Nowakowskismes 4.7. « Combien de temps dure Noël ? Parfois une éternité »

« Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir ». 

L’édifice immense du souvenir, voici ce que ce petit conte va révéler. 
Le récit qui suit, m’a été donné, il y a quelques temps, par le propriétaire d’une modeste boutique de livres d’occasions que je n’avais pas remarquée, pourtant je vis là depuis longtemps, située dans le quartier Mon désert à Nancy. Depuis, j’y suis retourné mais la boutique a fermé, les lieux sont déserts, comme s’ils n’avaient jamais été occupés – juste un mot, « Pas de porte à vendre » ! Le libraire m’avait confié que ce texte s’était présenté sous la forme d’un manuscrit glissé dans un dossier en carton, qui lui avait été légué après le décès d’un ami. Le texte lui-même était une impression sur un papier coloré de mauvaise qualité, mais subsistaient dans les marges, des annotations de plusieurs couleurs, quasi effacées. Le libraire dont j’ai oublié le visage, mais le vis-je seulement dans la pénombre de la boutique, me dit en me remettant l’enveloppe : « vous allez peut-être pouvoir en tirer quelque chose ». Sa remarque me surprit, mais pas plus que cela. Je me retrouvais sur le trottoir, la nuit de décembre était déjà bien avancée, les décorations de Noël allumées, et dans l’humidité et le froid, je m’empressais de rentrer chez moi. Plusieurs jours passèrent et, c’est au matin de Noël, dans un lendemain de fête qui s’étire en silence, que je sortis enfin le texte de son enveloppe afin de le lire après avoir mis sur la platine un enregistrement de Woodstock. Et voici ce que je lus. 

