Nowakowskismes 4.11. « Nous étions en 2050 »

les Nowakowskismes s’installent en 2050 Alors imaginons-nous en 2050, nous sommes quelques-uns à écouter les Nowakowskismes, et ils nous parlent du monde dans lequel nous tentons de survivre. Nous sommes réunis, le monde autour de nous n’est plus que chaos. 

Nous sommes en 2050. 
Après les réductions d’émissions de gaz à effet de serre enregistrées en 2015, aucun effort supplémentaire n’a plus jamais été fait pour en contrôler les émissions. En 2050, nous le savons, nous nous dirigeons vers un monde qui, en 2100, sera 3°C plus chaud. 
Nous sommes en 2050. 
La première chose qui nous frappe, c’est l’air que nous respirons de plus en plus péniblement. Dans de plus en plus d’endroits du monde, l’air que nous respirons est chaud, lourd et, selon les jours et la météo, surchargé de pollution aux particules. Nous avons en permanence les yeux qui pleurent. Nous sommes sujet à des problèmes pulmonaires qui font que les toux qui nous affectent tout au long de la journée, semblent ne jamais se calmer. Nous nous souvenons de ces pays d’Asie, où, par considération, les malades portaient des masques blancs pour protéger les autres contre les infections aériennes. Aujourd’hui, dans tous les pays, nous ne quittons pas notre masque qui nous protège partiellement de la pollution de l’air. Nous ne pouvons plus sortir sur le pas de notre porte d’entrée et respirer de l’air frais tout simplement parce qu’il n’y a plus d’air frais et pur. Au lieu de cela, avant d’ouvrir nos portes ou nos fenêtres le matin, nous vérifions notre téléphone pour voir quelle sera la qualité de l’air.
Nous sommes en 2050. 
De moins en moins de personnes travaillent à l’extérieur. Et même à l’intérieur, l’air que nous respirons laisse un goût légèrement acide en bouche, jusqu’à nous donner parfois la nausée. Les dernières centrales à charbon ont fermé il y a 10 ans, mais la qualité de l’air dans le monde ne s’est pas pour autant améliorée ! Nous respirons toujours un air surchargé des gaz d’échappement mortels crachés par les milliards de voitures et d’autobus qui ont continué à envahir la surface de la Terre. 
Nous sommes en 2050. 
Ce que nous avons appelé « Notre monde » va se réchauffer encore plus. Les prévisions pour les deux prochaines décennies nous indiquent que les températures dans certaines régions du globe vont augmenter encore plus vite, dans un emballement irréversible et désormais totalement incontrôlable. Les océans, les forêts, les plantes, les arbres et le sol ont absorbé pendant des milliers d’années la moitié du dioxyde de carbone que nous avons rejeté. 
Nous sommes en 2050, et il ne reste que peu de forêts, la plupart sont sur-exploitées ou ont été ravagées par les méga-feux  de forêt qui se sont multipliés. A cela s’ajoute la fonte du pergélisol qui rejette encore plus de gaz à effet de serre dans une atmosphère déjà saturée. 
La chaleur croissante de la Terre nous étouffe. D’ici 5 à 10 ans, nous savons que de vastes étendues de la planète vont devenir inhospitalières pour les humains. Et le pire est que nous ne savons toujours pas à quel point les régions arides d’Australie, d’Afrique du Sud, d’Inde et de l’ouest des États-Unis seront invivables pour les humains, d’ici 2100. Personne ne sait ce que l’avenir réserve à nos enfants et petits-enfants. Nous avons franchi tous les points de basculement l’un après l’autre, ce qui nous amène à douter sérieusement de la survie de l’humanité et de notre civilisation dans un futur proche. 
Nous sommes en 2050.
Et certains prédisent qu’à court terme les humains vont à nouveau se disperser, se rassembler en petites tribus pour survivre, recroquevillés sur eux-mêmes et vivant sur les dernières parcelles de terre encore capables de les accueillir.  
Nous sommes en 2050. 
