Nowakowskismes n°3.4. Eloge des mauvaises herbes

« Nous sommes déjà des communistes lorsque nous travaillons sur un projet commun, nous sommes déjà des anarchistes lorsque nous trouvons des solutions aux problèmes sans le recours aux avocats ou à la police, nous sommes tous des révolutionnaires lorsque nous créons quelque chose de véritablement nouveau. » Quelques lignes extraites de la préface du livre « Eloge des mauvaises herbes » écrite par David Graeber. Graeber est anthropologue, et je vous invite à le découvrir dans ses textes dans lesquels il pose la question : « Est-ce normal pour des êtres humains de ne pas pouvoir imaginer ce à quoi pourrait ressembler un monde meilleur ? »

Aujourd’hui, je vais vous emmener sur des chemins qui attendent depuis longtemps dans un coin de ma pensée. C’est questionner le monde encore un fois et l’absence d’espoir qui s’installe ! L’absence d’espoir n’a rien de naturel. C’est le produit d’un système, un vaste appareil bureaucratique. Au cours des quarante dernières années, l’objectif prioritaire de la gouvernance mondiale a été la destruction de toute perspective d’avenirs alternatifs, puis leur liquidation, et lorsque c’est impossible, faire en sorte que personne n’en entende parler. Alors sur le terrain de la vente d’arme, les droits de l’homme, l’urbanisation délirante, les Nowakowskismes sont présents et un interstice toujours ouvert aux mauvaises herbes ! 

Et  « Les mauvaises herbes, braves gens…
Elles dérangent, car elles poussent là où on ne les attend pas, aux interstices. Les mauvaises herbes, ça dépasse, c’est sale, ça fait désordre. Le message du gouvernement a été clair : il faut que ces champs paraissent propres ! Allez, du balai ! Et si ça doit pousser, c’est en rangs, et bien droit !
Les mauvaises herbes paraissent farfelues, taquines et inutiles, elles ne sont pas rentables, elles gênent la bonne marche de la société, elles empêchent le touriste de venir, le passant de passer, les investisseurs d’investir, les exploitations d’exploiter. Elles sont si tenaces qu’elles peuvent parfois décrédibiliser un gouvernement. Pis, elles s’installent sur son territoire !
Mais c’est exactement ce dont l’avenir a besoin. Heureusement, elles sont persévérantes, poussent dans tous les sens, sortent en des lieux inattendus, et finissent par créer des résistances. Elles représentent l’entêtement de la vie à persévérer, à se remettre des chocs, à contourner les obstacles, à se jouer des aléas. Avec un seul objectif : tendre vers la forêt. Les mauvaises herbes sont les prémices d’une forêt. Promesses qui ne sont pas à prendre à la légère, car cet entêtement dure depuis 3,8 milliards d’années. »