Au matin du jour qui suivit mon retour du passé, je m’éveillai, longtemps après l’aube, du plus profond des sommeils sans rêves. Quel jour ? Quelle année ? 
J’avais la sensation d’avoir quitté à l’instant le réveillon que j’avais passé avec des amis et avec qui j’avais eu de longues discussions comme il arrive qu’il y en ait lors des réveillons de Noël. Une phrase était comme inscrite au fer rouge dans ma mémoire : « Si on avait su à l’époque quand on rêvait de l’an 2000 et d’un monde meilleur, qu’on aurait un monde mille fois pire que celui contre lequel on se battait, nul doute qu’on se serait suicidé… ». Tous d’à peu près la même génération, il y avait plusieurs Philippe, Nathalie, Jean-Marie, Christelle, Emmanuelle, …, nous nous étions lancés dans notre habituelle séance de souvenirs d’un temps qui n’est plus. La question qui revenait régulièrement, et ce soir de Noël là, encore plus, était : « et si nous pouvions remonter le temps, et agir avec la connaissance et l’expérience qui est la nôtre aujourd’hui, que pourrions-nous faire ? » 
Le monde que nous convoquions régulièrement était celui des années 70 ! Mais qu’était-il arrivé au monde depuis la fin des années 70 ? 
Le premier choc pétrolier et toutes ses conséquences, l’assassinat de John Lennon en 1980, la victoire de la gauche en France en 1981, la naissance d’internet en 1984, la chute du Mur de Berlin en 1989, et la fin de l’URSS dans la foulée, la fin de la guerre froide, l’invention du Web en 1992, les horreurs de la guerre en Yougoslavie, mais aussi partout dans le monde, l’essor et le déploiement des services numériques sur internet pendant les années 90. Puis au cours des années qui suivirent, la peur du bug de l’an 2000, les attentats du 11 septembre 2001 et leurs conséquences sur le monde dans son ensemble, la naissance du web participatif et l’arrivée de Wikipedia en 2001, les réseaux sociaux, le premier iPhone en 2007, copié, multiplié, objet augmentant la majorité des humains, et tous ces derniers changements qui se firent à une vitesse de diffusion de la technologie jamais connue dans l’histoire de l’humanité. Nous avons assisté à une prise du pouvoir par le capitalisme numérique, la collecte des données, les entreprises de l’internet qui font des profits considérables dominant le monde par-delà les états, et une planète que nous épuisons. 
Ce soir-là comme lors de nos précédentes soirées, nous nous posions toujours les mêmes questions. Sommes-nous à un tournant ? Continuerons-nous sur ce chemin ? Réussirons-nous à changer de cap pour construire un autre avenir ? Et finalement, peut-être que si nous remontions dans les années 60-70, pourrions-nous corriger nos actions en sachant ce que nous savons ? 
Ce Noël comme de nombreux qui ont précédé ne connaissait plus la neige. Depuis quelques  années, les canicules survenaient de plus en plus tôt, de plus en plus fort et de plus en plus souvent dans les régions tempérées. En été, l’Arctique, le pays du Père Noël, était en feu, il y faisait 20°C là où le thermomètre ne devrait pas dépasser quelques degrés au-dessus de 0°C. 
Ce soir-là, les mots, les discussions prirent une force inhabituelle, et rentrant chez moi, elles ne cessèrent de me hanter. La nuit, un sommeil agité certainement dû aux quelques verres de vin de trop. Au petit matin, parmi les petits cadeaux disséminés, j’en trouvais un non prévu. Un petit paquet rouge, un joli petit paquet de Noël mais que personne d’entre nous n’avait déposé là.
Je défis le Bolduc, un mot s’en échappa contenant ces quelques mots : « Petit cadeau pour que revivent les Noël d’antan ! » ainsi qu’une petite clé et une adresse bizarre dans le quartier Mon désert, au numéro 1,5 de la rue. 
J’avalais un café, m’habillais et filais dans la rue. Bizarrement, entre la boutique du coiffeur et le bar du coin, je trouvais cette entrée presque dérobée. La clé fonctionna parfaitement, j’entrai dans un couloir sombre que je suivis jusqu’à une pièce éclairée par la lumière du jour descendant de la verrière du plafond. 
Au milieu de la pièce, en suspension, une machine ! 
Un siège, accroché à une armature ressemblant à un traineau, sur lequel était posé un carton avec le même texte « Petit cadeau pour que revivent les Noël d’antan ! Joyeux Noël », des manettes, un tableau de bord comportant des cadrans indiquant des années, des dates, … je n’en crus pas mes yeux ! La machine à voyager dans le temps ! Il ne me fallut pas longtemps pour comprendre qu’elle était en état de fonctionnement ! 
Et ce message, « pour que revivent les Noël d’antan ! » commençait à s’éclairer – la machine était là pour me permettre de revivre les Noël d’antan ! Je remontai chez moi, l’appartement encore endormi, je pris mon sac, j’y glissai une bouteille de vin, je laissai un petit mot disant que j’allai chercher du pain pour le petit déjeuner, et je retournai au 1,5 rue Mon désert. 
La machine est prête, elle est étonnamment simple, quelques manettes, un compteur temporel.
J’étais prêt, équipé, habillé comme il faut et j’allais retourner à Villerupt, dans les années 70. 
Installé, le compteur réglé au 24 décembre 1976, le voyage ne fut ni une transition, ni même un voyage, juste un clignement d’œil, instantané, et j’étais en 1976. Un voyage dans le temps ne serait-il qu’un changement de décor ? Les temps cohabitent-ils comme les décors d’un théâtre universel ? Et le temps existe-t-il vraiment ? 
J’avais traversé le temps avec un morceau que je venais d’écouter, Angie des Rolling Stones. Peut-être pourrais-je profiter de ma virée dans les années 70 pour aller à un de leurs concerts, dans cette période où ils ont été les meilleurs. J’étais né un peu trop tard pour pouvoir assister aux concerts de tous ces musiciens et groupes mythiques qui ont fait l’homme que je suis. Et là, voyageur du temps, l’opportunité m’était donnée de revivre ces temps . 
Une sensation, un étourdissement comme dû à un jet lag, je me levai, et pris mon sac. Toujours ce couloir, je refermai la porte derrière moi. Le bar est déjà là, le coiffeur non, mais la rue n’a pas vraiment changé, il a neigé, le froid est vif. Je me rendis à la gare, et j’achetai avec des francs que j’avais conservés un billet de 2nde classe pour Longwy. Un trajet de 2 heures vers le Pays Haut, au travers d’une campagne sibérienne, dans un wagon à peine chauffé, enfin le bus de la compagnie Mousset de la gare routière de Longwy bas jusqu’à Villerupt. 
Villerupt, on peut y arriver de trois façons différentes. Villerupt c’est une petite vallée, un ensemble de rues organisées autour de la place centrale, avec son église. Quand on arrive du sud, comme je le fis ce 24 décembre enneigé, c’est par le haut qu’on découvre d’abord le quartier de Cantebonne, petites maisons d’ouvriers, sur le plateau, à l’orée de la forêt  entaillée de cultures, de champs. Au bord de la vallée, la route se met à serpenter, le chauffeur du bus ralentit, la neige rendit difficile la descente vers la ville nichée dans la vallée. À ma droite, je revis ces drôles de cités, alignées, à flanc de côte, les cités de Butte, alignées en 6 rangées de petites maisons colorées, comme des lignes de niveaux marquant la déclivité de cette partie du relief. 
Le bus descendit lentement vers la rue principale, la rue Carnot, qui, à gauche, s’ouvre par un grand bistrot, le Rex, le repaire de la jeunesse de la ville, notre repaire à l’époque, et semble-t-il bien rempli comme toujours en période de vacances scolaires. La rue est bondée en ce jour de réveillon, la neige a été déblayée en gros tas sur les trottoirs, les étoiles suspendues allumées rythment la descente jusqu’à un carrefour, le bus prit à gauche vers la gare routière devant l’hôtel de ville illuminé.
Je décidai d’y aller au culot. Je savais où trouver un déguisement de Père Noël, au magasin de jouets sur la place centrale. Mes derniers francs dépensés, je me dirigeai en empruntant les escaliers partant du centre de Villerupt vers une des petites maisons de la cité de Butte. Le soir était tombé, les réveillons étaient déjà bien avancés, et allait venir le temps des cadeaux. Je savais que là où j’allais le moment de désigner qui serait le Père Noël allait arriver et que chacun se renverrait la balle en espérant y échapper. 
J’enfilai donc mon costume. Je sonnai à la porte. L’ambiance était aux rires, aux éclats de voix, des enfants en grand nombre courant dans tous les sens. 
La porte s’ouvrit et ce fut un cri : 

