Nowakowskismes n°3.8. Douce France !

« Où est passée la vie que nous avons perdue en vivant ? 
Où est passée la sagesse que nous avons perdue dans la connaissance ? 
Où est passée la connaissance que nous avons perdue dans l’information ? » 

Où est passée l’information que nous avons perdue dans les données ? Comment retisser la toile du sens ? 
Comment passer des données à l’information, de l’information à la connaissance, de la connaissance à la sagesse, et comment mettre tous ces savoirs au service de la vie ? » 

Ce soir, nous allons plonger dans le présent, dans ce qui le rend révoltant et inacceptable, ce soir, nous irons du côté de Ken Loach, et du rapport d’ATTAC.

Vous êtes prêt ? Alors on y va… 
Mardi 15 janvier 2019, je cite : « Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent. »
Qui se trouve au premier rang des « déconneurs », je vous le donne en mille ! Ce sont bien évidemment les chômeurs. Et que souhaite faire le président, il entend les « responsabiliser » à coup de sanctions financières inédites en France. Bien sûr dans cette idéologie, si tu n’es pas riche, si tu es au chômage ou dans les difficultés, c’est parce que TU n’a pas fait ce qu’il fallait pour ne pas y être ! Une belle idéologie en provenance des Etats Unis. Donc, dans cette logique de « responsabiliser » les irresponsables, on signe des décrets en catimini, et l’idéal c’est bien sûr dans une période où tout le monde est occupé ailleurs, entre Noël et Nouvel An. La date de signature est le 28 décembre 2018, et le décret est en application de la très mal nommée « loi sur la liberté de choix de son avenir professionnel ». 
Avec ce décret, les chômeurs auront dorénavant le choix : accepter n’importe quel emploi, à n’importe quelle distance de leur domicile ; ou ne plus bénéficier de leur droit aux indemnités. Ramper ou périr d’inanition en somme. En voilà un choix pertinent ! 
La communication autour ce décret, c’est la promesse de débarrasser la France de ses archaïsmes. Le décret et c’est le gouvernement qui l’assure, le dispositif permettra de faire entrer le pays dans la modernité. Ah la modernité ! La modernité est-elle synonyme de progrès ? Ce cas démontre aisément le contraire. La modernité et l’innovation, les autres l’ont déjà mise en oeuvre. En Allemagne (Hartz IV), mais aussi, au Royaume-Uni, où il est expérimenté avec des conséquences que relate le film de Ken Loach « Moi, Daniel Blake », palme d’or au Festival de Cannes. Le résumé du film pour ceux et celles qui ne l’ont pas vu. Le film illustre les dégâts humains et sociaux d’une réforme alliant dérives arbitraires et boursouflures bureaucratiques. Voici le petit résumé :
« Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au job center, Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450 kilomètres de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives du Royaume-Uni d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider… »
Revenons en France, cette chère et douce France ! Le décret français se résume à une longue liste de motifs de radiation possible. Il faut les mettre au pas ces irresponsable : radiation en cas d’absence à un rendez-vous, radiation en cas d’abandon d’une « formation », radiation en cas de refus de se soumettre à une visite médicale d’aptitude au travail (dont l’avis peut différer de celui du médecin traitant)… Je vous laisserai découvrir cette liste. Et pour couronner le tout, toute radiation conduit à une interruption immédiate du versement des indemnités, même si le chômeur conteste la décision. Les réclamations n’étant pas suspensives. Pour mémoire, auparavant, le revenu de remplacement n’était amputé que de 20 % lors du premier manquement.
Les sanctions pleuvent également au bout de deux refus d’« offres raisonnables d’emploi » (ORE), quelle violence et quel mépris dans cette formulation. Les « offres raisonnables d’emploi » sont définies en fonction du métier, du salaire et de la distance à parcourir. Pour mémoire à nouveau, jusqu’à présent, on considérait comme une « offre raisonnable d’emploi » toute offre payée 95 % du dernier salaire pour les inscrits depuis trois mois, 85 % pour les personnes privées d’emploi depuis six mois, au niveau du revenu de remplacement perçu pour les chômeurs inscrits depuis un an et plus ; le trajet maximum à effectuer ne devait pas excéder une heure (aller) ou trente kilomètres. Depuis le décret du 28 décembre 2018, ces critères se sont évaporés et l’employé de Pôle emploi décide seul si une offre est raisonnable ou non, et donc décide seul de la suspension du revenu de remplacement.
Les conséquences sont que le nombre de contrôleurs de Pôle emploi va passer de deux cents à mille d’ici à la fin de 2019, que ces postes de contrôleurs ne sont que des réaffectations de l’effectif existant, effectifs qui sont d’ailleurs en baisse pour la seconde année. En d’autres termes : ce nouveau décret prévoit de réduire le nombre de personnes chargées d’aider les demandeurs d’emploi dans leur parcours de recherche d’un emploi, au profit d’un accroissement des rangs de ceux missionnés pour les traquer !
Autre aspect non négligeable. Les chômeurs doivent désormais maîtriser Internet : être capables de créer leurs « espaces personnels » où recevoir leurs convocations ; les enrichir en permanence en y déposant leur curriculum vitae ; alimenter leur « carnet de bord numérique » en apportant la preuve qu’ils recherchent bien un emploi, à raison de « trente-cinq heures par semaine ». Faute de quoi, la sanction tombe. Ceux qui ne savent guère manier l’outil informatique pour tout un tas de raisons, et ceux qui ne sont pas à l’aise avec l’informatique sont très souvent ceux qui éprouvent le plus de difficultés à trouver un travail. Il faut également arrêter de considérer comme vrai le postulat, tous les gens sont sur Facebook, ils maîtrisent donc les outils informatiques ! Et donc toutes ces personnes pourraient alors se trouver rejetés par le dispositif lui-même, privés de droits, relégués hors du monde, condamnés à la charité publique.
Au Royaume-Uni, qui semble avoir inspiré le président tout autant que Ken Loach (évidemment pas pour les mêmes raisons), 500 000 salariés ont basculé dans la pauvreté au cours des cinq dernières années, sans perdre leur emploi. « Le nombre de travailleurs pauvres a augmenté plus rapidement que le chômage », résumait un article du Guardian, le 4 décembre 2018. Désormais, 60 % des personnes pauvres vivent au sein de foyer où au moins une personne travaille. En mai dernier, une étude révélait qu’un demi million de personnes âgées entre 16 et 24 ans ont « disparu des radars du gouvernement » et représentent une armée de chômeurs non comptabilisés. En voilà un modèle de modernité ?

