Nowakowskismes 2.9 – Frankenstein, le pédagogue et le neuroscientifique

Aldous Huxley écrivait dans la préface de son roman Le meilleur des Mondes. « Le thème du Meilleur des mondes n’est pas le progrès de la science en tant que tel ; c’est le progrès de la science en tant qu’elle affecte les individus humains. Les triomphes de la physique, de la chimie et de l’art de l’ingénieur sont pris tacitement comme allant de soi. Les seuls progrès scientifiques qui y soient spécifiquement décrits sont ceux qui intéressent l’application aux êtres humains des recherches futures en biologie, en physiologie et en psychologie. C’est uniquement au moyen des sciences de la vie que la qualité de la vie pourra être modifiée radicalement. […] La révolution véritablement révolutionnaire se réalisera, non pas dans le monde extérieur, mais dans l’âme et la chair des êtres humains. […] Les gens qui gouvernent le meilleur des mondes peuvent bien ne pas être sains d’esprit mais ce ne sont pas des fous, et leur but n’est pas l’anarchie, mais la stabilité sociale. C’est afin d’assurer la stabilité qu’ils effectuent, par des moyens scientifiques, la révolution ultime, personnelle, véritablement révolutionnaire. »

Ce soir une fable ? Peut-être une exploration très certainement, mais surtout encore et comme toujours dans les Nowakowskismes se questionner sur l’humain, les défis qu’il a à relever et aussi des pièges qu’il pourra éviter. Ce soir, les Nowakowskismes sont la fable moderne, Frankenstein, le pédagogue et le neuroscientifique, parce que les débats du moment entre la pédagogie et la question de l’optimisation des processus d’apprentissage nous questionnent, et pour une part nous inquiètent par l’idée de réaction de l’humain à un ensemble de processus à contrôler. Ce n’est pas pour rien que nous avons commencé avec le Meilleur des mondes et que nous ferons quelques pas du côté de Frankenstein tout en interrogeant les pédagogues et les neuroscientifiques.  Alors prêts ? C’est parti … 

