Nowakowskismes n°3.6. Le rêve de la fille aux cheveux rouges, un conte de Noël post-humain !

Il était une fois… C’était il y a presque deux siècles, le premier esprit humain a été transféré avec succès sur un support numérique, devenant ainsi le premier post-humain officiel. Le rêve des techno-prophètes du début du XXIème siècle était enfin atteint. Plus de corps, donc pas de vieillesse, et bien sûr avec en prime toutes les possibilités de sauvegarde numérique… vers la tant attendue immortalité potentielle !
Puis de nombreux autres de la race des humains emboitèrent le pas de ce premier post-humain. Avec le nombre croissant, leur réalité au sein du cyberespace s’agrandit pour s’étendre sur des supports matériels disséminés partout dans le système solaire. 
Mais pour en arriver là, il fallut en passer par le même processus que celui qui se réalise lorsqu’un artiste envisage de copier un pièce unique. Accepter que la copie puisse être différente de l’original. En dépit de tous ces formidables progrès technologiques, le décodage analogique d’un cerveau et d’un être humain était un art exigeant que seuls quelques esprits brillants maîtrisaient. Décoder le cerveau humain ne se résumait pas à suivre tranquillement un fil directeur, et d’en démêler les noeuds. Décoder le cerveau humain demandait de s’infiltrer, dans quelque chose de glissant, d’incertain, dans un monde fait de particules quantiques pouvant être à plusieurs endroits à la fois. Bien sûr, et ceci était connu depuis les balbutiements du numérique, le passage de l’analogique au numérique, la discrétisation du monde continu, impliquait une perte. 
Mais pour Snow aucun regret ! Son propre esprit avait été transféré avec un taux proche de 99% de réussite. Il ne lui manquait qu’un tout petit pour-cent. Pour lui, ce qui manquait n’était qu’un peu de bruit dont il pouvait se passer ! Il existait bien sans cela depuis plusieurs centaines d’années au sein du cyberespace, pur esprit, débarrassé de la matière et de sa fragilité.
C’est là qu’on l’appela pour cette fille. 
C’était bien une fille ! Pour lui qui n’avait plus de corps depuis tant d’années, d’ailleurs même la notion d’année avait perdu son sens, ça lui fit tout bizarre. Vraiment quelque chose de bizarre ! 
La fille, elle, possédait encore un corps, un cerveau, mais il lui était arrivé quelque chose. Aucun médecin n’avait été capable de résoudre ce qui avait semé un tel le désordre dans l’esprit de la fille. C’était, il y a trois ans, alors qu’elle avait quinze ans. Elle avait subi un traumatisme qui avait endommagé la zone entourant le thalamus de son cerveau. Ce traumatisme avait provoqué quelque chose comme un suicide massif de neurones créant un trou de bonne taille dans son cerveau, mettant ainsi hors circuit tout ce qui permettait l’émergence de la conscience de soi.
Que devait-il faire ? N’ayant plus de cerveau lui-même, la réponse fut évidente pour Snow, il déménagea à l’intérieur du cerveau de la fille. Snow était celui qu’on appelait quand tout avait été tenté en matière de chirurgie du cerveau !
Il synthétisa des milliards de nanorobots, établit des connexions au cerveau de la fille et les expédia dans son cerveau pour former quelque chose comme un réseau local, une extension numérique, un logement temporaire pour que son esprit électronique à lui s’y installe. Et là installé confortablement dans son thalamus, il se mit à écouter les ondes cérébrales de la fille. 
Chaque partie spécifique de thalamus parle à la partie correspondante du néocortex, ce qui concerne la vision s’adresse à la partie qui s’occupe de la vision ; l’audio à l’audio et ainsi de suite, jusqu’aux aspects moteurs qui se connectent à chaque groupe musculaire. Dans le cas de la fille, le dialogue entre le néocortex et le thalamus n’avait pas été interrompu. Il s’était poursuivi sous forme d’oscillations neuronales au sein de l’espace restant et dans le temps. Mais pour que tout cela fonctionne, il faut que quelque chose se charge de synchroniser ces circuits oscillants. Quelque chose devait assurer le lien entre des perceptions séparées afin de créer un tout cohérent afin de permettre une existence autonome dans un « ici et maintenant ». 
