Nowakowskismes-2.5 – “L’étrange conte de Noël d’une invisible nommée Rachel”


« C’est Noël ! C’est Noël ! C’est Noël ! Vous avez bien travaillé, vous avez commenté 350720 images, cliqué sur 1 million 351 mille 261 liens, et aimés 3 millions 462 mille 302 fois des articles qui vous ont été recommandés ! Félicitations, et les entreprises qui vous ont employés vous offre des bons d’achats parce que Noël c’est la fête, et nous tenons à ce que ce le soit pour tous ! »
Rachel se réveille en sursaut, le message passe en boucle. Elle s’est endormie devant son ordinateur, son dos la fait souffrir horriblement, et elle n’ose même pas imaginer la tête qu’elle a ! Pire qu’une gueule de bois !

  • Quelle heure est-il ?
  • Il est exactement, 7h55, nous sommes le 24 décembre 2025, et c’est le jour de Noël, et tu n’as pas encore fait tes achats de Noël !
  • Ah oui c’est vrai

Rachel n’a pas vu ces derniers mois passer.

  • Je te recommande d’utiliser, avant ce soir minuit, les bons d’achat que nous t’avons offerts, et je t’invite à te rendre sur ton compte, tu y trouveras des recommandations personnalisées et correspondant à tes moyens.
  • Ok ok, merci

Rachel s’extrait de son fauteuil, elle erre jusqu’à la cuisine, et demande :

  • Prépare-moi un café ! Un long double bien fort !
  • Désolée Rachel, mais tu n’as pas accumulé assez de points pour avoir un tel café, je te recommande alors une version plus légère, faite à partir des restes de dosettes Next’presso, elles seront très bien.
  • Ok vas-y ! Mais quand pourrai-je avoir enfin du café correct ?
  • Il faudra que tu likes encore 255601 fois la page Next’presso et tu recevras quelques échantillons. Tu pourras obtenir régulièrement…
  • Merci merci, je sais, je sais il faut que je trouve la force de liker cette putain de page 500000 fois par jour !

Rachel se dirige vers sa tasse, et boit l’immonde breuvage, mais il est chaud, et ça fait du bien. Du coin de l’oeil, elle surveille son ordinateur, prête à répondre aux notifications qui ne vont pas manquer de surgir d’ici quelques minutes ! Que disait le message ? Ah oui, c’est Noël ! Le 24 décembre, et ce soir c’est le réveillon ! Et elle n’a pas vu le temps passer, depuis qu’elle s’est inscrite sur cette plateforme, digilabdotcom !
Elle se revoit alors, il y a quelques semaines ou plusieurs mois, elle ne sait plus. Elle était prof dans une école d’ingénieurs, prof d’Humanités. C’est important les Humanités, c’est bien ce qu’ils lui ont dit quand ils l’ont convoquée pour lui expliquer que pour cause de restrictions budgétaires, les cours d’Humanités seraient remplacés par des MOOC, nouvelle génération, produit à la chaine par de grandes universités reconnues et bien placées dans les classements internationaux. Connectivistes, faisant appel massivement aux learning analytics pour suivre au mieux la progression des étudiants, et leur proposer les cours les plus adaptés à leurs besoins et leurs objectifs d’apprentissage, ils lui ont expliqué combien ils étaient attachés aux Humanités, une garantie d’excellence de l’ingénieur dans le monde moderne, et que ce n’était pas elle qui était en cause.

