Nowakowskismes 3.15. Rêve de fer, matin brun

« Je me réveille en sursaut, en nage… depuis toujours, je suis habitué à ne dormir que d’un oeil, de peur d’être surpris. Je suis un fugitif, j’ai réussi jusqu’à présent à échapper aux hordes de Helders, (les « héros » comme ils se nomment), les Helders du pays de Heldon qui se disent menacés d’abâtardissement par les mutants du Borgrave d’où je suis originaire. D’ailleurs, être fugitif quand on est de Borgrave, c’est normal dans ce monde. Les Helders, quant à eux, regardent effrayés et excités vers la puissance du Zind à l’est par-delà l’insignifiant Wolak.
Le Heldon est un pays enclavé qui a eu la volonté de rester pur après la grande guerre nucléaire qui a dévasté la Terre, qui a jeté à bas les anciens états, qui a érigé le chaos en règle. 
La cheffe du Heldon, Férine Jaggar, est une descendante de purhomme. Être un purhomme c’est être un humain au patrimoine génétique absolument pur. Férine Jaggar a vécu son enfance exilée parmi la lie de l’humanité mutante et métissée. Depuis toujours, elle a voulu réintégrer la Grande République de Heldon, où tout n’est que pureté génétique, le vrai pays de ses ancêtres. Elle est revenue avec un désir de purhumanité qu’elle a rendu assez fort pour galvaniser son peuple génétique et conquérir non seulement la Terre mais aussi les étoiles.
Je suis caché dans un bosquet de la forêt d’émeraude, je les entends, ils ne sont pas loin. 
Respirer m’est difficile. Je ne sais plus dormir paisiblement, et quand le sommeil est là, c’est toujours ces cauchemars, cette histoire, ce monde complètement fou qui vient me retrouver par delà le mur du sommeil. 
A la fin de son long exil au cours duquel elle n’eut qu’une seule obsession, revenir, elle reprit le chemin de Heldon. Quand elle arriva à la frontière, où vous devez vous en douter, il faut montrer patte bien blanche pour pouvoir espérer passer, elle ne rencontra aucune difficulté. Evidemment, imaginez-la, haute taille, physique athlétique, regard franc et bleu, cheveux blonds de rigueur et quelques autres indices génétiques attestant de sa pureté ! 
Férine afficha alors clairement qu’elle était « animée d’une juste colère raciale ». Dans la reconquête de sa terre natale, de son identité, de sa souveraineté, elle ne tarda pas à entraîner des buveurs d’auberge et tous les silencieux indignés. Elle les a réunis pour aller massacrer ceux qui osaient franchir la frontière de la république de Heldon sans être des purhommes. Elle voulut aussi en profiter pour faire honte à tous ces purhommes du pays de Heldon qui avaient accepté de vivre dominés. D’ailleurs, dès la frontière, elle avait constaté le relâchement parmi les fonctionnaires chargés des tests de pureté. Elle savait déjà qu’ils étaient sous l’emprise psychique d’un dominateur caché, dont l’unique visée était de souiller le sang pur et par là avilir l’humain, le purhumain. 
Avilir l’humain ! L’identité nationale ! L’histoire humaine les a tellement re-visités dans ce cycle perpétuel de désastres, de prise de conscience, d’oubli et de nouvelles plongées dans le toujours pire ! Et le pire, je peux vous dire qu’il est bien là ! 
Je ne respire plus, ils ne sont pas loin ! 
C’est encore une des bandes de motards chargées d’écumer le pays aux ordres de Férine à la recherche des fuyards de mon espèce. 
Des bandes à sa solde qu’elle avait réussi à s’attacher. Parce qu’afin d’affirmer son autorité, elle avait défié le précédent chef. Elle avait réussi à s’en défaire, et par là s’assurer de l’allégeance de toutes les bandes chargées de faire régner l’ordre. Elle l’avait détrôné pour prouver à tous qu’elle était bien la descendante des anciens purs, qu’elle était la protectrice de la culture ancestrale, qu’elle serait la pourfendeuse du métissage qui guette l’humanité, garante infaillible de la pureté, contrairement au précédent taxé de faiblesse et de couardise. 
Elle prit le trône, elle devint la cheffe, l’unique, détentrice du sceau ancestral de la famille, du travail et de la patrie. 
Alors, « debout, symbolisant dans l’espace et le temps ce tournant de l’Histoire, son âme au centre d’une mer de feu patriotique, [Férine] sentit la puissance de sa destinée cosmique couler dans ses veines et la remplir de la volonté raciale du peuple de Heldon. [Elle] était réellement sur le pinacle de la puissance évolutionniste ; ses paroles guideraient le cours de l’évolution humaine vers de nouveaux sommets de pureté raciale, et ce par la seule force de sa propre volonté »
Dans la foulée, elle organisa la refondation du parti. Elle en changea le nom. Le parti devint alors Les Fils de la svastika ou encore Sons of Svastika, qui, en abrégé donne évidemment SS. S’appuyant sur la désinformation, en criant haut et fort ce que ceux qui se disaient purhommes voulaient entendre, à savoir retrouver leur domination sur les impurs, elle se fit élire au Conseil de l’Etat. Elle sut jouer avec astuce et perversion avec le besoin des lâches d’avoir toujours quelqu’un à mépriser, sur la peur de l’invasion, le rejet de la différence, les théories du grand remplacement de la culture ancestrale et de la religion qui fait identité ! 
Elle prit son temps, mais elle y arriva. Elle finit par prendre définitivement le pouvoir en organisant un coup de force. 
L’armée se rangea alors de son côté et la sélection des meilleurs commença. Des camps d’étude raciale furent charger de trier le bon grain de l’ivraie. Les purs reconnus comme tels purent alors passer les tests d’entrée dans la garde d’élite SS, purent intégrer les meilleures écoles, les bonnes universités, obtenir les meilleures places, ceux qui échouèrent, les impurs, furent expulsés sur le champ ou pire, exterminés. 
Elle lança alors la reconquête du Borgrave afin de le purifier de ses mutants génétiques ignobles, des hommes-crapauds, des peaux-bleues et des autres perroquets, ainsi que les mutants et autres dégénérés de mon acabit.  
Alors j’ai fui ! Je fuis ce monde, je voudrais fuir ce monde, cette terre. 
Je cours, mais la nasse s’est déjà refermée sur moi, il n’y aura pas d’issue ! Je pense avoir perdu espoir, et ça ce n’est pas bon du tout !
Nous sommes des milliers à errer la nuit, à tenter de franchir l’océan vers l’autre côté, à vivre cachés le jour, et marcher la nuit, à dormir dans la peur d’une attaque des hordes de chasseurs, à craindre la délation. Certains d’entre nous sont encore des enfants, il y a des femmes seules avec leurs petits, beaucoup d’entre eux disparaissent sans laisser de traces en voulant traverser une rivière, en tentant le voyage vers l’autre côté, ou en croisant le chemin d’une horde. 
Et Férine, insatiable, elle veut étendre son emprise. Les autres pays succombent un à un à la contagion. Il n’y a pas plus contagieux, dans un monde perdu, que la haine, la défiance, la violence. D’ailleurs « rien ne rend peut-être plus palpable l’énorme régression dans laquelle est entrée l’humanité […] que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et à leurs libertés. Avant, la Terre appartenait à tous ses habitants. Chacun allait où il voulait et y restait aussi longtemps qu’il voulait. Il n’y avait pas de permissions, pas d’autorisations, et cela m’amuse toujours de voir l’étonnement des jeunes lorsque je leur raconte qu’avant, je voyageais en Inde et en Amérique sans avoir de passeport et même n’en avais jamais vu aucun. On montait dans le train et on en descendait sans rien demander, sans qu’on vous demandât rien, on n’avait pas à remplir un seul de ces centaines de papiers qu’on réclame aujourd’hui. Il n’y avait ni permis, ni visas, ni tracasseries ; ces mêmes frontières qui, avec leurs douaniers, leur police, leurs postes de gendarmerie, sont aujourd’hui transformées en réseau de barbelés en raison de la méfiance pathologique de tous envers tous, n’étaient rien d’autre que des lignes symboliques qu’on traversait avec autant d’insouciance qu’un fuseau horaire. [Avec Férine et sa clique], le monde se vit à nouveau bouleversé. On se défendait partout contre l’étranger, le mutant, partout on excluait. Toutes les humiliations qu’autrefois on avait inventées exclusivement contre les criminels, on les infligeait maintenant à tous ceux qu’on considérait comme impurs. [Un impur devait] se faire photographier de droite et de gauche, de profil et de face, les cheveux coupés assez court pour que l’oreille fût visible, donner ses empreintes digitales, d’abord le pouce seul, puis les dix doigts. Il fallait en plus présenter des certificats de santé, de vaccination, de police, de bonne vie et mœurs, des recommandations, il fallait pouvoir présenter des invitations et des adresses de parents, il fallait fournir des garanties morales et financières, remplir des formulaires et les signer en trois, quatre exemplaires, et s’il manquait ne fût-ce qu’une feuille de ce tas de paperasses, on était perdu. » 
De toute façon, nous sommes perdus ! 
Férine et ses Fils du svastika sont fascistes, xénophobes, animés de volonté raciale tendant à la purification et d’aspiration à la supériorité d’une partie de l’humanité sur l’autre. Leur croyance est la manipulation des masses, l’identitaire, les défilés, les drapeaux, les uniformes ajustés ! Elle est passée maître dans l’art de l’utilisation des médias de masse pour manipuler les masses. Elle use comme tous ces gens-là des rassemblements de foules destinés à dissoudre les individus dans une masse sans identité. Elle s’appuie sur l’apathie puis la complicité des autorités qui laissent faire et encouragent toutes les formes de pogroms. Et bien sûr, le complot, tout est bon pour dénoncer, éradiquer, le complot comme projet politique et comme moyen d’élimination rapide de toute idée de révolte ! 
Alors, ceux comme moi, qui ne sont pas des purhommes, nous sommes traqués, éliminés, déportés. J’ai tenté de fuir, j’erre avec tous les autres depuis plusieurs semaines, mais cette course est perdue d’avance ! Quelques instants de vie de proie, mais de vie quand même, de liberté surtout… 
Mais ça y est ! Je les entends, ils se rapprochent, je sens qu’ils m’ont localisé, s’en est fini cette fois…. je me mets à courir, j’entends les chiens ! Is sont sur moi !.. » 

