faire des stocks de n’importe quoi mais faire des stocks ! 
Ainsi très rapidement, le hall d’entrée de l’immeuble fut encombré par toute une foule d’habitants qui se pressait devant la porte de l’ascenseur. Leurs bras étaient chargés de paquets venant de chez le traiteur, de sacs de supermarchés, et des cartons de boissons alcoolisées matière première indispensable en ces temps d’enfermement à venir. 
D’autres aux étages inférieurs avaient passé toute la matinée à faire leurs valises. Puis, pris dans des forces contradictoires, à la fois pressés et réticents de partir pour une durée indéterminée, à présent que le moment d’abandonner l’immeuble était venu, ils erraient dans les escaliers et dans le hall retardant cet ultime geste rituel. 
Puis leurs quelques valises préparées furent posées sur le trottoir devant la porte d’entrée, la voiture arriva, et ils disparurent au coin de la rue, emportant avec leur effets, leur capacité à diffuser le virus sur une autre partie du territoire. 
Les consignes étaient claires ou essayaient de l’être. Restez chez vous ! 
Au cours des après-midis, quand le soleil de printemps commençait à distiller une sorte de douce chaleur, la terrasse devenait une sorte de dehors mais soumis au confinement. À ces moments, les voisins venaient à leur fenêtre et lui jetaient des regards d’abord sévères, puis franchement agressifs, face à l’apparente décontraction que sa présence à l’extérieur semblait leur inspirer !
Et comme toujours les querelles futiles et les sautes humeur constituant la seule forme de vie communautaire, ce qui devait arriver arriva ! Et c’est là, à n’en pas douter, que prit place le premier incident significatif ! 

Confinés ! 
Ont alors commencé à se multiplier et s’amplifier, les querelles entre voisins. Les enchainement de futiles chamailleries au sujet de l’ascenseur, de la propreté des communs, des inexplicables pannes d’électricité dans les escaliers ou les surcharges des réseaux de communication alimentant les foyers en flux vitaux venus d’internet ont contribué à faire craquer le vernis. Les antagonismes déjà présents avant le confinement, étaient devenus remarquablement vifs, atténués, encore au début mais plus pour longtemps, par le ton urbain qui était de mise dans l’immeuble. Le bruit provenant des autres appartements, les fêtes alcoolisées dégénérant, les parties de jeux vidéos sur les écrans 4K surdimensionnés et sur-vitaminés jusqu’au coeur de la nuit eurent petit-à-petit raison des échanges et prises de paroles policées. 
Les étudiants confinés dans leurs studios mirent en place des moyens de communiquer entre eux d’un étage à l’autre. On vit pousser le long des façades des câbles passant d’appartement en appartement, cordes de rappel dans une descente sociale qui n’avait rien de vertical, filins maintenant un lien plus efficace pour les jeux en réseau et les contacts de plus en plus espacés avec leurs enseignants. 
Les plus anciens retranchés chez eux autour de leur congélateur bondé, surveillaient les alentours par les judas donnant sur les paliers, se risquant de temps en temps à ouvrir une porte vite refermée dans un claquement qui résonnait dans tout l’immeuble. 
En surface, la vie avait pris une sorte de cours normal. La plupart des habitants avaient semble-t-il mis en place des modes de vie réguliers, pour certains des sorties matinales courtes pour faire quelques courses, s’aérer, se dégourdir les jambes munis du laisser-passer officiel ; pour d’autres le décalage des rythmes s’installant, ils émergeaient à n’importe quel moment de la journée au rythme des séries consommées à hautes doses, et des parties jouées sans limites. 
Toutefois, en y regardant de plus près, on découvrait des camps qui coexistaient plutôt mal. Le jour, on pouvait circuler assez librement dans l’immeuble, mais la chose devenait plus difficile à mesure que l’après-midi s’écoulait, et à la nuit tombée tout mouvement était impossible. Impossible de sortir dans la rue pour cause de couvre-feu ! Mais impossible de sortir dans l’immeuble, chaque groupe ayant déployer des techniques de défense à l’encontre des autres groupes afin de défendre leurs mode de vie. À contrecoeur, mais il devait se l’avouer, il méprisait ses frères habitants de l’immeuble pour leur empressement à se glisser dans la niche qui leur était désignée.
Mais la débâcle de l’immeuble fut bientôt bien réelle et finit par renforcer certaines pratiques. Il commençait à prendre conscience qu’il assistait aussi à la naissance d’un nouvel ordre social. D’ailleurs, l’émergence, encore confuse, mais indiscutable de cet ordre social nouveau – fondé apparemment sur la répartition en petites enclaves tribales – le fascinait. 
Là au sommet où il résidait, les conditions de vie n’avaient pas encore connu une chute brutale. Son nid était comme encore isolé, inaccessible, protégé de ce qui se propageait dans l’immeuble.
De sa terrasse, il voyait les parkings. Nombreuses étaient les voitures qui n’avaient pas roulé depuis des semaines. Leurs pare-brises avaient été pulvérisés par des bouteilles lancées des balcons, leurs habitacles étaient emplis d’ordures ; elles s’affaissaient sur leurs pneus flasques, entourées d’une mer de détritus qui s’élargissait comme une tache autour de l’immeuble. 
Cet indicateur visible de la dégradation dans l’immeuble servait aussi à mesurer le degré de passivité avec lequel les habitants acceptaient le processus d’érosion. 
Peut-être en était-il venu à souhaiter que les choses aillent plus mal encore ? 
Il avait remarqué qu’il n’y avait même plus depuis un temps certain de mails de réclamation au syndic alors qu’en situation normale, ils tombaient dans la boites mail, avec tout le conseil de ‘l’immeuble en copie, pour un oui ou pour un non. Même ses voisins immédiats, naguère si prompts à réclamer et râler à tout propos, n’émettaient plus la moindre critique et se claquemuraient dans un silence en apparence résigné. 
