Nowakowskismes 4.9. « et 1, et 2, et 3, et 4, et … 5G… »

Selon Oxfam, en France sept milliardaires possèdent autant que les 30% les plus pauvres.
Les inégalités ne cessent de se creuser. C’est le constat que fait Oxfam le jour de la réunion royale de « Choose France », et à la veille du 50e Forum économique mondial, à Davos en Suisse (pour information Davos existe depuis 1971). 
L’ONG met à jour les dernières données sur les inégalités dans le monde. Et chaque année, les richesses se concentrent un peu plus. C’est encore le cas en 2019 : les 1% les plus riches de la planète possèdent désormais plus du double du reste de l’humanité, soit 92% de la population mondiale. Ou dit autrement 2153 personnes possèdent plus que 60% de l’humanité ! 
« Une minorité d’hommes blancs se taille la part du lion » résume OXFAM, et le rythme de réduction de la pauvreté est deux fois inférieur à celui de 2013. On assiste à des disparités de revenus en constante augmentation, et pire les gouvernements les favorisent. Le rapport rappelle que les premières victimes des inégalités sont les femmes et encore fois pour être concret : « 22 hommes les plus fortunés possèdent plus de richesses que l’ensemble de la population féminine d’Afrique ».
La France ne fait pas exception à cette tendance générale avec 41 milliardaires, quatre fois plus qu’après la crise financière de 2008. Sept milliardaires possèdent autant que les 30% les plus pauvres. Qui sont-ils ? Plus de la moitié ont hérité de leur fortune et seulement cinq sont des femmes. Quant à leur richesse cumulée, 329,9 milliards de dollars, c’est cinq fois plus qu’après 2008. 
Symbole de la prospérité des milliardaires français, Bernard Arnault, le patron du groupe de luxe LVMH est devenu l’homme le plus riche du monde le 16 décembre 2019, en l’espace de quelques heures, devançant Jeff Bezos, patron d’Amazon, et évinçant Bill Gates. Avec une fortune de 76 milliards de dollars, il est revenu en 4e position dans le dernier classement du magazine Forbes, publié le 27 décembre 2019.
Et parallèlement, les inégalités repartent à la hausse, en 2019. Selon l’INSEE, on compte en France 400 000 pauvres de plus. Des inégalités que la réforme des retraites, qui sera présentée le 24 janvier en conseil des ministres, va encore accentuer.

Ce soir les Nowakowskismes vont s’intéresser à l’arrière boutique du déploiement de la 5G. Compter jusqu’à 5, et entrer dans le détail des enjeux, des conflits et des risques pas toujours affichés de cette course à l’échalote économique et technologiques pour la domination du monde des télécommunications. Alors et 1, et 2 et 3 et 4 et … 