  • Les enfants ! Les enfants ! Voilà le Père Noël ! 

Et tout à coup, je fus entouré d’une nuée de petits. Juste un de la bande resta à l’écart et me regarda. 

  • Bonsoir les enfants 
  • Entrez donc Père Noël, m’accueille une voix qui m’émeut.

J’entrai, directement dans la cuisine, une grande table était mise, le sapin tout illuminé était tout au fond. Les adultes que je reconnaissais, s’écartaient, l’un m’offrit un verre de vin, 

  • Tiens Père Noël, tu dois avoir soif !

Les petits s’agglutinèrent autour de moi, et je commençai alors la distribution des cadeaux. Le petit qui me regardait, finit par s’approcher, je lui tendis son paquet pesant son poids de livres. Il me regarda encore et finit par me demander de raconter quelque chose d’où je viens, où ce que je sais du monde. 
J’avais préparé ce moment. 

  • Comme c’est noël et que vous êtes tous réunis, je vous propose un petit jeu. D’accord ?

Tout le monde fut d’accord, j’en profitai pour boire un peu de vin 

  • Voici mon petit jeu. Ce serait de tenter d’imaginer et de partager comment vous voyez le monde dans 40 ans. Que voyez-vous ? Comment vous projetez-vous dans 40 ans ?   
  • … silence et un oui massif jaillit de toutes les bouches !
  • Voici c’est sous la forme de devinettes. Je vais vous proposer plusieurs affirmations et vous réagirez. Ces affirmations commenceront ainsi, En 2019, il y aura…
  • Marrant comme jeu, mais pourquoi 2019 ? Demanda ce petit garçon 
  • Euh… comme ça… alors c’est parti. En 2019, il y aura un réseau regroupant plus de 2 milliards d’humains auquel ils se connecteront avec leur ordinateur dans lequel ils partageront leur vie privée, leurs préférences, leurs photos de vacances, …. et cette entreprise sera une des plus grandes puissances au monde.
  • 2 milliards d’individus !? Avec des ordinateurs ! Père Noël, peut-être que dans ton pays on peut l’envisager mais je ne vois pas comment nous pourrions en arriver là nous ! 
  • Et bien, petit-à-petit, tout le monde aura un ordinateur, et les humains partageront volontairement leur vie privée, des informations personnelles. Ils se feront des amis, partageront leurs vacances, les endroits où ils sont, … et l’entreprise propriétaire du réseau collectera toutes ces données, les recoupera avec d’autres données venant d’autres services, en utilisant des terminaux informatiques portables afin de gagner de l’argent, immensément d’argent et aussi, les partager avec des agences de surveillance.
  • Tu rigoles Père Noël ! Comment peut-on accepter cela ?  
  • Une autre ? En 2019, il y aura 1 millions d’espèces vivantes qui seront menacées d’extinction, plus de 35 millions d’hectares de forêt primaire qui auront été détruits, 80% des insectes d’Europe qui auront disparu, 400 millions d’oiseaux qui seront sur le point de disparaître. Que chaque année, quinze milliards d’arbres seront abattus. La moitié des sons de la nature aura disparu. 

Le silence se fit. Le grand père n’en revenait pas lui qui passait le plus clair de son temps dans de longues marches en forêt. Sur ce, je leur dis que je devais continuer ma tournée, un « bonne nuit Père Noël » général m’accompagna. 
Je franchis la porte, et là m’attendait ce petit garçon. Il me regarda, serra ma main, et me dit « à bientôt Père Noël ». Je lui répondis : « Oui, on se retrouvera peut-être un jour petit, à La porte de Noël, nous avons à faire petit » !

À la lecture de ces mots, je faillis défaillir. Ce petit garçon là c’était moi ! J’avais rangé cette scène dans un coin de ma mémoire, et voici que cette scène surgissait comme si c’était hier. Je me revoyais sur le pas de la porte, et ces mots que je dis alors au Père Noël. Et surtout je ressentais à ce moment-là comme quelque chose qui venait me rassurer. Je me revois entrer dans la cuisine où les conversations avaient repris et où tous les adultes se demandaient lequel d’entre eux avait bien pu prendre le rôle du Père Noël  :

  • C’est toi ? Ben non ce n’est pas moi 

Et ma mère s’écria : « Qui a ramené cette bouteille ? Avez-vous vu l’année de ce vin ?? C’est un vin de 2015 !!! ». 