Ce qui était intéressant c’est la manière de plus en plus brutale avec laquelle les habitants réagissaient au climat de l’immeuble confiné. Ils endommageaient délibérément l’ascenseur, les appareils électriques, l’éclairage… Cette négligence de l’endroit de leur propre confort dénotait un phénomène de redistribution des priorités dans leur esprit – peut-être aussi l’apparition de ce nouvel ordre social et psychologique qu’il sentait poindre. 
En dépit du chaos grandissant qui régnait autour d’eux, les habitants semblaient s’intéresser de moins en moins au monde extérieur.
Après plusieurs semaines de ce confinement, les entreprises s’étant arrêtées de fonctionner les unes à la suite des autres, les gens qui devaient sortir pour travailler, n’eurent plus à sortir. La ville était déserte. Le vide de l’extérieur s’emplit alors de bandes d’oiseaux, des corbeaux, des pigeons, … des pies aussi, et d’innombrables passereaux. Ils s’assemblaient sur les toits alentours, sur les balcons. Assez rapidement, une colonie de corbeaux avait élu domicile au sommet de la cage de l’ascenseur, venant ainsi superposer aux bruits des appartements, leurs croassements rauques amplifiés par l’effet de caisse de résonance de la cage d’ascenseur. Quand il allait sur sa terrasse, les regards hostiles de tous ces oiseaux lui plaisaient. La cour intérieure désertée était devenue le terrain de jeu d’une bande grosses pies et parmi les restes de nourriture abandonnés, les chaises de jardin renversées, la présence de ces oiseaux faisait naître comme une espérance d’une barbarie naissante. 
Pourquoi tous ces oiseaux étaient-ils attirés par ce royaume perdu des balcons, et de cette cour ? 
Les oiseaux se nourrissaient des détritus jetés dans la cour, et il aimait à penser que le motif de leur occupation était proche du sien. Venus d’un paysage plus primitif, ils avaient volé jusqu’ici pour répondre à l’appel d’une violence sacrée dont ils pressentaient l’intuition. Et de tous côtés, le béton finissait par se perdre dans les brumes du soir. Perchés sur les conduits d’aération et les toits, les bandes de corbeaux l’observaient de leurs yeux étonnamment vifs. Leurs ailes battaient contre le béton  des façades et certains d’entre eux étaient pris de bonds frénétiques. Il en regardait d’autres tournoyer dans le ciel, il écoutait leurs cris et il songeait inquiet à cette violence toute proche. 
Tout bascula cette nuit-là ! Il fut réveillé par des cris, des explosions, des galopades entre les étages ! Tout l’immeuble semblait trembler de la violence qui se déchainait dans ses entrailles. Réveillé, et confiant derrière la porte qui protégeait son appartement (le précédent occupant, ancien flic, avait équipé l’appartement d’une porte blindée inviolable), il attendit le matin gardant quand même à portée de main le sabre datant de la guerre 1870 qu’il avait hérité de son grand père. Au matin, le calme revint, il tenta une sortie. 
Il entama sa descente dans les profondeurs de l’immeuble. À l’étage du dessous, un groupe d’habitants très agités ne le vit pas passer, un peu plus bas un appartement avait été mis à sac. Partout des détritus s’entassaient, les escaliers étaient encombrés de chaises fracassées, de sections de rampe et de débris de verre. Les portes coupe-feu défoncées pendaient à leurs gonds, il n’y avait plus aucune lampe intacte, un graffiti blafard vaporisé à la peinture fluorescente sur les murs de la cage d’escaliers se déroulait sur plusieurs étages. Des groupes semblaient monter la garde devant un ensemble d’appartements, ils le laissèrent passer quand ils le reconnurent. Arrivé devant la porte donnant sur la rue, il décida de remonter le plus vite possible à son étage, et de s’y enfermer à double tour. 
Les jours passèrent dans un calme apparent, et les nuits furent encore le théâtre d’affrontement dont les échos envahissaient son appartement.
Les coupures régulières de courant commencèrent. Les produits frais qu’il avait dans son réfrigérateur ont commencé à pourrir, les bouteilles de lait caillés formaient un rang de moisissure, le beurre pleurait entre les grilles, et l’odeur de moisi commença même à avoir son charme propre. Il se ressaisit et fourra tout dans un sac poubelle et le balança par la fenêtre. Une sorte de brume graisseuse semblait flotter autour de la façade de l’immeuble depuis que les habitants avaient pris l’habitude d’envoyer cascader les déchets le long des parois sans se préoccuper de savoir si le vent n’irait pas les rabattre à l’intérieur d’un autre appartement. 
Depuis quelques temps, il était sur la mauvaise pente. Le processus d’usure continue de la qualité de l’environnement n’affectait plus seulement l’immeuble, et l’appartement, mais aussi ses habitudes et son hygiène personnelle. Le confinement menait à ce phénomène qui reflétait certainement ce désintérêt croissant à l’égard des règles de vie en société. Mais sa crasse, ses vêtements malpropres, son hygiène en déclin, peut-être que tout cela allait l’aider à découvrir une version plus authentique de lui-même. 
Finalement, il décida de reprendre le dessus. Il ôta son t-shirt et son jean crasseux et se lava sous un filet d’eau de la douche. Puis rhabillé,  il commença à remettre de l’ordre dans l’appartement. Cela lui prit un certain temps. Une fois tout temps en ordre tant bien que mal, il se déshabilla, et se blottit sous sa couette, et s’endormit. Pour une fois, il ne fut pas réveillé par les bruits de la nuit. 
Au matin, le soleil avait fait s’évaporer les nappes de brouillard poisseux qui enveloppaient l’immeuble. Les bandes de corbeaux prenaient le soleil sur les toits, et la rue au bas étaient toujours déserte. Au loin, des sirènes, avec toujours le même frisson qu’elles provoquaient. Elles étaient la manifestation sensible d’une des causes de ce confinement. 