La 5G, on en parle, un peu, mais pas trop, elle est tapie dans l’ombre. Mais au fait qu’est ce la 5G ? Avec la 5G, on nous annonce une nouvelle révolution technologique, encore une qui va rendre plus belles nos vies, qui va permettre le jamais vu avant en matière de connectivité ! Et surtout attention les yeux, la 5G ne fait pas que succéder à la 4G, ce serait trop facile ! 
Tout d’abord, faisons un petit retour dans le temps. En 1980, la première génération de téléphones « mobiles » extrêmement chers, très lourds et encombrants, et finalement très peu mobiles, ne permettaient que de passer un coup de fil. Douze ans pus tard, la 2G va permettre d’envoyer des premiers messages textes. Pour les plus vieux, souvenez-vous, c’étaient des messages de tailles limitées et payants. Un peu à la manière d’un tweet, ils étaient limités à 160 caractères.  Puis arriva la 3G, les premiers smartphones, et l’accès facile et universel au réseau et ses services, web, mail, … Enfin, moyennant un nouveau smartphone plus cher, la 4G a permis de faire la même chose mais en un peu plus rapide. 
Avec la 5G, on change d’échelle. Tout va de 10 à 100 fois plus vite. Le rêve de l’instantanéité est enfin atteint. Avec la 5G, il n’y a plus de temps de latence, on clique et immédiatement, le contenu, quel qu’il soit, vidéo, son, images… est immédiatement disponible ! Le temps de latence désigne le délai de transit d’une donnée entre le moment où elle est envoyée et celui où elle est reçue. Celui-ci sera divisé par 10 par rapport à la 4G, avec un temps de réponse d’à peine une milliseconde. Cette réactivité est cruciale pour l’industrie, car des échanges constants et quasi-immédiats sont requis pour faire émerger des usages comme le transport autonome. La 5G avec 1000 fois plus de connexions possibles permettra d’éviter l’engorgement des réseaux à l’heure où tout devient connectable et que les capteurs connectés pullulent.
La 5G ne doit pas être vue comme une simple évolution de la 4G. C’est en réalité une technologie de rupture. Son employabilité promet d’être très étendue et pourra donc servir dans des secteurs variés.
Le réseau 5G a pour particularité d’être découpé en tranches auxquelles on affecte des priorités et des qualités. Ainsi, quand le réseau devient moins performant, il peut maintenir les tranches prioritaires à un niveau de qualité maximale et dégrade les autres. Et ces tranches prioritaires pourraient notamment être affectées à la police dans le cas d’une intervention d’urgence, ou à des communications de crise. Ce principe, appelé « network slicing », inquiète certains défenseurs de la neutralité du net. En 2016 déjà, la Quadrature du net dénonçait dans le 5G Manifesto, les opérateurs télécoms qui menaçaient de freiner les investissements dans la 5G si les régulateurs ne renonçaient pas aux règlementations européennes sur la neutralité du net ! 
Ainsi les villes, en permettant de renforcer les réseaux mobiles avec cette architecture de réseau facilitant le développement de technologies nécessitant de gérer de grandes quantités de data en temps réel, deviendront des « smart cities », peuplées d’objets connectés et intelligents en tous genres, ou la médecine aura cédé la place à la télémédecine et les opérations chirurgicales à distance, parcourues de voitures autonomes, drones et de robots dont la maintenance sera effectuée à distance, enrichies de réalité augmentée et de mondes immersifs. Et partout, de nouvelles opportunités pour plus de surveillance, d’intrusions dans la vie privée, … On nous promet que d’ici la fin de l’année, une dizaine de grandes villes françaises en seront équipées.  Et dans dix ans la France tout entière ! 
Et dans cette course morbide à la vitesse et à la croissance, il ne faut pas être à la traine. Les Etats unis, la Corée du Sud sont déjà partis, la France aurait un an de retard ! Et selon le PDG d’orange, la 5G est un enjeu majeur de compétitivité ! 
Le gouvernement a mis aux enchères une grande partie des blocs de hautes fréquences nécessaires à la 5G. Bouygues Telecom, Free, Orange, SFR se battent déjà pour en être. Et bien sûr, Huawei est en embuscade. L’état empochera ainsi 2 à 3 milliards d’euros.
Les conséquences visibles de ce déploiement, c’est 10 fois plus d’antennes qu’aujourd’hui. En effet, contrairement à la 4G, la 5G n’émet pas dans toutes les directions et exige des antennes tous les 100 mètres. La 5G va ainsi générer des coûts de réseau 3 fois plus élevés et bien sûr, pour y accéder il va falloir acheter un nouveau portable, plus cher encore ! 
Et bien sûr, parce que déployée partout sans évaluation sanitaire, ni débat démocratique, une des questions centrales tourne autour des impacts sanitaires potentiels d’un tel déploiement, d’une telle intensification des sources d’émissions d’ondes à hautes fréquences. C’est pourquoi plus de 3000 scientifiques, médecins et ONG du monde entier ont sonné l’alarme, et ont diffusé une pétition intitulée « 5Gappeal » et appellent à une journée de mobilisation le 25 janvier 2020. 
Enfin, « last but not least » comme disent les anglo-saxons, en plus des antennes au sol, la 5G s’appuiera sur une flotte de 20000 satellites placés en orbite terrestre basse et moyenne qui seront chargés d’inonder la Terre de faisceaux puissants, focalisés et orientables. Cette architecture aura pour conséquences une pollution accrue des orbites basses de la Terre et entrainera évidemment une surexposition massive, inévitable et involontaire aux rayonnements sans fil.
Bienvenue dans le monde merveilleux de la toute puissance communicationnelle !