  • La preuve de notre volonté, Rachel ! Les premiers cours que nous remplaçons avec ces MOOC nouvelle génération sont les cours d’Humanités, c’est bien la preuve que nous souhaitons développer ces enseignements en nous appuyant sur les produits les plus performants du marché
  • Ah oui mais alors tout ce que j’avais mis en place, l’équipe pédagogique, les approches interdisciplinaires, la création d’un commun, la vision de l’individu comme sujet et pas comme un cerveau, …
  • Nous savons tout cela Rachel, et nous continuerons sur cette voie ! Les MOOC massivement connectivistes permettent ces passerelles, cette sérendipité, et surtout ils sont configurés pour optimiser le budget, et suivre au mieux les progrès des étudiants
  • Mais alors que faites-vous de tout ce que nous avons mis en place ? de cette équipe ?
  • Et bien, nous n’aurons plus besoin de vous dans l’immédiat mais ne vous inquiétez pas Rachel, nous vous avons recommandée auprès de l’université et elle va replacer vos cours dans les filières moins sélectives que la nôtre
  • Mais …
  • Merci Rachel, nous allons devoir arrêter là, nous avons une « conference call » avec les producteurs des MOOC qui va démarrer d’ici quelques minutes, au revoir Rachel et bonne chance !

Rachel s’est alors retrouvée à errer dans le labyrinthe de couloirs vides et immaculés de l’école, puis sous la galerie rose et bleue teintant la réalité de ses couleurs de layettes genrées. Elle descend la rue puis traverse le parc et se retrouve chez elle de l’autre côté du pont. Arrivée chez elle, elle ouvre son ordinateur, et c’est un courriel de la présidence de l’université, ils sont rapides les bougres, lui annonçant qu’il n’y avait pas d’heures disponibles pour elle, que les budgets, la restriction des heures, l’optimisation des filières, … bla bla bla, … ne permettait pas de lui proposer des heures et qu’ils en étaient désolés.

  • « Nous vous invitons à partager votre CV et compétences sur les réseaux sociaux, afin que nous puissions vous proposer une sélection de postes quand nous pourrons à nouveau recruter »

Plus d’heures donc plus de salaire, plus d’heures donc plus de boulot, plus d’heures donc plus moyen de payer le loyer, l’abonnement à internet indispensable, l’abonnement pour son smartphone indispensable aussi pour payer, accéder aux services personnalisés de domotique, disposer d’une place de parking, être identifié pour pouvoir rentrer chez elle ! Et là, pouvoir entrer en contact avec ePole Emplois. Elle se retrouve devant son ordinateur qui l’attendait.

  • Ding !
  • C’est le premier ding de la journée !
  • Ding ding ! L’ordinateur se met à bipper avec insistance, le flot de notifications est lancé !

Et oui ! N’ayant plus de travail, l’université lui ayant fait comprendre qu’il ne fallait pas vraiment compter retrouver quelque chose dans l’enseignement, elle se demande :

  • Mais que sait faire un enseignant à part enseigner ? Et un enseignant sur ces questions d’Humanités ! Il n’est ni pratique, ni directement exploitable, que sait-il faire ? Lire, comprendre, mettre en mot, élaborer un dispositif pédagogique, mais à part cela ? Rien !

Rachel passa alors quelques heures à tourner en rond, à tenter d’obtenir des entretiens sur tous ces réseaux sociaux d’enseignants, de professionnels, …. Rien !

  • Ne font-ils pas comme Uber qui glissaient des véhicules fantômes sur ses cartes pour faire croire qu’il y a toujours un véhicule à proximité prêt à venir nous chercher, des faux contacts, de faux profils, et de fausses offres d’emplois pour faire croire que c’est là que tout se passe ?

Et donc, pour pouvoir subvenir à ses besoins, elle s’est inscrite sur digilabdotcom. Et depuis, ses jours, ses nuits sont rythmés par les notifications, pour des traductions de notices, pour aller cliquer sur des pages, pour commenter des produits, pour identifier des images, pour rédiger des articles au kilomètre … et il faut se tenir prêt parce qu’il y a du monde, des millions d’invisibles dans les interstices du réseau, réfugiés sur des plateformes qui sont loin d’être des espaces accueillants et bienveillants… Ce sont tout ceux dont le job a été automatisé, tout ceux à qui on a dit que c’était fini, par application d’une nième loi travail ou pour satisfaire des actionnaires de plus en plus avides de dividendes sonnantes et trébuchantes, vite !! Ou encore sous le prétexte classique de la réduction des coûts ! La ressource humaine n’étant plus rentable sous nos latitudes, on va donc chercher ailleurs !
Mais aujourd’hui, Rachel n’arrive pas à s’y remettre ! C’est Noël aujourd’hui ! C’est Noël, ce doit être la fête partout ! Des décorations, du monde, de la joie…