Il passa la journée à se reposer, oubliant pour quelques heures tout ce qui l’entourait. La nuit tomba, et le ciel sans nuages lui révéla un ciel étoilé comme il n’en avait jamais vu de toute sa vie. La ville avait supprimé l’éclairage urbain pour faire des économies et la pollution atmosphérique due à la circulation automobile avait elle aussi disparu. Il passa la nuit la tête dans les étoiles. La nuit était profonde, et l’immeuble tout entier s’était retiré dans l’ombre. Étrangement à cette heure, tout était silencieux. Les habitants semblaient s’être dissouts dans le crépuscule et la nuit. 
L’état de l’immeuble, il le voyait aussi comme une conséquence d’une contagion d’une autre forme. Ils avaient tous été enfermés pour enrayer cette épidémie, mais enfermés, une autre contagion avait surgi. La violence ! La violence par contagion avait gagné l’ensemble des étages de l’immeuble, l’ensemble des habitants. Même l’espace euclidien et rationnel de l’immeuble n’avait pu s’opposer à la désertion progressive mais rapide de la civilité pour le retour à la jungle originelle. Peut-être que l’immeuble lui-même favorisait-il ce retour ? Et finalement, la structure tribale ne serait certainement qu’une étape transitoire, parce que les alliances, les clans finiraient par se désagréger eux-aussi pour un retour au point de départ, l’homme est un animal solitaire. Et toutes nos lois, la société, l’éducation ne seraient que des couches chargées de nous cacher la nature profonde qui est la nôtre. 
La nuit, plusieurs nuits, peut-être des dizaines de nuits se succédèrent. 
Et un matin, des véhicules circulèrent dans les rues, annonçant avec des hauts parleurs la fin du confinement, les fenêtres s’ouvrirent, les gens envahirent la rue, la circulation reprit sur le pont, intense, le traiteur chinois au bas de l’immeuble vidait son camion et remplissait ses rayons… il ouvrit sa porte, son voisin et sa voisine le saluèrent, ils avaient déjà commencer à nettoyer le palier, … 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour finir avec quelques mots Jean-Jacques Rousseau, dans Emile : « L’homme est de tous les animaux celui qui peut le moins vivre en troupeaux. Des hommes entassés comme des moutons périraient tous en très peu de temps. L’haleine de l’homme est mortelle à ses semblables : cela n’est pas moins vrai au propre qu’au figuré. »
Je vous laisse méditer cela !
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

Actualité
Les Nations Unies ont averti le 22 mars 2020, dans un rapport publié chaque année à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, que, sur notre « pale blue dot », l’eau douce va prochainement manquer à des milliards de personnes, et ce, jusque dans des régions du monde où les précipitations sont pour l’instant abondantes. En moindre quantité et qualité, les ressources en eaux se dégradent. Parce que le sujet est vital, de son côté aussi, l’Organisation météorologique mondiale consacre sa journée internationale du 23 mars au thème de l’eau et du changement climatique.
Même si en ces temps de pandémie, l’attention et l’énergie sont consacrées ailleurs, le temps presse ! Aujourd’hui, près de 4 milliards d’individus affrontent une pénurie sévère pendant au moins un mois par an. Le réchauffement global n’en est pas la seule cause. En fait, la consommation mondiale en eau explose. Au cours des cent dernières années, elle a augmenté à un rythme deux fois plus rapide que la croissance démographique, elle a été multipliée par six et continue de grossir de près de 1 % par an en raison du développement économique et des nouveaux usages. À cela s’ajoute une pollution massive des nappes souterraines et des rivières ce qui ne fait qu’aggraver la situation.
L’eau est considérée par les auteurs du programme ONU-Eau comme l’élément clé de la plupart des dix-sept Objectifs de développement durable : de la lutte contre la faim dans le monde, la pauvreté, l’inégalité entre les genres, à la dégradation des sols et de l’état de l’océan. Or plus les températures s’élèvent, plus la demande en eau grimpe et plus l’évaporation s’accentue, privant de plus en plus les sols de leur humidité. 
Ce rapport édité par l’Unesco et intitulé L’eau et les changements climatiques détaille les interactions innombrables, notamment sur la production de l’énergie, l’agriculture ou bien les écosystèmes. Il présente également les répercussions profondes sur la santé humaine, et il alerte sur une des conséquences, l’émergence accélérée de pathogènes. 
Cette alerte n’est certainement pas à négliger en ces temps de pandémie.

Sources et références https://www.lemonde.fr/climat/article/2020/03/22/l-eau-a-l-epreuve-des-changements-climatiques_6034029_1652612.html

Nowakowskismes 4.13. « Confinement semaine 1, jour 3 – virus, écologie et internet »

Télétravail, visioconférences, école à distance, jeux vidéo en ligne et streaming vidéo… alors que les loisirs extérieurs sont interdits, que le confinement n’en est qu’à ses premiers jours, le trafic Internet est évidemment voué à exploser, et ce avec le confinement croissant des populations, partout dans le monde, visant à juguler la pandémie de coronavirus. Cette explosion du trafic est déjà bien visible. En effet, l’un des principaux carrefours mondiaux du trafic mondial du net, Deutscher Commercial Internet Exchange (DE-CIX), situé à Francfort, a enregistré un « record mondial » de débit le 10 mars dernier avec un pic à 9,1 térabits (1 Tera c’est 1 suivi de 12 zéros) par seconde.
En France, les mesures de confinement renforcées qui sont entrées en vigueur le 17 mars 2020, pour une durée minimum de 15 jours, vont d’autant plus augmenter nos activités en ligne que de nombreux acteurs de la culture développent des offres numériques spéciales pour pallier la fermeture de leurs activités. 
En Italie et en Espagne, où les mesures de confinement ont été prises plus tôt qu’en France, on peut déjà mesurer les effets de cette ruée vers Internet. En effet, on observe une augmentation de plus de 70 % du trafic Internet sur le réseau fixe de Telecom Italia, dont une part importante provient de jeux en ligne, comme Fortnite. Dans un communiqué de presse publié le 15 mars, les cinq principaux opérateurs de télécommunication espagnols ont appelé à un usage « rationnel et responsable » du réseau. On a, en effet, enregistré dans le pays une hausse du trafic Internet de 40 %, ainsi qu’une hausse pour les téléphones portables de 50 % en appels et de 25 % en données.