Vous connaissez tous l’histoire de Frankenstein du docteur Frankenstein. Le docteur Frankenstein « fait » un homme, il le « fabrique ». Cet acte est tellement effrayant et contre naturel qu’il en tombe en prostration et qu’il abandonne cette créature qui n’a pas de nom, à elle-même. La créature n’est pas pour autant fondamentalement mauvaise, elle peut être vue comme proche de « l’état de nature » tel que Rousseau peut le décrire. Le monstre comme nous allons l’appeler, monstre parce qu’il est semblable à nous mais si différent, le monstre est donc une créature qui va faire son éducation seule mais qui sombrera dans la violence quand l’abandon de son créateur se conjuguera à la bêtise des hommes.
Fabriquer un homme voilà une entreprise insensée, nous le savons bien. Et pourtant, c’est aussi une entreprise que certains d’entre nous entreprennent tous les jours, chaque fois que nous voulons « construire un sujet en additionnant des connaissances », ou « faire un élève en empilant des savoirs ». Et donc, comme Frankenstein, l’éducateur « qui ne sait pas ce qu’il fait », parvenant à donner vie à un être qui lui ressemble suffisamment pour qu’il soit réussi et qui, au nom même de cette ressemblance, et parce que la liberté lui a été donnée, échappe inéluctablement au contrôle de son « fabricateur ». Pour le meilleur, et surtout, pour le pire.
Le mythe de Frankenstein nous met en face de ce que l’on pourrait considérer comme le « noyau dur » de l’aventure éducative.
Le face-à-face avec un « autre » à qui je dois transmettre ce que je crois nécessaire à sa survie ou à son développement et qui résiste au pouvoir que je veux exercer sur lui, le face-à-face que « quelqu’un » qui est à mon égard dans un rapport premier de dépendance inévitable, quelqu’un « qui me doit tout » et dont je veux « faire quelque chose » mais dont la liberté se dérobe toujours à ma volonté. Car nous voulons tous, plus ou moins, « faire quelque chose de quelqu’un » après avoir « fait quelqu’un de quelque chose ». Mais comme le docteur Frankenstein, nous ne comprenons pas toujours très bien en quoi « quelque chose » et « quelqu’un », ce n’est pas tout à fait pareil et nous ignorons bien souvent que cette confusion nous condamne, en dépit de toute la bonne volonté que nous pouvons déployer, à l’échec, au conflit, à la souffrance et, parfois même, au malheur.
Et c’est là que les pédagogues interviennent pour éviter que le face-à-face tourne au cauchemar. Et alors se poser la question, peut-on être éducateur sans être Frankenstein ?
Vous allez vous demander mais pourquoi nous parle-t’il de cela ? Et bien tout simplement parce que certaines voix s’élèvent, relayées par les hautes instances du pouvoir pour dire que les apprentissages peuvent s’expliquer uniquement grâce à des mécanismes mesurables et optimisables, par une décomposition procédurale optimisable et modélisable, par une approche visant un contrôle optimal des apprentissages et surtout en oubliant l’enfant comme humain en devenir et en évacuant la dimension politique des choix en termes d’éducation.
L’éducation ne se résume pas à un processus à optimiser. L’éducation s’inscrit dans un milieu social, l’éducation est partie prenante d’un projet politique d’élaboration de la société, projet dans lequel les moyens donnés, le niveau et la qualité de la formation des enseignants sont aussi des facteurs décisifs pour expliquer la réussite ou l’échec des enfants.
Alors réduire l’éducation à un processus nous ramène à Frankenstein, et des Frankenstein, pour qui « la révolution véritablement révolutionnaire se réalisera, non pas dans le monde extérieur, mais dans l’âme et la chair des êtres humains », nous en trouvons quelques-uns du côté des neurosciences. Et les questions sont autour du pourquoi cette passion actuelle pour les neurosciences au risque de nous abîmer dans un scientisme illusoire. Et d’ailleurs… enseigner est-ce une science ?