On continue sur le même thème ? Pas vraiment le même thème mais un contexte qui explique le pourquoi de tout cela. Vous avez entendu parler de « Choose France », « France is back », le président qui réunit à Versailles, rien que cela, les PDG de grosses entreprises multinationales, réunions de capitaines d’industries, des vrais leaders de la modernité. Je déteste cette expression « capitaines d’industrie » ! Elle est significative de ce qui aujourd’hui fait les valeurs de notre société. Il nous faut des capitaines, pour mener le navire sur le chemin de la croissance et de l’argent. Et donc, parmi les PDG d’entreprises invités, à qui la France, douce France déroule le tapis rouge, il y avait de nombreuses multinationales dont les pratiques fiscales, sociales et écologiques sont très régulièrement mises à l’index. Quelques exemples : 

  • Microsoft, connue pour ses pratiques d’évasion fiscale, récemment notifiée d’un redressement fiscal d’un montant de 600 millions d’euros par Bercy ;
  • JPMorgan, régulièrement soupçonnée de pratiques encourageant l’évasion fiscale, présente dans plusieurs paradis fiscaux et réglementaires ;
  • HSBC, machine à fraude fiscale, impliquée dans de nombreux cas d’évasion fiscale ;
  • Engie : multinationale de l’énergie qui a déplacé sa holding à Luxembourg pour échapper à l’impôt, pratique l’optimisation fiscale à grande échelle et refuse de fermer purement et simplement ses centrales à charbon ;
  • Samsung : multinationale dont les PDG successifs sont régulièrement accusés d’évasion fiscale ;
  • Arcelor Mittal : multinationale de l’acier dont le siège social est au Luxembourg, qui pratique l’évasion fiscale à grande échelle et qui profite allègrement du marché carbone européen tout en continuant à polluer et détruire des emplois ;
  • General Electric : multinationale des Etats-Unis qui supprime des emplois partout dans le monde, y compris en France après le rachat de la branche énergie d’Alstom ;