Après ces quelques considérations techniques, intéressons-nous maintenant aux impacts énergétiques et économiques de ce déploiement irréfléchi de la 5G. Quelles sont les conséquences sur la consommation énergétique et quels sont les risques économiques ?
D’ailleurs savez-vous que le processus d’attribution des fréquences nécessaires aux réseaux 5G est lancé depuis plusieurs semaines ? Comme toujours, pour ce qui concerne les soi-disant innovations technologiques, leur déploiement doit aller de soi parce qu’il n’est pas concevable de se tenir à l’écart de la marche du progrès technique. Et ce déploiement est décidé, sans débat, presqu’en catimini, sur la seule base des conclusions d’experts affirmant qu’il s’agit là d’un enjeu stratégique et d’un projet industriel majeur. Regardez ce qui s’est passé pour le déploiement de la reconnaissance faciale. Si nous n’avions pas eu la CNIL, des associations et d’autres qui se sont mobilisés, le déploiement se serait fait de la même manière sans trop de bruit, comme une évidence ! Et donc pour la 5G c’est pareil ! 
Depuis presque la nuit des temps, la question que nous n’osons jamais affronter est toujours la même : «  Devons-nous faire tout ce que nous pouvons techniquement faire ? » Ne sommes-nous pas toujours des gamins excités devant leur nouveau jouet confondant ce qui est nouveau avec ce qui est utile, ce qui semble urgent avec ce qui est important, ce qui est destructeur avec ce qui est vital ? Du coup, est-il acceptable que la mise en place de la 5G ne s’accompagne en France d’aucune évaluation mettant en balance le supplément de service rendu avec les inconvénients environnementaux additionnels ?
Le déploiement de la 5G, nous venons de le voir, est synonyme d’une « prolifération numérique » sans égale. A ses effets négatifs sur le bien être personnel, à ses effets excluant dus à une accélération d’une dématérialisation irréfléchie des services publics, à ses effets destructeurs sur le bien vivre en commun, pouvons-nous accepter de laisser y rajouter sans même prendre le temps de savoir dans quoi nous nous lançons, des dégats économiques et écologiques irréversibles ? 
Tout d’abord, parlons d’énergie ; 65 % de la consommation énergétique directe d’un opérateur mobile vient du fonctionnement des équipements fournissant la couverture radio. Or, on sait aujourd’hui qu’un équipement 5G consomme trois fois plus qu’un équipement 4G. De plus, ajouter des équipements 5G aux sites existants dédiés aux 2G, 3G et 4G conduira à doubler la consommation. N’oublions pas qu’avec la 5G, il faudra trois fois plus de sites qu’avec la 4G pour assurer la même couverture comme souhaité par le gouvernement. Ce déploiement aura pour conséquence une consommation d’énergie des opérateurs mobiles qui sera multipliée par 2,5 à 3 dans les cinq ans à venir. En Chine, les résultats du déploiement de 80000 sites 5G en un an confirment cette surconsommation. Cette surconsommation représentera environ 10 TWh supplémentaires, soit une augmentation de 2 % de la consommation d’électricité du pays.
S’il y a un réseau 5G, il y aura des composants réseau, et des objets connectés. Il faudra donc rajouter l’énergie nécessaire à la fabrication de ces éléments constitutifs du réseau, et l’énergie nécessaire à la production des milliards de terminaux et d’objets connectés qui seront reliés via ce réseau, et dont le Consumer Electronics Show 2019 de Las Vegas, qui s’est terminé le 10 janvier, a fait à nouveau étalage indécent. Les calculs montrent que l’énergie nécessaire à la fabrication des terminaux, serveurs, et éléments de réseau représente trois fois l’énergie de fonctionnement des réseaux, hors data centers.
Alors que nous savons tous que l’augmentation de la durée d’utilisation des smartphones est indispensable pour réduire leur empreinte carbone, et la consommation des terres rares et les dégats écologiques qui en découlent, l’utilisation de la 5G accélérera leur remplacement, bien sûr pour le plus grand bonheur des fabricants d’équipements et le plus grand malheur de la planète.
Qu’attendons-nous pour réagir ? Qu’attendons-nous pour stopper cette course permanente qui va de pair avec une explosion de l’empreinte énergétique et de l’empreinte carbone de notre système de communication ? Que nous faut-il pour suspendre cette explosion d’objets connectés ?… Nous savons que  les économies d’énergie sont un défi à relever pour envisager la neutralité carbone.  
Ne sommes-nous pas aussi irresponsables que les climato-sceptiques quand nous ne nous donnons pas les moyens d’agir ? 