Je repris la lecture. 

J’abandonnai mon costume de Père Noël, j’allais boire un café dans un bar à proximité de la gare routière, avec les errants, les rejetés de cette soirée. Je pris le premier car pour Longwy, puis un train désert et glacé vers Nancy. Je retrouvai la machine, je réglai la date et l’heure de retour afin de n’être parti que pour le temps d’une course à la boulangerie du quartier, pour un retour le même matin de Noël mais plusieurs dizaines d’années plus tard. 
Je pensais longtemps à ce petit garçon. Que savait-il ? 
Je sus que la réponse à mes doutes, et surtout, à celle de savoir comment agir sur ce que nous vivons, c’est lui qui trouverait la solution avec… la machine. 
La machine me permit de le suivre, de le retrouver dans les méandres du temps. Avec cette machine, j’ai voyagé, j’ai vu l’infini et l’éternel ; j’ai exploré le temps, je suis allé à Woodstock, si vous regardez bien le film, vous m’y verrez. J’ai vu ces univers parallèles plus serrés que les pages d’un livre mais aucune de ces grandioses visions n’a pu rivalisé avec ce fugitif instant de tendresse sur les marches devant cette petite maison de la cité de Butte à Villerupt, le 24 décembre 1976. 
Puis, le moment venu, je décidai d’ouvrir au 1,5 rue Mon désert, ma librairie. Juste une porte et un couloir, les livres sur les rayonnages étaient ceux de ma bibliothèque. Elle s’appelait « Par la porte de Noël » parce « qu’après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir ».

J’arrivais à la fin du texte, en manipulant l’enveloppe, une clé tomba, ainsi qu’un billet de train daté du 24 décembre 1976, avec écrit à la main, « Joyeux Noël petit, c’est à toi de jouer maintenant ». 

« Combien de temps dure toujours ? » demanda Alice. « Parfois seulement une seconde » répondit le Lapin Blanc. 

Nowakowskismes 4.6. « NOZAMA »

Selon l’Organisation météorologique mondiale, « la dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a 3 à 5 millions d’années ». Les principaux gaz à effet de serre à l’origine du réchauffement climatique ont franchi de nouveaux records de concentration en 2018, a mis en garde l’Organisation des Nations unies (ONU), lundi 25 novembre. Ce rapport rend compte non pas des quantités de gaz à effet de serre qui sont libérées dans l’atmosphère mais de celles qui y restent, sachant que les océans absorbent environ le quart des émissions totales, tout comme la biosphère, dont font partie les forêts. D’après les scientifiques, le dioxyde de carbone (CO2), qui est associé aux activités humaines et constitue le Gaz à Effet de Serre le plus persistant, a battu un nouveau record de concentration l’an dernier soit 147 % du niveau préindustriel de 1750. Les quatre plus importants émetteurs de gaz à effets, la Chine, les Etats-Unis, l’Union européenne (UE) et l’Inde représentent 56 % des émissions mondiales. 
De plus, neuf points de bascule climatiques sont désormais «actifs», avertissent les scientifiques. Et aujourd’hui plus de la moitié d’entre eux ont été activés. Cela menace la forêt amazonienne et impacte les grandes calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland, qui subissent actuellement des changements mesurables et sans précédent bien plus tôt que prévu. Cette «cascade» de changements provoqués par le réchauffement climatique pourrait menacer l’existence même des civilisations humaines. Ces événements sont plus probables et plus interreliés qu’on ne le pensait auparavant.
Dans un article paru dans la revue Nature, les scientifiques appellent à une action urgente pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d’éviter les points de bascule clés afin d’éviter le scénario catastrophe d’une planète «étuve». La COP 25 qui se tient actuellement à Madrid engagera-t-elle un virage déterminant pour réduire les gaz à effet de serre ? Rien n’est moins sûr. 

NOZAMA ? Vous avez évidemment compris de qui j’allais vous parler ce soir. 