Et la liste ne s’arrête pas là, je vous invite à y jeter un oeil. Et donc quand cette Douce France cessera-t-elle de dérouler le tapis rouge à ces PDG de multinationales qui grèvent les finances publiques, aggravent la crise écologique et détruisent des emplois, afin de prendre des mesures coercitives et contraignantes imposant à ces entreprises multinationales de payer leurs impôts, réduire leur empreinte écologique et investir massivement dans les activités productives plutôt que déverser des dividendes improductifs. Et quand on parle de dividendes, il y a un rapport que je vous invite à lire, c’est le rapport d’ATTAC intitulé « Les grandes entreprises françaises, un impact désastreux pour la société et la planète ». Dans toutes ces entreprises multinationales, dont un grand nombre était présent à Versailles, profitent d’un climat aujourd’hui favorable pour étendre leurs sphères d’influence et solidifier les pouvoirs acquis au cours des décennies passées. En France, les 40 multinationales qui composent le CAC40 pèsent aujourd’hui plus de 1 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit l’équivalent de plus de la moitié du PIB de la France. Souvent présentées comme les « fleurons » de l’économie française, ces entreprises ne cessent d’être promues et soutenues, notamment à l’international, par les pouvoirs publics. Mais à qui profitent-elles vraiment ? Sont-elles exemplaires en termes d’emplois, d’égalité hommes-femmes, de salaires? Que font-elles pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire leur empreinte écologique ? Pratiquent-elles, et à quelle échelle, l’évasion fiscale ? En voilà de belles questions !
A l’occasion du Forum économique mondial de Davos 2019, vous voyez de quoi je parle, cette réunion des grands du monde, qui arrivent chacun dans leur jet privé, et se congratulent d’être les maîtres du monde et à l’occasionde la deuxième édition du « Choose France summit » à Versailles, des organismes comme ATTAC ont fait une série de propositions concrètes lesquelles, si elles étaient mises en œuvre par les pouvoirs publics, contribueraient à répondre aux exigences de justice sociale, fiscale et climatique, aujourd’hui portées par la majorité de la population.
Dans ce rapport, que je vous invite à télécharger, (je partagerai le lien sur mon blog et sur la page des Nowakowskismes), il est révélé qu’entre 2010 et 2017, les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 % en valeur absolue, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté de 9,3 % et les dividendes versés aux actionnaires de 44 % en valeur absolue également sur la même période, tandis que leurs effectifs en France ont baissé de 20 %. Je pense que ces chiffres se passent de commentaires. 
Quelle justice sociale pouvons-nous attendre alors que les profits des grandes entreprises françaises, les dividendes et les rémunérations des hauts dirigeants s’envolent, quand les effectifs mondiaux stagnent et qu’ils diminuent fortement en France ?
Quelle justice climatique pouvons-nous attendre alors que les émissions de CO2 des sites les plus polluants du pays ont augmenté de 5 % en 2017 et que ces émissions, notamment issues d’entreprises du CAC 40, échappent largement à la fiscalité carbone ?
Quelle justice fiscale pouvons-nous attendre alors que les entreprises du CAC 40 ont plus de 2 500 filiales dans les paradis fiscaux et payent moins d’impôts aujourd’hui qu’en 2010 ?
Je continue ? Vous me dites quand vous serez proches de vomir ! Les grandes entreprises françaises dépensent des centaines de milliers, voire des millions d’euros en lobbying à Paris, Bruxelles et Washington, mais aussi des centaines de millions d’euros, voire des milliards pour certaines, en publicité. Le premier actionnaire du CAC 40 n’est plus, pour la première fois depuis longtemps, l’État français, mais la famille du milliardaire Bernard Arnault, PDG de LVMH et actionnaire de Carrefour. Je continue ? Près de la moitié du CAC40 a un dirigeant issu de la haute fonction publique.
Plus de 3400 traités et accords protègent les investissements des multinationales tandis qu’aucun texte international juridiquement contraignant ne garantit qu’elles respectent les droits humains et de l’environnement, ni ne garantit l’accès à la justice pour les populations victimes de leurs agissements. Derrière tout cela, la question – mais c’est quoi ce monde qui traque les chômeurs et déroule le tapis rouge aux multinationales nocives ? La réalité est qu’elles ont été érigées en modèle de réussite et sont devenues de très puissants acteurs économiques et financiers, ayant souvent la capacité de se soustraire à leurs responsabilités, bénéficiant de gouvernements qui sont devenus leurs obligés. En résumé, les multinationales disposent désormais de droits et de pouvoirs étendus, tant sur nos vies que sur la planète et notre avenir.