Continuons cette exploration dans la cinquième dimension. L’impact économique du déploiement de la 5G est lui aussi à discuter quand on détaille les coûts dus à l’achat des fréquences, à la multiplication d’équipements radio de plus en plus énergivores, au nécessaire redimensionnement de l’environnement électrique des sites, au passage en très haut débit du réseau « backhaul » (c’est le réseau qui relie le réseau principal aux réseaux secondaires). Selon une étude de McKinsey (The road to 5G : The inevitable growth of infrastructure cost de février 2018), complétée par les calculs de l’association d’opérateurs GSMA (5G-era Mobile Network Cost Evolution du 28 août 2019), tous ces investissements vont augmenter les coûts de réseau des opérateurs de 60 % à 300 % ! 
Est-ce que pour autant les prix des abonnements vont-ils augmenter selon le même ration ? Certainement pas, puisque les services offerts par la 5G seront les mêmes qu’avec la 4G. 
Comment faire payer la réduction des temps de chargement des contenus, ou comment facturer la garantie d’une qualité de service égale même dans les zones à forte densité d’accès ? 
Enfin un point non négligeable, avec le déploiement de la 5G, nous allons être confronter à de nouveaux risques ou quand ils ne sont pas nouveaux, une intensification de ces risques. Par exemple, en matière de cybersécurité, par la multiplication des points d’entrée qu’elle va favoriser, la 5G va conduire à une infrastructure à la fois plus décentralisée et plus « logicielle » pour laquelle les mesures de protection actuelles ne seront plus nécessairement adaptées. Un des exemples les plus flagrants concerne le géant chinois des télécommunication Huawei. L’ampleur de l’affaire Huawei traduit les craintes suscitées par la montée en puissance de la Chine en particulier sur le déploiement des composants réseaux de la 5G. Entre guerre commerciale, espionnage, transferts de technologies, pillage industriel,… ces problématiques rebattent les cartes de la géopolitique mondiale et dans la course à la suprématie mondiale en matière de communication. Huawei étend son influence dans 170 pays du monde dans les domaines des téléphones portables, du réseau 5G, des villes du futur, et de la vidéosurveillance intelligente. Mais en Europe comme aux Etats-Unis, ses liens supposés avec le Parti Communiste Chinois inquiètent. Du coup, en seulement un an, Huawei a perdu le droit d’utiliser les applications Google, se retrouve sur la liste noire de Washington, et voit sa directrice financière arrêtée à la demande des Américains. Comment l’entreprise qui a vendu plus de 200 millions de téléphones l’an dernier est-elle devenue la bête noire de Donald Trump et du monde occidental ? 

La réponse ne serait-elle pas dans cette question : comment les USA peuvent-ils accepter qu’un autre leur fasse ce qu’ils ont toujours fait en inondant le monde des logiciels et équipements qui constituent tous nos réseaux informatiques et de communication ? 

Nous n’en avons pas fini avec la 5G. Son impact négatif sur nos activités est lié aux interférences qu’elle va générer avec d’autres usages. Ainsi, la 5G par l’utilisation à trop forte puissance de fréquences dans la bande 26 GHz pourrait perturber gravement les satellites météorologiques, alors même qu’ils deviennent indispensables face à l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des évènements climatiques extrêmes. 
Enfin, pensez-vous que la 5G va permettre une réduction de la fracture numérique ? L’exemple des Pays Bas montre le contraire. En effet, la réalité de ce petit pays est que la couverture des zones les moins denses, regroupant 30 % de la population, représenterait 75 % des coûts du réseau. Et c’est précisément là que la 5G pourrait faire état des ses avantages en termes d’accès aux services dématérialisés, de la eSanté et tous les autres. La question qui se pose est la suivante : qui va payer ce déploiement ? Des entreprises privées ? Mais qui pourrait les obliger à financer des services publics ? 

Encore une fois, « devons-nous faire tout ce que nous pouvons techniquement faire » ? Si non, comment faire le tri ? Comment choisir ? Et au nom de quoi ? Et quand cesserons-nous cette course absurde au toujours plus ?
Avant toute chose, ne devrions-nous pas nous demander avant d’agir si nous avons réellement besoin de la 5G, si la vie sur la Terre a vraiment besoin des objets connectés, si cette surconsommation énergétique est raisonnable, si la voiture autonome va résoudre les problèmes posés les choix irresponsables en matière d’urbanisation, si la télémédecine c’est mieux qu’un médecin, … plutôt que de foncer tête baissée aux motifs que d’autres l’ont fait avant nous, que le choix aujourd’hui ne peut se résumer qu’à la compétitivité ou la mort. 
Alors pour justement réfléchir à tout cela, et en guise de conclusion, voici les mots prononcés par Greta Thunberg mardi 21 janvier 2020 devant les élites économique et politique de la planète rassemblées à Davos.  Elle a rappelé fermement qu’« en pratique, rien n’a été fait » pour le climat, même après plusieurs mois de mobilisation massive des jeunes dans le monde. Et aussi ces quelques chiffres : « Si on veut avoir 67 % de chances de limiter l’augmentation moyenne de la température globale de la Terre sous les 1,5 degrés, il nous restait, au 1er janvier 2018, 420 gigatonnes de CO2 à émettre. Evidemment, ce nombre est bien plus bas aujourd’hui, étant donné que nous émettons quelque 42 gigatonnes de CO2 chaque année. Avec les émissions actuelles, le budget CO2 qu’il nous reste sera épuisé d’ici huit ans ».
N’est-ce pas là une priorité bien plus urgente que la 5G ? 