Et ce soir, on ne peut laisser tomber dans l’oubli une Mauvaise herbe qui se nomme Julian Assange. Julian Assange est un journaliste primé à maintes reprises, respecté pour avoir courageusement dénoncé, dans l’intérêt du public, des crimes graves et la corruption à haut niveau. Il est actuellement détenu depuis près de huit ans sans inculpation. Il est seul, malade, réduit au silence et à l’isolement, coupé de tout contact au cœur même de Londres, à l’Ambassade de l’Equateur. Au cours des six dernières années, le gouvernement britannique a refusé ses demandes d’accès aux soins de santé de base : air frais, exercice et accès à des soins médicaux et dentaires appropriés. En conséquence, sa santé s’est sérieusement détériorée et les médecins qui l’examinent mettent en garde contre ces conditions de détention qui mettent sa vie en danger. Nous ne pouvons que constater un assassinat lent et cruel qui se déroule sous nos yeux à l’ambassade de Londres.
En 2016, après une enquête approfondie, les Nations Unies ont statué que ses droits avaient été violés à plusieurs reprises, qu’il était détenu illégalement depuis 2010, et ont ordonné sa libération immédiate, un sauf-conduit et son indemnisation. Le gouvernement britannique a refusé de se conformer à la décision de l’ONU.
Le gouvernement américain a déclaré que son arrestation était une priorité. Ils veulent contourner la protection des journalistes américains en vertu de leur Premier Amendement en l’accusant d’espionnage. Pour cela, les Etats Unis font peser des menaces sur l’Équateur ce qui fait que son droit d’asile est maintenant directement menacé. Les pressions exercées par les États-Unis sur le nouveau président équatorien ont ainsi conduit Julian Assange à être placé en isolement cellulaire strict et sévère au cours des sept derniers mois. Privé de tout contact avec sa famille et ses amis. Seuls ses avocats peuvent lui rendre visite.
Il y a deux semaines, la situation s’est considérablement aggravée. L’ancien président de l’Équateur, Rafael Correa, qui a légitimement accordé à Julian Assange l’asile politique devant les menaces américaines contre sa vie et sa liberté, a publiquement averti que lorsque le vice-président américain Mike Pence s’est récemment rendu en Équateur, un accord a été conclu pour livrer Julian aux États-Unis. Il a déclaré que parce que le coût politique d’une expulsion de Julian était trop élevé, le plan consiste à le briser mentalement. Un nouvel ensemble de règles et de protocoles inhumains a été mis en place à l’ambassade pour le torturer au point de le faire craquer et le forcer à partir.
En même temps, un membre du gouvernement équatorien a tenté à plusieurs reprises d’annuler sa citoyenneté équatorienne afin qu’il puisse être extradé directement vers les États-Unis.
Pour avoir dénoncé les crimes et la corruption quand il était rédacteur en chef de WikiLeaks, Assange est en danger critique. Au cours des huit dernières années, il n’a pas eu accès à un processus juridique approprié. Injustice et déni de justice ont prévalu ! Le grand jury américain qui produit le mandat d’extradition se tient en secret, comporte quatre procureurs mais pas de défense ni de juge. Le traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis permet au Royaume-Uni d’extrader vers les États-Unis sans qu’il y ait de preuve. Une fois aux États-Unis, la National Defense Authorization Act permet la détention illimitée sans procès. Assange risque alors d’être emprisonné à Guantánamo et torturé, d’être condamné à 45 ans de prison de haute sécurité, ou à la peine de mort !
Il semblerait de plus en plus que le journalisme courageux, honnête et primé à plusieurs reprises soit devenu dans ce monde une activité dangereuse.
Activistes qui soutiennent les droits de l’homme, les réfugiés, l’environnement, et qui sont contre la guerre, citoyens attachés à la liberté, à la démocratie et à la justice, il est temps de se dresser maintenant ! Soyons les mauvaises herbes qui « représentent l’entêtement de la vie à persévérer, à se remettre des chocs, à contourner les obstacles, à se jouer des aléas. Avec un seul objectif : tendre vers la forêt. »

« Être réellement libre ne consiste pas à être un individu libre de vivre sans contraintes, mais bien à être pris dans un ensemble de relations bénéfiques avec des personnes et des milieux vivants. Ces relations nous nourrissent matériellement et psychologiquement. Sans lien à la nourriture, nous mourons de faim. Sans lien à des amants, nous devenons tristes. Nous sommes libres parce que nous sommes lié.es les un.es aux autres. La liberté ne consiste pas à briser nos chaines mais à les transformer pour qu’elles deviennent des racines vivantes et des veines qui irriguent, partagent, se rejoignent, et nous permettent de changer et d’évoluer en commun » Ces quelques mots de John Jordan me semble être une belle confirmation de ce que sont les Nowakowskismes, et que « l’herbe a sa ligne de fuite, et pas d’enracinement. On a de l’herbe dans la tête […] » et pour cela, il est un sujet d’actualité que nous ne pouvons pas laisser sous silence ! Le Yemen et les ventes d’armes de la France pays des droits de l’homme ! D’ailleurs, il me semble avoir lu que la France occupe actuellement  la troisième place du palmarès immonde des états vendeurs de mort !