Ce soir j’ai décidé d’être sombre ! Ce doit être à cause de la grippe ! Nous sommes dans le dernier temps des Nowakowskismes et pour compléter le tableau, faisons un petit tour du côté des banques. Donc, les banques financent massivement les énergies fossiles qui sont responsables des émissions de gaz à effet de serre. Les récents rapports d’Oxfam et des Amis de la Terre montrent que les grandes banques françaises (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, Banque Populaire Caisse d’épargne, le Crédit-Mutuel CIC et la Banque Postale) consacrent encore, en 2017, 70 % de leurs financements aux énergies fossiles, contre 20% aux renouvelables. Dans la bande, BNP Paribas vient en tête avec 12,8 milliards d’euros de financements accordés aux énergies fossiles, suivie de près par la Société Générale et le Crédit Agricole avec, respectivement, 12,6 et 11,5 milliards d’euros. Ces trois établissements bancaires ont même accordé plus de 11 milliards d’euros au total aux 120 entreprises les plus « agressives » en matière de développement de centrales à charbon, entre janvier 2016 et septembre 2018. Un chiffre qui est en augmentation par rapport à la période 2013 – 2015. 
Comme si l’Accord de Paris et l’engagement global à contenir le réchauffement climatique en-deçà de 1,5°C ou 2°C n’avait aucune importance, n’avait aucun effet sur les stratégies d’investissement des grandes banques françaises ! Bon je suis d’accord ce ne sont pas les seuls ! Les banques privées ne sont pas les seules à mettre en cause : l’absence de régulations des pouvoirs publics conduisent les banques privées à continuer comme si de rien n’était. La campagne sur le Livret développement durable et solidaire (LDDS) menée par Attac et 350.org a mis en exergue comment les banques privées étaient finalement peu contraintes sur l’utilisation de cet outil financier, supposé être encadré par les pouvoirs publics et ayant vocation à financer des investissements durables.
Et comme nous vivons dans un monde merveilleux, cette Douce France, vous ne serez pas étonné d’apprendre que les entreprises les plus polluantes sont largement exonérées de taxe carbone.
Que les entreprises les plus polluantes et soumises au marché carbone européen profitent d’un prix de la tonne carbone bien plus faible et de facilités auxquels les ménages, artisans et petites entreprises n’ont pas accès. Que les plus gros pollueurs sont en fait très faiblement concernés par la fiscalité carbone, la plupart d’entre eux recevant l’essentiel – et voire même la totalité – de leurs quotas d’émissions gratuitement. 
Et donc on s’assoie allègrement sur le principe « pollueur-payeur » appliqué aux ménages, artisans et petites entreprises, pour le principe « pollueur-payé » qui est la règle lorsqu’il s’agit des entreprises les plus polluantes.
Bon je vais m’arrêter là, mais pas complètement. Petit message à destination de tous et des « irresponsables », Carlos Ghosn aura droit quoiqu’il arrive à son salaire fixe au titre de l’année 2018, soit un million d’euros. Pour la part variable, c’est plus discutable car elle est indexée sur sa présence au sein de l’entreprise alors que le PDG de Renault est emprisonné au Japon depuis la mi-novembre.
Il y a aussi une indemnité de non-concurrence pour que Carlos Ghosn n’aille pas offrir ses services ailleurs quand il sortira de prison. Elle peut monter à quatre millions d’euros. Carlos Ghosn va fêter ses 65 ans début mars et pourra alors faire valoir ses droits à la retraite. Sa retraite chapeau est de l’ordre de 800 000 euros par an. Théoriquement, au total, Carlos Ghosn pourrait quitter Renault avec des indemnités de l’ordre de 25 millions d’euros.
Ce coup-ci j’arrête là et ce sera avec les mots de conclusion de l’ouvrage rire du philosophe et acteur Yves Cusset. Ça parle du rire. 