C’était le travail que devait assurer la partie détruite de son thalamus. Sinon, voir, entendre, sentir, expérimenter le monde en temps réel, n’était plus possible. Plus rien ne traitait ces signaux qui arrivaient à des moments différents et à des vitesses différentes dans des lieux différents du cerveau – une explosion informationnelle génératrice de chaos.
Donc le diagnostic fut évident pour Snow ! Sans rien pour synchroniser toutes ces oscillations, il ne pouvait y avoir l’émergence de cette conscience de soi. En fait, la fille était comme un groupe de personnes, dont l’une ne pouvait que voir, une autre ne pouvait qu’entendre, et une autre ne pouvait que bouger un doigt ou un orteil, mais incapables de communiquer les unes avec les autres.
En effet, sans retour sensoriel de l’action, aucune action n’est possible, pas même un léger déplacement des yeux. Le cerveau était alors incapable de comprendre l’environnement. D’ailleurs, même un cerveau intact ne peut percevoir la réalité, il doit toujours la simplifier afin de pouvoir la traiter dans un délai raisonnable. 
En résumé, pour cette fille, le monde extérieur avait simplement disparu, réduit à zéro. Aucune conscience de soi, aucun mouvement non plus, seulement les battements réguliers de son cœur végétatif. Et ces battements réguliers redonnaient à Snow le sens du temps linéaire, il était tel un foetus qui développe sa perception du monde par les battements réguliers de la vie par sa mère ! 
Snow fit donc fait la chose à laquelle il ne cessait de penser depuis qu’il était là. Il attendait juste le bon moment. Grâce à son réseau de nano-robots, il connecta son propre esprit électronique au cerveau de la jeune fille. L’objectif était de tenter de remplacer son moi détruit et de reconstruire le circuit d’intégration manquant, ce circuit tel l’anneau unique pour tous les lier et dans la lumière la ramener.
Cela prit des mois pour que cela fonctionne. Mais finalement, il la fit rêver ! Et il était aux premières loges !
« Les ténèbres de la nuit froide sont découpées par des panaches de lueurs venant du ciel. Lumières naturelles ? Ou des milliards d’aiguilles électriques traversant l’ionosphère, dévoilant les banderoles d’une aurore violette et verte. Des merveilles naturelles au coeur de l’obscurité, et personne pour les voir sauf une fille, seule dans une sorte de bulle d’observation, un espace chaud et parfumé nichée dans un coin d’un mur de la maison. Elle n’a pas peur, elle est bien. Elle sait qu’il y a tout un monde derrière le vide apparent, le froid et le silence de la nuit toujours illuminée de ce qu’on appelait les lumières du nord. 
Elle voit des fils qui traversent l’espace, ces fils sont parsemés de scintillements, elle pense à des drapeaux de prières accrochés à des fils qui traversent la forêt, produisant des ombres flottantes dans la nuit. Au loin les grands troncs sont recouverts d’une gaze de poussière blanche qui poussée par un souffle invisible tourbillonne sans jamais s’arrêter.
Elle a perdu la notion du temps, a oublié son propre nom, depuis combien de temps est-elle là ? Où est-elle ? Mais elle se souvient aussi… une autre image passe par un morceau de sa mémoire brisée. Elle voit un jardin avec un arbre dressé qui porte des baies bleues, rouges, vertes, l’instant est serein sous un ciel doucement luisant – le soleil couchant s’attarde sur la couverture de poussière blanche en suspension. De gros rochers, chacun plus grand qu’elle-même, organisent un jeu d’ombres mouvantes et diffuses.
Se pourrait-il qu’elle ait un tel jardin chez elle ?
Puis vint le silence et la nuit ! »