Parce que dans les Nowakowskismes nous refusons l’hypocrisie, parce que dans les Nowakowskismes, nous défendons la lenteur contre l’illusion de la vitesse, parce que dans les Nowakowskismes, nous refusons de lire en étant quantifié, scruté, branché, un livre qui n’en est pas un, un livre qu’on ne peut pas partager !
Ce soir, les Nowakowskismes la seule émission qui explore notre espace et notre temps, partent en exploration dans l’invisible bien visible, dans l’illusion bien réelle ! Chez Amazon ce bon génie réalisant les souhaits – les désirs sont des ordres ! Jusqu’où ? Comme dans le film Planète interdite, où la satisfaction instantanée des désirs mène à la destruction d’une civilisation. Illusion de puissance, puissance égoïste que le capitalisme numérique, technologique, veut nous imposer jusqu’à une forme d’anéantissement ? 
Aujourd’hui, sur cette planète, avons-nous commencé à bâtir cette machine infernale ? La réponse est oui. Aujourd’hui, sur cette planète, il existe un territoire sans frontières que le monde entier connaît ! Chaque minute, + de 1000 colis sortent de ce territoire ! Dans ce territoire, chaque minute, il est dépensé environ 100000$. Ce territoire sans frontières physiques a pour chef l’homme le plus riche du monde. 
Cet homme s’appelle Jeff Bezos. Son histoire est celle d’une longue expropriation symbolique. Un jour, il n’y a pas si longtemps, il a décidé de vendre des livres. Parce qu’en 1994, il prend conscience que le World Wide Web augmente mensuellement son nombre d’utilisateurs de 2300%. Il abandonne alors son travail à Wall Street, déménage à Seattle et se met à vendre des livres sur le web. 
En fait, il a simplement flairé un potentiel juteux marché de niche. Ce n’est donc pas par amour des belles lettres mais bien parce qu’il perçoit un filon à exploiter à la suite d’un benchmark minutieux d’une vingtaine de produits susceptibles de se prêter, plus que d’autres, au e-commerce. Les livres sont des objets standardisés, faciles à présenter en ligne et à envoyer par la poste. Son choix est vite fait. Dès lors, l’ambitieux Jeff Bezos n’aura de cesse de parfaire un modèle carnivore, mettant la pression sur ses fournisseurs, partenaires et employés, et marchant allègrement sur la concurrence. Et l’on se dit alors que le nom de « Relentless », qui peut se traduire par « sans pitié », aurait finalement été de bon aloi. 
En effet, la plupart des librairies n’avaient pas, contrairement à lui, d’espaces suffisants pour stocker tous les titres disponibles. Dans les années 90, à ses débuts, il n’y avait pas de concurrents de grande taille (aux USA essentiellement Barnes & Noble) et les distributeurs avaient déjà adopté leur catalogue à l’ère numérique, avec les numéros ISBN incorporés. C’est pourquoi il a suivi une formation à l’Association des libraires américains avant de s’approprier en un temps record le prestige que les livres avaient accumulé durant des siècles. 
Mais, aujourd’hui, si on entre sur un moteur de recherche, « Amazon librairie », ce ne sont pas des livres que nous trouverons mais des dizaines de liens renvoyant vers des pages Amazon où sont vendues des étagères. En fait, Amazon est tout sauf un libraire, Amazon est un supermarché. 
D’ailleurs, dans ses entrepôts, les livres côtoient les grille-pains, les pailles en acier, des millions d’items dont une grande partie sera détruite par qu’invendue (en une année, plus de trois millions d’articles ont été jetés). Et en cette période d’avant Noël, tous les jouets en vue de la frénésie de dépenses de fin d’année sont accessibles en ligne pour le plus grand bonheur des consommateurs (petite information, durant le Black Friday, ce sont 56 millions de transactions par carte qui ont été enregistrées dans toute la France). 
Quand Amazon ouvre des librairies, il expose les livres de face, car chez Amazon ne sont exposés que les 5000 titres les plus vendus et demandés par les clients. Pour Amazon, un livre est un produit comme un autre ! 
Mais, alors qu’Amazon produit des séries TV, vend de la musique en streaming ou des pièces détachées de voitures ou de motos, et pourrait même devenir un opérateur de téléphonie mobile, la plupart d’entre nous associent son nom à l’objet et au symbole que nous appelons livre.
Et quel est le livre chez Amazon. C’est le Kindle ! Depuis son lancement en 2007, Kindle a sans cesse été amélioré pour imiter la forme des pages et la teinte de l’encre. Pour l’heure, mais peut-être que cela viendra, le toucher, le grain, et cette belle odeur de livre neuf, ne sont pas transposables sur l’écran. Malgré cela, et malgré toutes les inventions techniques pour rapprocher Kindle du livre, nous ne sommes pas encore capables de nous souvenir avec la même précision de ce que nous lisons sur papier, quand nous lisons sur liseuse. Les transitions techniques sont de plus en plus rapides ; celles du cerveau résistent, les transitions se font dans un temps non régi par une loi de Moore. 