Et maintenant de retour auprès de nos docteurs Frankenstein modernes, mais pas que ! Frankenstein ou meilleur des mondes ? Essayons de creuser le sujet.
Commençons par quelque chose du Meilleur des mondes en revenant à l’éducation.
Donc, pour certains, s’appuyer les sciences pour justifier une politique éducative est une bonne idée. Nous sommes bien sûr tous d’accord pour dire que le savoir, c’est toujours mieux que l’ignorance. L’ennui, c’est que certains sont persuadés que l’étude du cerveau par l’IRM fonctionnelle permet enfin son optimisation, qu’on enfin accède par là aux rouages de ce merveilleux mécanisme, et bien sûr que le savoir n’est que l’affaire du cerveau. On marche alors dans les pas de Descartes et sa dichotomie passion-raison, ou comme le dit Antonio Damasio, dans l’erreur de Descartes. Le cerveau disque dur, optimisable entre software et hardware est ainsi envisagé à la manière de Frankenstein. Ou comme dans le Meilleur des mondes, il deviendra alors possible de fabriquer ou d’optimiser un humain.
Comment cela ? En partant du principe qu’enseigner est une science. À l’opposé du pédagogue, pour le neuroscientifique, un bon enseignant est un enseignant qui a un bon modèle mental du cerveau des enfants. Pour cela, il est indispensable de réfléchir aux connaissances nécessaires pour qu’un enseignant puisse concevoir le programme éducatif dans un contexte qui va optimiser les modifications mentales et cérébrales, et surtout maximiser la vitesse et la quantité d’apprentissage qu’un enfant peut avoir. Ça ne vous rappelle rien ?
Et ce n’est pas tout !
Pour le neuroscientifique, l’apprentissage devient une affaire d’algorithme. Apprendre se résume donc à exploiter le logiciel d’apprentissage du cerveau, de l’optimiser et ainsi de fabriquer de bons humains, avec un cerveau formé et conforme. Je le cite, dans l’émission “Les Chemins de la philosophie” : « S’il fallait créer une nouvelle école, ce serait une école dans laquelle on prendrait plus au sérieux le point de départ des enfants, c’est-à-dire les compétences qu’ils ont dans le domaine des nombres ou du langage. On serait capable d’enrichir la stimulation qui est fournie à l’enfant. On sait que l’algorithme d’apprentissage qui est présent dans nos cerveaux dans les petites années, dans les jeunes années, est extraordinairement puissant. Malheureusement, on sait aussi, alors que les années passent, en particulier les années de la puberté, que cet algorithme va baisser en capacité, surtout pour les langues. Il y a matière, là, à réfléchir à ce que notre école pourrait être si elle était mieux adaptée au cerveau de l’enfant. »  Eduquer, c’est programmer ? Eduquer c’est s’adresser à un cerveau … ou à un humain en devenir ?
Et comprendre l’humain qu’est-ce alors ? Pour le neuroscientifique, comprendre l’humain c’est encore une fois entrer dans le cerveau, grâce aux nouvelles techniques d’imagerie (l’I.R.M. ou la magnétoencéphalographie par exemple), et ainsi « observer les fonctions cognitives du cerveau et ouvrir de nouvelles perspectives à la croisée de la biologie, de la génétique et des innovations technologiques » … ça ne vous rappelle pas l’introduction du Meilleur des mondes ?
Comprendre l’humain par ce qu’il appelle la « science de la conscience », c’est résumer la conscience à des phénomènes observables, à la nouvelle religion de la soi-disant approche objective du scientifique.  Je ne suis pas en train de rejeter la science, loin de moi cette idée, mais encore une fois, au nom de la science, et à chaque fois qu’elle a voulu résumer l’humain à des enzymes, des processus, … , des algorithmes ça n’a rien donné de bon. Etudier les phénomènes, comprendre l’homme oui, mais résumer l’humain à un cerveau, non.