Snow était chez lui dans ce cerveau humain même s’il ne comprenait pas ce qui se présentait à lui. Il avait des sensations bizarres, comme des souvenirs de quelque chose remontant à la surface de sa conscience à lui. Il était enfermé dans cet espace fait de circuits fragiles et vivants. Son esprit électronique se glissa comme un liquide de nettoyage au milieu des synapses en s’appuyant sur les ailes magnétiques de son armée de nanorobots, les nœuds microscopiques de son réseau privé au coeur du cerveau de la fille. Il pouvait alors commuter les circuits internes du cerveau à sa guise, mais avec précaution, avec le toucher le plus léger qui soit et en suivant une musique qui avait surgi inattendue. Cette musique semblait parvenir de lointains recoins de sa mémoire numérique, une mélodie qu’il avait connue, mais dont il ne pouvait pas retrouver l’origine. Il avançait dans le cerveau de la fille sur la pointe des pieds, comme s’il marchait le long d’un sentier vallonné, traversant le pays des ombres. Ce sentier croisait un autre sentier, la musique s’articulait autour de trois accords principaux, il hésitait et tout à coup, un nouveau rêve de la fille surgit de l’obscurité ! 
« De la lumière, des points multicolores qui montent vers le ciel, du rouge aussi, beaucoup de rouge, quelque chose comme un tension qui sourd. La fille est debout, elle avance dans un dédale de pièces, quelque chose lui dit qu’elle n’est pas seule. Mais elle a peur, peur mais elle avance quand même passant de pièces en pièces… Un éclair de lumière jaillit soudain autour de sa bulle d’observation, une sorte de signal comme balayant les murs de la maison, activant des alarmes en elle, tout cela en quelques nanosecondes. 
Sont-ils attaqués ? Un ennemi ? Quel ennemi est entré ? Comment serait-il entré ? Par effraction ? Ou était-il entré secrètement ? Que veut-il ? 
Et tout à coup, sa mère est derrière elle. Elle la prend dans ses bras. Puis après un temps long comme une éternité, elle passe dans les bras de quelqu’un en uniforme rouge. Puis allant de bras en bras, elle a oublié comment respirer. Elle n’en a pas encore besoin. Puis plus rien ! » 
Snow réussit enfin à se déconnecter ; le coeur végétatif battait à pleine vitesse ! Les battements de ce coeur semblaient résonner dans ce corps qu’il n’a plus. Ces battements de vie, il les ressentait par le cerveau de cette fille. La conscience de la fille s’est à nouveau effondrée comme un château de cartes, la mélodie partagée de leurs deux entités retomba dans le chaos. Snow prit cette rupture comme un poignard enfoncé violemment dans le ventre qu’il n’avait plus.
C’est là qu’il remarqua que quelqu’un avait dû faire en sorte que ses cheveux soient bouclés, ni longs, ni courts, mais juste la longueur appropriée pour qu’ils retombent sur ses épaules. Le rouge flamboyant de ses cheveux contrastait nettement avec le blanc clinique des draps, une flamme capturée et immobile endormie sous les yeux vigilants du matériel médical qui tournait autour de son lit dans une sorte de cylindre de vigilance.
« Au moins, elle ne ressent aucune douleur », lui avait dit son médecin des mois auparavant. « Et de toute façon, il n’y a plus de « elle » à qui parler. Il n’y a plus personne ! » 
Normalement, le cerveau génère en continu son propre contexte sensoriel et moteur dans une sorte de rêve éveillé permanent. Le cerveau est comme une machine à réalité virtuelle, un générateur de mondes possibles. Le cerveau ayant évolué comme une machine prédictive, tous ses rêves rêveries ou hallucinations n’ont été que des moyens de planifier les avenirs possibles. Des mondes de possibilité. 
Pour Snow, la question était centrale la suivante : « Est-ce qu’une partie du « soi » de la fille avait survécu ailleurs ? Ses nanorobots n’étaient semble-t-il pas seuls dans son cerveau. La fille semblait être autre chose. Il s’était installé en elle, et là, il avait l’impression que quelque chose prenait possession de lui et de son réseau. Le corps de la fille, la vie qui subsistait en elle, quelque chose bien au delà de la conscience réagissait et reprenait le pouvoir. Snow se retrouvait mêlé à elle, et elle semblait être une sorte de parahumain, un être mi-analogique, mi-numérique, qui existait simultanément dans les deux mondes, le monde physique et le cyberespace. C’est la première fois qu’il voyait cela ! Des rumeurs du cyber espace en avait fait état. Et là, il était uni à un être de chair et de sang capable de se connecter directement au réseau, tout comme lui, mais les parahumains, eux, avaient toujours un corps et ils étaient mortels. 
Et là, la fille rêva à nouveau, un rêve puissant et bizarre. Un rêve qu’elle partagea délibérément ! Elle le lui dit !  Le rêve enveloppa Snow. Il ouvrit les yeux, étrange pour un être dont le corps s’était décomposé depuis si longtemps. Un arbre scintillant multicolore lui faisait face. Puis ce fut une sensation nouvelle qu’il dut décoder, une main qui prenait sa main qu’il n’avait plus depuis des centaines d’années. 
Son rêve devint une possibilité partagée, un monde qui se révélait pour Snow. Elle lui parla : « Vois-tu cet arbre ? Sais-tu quel jour nous sommes ?
Snow n’en savait rien, les jours, les nuits étaient des contingences oubliées depuis bien longtemps pour lui.