Je me réveille en hurlant de terreur… 
Où suis-je ? Où sont les chiens ? 
Tout à coup, je sais où je suis. Je me détends. Du moins, j’essaie de rattraper mon coeur qui bat à tout rompre !
Je suis dans mon lit à Nancy, nous sommes le 27 mai 2019. Je réalise que j’ai rêvé, que le Heldon, c’est un souvenir des lectures de ce vieux Norman Spinrad. 
Par contre ce matin, et mes souvenirs remontent à la surface. Hier avaient lieu les élections européennes, et dans beaucoup de pays européen, et en France, les partis fascistes sont arrivés en tête. 
Le 27 mai 2019, c’est un matin brun. J’espère que vous avez lu ce petit texte qui met en scène toutes les petites compromissions qui mènent au point de non retour de l’inacceptable ! 
Je comprends mon cauchemar après cette soirée électorale au cours de laquelle les cadres de ce parti fasciste sont venus fanfaronner chacun leur tour à l’antenne. Cette soirée électorale où leur cheffe prononça un discours dans lequel elle se voit déjà présidente de la république française. 
Matin brun quand le RN arrive en tête avec 23,31 % des voix et obtient 22 sièges. Le RN, ce parti fasciste qui n’hésite pas à s’afficher avec les suprêmacistes blancs est sous le coup d’enquêtes pour avoir détourné 7 millions d’euros au Parlement Européen. Le RN est un parti fasciste et qui, comme tous les partis fascistes, a toujours voté contre les mesures écologiques et sociales, contre toutes les propositions de lois sociales, qui considère que laisser se noyer par milliers dans la Méditerranée découragera les autres de venir en Europe. Le RN qui arrive à la première place en France. 
Ferine Le Pen, pardon Marine Le Pen, a même obtenu le soutien de l’ancien leader du  Ku Klux Klan, David Duke. Ce sinistre individu prône la suprématie de la « race » blanche sur les autres. Celui-ci ne tarit pas d’éloges pour la présidente du Rassemblement national. Interrogé, via Twitter, sur le regard qu’il porte sur la candidature RN à la présidentielle, il a répondu : « Son père est un grand homme, un vrai patriote. Il a élevé une femme forte et intelligente qui comprend comment se joue la politique au XXIe siècle ». Ça donne juste envie de vomir.
Au Parlement européen les fascistes occuperont 115 sièges sur 751. Ils sont en troisième position derrière les conservateurs qui ont obtenu 175 sièges et les socio-démocrates qui ont obtenu 148 sièges.
Au Royaume Uni, le parti du Brexit ouvertement d’extrême droite a obtenu 31,69 % soit 29 sièges
En Italie, Salvini, a encore renforcé son emprise sur le gouvernement populiste au pouvoir à Rome. La Ligue a dépassé les 34% et a obtenu 28 sièges. 
En Allemagne, le partie d’extrême droite a obtenu 11 % des voix soit 11 sièges, et en Autriche, 17,2 % des voies, soit 3 sièges. Sans parler des affreux à la Orban, souverainistes dont la frontière avec l’extrême droite est bien ténue. 
Nous avons déjà passé un grand nombre de ces petits pas dont je vous ai parlé en début d’émission. Des petits pas terribles comme cette IA que l’Europe va tester à ses frontières pour détecter les mensonges. J’ai honte des chercheurs et des ingénieurs qui répondent à de tels projets ! Il est encore temps, pour l’écologie, pour un monde qui garantit une vie décente à tous et toutes, pour des frontières qui ne séparent pas mais qui rassemblent, réagir et surtout de ne pas avoir peur de le faire, pour la pensée… comme puissance de fraternité, de solidarité et de résistance !

Sources
Rêve de fer, Norman Spinrad
Matin brun, Franck Pavloff 
Stefan Zweig, Le monde d’hier
Société en Jeu, N°2, Janvier 1996. Revue Lire & Savoir. ISBN 2-07-059289-X

Nowakowskismes 3.14. Mother Earth !