Alors faut-il nécessairement chercher une réponse scientiste à la question « Comment je peux savoir de quoi vous êtes conscient ? » ?
Mais il se cache encore quelque chose derrière tout cela. Le neuroscientifique se disant maîtriser le fonctionnement du cerveau humain et rassemblant des connaissances et recherches sur le système nerveux, se voit les appliquer à l’éducation en vue d’optimiser les résultats des écoliers français dans les classements internationaux et, pourquoi pas, permettre d’enfin résorber les inégalités scolaires. Pour lui, les mauvais résultats de la France tiennent en grande partie de l’apprentissage de la langue. Les élèves non plus n’ont pas grande importance dans ces dispositifs, alors que ce sont des « êtres de désir », qu’il faut leur donner l’envie d’apprendre et ce sont les professeurs qui doivent faire émerger ce désir. La pédagogie et la psychologie travaillent sur ces sujets, et selon Philippe Meirieu, « Avec les neurosciences, on oublie que les élèves ne sont pas des clés USB sur lesquelles on charge des savoirs. Blanquer, [le ministre], va devoir prouver qu’il ne veut pas se livrer à un dressage des élèves. » Bienvenue dans le Meilleur des mondes !
Les tenants du Meilleur des mondes oublient que l’apprentissage de la lecture est nécessairement plus difficile pour un enfant issu des milieux populaires qui part à l’assaut de la lecture avec un boulet au pied quand un enfant de milieux culturels aisé est poussé dans le dos depuis sa première année.
Le problème prioritaire de l’apprentissage de la lecture consiste donc à s’attaquer à son échec massif dans des milieux sociaux concentrés dans les quartiers les plus populaires. La méthode utilisée par l’enseignant et ses qualités pédagogiques personnelles jouent un rôle. Et la réponse n’est certainement pas à l’intérieur du cerveau mais dans la classe, dans le rapport à l’autre, dans la richesse des émotions partagées, dans la culture. Selon Antonio Damasio, les émotions sont à l’origine de la culture que nous sommes capables de fabriquer… Les arts, les sciences et les technologies viennent d’une nécessité de réponse qui vient des émotions.
Et donc, comment utilisons-nous nos émotions pour être ou devenir ce que l’on est ?
« La question de savoir ce que signifie être humain face aux machines n’est plus si triviale. Nous ne devrions pas tant avoir peur des robots, que d’avoir peur de devenir nous-mêmes des robots. Il nous faut introduire des valeurs humaines dans la technologie plutôt que la technologie n’introduise ses valeurs dans notre humanité. Pour cela, il faut être capable de mesurer quand une technologie est déshumanisante ou quand les humains ne pensent pas ou ne se comportement pas en humains. »
Qu’êtes-vous ? Un cerveau uniquement, ou un ensemble complexe dont les apprentissages sont une part d’un processus complexe dans lequel «Les humains voulaient trouver le remède aux tourments de leur cœur ; réconcilier les contradictions générées par la souffrance, la peur, la colère et la poursuite du bien-être. Ils se sont donc mis en quête de source d’émerveillement et de sensations fortes. Ils ont découvert la musique, la danse, la peinture et la littérature. Ils ont poursuivi leurs efforts en élaborant les tumultueuses épopées que sont les croyances religieuses, les questionnements philosophiques, la gouvernance politique –et bien d’autres inventions encore. C’est ainsi que notre esprit créateur de culture s’est perpétuellement adapté à la dramaturgie humaine, de la naissance jusqu’à la mort.»
Le cerveau seul ne fait pas l’esprit humain. Éduquer n’est donc pas fabriquer !
Et pour le plaisir, terminons sur un petit poème paraphrasant Richard Brautigan, intitulé « Tous heureux dans un monde de machines et de grâce. »