  • J’ai envie de voir du monde dit-elle
  • De voir du monde, … peux-tu préciser ta demande ? Qu’entends-tu par du monde ? Tu veux que je regarde si tu as acquis assez de miles pour faire un voyage ? Euh … en fait, tu n’as que de quoi te payer un bus qui t’abandonnera en route une fois ton solde de miles épuisé ! Tu devrais donc être déposé – estimation faite avec une précision de deux chiffres derrière la virgule – vers les ruines de Ménil-la-horgne, juste avant, au bord de l’ancienne Nationale 4 – tu n’as pas assez de miles pour te payer un bus qui emprunte les routes entretenues qui, elles, sont payantes !
  • Mais non ce n’est pas cela ! Et immédiatement, elle se rappelle qu’elle n’a pas pu payer la mise à jour du module sémantique de reconnaissance de la parole …
  • Laisse tomber ..
  • Laisse tomber quoi ?

Elle décide d’en rester là, surtout de savoir qu’elle a pour seul horizon les ruines de Ménil-la-Horgne au bord de l’ancienne nationale 4 ! C’est Noël ! Il faut chasser cela de ses pensées.
Elle décide donc de se débrouiller seule pour se trouver une tenue afin d’affronter le froid de décembre. Elle déclenche manuellement la porte de son dressing automatisé et cherche ce qui pourrait convenir ! Chaud et présentable ! Pas facile, normalement tout cela est prêt en tenant compte de ses besoins, du temps, de ses activités ! Elle finit par retrouver son manteau, un pull bien chaud, un jean et des chaussures qui semblent confortables. Elle s’habille, et après avoir ordonné à la porte de s’ouvrir, elle sort sur le palier, toutes les autres portes sont fermées, pas de bruit, pas de décoration, bizarre pour un jour de Noël ! Elle appelle l’ascenseur et descend.
Arrivée dans la rue, Rachel eut la sensation tenace que quelque chose clochait. Toutes les boutiques du centre-ville devraient ouvertes, illuminées, alors pourquoi n’y avait-il aucune lumière dans le marché central ? Elle s’était réveillée, ce devrait être le matin, il faisait nuit. Aucune lumière accrochée dans la rue ! C’est le 24 décembre merde alors !
Les commerçants ne devraient-ils pas être en train de faire des affaires, d’étaler guirlandes et cadeaux, dans une frénésie saisonnière de consommation ? Mais la place Charle III est déserte au lieu d’héberger le traditionnel marché de Noël, sa légère pente exposée aux quatre vents dans une obscurité vacante. Se dressant dans la partie basse, noir sur le gris fuligineux du ciel, le monument du marché perçait l’eau sale de la nuit. Où étaient donc toutes les familles venues de toute la région pour faire les achats de Noël ? Au dessus, des toits qui bordaient la place, il n’y avait aucune aura nacrée s’épanchant dans le ciel noir, aucun des éclats multicolores en provenance de la place Stanislas.

  • Où suis je ? Que se passe-t’il ? Se demanda-t-elle au bord de la panique.

Errant la peur au ventre, accélérant le pas comme si un monstre surgi des profondeurs de la nuit s’apprêtait à se jeter sur elle.
Et.. dans l’ombre ramassée d’une ruelle à proximité du marché, mais son errance l’avait égarée, elle remarqua qu’il y avait une lumière dans l’obscurité déserte, un rectangle doré qui tombait de la devanture de ce qui ressemblait à une librairie.
Rachel se dirigea vers la lumière, et arriva à la hauteur de la vitrine. Derrière les vitres hautes et propres, l’intérieur était éclatant et un groupe d’hommes et de femmes assis en cercle qui écoutait apparemment une femme debout en train de parler à haute voix. De son poste d’observation, elle ne distinguait pas ce qui se disait.
Une des femmes de l’assemblée se tourna vers elle. Elle lui fit signe d’entrer.