On assiste également à une mobilisation générale pour éviter la panne. Ainsi les opérateurs télécoms ont mobilisé 15000 techniciens et ingénieurs pour maintenir des réseaux vitaux à la vie et l’économie du pays. Parce ce qui est à redouter, dans nos sociétés urbaines « fortement dépendantes de systèmes sophistiques pour maintenir les gens et les organisations en vie (système de transports, d’entreposage, de communication, de production “juste à temps”, etc), c’est l’effet en cascade ». 
Ce qui est intéressant à mentionner est que depuis quelques année, Internet et les services qu’il permet a créé en quelque sorte un univers parallèle à l’univers physique dans lequel les êtres humains marchent, se rencontrent, se serrent la main, se parlent, bref, inscrivent corporellement leur existence dans les relations sociales. D’ailleurs, l’intensité des échanges dans cet univers parallèle pourrait expliquer la facilité avec laquelle, dans de plus en plus pays, on accepte d’être physiquement enfermés chez soi. 
Les question sont. 
Accepterions-nous aussi facilement cette réclusion domestique si nous ne disposions pas de l’option de vivre en parallèle sur Internet ? 
Que devient la liberté dans un tel cloisonnement des univers ? 

Nous sommes le 19 mars 2020, nous sommes en semaine 1, et jour 3 du confinement. Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !

Est-ce un pangolin, une chauve-souris ? Ou même un serpent, comme on a pu l’entendre un temps avant que cela ne soit démenti ? C’est à qui sera le premier à incriminer l’animal sauvage à l’origine de ce coronavirus, officiellement appelé Covid-19, dont le piège s’est refermé sur plusieurs centaines de millions de personnes, et qui a mis à l’arrêt une bonne partie des pays du monde. 
On ne sait toujours pas qui est le transmetteur à l’humain de ce virus. Les scientifiques débattent à coup d’analyse de génomes, de récepteurs de protéines, d’acide aminé, et pour l’instant, le mystère reste entier. Mais un point semble quasiment certain : le virus s’est « échappé » d’un marché d’animaux sauvages de Wuhan, en Chine, marché comme il en existe de nombreux en Asie. Ces marchés sont alimentés en partie par le trafic d’animaux, qui est une des causes majeures de la destruction de la biodiversité. 
Ces marchés, où on trouve aussi beaucoup d’animaux vivants élevés, sont l’expression de la pression que l’activité humaine exerce sur les écosystèmes, surtout forestiers. Nous savons que l’érosion globale des espèces est en route et la récurrence des pandémies du type de celle d’aujourd’hui est un effet de cette extinction massive. Et si le Covid-19 suscite une réaction aussi impressionnante, c’est sans doute à cause de la terreur des épidémiologistes de voir surgir des virus encore plus inconnus et destructeurs. Tout ceci doit nous rappeler que la question de la biodiversité est tout aussi importante que celle du changement climatique, sur lequel l’attention écologiste a tendance à se focaliser. En fait, il ne faut pas les traiter indépendamment l’une de l’autre.
S’il est bien sûr primordial d’élucider ce mystère, de telles spéculations nous empêchent de voir que notre vulnérabilité croissante face aux pandémies a une cause plus profonde : la destruction accélérée des habitats et l’empreinte croissante des activités humaines.
L’histoire montre que de très nombreuses maladies infectieuses ont accompagné l’espèce humaine.  Leur impact dans certains cas a été considérable comme les 40 millions de morts liés à la pandémie de grippe espagnole qui sévit en 1918 et 1919 ou  les épidémies de peste noire qui ont décimé au XIVe siècle 20% de la population française. 
À partir de la fin du XIXe siècle on assiste peu à peu à une diminution drastique de ces maladies grâce à l’amélioration générale des conditions d’hygiène, puis grâce à la vaccination et à l’arrivée des antibiotiques. 
Or, depuis 1940, des centaines de microbes pathogènes sont apparus ou réapparus dans des régions où, parfois, ils n’avaient jamais été observés auparavant. C’est le cas du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), d’Ebola en Afrique de l’Ouest, ou encore de Zika sur le continent américain. La majorité d’entre eux (60 %) sont d’origine animale. Certains proviennent d’animaux domestiques ou d’élevage, mais la plupart (plus des deux tiers) sont issus d’animaux sauvages.
Et ces animaux sauvages n’y sont évidemment pour rien. En dépit des articles qui, photographies à l’appui, désignent la faune sauvage comme le point de départ d’épidémies dévastatrices, il est faux de croire que ces animaux sont particulièrement infestés d’agents pathogènes mortels prêts à nous contaminer. En réalité, la plus grande partie de leurs microbes vivent en eux sans leur faire aucun mal. Le problème est ailleurs : avec la déforestation, l’urbanisation et l’industrialisation effrénées, nous avons offert à ces microbes des moyens d’arriver jusqu’au corps humain et de s’adapter. Et aujourd’hui 60% de l’ensemble de ces maladies résultent d’une transmission d’agents infectieux de l’animal à l’homme. 
La destruction des habitats menace d’extinction quantité d’espèces. Celles qui survivent, n’ont d’autre choix que de se rabattre sur les portions d’habitat réduites que leur laissent les implantations humaines. Il en résulte une probabilité accrue de contacts proches et répétés avec l’homme, lesquels permettent aux microbes de passer dans notre corps, où, de bénins, ils deviennent des agents pathogènes meurtriers.