Où est passé le bruissement, ordinaire et familier du monde quand il était en vie? Ce bruissement nous avons appris à nous en passer pour ne pas sombrer dans la folie. Oubliés les chants des oiseaux, oubliés les insectes aussi, oublié le vivant et ce que nous appelions la nature, nature que nous avons condamnée comme l’humanité. En 2019, on avait déjà fait le constat qu’en 50 ans, la moitié des sons de la nature avait disparu ! 
Comment puis-je les oublier ?
Ces mots sont mon témoignage, le dernier témoignage de la bêtise et de la cupidité des hommes qui ont fait de la Terre un astre mort, bien loin de celui que avons connu, il n’y a pas si longtemps que cela. Une planète unique qui suscitait l’émerveillement de ceux qui savaient admirer, hûmer, se fondre dans ces espaces bouillonnants de VIE pour s’y ressourcer !
En 2019, l’alerte mondiale avait bien été lancée ! À maintes reprises !
Après de multiples actions, le lundi 6 mai 2019, je m’en souviens comme si c’était hier, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques – le « GIEC de la biodiversité » comme on l’appela alors, publia un nouveau rapport qui jeta à la face de tous, un état des lieux d’une gravité sans précédent, une situation terrible, des chiffres terrifiants qui ont fait alors la une de tous les médias. 
S’affichait alors en toutes lettres que le taux de disparition de la vie sauvage était des dizaines, sinon des centaines de fois plus élevé que durant les derniers dix millions d’années ; qu’un million d’espèces animales et végétales, terrestres ou marines – soit une sur huit –, étaient menacées de disparition. Et que le rythme s’accélérait dramatiquement. Les extinctions de masse, la Terre les connaît ! Voilà 65 millions d’années, la cinquième extinction de masse fauchait, en même temps que les dinosaures, les trois quarts des espèces présentes sur Terre. D’autres précédentes crises, des centaines de millions d’années plus tôt, avaient éliminé jusqu’à 95 % du vivant.
Nous n’en étions heureusement pas encore là. Mais nul ne pouvait plus l’ignorer : la planète s’acheminait dans l’indifférence quasi générale vers la sixième extinction de masse. Celle-ci risquait de se produire non plus à l’échelle des temps géologiques, mais en quelques décennies seulement. Avec un unique responsable : l’homme. 
Les chiffres étaient là ! Devant nos yeux ! Seuls quelques-uns luttaient avec l’énergie du désespoir, la jeunesse des états riches reprochant à leurs ainés d’avoir vécu en égoïstes, sans se préoccuper de l’avenir, en satisfaisant leurs besoins de consommation immédiats et destructeurs. Des activistes tentaient des actions coups-de-poing afin de marquer les esprits et les médias – en vain ! 
A Paris, en mars 2019, 50 000 manifestants marchaient pour le climat et c’était un étonnement joyeux, un peu comme une gay pride, avec la techno et des slogans élaborés sous forme de jeux de mots coquins. La grève mondiale pour le climat était lancée, avaient-ils dit.
Puis en quelques mois, l’écologie changea de style. Greta Tumberg la jeune militante suédoise devenue une icône, a cassé le monde en deux : ceux qui défendaient le monde qu’elle proposait et ceux qui lui résistaient. Le Parlement britannique avait alors déclaré l’urgence climatique suite à la demande des activistes du climat d’Extinction Rébellion qui voulaient alerter et ce de façon de plus en plus spectaculaire, toujours en prônant la désobéissance civile. Extinction Rébellion a  réussi à bloquer la capitale britannique pendant 11 jours. Il avait même été décidé de bloquer le pont de Waterloo pour y mettre un jardin et une rampe de skate, pas pour emmerder les gens mais pour créer du trafic, pour faire du bruit – faire du bruit pour que les humains se réveillent !
Et bien sûr, toujours les mêmes réactions,  ça empêchait les honnêtes gens d’aller travailler ! C’était inacceptable parce que ça créait bouchons ! Ce qui se passait là, c’était tirer la sonnette d’alarme pour toute la population, que leurs réactions n’étaient qu’une protection de leur petit confort immédiat et ordinaire. Et puis, 10 jours après, ce fut le tour de l’Irlande. L’irlande déclara aussi l’urgence climatique sous la pression.
Je me souviens très bien de toutes ces actions en parallèle, de toutes ces marches pour les climat, des pétitions, des grèves scolaires, des « profs en transition », des tribunes, des documentaires, des essais, que d’appels au sursaut !
En mai 2019, nous étions en période électorale, les élections européennes. Alors que l’alarme sur l’effondrement du vivant n’avait jamais été aussi forte, la France et son gouvernement, au même moment, ne trouva rien de mieux à dire que trop de biodiversité nuisait à la croissance. Ce gouvernement priva le Conseil National de Protection de la Nature, l’une des plus anciennes et plus vénérables institutions de protection de la nature, de sa capacité à protéger les espèces menacées. Le Conseil national de protection de la nature (CNPN) perdit son droit de regard sur les demandes de dérogation à la protection des espèces protégées. Les procédures anciennes obligeaient les porteurs de projet d’aménagement (autoroute, grande surface, plateforme de forage pétrolier, parc éolien, aéroport…) à obtenir l’autorisation de la puissance publique si leurs travaux impactaient l’habitat ou les conditions vitales de la faune et de la flore sauvages protégées. Le CNPN devait être saisi pour recueillir son avis, consultatif. Un décret fut signé pour confier cet avis auprès d’instances nommées par les préfectures et les collectivités plus vulnérables aux pressions des responsables politiques et économiques locaux ! Le CNPN avait été créé en 1946 et fut une institution fondatrice du droit de l’environnement en France. Ses travaux avaient conduit à la création des parcs nationaux et réserves naturelles, via la loi de protection de la nature de 1976. En 2019, on le torpilla !
Je vois encore les premières pages des journaux, j’entends encore les annonces à la radio et la pseudo-indignation et mobilisation politique. De tout, je me souviens ! 
1 million d’espèces vivantes étaient menacées d’extinction, ce qui représentait un rythme de disparition jamais connu depuis 10 millions d’années de vie sur la Terre. Pas moins de 75 % de la surface des terres était sérieusement endommagée. La productivité de la Terre décroissait sur près d’un quart de la surface du globe. 66 % des océans étaient de plus en plus affectés par des effets cumulés de dégradation. 85 % des zones humides avait disparu. Depuis 1870, la moitié des coraux avaient été détruits et un quart des espèces animales était en voie d’extinction. Entre 2010 et 2015, 32 millions d’hectares de forêts primaires avaient été détruits. Pas moins de 40 % de l’environnement marin avait ainsi été gravement endommagé, tout comme trois-quarts des surfaces agricoles et la moitié des cours d’eau terrestres.La sixième extinction de masse était déjà en route, et les cinq grandes causes étaient toutes liées à l’activité humaine : la surexploitation des ressources, la dégradation des habitats, les pollutions diverses, la prolifération des espèces invasives et le dérèglement climatique. 
Le taux d’extinction des espèces dans le monde était « des dizaines et même des centaines de fois plus élevé » que la moyenne des 10 derniers millions d’années, et il s’accélèrait ! Plus de 500 000 espèces terrestres disposaient « d’un habitat insuffisant pour leur survie à long terme ». On savait très bien que depuis 1900, les espèces terrestres qui peuplaient la planète, menacées ou non, avaient vu leur abondance décliner en moyenne de 20%. 
Et ce n’était pas tout ! 80 % des insectes d’Europe avaient disparu en l’espace de 30 ans. Personne ne s’inquiétait outre mesure quand, après un déplacement en voiture, l’été, il n’y avait plus d’insectes sur leur pare-brise ! Chouette plus besoin de lave-glace démoustiquant ! Ce fut une extinction à « effet domino » qui mena à l’extinction de 400 millions d’oiseaux de la même zone. Les oiseaux mais aussi d’autres prédateurs d’insectes ont suivi, comme les hérissons, les lézards et les amphibiens. 
Mais tout allait bien pour certains, on avait réussi à faire réapparaître des espèces ! Bonne nouvelle ! On peut en discuter ! On peut certes agir mais comme toujours c’est toujours plus sexy de réintroduire le lynx ou le bison d’Europe, … que des insectes ! Confondre communication et action mène au mur ! 
Même des chiffres comme ceux-ci n’ont mené à rien ! 125 milliards de dollars, c’était la valeur estimée des services rendus par la nature : soit une fois et demie le PIB mondial ! Mais bof ! Des chercheurs en quête de célébrité proposèrent de remplacer les pollinisateurs par des petits robots ! En voilà une belle idée ! En effet, nous tirions profit du travail des insectes pollinisateurs dans les cultures, dont dépendaient un milliard et demi d’emplois dans le monde. On pouvait aussi prendre en compte les recettes de la médecine naturelle et les quatre milliards d’individus qui utilisaient plantes et autres espèces vivantes pour se soigner. Mais aussi, les deux milliards de personnes qui dépendaient du bois pour l’énergie… 