  • Entrez donc ! Nous vous attendions.
  • Vous m’attendiez ?
  • Oui, ce soir est un soir spécial, la lumière attire et notre groupe s’est constitué ainsi. Nous sommes ceux qui sont sortis. Comment vous appelez-vous ?
  • Hésitante, abasourdie, elle dit naturellement : « Je m’appelle Rachel » Et bizarrement, elle se sentait bien même si ça faisait beaucoup pour une seule journée,… de Noël !

Elle demanda :

  • Mais qui êtes-vous donc ?
  • Nous pouvons dire que nous sommes les derniers êtres humains, nous sommes des survivants, nous vivons à la lisière du monde.

Rachel se demanda quand même ce qu’elle faisait là. Tout en se sentant étrangement bien, elle se disait que c’était bien chez elle finalement où tout était sous contrôle … ou presque !

  • La lisière du monde ? Que faites-vous là ce soir, ce soir de Noël ?
  • Depuis des années, nous nous retrouvons le soir de Noël, nous nous racontons les livres, les histoires, la vie d’avant, et nous retournons à l’anonymat pour une année.
  • Mais pourquoi ce soir ? Et où sont tous les autres ?
  • Ce soir et bien parce que c’est Noël, c’est notre cadeau à l’humanité. Après notre réunion, chacun repart chez lui pour une année, avec pour mission de s’approprier une part de la mémoire de l’humanité, de lire et d’apprendre un livre, et le soir de Noël, nous nous le racontons et chacun d’entre nous repart alors dans la lisière. Nous avons commencé cela, il y a maintenant un grand nombre d’années, puis le monde changeant, nous sommes devenus des résistants ! Tu es arrivée ici comme nous tous, un soir de Noël, pour ne pas le vivre par plateforme interposée, sortir pour rencontrer d’autres humains.
  • Ah bon ?
  • Oui, petit-à-petit, nous avons décidé de sortir le soir de Noël, et nous nous sommes retrouvés là. Ne pas faire comme les autres, qui sont chez eux, connectés sur Digilabdotcom, s’invitant à des événements immatériels, rêvant des rêves préfabriqués par Digilab !
  • Ainsi, petit-à-petit, notre groupe s’est constitué ! Alors profitez du moment Rachel, il y a du champagne, un radiateur, des livres et des amis à écouter … vous apprendrez à tous les connaître et Joyeux Noël

Et là, dans un même mouvement, ils levèrent leur verre, en se tournant tous vers elle, interrompant les textes racontés, pour d’une seule voix s’écrier « Joyeux Noël ! À l’humanité ! À l’espoir ! »
La soirée fut un tourbillon de mots, de visages, de rires, de musique, et au petit matin, ou une éternité plus tard, ils se séparèrent.

  • Ding, ding, ding, réveille-toi Rachel, tu as du travail, …. Tu es en retard sur ton programme !

En sursaut, elle se réveilla, dans son lit, bizarre, son poing fermé, … elle l’ouvrit, il y avait un petit bout de papier, et dessus écrit, « En terre étrangère, Heinlein » Elle sut alors ce qu’elle avait à faire !

Mais quel est donc ce roman et qui est cet auteur que Rachel doit apprendre et étudier après cette nuit de Noël.