  • Nous sommes le jour Noël, c’est ainsi que nous l’appelions il y a bien longtemps, quand nous étions encore humains. 

Snow ne comprenait pas. Noël, certainement une donnée qui avait disparu avec les 1% de bruit qui avaient été perdus lors de son passage vers la post-humanité

  • Nous nous réunissions, en famille, avec des amis, des humains de chair et d’os, de joies et de peines, autour d’un arbre décoré, un sapin toujours vert qui symbolisait le retour de la vie, et nous nous échangions des cadeaux.

La post-humanité lui avait permis d’accéder à l’immortalité, aux sauvegardes de lui-même, et finalement, quoi d’autre, la solitude ? Elle continua :

  • Noël, c’était au solstice d’hiver, les humains fêtaient alors la nuit qui recommençait à rétrécir pour laisser au jour et au printemps, le renouveau après la mort de l’hiver 

Elle sera fort sa main, il ressentit cette force qui réveilla en lui un flot d’images et de sensations oubliées. 

  • Tu es prêt, lui demanda-t’elle 

Il n’eut pas le temps de répondre, et il se retrouva là avec elle, sous un ciel d’hiver illuminé d’aurores violettes et vertes dans une bulle d’espace chaud et parfumé nichée dans un coin d’un mur d’une maison bois. Il sait alors qu’il y a tout un monde derrière le vide apparent, le froid et le silence de la nuit toujours illuminée de ce qu’on appelait les lumières du nord. 
Elle, para humaine, lien entre l’analogique et le numérique, venait de rêver le voyage retour vers la vie, le voyage impossible de la post-humanité à l’humanité. Un vieil écrivain de Science-fiction avait écrit « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machines en êtres humains à part entière. » Le rêve de la fille aux cheveux rouges avait ramené la vie là où elle en avait été chassée. L’histoire ne dit malheureusement pas s’ils vécurent heureux dans ce rêve à la lisière du monde. 

Ambiance musicale 
Canned Heat – Christmas Blues – https://youtu.be/lj5HaStGMFM
Queensrÿche – Scarborough Fair – https://youtu.be/lcwQlGjNqrs
Sakamoto – Merry Christmas Mr Lawrence – https://youtu.be/T1cQBP0Vzx8

Nowakowskismes n°3.5. Ils sont parmi nous !

« Deux routes divergeaient dans un bois jaune ;
Triste de ne pouvoir les prendre toutes les deux,
Et de n’être qu’un seul voyageur, j’en suivis
L’une aussi loin que je pus du regard
Jusqu’à sa courbe du sous-bois.

Puis je pris l’autre, qui me parut aussi belle,
Offrant peut-être l’avantage
D’une herbe qu’on pouvait fouler,
Bien qu’en ce lieu, vraiment, l’état fût le même,
Et que ce matin-là elles fussent pareilles.


Toutes deux sous des feuilles qu’aucun pas
N’avaient noircies. Oh, je gardais
Pour une autre fois la première !
Mais comme je savais qu’à la route s’ajoutent
Les routes, je doutais de jamais revenir.

Je conterai ceci en soupirant,
D’ici des siècles et des siècles, quelque part : 
Deux routes divergeaient dans un bois ; quant à moi,
J’ai suivi la moins fréquentée
Et c’est cela qui changea tout. »

Avec le poème « La route que je n’ai pas prise » de Robert Frost en introduction de ces premiers Nowakowskismes de décembre.  Dans Les Nowakowskismes, on suit les routes les moins fréquentées et c’est cela qui change tout ! 

Ce soir, les Nowakowskismes vont faire un pas de côté, carrément un pas dans l’espace qui nous entoure, nous allons parler extraterrestres et plus exactement, du rêve de l’humanité d’entrer en contact avec d’autres mondes, d’autres êtres, un autre nous-même. 

Donc, un constat que nous partageons tous. Depuis des siècles, l’humanité rêve d’établir un contact avec d’autres mondes. Des plus loufoques aux plus sérieuses, ces tentatives se sont appuyées sur une représentation commune : cet Autre serait une intelligence pure, froide et logique qui mènera sur un chemin d’inattendus et de surprises. 