Chez Amazon, il n’y a pas de libraires. 
La prescription, le conseil, la recommandation et la discussion ont été éliminés parce que jugés inefficaces. La prescription sabote la rapidité, seule valeur de l’entreprise. Cette prescription est « entre les mains » d’un programme informatique. Le programme informatique est le comble de la fluidité et de l’optimisation. La machine transforme le client en prescripteur. « Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté »…. Welcome to the machine … my friend !
Amazon élimine les intermédiaires ou les rend invisibles. Machine à classer, Amazon aspire à tant de fluidité qu’elle doit devenir invisible mais est présente partout. En éliminant les coûts d’envoi, en marchandant avec ses clients pour obtenir les prix les plus faible pour le client individuel, Amazon semble bon marché. Très bon marché même ! Mais nous savons que ce qui est bon marché est en réalité très cher ! Et oui, rien ne peut être gratuit dans notre réalité ! Parce que cette invisibilité est un camouflage : tout est si rapide, transparent, fluide qu’il n’y a plus en apparence de médiation. En fait oui il y en a une ! Vous payez avec votre argent et vos données ! 
Comment arriver à un tel degré de perfection ? Par le travail des employés d’Amazon qu’on appelle les Amazonians, ça fait tribu ! Leur travail est un travail de robot avec des robots. Travailler comme des robots c’est la marque de fabrique depuis le début ! En 1994, lorsqu’ils n’étaient encore que cinq à travailler dans le garage de la maison de Jeff Bezos (encore un garage !) à Seattle, ils étaient déjà obsédés par la rapidité. Et cela dure depuis vingt ans ! Par le stress, les harcèlements divers et les traitements inhumains, il faut obtenir coûte-que-coûte cette efficacité extrême qui n’est envisageable que si on est une machine soi-même, automatisé, empêché de penser ! 
Aujourd’hui, les Amazonians sont « aidés » par des robots. Le premier s’appelle Kiva. Il est capable de soulever jusqu’à 340kg et de se déplacer à 1 mètre et demi par seconde. Kiva est synchronisé avec les travailleurs humains grâce à un programme informatique (ou sont-ce les humains qui se synchronisent sur le rythme de Kiva ?). Les Kivas s’occupent de soulever et déplacer les étagères pour faciliter la prise des produits. Une fois les produits achetés réunis, une autre machine nommée Slam, se charge de les scanner et des les empaqueter grâce à son ruban transporteur. 
Kiva et Slam sont le produit de plusieurs années de recherches. Amazon a organisé des concours de robotique dans le cadre de l’International Conference on Robotics and Automation de Seattle afin de trouver des modalités de perfectionnement des processus de commande. Au cours d’une de ces éditions, les machines inventées par le MIT ou l’université technique de Berlin devaient récupérer en un temps record un petit canard en plastique, un paquet d’Oreo, un chien en peluche et un livre. 
En fait, pour Amazon, il n’y a tout simplement pas de différence entre ces quatre objets. Ce sont tous des marchandises. 
D’ailleurs, Amazon a progressivement fait disparaitre le facteur humain. À ses débuts, Amazon comptait dans ses rangs des rédacteurs qui écrivaient des critiques des livres en vente. Aujourd’hui, Amazon a automatisé la chaîne de distribution et attend des consommateurs qu’ils agissent de même. 
Quel que soit leur pays d’implantation, les entrepôts logistiques présentent une architecture et une organisation du travail similaires. Situés à proximité d’échangeurs autoroutiers, dans des zones où le taux de chômage dépasse la moyenne nationale, ils sont placés sous la garde sourcilleuse de sociétés de sécurité. Ces parallélépipèdes de tôle s’étalent sur une surface parfois supérieure à cent mille mètres carrés, soit près de quatorze terrains de football. Ils s’animent au rythme d’un ballet de poids lourds toutes les trois minutes, le groupe Amazon gorge de colis un semi-remorque.
La profusion de produits se matérialise dans les entrepôts abritant des forêts d’étagères métalliques où triment des ouvriers astreints au silence par le règlement intérieur. Tous, considérés comme des chapardeurs potentiels, subissent des fouilles minutieuses assurées par des vigiles : ils passent par des portiques de sécurité lors de leur sortie définitive ou de leur pause, ainsi raccourcie par ce fastidieux contrôle qui génère de longues files d’attente. 
La mutualisation et la gestion des stocks d’Amazon sont informatisées selon la logique du chaotic storage. Les articles sont disposés de manière aléatoire sur les rayonnages. Ce « rangement chaotique » présente l’avantage d’une plus grande flexibilité que le stockage traditionnel : inutile de prévoir des espaces supplémentaires pour chaque type d’article en cas de variations de l’offre ou de la demande, puisque tout s’entasse au hasard. Chaque rangée d’étagères compte plusieurs niveaux, chaque niveau plusieurs cellules de rangement : ce sont les bins (alvéoles), dans lesquelles les écrits de Proust côtoient un paquet de slips pour homme, un ours en peluche, des condiments pour grillades ou Cloud Atlas réalisé par Lana Wachowski et Tom Tykwer. Dès qu’une marchandise est extraite, un compte à rebours s’affiche sur le scanner, ordonnant au travailleur de prélever la suivante. Son choix est déterminé par ordinateur afin d’optimiser la distance de parcours. Le système note également le « TOT », le « time Off task », soit le temps passé à ne pas travailler. Si l’employé a interrompu son travail trop longtemps, il reçoit alors des avertissements qui peuvent mener à un licenciement. Certains employés éviteraient même de faire leur pause pipi pour être certains d’assurer leur taux de productivité. Amazon indique aussi prévoir une nouvelle formation pour les 5% les moins efficaces de l’entrepôt et change les objectifs de productivité dès que 75% des employés atteignent les leurs. Sisyphe revu et mis en process par Amazon. 