Sources
Rapport Oxfam 2020, https://www.oxfamfrance.org/wp-content/uploads/2020/01/Rapport-Oxfam-Inegalites-2020-COMPLET.pdf 
https://www.5gspaceappeal.org 
https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/faut-il-faire-la-5g/

https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html 
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/01/09/5g-ne-sommes-nous-pas-en-train-de-confondre-ce-qui-est-nouveau-avec-ce-qui-est-utile-ce-qui-semble-urgent-avec-ce-qui-est-important_6025291_3232.html

5G Telecom Power Target Network Whitepaper, Huawei, septembre 2019
EU coordinated risk assessment of the cybersecurity of 5G networks, NIS Cooperation Group, octobre 2019
Assessing the capacity, coverage and cost of 5G infrastructure strategies : Analysis of the Netherlands, Edward Oughton, Zoraida Frias, Sietse van der Gaast, Rudolf van der Berg, janvier 2019
https://usbeketrica.com/article/avec-la-5g-des-risques-de-cyberattaques-plus-importants 
https://usbeketrica.com/article/securite-sante-vitesse-que-vaut-5g 
https://usbeketrica.com/article/5g-les-etats-unis-ont-peur-de-perdre-leur-preeminence-technologique 
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-mercredi-10-avril-2019 

Nowakowskismes 4.8. « Soleil vert »

Désolation par Samuel Nowakowski

Comme à chaque ouverture de ce nouvel espace-temps, pénétrons plus en profondeur dans notre environnement avec ce soir, quelques mots sur la pollution plastique 
18 tonnes de plastiques sont déversées dans la mer chaque minute !
10 tonnes de plastique sont produites chaque seconde dans le monde !
Seulement 1/4 des plastiques sont recyclés, le reste finit dans les océans !
En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan !
Nous ingérons chaque semaine l’équivalent d’une carte bleue de plastique !

Ce soir les Nowakowskismes empruntent leur titre au film Soleil vert, Soylent Green en VO. L’industrialisation de la planète amorcée au XIXème siècle et amplifiée durant le XXème siècle et le XXIème siècle, a conduit à la surpopulation et à la pollution mondiale. Les ressources naturelles sont maintenant épuisées. L’action du film se déroule à New York en 2022. La métropole est devenue une mégapole de 44 millions d’habitants. Il règne en permanence une température élevée, soit 33°C. L’eau est rare. La faune et la flore ont quasiment disparu. La nourriture issue de l’agriculture également. La plupart des habitants n’ont pas les moyens d’acheter des aliments naturels vendus à des prix exorbitants et accessibles qu’aux classes dominantes, sont réduits à manger des produits de synthèse, fournis par la multinationale Soylent Industries… 
Passons maintenant à notre présent 

Les êtres humains ont tué 83 % de tous les mammifères sauvages et éradiqué la moitié de toutes les plantes. La population de mammifères marins a diminué de 80 % au cours du dernier siècle.
Or les humains sont loin d’être seuls sur la planète ! En effet, les 7,6 milliards d’êtres humains qu’abrite la terre ne représentent que 0,01 % de la biomasse.
En comparaison, les bactéries comptent pour 13 % de la biomasse, les plantes pour 83 % et toutes les autres formes de vie réunies pour 5 %.
Mais malgré qu’il ne représente qu’une infime partie de la vie sur la planète, l’être humain est à l’origine de la destruction de la vie sur terre.
En plus d’être la cause de la disparition de 83 % de tous les mammifères sauvages et de la moitié de tous les végétaux, l’être humain ne fait pas qu’éliminer certaines espèces, il décide quelles espèces animales et quelles espèces végétales survivront pour satisfaire ses besoins immédiats.
Actuellement, 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages.
Ce déséquilibre important entre les populations d’animaux domestiques et sauvages s’explique par l’agriculture industrielle, l’extraction des ressources et l’expansion de la civilisation humaine, toutes ces activités qui accélèrent la destruction des écosystèmes.
Et ce déclin n’est pas près de ralentir. Une étude publiée la semaine dernière révèle que si, d’ici la fin du siècle, la température s’élève de 3,2 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle, l’aire de distribution des espèces animales sera réduite de près de la moitié.
Nous savons ce qu’il faut faire. Nous devons consommer moins de produits d’origine animale, prendre moins fréquemment l’avion, utiliser moins souvent notre voiture et avoir moins d’enfants. Peut-être sommes-nous faits pour ne pas accepter ce que nous savons pourtant vrai ? Chacun d’entre nous doit prendre sa propre décision, la somme de toutes ces décisions individuelles déterminera notre avenir commun. 
Pour cela, nous avons besoin de changements structurels à tous les niveaux ! Dans les axes forts, il faut qu’à l’échelle mondiale, et de toute urgence, les énergies fossiles soient abandonnées au profit d’énergies renouvelables. À cela, il faut exiger  la mise en place de quelque chose qui ressemble à une taxe carbone.
Pour les consommateurs, il faut réclamer des étiquetages indiquant l’impact environnemental sur et par les produits et remplacer le plastique immédiatement par des options viables. 
Pour tout ceux qui y vivent, et en ces périodes pré-électorales, il faut exiger de construire des villes dans lesquelles il est possible de se déplacer à pieds, des villes desquelles sont bannies les espaces bétonnés au profit de la végétation, de la vie ! 
Enfin, pour reconsidérer fondamentalement les modèles économiques dominants, nous avons un besoin urgent et vital d’une révolution politique et économique.