Petit rappel ! Depuis mars 2015, une coalition d’États arabes emmenée par l’Arabie Saoudite conduit une campagne militaire particulièrement meurtrière au Yémen. Les combats s’enlisent, marqués par de potentiels crimes de guerre et par une catastrophe humanitaire sans précédent. Alors que plusieurs États ont décidé d’arrêter de fournir des armes aux belligérants, la France, « patrie des droits de l’homme » semble indifférente à la controverse, et pire, elle se réjouit  de ses ventes d’armes « record » et de leurs performances en matière de destruction. Les industriels français de la « défense » et je mets défense entre guillemets, sont fiers des performances de leur matériel. Rien de tel qu’une campagne militaire meurtrière pour en démontrer les qualités ! Quelques mots de réjouissance devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, du PDG du groupe Nexter qui fabrique les chars Leclerc : « Pour ce qui est des chars Leclerc, je vous confirme que leur implication au Yémen a fortement impressionné les militaires de la région ». Depuis le printemps 2015, 70 à 80 chars Leclerc ont été déployés par l’armée émiratie, alliée de l’Arabie Saoudite, sur le champ de bataille yéménite afin de combattre la rébellion des Houthis.
Chez Dassault c’est pareil c’est le grand bonheur ! « L’excellence de l’avion et le succès du programme ont été démontrés avec brio par la grande disponibilité du Mirage 2000-9 et la qualité de sa participation à des opérations menées en coalition internationale. » Dassault fournit les Mirages 2000-9 à cette même armée des Émirats Arabes Unis, et vient de signer un contrat de modernisation de leur flotte.  Pour information, les frappes aériennes de la coalition arabe au Yémen pourraient constituer, selon l’ONU et des organisations non-gouvernementales, des crimes de guerre.
Après plus de 30 000 bombardements et un blocus qui entrave l’accès humanitaire, le bilan de cette guerre lointaine est d’au moins 10 000 morts et près de 3 millions de déplacés. L’Unicef estime qu’un enfant y meurt toutes les dix minutes, qu’1,8 million d’entre-eux souffrent de malnutrition aigüe, et que près de 400 000 enfants yéménites sont atteints de malnutrition sévère et luttent pour survivre. Sans parler de l’épidémie de choléra, un désastre dans un pays dont le système de santé est exsangue et où les organisations humanitaires sont elles aussi victimes des bombardements. Voici la vitrine de ce savoir-faire français et de sa volonté de ne rien faire !
Dès mars 2016, le parlement hollandais vote une résolution interdisant l’exportation d’armes vers l’Arabie Saoudite, en lien avec son intervention au Yémen. Mi janvier, l’Allemagne, qui a été ces dernières années l’un des gros exportateurs d’armes vers les pays de la coalition qui font la guerre au Yémen, annonce l’arrêt immédiat des ventes d’armes à toutes les parties du conflit. Face au risque que les armes soient utilisées contre des civils, la Norvège, la Belgique et le Canada gèlent également des exportations vers les Émirats Arabes Unis ou vers l’Arabie saoudite. En Finlande, tous les candidats à la présidentielle de février 2018 se sont engagés à arrêter les ventes d’armes aux émiratis, après que des images aient prouvé leur utilisation dans la guerre au Yémen. Quand les gouvernements ne bougent pas, c’est la société civile qui prend le relai : des plaintes sont en cours au Royaume-Uni, en Wallonie et au Canada contre des contrats d’exportation militaires dans la région.
La France reste impassible ! Bien qu’elle soit signataire d’un Traité sur le commerce des armes (TCA), et qu’elle ait adopté une Position commune de l’Union européenne (UE) sur les exportations de matériel militaire qui interdisent tout transfert d’armes vers les parties du conflit yéménite, compte tenu des graves violations du droit humanitaire qui y sont constatées.
La France préfère compter ses sous ! Sur la seule année 2016, plus d’un milliard d’euros d’équipement militaire a été livré à l’Arabie Saoudite ! Depuis le second semestre de l’année 2014, la France a accordé pas moins de 1989 licences d’exportation de matériel militaire aux différents pays engagés dans la coalition menée par Riyad ! Depuis 2007, l’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Égypte sont les trois principaux clients de la France après l’Inde.
Alors qu’on ne s’étonne pas de retrouver des armes françaises sur le champ de bataille yéménite : des corvettes Baynunah du constructeur français CMN (Constructions mécaniques de Normandie) pour assurer le blocus, des canons Caesar pour pilonner le Yémen depuis sa frontière… (voir aussi Nowakowskismes n°3 – Drones de Nowakowskismes)
Voilà le « dernier cri » de l’industrie de mort française ! Voilà ce qu’il est impossible de taire ! Voilà contre quoi, nous mauvaises herbes devant nous battre sans relâche !