Commandes, objets, prix, envois, les processus individuels se désagrègent sous la logique immatérielle de la fluidité. Pour Jeff Bezos, comme les autres compères des GAFA, le monde matériel peut fonctionner sur le même mode que le monde numérique – des bits, des octets, … de portes logiques et de programmes réglant tout ! Ces entreprises partagent une même volonté impérialiste de conquérir la planète, en promouvant l’accès illimité à l’information, à la consommation et aux biens de consommation tout en faisant signer des clauses de confidentialité à leurs employés, en élaborant ds stratégies complexes pour ne pas payer d’impôts dans les pays dans lesquels elles s’implantent. Elles construisent des sortes d’Etats parallèles, transversaux, globaux, comportant leurs propres règles et lois, leurs propres laboratoires de recherche. 
Google X, le centre de recherche et de projet de Google, se trouve dans un lieu inconnu du grand public, plus ou moins à proximité du quartier général de la société. Le prochain projet ? Des ballons stratosphériques qui assureront dans dix l’accès à internet à la partie de la population mondiale qui n’en dispose pas encore. 
Pour Amazon, un des projets c’est Amazon Prime Air, son réseau de distribution à l’aide de drones. Depuis peu, la Federal Aviation Administration a changé la régulation en vigueur afin d’être favorable au vol de drones commerciaux, et a simplifié l’accès au certificat de pilote de drone. 
Bienvenus dans une monde dans lequel on a remplacé les oiseaux disparus par des paquets volants emplis de paquets d’Oreo, de chiens en peluche, de grille-pains, de petits canards en plastique, … et de livres ! 
Et plus proche de nous – En France, l’entreprise semble se préparer à développer le fret aérien pour le secteur de la vente en ligne, comme l’indique le choix de ses futures implantations à côté d’Orly, de Roissy, de l’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine (« Lorraine Airport ») ou de Lyon-Saint-Exupéry. Aux États-Unis, le fret aérien Amazon Air est déjà déployé. 32 avions desservent « la clientèle Prime » pour qu’elle soit livrée le plus rapidement possible. C’est une machine de guerre qui lui permet d’étendre chaque année son emprise sur le marché. En juin 2019, le Wall Street Journal précisait qu’Amazon avait fait ses courses au salon du Bourget et allait acquérir 15 Boeing 737-800 supplémentaires. D’ici 2021, Amazon devrait utiliser une flotte de soixante-dix avions pour assurer ses livraisons aux États-Unis.
Contrairement à Facebook et Google qui doivent faire face au risque que vos noms et données soient faux, et qui sont prêts à tout pour obtenir votre numéro de téléphone, Amazon possède depuis le début toutes vos données vraies – carte de crédit, adresse, téléphone, … et par là sait tout ce que vous lisez, achetez, offrez… Il est très facile de déduire le profil de votre coeur ou celui de votre cerveau en analysant votre rapport aux. objets. Et cet empire est né de ce qui concentrait le plus de prestige culturel : le livre ! Amazon a construit le plus grand supermarché du monde déguisé en bibliothèque !
Mais l’emprise d’Amazon ne s’arrête pas là. Car la véritable vache à lait d’Amazon n’est plus la vente de produits en ligne mais l’hébergement cloud, commercialisé sous le nom d’Amazon Web Services (AWS). Pour l’année 2018, AWS a rapporté 7,3 milliards de dollars de cash et réalisé 25,5 milliards de chiffre d’affaires, plus que les revenus engrangés par McDonald’s la même année. AWS est devenu à ce point incontournable que même ses concurrents directs y ont recours pour assurer leurs services, Google et Apple en tête. Parmi ses autres clients, Netflix, Airbus, Veolia, la Société Générale, Renault, la SNCF, l’Éducation nationale française et… la CIA. Aujourd’hui, en vertu du Cloud Act signé par Donald Trump, le FBI et la CIA peuvent accéder aux serveurs d’Amazon dans le cadre d’enquêtes criminelles ou simplement à des fins de « protection de l’ordre public ».
À la longue liste des projets préoccupants de l’entreprise de Jeff Bezos, il faut ajouter Alexa, son « assistant vocal personnel », désormais présent dans de nombreux foyers et plutôt prompt à espionner ses heureux propriétaires. Et aussi Rekognition, le logiciel de reconnaissance faciale qui sera amené, de manière croissante, à équiper les commerces, les logements via les interphones intelligents Ring ou bien encore les services de police. De quoi donner du grain à moudre au projet hégémonique de l’entreprise qui, au même titre que d’autres géants de la tech et d’Internet, consiste à s’émanciper des règles collectives, quand il ne s’agit pas tout simplement de les réécrire. 
Enfin à toi qui lit sur un Kindle. Lors de la dernière journée mondiale du livre et du droit d’auteur, Amazon a révélé quelles étaient les phrases les plus soulignées sur Kindle. Lire sur Kindle c’est donner à Amazon comment tu lis, à quelles pages tu t’es arrêté, celles qui t’ont fait abandonner la lecture, … Lire sur Kindle c’est lire un livre que tu as payé mais qui ne t’appartient pas puisque tu ne peux pas le prêter ! Amazon a récemment lancé la campagne Kindle Reading Fund pour soi-disant promouvoir la lecture dans les pays pauvres. En réalité, l’objectif est d’habituer une nouvelle génération de consommateurs à lire sur écran, obtenir des données en provenance de tous les continents, et mettre tout cela en nombre en vue d’optimiser encore plus les ventes – Amazon fabrique ses propres séries TV, je suis prêt à parier qu’Amazon écrira bientôt ses propres romans en s’appuyant sur toutes ces données collectées. 
Enfin, chez Amazon puisqu’on se déclare contre la censure, on continue de vendre toutes sortes d’ouvrages négationnistes, commentés, vantés en s’asseyant ostensiblement sur le fait que dans de nombreux pays la négation de la Shoah est un délit. 