Robert Heinlein est le seul auteur récompensé à quatre reprise par le prestigieux prix Hugo. Né en 1907 et mort 1988, il est une figure essentielle l’âge d’or de la science fiction américaine. Outre sa gigantesque « Histoire du futur », ensemble de romans et de nouvelles décrivant l’évolution de l’humanité dans les siècles à venir, on lui doit quelques-unes des oeuvres le plus marquantes de la SF comme « Marionnettes humaines », « Révolte sur la Lune », « Etoiles garde à vous ! » qui a été adapté au cinéma par Paul Verhoeven, dans Starship Trooper, et surtout « En terre étrangère ».
« En terre étrangère », publié en 1961, est l’histoire de Valentin Michaël Smith. Valentin Michaël Smith est une conséquence de la première mission humaine vers Mars. Né sur la planète rouge, il a été élevé pendant des années par les Martiens. Âgé d’une vingtaine d’années, il est ramené sur Terre par une expédition de sauvetage. Il est très vite confronté à un univers qui lui est complètement étranger. Il va alors se retrouver au cœur d’intrigues politiques, médiatiques et financières qu’il ne comprend pas. Secouru par un journaliste et une infirmière, il trouve refuge chez Jubal Harshaw, un vieil avocat et médecin acariâtre. Grâce à lui, Valentin Michaël Smith tente de comprendre l’espèce humaine et d’expliquer les étonnants et terrifiants pouvoirs dont il semble disposer.
« En terre étrangère » deviendra un des ouvrages de référence de la contre-culture des années 70 et un roman culte du mouvement hippie. Il parle de religion de l’amour universel, de libération sexuelle, de mystique de la communion spirituelle avec ses semblables et avec le Cosmos par la méditation et le sexe. Il est une critique féroce des médias, de l’Etat, de l’Eglise, de la consommation de masse, des politiciens, de la soif d’argent et de pouvoir, … Tout cela traité avec beaucoup d’intelligence, de subtilité et d’humour parce qu’avant tout, « En terre étrangère » est un roman drôle et spirituel.
En résumé, « En terre étrangère » est une sorte de conte politico-philosophique, une version moderne des Lettres personnes de Montesquieu. Un étranger aussi radical qu’il se peut, débarque dans notre monde, ou dans un monde qui en reflète les travers, et s’étonne, s’émerveille, s’effraie des usages qui nous semblent communs. Valentin Michaël Smith n’est nullement un bon sauvage à la Rousseau : il vient, comme les persans, d’une société raffinée et même plus avancée que celles de la Terre. Il s’étonne de la souffrance auto-infligée des terrains par frustration et culpabilité, il prêche la libération sexuelle en donnant l’exemple, la communauté des biens, la contestation de toutes les autorités politiques et une forme si intégrale de pacifisme qu’il lui sacrifiera sa vie terrestre dans un abandon christique après avoir fondé une religion.
« En terre étrangère » ce sont aussi des inventions, dont une en particulier, un néologisme qui est le mot-clé de la philosophie et de la religion de Valentin Michaël Smith. Le verbe « gnoquer » (« to grok » dans la version originale anglaise). Il signifie « comprendre pleinement » et « ne faire plus qu’un avec l’objet de sa réflexion ». Gnoquer quelque chose, c’est comprendre la chose, son essence et le lien qui me lie à cette chose. Dans les pays anglophones, avec le succès du roman, le mot grok va entrer dans le vocabulaire courant des milieux des fans de SF, des hippies et des hackers, à tel point qu’il est entré dans le dictionnaire de la langue anglaise, notamment dans le célèbre Oxford English Dictionnary.
Alors ce soir, quelques jours avant Noël, et comme Valentin Michaël Smith, et Rachel, l’important est de gnoquer ce monde, ses enjeux, sous peine de le perdre, définitivement !

Nowakowskismes 4.2 – Vertiges – Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves?

Vertiges ce soir, vertiges de l’espace, des questions qu’il nous pose, vertiges d’oser imaginer au delà des limites du « réel ». Ce soir, les Nowakowskismes seront Vertiges face à l’espace, face aux questions qu’il pose, face à cet humain qui se débat sur cette poussière perdue dans l’infini, poussière qui est pour autant notre univers. Alors prêts ? C’est parti !
« Il ne se déplaçait pas sur une trajectoire habituelle aux astéroïdes, selon une ellipse qu’il réemprunterait au bout de quelques années avec la précision d’un mécanisme d’horlogerie. C’était un objet solitaire errant entre les étoiles, rendant sa première et dernière visite au système solaire, car sa célérité était telle que jamais le champ gravitationnel du soleil ne pourrait le capturer. »
Ces lignes sont extraites du livre « Rendez-vous avec Rama » d’Arthur C. Clarke. En 2131, les radars terrestres destinés à protéger la Terre des astéroïdes géocroiseurs (ceux dont la trajectoire pourrait les amener à percuter la Terre), découvrent un astéroïde de grande taille dont les paramètres orbitaux indiquent une origine en dehors du Système solaire. Cet astéroïde est baptisé Rama en l’honneur d’un dieu du panthéon hindou (parce que tous les noms des dieux des autres panthéons ont tous été utilisés). L’objet se révèle en fait rapidement être un gigantesque cylindre quasi parfait, dont les dimensions sont d’environ 50 km de long par 20 km de diamètre. Il s’agit donc incontestablement d’un artefact d’une civilisation technologiquement très avancée, un espace immense à explorer, un monde de structures, d’escaliers vertigineux, de routes, et vieux de plusieurs millions d’années !