Il me plait d’imaginer (et
Le plus tard sera le mieux !)
Une école cybernétique
Où enfants et ordinateurs
Vivent ensemble dans une harmonie
Mutuellement programmée
Comme des données pures
Décrivant un ciel serein.

Il me plaît d’imaginer
(Le plus tard possible)
Une éducation cybernétique
Calculée et organisée en paix
Pour fabriquer des humains
Comme s’ils étaient des fleurs
À boutons rotatifs

Il me plait d’imaginer
(Et ça peut arriver)
Une humanité cybernétique
Où, libérée de la pensée
Et programmée dès la naissance
Auprès de nos frères et soeurs
Également programmés
Nous sommes tous heureux
Dans un monde de machines et de grâce.

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que vous allez bien, que vous reviendrez. « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machine en être humain à part entière » écrit Philip K. Dick, dans Hommes, androïdes et machines, et il aura fallu qu’à chaque génération reviennent quelques hommes qui rêvent pour redonner vigueur à l’humain.

Bibliographie
L’Ordre étrange des choses, Antonio Damasio
Frankenstein pédagogue, Philippe Meirieu
Stanislas Dehaene, Le code de la conscience
Le meilleur des mondes, Aldous Huxley
Philip K. Dick, Si ce monde vous déplait … et autres essais.

 

 

 

Nowakowskismes n°2.8 – Les étoiles ont disparu

« Les trottoirs de chaque côté étaient bourrés de monde. La plupart des curieux étaient des enfants aux yeux reflétant des rêves impossibles. Le coeur de la cité mourait avant sa carcasse, et c’étaient là les pauvres, pris au piège de leurs hardes et de leurs taudis infestés par les rats. S’ils voulaient s’échapper,  ils n’avaient pas d’autre ressource que de voler une voiture, car le systèmes d’échappement non polluant maintenant obligatoires coûtaient trop chers. […] Malgré le nombre réduit de voitures, il flottait dans l’air une véritable puanteur. [Peg] avait enlevé son masque parce qu’elle ne voulait pas attirer tous les regards. Dans ce quartier, personne n’en portait. Les gens semblaient immunisés contre l’odeur. Les cages thoraciques des enfants étaient plates, comme pour se préserver des inspirations trop profondes. », extrait du Troupeau aveugle de John Brunner

Ce soir, les étoiles ont disparu, ce soir, si vous levez les yeux vers le ciel, vous ne verrez plus les étoiles. Parce que le nouvel atlas de la pollution lumineuse montre que 80 % de la population mondiale ne connait plus de nuit noire peuplée d’étoiles. 