L’augmentation du taux d’humidité dans l’air et les températures de plus en plus élevées à la surface des océans ont provoqué une multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, comme les ouragans dévastateurs et les tempêtes tropicales. De plus en plus fréquemment, les événements climatiques extrêmes ont provoqué dans des villes côtières du Bangladesh, du Mexique, des États-Unis et d’Europe des destructions massives et irréversibles des infrastructures en particulier à cause des inondations qui ont suivi. Ces événements ont tué et tueront encore des milliers de personnes et font que des millions d’êtres humains doivent être déplacés, accroissant de jour en jour le flux des réfugiés climatiques. 
La fréquence et la puissance de ces événements climatiques augmentant, chaque jour, en raison de la montée des niveaux d’eau, une partie du monde doit évacuer vers des terres situées à niveaux plus élevés. Chaque jour, les informations nous montrent à nous qui sommes encore que partiellement atteints, des images de mères avec leurs bébés attachés sur leur dos, errant et pataugeant dans des eaux en crue, au milieu de  maisons déchirées par les flots combinés des océans déchainés et les flots des rivières gonflées des précipitations diluviennes.  
Nous sommes en 2050.
Les informations qui nous parviennent décrivent la situation catastrophique de personnes qui vivent dans des maisons avec en permanence de l’eau jusqu’aux chevilles parce qu’elles n’ont nulle part où aller, leurs enfants développant des pathologies respiratoires et dermatologiques dues à la moisissure qui envahit leurs lits et chaque recoin de leur habitat insalubre. A cause de la multiplication des événements climatiques extrêmes, la plupart des compagnies d’assurance ont fait faillite, laissant des millions de survivants sans ressources pour reconstruire leur maison ailleurs, un peu plus loin. 
Nous sommes en 2050. 
Comme le montre la théorie des catastrophes, ces événements se multiplient, surviennent simultanément et ont un effet amplificateur des désastres. Aux destructions s’ajoutent les difficultés d’approvisionnement et d’acheminement des secours. Nous sommes en 2050 et ça peut prendre des semaines, voire des mois, pour que la nourriture de base et les secours atteignent les zones dévastées. L’approvisionnement en eau potable n’est plus assuré, les destructions dues au sel de mer et le ruissellement agricole sont à la fois des conséquences et des causes de maux à venir.  Nous sommes en 2050 et des maladies telles que le paludisme, la dengue, le choléra, les maladies respiratoires associées à la malnutrition affectent la plus grande partie de l’humanité.
Lâches, nous essayons d’oublier le fait que 2 milliards d’humains vivent dans les régions les plus chaudes du monde. Que dans ces régions qui s’étendent inexorablement, les températures atteignent, sur des durées dépassant 45 jours par an, les 60 ° C. À cette température, un humain ne peut pas rester plus de 6 heures sous peine de ne plus être en capacité de refroidir son corps, et donc d’être voué à une mort assurée. En conséquence, des régions comme l’Inde centrale deviennent de plus en plus difficiles à habiter. Nous assistons à des migrations massives. Les zones rurales moins chaudes sont assaillies par de plus en plus de réfugiés provoquant des troubles civils graves, des massacres, et le repli sur soi des communautés humaines. Les guerres pour l’accès à l’eau font des ravages ajoutant ainsi aux effets du dérèglement climatiques son lot croissant de victimes. 
Nous sommes en 2050.
Les grandes famines ont à nouveau envahi la Terre. Les zones climatiques ayant changé, ce sont maintenant les régions du nord comme l’Alaska et plus généralement l’Arctique qui sont les nouvelles régions agricoles du Monde. Le Mexique et la Californie se sont enfoncés dans une sécheresse toujours plus destructrice. Pour beaucoup d’autres régions du monde, il faut faire face à des instabilités dues aux chaleurs extrêmes, auxquelles s’ajoutent les effets des inondations, des incendies de forêt et des tornades. La production alimentaire varie énormément d’un mois à l’autre, d’une saison à l’autre, selon l’endroit où nous vivons. Et surtout, l’approvisionnement alimentaire en général est devenu très imprévisible. Le commerce mondial a ralenti, les pays cherchant surtout à conserver leurs propres ressources.