La réponse à l’alerte des scientifiques et des citoyens fut mise entre les mains des gouvernements. Déjà, en 2010, lors de la Conférence sur la diversité biologique d’Aichi, au Japon, ils s’étaient fixé des objectifs ambitieux, dont aucun ou presque n’avait été en passe d’être atteint. Ils s’étaient donnés rendez-vous fin 2020 en Chine, pour une nouvelle session de cette conférence pour prendre des engagements précis, déclinés en politiques publiques et associant l’ensemble des acteurs de l’économie et de la société civile. Ce posait évidemment la question d’un mode de développement moins prédateur pour la nature et de financements alloués à la préservation et à la restauration de la biodiversité et de leur juste répartition entre pays riches et pauvres. Ça n’a rien donné ! 
En 2019, quelque 8 milliards d’euros par an étaient affectés au niveau mondial pour la restauration de la biodiversité, les experts estimaient qu’il en aurait fallu entre 200 et 300 milliards chaque année. 
A combien avons-nous évalué le prix du vivant ? Evidemment, pas suffisamment ! Le monde qui est le mien aujourd’hui, détruit et stérile, est la preuve de nos échecs et nos désertions face aux profits immédiats, à la satisfaction immédiate des intérêts et des désirs, et des carrières et des lobbies ! 
Le tissu vivant de la Terre, essentiel et interconnecté, s’est réduit et s’est effiloché de plus en plus vite, les équilibres dont dépendaient les espèces étant détruits. On savait que les conditions étaient en place pour « une évolution biologique rapide – si rapide que ses effets peuvent être vus en à peine quelques années ou encore plus vite ». Et cette extinction menaçait la vie humaine ! Même pour ceux qui accordaient peu d’importance au sort des animaux ou des plantes avaient de quoi s’inquiéter de l’état de la biodiversité parce que « la plupart des contributions de la nature ne sont pas entièrement remplaçables », et certaines ne le sont pas du tout. On savait que 75% des types de cultures utilisés dans le monde reposaient sur la pollinisation par les animaux. 
En bonnes autruches, les têtes enfoncées dans du sable pollué, nous avions complètement occulté le fait que les écosystèmes menacés jouaient un rôle crucial, que les écosystèmes marins et terrestres étaient les seuls puits pouvant absorber nos émissions de carbone, que « les forêts captaient du carbone, empêchaient les inondations », qu’elles étaient des lieux de détente, de retour à nous-mêmes et de contemplation qui manqueraient terriblement aux êtres humains – et ça ! je peux vous le confirmer !
En 2019, un quart de toutes les espèces animales et végétales répertoriées étaient menacées, et nous avons laissé faire. Partout, des variétés locales de plantes et d’animaux disparaissaient, menaçant gravement la sécurité alimentaire du monde et c’est arrivé. Certains bouleversements étaient irréversibles et nous le savions ! Par exemple, nous avions observé le cas des sardines de Namibie : surexploitées, elles avaient disparu des eaux autrefois très poissonneuses du large de ce pays d’Afrique. Les méduses les avaient remplacées qui à leur tour avaient entraîné une prolifération du phytoplancton. La masse microbienne alors engendrée consommait tout l’oxygène présent dans les eaux qui étaient devenus impropres à la vie. Et cet exemple en est un parmi tant d’autres, comme les destructions dues à la fertilisation des sols par les engrais chimiques concentrant de grandes quantités de phosphates et de nitrates dans les cours d’eau qui étaient devenus mortels pour une partie des espèces qui y habitaient.
Voilà ce que nous avons fait ! 
En toute conscience, en continuant notre chemin mortel en refusant d’en voir les signes avant-coureurs. Le président des USA, le dernier avant la catastrophe n’a fait qu’amplifier le mouvement pour se garantir une ré-élection, les dirigeants européens n’ont vu que leurs intérêts à court terme, la croissance et la préservation des intérêts des lobbies pétroliers, de l’automobiles, de l’agro-alimentaire ! C’était un temps où 20% des plus riches possédaient 94% de la richesse mondiale, 2% les plus riches possédaient plus que 50% de la population mondiale !
Et, dans les plus riches, il y avait les géant du numérique, du web, du eCommerce, … l’intelligence artificielle ! Je me souviens que vers 2019, 45 000 contenus concernant l’intelligence artificielle étaient postés chaque semaine sur le web ! 
Optimiser un service, installez une plateformes ! Faire des économies, dématérialisez le service ! Une éducation moderne, vive le lycée 4.0 ! Une application pour tous les problèmes de la vie professionnelle et quotidienne ! 80 milliards d’objets connectés ! Nous étions peu nombreux à rappeler que chaque consultation d’une page web se soldait par l’émission de 2 g de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et la consommation de 3 centilitres d’eau. A l’échelle mondiale, internet était un 6e continent qui « pèsait » chaque année 1037 TWh d’énergie, 608 millions de tonnes de gaz à effet de serre et 8,7 milliards de m3 d’eau douce. Soit environ 2 fois l’empreinte de la France de 2019 ! 
En plus d’être colossaux, les impacts environnementaux du numérique étaient multiples. Il était responsable de l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables, de la pollution de l’air, de l’eau et des sols induisant des impacts sanitaires contribuant à la destruction des écosystèmes et de la biodiversité, des émissions de gaz à effet de serre contribuant au changement climatique, … sans parler des conditions d’extraction des terres rares et des métaux indispensables à leur fonctionnement ! La purification d’une tonne de terres rares indispensables aux tablettes qui s’installaient partout, contaminait au moins deux cents mètres cubes d’eau avec toutes les conséquences liées au manque d’eau potable sur l’agriculture et les habitants. Au Chili, premier producteur mondial de cuivre, le déficit d’eau était tel qu’il a conduit les groupes miniers à utiliser 50 % d’eau de mer dessalée, et dessaler l’eau est un processus extrêmement énergivore. Internet, le numérique, une nouvelle frontière, une utopie que les pionniers revendiquaient en ces termes « Gouvernements du monde industriel, vous, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace, La nouvelle demeure de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande à vous, du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez pas de souveraineté là où nous nous rassemblons. » Et bien ces pionniers qu’ont-il fait d’autre que d’accélérer le processus infernal qui nous a conduits à ces temps funestes. 
Je me souviens très bien de ce Mai 2019, à la veille des élections européennes où les listes affichaient l’écologie comme décoration dans leurs programmes toujours aussi vides ; le 10 mai 2019 le jour du dépassement ; en Mai 2019, tout était parfait, Total avait atteint ses objectifs, produire 3 millions de barils par jour dans sa logique de mise à sac des ressources de la planète ! Mai 2019, où on apprit qu’une fièvre hémorragique porcine foudroyante commença à décimer les cheptels de porcs ! 
Puis, le permafrost a fondu et a libéré dans l’atmosphère du dioxyde de carbone et du mercure en très grandes quantités, mais aussi des virus et des bactéries qui nous ont infectés.
Inondations violentes, typhons meurtriers toujours plus fréquents, assèchement de points d’eau, montée du niveau de la mer… Ces événements, dont la fréquence et l’ampleur étaient renforcées par le changement climatique, avaient contraint des millions de personnes à migrer. L’ONU prévoyait 250 millions de réfugiés climatiques dans le monde en 2050. 
En 2019, la question de la qualité de l’air intéressait peu alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) montraient que 9 personnes sur 10 respiraient un air contenant des niveaux élevés de polluants et donnaient des estimations révélant que 7 millions de personnes mouraient chaque année à cause de la pollution de l’air ambiant (extérieur) et à cause de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations. 
D’ailleurs, 30 ans plus tôt, en 1989, les principales puissances mondiales étaient à deux doigts de signer le premier traité international juridiquement contraignant pour imposer une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais, au tout dernier moment, les Etats-Unis firent capoter l’accord… tout était déjà là ! 
Voilà, dans ce monde, les oiseaux ont disparu. 
On racontait qu’en enfer, il n’y avait pas d’oiseaux pour que les damnés ne puissent lever les yeux vers le ciel. 
La Terre est devenue un enfer de pollution, de sécheresse et de dérèglements climatiques, la sixième extinction de masse est advenue. Tout est allé très vite, l’effet domino des dérèglements cumulés a fait s’accélérer la chute, avec ses conséquences sur les activités humaines, mais surtout sur les conditions de la vie sur la Terre. Les pôles ont fondu, le niveau des océans a atteint un niveau jamais atteint auparavant, toutes les infrastructures lourdes ont été détruites. Avec ceux qui ont survécu, nous tentons de donner sens à notre survie, en tentant un nouveau départ.  
Certaines parties du réseau internet ont survécu, nous sommes retournés aux bases qui ont permis son émergence, à savoir un réseau symétrique permettant l’interconnexion des humains sans avoir à passer des plateformes centralisatrices et prédatrices ! On a repris l’ancienne expérience du MBones, du ipmulticast, d’un modèle qui n’inclut pas en lui la prédation des données. Nous tentons de reconstruire une informatique basée sur un modèle de soutenabilité, dimensionnée à nos besoins, et surtout à nos ressources et nos moyens ! Pas à pas comme les explorateurs du Nouveau monde, nous avons réussi à localiser des lieux de préservation du vivant et de sa mémoire vive : des réserves de graines, des banques de semences de différentes espèces, des bibliothèques.
Nous avons réussi à réactiver le réseau IRIDIUM et sa constellation de satellites circulant sur une orbite terrestre basse et ainsi nous avons créé des liens entre les petits groupes de survivants. Cette constellation de satellites avait été lancée dans les années 90 par Motorola pour couvrir l’ensemble du globe et notamment les zones les plus reculées (ils visaient par exemple le personnel des plates-formes pétrolières). Elle devait compter 77 satellites (le numéro atomique de l’iridium) et finalement seuls 66 furent envoyés en orbite car la société a fait faillite avant.
Nous reprenons l’expérience d’Auroville que sa créatrice Mirra Alfassa défendait en affirmant qu’« il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire « il est à moi » ; où tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme un citoyen du monde et n’obéir qu’à une seule autorité, celle de la suprême vérité ; (…) dans ce lieu idéal, l’argent ne serait plus le souverain seigneur ; la valeur individuelle aurait une importance très supérieure à celle des richesses matérielles et de la position sociale. (…) En résumé, ce serait un endroit où les relations entre êtres humains, qui sont d’ordinaire presque exclusivement fondées sur la concurrence et la lutte, seraient remplacées par des relations d’émulation pour bien faire, de collaboration et de réelle fraternité. » Nous écrivons un nouveau récit planétaire où l’humain n’est plus au sommet de la hiérarchie. Recyclage, parcimonie, énergie propre, éducation, proximité, … Nous redécouvrons le concept de « l’Ephemeralization » inventé par Buckminster Fuller. L’ephemeralization c’est : « Faire de plus en plus avec de moins en moins, jusqu’à tout faire avec rien. »
Alors, nous essayons de re-vivre, …. mais il n’y a plus d’arbres et plus d’oiseaux et si peu d’eau ! Qu’est-ce que vivre sans leurs chants ? Qu’est-ce que vivre sans nos frères-arbres ? 
Voilà !
Et pour finir juste les quelques mots qui ont traversé le temps sur la page d’accueil du site qui était dédié à l’expérimentation MBones, 
« From human minds comes creation of what will be… 
De l’esprit humain vient la création de ce qui sera … »
Espérons !