Donc 80 % de la population mondiale ne connait plus de nuit noire peuplée d’étoiles. 80% de la population ne voit plus la voie lactée, n’a plus la possibilité de s’évader en parcourant la galaxie, en cherchant les constellations les plus connues, 80% de l’humanité n’a plus accès au rêve en levant les yeux vers les étoiles, elles ne sont plus là !
Nombreux sont les spécialistes qui s’inquiètent de l’impact de cette clarté nocturne, semblable à un « crépuscule permanent », sur la faune, la flore et aussi sur la santé humaine. Et malheureusement, les projections indiquent que cela ne devrait pas s’arranger surtout  si l’on continue de remplacer les lampes au sodium par des LED.
Le premier atlas mondial de la luminosité nocturne du ciel artificiel, publié en 2001 par Pierantonio Cinzano, Fabio Falchi et Christopher D. Edvige, se distingue dans l’histoire du «mouvement du ciel étoilé». Encore aujourd’hui, c’est un ouvrage de référence de la recherche collective et l’une des études les plus citées sur la pollution lumineuse.
Plus de quinze ans plus tard, la publication du nouvel Atlas mondial de la luminosité artificielle du ciel nocturne marque une nouvelle phase. Ainsi, selon le New World Atlas of Artificial Night Sky Brightness, en Europe et aussi à travers les États-Unis, quelque 99 % de la population vit sous un ciel nocturne orangé, où les étoiles s’éteignent… À l’échelle mondiale, cela représenterait 83 % de la population. L’augmentation est d’environ 6 % par an, et cela ne devrait pas s’arranger !
Ce nouvel atlas de l’éclairage artificiel offre l’occasion d’explorer comment l’éclairage urbain s’est transformé en un problème environnemental d’impact global et de mettre en lumière les solutions actuellement proposées, notamment en France. Cette étude montre également que, lorsqu’on tente de quantifier la pollution lumineuse, il est difficile d’aller au-delà de l’indicateur artificiel de «voir la Voie Lactée à l’œil nu». Cette norme a été héritée de l’histoire des luttes contre la pollution lumineuse par des astronomes amateurs.
De plus, considérer la pollution lumineuse comme un problème environnemental et l’aborder dans les politiques publiques ne va pas de soi : défier la doxa de l’éclairage public à travers les politiques régionales résulte du changement long des mentalité pour voir enfin l’éclairage artificiel comme objet nuisible. Ce mouvement a commencé à la fin des années 1950 aux États-Unis sous la pression des astronomes professionnels. En 1958, la ville de Flagstaff en Arizona, à proximité de l’Observatoire Lowell, a décidé de réglementer l’éclairage public pour protéger le ciel nocturne. Puis, en 1972, Tucson, également situé en Arizona près de l’observatoire de Kitt Peak, a emboîté le pas.
Pourquoi ? Au delà de la recherche scientifique, c’était d’aller à l’encontre des modèle des années 1970 qui virent le développement massif de l’automobile, l’étalement urbain et les faibles coûts de production d’électricité et qui ont conduit à une vision fonctionnaliste de l’éclairage public de plus en plus puissant, ce qui a eu pour résultat d’augmenter considérablement la taille et l’intensité du halo lumineux. Cette période était également marquée par une prise de conscience mondiale croissante de l’environnement, accompagnée de l’idée que la technologie pouvait présenter des risques.
En mai 1976, dans l’éditorial du Bulletin de la Société Astronomique de France intitulé “Pollution et Astronomie”, on pouvait lire : « Nous connaissons les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, avec la pollution des villes, de l’eau, de l’air … une pollution qui, si nous ne faisons pas attention, vient du développement des techniques industrielles, de la croissance démographique et des nouvelles technologies dont nous ne prévoyons parfois pas les conséquences ».
L’idée de la pollution lumineuse a donc pris forme autour d’un bien environnemental, le ciel étoilé, avec ses retombées socioculturelles et scientifiques. En réaction à la perte d’accès à ce ciel, différents réseaux et groupes d’astronomie et d’éclairage ont pris des mesures. Lors d’un congrès à Grenoble en 1976, l’Union astronomique internationale a adopté une résolution visant à protéger les sites astronomiques. Sa collaboration avec la Commission Internationale de l’Illumination a conduit à des recommandations pratiques en 1980 visant à réduire le halo brillant à proximité des observatoires. Les astronomes amateurs sont entrés dans le jeu et ont transmis ces préoccupations professionnelles dans leurs communautés locales. En 1993, ils se sont réunis pour signer une charte afin de préserver l’environnement nocturne. En France, cet activisme a conduit à la création d’un Centre pour la protection du ciel nocturne, qui deviendra en 1998 l’Association nationale pour la protection du ciel nocturne.
Donc en été, si vous avez envie d’admirer l’arche de la Voie lactée à travers un ciel constellé de milliers d’étoiles, il faudra pour cela rejoindre les derniers et rares territoires en France métropolitaine où la nuit peut encore être d’un noir d’encre : le parc des Causses du Quercy, entre Cahors et Figeac, la partie Est du parc des Landes de Gascogne (au sud-est de Bordeaux), ou certains endroits du parc d’Armorique, en Bretagne. Réduits à des portions congrues, ces espaces dénués de pollution lumineuse (celle-ci est principalement créée par l’éclairage public des grandes villes et de leurs banlieues) sont en voie de disparition.
Les étoiles ont disparu, ne plus avoir de nuit nous rend malades, les oiseaux migratoires se perdent, nous avons perdu une de sources de nos rêves !