Alors humains, pour la planète, pour tout le vivant et pour la liberté… c’est maintenant ou jamais qu’il faut agir !

Avant de nous quitter ces quelques mots de la chanson que nous allons écouter, et qui s’intitule Here’s to you : 
« A vous, Nicola et Bart (Here’s to you, Nicola and Bart) 
Reste toujours ici dans nos cœurs (Rest forever here in our hearts) 
Le dernier et dernier moment est à vous (The last and final moment is yours) 
Cette agonie est votre triomphe (That agony is your triumph) »

Elle est chantée par Joan Baez. C’est la chanson du film Sacco et Vanzetti de Giuliano Montaldo sorti en 1971. Nicolas Sacco et Bartolomeo Vanzetti sont deux anarchistes italiens furent victimes d’un scandale judiciaire et condamnés à mort dans les années 20 aux USA.

Les paroles de la chanson sont inspirées par les mots de Bartolomeo Vanzetti au juge qui le condamna à mort : « Si cette chose n’était pas arrivée, j’aurais passé toute ma vie à parler au coin des rues à des hommes méprisants. J’aurais pu mourir inconnu, ignoré : un raté. Ceci est notre carrière et notre triomphe. Jamais, dans toute notre vie, nous n’aurions pu espérer faire pour la tolérance, pour la justice, pour la compréhension mutuelle des hommes, ce que nous faisons aujourd’hui par hasard. Nos paroles, nos vies, nos souffrances ne sont rien. Mais qu’on nous prenne nos vies, vies d’un bon cordonnier et d’un pauvre vendeur de poissons, c’est cela qui est tout ! Ce dernier moment est le nôtre. Cette agonie est notre triomphe ».

Sources
« Nine climate tipping points now ‘active,’ warn scientists » November 30, 2019. https://phys.org/news/2019-11-climate-scientists.html?fbclid=IwAR1W8FBnOcVmHV4RvZIpfGaIHjnyDIzUb1Af-s8hQVm0Mq74zFEXJ7hSrnU

« COP25 : d’après l’ONU, c’est notre dernière chance », 2 décembre 2019. https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/cop25-cop25-apres-onu-cest-notre-derniere-chance-65109/ 
« Contre Amazon ». Jorge Carrion. Le nouvel Attila 
« Chez Amazon, un algorithme vire les employés « pas productifs » https://usbeketrica.com/article/chez-amazon-un-algorithme-vire-les-employes-pas-productifs 
« Amazon, l’envers de l’écran », novembre 2013.  https://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/MALET/49762 
« Amazon grandit, l’environnement pâtit », 4 juillet 2019. https://reporterre.net/Amazon-grandit-l-environnement-patit 
Robots Kiva : Amazon Robotics automatise tout – encore des hommes mais seulement « à court terme » https://reinformation.tv/robots-kiva-amazon-hommes-jallais-89365-2/ https://usbeketrica.com/article/climat-des-reactions-en-chaine-hors-de-controle-pourraient-deja-etre-enclenchees

« En stockant des milliers d’ouvrages, tablettes et liseuses permettent certes d’alléger les cartables, mais, lus sur un même support, manuels scolaires et romans seront associés à une expérience sensorielle moins spécifique et seront par conséquent moins bien traités et mémorisés ». Mangen, Olivier et Velay (2019) https://www.innovation-pedagogique.fr/article4863.html