Ces transformations requerront des changements que des individus seuls ne pourront pas réaliser. Mais nous n’avons aucune chance de sauver la planète et le vivant si nous ne prenons pas ma décision hautement individuelle de vivre différemment ensemble ! 
Il est bien sûr bon de recycler, de planter des arbres, de n’acheter que le strict nécessaire dans des circuits courts, d’éviter le gaspillage. Mais il y a certainement deux actions qui importent plus que tout le reste ! Deux actions sans lesquelles nous ne pouvons même pas espérer sauver quoi que ce soit ! C’est :

  • Changer de régime alimentaire et opter pour une alimentation à base de plantes pour réduire notre consommation de produits d’origine animale
  • Eliminer les combustibles fossiles en évitant de voyager en avion et en vivant sans voiture. Nous avons déjà abordé cette dimension dans de précédents Nowakowskismes.
  • Choisir l’origine de nos produits de consommation pour rendre les entreprises productrices responsables et non pilleuses des ressources naturelles comme c’est le cas pour bon nombre. 

Ce soir, nous allons nous intéresser à l’alimentation. Petit rappel, « actuellement, 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages ».
Pourquoi faut-il changer de régime alimentaire et choisir une alimentation à base de plantes et réduire ainsi notre consommation de produits d’origine animale, en particulier le boeuf et le fromage ? Parce qu’ainsi on touche à la source principale de méthane et protoxyde d’azote, les deux plus puissants gaz à effet de serre. En effet, selon le directeur du projet Drawdown, projet qui a pour but d’identifier et de mettre en place les solutions les plus efficaces pour lutter contre le dérèglement climatique, changer de régime alimentaire et choisir une alimentation à base de plantes est « la plus importante contribution que peut faire chaque individu pour renverser le réchauffement de la planète ». 
D’après l’ONU, l’élevage est « l’un des deux ou trois facteurs les plus importants dans les problèmes environnementaux les plus graves, à tous les niveaux, du local au mondial […]. Il devrait être au coeur des réflexions politiques pour qui veut s’attaquer au problème de la dégradation des terres, du dérèglement climatique, de la pollution de l’air, de la diminution des réserves d’eau potable, de la pollution des rivières et de la dégradation de la biodiversité. La contribution du bétail aux problèmes environnementaux est absolument massive ». Aparté fait sur le sort infligé à ces animaux d’élevage et sur le peu de considération politique et encore sociétale, pour le bien-être animal. En effet, malgré la difficulté pour obtenir des calculs précis parce que les systèmes en jeu sont complexes et tous inter-reliés, les estimations les plus récentes et les plus complètes des émissions d’équivalent CO2 suggèrent que l’élevage est responsable de plus grandes quantité de gaz à effet de serre que toutes les autres sources réunies : tous les moyens de transport, le réseau électrique, les secteurs de l’industrie et du bâtiment. 
Cela dit, et il ne faut pas l’oublier, seulement 100 entreprises dans le monde sont responsables de plus de 70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre depuis 1988. Les hommes qui dirigent ces entreprises – et ils sont principalement des hommes – se sont enrichis sur le dos de toute vie sur Terre. Leur modèle économique repose sur la destruction du seul foyer que l’humanité ait jamais connu. Ensemble, ils contrôlent la majorité des droits miniers mondiaux – le « droit » d’exploiter le pétrole, le gaz et le charbon non extraits restants. Eliminer les combustibles fossiles c’est maintenant un combat contre la mort ! 
Mais revenons à l’élevage industriel. L’évaluation la plus exhaustive de l’impact de l’élevage industriel a été publiée dans la revue Nature en octobre 2018. Après avoir analysé les différents systèmes de production alimentaire dans tous les pays du monde, les auteurs concluent que, tandis que les populations sous-alimentées vivant sous le seuil de pauvreté dans toutes les parties du globe devraient effectivement manger un peu plus de viande et de produits laitiers. Mais à l’échelle du monde, les citoyens des pays dits riches devraient passer à un régime à base de plantes pour ainsi espérer éviter les dommages environnementaux catastrophiques et irréversibles dus à l’élevage industriel – « 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages ». 
Ainsi, en moyenne, les habitants des USA et du Royaume Uni devraient par exemple baisser leur consommation de boeuf de 90% et de 60% celle des produits laitiers. Ces chiffres s’appliquent également au reste de l’Europe. Stopper ainsi cette surproduction, cette exploitation du vivant, cette industrialisation du vivant  !
Il est évidemment difficile de changer ses habitudes, prises entre plaisir et rites, voire cultures. Mais modifier ses habitudes est un acte infiniment moins lourd et plus rapide que vouloir transformer du jour au lendemain les modes de transport ou vaincre l’influence des lobbys afin d’installer une taxe carbone ou faire ratifier des traités internationaux ambitieux visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les uns ne vont évidemment pas sans les autres mais tout ce qui permettra de prendre les choses en main a du sens !
Nous ne pouvons certainement plus sauver les récifs coralliens. Nous ne pouvons plus sauver l’Amazonie. Il est peu probable que nous soyons capables de sauver les grandes villes de la côte. Des millions de gens vont mourir à cause du réchauffement climatique. Des millions de gens vont devenir des réfugiés climatiques.  Les nombres sont importants parce qu’il est important de savoir combien de jours par an les enfants pourront jouer dehors, combien restera-t’il de nourriture et d’eau potable, de combien d’années va baisser la moyenne de vie ? Ces chiffres sont importants parce que ce ne sont pas seulement des chiffres, il s’agit d’individus, d’êtres vivants, des espaces, des rêves, et des escapades. La planète ne peut supporter qu’un certain degré de réchauffement avant que ce qu’on appelle les rétroactions additives ne créent un « emballement climatique ». Alors même si tout cela est en route, c’est justement pour le vivant, les êtres à venir, que chaque acte est important. Les points de basculement ont déjà été franchis, et nous l’avons déjà évoqué, 6 des 9 limites planétaires ont été dépassées. 