Les étoile ont disparu… les rêves ont disparu, « L’obscurité a commencé, il n’y aura pas d’aube. » quelques mots extraits du Seigneur des anneaux, dans le volume Le retour du Roi. Essayons-nous au cauchemar ! 

J’écris ces mots sur des feuilles de papier récupérées. Je n’ai plus d’ordinateur, je n’ai plus internet, il n’y a plus d’électricité. Les mots apparaissent dans le pâle halo de lumière de la petite flamme d’une bougie. J’écris ces mots pour témoigner de ce qui nous est arrivé, de ce qui m’amène là, après avoir connu une humanité (mais peut-être faudra-t-il même abandonner ce terme) qui a cru pouvoir jouer avec ce qu’elle a produit.
Je suis assis dans la pièce principale d’une petite maison dans laquelle nous nous sommes réfugiés avant que les choses n’aillent vraiment mal. Elle est cachée dans un repli d’une petite et vieille montagne qui fut très fréquentée par skieurs et touristes, il n’y a pas si longtemps que cela, les Vosges. Suffisamment éloignée de ce qui reste des principaux axes de communication, et bien cachée dans un fond de vallée où plus personne ne vient guère, d’ailleurs reste-t-il quelqu’un ? Je dis nous parce que nous ne sommes plus que quelques-uns ! Tous les autres sont soit morts, soit en train de chercher à survivre dans ce qui reste du monde.
Qui suis-je ? Je m’appelle Samuel, j’ai 70 ans, j’ai de la chance, beaucoup d’entre nous n’ont pas atteint cet âge. Je n’ai connu qu’un monde, je sais je l’ai parcouru ce monde, j’ai cru un temps en un réveil de l’humanité, je me souviens j’étais au sommet du partenariat mondial pour l’éducation, des millards de dollars pour l’éducation, mais j’ai assisté impuissant au rapide effondrement de ce qui aurait pu devenir un chouette avenir.
Combien de temps survivrons-nous ? Je n’en sais rien. D’ailleurs survivrons-nous ?
Alors pourquoi écrire ? Peut-être trouverai-je une réponse dans ces quelques pages, mais comme personne ne les lira, cela a-t’il encore de l’importance ?
Tout ce que je vais raconter n’est que le fruit de ma mémoire, certains faits ou événements ou citations manqueront certainement de précision.
Aujourd’hui, comme depuis des mois, nous vivons enfermés toute la journée. L’air est devenu irrespirable en pleine journée, seul le petit matin nous offre la possibilité de nous risquer dehors, récupérer du bois pour nous chauffer, et, quelquefois, apercevoir un pâle soleil vite englouti dans le nuage qui remonte avec le jour, irrespirable, dense de particules en suspension, nauséabond, conséquence souvent annoncée mais jamais prise au sérieux de nos actes ou plutôt de nos non-actes ! La nuit, les étoiles ont disparu, la Lune aussi ! Ce nuage qui nous condamne à mourir enfermés, ce nuage résultat de toutes nos désertions, ce nuage qui nous fait crever au profond des trous où nous nous sommes terrés – loin du ciel et de la lumière – loin de la vie – déjà morts ! Mais voilà que dans ce triste moment remontent à la surface les souvenirs anciens !
Je suis né dans un monde pollué, miné par les conflits, gangréné par la course aux profits d’une minorité, égoïste et destructeur ! Gouverné par l’ignorance, les sondages et les intérêts privés. 1% des personnes détiennent 70% des richesses, les états s’épuisent dans une course échevelée à la croissance, l’Internet, pensé comme un espace de liberté se retrouve muselé et surveillé ; nous épuisons la planète par la pollution, les destruction.
J’ai vu des gens espérer, se battre, créer des mouvements alternatifs pour des usages raisonnés des ressources, des espaces, et des techniques vers d’autres socialisations des individus, d’autres proximités, des espoirs dans l’intelligence collective.
La situation de la planète a empiré. 3 enfants sur 4 souffrent d’asthme et d’allergies chroniques, l’air des villes est pollué, le réchauffement climatique a multiplié les jours où l’air est irrespirable à cause des concentrations élevées de particules fines et de rejets industriels venus des pays comme la Chine, ou l’Inde (ils ont revendiqué le droit à polluer comme les autres). Le gouvernement a mis en place des mesures qui permettent aux enfants de moins de 10 ans de ne pas sortir pour aller à l’école, c’est l’école qui vient à eux grâce à des programmes éducatifs dont la construction est réalisée par des robots qui ont appris ce que nous sommes (profils cognitifs, personnels, …) et ainsi recommander les programmes qui conviendront le mieux. Les tensions nées de la fin des années 1990 et du but des années 2000 sont toujours là et toujours plus fortes, les terrorismes sont présents, l’armée patrouille en permanence dans les rues, les écoles sont fermées et gardées, aller a l’école c’est prendre un bus gardé par des hommes en armes, …. La violence appelant la violence, les états se sont repliés sur eux-mêmes, ont érigé l’autre en ennemi ou en envahisseur, les programmes “adaptés” des cours ont fait de la majorité d’entre nous, des peureux, des ignorants, des moutons maintenus chez eux, élevés en batterie. Les oiseaux ont disparu, ils ont été remplacé par des drones, drones chargés de notre sécurité, drones livreurs, drone d’observation, drones pirates, …