« Rire nous ramène toujours un peu à l’état de débutant qui n’a d’autre arme que l’énormité de son ignorance native pour affronter l’épais brouillard où son existence ne cesse de s’enfoncer. Et l’humour à l’état désespérément joyeux de celui qui serait bien incapable de conclure quoi que ce soit de sensé de cette plaisanterie interminable qu’on appelle la vie, et dont il nous a été donné le drôle de privilège ou la grâce inutile de pouvoir nous réjouir. Alors conclure, c’est toujours d’une manière ou d’une autre avoir fini de rire. »

Sources 
Le monde diplomatique, https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2019-01-18-Macron-Ken-Loach-controle-chomeurs 
Rapport ATTAC – Les grandes entreprises françaises, un impact désastreux pour la société et la planète, https://france.attac.org/IMG/pdf/davos-a4-pap.pdf 
Blog Mediapart, https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/210119/choosefrance-versailles-macron-deroule-le-tapis-rouge-aux-de-levasion-fiscale 
Yves Cusset. Rire

Nowakowskismes n°3.7. Ô Temps !

« Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir. »

Pour démarrer cette nouvelle année, nous allons parler du temps. Le temps, familier et intime, la fuite des secondes, des heures, des années qui nous entrainent vers le néant. La mythologie hindoue représente le fleuve cosmique par l’image divine d’un Shiva dansant : sa danse règle la marche de l’univers : elle est l’écoulement du temps. Qu’y-t-il de plus universel et de plus évident et de plus insaisissable que le temps qui passe ? 

Commençons dans le temps par une petite histoire du temps, du temps qui s’est écoulé et qui nous amène là ce soir à pouvoir nous retrouver dans les Nowakowskismes. 
«  Disons que la planète naît à minuit et que sa vie court un jour. 
Au début, il n’y a rien. Deux heures sont gaspillées par la lave et les météores. La vie n’apparaît pas avant quatre heures du matin. Et même alors, c’est seulement d’infimes bribes qui se dupliquent. De l’aube à la fin de la matinée – un milliard de ramification – rien n’existe que de maigres cellules simples.
Et puis, il y a tout. Quelque chose de fou arrive, peu après midi. Une variété de cellule simple en asservit deux ou trois autres. Les noyaux acquièrent des membranes. Les cellules développent des organelles. Un camping solitaire donne naissance à une ville.
Les deux tiers du jour sont passés quand animaux et plantes prennent des chemins séparés. Mais la vie n’est encore que cellules simples. Le crépuscule tombe avant que le vie composée s’impose. Tous les grands organismes vivants sont des retardataires qui n’arrivent qu’à la nuit. À neuf heures du soir apparaissent méduses et vers de terre. L’heure est presqu’écoulée quand survient la percée : épines dorsales, cartilage, une explosion de corps possibles. D’une minute à l’autre, d’innombrables tiges et branches nouvelles éclatent et s’égaillent dans la frondaison qui s’étend. 
Les plantes parviennent à la terre juste avant vingt-deux heures. Puis les insectes, qui aussitôt décollent. Quelques minutes plus tard, les tétrapodes s’arrachent à la boue des marées, en charriant sur leur peau et dans leurs tripes des univers entiers de créatures plus anciennes. Vers onze heures, les dinosaures ont fait leur temps, et laissent la barre aux mammifères et aux oiseaux pour une heure.
Quelque part dans ces soixante minutes, très haut dans la canonnée phylogénétique, la vie se fait consciente. Des créatures commencent à spéculer. Des animaux apprennent à leurs enfants le passé et le futur. Des animaux apprennent à avoir des rituels.
L’homme moderne au sens anatomique se pointe quatre secondes avant minuit. Les premières peintures rupestres apparaissent trois secondes plus tard. 
Et en un millième de clic de la grande aiguille, la vie résout le mystère de l’ADN et se met à cartographier l’arbre de la vie lui-même. 
À Minuit, la plus grande partie du globe est convertie en cultures intensives pour nourrir et protéger une seule espèce. Et c’est alors que l’arbre géant devient encore autre chose. Que le tronc géant commence à vaciller. » 

Voici une matérialisation du temps tel que nous le percevons, c’est-à-dire un ensemble ordonné de traces, traces organisées dans un écoulement venant du passé, pour emplir un présent et ouvrir vers un futur. Mais au delà du terrible constat qu’il énonce, « la plus grande partie du globe est convertie en cultures intensives pour nourrir et protéger une seule espèce », c’est le temps tel que nous le vivons. Mais peut-on en rester là ?  