Vertiges 1

Nous ne sommes pas dans Arthur Clarke mais il y a quelques semaines, les téléscopes ont détecté un étrange objet. Baptisé « Oumuamua » qui signifie « éclaireur » en hawaïen, sa forme allongée  intrigue. Il ne ressemble à aucun des astéroïdes du Système solaire et, pour le moment, les astrophysiciens ne peuvent pas expliquer sa forme étirée qui le fait ressembler à un long cylindre d’environ 400 mètres de long. Trop petit pour être le vaisseau Rama, du roman d’Arthur Clarke, ne pourrait-il pas être tout de même une sonde interstellaire de passage dans notre Système solaire ? Ou alors, pourrait-il s’agir d’une sonde interstellaire de type von Neumann par exemple.
Qu’est-ce qu’une sonde de type Von Neumann ? C’est une machine autoréplicative ou autrement dit, une machine qui est théoriquement capable de fabriquer seule une copie d’elle-même en utilisant des matières premières prises dans son environnement. Le concept de machines autoréplicatives a été proposé et examiné par plusieurs chercheurs dont John von Neumann, génial mathématicien touche à tout, plus connu pour ses contributions à la théorie des jeux, à la logique mathématique et pour l’architecture des ordinateurs que nous utilisons tous les jours. Ce concept s’inscrit dans les projets impliquant l’extraction de lunes et des ceintures d’astéroïdes pour le minerai et d’autres matériaux, la création d’usines lunaires et même la construction de satellites solaires dans l’espace. On parle de « machines de von Neumann ». Von Neumann a aussi travaillé sur ce qu’il a appelé le constructeur universel, une machine autoréplicative qui fonctionnerait dans un environnement d’automates cellulaire. Fermons la parenthèse.
Donc, « Oumuamua » pourrait bien être une machine pilotée par une super Intelligence Artificielle et rien n’interdit de croire que cette sonde a ralenti temporairement en fonçant dans le Système solaire pour l’étudier un peu, jeter un oeil à la Terre, tout en restant hors de portée des vaisseaux de l’humanité, par sécurité ou pour ne pas déranger ? Ce serait le retour du monolithe de 2001 l’odyssée de l’espace, revenu plusieurs millions d’années plus tard, usé par le temps et l’espace pour voir ce qu’il est advenu de cette espèce qu’il a aidé à émerger du chaos ?
Peut-être cette machine est-elle en train d’essayer d’établir un contact temporaire par radio avec nous, un peu comme dans un autre roman d’Arthur Clarke, « Les Fontaines du paradis », roman mettant en scène une telle machine baptisée « le Vagabond des Étoiles ». Cette question n’est donc pas si idiote puisque les membres du programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) ont entrepris d’écouter « Oumuamua » avec l’Allen Telescope Array (ATA) mais aussi le Green Bank Telescope dans le cadre du projet Breakthrough Listen, en tentant d’intercepter un signal dans la fameuse bande 1,1-1,9 GHz, où se trouve la raie à 21 cm de l’hydrogène : une bande que l’on pense privilégiée pour la communication interstellaire.
Et finalement, pour finir et nous ramener à la solitude qui est peut-être la nôtre, voici quelques lignes de Rendez-vous avec Rama, « on pourrait se perdre en conjectures, la nature et le dessein d’« Oumuamua » nous resteront totalement inconnus. « Oumuamua » s’est peut-être servi du système solaire comme d’une pompe à essence, ou d’un chargeur de batterie, et nous tournera la dos avec mépris, appelé par d’autres affaires autrement plus importantes. Sans doute, n’aura-t-il jamais connaissance de l’espèce humaine ! »
C’est donc la première fois que des scientifiques ont l’occasion d’examiner de près un morceau de matériau, quelque chose provenant … d’un autre monde. Vertige !