Sources
Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial « Terre » R. Buckminster Fuller
Anoptikon, Olivier Auber
Siècle bleu, Jean-Pierre Goux
Livre blanc Numérique et environnement, 2018. http://www.transitions2.net/catalogue/view/2032/livre-blanc-numerique-et-environnement-2018 

https://www.ipbes.net/news/Media-Release-Global-Assessment-Fr?fbclid=IwAR33SR81h52N-eMts-S5U77V1PYgm9VFxMvUy0vwjm2GE69QqoJw3GzfVkw

« L’Irlande déclare à son tour « l’urgence climatique », dix jours après le Parlement britannique » 

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/10/apres-le-royaume-uni-le-parlement-irlandais-declare-a-son-tour-l-urgence-climatique_5460459_3210.html

« Pour le gouvernement trop de biodiversité nuit à la croissance » in Mediapart. 05.05.2019 https://www.mediapart.fr/journal/france/050519/pour-le-gouvernement-trop-de-biodiversite-nuit-la-croissance  
Pourquoi n’y a-t-il plus d’insectes sur vos pare-brise ? France culture du 13.02.2019. https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/pourquoi-ny-a-t-il-plus-dinsectes-sur-vos-pare-brises 
Bientôt une banque européenne pour le climat ? in Libération, 07.05.2019. https://www.liberation.fr/planete/2019/05/07/bientot-une-banque-europeenne-pour-le-climat_1725116 
Acoustique : quand la science écoute le chant du monde

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/acoustique-quand-la-science-ecoute-le-chant-du-monde

Ambiances
Several Species of Small Furry Animals Gathered Together in a Cave and Grooving With a Pict, Pink Floyd, Ummagumma
ITAIPU The Canyon, Mato Grosso, Philip Glass & Atlanta Symphony Orchestra and Chorus


Nowakowskismes 3.13. Retour à San Francisco

La dernière fois, c’était il y a plus de 15 ans, la dernière fois, c’était à un autre tournant de ma vie, je quittais pour revenir, je revenais à San Francisco pour la quitter pour longtemps. En cet avril 2019, j’y retourne, je veux revoir San Francisco, la baie, la côte Pacifique avec ses rubans de varech, les éléphants de mer, les vols de pélicans, le Pacifique … puissant. Il n’est jamais évident voire bénéfique de marcher dans des pas anciens, de venir troubler la mémoire, de réveiller les jours anciens qui constituent une part de soi-même. Mais, un appel impérieux, présent là depuis longtemps, « il faut que j’y retourne ! » s’est enfin matérialisé, je l’ai écouté, et j’y réponds aussi parce que cette année 2019 est un bel anniversaire. En cet avril 2019, billets achetés, voiture louée, hébergement pour les premiers jours dans la baie réservé… il ne restait plus qu’à la patience d’agir jusqu’au jour J. 

Pourquoi San Francisco ? Allez savoir ! Déjà un imaginaire de toujours, la musique, un monde que j’ai frôlé, vécu, des lieux, des livres, une adresse, un pont, un air, le bout du monde rêvé… poésie de la poiétique de mon monde intérieur, et de nos rêves. 
Peu de préparatifs, mais un peu quand même ! En cette année 2019, il faut prendre en compte les tarifs pour se loger à San Francisco ! Même avec une offre pléthorique, Air B’n B et autres, finis les coins inattendus dans les interstices de la cité, finie une porte toute simple comme le Basque Restaurant au coeur de Chinatown, du Basque entre les idéogrammes, le Basque Restaurant de mon premier passage au tout début des années 90… pour quelques dollars la nuit, à quelque pas de Telegraph Hill, en route vers le Japon. Où sont les petits coins abordables du côté de Palo Alto, Mountain View et Cupertino, dans lesquels j’ai erré, travaillé, rêvé … il y a près de 25 ans ! Un quart de siècle ! 
Cette année, ce n’est pas un pèlerinage, ce n’est pas marcher dans les vieilles traces, ce n’est pas chercher à retrouver, cette année, j’ai juste besoin de revenir ici, … respirer, voir, partager et vivre l’air d’ici. 
Enfin, le jour du départ… un samedi matin, un voyage qui débute tranquillement, train, changement, correspondance, train encore puis l’aéroport, Charles de Gaulle, Terminal 1. Puis une petite pause pour se restaurer, dans un espace ménagé, un interstice, parmi toutes les chaines internationales de mauvaise bouffe qui peuplent tout le rez de chaussée du Terminal, écrasantes, omniprésentes, inévitables, un inattendu délicieux, une brèche par Thierry Marx, un moment rassérénant avant les 12 heures de vol qui s’annoncent, une ouverture dans le néant gastronomique de ces halls d’aéroport, nourrissant les humains comme du bétail en batterie. 
L’embarquement se passe bien… dans la cohue « normale » d’un embarquement où une majorité des voyageurs a acheté son accès Premium ou Prioritaire pour être prioritaire… quelques euros pour passer avant les autres… une aubaine non ! ? Mais comme tout le monde veut passer avant les autres, ils sont tous à s’embouteiller pour être les premiers dans l’avion !.. 
Malgré cela, l’embarquement se termine à l’heure, prêts pour le décollage.. et là patatras… un problème a été détecté dans la soute à bagages, l’avion est un Boeing, et suite aux derniers accidents graves, c’est prudence au niveau maximum ! Les ingénieurs de chez Boeing doivent venir, poser leur diagnostic, faire un rapport et autoriser ou pas le décollage… et donc plus de 2 heures d’attente… pour la délivrance d’un certificat qui permettra à l’avion de quitter son parking. Enfin, le message du commandant, on va décoller ! Et c’est parti pour un saut de 12 heures par dessus le monde. 
9 heures de décalage horaire plus loin, l’avion se pose à Oakland International. Et là commence une autre épreuve, les contrôles de l’immigration pour l’entrée sur le territoire des USA. Ce n’est plus un certificat, mais une autorisation qu’il faut obtenir. D’abord se connecter sur un appareil – tablette qui vérifie si vous avez bien obtenu l’ESTA, lit le passeport équipé d’une puce électronique, contenant une bonne partie de votre vie, garant de votre identité, composante d’un processus en oeuvre pour faire des humains, des moutons. Tout est parfaitement organisé pour qu’un petit nombre de fonctionnaires gère des flux importants d’êtres animés, en faisant en sorte que le processus ne soit interrompu par aucun accroc, aucune singularité. Une méthode, bien connue depuis l’antiquité, celle des bergers ou des éleveurs chargés de la transhumance de bêtes en grand nombre, méthode qui a d’ailleurs été fortement améliorée dans les mondes concentrationnaires. En effet, qu’il s’agisse de têtes de bétail, de détenus des camps ou de voyageurs à l’aéroport, les procédures sont toujours les mêmes : on met place de longues files jalonnées de balises, signalées par des écriteaux, délimitées de barrières, de cordons, de chaînes… On y ajoute des fonctionnaires en uniforme placés aux points d’hésitation, aux carrefours, aux failles prévisibles, partout où le dispositif pourrait se révéler défaillant. Enfin, on fait planer des menaces plus ou moins explicites pour qui dérogerait aux règles implicites de cet espace, en exhibant à chaque issue des gardes en uniforme prêts à intervenir au premier mouvement de foule…
La garde en question décide d’orienter les voyageurs soit vers une file, soit vers une autre. Une file presque vide, ou une autre déjà très longue. et c’est à celle-ci que je suis obligé de m’agréger ! Peut-être parce que j’ai un passeport français ? Non, non, parce que des français sont dirigés vers la file rapide ! Donc, attendre, un seul guichet ouvert, puis deux, … et une file qui n’avance pas ! Derrière moi, deux jeunes, dont un qui s’est fait rappeler à l’ordre, il voulait passer sur l’autre file. Et ces deux jeunes, la vingtaine, c’est leur conversation qui accroche mon oreille. Des ingénieurs, certainement, des chercheurs, … mais des « cerveaux » c’est ce qu’ils disent d’eux. Ils viennent certainement à San Francisco, sûrs de leur supériorité, à la manière de ce que disait John Winthrop, le pasteur puritain du Mayflower, qui disait : «  Nous serons comme une cité sur une colline, les yeux de tous les peuples […] sur nous ». Ces deux abrutis suffisants vont à la Silicon Valley, « la cité de la colline » et les yeux du monde seront posés sur eux. Ils y croient ! 
L’attente est longue pour enfin arriver au guichet, pour des formalités qui ne dureront que 2 minutes. Puis récupérer la valise qui a été mise sur le côté, évidemment, cela fait plusieurs heures qu’elle est sortie de l’avion et tourne sur le carrousel. La navette vers la centrale de location de voitures, quelques palabres, et ça y est au volant d’une belle grosse Nissan, en route pour le cottage dans la nuit, avec 4 heures de retard, dans le trafic hyper-dense de fin de samedi, avec un système de guidage qu’il faut apprivoiser… mais tout se passe bien ! Sans encombre, et en un temps et erreurs de parcours minimum, le cottage se découvre dans les phares de la voiture, sous les arbres, sur le haut d’une colline. Dormir !
Le premier matin, c’est un réveil très très matinal dû au décalage horaire. Ouvrir les yeux à 3 heures du matin, et essayer de somnoler un peu afin d’attendre le lever du jour, vers 7 heures du matin. Debout, petit thé avec ce qui est disponible dans ce cottage Air B’n B. Evidemment, à cause des retards cumulés, il n’était plus possible de faire les quelques achats nécessaires à la vie dans le cottage. Donc après un dîner avec un thé, un petit déjeuner avec un thé, et le jour qui se lève, la nature tout autour, la baie en bas au loin, les chênes verts, la terrasse en bois, … et surprise matinale, la visite de trois biches venues là pour se nourrir de l’herbe fraiche du jardin. D’ailleurs le cottage est de bois peint en jaune, il est blotti sous un bouquet de chênes verts qui abritent certainement un pic-vert… le code morse qu’il émet lorsqu’il frappe le tronc vient rythmer le silence du lieu. Ça y est ! De retour en Californie ! 
« If you’re going to San Francisco, be sure to wear some flowers in your hair »  qu’il chantait !
Alors, la faim matinale au ventre, il est urgent de prendre la direction de la ville afin de trouver un endroit pour boire un café et manger quelque-chose. La ville, c’est El Sorrente, c’est une ville-banlieue de Oakland-San Francisco, et c’est dans une zone commerciale encore déserte d’un dimanche matin, que j’atterris dans un Bagel’s store, fréquenté par des âmes errantes du dimanche tôt le matin. Puis quelques courses au Lucky d’à-côté, et direction vers le pont de San Rafael, et émergeant de la brume, je m’offre une arrivée majestueuse par le pont de la porte d’Or. Le Golden Gate Bridge est là devant, majestueux, mythique, …, la ville de San Francisco est là, … enfin ! La skyline a changé depuis la dernière fois… des marques nouvelles émergent du brouillard. La Transamerica Pyramid n’est plus le point culminant et identitaire de cette chaînes de sommets du bout du monde. L’air est doux, il n’est pas possible de résister à l’appel du pont, et aux quelques pas qui mènent jusqu’à l’ancienne batterie d’artillerie  qui offre une vue unique sur ce pont qui habite nos imaginaires, et à ma droite, l’ouverture vers le large, le Pacifique. 