Le cas d’Ebola illustre bien tout cela ! Une étude menée en 2017 a révélé que les apparitions du virus, dont la source a été localisée chez diverses espèces de chauves-souris, sont plus fréquentes dans les zones d’Afrique centrale et de l’Ouest qui ont récemment subi des déforestations. Lorsqu’on abat leurs forêts, on contraint les chauves-souris à aller se percher sur les arbres des jardins et des fermes. Dès lors, la suite est facile à imaginer : un humain ingère de la salive de chauve-souris en mordant dans un fruit qui en est couvert, ou, en tentant de chasser et de tuer cette visiteuse importune, s’expose aux microbes qui ont trouvé refuge dans ses tissus. C’est ainsi qu’une multitude de virus dont les chauves-souris sont porteuses, mais qui restent chez elles inoffensifs, parviennent à pénétrer des populations humaines.  Ce phénomène est qualifié de « passage de la barrière d’espèce ». Pour peu qu’il se produise fréquemment, il peut permettre aux microbes issus des animaux de s’adapter à nos organismes et d’évoluer au point de devenir pathogènes.
Il en va de même des maladies transmises par les moustiques, puisque un lien a été établi entre la survenue d’épidémies et la déforestation. Avec les arbres disparaissent aussi la couche de feuilles mortes et les racines. L’eau et les sédiments ruissellent plus facilement sur ce sol dépouillé et désormais baigné de soleil. Elle forme des flaques favorables à la reproduction des moustiques porteurs du paludisme. Les espèces de moustiques vecteurs d’agents pathogènes humains sont alors deux fois plus nombreuses dans les zones déboisées que dans les forêts restées intactes.
C’est le même phénomène qui est à l’oeuvre pour les maladies véhiculées par les tiques. En grignotant petit-à-petit les forêts du Nord-Est américain et d’Europe, le développement urbain chasse des animaux comme les opossums et les renards, qui contribuent à réguler les populations de tiques et laisse prospérer des espèces bien moins efficaces sur ce plan. Le résultat est que les maladies transmises par les tiques se répandent plus facilement. Parmi elles, la maladie de Lyme, qui a fait sa première apparition aux États-Unis en 1975. Au cours des vingt dernières années, sept nouveaux agents pathogènes portés par les tiques ont été identifiés.
Les risques d’émergence de maladies sont aussi amplifiés par la façon dont on  remplace les écosystèmes naturels. Afin de nourrir et d’élever des bêtes destinées à l’abattage, l’homme a rasé une surface équivalant à celle du continent africain. Des centaines de millions de bêtes sont entassées les unes sur les autres en attendant d’être conduites à l’abattoir ! Voilà des conditions idéales pour que les microbes se muent en agents pathogènes mortels. 
Par exemple, les virus de la grippe aviaire, hébergés par le gibier d’eau, font des ravages dans les fermes remplies de poulets en captivité, où ils mutent et deviennent plus virulents. L’une de leurs souches, le H5N1, est transmissible à l’homme et tue plus de la moitié des individus infectés. 
Enfin, les montagnes de déjections produites par ce bétail offrent aux microbes d’origine animale d’autres occasions d’infecter les populations. Comme il y a infiniment plus de déchets que ne peuvent en absorber les terres agricoles sous forme d’engrais, ils finissent souvent par être stockés dans des fosses non étanches — un havre rêvé pour la bactérie Escherichia coli.  Chez les humains, E. coli provoque des diarrhées sanglantes, de la fièvre, et peut entraîner des insuffisances rénales aiguës. Et comme il n’est pas rare que les déjections animales se déversent dans notre eau potable et nos aliments, de nombreux humains sont contaminés chaque année.
Bien que ce phénomène de mutation des microbes animaux en agents pathogènes humains s’accélère, il n’est pas nouveau. Son apparition date de la révolution néolithique, quand l’être humain a commencé à détruire les habitats sauvages pour étendre les terres cultivées et à domestiquer les animaux pour en faire des bêtes de somme. En échange, les animaux nous ont offert quelques cadeaux empoisonnés : nous devons la rougeole et la tuberculose aux vaches, la coqueluche aux cochons, la grippe aux canards.
L’expansion coloniale européenne, au delà des désastres humains, a joué un rôle aussi dans l’émergence de nouveaux fléaux. 
Au Congo, les voies ferrées et les villes construites par les colons belges ont permis à un lentivirus hébergé par les macaques de la région de parfaire son adaptation au corps humain. Au Bengale, les Britanniques ont empiété sur l’immense zone humide des Sundarbans pour développer la riziculture. En faisant cela, ils ont exposé les habitants aux bactéries aquatiques présentes dans ces eaux saumâtres. Les pandémies causées par ces intrusions coloniales restent d’actualité. 
Le lentivirus du macaque est devenu le VIH. 
La bactérie aquatique des Sundarbans, c’est le choléra. Et le choléra a déjà provoqué sept pandémies à ce jour, l’épidémie la plus récente étant survenue en Haïti.
Enfin, un autre exemple des nouvelles conditions écologiques que nous avons créées et qui sont propices aux épidémie. Cet exemple est celui des vautours en Inde qui pendant longtemps ont joué un rôle majeur d’équarisseurs naturels en débarrassant le pays des carcasses mais aussi des micro-organismes grâce à l’acidité de leur appareil digestif capable de détruire les virus et les bactéries. Malheureusement à partir des années 90, les populations de vautours ont commencé à chuter. Les scientifiques ont découvert que l’augmentation de la mortalité des vautours était liée à un anti-inflammatoire donné au bétail. En mangeant les carcasses contenant cet anti-inflammatoire, les vautours n’ont plus été en capacité de détruire les virus, et donc ont commencé à mourir infectés par les virus ingérés. Les points d’eau ont alors été contaminés par les carcasses en train de pourrir auparavant mangées par les vautours. La place laissée vacante a alors été occupée par les chiens errants et les rats qui sont porteurs de maladies comme la rage.  Aujourd’hui, en Inde, des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année de la rage. 
Nous pouvons aussi faire beaucoup pour réduire les risques d’émergence de ces microbes. Nous pouvons déjà protéger les habitats sauvages pour faire en sorte que les animaux gardent leurs microbes au lieu de nous les transmettre, comme s’y efforce notamment le mouvement One Health.