J’écris ces dernières lignes en direct des 1ères assises régionales Air, Climat, Energie, Santé qui ont eu lieu à Nancy, hier,  le 19 novembre 2018. Organisées par ATMO Grand Est, je tiens à féliciter les étudiant.es et enseignant.es du parcours Communication des organisations de département Information Communication Nancy de l’université de Lorraine, pour la qualité de leur travail et de leur engagement pour la réussite de ces assises. Je suis donc aux Assises, et je ne peux m’empêcher de penser aux impacts de l’urbanisme sur le climat, la qualité de l’air et la santé ! Et quand l’urbanisme est irresponsable, lorsqu’on permet « l’évolution vers un espace abstrait [qui] pourrait bien aboutir à la disparition de notre espèce… On trouve les signes d’un combat possible contre le processus qui menace notre espèce dans un moment où il est devenu vital, pour les sociétés humaines de redécouvrir la réalité des territoires, autrement dit leur double et indissociable appartenance aux monde de la NATURE ET DE LA CULTURE. »
Donc à quelle idée de territoire proposons-nous de retourner ? C’est la question que je me pose tous les jours quand le jour se lève et que je vois s’élever les blocs de béton de Nancy Grand Coeur ! Auparavant, l’espace était ouvert, l’architecture du lycée Cyfflée se déployait majestueusement dans un espace dégagé !
On sait que, mais manifestement ceux et celles qui ont décidé cela l’ignorent, les villes, les collines en terrasses, les campagnes travaillées et les forêts cultivées ont des métabolismes qui se transforment au fil des civilisations qui se succèdent, mais en tout cas des métabolismes qui caractérisent les structures vivantes. Ainsi en tant que produit d’une relation entre vivants (l’homme et la nature), le territoire est continuellement nourri et soigné ; sinon il peut tomber gravement malade et même mourir […] !
Nancy est donc un pur produit de la civilisation des machines, de la culture de la domination sur la nature qui a provoqué l’interruption des rapports de convolution avec elle, et par conséquent, l’interruption des soins au territoire, traité de manière réductrice comme une pure extension, un support isotrope et inanimé où placer des objets, des constructions et des machineries. Bien sûr, on peut s’enorgueillir de projets comme Des hommes et des arbres, mais où sont les arbres, et où sont les hommes dans une telle approche de la cité ? Ici, à Nancy, nous modernisons, améliorons cette coutume arrogante, qui ne tient pas compte de l’autre, de la nature, et encore moins du milieu ambiant de l’homme, comme système vivant.
Alors, on décide d’abord d’urbaniser sans règles,  ou celle d’élus à la vision étriquée, aux ordres de « innovation partagée » de Bouygues, sans limites, en suivant les intérêts à court terme de l’économie, de la finance et de la rente foncière, en traitant les dégâts environnementaux causés par cette sauvagerie avec des prothèses technologiques et des mesures d’urgence et on s’aperçoit ensuite que :

  • Les fleuves débordent, les infiltrations d’eau rendent les immeubles même neufs insalubres ;
  • Évidemment, le changement climatique, le rayonnement du béton qui augmente la température ambiante de la ville de plusieurs degrés ;
  • Les réseaux écologiques sont interrompus, fermés, fragmentés ; l’air, l’eau, le sol et les sous-sols sont rendus pollués et stériles ce qui entraine une baisse de la qualité de vie ;
  • Et surtout l’urbanisation par des zones industrielles préfabriquées, des plains-pieds, des supermarchés, des IMMEUBLES À ÉTAGES aboutit à une baisse constante de la qualité architecturale et urbanistique et des paysages toujours plus ravagés, se transformant en des PIÈGES DE BÉTON amenuisant la qualité de la vie urbaine jusqu’à la « mort de la ville » (Françoise Choay, 1994).

Nous devons réagir et avoir soin de nos espaces ! Il n’y a pas de soin technocratique ! Nous devrons « avoir soin » du milieu, et pour cela cela nécessite le développement de formes de confiance diffuse et de démocratie participative, la reconstruction de savoirs collectifs du soin de la part des habitants, l’autodétermination.
 Où est-ce tout cela dans ce Nancy Grand Coeur ? Ouf ! Bouygues affiche que c’est « l’innovation partagée » ! La Métropole bétonne en parlant d’éco-quartier – quelques bassins, quelques arbres maigrichons dans des ilots au coeur du béton !
À l’heure où urbaniser c’est partout ailleurs un moyen de réinventer la ville, d’y penser des espaces ouverts, bannissant le béton, les étages, offrant une place centrale aux humains, à la nature, Nancy ne trouve rien de mieux à faire que bétonner, que construire encore, comme partout dans la ville, des barres d’immeubles !
Nous ne sommes plus que des Robinson modernes échoué sur une île au paysage hallucinant de béton au coeur de cette métropole construite non pas dans une logique de réseau, mais toujours une logique de ville centre asséchant les alentours créant ainsi des flots toujours plus denses de véhicules impossibles à absorber, à stocker ! Nous sommes perdus, nous sommes dans le gouffre, dans un Nancy qui a perdu le sens du réel.

Voilà pour ce soir ! Les Nowakowskismes comme espace favorable aux mauvaises herbes, à la pensée qui s’élabore, et au « vivre ensemble » !