La transition énergétique, personne n’a eu le courage de la faire, nous avons continué à promouvoir la voiture individuelle, et comme la fonte des glaces des pôles a découvert d’autres territoires de prospection, le pétrole est restée la principale source d’énergie !
Les plus riches vivaient dans des propriétés hyper-securisees, des territoires fermés, inaccessibles pour se protéger des autres, de la masse mais aussi des maladies dues à la pollution, aux épidémies saisonnières. Sortir c’est prendre le risque d’aggraver votre état de santé, sortir c’est se couvrir des pieds à la tête, porter un masque, et des lunettes pour éviter les inflammations des tissus conjonctifs. Les antibiotiques ont depuis longtemps perdu face aux bactéries qui ont muté, nos systèmes immunitaires sont affaiblis, nous vivons reclus, nous nous faisons livrer de la nourriture synthétique par des drones. Les rues ne sont de toute façon plus sûres. Des bandes se partagent les rues, les affrontements avec l’armée sont fréquents.
Puis l’Internet n’a plus été, la fin de la neutralité du net a fait qu’il s’est éclaté en une infinité de petits réseaux
J’ai finalement réussi à prendre la route, j’ai réussi à m’échapper de la ville, j’ai réussi à partir avec celle qui avait trouvé refuge chez moi, elle est apparue un soir, elle a frappé à ma porte, elle est restée avec moi, elle venait du quartier pas trop loin, ces parents étaient morts du même virus que les miens, nous nous sommes tenus chauds, nous avons appris l’un de l’autre. Nous avons décidé de partir de là, et d’essayer de trouver un endroit un peu épargné, s’il en existe encore. L’énergie a fini par manquer, le pétrole pour qui nous avons saccagé la terre jusque dans ses endroits les plus inaccessibles, s’est tari. Plus d’énergie, juste des déchets, plus d’énergie sauf ces centrales nucléaires que des gouvernements successifs ont cautionné, de l’électricité certes, mais des accidents nucléaires de plus en plus nombreux dus à l’abandon des maintenances faute de moyens, des centrales construites à l’économie dans des zones sensibles, …. A l’atmosphère viciée se sont ajoutés des déserts nucléaires, des Tchernobyl à répétition, … Mêmes les nantis retranchés dans leurs territoires bunker ont perdu ! Leurs bunkers gourmands d’énergie n’ont pas résisté, ils ont cédé,… L’histoire ne dit pas ce qu’ils sont devenus, je vous laisse juste imaginer au regard de l’histoire de l’humanité, … Nous avons donc marché vers le sud, plutôt la nuit, nous avons fini par atteindre les Vosges, mes parents m’avaient parlé d’un coin qui peut-être pourrait devenir un refuge, un lieu où leurs parents avaient vécu il y a bien longtemps. J’ai trouvé le chemin, j’ai trouvé les restes de la maison, …
J’ai aidé ma compagne à mettre nos enfants au monde, pourquoi finissons-nous toujours par nous reproduire ?
J’ai commencé à écrire sur les murs d’une caverne à proximité, à dessiner comme nos ancêtres il y a 30000 ans l’ont fait – j’y ai décrit les sciences, j’y grave l’histoire de l’homme et nous y reproduisons les parties de livres que nous avons gardés en mémoire …
J’écris sur les dernières feuilles qu’il me reste. Nous sommes tous très fatigués, nous ne résisterons pas à l’hiver qui arrive, peut-être que quelqu’un trouvera ces pages, qu’un groupe d’humains aura survécu quelque part sur Terre, et que dans quelques centaines ou milliers d’années, ils trouveront ma grotte, … Ces pages quant à elles ne résisteront pas au temps … comme les disques durs et quelques cartes mémoire que j’ai conservés, … ?

Les étoiles ont disparu !

« Toute cette journée fut sombre et morne. De l’aube sans soleil jusqu’au soir, l’ombre pesante ne cessa de se faite plus dense, et tous les coeurs de la Cité étaient oppressés. Loin en haut, un grand nuage venu du Pays Noir s’étendait vers l’ouest, dévorant la lumière, […] »
Avant de nous quitter, les étoiles ont disparu, et un des facteurs est la qualité de l’air, et je vous invite à vous rendre sur le site web d’ATMO Grand EST, association à but non lucratif agréée par le Ministère chargé de l’environnement, est en charge de la surveillance de la qualité de l’air dans la région Grand Est, conformément à la Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie (Loi LAURE) du 30 décembre 1996 intégrée au code de l’environnement.
Cette Loi donne le droit à chacun de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé.

http://www.atmo-grandest.eu