Nous pouvons aussi mettre en place une surveillance étroite des milieux dans lesquels les microbes des animaux sont le plus susceptibles de se muer en agents pathogènes humains, en tentant d’éliminer ceux qui montrent des velléités d’adaptation à notre organisme avant qu’ils ne déclenchent des épidémies. C’est précisément ce à quoi s’attellent depuis dix ans les chercheurs du programme Predict, financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid). Ce programme a déjà identifié plus de neuf cents nouveaux virus liés à l’extension de l’empreinte humaine sur la planète, parmi lesquels des souches jusqu’alors inconnues de coronavirus comparables à celui du SRAS.
Or, en octobre 2019, l’administration Trump a décidé de mettre un terme au programme Predict. Début février 2020, elle a annoncé sa volonté de réduire de 53 % sa contribution au budget de l’Organisation mondiale de la santé. En France, on a interrompu les programmes de recherche engagés sur le coronavirus. Dans Le Monde, le micro-biologiste Bruno Canard, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des coronavirus, pointait aussi fin février l’effet désastreux d’une recherche sans continuité.
Alors, bien sûr, « les émergences de virus sont inévitables, mais pas les épidémies ». 
Nous ne serons épargnés par ces dernières qu’à condition de mettre au moins autant de détermination à changer de politique que nous en avons mis à détruire la nature et la vie animale.
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Et avec les philosophes, le confinement n’est qu’un conditionnement contingent qui n’entrave pas la pensée. En effet Epictète proclamait « Sur le trône ou dans les fers, je suis libre ! ». Mais serons-nous capables de le supporter avec sérénité ?
Blaise Pascal, quant à lui, se penchant sur notre addiction au divertissement, nous disait que : « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre ». 
Donc tentons de transformer ces temps de confinement en un temps de réflexion sur nos besoins essentiels.
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 
Ayez soin de vous et de vos proches ! 

Sources et références 
https://reporterre.net/Le-coronavirus-fait-la-greve-generale 
https://lundi.am/Monologue-du-virus 
https://usbeketrica.com/article/confinement-peut-il-faire-exploser-internet
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/03/SHAH/61547 

Nowakowskismes 4.12. « Rage, rage against the dying of the light! »

Nous sommes le 5 mars 2020, aujourd’hui, en à peine plus de deux mois, la France aura émis tous les gaz à effet de serre qu’elle pourrait rejeter en une année si elle respectait l’objectif de neutralité carbone qu’elle s’est fixé pour 2050. Un objectif que le pays n’atteindra au rythme actuel des émissions qu’en… 2085 !
Ce soir les Nowakowskismes la rejoue version « Le jour où la Terre s’arrêta », ou « Premier contact » ou… peut-être « rencontres du 3ème type ». Ce soir, nous avons de la visite. Ce soir, notre invité débarque de son engin interplanétaire, et c’est sur Radio Campus Lorraine, ce jeudi 5 mars 2020, qu’il a choisi de venir délivrer son message à la Terre entière. Je lui passe donc la parole. 

Salutations humains citoyens et citoyennes de la Terre.
Accompagné d’un grand nombre de mes semblables, nous venons de loin, d’au-delà des limites accessibles par vos modestes outils d’observation. Nous avons localisé votre présence par le bruit que votre petite planète encore bleue fait dans les immensités de l’espace. Depuis maintenant presque 100 de vos années, votre petit point bleu s’agite et émet dans toutes les directions de l’espace des flux électromagnétiques véhicules de la vacuité de vos divertissements multimédias. Ces flux ininterrompus et toujours plus intenses et denses sont venus troublés les eaux calmes de nos espaces lointains. 
Alors mes semblables et moi comme nous l’avons déjà fait par le passé, nous avons décidé de passer à l’action. Et c’est pour cela que nous avons fait le voyage jusqu’à vous et vous l’avez compris nous ne venons pas en paix !
Avant d’entrer en contact avec vous, nous avons déjà passé un certain temps à vous observer. Nous avons déjà eu l’occasion de nous rencontrer. Certains humains, nous ont vus, d’autres ont eu quelques ennuis, mais comme nous le faisons à chaque fois, nous avons organisé la désinformation. Il ne nous a pas été difficile de faire passer pour des fous et des illuminés ces pauvres diables. 
Après avoir consulté le Conseil des Planètes Unies à qui nous avons transmis l’étude exhaustive de la Terre que nous avons faite, nous sommes arrivés à la conclusion que, malheureusement, vous ne répondez pas aux normes d’existence planétaire acceptable. De plus, aussi loin que nous pouvons remonter dans votre histoire, vous n’avez jamais cessé de vous entredéchirer en guerres endémiques toujours plus meurtrières, vous n’avez fait qu’accentuer les inégalités socio-économiques, et vous n’avez fait qu’installer la domination et l’appropriation des richesses par une minorité et tout cela au détriment de la vie, de toute la vie sur cette belle planète ! 
Nous avons donc décidé d’éliminer votre civilisation, de rendre cette planète à la vie non humaine et d’en profiter aussi pour prélever quelques ressources qui pourront bénéficier à des civilisations autres qui en ont besoin. Il ne nous restait plus qu’à déterminer la meilleure façon de nous débarrasser de vous. Bien sûr, nous pourrions faire cela rapidement, et radicalement, mais nous préférons oeuvrer différemment. 
Le cas de votre espèce n’est pas nouveau dans l’histoire de cette partie de l’univers. Nous avons donc appris que le processus de destruction d’une espèce doit être une opération de précision. Il ne nous est pas concevable de simplement utiliser nos armes et de viser votre planète et de la détruire. Ce serait incompatible avec nos objectifs de la rendre à la vie et incompatible avec notre projet de redistribution d’une partie des ressources vers les civilisations qui en feront un meilleur usage. Et pour nous, l’usage des armes n’est pas la réponse. Nous avons d’ailleurs mis en place depuis très longtemps une charte galactique de non prolifération des armes de destruction massive. 
Tiens je découvre une part de la culture de votre civilisation que je n’avais pas identifiée dans toutes les observations que j’ai menées.
Alors comment comptions-nous procéder ? 