En Australie, ce sont six millions d’hectares de végétation qui ont été brûlés, soit l’équivalent de deux fois la Belgique, un peu plus que la surface cumulée des régions Bretagne et Hauts-de-France. L’Australie est actuellement ravagée par plus de 200 brasiers dus à une conjonction de facteurs (sécheresse exceptionnelle, températures très élevées et vents importants). La Nasa a ainsi comptabilisé près de 65 000 feux de broussailles en Nouvelle-Galles du Sud l’année dernière, contre 13 000 en moyenne, lors des dix-huit années précédentes. Le nombre d’incendies a donc été cinq fois plus élevé en 2019 que lors d’une année ordinaire.
Sydney a enregistré des températures sans précédent, avec 48,9 °C relevés à 15 heures à Penrith. Cette commune de la banlieue ouest est ainsi devenue samedi dernier « l’un des points les plus chauds de la planète ». On a également relevé 44 °C à Canberra, un record historique. 
L’état d’urgence a été décrété dans le sud-est de l’Australie, région la plus peuplée de l’île-continent, face à l’avancée des incendies. Les autorités ont ordonné vendredi à 100 000 personnes d’évacuer, dans trois Etats. Des dizaines de milliers d’Australiens ont quitté leurs domiciles, transformant en villes-fantômes des stations touristiques habituellement animées en cette saison. Les autoroutes reliant les villes du littoral à Sydney et d’autres grandes villes étaient engorgées par de longues files de voitures, vendredi soir. Dans la petite ville balnéaire de Mallacoota, la marine a évacué le même jour un millier d’habitants et de touristes cernés par les flammes. Certains étaient réfugiés sur le front de mer depuis la Saint-Sylvestre.
Certainement plus d’un milliard d’animaux sont morts ! Un tiers des koalas a disparu !
Et pour ne pas oublier ! Six des 30 plus grandes sociétés cotée en bourse en Australie sont des sociétés minières ou liées à l’exploitation des combustibles fossiles. C’est probablement un record mondial. Le charbon représente 15% des revenus d’exportation. La classe dirigeante australienne climato-sceptique est l’une des plus dépendantes à la filière carbone d’une élite mondiale qui a toujours placé le pouvoir et le profit au-dessus de la planète et de la vie.