Alors, avec Shalom Auslander, clamons : « Baisons, marions-nous, vivons sans passé. Débarrassons-nous des races et des religions, des nations et des nationalités. Fini les Noirs et les Blancs, fini les Juifs et les gentils. Fini les Russes et fini les Américains. La seule nation est la Terre. Le seul drapeau est le drapeau humain. »

La seule nation des Nowakowskismes, c’est la Terre ! 

Sources
La conscience du lieu. Alberto Magnaghi
L’éloge des mauvaises herbes. Ce que nous devons à la ZAD. Coordonné par Jade Lindgaard. Les Liens qui Libèrent. 2018
Il a dit la vérité, Il doit être exécuté. Mediapart
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France fournisseuse officielle du carnage yéménite. Bastamag. 6 Février 2018

Nowakowskismes n°3.3. L’électrique c’est mieux !

« Même ton ordinateur est une ruine hantée, puisque ton
 Sang laisse quelque chose derrière lui, chauffant
L’outil dans ta main.

De très loin, par les milliards de corridors
 Des semi-conducteurs, les tuyaux
Militaires gémissent à leurs jointures.

Ça aussi sent le corps, les polymères
Chauffés sentent le lait maternel
Et la sueur de l’inquiétude.

Fredon de tant de cycles du courant, voltage
Du passé. Chantez, câbles. Sentez, mains. Yeux,
Regardez et formez. »

Quelques lignes du poème « La ruine hantée » de Robert Pinsky, poète et créateur du jeu vidéo Mindwheel en 1984. Pinsky a comparé l’écriture en vers à la programmation, forger des sens multiples en peu de signes. De quoi faire des livres et des ordinateurs le prolongement vivant de nos corps mortels !

En finir avec le pétrole et les gaz à effet de serre, le réchauffement climatique, voici les promesses de la voiture électrique. Mais cet enthousiasme que l’on cherche à susciter vise aussi à occulter les nouvelles pollutions et les dépendances géopolitiques que cette transition  implique. Parce que, le pays qui détient les matières premières indispensables à cette voiture électrique, c’est la Chine.

« Vive la voiture électrique ! », proclamait dès 2009 M. Carlos Ghosn, PDG du groupe Renault.
« Vous pourrez rouler gratuitement, pour toujours, grâce aux rayons du soleil », se vantait Elon Musk, PDG de Tesla, en 2013 .
En Chine, le premier ministre vante l’arrivée des véhicules électriques comme un moyen de « renforcer la croissance économique et de protéger l’environnement ».

L’électromobilité est à nouveau à la mode, plus d’un siècle après le record de la « Jamais-Contente », une voiture électrique qui fut la première automobile à dépasser la vitesse de cent kilomètres par heure, à Achères, en île-de-France… en 1899.
La planète compte à ce jour quarante-sept agglomérations de plus de dix millions d’habitants, et cette urbanisation galopante installe la pollution de l’air — cause de millions de morts précoces — parmi les préoccupations majeures de quatre milliards de citadins. Et l’accord de Paris sur le climat fixe un cadre global d’action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, dont le secteur des transports représente aujourd’hui 14 %.
Alors vers quelles énergies se tourner pour tenter de réduire ces émissions ? La pile à combustible serait une belle option, parce que rejeter de la vapeur d’eau c’est mieux que du CO2, mais ce n’est pas encore cela ! Alors il reste l’électrique présenté aujourd’hui comme la technologie de substitution par excellence. Pourquoi ? vous le savez déjà ! C’est ce qui est assené à longueur de journée, « L’électrique est une énergie qui ne rejette pas de carbone. » Dans un récent sondage, plus de huit Français sur dix estiment que les voitures 100 % électriques permettent de réduire l’impact environnemental de la mobilité. Ce que confirme la Fondation pour la nature et l’homme (FNH), créée par Nicolas Hulot, ex-ministre de la transition écologique et solidaire, et selon laquelle « les atouts environnementaux du véhicule électrique sont intrinsèquement liés à la mise en œuvre de la transition énergétique » malgré l’existence d’analyses beaucoup plus sombres.