Une première méthode que nous avons déjà utilisée efficacement à plusieurs reprises sur d’autres planètes afin de faciliter l’extinction d’une espèce est la suivante. L’idée est simple. Il suffit de mettre au pouvoir d’un pays doté d’une technologie militaire de pointe, un imbécile impulsif. 
Sur des planètes comme la vôtre, où l’espèce qui s’est déclarée dominante est naturellement prédisposées à l’autodestruction tribale, placer un crétin déchaîné à proximité d’une grande réserve d’armes plus destructrices les unes que les autres est souvent le meilleur moyen d’assurer une destruction rapide et définitive. Je vous laisse imaginer notre surprise lorsque nous avons découvert le nombre d’individus de ce type que vous avez mis au pouvoir sur cette planète. De grands pays assurant le leadership politique dans une bonne partie de votre monde à des roitelets paranoïaques et sanguinaires jouant avec leurs jouets atomiques, en passant par des leaders se réclamant d’idéologies totalitaires, vous avez réussi à tout mettre en place par vous-même. Alors, en voyant cela, nous avons compris que nous devions adopter une approche bien moins conventionnelle si nous voulons nous débarrasser de votre espèce.
Notre conseil a donc repris les archives, et nous avons envisagé une autre méthode d’anéantissement planétaire qui a également bien fonctionné dans le passé. Cette méthode consiste à accélérer la crise climatique d’une planète. Nous avions tout un plan, nous avons les moyens technologiques qui nous permettent d’agir sur la température moyenne d’une planète et là quelques degrés d’augmentation suffisent pour lancer un processus de destruction irréversible. En effet, la quantité de glace sur Terre a été cruciale dans la création de la civilisation humaine il y a dix mille ans. Je vous rappelle que pendant les cent quatre-vingt-dix mille premières années où vos ancêtres commençaient à fouler en tout sens la planète, les humains se déplaçaient d’un endroit à l’autre pour trouver un climat tempéré, alors que la glace et les déserts changeaient et que les températures se déplaçaient dans des oscillations sauvages. Il y a un peu plus de 10 000 ans, le climat s’est stabilisé. Quand il s’est stabilisé, les beaux endroits sont restés agréables. Un climat stable a aidé les humains à cesser d’être nomades. Et c’est pourquoi les gens se sont installés, laissant du temps et de l’espace pour créer les premières civilisations de l’humanité. C’est un fait qui n’a été découvert par vos paléo-climatologues qu’à la fin du XXème siècle. De plus, vos scientifiques ont démontré que la glace est également la clé de la paix entre les civilisations. En termes physiques, le climat s’est stabilisé sur Terre parce qu’il y avait juste le bon pourcentage de glace sur la planète. La glace se reflète, de sorte que la lumière du soleil rebondit sur elle et ne surchauffe pas la Terre ou ses habitants. 
Pour nous, ce serait un jeu d’enfant que d’agir sur la température moyenne de la planète et de faire fondre vos glaciers et vos calottes polaires, provoquant une élévation du niveau de la mer et des événements météorologiques dévastateurs. Nous savons qu’au moins quatre-vingt pour cent de l’eau douce de votre planète est contenue dans la glace de l’Antarctique. Donc si l’Antarctique fondait complètement, les océans s’élèveraient d’au moins 60 mètres, je vous laisse imaginer les conséquences cataclysmiques d’une telle élévation. 
Or il s’avère que vous avez déjà fait fondre la plupart des glaciers et des calottes polaires par vous-même. Vous avez comme des grands agi de telle façon que la température moyenne de la planète sera telle que, d’ici peu de temps, bon nombre de zones seront inhabitables pour les humains. En fait, vous les humains avez fait seuls plus de dégâts que nous ne pourrions jamais le faire nous-mêmes. Donc, encore une fois, notre plan est, je me permets cette petite plaisanterie, tomber à l’eau.
Où en étais-je ? Oui notre plan de réchauffement climatique a finalement été abandonné, vous faites cela mieux et plus efficacement que nous. 
Toujours après consulté notre conseil, nous avons envisagé un autre plan. Nous avons utilisé une arme redoutable et imparable, que nous n’avons employé que très rarement, et dans un passé lointain. Cette arme consiste à agir sur la santé des populations. Elle consiste tout simplement à intervenir sur les prix des médicaments de l’ordonnance de base, de restreindre à une petite partie de la population l’accès à certains traitements, d’influencer les politiques de santé publique afin de dégrader et de privatiser les services hospitaliers et de faire disparaître la gratuité des soins et des médicaments. Nous savons que de telles mesures entrainera lentement mais sûrement la mort d’une majorité de votre civilisation, entrainera des révoltes et des montées incontrôlable de la violence. Mais là aussi, vous nous avez battus. 
En fait, et plus nous avons appris à vous connaître et plus nous vous conseillons d’envisager d’aller détruire d’autres planètes vu le travail remarquable que vous avez fait en détruisant la vôtre. D’ailleurs aller exploiter des ressources sur d’autres continents, détruire des civilisations, coloniser vous savez ce que c’est, vous l’avez fait, et le faites encore.
Mais nous sommes persévérants et nous sommes persuadés qu’il doit y avoir un moyen à mettre en oeuvre que vous n’avez pas encore utilisé sur Terre. Un de nos contacts sur une autre planète nous a suggéré de perturber votre chaîne alimentaire en éliminant la plupart de votre faune afin de faire s’effondrer votre réseau complexe d’écosystèmes nécessaire à la vie et qui a nécessité plusieurs milliards d’années d’évolution. 
Or vous qu’avez-vous fait ?  Aujourd’hui sur cette planète, plus d’1 million d’espèces vivantes sont menacées d’extinction. Pas moins de 75 % de la surface des terres est sérieusement endommagé. 66% des océans sont de plus en plus affectés par les effets cumulés des dégradations multiples. 85 % des zones humides ont disparu. Entre 2010 et 2015, 32 millions d’hectares de forêts primaires ont été détruits. Pas moins de 40 % de l’environnement marin a  été gravement endommagé, tout comme les trois-quarts des surfaces agricoles et la moitié des cours d’eau terrestres. 80 % des insectes d’Europe avaient disparu en l’espace de 30 ans ce qui mène à l’extinction de 400 millions d’oiseaux mais aussi à l’extinction d’autres prédateurs d’insectes comme les hérissons, les lézards et les amphibiens. Vous les humains êtes la cause de la sixième extinction de masse à cause de la surexploitation des ressources, de la dégradation des habitats, des pollutions diverses, de la prolifération des espèces invasives et du dérèglement climatique. Et tout cela, vous l’avez fait sans notre aide ! 