Parce que le temps ne s’écoule pas de façon uniforme et universelle. Et bon nombre de questions se posent. Certaines inattendues et qui peuvent paraître incongrues comme celle-ci : pourquoi nous souvenons-nous du passé et non du futur ? D’autres comme celle-ci : est-ce que nous existons dans le temps, ou bien le temps existe-t-il en nous ? Et aussi, parce que c’est l’expérience vécue par chacun d’entre nous, qu’entend-on par l’écoulement du temps ? 

Partons d’un fait simple et toujours déconcertant. Le temps s’écoule plus vite à la montagne, et plus lentement en plaine ! La différence est minime mais elle peut être facilement observée avec les horloges de précision dont nous disposons aujourd’hui. Le temps ne s’écoule donc pas de la même façon partout. Pourquoi ? C’est Einstein qui a apporté la réponse bien avant que l’on soit capable de mesurer ces différences. Il s’est posé cette question classique : comment le soleil et la terre font-ils pour s’attirer s’ils ne se touchent pas et s’il n’y a rien entre eux. Il a imaginé que les deux astres ne s’attirent pas directement, mais que chacun d’eux agit graduellement sur ce qui se trouve entre eux. Et comme entre eux, il n’y a que de l’espace et le temps, il a supposé que le soleil et la terre modifient l’espace et le temps autour d’eux, comme un corps qui s’immerge déplace l’eau autour de lui. La modification de la structure du temps et de l’espace modifie le mouvement de tous les corps les faisant tomber les uns vers les autres. 
Que signifie « la modification de la structure du temps » ? Et bien c’est le ralentissement du temps comme tout à l’heure : chaque corps ralentit le temps autour de lui. La terre qui est très massive ralentit le temps dans son voisinage. Et donc davantage en plaine qu’en montagne parce qu’être sur un sommet c’est être un peu plus loin de la terre.
Et si les choses tombent, c’est à cause de ce ralentissement du temps. Là où le temps s’écoule uniformément, dans l’espace interplanétaire par exemple, les choses ne tombent pas, elles ont suspendues. À la surface de notre planète, les corps se meuvent naturellement en direction de l’endroit où le temps passe plus lentement. Les choses tombent vers le bas parce qu’en bas le temps est ralenti par la terre. Ainsi, même si on ne peut pas observer le temps directement, son ralentissement a des effets remarquables, il fait tomber les choses, il nous garde les pieds collés au sol, et ça c’est parce que tout notre corps va naturellement là où le temps s’écoule le plus lentement. Et le temps qui s’écoule plus lentement c’est également plus pour nos pieds que pour notre tête ! 
Revenons au temps. Mais alors si des lieux différents et donc des horloges différentes indiquent des temps différents, c’est le caractère unique de la quantité « temps » qui vole en éclats pour laisser la place à une pluralité de temps. Le bon vieux Shiva n’est donc pas unique ! 
Et l’expérience temporelle de chacun nous le démontre aussi. Il suffit d’un peu de LSD pour que notre expérience du temps se dilate vers le magique. « Combien de temps dure toujours ? » demande Alice. « Parfois seulement une seconde » répond le Lapin Blanc. Il y a des rêves qui ne durent que quelques instants dans lesquels tout semble se figer pour l’éternité. Le temps est élastique. Des heures peuvent filer à toute allure, et des minutes peuvent peser comme des siècles. Voici aussi notre expérience du temps ! « Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours » 
La réalité est que nous ne décrivons pas comment le monde évolue dans le temps, mais nous décrivons l’évolution des choses dans des temps locaux et l’évolution des temps locaux les uns par rapport aux autres.  