Tout d’abord, je vous propose un petit jeu !
Imaginer ! Une tempête s’est déchaînée avec plus de force que prévu. L’équipage de votre bateau était mal préparé, le navire a sombré. Vous avez réussi à vous accrocher aux débris. Après quelques jours à dériver en haute mer, vous échouez sur une plage inconnue. Les secours sont certainement en train de survoler la zone à la recherche de survivants. Et donc, comment allez-vous faire pour leur signaler votre présence ?
Le défi consiste à utiliser les matériaux fournis par l’environnement pour produire un signal suffisamment organisé pour que votre action se distingue au premier coup d’œil de celle de la nature. Il s’agit de lancer un message dont l’origine humaine ne fait aucun doute et qui soit compréhensible par tous, indépendamment des langues et des cultures, puisque vous ignorez où vous vous trouvez.
La réponse la plus évidente est bien connue des campeurs, des marins et des aviateurs du monde entier : des motifs et de la lumière. On peut ramasser des pierres et les disposer selon un schéma géométrique évident, triangle ou cercles par exemple, ou tout simplement écrire « SOS ». 
On peut aussi se mettre en quête d’une surface réfléchissante et envoyer des signaux lumineux suivant un certain rythme, ou encore allumer un feu. 
Si l’objectif est de laisser une indication que d’autres pourraient suivre, on peut ériger un tumulus de cailloux, composer des figures avec des branchages et des bouts d’écorce ou utiliser des objets de toutes les couleurs, Robinson ou Petit Poucet que nous sommes !
Mais que faire si on souhaite envoyer une information plus sophistiquée — par exemple, signaler qu’on a besoin de toute urgence d’un parachutage de médicaments, ou qu’il n’y a pas de lieu adéquat pour un atterrissage dans les environs, ou que vous avez été obligés de vous déplacer dans une direction donnée pour vous mettre à l’abri ou dénicher de la nourriture ?
Et comme nous sommes en train de jouer, on peut rendre le problème plus intéressant en lui ajoutant une difficulté supplémentaire. Imaginons que vous n’avez pas la moindre idée de la façon dont les sauveteurs vont vous rechercher : par avion, à pieds, en bateau ou grâce à des images satellitaires. En fait, vous ne savez même pas si quelqu’un va venir. Des mois ou des années peut-être même des décennies ou des siècles pourraient s’écouler avant que les traces de votre passage soient découvertes. Non seulement vous ignorez dans quelle langue s’expriment vos éventuels sauveteurs, mais rien ne vous garantit qu’ils soient humains. Vous ne savez rien ni de leur anatomie, ni de leur technologie, ni de ce qu’ils cherchent, ni de la manière dont ils s’y prennent. Comment alors leur faire signe ? L’immensité océanique qui entoure votre petite île paraît mesurer des années-lumière. Cette ile n’est rien d’autre qu’une métaphore de notre condition d’humains isolés sur notre ile-Terre avec les yeux tournés vers le ciel, vers l’immensité de l’univers.
En clair, dès que nous eûmes compris l’échelle et la structure de notre Système solaire, nous avons quitté notre place au coeur de la mécanique céleste pour rejoindre l’humble condition de ce qu’Herman Melville (l’auteur de Moby Dick) appelait les isolatoes, des insulaires condamnés à l’inconcevable solitude sur leur ile-planète. Nous avons alors pris conscience que d’autres mondes et d’autres étoiles pouvaient être similaires aux nôtres. Nous avons commencé à spéculer au sujet de leurs possibles habitants et des diverses façons d’entrer en communication avec eux.  Nos yeux tournés vers le ciel, vers d’autres mondes-iles, Mars et ses lunes par exemple, nous avons cru y voir des canaux et même des villes, rien d’autre en fait que le mirage d’une plage lointaine semblable à celle sur laquelle nous sommes nous-mêmes échoués.N