L’ultime piège diabolique auquel nous avons pensé, piège que nous avons déployé rarement est d’introduire subrepticement les technologies de l’intelligence artificielle à tous les niveaux de la société. 
Ces technologies ont amené les habitants de la planète à dépendre des machines dans chaque instant de leur vie. Elles ont permis le déploiements de drones de surveillance, des systèmes de plus en plus performants de captations des données personnelles et de géolocalisation, des systèmes de recommandation, de surveillances, … et sur ces planètes, poussés par cette quête sans issue de la toute puissance, les civilisations ont développé des machines qui ont gagné en puissance et en autonomie, qui ont consommé de plus en plus d’énergie et d’eau, qui ont demandé de plus en plus de matières premières et qui ont rejeté de plus en plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère jusqu’à empoisonner définitivement toute la planète rendant toute vie impossible. 
Qu’avez-vous en permanence entre vos mains à chaque heure du jour et de la nuit ? Qu’avons-nous trouvé ici ? Rien d’autre que la stratégie que nous avons employée pour enclencher l’autodestruction d’une civilisation. 
Mais que vous arrive-t-il ? Peut-être êtes-vous plus intelligents et plus machiavéliques que nous le supposons et que votre tactique face à nous est d’anticiper ce que nous pourrions faire afin que nous vous laissions tranquilles ? Peut-être êtes-vous tout simplement stupides et irresponsables ? Et que dans ce petit coin de la galaxie, vous avancez vers votre fin prochaine, et que très bientôt, cette partie de l’espace retrouvera son calme. Peut-être vous mettez en situation de frôler la destruction afin de  nous renvoyer chez nous et dès que nous serons partis, réparer rapidement votre planète ? 
Cela dit, ce scénario n’est évidemment pas une option puisque vous ne prenez aucune des mesures qui vous permettraient d’inverser les processus déjà engagés. 
À quel genre de jeu jouez-vous, humains ? 
Citoyens et citoyennes de cette Terre, comment pouvez-vous être à la fois capables de réaliser les rêves plus beaux, d’être artistes et créateurs, et d’être capables de rendre réels les pires cauchemars ? Citoyens et citoyennes de cette Terre, « je pars bientôt, vous m’excuserez si mes paroles sont brutales et retrouve de la gravité. L’univers est plus petit chaque jour, et ce que vous représentez et comment vous agissez n’est plus acceptable. Il ne s’agit pas de renoncer à la liberté mais de renoncer à agir avec irresponsabilité. Vos ancêtres, il y a bien longtemps avaient compris qu’il est nécessaire de vivre en harmonie avec le vivant. Sur les autres planètes, nous avons respecté ce principe depuis longtemps.
Nous avons une organisation qui veille à la protection des planètes et qui vise la disparition totale des agressions envers le vivant. Une autorité aussi haute repose bien sûr sur une vigilance mutuelle de tous les instants. Pour cela, nous parcourons l’univers dans des vaisseaux tels que celui avec lequel je suis arrivé. Nous sommes chargés de veiller sur le vivant dans son ensemble, parce que, dans toutes nos errances dans l’univers, nous n’avons rien trouvé de plus beau que la vie. 
Nous avons les pleins pouvoirs. Si nous détectons ce que nous avons détecté ici sur Terre, nous venons évaluer la situation, nous prenons contact et si rien ne change nous avons le pouvoir d’agir.
Terriens, terriennes, je suis venu vous donner ces informations. La façon dont vous dirigez votre planète ne nous regarde pas. Mais si vous continuez à menacer le vivant, la diversité afin de satisfaire vos petits appétits, votre civilisation sera réduite à un tas de cendres. Votre choix est simple : joignez-vous à nous et vivez en paix ou continuez sur votre voie et exposez-vous à la destruction.
Nous attendrons votre réponse. La décision vous appartient. Dans tous les cas, adieu terriens et terriennes ! »
« Rage, rage against the dying of the light! » peut-être le dernier titre des Nowakowskismes.  Ils sont terminés pour ce soir, et j’espère que dans 2 semaines, nous pourrons encore les diffuser. Tous les enregistrements depuis toutes ces années seront disponibles même si notre civilisation disparaît, et qui sait peut-être qu’un visiteur les retrouvera sur le site web de Radiocampus lorraine ou sur un blog oublié nowakowski.hypotheses.org s’ils résistent au temps. 

Sources et inspirations 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-02-mars-2020 
Le Jour où la Terre s’arrêta (The Day the Earth Stood Still), film américain réalisé par Robert Wise, sorti en 1951, la fin du texte est librement inspirée du message que Klaatu adresse aux scientifiques rassemblés devant sa soucoupe volante le message qu’il était venu délivrer et avant de décoller.
Premier contact, film de science-fiction américain réalisé par Denis Villeneuve, sorti en 2016
Rencontres du troisième type (Close Encounters of the Third Kind), film de science-fiction américain écrit et réalisé par Steven Spielberg, sorti en 1977
Les talents de Xanadu, Theodore Sturgeon
Titre de ces Nowakowskismes tiré du poème intitulé « Do not go gentle into that good night » de Dylan Thomas (https://poets.org/poem/do-not-go-gentle-good-night ) et qui est cité dans le film Interstellar de Christopher Nolan sorti en 2014.  
https://www.newyorker.com/news/dispatch/antarcticas-ice-the-one-war-that-the-human-species-cant-lose https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/04/jour-du-dereglement-a-compter-du-jeudi-5-mars-la-france-a-une-dette-climatique_6031769_3244.html