L’histoire d’« Oumuamua » m’amène à retrouver un vieil ami et tout d’abord un autre vertige, vertige suggéré par une question. Et quelle question ! 

Il s’agit du paradoxe énoncé en 1950 par le physicien Enrico Fermi. Au cours d’un repas avec des collègues, il s’interroge sur la possibilité d’une vie, et d’une visite extraterrestre. Constatant que notre soleil est une étoile jeune à l’échelle de la galaxie, il formule la question suivante :

« S’il y a des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient déjà être chez nous. Où sont-ils ? »

Un auteur de science fiction a cherché à répondre à cette question. Il s’agit de Stephen Baxter, et plus particulièrement dans le cycle « Les univers multiples ». Baxter affiche une volonté féroce de dévoiler la multitude des possibles avec une hard science-fiction pointilleuse, basée sur des découvertes technologiques et scientifiques solidement attestées. Il n’a de cesse, dans ses romans, astucieux et foisonnant d’idées, de vilipender la frilosité des institutions, refaisant au passage l’histoire de la conquête spatiale. Il déplore alors la perte de l’esprit pionnier rappelant la fragilité de l’humanité et son caractère éphémère au regard de l’histoire de l’univers. Pour lui, l’humanité doit quitter son berceau terrestre pour accomplir son destin d’espèce intelligente en allant coloniser l’espace.
Donc, le cycle des « Univers multiples » gravite autour de cette question des extraterrestres. Et Baxter répond en plusieurs points, déclinant ses propositions en trois épais romans.
Le premier, intitulé Temps, explore l’hypothèse d’un univers dépourvu de toute autre forme de vie intelligente. A la question de Fermi : « Où sont-ils ? », il répond : « Nulle part ». Et ce n’est pas la vision du futur offerte par un artefact venu de l’avenir, la perspective d’une fin du monde probable ou l’apparition de mutants aux desseins mystérieux qui rassure l’humanité. Bien au contraire, ces faits l’accablent et l’affolent, ressuscitant les pires réflexes de préservation de l’espèce. Par le biais de la physique quantique, Stephen Baxter nous projette à la fois dans l’avenir, au terme de l’univers, et dans l’arborescence des possibles. Deux interrogations lancinantes traversent le roman. Que deviendra l’intelligence une fois l’humanité disparue ? Comment parvenir à vaincre l’entropie ?
Le second, intitulé Espace, répond au paradoxe de Fermi par une autre question : « Pourquoi les extraterrestres n’arrivent-ils que maintenant ? » Baxter imagine en effet que la vie est présente partout dans l’univers. Sous diverses formes, elle grouille littéralement, affichant ses manifestations passées et présentes aux yeux d’une humanité désormais ravalée au rang d’espèce superflue. Toutefois, si la vie intelligente abonde et prolifère, pourquoi aucune civilisation extraterrestre n’est-elle parvenue à conquérir et dominer la galaxie ? Et là, dans une remise en question de la narration en jouant sur la causalité, la temps, l’espace, et comme selon lui, la vie bourgeonne partout, elle finit par arriver dans le système solaire, par vague de machines de Von Neumann venues d’autres galaxies. Il suffisait d’attendre un peu, comme quand on attend que l’eau se mette à bouillir, après les premières bulles, c’est parti ! Mais malgré cela, une question de fond subsiste : peut-être que « Quelque chose tue les civilisations semblables à la nôtre avant que nous allions trop loin ! Peut-être nous auto-détruisons-nous ?
Je ne parlerai par d’Origine, troisième volet de la série, je vous avoue, il n’est pas terrible. Mais ce vertige de l’exploration, de l’appel de l’espace, cette maîtrise technologique ne fait que nous ramener au plus près de ce que nous sommes, des êtres fragiles, capables des pires cauchemars comme des plus magnifiques rêves !