Nous sommes en 2050 et la règle du chacun pour soi est de mise. Les pays disposant de suffisamment de nourriture rationnent. Les émeutes alimentaires, les coups d’État et les guerres civiles jettent les populations plus vulnérables sur les routes. Comme chaque fois, les pays encore épargnés cherchent à fermer leurs frontières afin d’empêcher les migrations massives. La plupart des armées des pays ne sont plus que des patrouilles frontalières hautement militarisées. Des essaims de drones patrouillent 24h sur 24, traquant infatigables ceux qui tenteraient de traverser. Certains pays ont même mis en place un système d’immigration choisie mais qui ressemblent à s’y méprendre à de la mise en esclavage organisée des plus faibles. C’est à prendre ou à laisser ! 
Nous sommes en 2050. 
Les humains qui vivent dans des pays encore stables et relativement épargnés peuvent encore se considérer physiquement en sécurité mais les effets dévastateurs au niveau psychologique se font de plus en plus sentir. Impuissance, désespoir, perte du sens de la vie,…. À chaque fois qu’un nouveau point de basculement a été franchi, l’espoir a diminué. Nous sommes en 2050, et nous savons qu’il n’y a plus aucune chance d’arrêter le réchauffement galopant de la planète et il ne fait presque plus aucun doute que nous nous dirigeons lentement mais sûrement et de plus en plus rapidement vers ce que les années 2020 avaient appelé l’effondrement. 
Effondrement ! Magie des mots qui veulent dire sans dire ! Ou comment exprimer l’inexprimable ! Nommer l’innommable ! Ou simplement comment habiller la réalité pour qu’elle soit digeste, qu’elle fasse polémique, ravage les pensées, et que la bonne conscience se substitue à l’action ! 
Nous sommes en 2050. 
En plus de sa contribution à l’intensification des émissions de gaz à effet de serre, la fonte du pergélisol a également libéré d’anciens microbes auxquels les humains d’aujourd’hui n’ont jamais été exposés et, par conséquent, n’y ont développé aucune résistance. A cela s’ajoutent les maladies propagées par les moustiques et les tiques. Jusqu’il y a 20 ans, ces maladies qu’elles véhiculent ne concernaient que certaines régions de la Terre mais aujourd’hui, en 2050, profitant du changement climatique, les moustiques ont migré et ont envahi les régions auparavant sûres de la planète, condamnant de plus en plus d’humains à la malaria et au paludisme. Il s’agit de survivre face aux déchaînement de la nature et de lutter contre des ennemis presque invisibles. Enfin, et encore une fois les catastrophes n’allant jamais seules, nous vivons un problème majeur de santé publique due à la résistance aux antibiotiques. Nous avons tellement usé de ces produits qu’ils ont fini par ne plus être efficaces. Nous avons tellement densifié les zones habitables qu’elles sont devenues des zones d’émergences d’épidémies meurtrières et difficilement contrôlables ! Souvenons-nous de l’épidémie de coronavirus, le Covid19. 
Nous sommes en 2050. 
La question de la disparition proche de l’espèce humaine est de plus en plus débattue. Pour beaucoup d’entre nous, la seule incertitude qui subsiste est combien de temps nous reste-t-il ? Quelle sera la dernière génération d’humains à fouler cette Terre ? Nous assistons à une augmentation sans précédent du nombre de suicides comme manifestation évidente du désespoir qui s’est emparé de nous. Au désespoir s’ajoutent ce sentiment de perte irrémédiable, cette culpabilité et cette impuissance insupportables et ce ressentiment féroce et stérile envers les générations précédentes qui n’ont pas fait ce qui était nécessaire pour nous détourner de l’abime.
Nous sommes en 2050 et la voix des Nowakowskismes nous rappelle Kafka qui disait il n’y a pas si longtemps : « Là c’était un espoir infini mais pas pour nous ». Ces quelques mots écrits par un écrivain dont les personnages s’efforcent d’atteindre des objectifs apparemment accessibles et qui, de façon tragique ou amusante, ne parviennent jamais à s’en approcher. 