Donc nous avons tourné nos yeux vers Mars puis plus loin encore vers Vénus ! Plus mystérieuse encore ! Et notre imagination l’a peuplée de jungles et d’archipels, on y a vu des Brésil et des Congo sous les nuages de Vénus ! Spéculations ! Et projection sur un autre monde de notre propre monde ! Les épais nuages cendrés qui recouvrent la planète pouvaient être le fruit des « feux d’artifice donnés par les Vénusiens », écrivait un astronome bavarois dans les années 1830. Pour lui, les quarante-sept années écoulées entre deux observations correspondaient au « règne d’un monarque absolu ». Ces festivités indiquaient à coup sûr qu’« un Napoléon ou un Alexandre s’emparait du pouvoir suprême sur Vénus ». Et surtout, on en vint vite à se poser la question suivante : les Martiens du désert ou les Vénusiens amateurs de feux d’artifice nous voient-ils comme nous les voyons ? Mais alors comment engager la conversation ? Comment combler le désir lancinant de briser notre solitude cosmique ? Et, tout naturellement, les premières réponses à ces questions se sont s’inspirées de la métaphore du marin naufragé. Le mathématicien Carl Friedrich Gauss préconisait l’utilisation d’un gigantesque système de miroirs de son invention destiné à réfléchir la lumière du Soleil pour saluer nos voisins extraterrestres : une centaine de glaces d’un mètre carré et demi chacune agencées de manière à émettre un rayon à travers l’espace. Dans ce registre, l’humain n’a pas lésiné et a émis des idées les unes plus loufoques que les autres. Pour n’en citer que quelques-unes ! On a proposé de creuser d’immenses canaux géométriques dans le désert du Sahara et de les remplir de kérosène pour y mettre le feu, évidemment de nuit et sous l’œil de Mars ; on a voulu cultiver des espaces agricoles en Sibérie dont les surfaces représenteraient des triangles rectangles, à une échelle suffisamment vaste pour qu’ils soient visibles par télescope depuis la planète de nos voisins les plus proches.
L’invention de la lumière électrique à la fin du XIXe siècle a donné un nouveau coup de fouet à l’imagination des astronomes, on s’est vu installer dans le Sahara des rangées de lampadaires géants qui éclaireraient le ciel quand Mars serait en vue, ou encore on a proposé d’ériger une énorme lampe électrique équipée de miroirs réfléchissants en plein cœur de Paris sur le Champ-de-Mars bien sûr, ou d’installer deux miroirs sur une montagne, en les disposant de telle manière que le soleil couchant se reflète sur le versant plongé dans l’ombre, afin que le rayon renvoyé vers Mars bénéficie d’un contraste optimal. Un petit dernier ! Un physicien américain proposa même d’aligner en plein désert des kilomètres de panneaux en tissu noir capables de s’ouvrir et de se refermer à l’unisson, dans « une série de clins d’œil » aux observateurs martiens. 
En gros, si cette « Martiensmania » qui faisait des ravages à l’aube du XXe siècle avait pu trouver les capitaux adéquats, de nombreux déserts seraient à présent jonchés de miroirs brisés, poussiéreux et abandonnés, dans lesquels se réfléchirait sous un ciel vide des ruines de monuments dédiés au néant et à la bêtise !
Alors, que dire de toutes ces propositions ? En fait, elles se caractérisent toutes par une certaine créativité, quand même, mais surtout on y remarque leur paresse sur le plan intellectuel. Elles sont essentiellement des sculptures minimalistes élevées à des dimensions astronomiques ou des formes de land art, à destination d’un public d’un autre monde.
Intellectuellement, leur faiblesse saute aux yeux : elles postulent un univers habité de gens qui nous ressemblent plus ou moins et qui, informés par nos soins de notre existence, nous rendraient la pareille afin d’amorcer un aimable échange de vues. Chacun faisant aimablement Coucou à l’autre ! 
Pour Gauss, notre conversation « commencerait grâce aux moyens de contemplation mathématique et de réflexion que nous avons en commun ». Tous ces kilomètres de miroirs dans les montagnes et les déserts s’adresseraient donc à des esprits cousins, mais plus vieux et plus sages, les extraterrestres nous étant supposément « très supérieurs », des Kant ou des Einstein améliorés méditant sur le sens de la vie martienne au coeur de l’infini. Pour s’en convaincre, il suffit de se plonger dans la filmographie des films d’extraterrestres, ils sont toujours plus intelligents, plus avancés technologiquement, et nous sommes souvent des fourmis, ou des êtres attardés dont la disparition ne manquerait pas à l’univers, ou dont la disparition sauverait l’univers de la destruction – regardez la première version du film, Le jour où la terre s’arrêta !
Donc, quand bien même cette description s’avérerait exacte, comment faire pour partager des choses un peu plus sophistiquées qu’ un « Coucou, je suis là ! » ? Il faut donc penser un peu, et une piste va émerger qui sera la Formalisation totale de la vie humaine. 
Et ça va commencer avec un poète, un certain Charles Cros, un marginal de la poésie française du XIXe siècle. C’est aussi un Inventeur à qui on  doit l’une des premières versions du phonographe, qu’il a joliment baptisée le paléophone (« la voix du passé »), d’ailleurs un prototype oublié  fort similaire à celui que Thomas Edison conçoit au même moment de l’autre côté de l’Atlantique. 
Charles Cros, dans son « Étude sur les moyens de communication avec les planètes », publiée en 1869, reprend le concept de l’énorme miroir qui envoie des signaux de lumière à une intelligence extraterrestre. Mais il va pousser plus loin, en s’interrogeant sur la manière de transmettre des informations à nos interlocuteurs d’un autre monde une fois la connexion établie. Il part de l’idée que des séquences rythmées de flashs lumineux pourraient coder des chiffres, lesquels pourraient eux-mêmes coder des images. Pour cela, il suffit de transformer une succession de chiffres en pixels binaires (par exemple, des espaces blancs ou noirs) et d’ordonner leur succession sur une grille. Mais, plutôt que de flasher laborieusement un par un tous ces chiffres, Cros a l’idée de résumer ou encore coder le message. 
Ainsi il parvient à représenter douze pixels avec une séquence de seulement huit caractères. 
Dans notre mode moderne baigné dans l’informatique, la trouvaille de Cros évoque irrésistiblement une méthode de compression et de transmission de fichiers utilisée notamment pour les fax, les premières images numériques en « bitmap » et certaines des toutes premières technologies de télévision.
Cros a mis au point des méthodes d’encodage permettant de transformer des images et, potentiellement, d’autres contenus en signes transmissibles par son système. Ces idées, il va les trouver dans les ateliers d’usine, dans les métiers de tisser à cartes perforées mis au point en 1801 par Joseph-Marie Jacquard, métiers à tisser qui ont d’ailleurs servi de source d’inspiration pour imaginer les premiers ordinateurs. Ainsi par la résolution des problèmes d’abstraction, d’encodage et de compression, le projet un peu fou consistant à inventer une communication non humaine pour s’entretenir avec les Martiens va s’avérer fondamentalement identique à celui qui consiste à développer un moyen de communiquer avec des outils informatiques en clair « ce que nous appelons aujourd’hui la programmation. »