Evidemment, le passage à l’électromobilité implique une modification de notre consommation de ressources naturelles. Aujourd’hui largement tributaires du pétrole, nos modes de transport pourraient alors se révéler de plus en plus dépendants d’une trentaine de métaux rares tels que le Gallium, le tantale, le cobalt, les platinoïdes, le tungstène, les terres rares dotés de fabuleuses propriétés électroniques, optiques et magnétiques. Mais, et il y a un premier mais une mine ne recèle que d’infimes quantités de ces petits métaux. Et, sans eux, la quasi-totalité des véhicules électriques commercialisés resteraient à l’arrêt. Ainsi, on trouve jusqu’à trois kilogrammes et demi de terres rares — une classe de quinze métaux — dans les électro-aimants, on a besoin de dix à vingt kilogrammes de cobalt et jusqu’à soixante kilogrammes d’un minerai moins rare, le lithium, dans la batterie d’une seule voiture. Mais aussi, un autre, le cérium, est déposé sur les pare-brise afin d’éviter les rayures. Dans l’habitacle, les écrans à cristaux liquides contiennent de l’europium et du cérium… Voilà ! Et ce n’est pas tout ! L’extraction et le raffinage de ces matières nécessitent des processus très polluants. Et, cette réalité saute aux yeux en Chine, pays producteur de la grande majorité de ces ressources.
La première zone mondiale d’extraction et de raffinage des terres rares c’est la région autonome de Mongolie-Intérieure, au nord-ouest de Pékin. Cette région est dévastée par les mines à ciel ouvert. Aux abords des usines du géant minier Baogang, dans l’ouest de la région, un immense réservoir artificiel, le Weikuang Dam, qui recueille les effluents toxiques des usines de traitement des minerais, déborde par intermittence dans le fleuve Jaune.
À Dalahai, les quelque mille habitants qui ne se sont pas résolus à partir respirent, boivent et mangent les rejets toxiques des usines de raffinage environnantes. Ll’endroit a été surnommé « le village du cancer ». La purification d’une tonne de terres rares contamine au moins deux cents mètres cubes d’eau avec toutes les conséquences liées au manque d’eau potable sur l’agriculture et les habitants. Au Chili, premier producteur mondial de cuivre, le déficit d’eau est tel qu’il devrait conduire les groupes miniers à utiliser, d’ici à 2026, 50 % d’eau de mer dessalée, et dessaler l’eau  est un processus extrêmement énergivore.
La pollution générée par l’extraction et le raffinage des métaux rares s’observe au Chili, en République démocratique du Congo (RDC), aux États-Unis ou encore au Kazakhstan, et révèlent alors un surprenant paradoxe : la mise en service de véhicules vantés pour leur propreté nécessite l’extraction de métaux sales mais bien sûr loin des yeux et des caméras !

Donc faute d’être informés sur l’origine de ces ressources et les conséquences de leur extraction, mais aussi sur le fait que les industriels peinent à les recycler et à les remplacer, la plupart d’entre nous l’ignore.

L’éloignement des mines en est une des raisons. Dans les années 1990, de strictes réglementations écologiques ont contraint des entreprises minières et des groupes de raffinage occidentaux à fermer ou à transférer leurs activités de production de terres rares. Candidate toute trouvée à la reprise de ces basses besognes, la Chine s’engagea alors dans une ambitieuse stratégie de développement industriel… au prix du saccage de ses écosystèmes. « Le peuple chinois a sacrifié son environnement pour nourrir la planète entière avec des terres rares », admet une spécialiste des terres rares, qui travaille dans une branche chinoise du chimiste Solvay.
 Il faut donc être très prudents avec les voitures « propres » ou véhicules zéro émission vantés par les industriels. Une automobile électrique ne rejette certes pas de carbone à l’instant où elle roule ; mais son impact environnemental a été déplacé en amont de sa mise en service, dans les régions où sont extraits, raffinés et incorporés les matériaux qui la composent. On songe à Metropolis, la ville imaginée par Fritz Lang en 1927, où les classes laborieuses respirent des fumées toxiques pour produire les richesses de classes bourgeoises choyées et indolentes.
Ainsi, de nombreuses études ont calculé les rejets de gaz carbonique des véhicules électriques, de la mine à la décharge. Elles aboutissent à des résultats contrastés. Ainsi, un rapport de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) publié en 2016 souligne la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la moindre dépendance aux énergies fossiles, mais juge « difficile de conclure que le véhicule électrique apporte une véritable solution aux enjeux d’efficacité énergétique », tandis que les « impacts négatifs sur l’environnement, majoritairement durant la phase de fabrication », sont « du même ordre de grandeur pour un véhicule électrique que pour un véhicule thermique ».
En France, 77 % de l’électricité produite en France est d’origine nucléaire, certes avec peu de carbone, mais non sans risques… Et faire basculer l’ensemble du parc automobile français dans le « tout électrique » nécessiterait une production équivalant à celle de quatre centrales nucléaires. D’ici 2030, la Chine va représenter plus de 60 % des ventes de véhicules à nouvelles énergies. Mais en Chine, les trois quarts de la production d’électricité viennent du charbon.