Nous avions tout ce qu’il fallait, et … nous avons tout gâché. 

Nous sommes en 2050 et, en 20 ans, 3 milliards d’êtres humains sont morts. 

Nous sommes en 2050, j’ai éteint mon petit transistor, il faut que je l’économise.  Les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que dans 2 semaines, je pourrai encore les écouter. J’espère que dans deux semaines, cette voix viendra encore me parler. J’ai gardé avec moi tous les enregistrements depuis toutes ces années, ils sont encore disponibles sur le site web de Radiocampus lorraine pour ceux qui peuvent toujours y accéder, ou sur un blog presqu’oublié nowakowski.hypotheses.org. 

Nowakowskismes 4.10. « Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce… »

de https://www.nttdocomo.co.jp/english/binary/pdf/corporate/technology/whitepaper_6g/DOCOMO_6G_White_PaperEN_20200124.pdf

Ce soir les Nowakowskismes tiennent leur titre du poème de Richard Brautigan. Richard Brautigan né en 1935 et mort en 1984 était un écrivain et poète américain, proche de la Beat Génération et de la contre-culture américaine.  

« Il me plait d’imaginer 
(et ça doit arriver)
Une écologie cybernétique
Où libérés de nos labeurs
Et retournés à la nature
Auprès de nos frères et soeurs 
Mammifères 
Nous sommes tous surveillés 
Par des machines d’amour et de grâce ».

Ce soir, « tous surveillés par des machines d’amour et de grâce », les Nowakowskismes vont partir du rêve d’un poème pour explorer le cauchemar d’un monde cybernétique qui s’installe sans que nous ayons vraiment conscience. Je rappelle que la cybernétique est la science des systèmes complexes élaborée au milieu du XXième siècle par un mathématicien génial Norbert Wiener. La cybernétique vise à ordonner la vie entre l’homme et la machine. Enfin et pour information, cybernétique vient du grec « κυβερνητική » qui signifie gouverner et gouvernail. 