Le regard empli de cette vue, d’être là enfin, il faut franchir le pont. C’est quand même quelque chose d’arriver à San Francisco par le Golden Gate Bridge ! Et comme San Francisco se visite aussi à pieds, ce n’est pas si courant que cela au Etats Unis, c’est à l’Exploratorium que je gare la voiture. Et comment passer à côté de cet édifice néo-classique, factice mais si réel… un monument temple, un dôme immense, des colonnes, des chapiteaux de feuilles d’acanthe, et les Muses. 
Marcher à San Francisco, c’est important, parce que marcher à San Francisco, c’est vivre le relief de la ville. On connait tous les rues abruptes à angles droits, on a tous vu Bullitt, mais marcher à San Francisco c’est faire l’épreuve par son corps de son relief singulier. 
Et donc, la marche débute sur la Marina, les superbes maisons blotties les unes contre les autres, c’est dimanche matin, on court, on roule, on fait sa séance de fitness – à gauche la baie, Alcatraz qui se montre, et après quelques centaines de mètres, le Marina Safeway que les lecteurs d’Armistead Maupin connaissent bien. 
Quelques centaines de pas plus loin, toujours la baie à gauche, c’est le raidillon de Fort Mason, pour redescendre vers Fisherman Wharf et la foule des touristes venus du monde entier. Fisherman Wharf qui s’ouvre avec le musée de la marine, paquebot de béton, puis l’alignement des boutiques, des galeries, des restaurants, … jusqu’au Pier 39 et la colonie de lions de mer, logeant sur les pontons depuis toujours – d’ailleurs dans cet avril, ce sont des lions de mer particulièrement énervés par le rut. Depuis des dizaines et des dizaines d’années, avec Alcatraz en arrière-plan, ces lions de mer ont été photographiés par des générations de touristes, plantés là pendant de longues minutes à regarder ces gros mammifères qui dégagent une odeur violente de sauvage. C’est cela aussi la Californie, un état au sommet de la modernité, mais une nature toujours une présente… c’est vrai que l’humain ne s’y est installé qu’il n’y a que quelques instants à l’échelle de la vie !
Le temps a passé, le petit déjeuner est déjà loin, c’est le moment de déjeuner chez Louis, face à la baie. 
Après avoir récupéré et rechargé les accus, de Fisherman Wharf, je remonte par les escaliers vers Telegraph Hill et cette fameuse Coit Tower, ses légendes urbaines, et la vue sur les pentes de la colline, la baie, la Lombard Street, et son serpent-route. Le soleil est là, le printemps est partout sur les pentes de San Francisco, les essences d’arbres sont en fleurs, les pentes sont raides, marcher dans San Francisco est une épreuve physique, et descendre est une respiration, et descendre vers Colombus, c’est se retrouver devant City Lights Books, l’antre de la Beat Generation, l’antre de Lawrence Ferlinghetti qui vient de fêter ses 100 ans, dernier acteur et témoin d’un temps définitivement perdu,… poète toujours, engagé toujours !.. À ma première visite, il était encore à la caisse de sa librairie… une librairie caverne d’Ali Baba, une libraire comme je les aime, des rayons surchargés de livres, des rayons entiers consacrés à l’anarchie, à la lutte, à l’écologie… et, à la poésie – « Poetry as insurgent art » !
La journée se termine, après un café pris au coin de Washington square, la fraicheur du soir se propageant, il est temps de reprendre la voiture et de rentrer dormir dans notre maison jaune sur la colline. 
Un autre matin, c’est sous le soleil et par le Bay Bridge ce coup-ci, la route 101 qui devient Van Ness avenue, à droite du pont le Civic center, ses gratte-ciels, et quelques virages dans la circulation dense d’un lundi matin avant de garer la voiture au pied de Buena Vista Park, à l’entrée de Haight Street, parce qu’aujourd’hui c’est une virée dans le quartier de Jerry Garcia, de Janis Joplin, et tous les autres, Haight Ashbury. On y entre par Haight Street, bordée de maisons victoriennes, chics, riches, on est loin des années 60. Haight street, ce sont des magasins, et des boutiques de pseudo-contre-culture, mais on y est ! Le magasin de guitares est toujours là, mais il n’affiche plus l’avertissement aux guitaristes de passage « No Stairway to heaven ». C’est Haight Ashbury malgré tout, il y a quelque chose qui traine encore dans l’air, ou est-ce simplement moi qui veut le croire ? Haight street se termine par l’incontournable et toujours là, Amoeba Music, où tout ce que tu cherches en musique est forcément là, un hangar remplit de musique en 33 tours, CD, cassettes… trop même ! Un infini dans un espace fini, …, la maison des feuilles ? … des disques ? 
L’errance se poursuit pour une part dans le Golden Gate Park, puis en remontant parallèlement à Haight Street, entre les maisons luxueuses où subsistent encore quelques-unes d’entre elles non encore restaurées, et embourgeoisées. Les hippies ont laissé la place à l’argent, la réussite étalée, ou peut-être que les hippies eux-mêmes sont devenus ces riches propriétaires de ces riches demeures qui bordent mon errance jusqu’à Alamo Square, image iconique de San Francisco, la vue la plus photographiée, et « accepter d’être ici est d’une certaine manière une capitulation spirituelle. Nous ne voyons que ce que les autres voient. Les milliers de personnes qui sont déjà venues ici et les milliers qui viendront dans l’avenir. Nous acceptons de percevoir les choses d’une manière collective. [Alors, nous prenons] des photos en train d’être prises. » Petit clin d’oeil à David Foster Wallace qui fait partie de mes bagages. 
D’Alamo Square à Castro, il suffit de descendre la colline par Castro Street, Castro l’arc-en-ciel, Castro la rangée, juste quelques sex-shops, mais surtout des boutiques et des bars bio ! Castro surplombé par les quartiers luxueux du bas de Buena Vista Park ! San Francisco, Castro, Haight Ashbury n’ont évidemment plus rien des contre-cultures, ils sont LA culture dominante de l’argent, du tape-à-l’oeil, de l’argent qui s’est arrangée pour exclure tout ce qui n’en est pas ! « C’était une maison bleue accrochée à ma mémoire ; on y venait à pieds (maintenant c’est en Tesla ou en gros SUV) ; on n’y frappe pas (c’est évident, les maisons sont gardées et surveillées par de l’électronique ultra-moderne) ; ceux qui vivent là ont jeté la clé… » en fait d’autres ont trouvé et gardé la clé ! Le route du retour m’ arrête à Sausalito, autour d’un feu pour un apéritif, avec la pluie venue du Pacifique. 
San Francisco est maintenant dans le rétroviseur. C’est parti pour un peu de route, « Drivin’ south », plutôt sur les Highways surchargées de véhicules, un flot ininterrompu sur 4 voire 6 voies parallèles à l’assaut des ponts qui enjambent la baie. Bay Bridge vers la route 101 vers San José (on prononce San ‘Osé) et enfin plus petite la 35 vers Half Moon Bay. Half Moon Bay me fait toujours penser à Indiana Jones et la dernière croisade, et son canyon du croissant de Lune. Half Moon Bay ne garde pas la coupe de la vie, c’est une jolie petite ville au bord du Pacifique, à l’écart des grands flux de visiteurs. Les feux ont ravagé les forêts sur les collines, j’avais gardé en mémoire de grandes forêts, de grands arbres. Maintenant les collines sont pelées, la végétation récente repousse, Dans les collines à quelques kilomètres, se trouve La Honda, la ville où Ken Kesey, le gourou de la lutte artiste, et ses Merry Pranksters s’étaient installés. 