Et le moteur électrique dans tout cela ?
Le moteur électrique présente un excellent rendement énergétique, d’environ 80 % contre 45 % pour les meilleurs moteurs thermiques. Cependant, certaines batteries doivent être constamment maintenues à une certaine température et consomment donc de l’électricité en mode veille. De plus, il faut également tenir compte du fait que la batterie perd chaque année de sa capacité, ce qui a conduit plusieurs constructeurs à proposer un système de location mensuelle. Et au delà de son obsolescence technique, c’est le poids de la batterie qui pose problème parce qu’à habitabilité égale, la masse roulante d’une voiture électrique serait d’environ 10 à 20 % plus importante que pour un véhicule thermique. On se trouve alors affecté par la spirale de la masse, puisqu’il faudra recourir à un système de freinage et à des trains roulants plus importants. Or faire circuler un conducteur de soixante-dix kilos dans une Tesla de deux tonnes relève du non-sens.
Et voilà une autre contradiction de la voiture électrique, censée inciter à des modes de consommation plus sobres… Aujourd’hui, cette puissance encore limitée des batteries peut paradoxalement représenter une chance parce que cela peut être un moyen de modifier nos comportements, viser des véhicules ayant de meilleures autonomies, et non pas plus puissants. Mais ça n’a jamais été le cas ! Toujours le problème de celui ou celle qui aura la plus grosse !
La voiture électrique peut-elle dès lors être présentée comme une solution durable ? La voiture individuelle est-elle une solution durable ? Ce n’est pas parce qu’on aura des véhicules électriques que la situation des villes s’améliorera ! L’illusion de rouler « propre » pourrait déculpabiliser les conducteurs et faire croître un parc automobile déjà pléthorique, qui engorge les agglomérations. Petit rappel, et pas des moindres, plus de la moitié des émissions de particules fines vient du roulage, du freinage… et non du moteur ! On repassera pour le véhicule propre !