Pour commencer notre exploration, j’emprunte un exemple bien réel au dernier livre d’Olivier Tesquet intitulé À la trace, livre que je vous recommande chaudement. 
Prenez un badge… tout ce qu’il y a de plus banal aujourd’hui. Ce badge va évidemment servir à entrer dans un bâtiment, à entrer sur un parking, à accéder à l’ascenseur, … au restaurant de l’entreprise, aux transports, … Un badge, vous allez l’égarer aussi. 
Maintenant passez autour du cou le cordon du badge que la start-up Humanyze va vous proposer. Humanyze a d’abord été fondée sous le nom de Sociometric Solutions en 2010 à Boston. Son nom est un emprunt au psychiatre américain d’origine roumaine Jacob Levy Moreno qui a développé la sociométrie, la discipline qui cherche à étudier les relations interpersonnelles au sein d’un groupe afin de les cartographier en vue de réorganiser le travail. 
Donc Humanyze ainsi appelée depuis 2015 est un fournisseur de logiciels d’analyse des activités des personnes. Humanyze a été fondée par des étudiants en doctorat au MIT (Ben Waber, Daniel Olguin, Taemie Kim, Tuomas Jaanu) et leur professeur Alex Pentland. Sur la base de recherches menées au MIT Media Lab, la plateforme d’analyse des ressources humaines de Humanyze aide les entreprises à comprendre les données de communication de l’entreprise pour en découvrir des modèles décrivant la façon dont le travail est effectué. Cette plateforme d’analyse des ressources humaines de Humanyze porte le nom Humanyze Elements. Les professionnels des ressources humaines, des opérations et de l’immobilier d’entreprise utilisent donc Elements pour étudier en temps réel les données produites au sein d’un lieu de travail afin d’optimiser la prise de décisions en matière de santé organisationnelle, de stratégie du lieu de travail et d’optimisation des processus métier. Pour enrichir les modèles produits, Elements peut également agréger d’autres sources de données dont celles provenant de Microsoft Office Exchange, de Google Suite, de Skype et du Humanyze Badge. 
L’Humanyze Badge. Ce badge ressemble à s’y méprendre à n’importe quel autre moyen moderne d’entrer dans les locaux d’une université, d’un laboratoire, … ou d’une multinationale. Mais ce badge-ci est bien plus fort. Là où les autres se bornent à vous servir de clés, ou de moyen d’accéder à la photocopieuse, lui, en étant connecté va collecter tout un tas de données vous concernant. Le badge Humanyze permet ainsi de localiser les salariés dans l’entreprise, il est doté d’un micro pour enregistrer les intonations de la voix et il dispose d’un capteur de mouvements qui permet d’interpréter les postures sur le poste de travail. Pas question d’être vautré sur son bureau ! Pas question de faire des galipettes au bureau ! Il va ainsi, jour après jour, collecter jusqu’à 4 gigaoctets de données par personne et par jour ! 4 gigaoctets de données par personne et par jour (soit un DVD par personne et par jour, ou encore une bibliothèque complète par personne et par jour) ça en fait des données personnelles accumulées et traitées. Ces données seront alors récupérées sur Elements où elles seront analysées automatiquement afin d’élaborer des modèles de la performances des salariés afin de l’optimiser. 
Evidemment une telle collecte de données laisse craindre la mise en place d’un système de surveillance des faits et gestes de tous. Le patron, Ben Waber,  jure grands dieux que toutes les données sont cryptées, agrégées et anonymisées, qu’aucun contenu de communication n’est enregistré, qu’il n’y a pas d’informations personnelles identifiables ou d’informations confidentielles privées et qu’Humanyze est conforme au RGPD et au Bouclier de protection des données de l’ UE. 
Alors concrètement quelles sont les données collectées par ces badges ? Et bien, le badge saura si Alexandre du service de communication va discuter régulièrement avec Christelle du service informatique, et avec quelle périodicité. Il saura si Julie passe son temps à la cafétéria ou en salle de repos ou si Jules est au bord du burn-out simplement en analysant les intonations de sa voix. « Ce que cache mon langage, mon corps le dit. Mon corps est un enfant entêté, mon langage est un adulte très civilisé… » écrivait Roland Barthes.  
En tout 10000 salariés à travers le monde porteraient autour du cou le Humanyze Badge, de la NASA à Bank of America (allez voir tous les partenaires sur leur site web).
Par exemple, Bank of America a fait appel à Humanyze pour améliorer les performances et la productivité de certains centres d’appels. Ainsi grâce à l’analyse faite par Humanyze,  la banque a revu l’organisation des pauses en les synchronisant pour permettre aux employés d’avoir plus d’interactions. Ces changements auraient permis d’améliorer le rendement de 23%. 
Avec Humanyze tout est possible et surtout le caché devient visible et exploitable au service de la performance !
En fait, dans la Start-up nation, dans l’économie des services, un salarié efficace est un salarié choyé et surtout incité par des gratifications diverses à arriver tôt et à repartir tard. Et derrière cette façade du bien-être au travail, mantra de nos temps troublés, se cache la productivité forcenée ! Voilà le truc ! 