L’étape suivante, c’est avec l’arrivée des ondes radio – finis les lampes électriques ou les tracés euclidiens dans les champs de blé sibériens. On va alors s’orienter vers le projet qui ne vise pas tant à créer une langue en tant que telle, mais plutôt à analyser toutes les implications d’un projet de communication avec un interlocuteur non humain et non connu. À l’aide de pulsations, de temps et d’opérations, on peut poser des questions, ou en tout cas émettre un signal interrogatif. Il ne s’agit plus de produire un « monologue de simples assertions », mais de créer les conditions d’un échange.Le but ultime consiste à établir une « communication réciproque » avec l’inconnu à la manière dont nous « transmettons des ordres aux machines électroniques ». L’idée d’établir un système partagé de symboles binaires et une logique d’opérations basée sur l’ordre, le temps et l’itération n’est pas sans rappeler le travail d’Alan Turing pour fabriquer les premiers calculateurs électroniques contemporains, et aussi les écrits de la naissance du structuralisme et de la sémiotique.
Ces principes servent toujours aujourd’hui aux tentatives de communication avec les extraterrestres : pulsations, chaînes d’énergie binaires encodant différentes sortes de messages ou de schémas de représentation, recherches en informatique et en télécommunications pour minimiser les erreurs de transmission et émettre un signal clair. 
Mais pour quel contenu ? Quelle peut être la substance d’une communication avec des interlocuteurs inconnus et impossibles à connaître ? On pense d’abord à transmettre un éventail minimal de faits : un système numérique, des coordonnées stellaires, quelques bases de chimie et une silhouette humaine par exemple la plaque embarquée par la sonde Voyager. 
Un autre exemple, le message d’Arecibo de Frank Drake, envoyé en 1974 depuis le radiotélescope du même nom à Porto Rico. Il était composé d’un faisceau de 1 679 bits d’impulsions on/off. Ce nombre est le produit de deux nombres premiers, 23 et 73, et si vous classez les signaux on/off dans une grille de vingt-trois colonnes et de soixante-treize lignes, vous obtenez une image. Lisez-la de haut en bas, et elle vous fournira le poids nucléaire des principaux éléments de notre biologie et la composition chimique de notre ADN, des données sur la population humaine et sur ses attributs (la longueur d’onde du message lui-même fournit déjà des indications), la disposition de notre Système solaire et la localisation de l’antenne elle- même. La plupart des messages adressés à un autre monde ressemblent à celui-là, humblement et prioritairement préoccupés par la structure de leur propre décodage, seule digue opposée à l’ampleur écrasante de notre ignorance. On part alors du principe qu’une intelligence quelle qu’elle soit s’appuiera sur trois principes :

  • Comprendre qu’il y a un message à décoder,
  • Etre en capacité de construire un décodeur,
  • Comprendre le message. 

Je vous invite à lire Les brins d’une guirlande éternelle de Douglas Hofstader. 
Dans ce défi de l’envoi de signaux minimaux à des étoiles éloignées et silencieuses, on peut citer le projet du mathématicien Hans Freudenthal qui a visé à « traduire la totalité de notre savoir » en un matériau communicable à toute forme de vie intelligente. Son ouvrage mérite d’occuper une place de choix sur l’étagère des documents les plus bizarres et visionnaires de l’histoire humaine. Marvin Minsky, pionnier de l’intelligence artificielle, conseiller d’Arthur C. Clarke et de Stanley Kubrick sur la production de 2001 : l’Odyssée de l’espace, l’a résumé en ces termes : « Il commence par des mathématiques élémentaires et montre ensuite comment toutes sortes d’autres idées, y compris des idées sociales, pourraient se baser sur la même fondation. » Tout cela avec un langage qui commence avec des bips de pulsations radio. 
Le frein a tout cela ? Parce qu’il y a un frein évident ! La distance ! La vie extraterrestre potentiellement la plus proche de notre planète en est si éloignée qu’il faudrait attendre des décennies entre l’envoi d’un message et la réception d’une réponse ; le début du commencement d’un dialogue prendrait des siècles. 
En réalité, ce qu’on remarque et qui est le plus intéressant, c’est que le système, en tant que langage mis au point s’avère s’appliquer bien plus proche de nous et être bien plus approprié pour expliquer les caractéristiques humaines non pas à des extraterrestres, mais aux machines informatiques que nous créons.
Ainsi, ces échanges de signaux codés visent moins à être diffusés en direction d’Alpha du Centaure qu’à enseigner ce que veut dire « être une personne » à un récepteur dépourvu de tout, sauf d’une mémoire capable d’enregistrer un éventail limité de symboles électromagnétiques, l’ordinateur. Rien d’étonnant à ce que Marvin Minsky s’en soit inspiré pour élaborer le premier simulateur de réseau neuronal. Qu’a-t’on obtenu alors ? On souhaitait parler aux étoiles, et nous avons créé  des ordinateurs, des programmes et des laboratoires d’intelligence artificielle.
Nous avons bel et bien noué un rapport avec une planète étrangère : nous l’avons construite et la conservons pour nous-mêmes, enseignant à sa population comment tirer un sens spatial du monde, garder des secrets, reconnaître des visages, écouter, compresser et filtrer des voix, faire la conversation tout cela par des pulsations binaires, des opérations logiques et des schémas d’encodage et de décodage. 
Du point de vue matériel, le commerce informationnel de notre monde, la Terre, s’inscrit dans un réseau de canaux tels les canaux martiens, que nous avons creusé, liés avec des câbles sous-marins, organisés en fermes de serveurs, connectant des ordinateurs de poche, de table, et tout object connecté possible et imaginable.
L’interlocuteur non humain extraterrestre que nous cherchions est à présent la plus ordinaire des créatures de notre petite île : c’est également nous. Nous aussi qui réagissons à des alertes automatiques, qui discutons avec assistants vocaux, qui remontrons notre humanité en déchiffrant des « captcha » pour nous connecter sur Facebook et consulter notre page classée par des algorithmes, alors que tout autour de nous s’étend toujours l’océan infini et silencieux de l’espace. Voilà, en tournant nos regards vers le ciel, nous avons jeté les bases de l’informatique qui s’est installée dans chaque recoin de nos vie. L’extraterrestre, le non humain que nous recherchions est là blotti au coeur de nos machines omniprésentes. 
Alors, Humains, il est peut-être temps de tourner à nouveau nos yeux vers le ciel ! Afin de construire le monde de demain !