Pour terminer ces Nowakowkismes, je vais revenir sur ces métaux rares. «La face cachée de la transition énergétique et numérique», éoliennes, panneaux solaires et voitures électriques se contentent de déplacer la pollution à l’autre bout du monde. Iridium, indium, platine, terres rares : ces métaux aux noms parfois méconnus sont essentiels pour les industries de pointe. Sans eux, pas de batteries électriques, d’éoliennes, de téléphones portables ou de fibre optique. Et quelles sont les  conséquences environnementales et géopolitiques de l’extraction de ces métaux rares. Et donc les métaux rares c’est quoi ? L’Union européenne fournit une liste de 27 matières premières rares (phosphore, cobalt, hélium, etc.), dont de nombreux métaux. Ce sont des minerais présents en quantité infime dans la croûte terrestre. Ils sont naturellement mélangés à d’autres métaux plus abondants (fer, aluminium, etc.). Pour en obtenir quelques kilos, il faut extraire des tonnes de terre. Les scientifiques parlent de rareté géologique mais aussi industrielle. Certains métaux abondants peuvent devenir rares si la demande explose. Les métaux rares ont des propriétés chimiques uniques qui ont permis la transition énergétique et numérique. Sans métaux rares, nos téléphones portables feraient la taille d’une brique, n’auraient ni écran tactile ni vibreur. Sans eux, impossible de propulser un TGV à 500 km/h. Ils sont partout, et le futur high-tech qu’on nous oblige à accepter sera toujours plus tributaire de ces minerais dont la production ne cesse de croître.
Croître donc une production qui doit croître sans cesse et c’est la Chine qui a le leadership sur la production d’une bonne partie d’entre eux. La Chine contrôle notamment 95% de la production mondiale de terres rares. Historiquement, les Etats-Unis étaient leader sur le marché. Mais avec la prise de conscience écologique des années 80, les Occidentaux ne veulent plus de mines chez eux. Extraire des métaux rares est trop sale et coûteux en énergie. Les Chinois, dans une quête de croissance effrénée, récupèrent le sale boulot. Et pendant des décennies, au prix d’un dumping social et environnemental sans précédent, l’Empire du milieu inonde l’Occident de métaux rares très peu chers. Cette situation arrange tout le monde, d’un côté les pays occidentaux développent leurs nouvelles technologies à faible coût, de l’autre les Chinois s’enrichissent.
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce que la Chine prenne conscience des leviers économiques et géopolitiques qu’elle peut actionner avec ces ressources. Au tournant des années 2000, sa croissance et ses besoins en métaux rares explosent. Pour satisfaire sa demande intérieure et développer ses propres technologies, elle décide de fermer le robinet. Après avoir gavé l’Occident de métaux rares, le pays restreint ses exportations.
Développer sa propre transition énergétique, innover, les technologies vertes et le numérique sont les nouveaux moteurs de la croissance chinoise, indispensables à la survie du Parti communiste. Elle n’a pas hésité à s’approprier les technologies occidentale. En échange d’un accès direct et illimité aux métaux rares, de nombreux industriels se sont installés en Chine, donc accès à leurs laboratoires de recherche et appropriation des brevets européens et américains. « Grâce à ce chantage aux métaux, la Chine est devenue le leader mondial de la transition énergétique ».
Mais les métaux rares, on peut en trouver partout, du lithium en Bolivie et en Argentine, du cuivre au Chili, du cobalt en république démocratique du Congo. L’Indonésie regorge d’étain. Tous ces pays veulent s’inspirer de l’exemple chinois et capter la valeur ajoutée des métaux rares mais c’est très dur à mettre en place car ça veut dire ouvrir des routes, installer des lignes électriques, faire venir des savoir-faire.
Et bien sûr qui dit mines, dit dégâts environnementaux. En Mongolie intérieure, la principale région minière chinoise, c’est l’enfer. Aucune réglementation n’est appliquée. Les usines rejettent leurs effluents toxiques directement dans les sols. La population paye un lourd tribut avec un taux de cancer très élevé. Le problème c’est que le recyclage coûte plus cher que l’extraction. Piégés par une logique du moindre coût, les industriels préfèrent renvoyer leurs déchets en Chine et s’approvisionner directement en nouveaux minerais.
Cette transition énergétique est donc un leurre. Le marketing, les lobbys nourrissent l’illusion que les énergies renouvelables sont vertes mais on oublie volontairement qu’elles sont tributaires de l’extraction de métaux sales. Nous avons juste délocalisé la pollution et faisons semblant de faire du propre. L’exemple des voitures électriques parle de lui-même : sur l’ensemble de son cycle de vie, un véhicule électrique génère presque autant de carbone qu’un diesel. Technologie de durable ils disent !
La révolution numérique, essentielle au développement de nouvelles sources d’énergie, entretient aussi le mirage d’un monde moins physique. En réalité, derrière un courriel se cachent des milliers de kilomètres de câbles de cuivre.
Alors, au nom de la sobriété, du moindre impact de l’homme sur l’environnement, nous creusons toujours plus. Un paradoxe qui ne surprend quasi personne ! Et ce n’est pas fini ! Certains visent déjà les fonds des océans et les astéroïdes où le potentiel minier serait gigantesque. Les grandes puissances sont en train de s’approprier des endroits que la communauté internationale s’était juré de laisser à l’abri des appétits industriels. En 2015, Barack Obama a ouvert la danse. Il a autorisé les citoyens américains à devenir propriétaires d’astéroïdes pour exploiter des gisements de métaux rares. Rupture totale avec l’idée que l’espace est un bien commun de l’humanité. Mais bon, préservation des biens communs de l’humanité, on repassera !

Encore une fois, cela nous revient. Quel monde souhaitons-nous ? Continuons-nous à nous comporter comme des moutons, j’ai lu quelque part que 41% des français souhaitaient un retour d’un régime autoritaire ! Individualisme, ignorance, inculture organisée visant à offrir toujours quelqu’un à mépriser,… j’arrête là, et nous terminerons avec cette petite chanson brésilienne intitulée « Pour ne pas dire que je n’ai pas parlé des fleurs. », une chanson de Geraldo Vandré datant de 1968, également connue sous le titre « Caminhando » (« Chemin faisant »). Interdite par la junte militaire, elle devint l’un des hymnes du mouvement de lutte contre la dictature et qui a été chantée à nouveau 50 ans plus tard, aujourd’hui au Brésil ! Le pire des cauchemars est celui duquel on ne peut sortir ! 

« Les amours à l’esprit
Les fleurs sur le sol
La certitude droit devant
L’histoire entre nos mains.
Nous qui marchons, qui chantons
Et qui suivons la mélodie
Nous apprenons, nous enseignons
Une nouvelle leçon.. »

Nous apprenons, nous enseignons, c’est encore cela les Nowakowskismes. 

Sources
La Guerre des métaux rares, Guillaume Pitron
« La ruine hantée », Robert Pinsky
Le monde diplomatique, Aout 2018, La voiture électrique une aubaine pour la Chine