Encore quelques mots sur Humanyze. En fait, cette société est moins intéressée par les bavardages des salariés que par leurs gestes. Les gestes trahissent leur état d’esprit, leur humeur, leur état général, parce que les gestes révèlent les tréfonds. Si vous allez aux toilettes 3 fois par heure, c’est que vous êtes peut-être stressés, que vous avez éventuellement un problème de prostate, ou que vous allez vous cacher pour pleurer et donc il y a une action d’optimisation à proposer. Humanyze c’est le stade suprême de l’open space, parce qu’avec Humanyze, c’est optimiser les pauses et les interactions entre salariés afin de maximiser le rentabilité. Humanyze c’est comme l’écrit Matthew B Crawford dans « L’éloge du carburateur », garantir que la préoccupation principale du management soit toujours le maintien du consensus et la prévention des conflits. 
Pour l’instant, il ne s’agit pas de détecter les signes avant-coureur d’une grève mais d’optimiser les salariés dans leur environnement – des pions bien placés sur l’échiquier de l’entreprise. Une fois tout cela bien mis en place, et entré dans les habitudes, qu’est-ce qui empêchera les administrateurs de traquer le moindres début du commencement de ressentiment, de révolte, de malaise ? 
Mais ce système a quand même un point faible : un badge, peut être égaré, abandonné sur un bureau, ou simplement perdu. 
La réponse suivante est évidente. Si le badge est faillible, il peut être perdu et oublié, implanter une puce de la taille d’un grain de riz entre le pouce et l’index des salariés devient la solution. Une puce implantée dans la main pour fluidifier les opérations quotidiennes – une puce implantée dans la main pour restreindre l’accès à des documents confidentiels- une puce implantée dans la main au lieu de taper un mot de passe – une puce implantée dans la main pour acheter un café au distributeur automatique de l’étage ! 
Toujours plus loin mais pas si loin de nous ! Investir le corps pour mieux organiser le temps, optimiser, performer ! C’est déjà en place dans certaines entreprises.
Nous ne passerons pas en revue ce soir tous les domaines de cette surveillance par ces machines d’amour et de grâce, pour cela je vous renvoie encore une fois au livre d’Olivier Tesquet. Faisons juste quelques pas dans l’univers de la surveillance ordinaire.  
Depuis 2018, certains drones policiers américains peuvent pénétrer à l’intérieur des bâtiments. Depuis 2019, le Pentagone teste des ballons expérimentaux pour surveiller dans six états les faits et gestes des citoyens. De plus en plus d’universités américaines cherchent à surveiller les moindres faits et gestes de leurs étudiants, en accédant à leurs données de géolocalisation. 
D’après des révélations du Kansas City Star, tous les nouveaux étudiants de l’université du Missouri-Columbia n’ont ainsi « plus le choix » : ils doivent désormais installer sur leur smartphone l’application SpotterEDU, qui permet de vérifier leur présence dans une salle de classe grâce aux signaux Bluetooth.
Comme l’expliquait au Washington Post en décembre 2019 le fondateur de l’application, SpotterEDU est en train d’être testé dans près de 40 universités. Au total, 1,5 millions d’étudiants américains se seraient enregistrés au cours de l’année 2019. Dans certaines versions aujourd’hui abandonnées de l’application, le logiciel permettait bel et bien à ses utilisateurs de transmettre leurs coordonnées exactes de géolocalisation, même lorsqu’ils  « étaient de sortie en pleine nuit ».
Et ça fonctionne comment ? Les responsables des établissements transmettent à l’entreprise les horaires complets des cours de leurs étudiants. L’application envoie ensuite des mails automatiques aux professeurs ou aux membres de l’administration si un étudiant arrive avec plus de deux minutes de retard à un cours, ou s’il n’y est pas présent. Les simples « pauses » ou les départs anticipés, quelques minutes avant la fin du cours, sont aussi enregistrés. Une chronologie complète de l’activité de chaque étudiant est finalement reconstituée et mise à disposition des professeurs.
Et certains, comme toujours, sont enchantés par l’efficacité du dispositif. Ils déclarent à l’envi que « [leurs] étudiants veulent ces points [de présence] ». Ils assurent même que leur cours ont désormais 90 % de taux de présence, du jamais-vu. Les étudiants savent qu’ils sont surveillés, ils agissent donc en conséquence. Leur comportement change. 
En septembre 2019, le New York Times racontait aussi l’histoire d’un coach sportif à l’université de l’Alabama à Huntsville. Ce coach a recours à l’application FanMaker pour inciter les étudiants à rester plus longtemps dans les tribunes lors des matchs de football américain organisés sur son campus. Grâce aux données de géolocalisation, les plus assidus sont ainsi récompensés à travers un système de « points de fidélité », qui leur donnent accès à des réductions de prix pour des matchs de compétition. 
Enfin, SpotterEDU est loin d’être la seule application du secteur. Il y a évidemment de la concurrence et elle est rude !  SpotterEDU a notamment pour adversaire la start-up Degree Analytics, qui utilise le wifi pour surveiller les étudiants et qui est déjà en place dans 19 universités. D’ailleurs, une simple recherche sur les répertoires d’applications pour smartphones permet de se rendre compte à quel point les services du même genre se multiplient. 
L’exemple de l’application Alora – Attendance Tracker est significatif. Elle se présente comme une interface permettant de « suivre rapidement la présence et la participation aux cours, les événements, les réunions et les clubs sportifs » des membres de ces institutions et d’en tirer des « rapports complets » en utilisant la « position géographique » de chaque utilisateur.
Pour finir, et ce n’est pas un badge, ni une application. Fin 2018, nous avons assisté au lancement dans certaines écoles d’« uniformes connectés » permettant ainsi de suivre les déplacements et les activités des élèves. A la rentrée 2019, un lycée de Virginie a lancé une phase d’« expérimentation » d’une application traquant le moindre déplacement de ses élèves… y compris leurs pauses pour aller aux toilettes.