De retour sur Terre, le vertige n’est plus une affaire d’espace, ni de temps, mais de rêve et d’espoir d’une humanité apaisée. Nous retrouvons pour cela une écrivaine peu connue, Octavia Butler. 

Quelques mots dans le temps. En 1963, Martin Luther King Jr, nous a mis en garde contre l’ajout « d’obscurité plus profonde à une nuit déjà dépourvue d’étoiles ». Il a écrit que les ténèbres ne peuvent chasser les ténèbres, que la haine ne peut pas chasser la haine, et il nous a rappelé que seul l’amour peut le faire. Trente ans plus tard, Octavia Butler écrit dans son roman « Parabole du semeur » que « notre destinée est de prendre racine parmi les étoiles ».
Le militant et l’artiste semblent d’abord avoir été engagés dans un travail de vie nettement différent, mais ils ont fait un rêve commun de l’avenir. Leur travail est lié par la foi associée à une fusion des enseignements spirituels et de la conscience sociale, un évangile social futuriste en quelque sorte. Dans son essence, le travail de justice sociale, que Luther King a incarné et que Butler a si habilement exprimé dans son roman et ses histoires, porte sur l’amour – un amour qui est les meilleurs espoirs et souhaits pour l’humanité dans l’âme.
Aujourd’hui, la justice sociale représente l’un des plus importants défis à la conscience de notre monde. Les nouvelles technologies et les politiques politiques des entreprises permettent d’accumuler de la richesse et du pouvoir d’une manière étonnante et fantastique tout en creusant le fossé entre ceux qui ont et ceux qui ne le font pas. Dans le grand et beau monde, le fossé s’élargit, pervers et inexorable, se moquant de la liberté, de la justice, de la démocratie et même de la miséricorde. James Baldwin a dit que nous ne sommes pas nés en sachant ce que signifient ces concepts, qu’ils ne sont ni communs ni bien définis. Et du coup, « les individus, doivent faire un énorme effort pour arriver au respect des autres personnes que ces mots impliquent ». L’humanité ne peut faire autrement que de fournir un effort soutenu et concentré pour créer des sociétés qui accorderont la même signification aux mots respect et sens.
Un filou, un enseignant, le chaos et l’argile, Dieu tel que le décrit Octavia Butler dans ses « La Parabole du semeur, et Parabole des talents », c’est le changement. Puisse-t-il engendrer de nouvelles conversations dans les salles de classe, inspirer des discussions vigoureuses dans les cafés et les clubs de lectures, et créer de nouveaux outils d’organisation et de nouveaux cas d’études permettant l’élaboration de vraies stratégies pour de nouvelles organisations communautaires.
Chaque fois que nous essayons d’imaginer un monde sans guerre, sans violence, sans prisons, sans capitalisme, nous nous engageons dans la fiction spéculative. Toute organisation est de la science-fiction. Les organisateurs et les militants consacrent leur vie à créer et à imaginer un des histoires de science-fiction ?
Octavia Butler a exploré les intersections de l’identité et de l’imagination, les zones grises de la race, de la classe, du sexe, de la sexualité, de l’amour, du militarisme, de l’inégalité, de l’oppression, de la résistance et, plus important encore, de l’espoir. Alors la question devient, non pas celle du retard de la rencontre avec les extraterrestres, mais celle qui nous concerne et qui est : Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves?

Références 

Rendez-vous avec Rama, Arthur C. Clarke, J’ai Lu, 1975
Les univers multiples, Temps, Espace, Origine, Stephen Baxter, Pocket, 2007
La parabole du semeur, La parabole des Talents, Octavia Butler, Au diable faubert, 2001
Octavia’s brood, edited by Adrienne Marie Brown et Walidah Imarisha, AK Press, 2015