Un arrêt et quelques pas, un très bon restaurant italien, ça s’appelle « It’s Italy » ! Et c’est parti sur la route California 1, longeant la côte, l’océan, les falaises, et à proximité de la côte, le dieu Kelp qui étire ses rubans sur des kilomètres. Mais aussi, en arrivant à Santa Cruz, la belle surprise de retrouver les loutres de mer jouant dans les vagues, joyeux animaux qui dorment en flottant sur le dos et en se tenant la main pour ne pas être séparés par les courants marins. Santa Cruz et ses parkings donnant sur l’océan et où les rejetés de l’Amérique vivent dans leurs voitures, Nomadland est partout ! On dit qu’aux USA seuls les parkings sont gratuits, et je vous ça, ce n’est plus vrai ! 
Toujours cap au Sud, la route mène alors à Salinas, la ville de John Steinbeck, la ville de À l’est d’Eden, les Trask et les Hamilton sont là. À Salinas, Steinbeck est partout, à tous les coins de rue. Il y a aussi le Centre international Steinbeck, dans lequel trône un mannequin Steinbeck pour les selfies… Salinas n’a évidemment rien à voir avec le Salinas des romans, Salinas est artificielle, on a l’impression d’être dans un décor de film, tout est artificiel ! Et je comprends pourquoi, parce que Salinas est une copie quasi-conforme de Hill Valley de « Retour vers le futur ». Alors je n’y reste pas, la route se poursuit jusqu’à Monterey, on pense à Monterey Pop, encore une fois à un temps qui n’existe plus. Monterey c’est le centre commercial touristique parfait, avec les vieilles conserveries transformées en magasins de souvenirs – triste vision du monde moderne de mise en conserves du tourisme, de standardisation et de marchandisation de tout ce qu’il est possible de marchandiser ! Heureusement, en m’éloignant de la Main street, de l’aquarium au tarif d’entrée exorbitant, je découvre un petit café, une sorte d’interstice, comme une brèche dans le présent, petit café dont la propriétaire est toute fière et heureuse de me montrer son installation, sa salle de bal et de yoga, ses toilettes décorées et son banc fait de briques chauffantes, et ce qui ne gâche rien, elle sert un café délicieux – denrée très rare aux USA. Touchante et émouvante apparition d’humanité dans un monde mis en boites ! Fuir Monterey parce que Monterey est à fuir, et la fuite mène à Carmel, nichées sous les arbres, Carmel des milliardaires, Carmel dont Clint Eastwood a été le maire, Carmel où il est interdit de couper un arbre, Carmel et ses maisons de bois, Carmel où la richesse est comme rempart à la mise en conserve ! Carmel c’est descendre la main street, bordées de très jolies maisons de bois, entourées d’arbres qui débordent sur la route, vers la plage de sable blanc, fin, et en cette fin de journée, il suffit juste de regarder le coucher de soleil sur la baie pour être bien.
Le matin, aller au sud, c’est emprunter El Camino Real, le chemin du roi qui relie du sud au nord, les 21 missions espagnoles de Californie, le chemin du roi vers Big Sur parce que Carmel-by-the-sea est la porte qui ouvre sur Big Sur, par la célèbre route 1, mince ruban de bitume, entre montagne et l’océan, serpentant entre les éboulis, très récents pour certains parce que le GPS ne donne pas de route vers le sud, la route a dû être coupée récemment – la route 1 entre éboulis, ponts, criques bleues turquoise, à-pics, virages serrés ouverts sur l’horizon, le gaz, le vent qui balaie la côte, et toujours là le dieu Kelp allongeant ses bras. 
Big Sur, c’est retrouver les vieux copains, Henry Miller, Jack Kerouac et aussi Romain Gary dans les premiers et derniers mots de La promesse de l’aube, Big Sur c’est une escapade sur la Terre d’avant les hommes, Big Sur au coeur duquel Henry Miller a trouvé refuge, un havre de paix sous les arbres, des livres partout, le silence, un refuge, un gars avec un tympanon se met à jouer un air cristallin et mélancolique, instant de méditation qui affranchit le temps, ils sont tous là. 
Big Sur s’étire, le ruban de la toute se déroule en des centaines de virages, s’ouvre sur des paysages luxuriants, des criques vertigineuses, des plages de sable blanc ou noir aussi, des falaises comme des bouches hérissées de dents. Puis le chemin quitte les surplombs pour rejoindre le niveau de la mer, les plages sont toutes proches, et occupées par des colonies géantes d’éléphants de mer, tonnes de viande entassées les uns sur les autres profitant de la chaleur du soleil, bain de soleil de géants où chaque centimètre carré de sable se défend à coups de dents, léviathans ignorant royalement les humains et tous leurs yeux électroniques, stockant dans leurs cartes mémoires des milliards de pixels en oubliant de regarder, avant de remonter dans leurs voitures pour continuer leurs mises en pixels d’une réalité qu’ils ne regardent plus. 
San Simeon, Hearst Castle, accessible uniquement en visite guidée en bus et en troupeau, Cambria et sa rue unique bordée de boutiques d’antiquités, jalonnent la route jusqu’à San Luis des Obispo. Et comme toute errance comme celle-ci apporte son lot de surprises, la surprise de cette fin de journée, c’est un hôtel, le Madonna Inn, construction en parc d’attraction à la Disneyland, où chaque chambre est unique et originale, thématique, la mienne sera une caverne, ou un trou de Hobbit, au ras du sol comportant des murs faits de grosses pierres brutes, … la nuit dans le silence d’un « Cul-de-sac » de pacotille.
Le matin est un matin au ciel voilé, le soleil ne sera pas au rendez-vous aujourd’hui, la pluie s’invitera même. Pour une journée de route, de traversée en diagonale de la Californie, ce sera parfait. La traversée du coeur de la Californie vers le parc du Yosemite, voire du Yosemythe. La traversée commence par la 101, puis bifurcation sur la route 46 vers Bakersfield et enfin la route 41, vers Fresno, croisement de routes où s’est tué James Dean le 30 septembre 1955. La route 41 remonte vers le nord-est en de longues et interminables lignes droites traversant des déserts de poussière, d’une terre épuisée par l’agriculture intensive, et plus récemment le manque d’eau, le réchauffement généralisé que nombreux aux USA continuent à réfuter au rythme des panneaux qui affirment « Make California great again » ! La route 41 traverse l’arrière-boutique de la Californie et sa pauvreté. La pauvreté qui explose à l’arrivée à Fresno, ville qui semble à l’abandon ; Fresno ressemble à un décor de film de science-fiction, on y croise des humains errants, des humains malades aux corps tordus, la police est partout en embuscade, et ce qui se dégage de Fresno c’est une ville qui a été abandonnée par la vie. Un arrêt rapide, une sensation de malaise, Fresno est bien loin de San Francisco Bay !