Pour finir, revenons pas loin de chez nous. Avec une start-up dont j’ai déjà parlé dans les Nowakowskismes intitulés « Soyez prêts pour un monde meilleur ». 
Dans le rayon, « Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce », c’est la start-up messine Two-I, spécialisée en détection d’émotions, qui décroche le pompon. Two-I a approché la mairie de Nice et a proposé de détecter les émotions des voyageurs dans les tramways de la ville. Two-I prétend détecter les émotions des voyageurs pour repérer des suspects potentiels avant qu’ils ne passent à l’acte (le projet est pour l’instant en suspens). 
Two-I a signé des contrats avec « le ministère du Bonheur » de Dubaï. Est-ce nécessaire de faire des commentaires !?
En France, Two-I a testé son dispositif dans le stade de football de Metz. Il a même été question de le tester dans un « quartier populaire » de Nancy, dans le cadre d’un partenariat avec l’office des HLM, afin d’évaluer le ressenti des habitants. Remarquons que ce sont toujours les stades et les quartiers qui servent de cobayes aux expérimentations sécuritaires avant un futur déploiement « pour tous ». J’ai d’ailleurs appris hier que ça y est, le déploiement de cette surveillance dans le stades allait être généralisée !
« Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce… » dans la safe city, la « ville sûre » bardée de capteurs et confiée à des ordinateurs, parce que, quand on a installé plusieurs milliers de caméras, et comme dans le cas d’Humanyze, la quantité de données générées ne peut être gérée sans les logiciels ad hoc. N’oublions pas que la plupart des caméras piétons des policiers français sont achetées à Hikvision, une entreprise chinoise Hikvision qui a mis au point une caméra capable d’identifier les Ouïghours (rappelons que es Ouïghours sont la cible d’une véritable épuration ethnique).
Qu’est-ce qui pourrait nous sauver ? Et bien l’art comme d’habitude ? 
Il y a en effet des choses intéressantes dans les arts numériques pour contourner la reconnaissance faciale. Adam Harvey, un artiste américain, travaille sur ces questions. Il a conçu des vêtements anti-drones et a lancé des maquillages pour lutter contre la reconnaissance faciale. Il n’y a pas besoin de disparaître mais d’apparaître autrement. Les maquillages servent à déséquilibrer le visage car la reconnaissance faciale a besoin d’une espèce de symétrie parfaite. Il applique finalement les techniques de camouflage du visage bien connues des militaires. 
Ce qui est terrible d’ailleurs, c’est la standardisation par les machines d’une forme de perfection inhumaine. Regardez la tête qu’on vous demande de faire pour que la photo d’identité de votre passeport soit valide et acceptée par les systèmes automatiques de reconnaissance !  Les yeux grands ouverts, pas de grimace (le rire ou le sourire sont des grimaces) parce que les lèvres doivent être parfaitement alignés, pas de cheveux qui dépassent, pas d’imperfection sur la peau, … Une tête de masque mortuaire !
Donc, pour tromper les systèmes de reconnaissance, il faut se grimer, mettre un faux oeil, une fausse mèche de cheveux. À Hongkong, pour échapper à la « surveillance de ces machines d’amour et de grâce », les manifestants ont utilisé leurs cheveux. Lisez ou relisez William Gibson, le père du mouvement cyber punk, qui aborde également ce sujet dans son roman Histoire Zéro. 