La réalité du temps qui est la nôtre n’est qu’une approximation d’une réalité plus complexe. Un présent commun à tout l’univers n’existe pas. Les événements ne sont pas tous ordonnés en passé, présent et futur. Ils ne sont que partiellement ordonnés. Il y a un présent proche de nous, mais pas quelque chose qui serait un « présent sur une galaxie lointaine ». Le présent est une notion locale, et non globale. Le présent de l’univers n’existe pas. Mais alors, si le présent ne signifie rien, qu’est-ce qui existe dans l’univers ? Ce qui existe n’est-ce pas ce qui est dans le présent ? Donc, tout ce qui s’appuie sur l’idée selon laquelle l’univers existe ici et maintenant dans une certaine configuration présente qui change en bloc avec l’écoulement du temps, ne fonctionne plus !
Localement, le temps s’écoule à des vitesses différentes selon l’endroit où on se trouve et la vitesse à laquelle nous nous déplaçons. Plus nous nous trouvons proche d’une masse, ou plus nous nous déplaçons rapidement, plus le temps ralentit. Entre deux événements, il n’y a pas une durée unique, il y en a plusieurs possibles. Les rythmes auxquels s’écoule le temps sont déterminés par ce qu’on appelle le champ gravitationnel qui est une entité réelle et qui possède sa propre dynamique. Le champ gravitationnel est décrit lui par les équations d’Einstein. Et le champ des physiciens est une substance qui constitue la trame de la réalité physique du monde. Par exemple, le champ électromagnétique est la trame dont est faite la lumière est à l’origine des forces qui font tourner les moteurs électriques. Le champ gravitationnel est lui la trame qui tisse l’espace et le temps, la toile sur laquelle est dessiné le monde. Les horloges sont les appareils qui en mesurent l’extension. Les mètres mesurent un autre aspect de son extension. L’espace-temps est le champ gravitationnel et inversement. 
Un autre aspect un peu plus bouleversant. Il n’y a pas de différence entre passé et futur dans les équations élémentaires qui gouvernent les événements du monde. Si une séquence d’événements est permise par ces équations, la séquence renversée dans le temps est permise également. En fait, la flèche du temps n’apparaît que lorsqu’il y a de la chaleur en jeu. Chaque fois qu’il se manifeste une différence entre passé et futur, la chaleur est dans le coup. 
Un exemple – si je regarde un film qui montre une balle qui roule, le film peut être indifféremment projeté dans un sens ou dans l’autre. Par contre, si la balle roule et freine pour s’arrêter, le film ne pourra plus être projeté dans les deux sens. Le ralentissement est dû à des frottements, qui produisent de la chaleur, et là seulement apparaissent les notions de passé et de futur. Ce qui nous permet de mesurer ce mouvement irréversible et unidirectionnel de la chaleur c’est l’Entropie, le mot entropie vient du grec Transformation. L’entropie est une quantité mesurable et calculable qui, pour un système isolé, augmente ou reste constante, mais ne diminue jamais. C’est ce qui décrit le fait que la chaleur va toujours du corps chaud vers le corps froid et jamais l’inverse. 
Et donc pourquoi cela ? Et bien, l’entropie existe parce que nous voyons imparfaitement le monde. Cette différence entre passé et futur se loge alors dans cette vision floue que nous avons du monde. Voici quelque chose de surprenant, l’écoulement du temps s’installe dans le fait que nous sommes incapables à notre niveau de voir avec notre point de vue le monde dans ses détails les plus infimes. 
En fait, il n’y a ni espace, ni temps uniquement des processus qui transforment les quantités physiques les unes dans les autres, et pour lesquelles nous pouvons calculer les probabilités et les relations. 