Le route se met à monter, les plaines cèdent la place à des collines rocheuses, des petits arbres, des chênes verts, le ciel s’éclaircit un peu. Puis la pente se fait plus raide, les arbres sont plus hauts, les grands pins d’altitude, la pluie se met à tomber, la température tombe, proche du point de neige, la neige fait de gros tas sur les bas-côtés, il fait froid, il pleut, la route franchit le col qui ouvre sur la descente vers Yosemite Valley. La descente est raide, tortueuse, la route glisse peut-être, il faut rester vigilant, un tunnel et là en panoramique, la vallée ! Avec à gauche El Capitan, au centre Half Dome et à droite Bridalveil Fall – à couper le souffle – toujours comme la première fois, c’était il y a 25 ans ! C’était en été. 
Et les mots de John Muir toujours vrais « [T]he far-famed valley came suddenly into view throughout almost its whole extent: the noble walls, sculptured into endless variety of domes and gables, spires and battlements and plain mural precipices, all a-tremble with the thunder tones of the falling water. The level bottom seemed to be dressed like a garden, sunny meadows here and there and groves of pine and oak, the river of Mercy sweeping in majesty through the midst of them and flashing back the sunbeams. », ou encore : « Aucun temple construit de la main de l’homme ne peut être comparé à Yosemite. »
Loin est le temps de Muir, Yosemite est accessible en voiture, Yosemite est une destination incontournable de Californie, et dans mon habitude de partir sans planifier, chercher un endroit où passer la nuit devient compliquer – toutes les chambres sont prises, sauf une ! À l’hôtel Majestic ! L’hôtel qui a servi de décor pour le film Shining, luxueux ! À l’accueil, les consignes sont strictes, la vallée est aux ours, et il ne faut rien laisser dans la voiture – elle ne résistera pas aux griffes et à la force d’un ours. La nuit est là, il pleut, mais la météo annonce du soleil pour le lendemain, la chambre est dans un bungalow dans la forêt, le bar de l’hôtel est parfait, ambiance vieille aristocratie, la nuit. 
Le petit matin amène la lumière tôt, le soleil est au rendez-vous, les murs « big walls » qui entourent l’hôtel ont déjà leur sommet dans la lumière, c’est le moment pour s’échapper dans la forêt, dans la fraicheur, dans la solitude, seuls des écureuils gris, des geais bleus pour accompagner une marche vers Mirror Lake. Une heure d’un chemin calme pour arriver à ce lac miroir dans lequel se reflète Half Dome, le ciel, on se croirait en Terre du milieu. 
Le retour vers le centre de la vallée n’est plus dans la solitude, la fin de matinée voit arriver les premiers groupes de marcheurs, mais la Merced River, les arbres, les sommets autour, … c’est comme être dans un des films américains, c’est retrouver Jeremiah Johnson. Une pause pour le midi, et c’est une marche à nouveau, plus raide, plus peuplée, plus chaotique et coupée de névés, et d’éboulis, vers Nevada Falls. Au début, le chemin est goudronné, raide, mais contrôlé, plus haut c’est plus « sauvage »  et après 2 heures de montée, la cascade est là, la cascade parfaite –  je suis sûr qu’une entrée secrète se cache derrière le rideau d’eau. Le panorama est majestueux, Half Dome domine et appelle l’escalade. Il faut redescendre, la fatigue se fait sentir, et avant de quitter la vallée, un dernier salut au géant El Capitan. 
On quitte Yosemite par la vallée de la Merced River, le printemps est partout, il explose de fleurs, les pentes sont parsemées de taches fuchsia, les jolibois ont fleuri, les cerisiers aussi, le Yosemite les pentes du jardin d’Eden, la Lothlorien, « Caïn se retira de devant l’Éternel, et séjourna dans le pays de Nôd, à l’est d’Éden. »
Suivre Merced river mène à Mariposa, j’y ai dormi il y a 25 ans, la rue n’a pas vraiment changé. Et puis la route à travers les vertes collines, les petits villages, des maisons coquettes, la descente vers la baie, et plus on approche plus la circulation se fait dense. Modesto, et le pont et enfin la Silicon Valley, Mountain View, où Google est partout, un territoire où les entreprises locales ont fabriqué en masse le matériel informatique à grand renfort de produits chimiques hautement toxiques qu’elles ont enfoui dans les terrains aux alentours. L’eau potable est menacée par des solvants, les gaz dus à leur évaporation sont toxiques et envahissent les maisons… aujourd’hui ce sont des logiciels qui sont produits dans la Silicon Valley. Je ne reconnais plus, je ne trouve plus mes marques. Palo Alto n’est plus comme dans ma mémoire, je peine à retrouver University Avenue, qui aujourd’hui est bordée de grandes chaines de Fast food, de l’Apple Store, seul subsiste le vieux cinéma qui projette toujours de vieux films, aujourd’hui c’est Psycho de Hitchcock qui est à l’affiche. Je ne reconnais plus, mais presque 25 ans ont passé, je peine à retrouver de mémoire Menlo Park, la NASA est toujours là, avec pas loin la Singularity University, et bien sûr Stanford. Aujourd’hui, bien plus qu’il y a un quart de siècle, l’argent est là, présent, il suffit de voir quels sont les concessionnaires de marques de voitures présents, McLaren, Tesla, Porsche, … Ça a changé sans vraiment changé, mais suffisamment pour que l’air ne soit plus le même – est-ce l’air qui a changé ? Ou l’atmosphère ? Ou tout simplement moi ? 
La nuit à quelques pas de Stanford, un hôtel à l’atmosphère anglaise, et une visite sur le campus. Le campus lui aussi est le même en ayant changé. « Inquiétante étrangeté » dirait l’autre. Stanford ouvre gratuitement ses musées aujourd’hui, et dans cette logique de ce monde, Stanford se veut LE monde, se veut détentrice du savoir et de l’art de l’humanité. La collection des sculptures de Rodin est considérable, des expositions temporaires, permanentes des arts premiers de tous les continents – Stanford dépositaire de ce qu’est l’humanité, dans une vision de l’art comme un universel. Je retrouve là une partie de la démarche hégémonique, d’une élite qui se dit gardienne et dépositaire de l’humain. Les vortex du film Zardoz dans lesquels l’aristocratie immortelle s’est isolée du monde semblent en germes ici. D’ailleurs, les patrons de l’économie numérique investissent massivement dans des projets qui cherchent à abolir la mort ! 
Il est temps de partir, vers Oakland, rendre la voiture, passer les contrôles, manger un peu et monter dans l’avion pour le vol de retour vers Paris.

Ambiances

Fred Turner, dans Visages de la Silicon Valley de Mary Beth Meehan

Armistead Maupin, Les chroniques de San Francisco.
John Steinbeck, À l’est d’Eden. 
Jack Kerouac, Big Sur.
Romain Gary, La promesse de l’aube.
Lawrence Ferlinghetti, Poetry as insurgent art.
David Foster Wallace, E Unibus Pluram, la télévision et la littérature américaine. 

Musiques
San Francisco, Scott Mc Kenzie
California Dreamin’ , The Mamas & The Papas
Volunteers, Jefferson Airplaine
San Francisco Bay Blues, Janis Joplin
San Fransisco, Maxime Le Forestier
Aquarius/Let The Sunshine 
Get Together, The Youngbloods
Turn! Turn! Turn! (To Everything There Is A Season), The Byrds
(Sittin’ On) The Dock Of The Bay, Otis Redding