Enfin, rappelons qu’il y a une nécessaire convergence des luttes entre les préoccupations environnementales et technologiques. 
Prenons l’exemple de la 5G ! Les précédents Nowakowskismes lui étaient consacrés. La 5G est non seulement un non-sens écologique parce qu’elle va générer une surconsommation terrible d’énergie. Elle est aussi un non sens pour la liberté parce qu’elle va permettre la mise en oeuvre massive de dispositifs de surveillance toujours plus invasifs vers l’automatisation de la vidéosurveillance et les objets connectés qu’on installe dans chaque instant de nos vie, avec le premier d’entre eux, le smartphone. 
En effet, toujours surveillés par des machines d’amour et grâce comme Facebook qui active en permanence notre géolocalisation en permanence. 
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce qui ne nous écoutent pas activement mais dont tout un tas d’applications filment ce qui se passe sur l’écran. 
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce parce qu’au final, reçoit-on une information parce que notre téléphone nous a écoutés ? Ou la reçoit-on parce qu’à force d’être mesuré en permanence et d’être ce cobaye sur lequel on a branché plein de capteurs, la machine finit par nous envoyer exactement ce qu’on attendait ?
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce d’un monde dans lequel on va jusqu’à coller des capteurs sur des vaches dans les exploitations agricoles ?
Comme l’a affirmé à plusieurs reprises Cornélius Castoriadis il y a 30 ans, dans ce monde, dans cette course, à aucun moment nous nous sommes posés et préoccupés de savoir ce qui est souhaitable ou pas pour la liberté, pour la démocratie, et pour le monde qui vient !  
Avant de nous quitter, juste une petite annonce importante. Aujourd’hui les enjeux environnementaux, sociétaux et sociaux liés au dérèglement climatique sont devenus une réelle priorité à aborder au cœur de nos territoires de manière collective. Face à l’urgence de la situation, les associations Banlieus’arts, ARAC (Adaptation & Résilience – Anticipation Citoyenne), Adrastia, en partenariat avec Metz Marche pour le climat, vous propose une grande conférence à l’Hôtel de Ville de Metz ayant pour but d’aborder ces questions à travers un prisme fondamental qui relie experts, citoyens et politiques afin de permettre au plus grand nombre de s’approprier les concepts régissant les mécanismes et le fonctionnement du monde dans lequel nous vivons et faire émerger des axes d’actions et de réflexions futures.
Venez nombreux à la conférence Urgence climatique & espoirs lucides le Samedi 8 février de 17h à 20h à l’Hôtel de ville de Metz

Sources
https://usbeketrica.com/article/les-universites-americaines-cherchent-a-geolocaliser-leurs-etudiants 
https://www.theverge.com/2020/1/28/21112456/spotteredu-degree-analytics-student-location-tracking-app-attendance
https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/07/23/un-lycee-accuse-de-vouloir-suivre-a-la-trace-ses-eleves-a-l-aide-de-porte-clefs-connectes_5335021_4408996.html

A la trace. Enquête sur les nouveaux territoires de la surveillance. Olivier Tesquet. Premier Parallèle. 2020
Eloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail. Matthew B. Crawford. La Découverte. 2009

https://metz.fr/agenda/fiche-26295.php https://www.streetpress.com/sujet/1579625191-reconnaissance-faciale-fichage-generalise-geolocalisation-surveillance-capitalisme-gafa https://www.humanyze.com
https://en.wikipedia.org/wiki/Humanyze