Pour résumer, il n’y a donc pas grand chose qui corresponde au temps de notre expérience. La physique montre qu’il n’y a pas de variable « temps » spéciale, qu’il n’y a pas de différence entre passé et futur, qu’en fait qu’il n’y a même pas d’espace-temps. Nous savons formuler les équations qui décrivent le monde, et on découvre que ce n’est pas un monde statique, un monde de choses, auquel nous avons à faire mais un monde d’événements. Alors d’où vient notre sensation du temps de ce monde sans temps ? La réponse est déjà dans le fait que nous jouons un rôle non négligeable dans l’émergence des aspects familiers du temps. Depuis notre point de vue, nous, créatures qui ne sont qu’une infime partie de ce monde, nous voyons le temps s’écouler. Nous voyons le temps s’écouler parce que notre interaction avec le monde est partielle et floue. C’est pour cette raison que nous n’en percevons pas tous les aspects. À cela s’ajoute cette indétermination quantique sur laquelle je ne m’étendrai pas ici mais je vous renvoie aux sources que vous trouverez sur mon blog. 
Donc, l’ignorance qui résulte de tout cela, agit sur l’existence d’une variable particulière, ce temps thermique irréversible, thermodynamique donc lié à la chaleur, et de l’entropie qui quantifie toute cette incertitude. De plus, le fait que l’entropie ayant été basse dans les débuts de l’univers, ça a un effet fondamental dans la distinction entre le passé et le futur. À cela quoi s’ajoutent les traces que ce passé laisse dans le présent. Ces traces sont partout. Les cratères de la Lune témoignent des impacts passés. Notre cerveau grouille de souvenirs. Il existe des traces du passé et non du futur uniquement parce que l’entropie était basse dans le passé. Et pour pouvoir laisser de telles traces, il est nécessaire que quelque chose s’arrête, cesse de bouger (comme la bille de tout à l’heure), et bien sûr, cela ne peut se produire qu’au travers d’un processus irréversible, c’est-à-dire un processus qui dégrade de l’énergie en chaleur. 
Nous appartenons peut-être à un sous-ensemble particulier du monde qui interagit avec le reste de telle façon que l’entropie soit basse dans une direction de notre temps thermique. L’orientation du temps est réelle mais due au point de vue qui est le nôtre. Nous voyons les choses se produire de façon ordonnée selon cette variable « temps » et l’augmentation de l’entropie marque pour nous la différence entre passé et futur accompagnant le déploiement du cosmos. Elle détermine ainsi l’existence des traces, de ces restes qui sont les mémoires du passé. Nous, les humains sommes un effet de cette grande histoire de l’augmentation de l’entropie, unis par la mémoire que permettent ces traces. Chacun d’entre nous est unique dans sa relation au monde matérialisée dans ces traces. C’est de là que naît ce que nous appelons « l’écoulement » du temps. 
Alors, pour échapper à l’inquiétude que suscite en nous ce temps, certains comme Parménide ont voulu en nier la réalité, d’autres comme Platon ont imaginé un monde d’idées qui évoluent hors du temps. Hegel parle du moment où l’Esprit dépasse la temporalité et se connaît comme le tout ; puis d’autres encore comme Bergson ont adoré le temps. 
Mais aujourd’hui, nous commençons à entrevoir le mystère du temps. Nous pouvons voir le monde sans temps aussi, mais surtout nous commençons à voir que nous sommes le temps. Nous sommes cet espace, cette déchirure ouverte dans les traces mémoires présentes à l’intérieur des connexions de nos neurones, et cette déchirure est constitutive du temps. Nous sommes cette mémoire, cet écoulement du temps, et nous emplissons le monde de nous, de nos traces, des instants vécus dans le temps, « Combien de temps dure toujours ? » demande Alice. « Parfois seulement une seconde » répond le Lapin Blanc. Tout y est !
Chez les arbres, le temps, la mémoire se marquent par un nouvel anneau tous les ans ; nous humains, nous nous étendons dans d’autres dimensions que celles des trois de l’espace physique standard, nous sommes ceux par qui naît l’écoulement du temps, et inversement, nous sommes l’écoulement du temps qui est nous. Ce qui n’empêche pas l’expérience vécue du temps dans nos vies ici et maintenant. Alors quoi de mieux que Lamartine pour conclure ce temps des Nowakowskismes  : 

« Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

 Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

 Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons !  »

Voilà, le temps des Nowakowskismes s’est écoulé, nous avons produit cette expérience de quelques minutes qui a été unique pour chacun d’entre vous. Ce temps irréversible, ce temps de dissipation d’énergie en chaleur, d’émissions d’ondes dans l’espace-temps, que nous ne pouvons pas relire en sens inverse, mais la technique nous sauve, vous pouvez réécouter et revivre ce moment en écoutant en podcast.

Sources
Carlo Rovelli. L’ordre du temps
Marcel Proust. Du côté de chez Swann 
Richard Powers. L’arbre-monde 
Alain Connes, D Chéreau et J Dixmier. Le théâtre quantique. 
Lewis Carroll. Alice au pays des merveilles 
Lamartine. Le lac