Nowakowskismes 3.16. Seule la Terre est éternelle.

L’être mystérieux qui me parle à ses heures
Me dit :

« Humain ! l’orgueil habite tes demeures. 
Il fait nuit dans ta cité. 
Je m’étonne, ô foule en futilités consumée
Qu’ il sorte aujourd’hui tant de vide 
Et de l’humain, tant de vanité.

Humain, tu regardes les cieux de travers ! Triste race !
Toujours tu ne connais pas ta place.
Tu te plains, homme, ombre, roseau ! 
Tu reproches le soir à l’aube, aux autres d’exister
Au monde sa diversité.

Tu reproches à d’autres, Dieux, ou puissants leur 
Oeuvre incommensurable
Tu frémis de trainer sur ton dos misérable
Tes désertions jamais reconnues,
Et sentir, la prison que tu t’es fabriquée, 
Sous tes pieds.

Humain, si tu pensais, tu t’ouvrirais à l’espace.
Ce globe, si tu pensais avec audace, 
S’épanouirait au lieu de s’éteindre.
Et créer serait aventure
Si ton souffle pouvait, ô vaine créature, 
Briser tes propres liens.

Humain, hautain dédaignant tout, de ta nef destructrice,
Tu voudrais t’en aller vers un ailleurs, fuir
En abandonnant ce point qui fut bleu.
Tu dis : Plus rien n’est possible ! Tu dis avec colère 
Toujours la même rengaine, de ton règne 
sur la nature comme bon te semble, tu détruis.

Tu t’irrites d’être homme, tu fus atome et oubli dans l’univers
Tu t’es complu dans l’ignorance de l’épi que tu portes !
Tu fus algue dans le reflux, tu fus arbre 
Premier conquérant des terres, tu es respiration
Venue de l’océan ! Tu as oublié d’être sous le ciel qui reste 
Et qui rayonne, celui qui passe et qui n’est plus.

Et de ne pas vouloir faire, malgré les menaces
Venues de tes doigts crispés et tes ongles tenaces 
Qui ont scarifié la peau de la Terre, 
Tu as laissé sagesse et passion 
Pour tes faux temples, tes faux soleils, tes faux tonnerres
Tes meurtres, tes crimes et tes guerres !

Anthropocène pour se rassurer, ont nommé
Ces myopes jugeant le monde à leur optique !

Que nous veut la planète ? Et ce globe ? Et ce pâle point bleu ? 
C’est un monde qui est un mystère , et
De ce mystère découle le respect 
pour l’univers et l’humilité à observer face à lui. 
D’un néant a émergé la vie qui sema au hasard ses oeufs. 

Alors pourquoi les ruines et pourquoi les décombres ? 
Pourquoi l’avidité traînant ses pattes sombres ? 
Pourquoi vacuité et ignorance ? 
Pourquoi l’esprit de l’homme désertant face au trouble immense ? 
Pourquoi l’oubli dans ces illusions programmées ?
Pour le vide de la pensée dans les déchets ?

Qu’est-ce qu’aujourd’hui ces Dieux de nombres masqués dans l’incompréhensible ?
Pourquoi ces voiles programmés ? Pourquoi le mal visible ? 
Pourquoi tant de brume autour d’eux ?
Pourquoi ces fléaux désirés sur une terre martyrisée ? 
Et pourquoi ne voyons-nous pas la vraie nature
De ces toiles d’araignées ? 

L’azur aurait pu être radieux , alors pourquoi ces fumées nauséabondes
L’amour aurait pu être rieur, alors pourquoi la haine qui enferme 
La Terre aurait pu être havre de paix, alors pourquoi ces destructions 
Sans fin, et sans issue, terme.
Qu’est-ce qui entraine l’esprit humain dans le trouble immense 
Et faire tomber les humains en démences ?

Humain ne soit pas ce fou malheureux. Vois ce mystère Humain en qui tu es
Humain ne regarde pas sans voir !
Oublie les rites transparents qu’en ta nuit tu célèbres 
Tes Dieux de nombres, sont des figures au milieu des ténèbres
Ces Dieux de nombres sont le difforme qui naît de ton front noir !
Ils sont les spectres accroupis dans leur antre aseptisée

Monstres de nombres et du vide de ton âme, Humain, 
On en voit moins leur face que leurs ventres avides 
Matérialisation dans les entrailles pourries 
Des léviathans échoués dans les restes de ta folie 
De consommation, de destruction, de possession, vers le vide !

Seule la Terre est éternelle ! 
Mais peux-tu encore le chanter dernier Humain ? 
Lève-toi, réveille-toi enfin !

Ah ! Tu trouves tout mal ! Trop d’ombre et de misères ! 
D’autres mondes mieux faits te semblent nécessaires. 
Accueille et respecte celui-ci 
Tu peux investir mieux le rêve et le mystère …
Agis, parle, crie, ô ver de terre 
Ta conscience réveillée dans l’infini !

Ah ! L’énergie nécessaire te pèse et la nature t’étonne ! 
Ah ! Décembre après juin te semble monotone !
Ah ! Pourrir répugne à ta chair ! 
Tu sais que tu n’es pas content des réseaux où tu erres !
Bien. Fais la guerre aux Dieux de nombres qui t’effraient de leur tonnerre
Fais de ta pensée l’éclair qui libère !

Humain ! Montre ta force, respecte les autres. Que l’étendue 
De l’intelligence du vivant s’ouvre à ton regard éperdu.
Prouve à tous l’étendue de leur cécité !
Déplace les milieux, les axes et les centres ;
Fouille l’onde et l’éther, poursuis dans tous ses antres 
La monstrueuse imbécilité. 

Questionne, surprends, scrute, découvre, explore !
Invente et accueille, rejette ceux qui cherchent l’or !
Trouve pour tous ce que nul n’a trouvé
Sois le tout-monde ; accueille tous les êtres inouïs 
Comprends et partage et reviens enrichi 
De la diversité du hasard de la vie.

Peut-être ! Les peuples trouveront de nouveaux équilibres ;
Peut-être demain, les vivants seront libres ;
Ce jour sera bouillonnement
L’humain et tous les autres êtres illumineront alors l’ombre qui les environnent ;
Et l’on verra enfin le firmament. 

Les vivants noueront de nouveaux liens invisibles
Ils seront lieux et liens, et non plus cibles 
Tout sera commun
Et sans programmes, ni nombres, dans la frugalité
Le durable et le soin de l’autre un
Avec respect. 

Alors ! Les mondes, qu’aujourd’hui la consommation habite et creuse, 
Échangeront leur vitalité à travers l’ombre heureuse
Et l’espace des nombres rendu silencieux
Nul se ne sera plus exploité ni solitaire, 
L’avenir, ce sera l’union de tous les êtres sur la Terre 
Comme les étoiles dans les cieux !

Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gachis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Ce furent ses dernières paroles. 
Il ne me reste que des questions. Qui est-il ? D’où venait-il ? Pourquoi moi ?