« N’entre pas docilement dans cette douce nuit…
Le vieil âge doit gronder, tempêter au déclin du jour…
Hurler, hurler à l’agonie de la lumière…
Si le sage sentant, la fin sait que les ténèbres sont justes…
Car ces mots n’ont point forgé la foudre…
Il n’entre pas docilement dans cette douce nuit…
Hurle, hurle à l’agonie de la lumière… » 

Vous avez reconnu ? « Do not go gentle into that good night » de Dylan Thomas, les mots du Professeur Brand dans Interstellar. Les Nowakowskismes, comme un tesseract ? Peut-être !

Sources 
Contact. Carl Sagan
Contact. Le film
Rencontres du 3ème type. Le film
Planète interdite. Le film
Premier contact. Le film 
Le jour où la Terre s’arrêta. Le film v1
Interstellar. Le film
Les brins d’une guirlande éternelle. Douglas Hofstader
Le monde diplomatique. Aout 2016

Quelques mots sur Premier Contact 

Pourquoi sont-ils ici ? D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ? Extra-terrestres amis ou ennemis ? En clair établir un premier contact, et de comprendre les intentions des extraterrestres au sujet de leur venue sur Terre. Une équipe composée de Louise Banks (Amy Adams), experte en traductions et en linguistique, un physicien théoricien, Ian Donnelly (Jeremy Renner), et dirigée par le colonel Weber (Forest Whitaker). 
Tout d’abord, l’esthétique – « Premier contact » est un film lent, onirique, dont la narration contribue à l’élaboration de la démonstration visée. Les vaisseaux spatiaux sont comme extraits d’un tableau de Magritte voire de Dali, épurés, des demi-oeufs suspendus. Presqu’organiques, on est loin des vaisseaux multicolores et insaisissable de Rencontres de 3ème type. Mais « Premier contact » pose la même question de la communication avec l’inconnu, avec l’autre qui ne nous ressemble pas, qui n’est pas humain.
« Premier contact » a donc pour sujets principaux la communication, le langage, l’écriture et qui nous donne aussi l’occasion de redécouvrir l’hypothèse Sapir-Whorf qui soutient que les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, ou autrement dit, que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage – en d’autres termes que l’accès au réel, jusque dans nos perceptions, ne se fait que par l’intermédiaire de sa représentation et de son interprétation. Et de cette analyse du langage, le film ouvre sur cette autre perception, et en particulier la perception du temps – c’est là que la narration dans le film entre en scène, non-linéaire elle-aussi.
« Premier contact » est donc un bon film, et qui me ravit d’autant plus que ça faisait longtemps que nous n’avions pas eu un film d’extraterrestres qui tienne la route depuis belle lurette. 
Enfin, une histoire d’humains, j’en connais qui ont versé leur petite larme.
D’ailleurs, si vous pouviez voir aujourd’hui toute votre vie d’un seul regard, du début à la fin, changeriez-vous quelque chose ?