Et donc…. Nous ?

Nous, notre cerveau, notre corps sommes le résultat d’une évolution qui nous permet de réaliser avec une grande efficacité certaines tâches complexes, mais nous sommes également démunis face à d’autres. Par exemple, nous savons très bien calculer la trajectoire d’un ouragan mais nous sommes démunis quand il s’agit de décider comment s’échapper – un peu comme le renard pris dans les phares de la voiture qui va le tuer. Parce que nous avons connu une évolution de plusieurs centaines de millions d’années dans des cadres très éloignés de ce que nous trouvons dans le monde moderne. Nous sommes ainsi souvent amenés à éprouver des peurs, des indifférences et des désirs inadéquats et qui ne constituent pas une réponse adaptée. Nous sommes irrésistiblement attirés par la satisfaction des besoins immédiats et spécifiques comme une urgence, tout en demeurant indifférents à tout ce qui constitue potentiellement un danger mortel, mais qui sévit loin de nous, là-bas ! Là-bas n’est pas une urgence !
Bien que plusieurs désastres accompagnant le changement climatique – phénomènes météorologiques extrêmes, inondations, méga-feux, … – aient une dimension spectaculaire, qu’ils touchent des gens dans leur chair, et qu’on assiste à une situation en train de s’aggraver, nous ne le percevons pas mieux pour autant ! 
Des chiffres oui 6 millions d’hectares sont partis en fumée ! Astronomique et abstrait ! 
Tant que nous ne serons pas touchés dans notre chair, cela restera abstrait ! 
Ces catastrophes sont lointaines et isolées, et qui, finalement ne nous concernent pas tant que nous pouvons satisfaire nos besoins immédiats. L’Australie brûle, l’océan est envahi par les plastiques, mais tant que notre vie quotidienne, notre confort immédiat est préservé, on peut s’indigner … mais encore ? 
Nous sommes une majorité à accepter l’idée que ces changements sont liés à des facteurs humains. Mais sommes-nous réellement capables de comprendre ce qu’ils nous disent afin d’agir ? Comment ébranler tout cela afin que nous fassions les petits sacrifices du présent pour nous épargner, ceux cataclysmiques auxquels il faudra consentir à l’avenir ? Accepter intellectuellement la vérité n’a pas de valeur en soi. Et cela ne nous sauvera pas. Si nous admettons les faits (notre responsabilité dans la destruction du vivant) mais demeurons incapables d’agir, nous ne valons pas mieux que ceux qui refusent de voir l’implication humaine dans les changements climatiques. 
Enfin, pour couronner le tout et conclure ces Nowakowskismes. Pendant que le Moyen Orient s’embrase sur une ligne stratégique énergétique qui va de la Libye jusqu’en Afghanistan, la fonte des Pôles excite les ambitions gazières, pétrolières et minières des 100 qui détruisent la planète. 
Le dérèglement climatique est une aubaine. 
La réalité géopolitique orchestrée par les États Unis, l’Arabie Saoudite, la Chine et la Russie avec en sous mains la complicité européenne a le potentiel de nous faire perdre tout espoir ou de nous faire agir ?

Sources 
Soylent Green de Richard Fleischer, 1973
Magazine America n°11
France Inter, La Terre au Carré 
Les êtres humains ont tué 83 % de tous les mammifères sauvages et éradiqué la moitié de toutes les plantes : https://www.globalcitizen.org/fr/content/humans-destroyed-83-of-wildlife-report/

Six chiffres qui montrent la gravité des incendies en Australie https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/incendies-en-australie/six-chiffres-qui-montrent-la-gravite-des-incendies-en-australie_3771009.html 

Names and Locations of the Top 100 People Killing the Planet https://www.filmsforaction.org/articles/names-and-locations-of-the-top-100-people-killing-the-planet

Rapport de synthèse et focus thématiques sur l’environnement en France, édition 2019 « Le rapport de synthèse met en avant les messages clés, fournit une vision synthétique de l’état de l’environnement et propose des approches systémiques sur les grands enjeux. Pour la première fois depuis qu’il existe, il introduit notamment le concept scientifique des 9 limites de la planète. » https://ree.developpementdurable.gouv.fr/rapports/article/edition-2019 

Au coeur de la recherché, les « points de bascule » du climat,  Science et avenir https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/au-coeur-de-la-recherche-les-points-de-bascule-du-climat_109877 

143 millions de personnes pourraient bientôt devenir des réfugiés climatiques, National Geographic. https://www.nationalgeographic.fr/environnement/143-millions-de-personnes-pourraient-bientot-devenir-des-refugies-climatiques 

Illustration – SN