Nowakowskismes n°2.3 – Drones de Nowakowskismes

Ce soir, avec ce drone de titre d’émission, nous serons drones et pas forcément drôles. Nous irons dans un drone de monde, le nôtre, pour après nous échapper dans un drone d’univers, pour une bouffée d’espoir et enfin nous irons du côté de l’univers d’un drone d’écrivain Roger Zelazny.
Un drone est un faux bourdon et c’est le mâle de l’abeille. Il est le produit d’un oeuf non fécondé. Ça veut dire qu’il a une mère, la reine de la ruche, et pas de père. Puisque le drone n’a pas de père et qu’un mère, son arbre généalogique est particulier.
La première génération compte un membre, le mâle. La génération précédente compte également un seul membre, la mère. La génération grand-parente compte deux membres (le père de la mère, et la mère de la mère). Celle qui précède compte trois membres. Celle encore avant a cinq membres, et lorsqu’on recense les effectifs, on obtient la séquence 1, 1, 2, 3, 5, 8 … qui n’est rien d’autre que la suite de Fibonacci. Je ferai une interro écrite la prochaine fois sur la suite de Fibonacci 🙂
Donc le drone ne possède pas de dard et ne récolte ni nectar, ni pollen. Son rôle consiste à s’accoupler avec une rein fertile lors du vol nuptial auquel il ne survit habituellement pas.
Bien sûr, quand je vous parle de drone, peu d’entre nous pensent à ce faux bourdon et sa généalogie en suite de Fibonacci. Évidemment, le drone c’est cet appareil plus ou moins autonome, du jouet à à joujou militaire létal, et vous vous doutez bien que ce n’est pas le jouet qui va m’intéresser !
En fait, un drone est un « Objet Violent Non Identifié ». Le drone est l’avatar le plus contemporain, le plus technologique de l’homme et la guerre. C’est aujourd’hui, l’emblème de ce que les Etats-Unis appellent, dans leurs propres documents stratégiques, la “guerre comme chasse à l’homme”. Elle a ses méthodes et son personnel : des contracteurs militaires recrutent des analystes “chasseurs d’homme” par petites annonces. Le drone est l’instrument de la politique officieuse de la Maison Blanche : tuer plutôt que capturer !

« Faites-nous confiance mais ne vérifiez rien ! » 

Petit rappel. Dès les premiers jours à la tête des USA, l’arme de choix du président Obama a été le drone. Le drone est alors utilisé par la CIA et l’armée pour traquer et éliminer les personnes que le gouvernement a donné l’ordre d’exécuter, par des procédures secrètes, sans mise en examen, ni procès. Le drone est un instrument, et pas une mesure politique. La politique en l’occurrence dans ce cas, c’est l’assassinat que les Etats-Unis exploitent à coups de drones en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen depuis leur base du Nevada et ce, sans discernement, sous couvert de frappes prétendument ciblées – frappes « chirurgicales » qu’ils disent à l’envi sur les chaînes de télé, et qui sont loin d’être chirurgicales ! Et surtout la même stratégie que celle de la surveillance de masse et cette foi aveugle dans le renseignement technique et la divination.  Et La France, « c’est notre projet ! » est en passe d’armer ses propres drones (achetés aux Etats-Unis).

Drone de monde 

Le 15 octobre 2015, le site d’information The intercept a publié des documents secrets qui laissent entrevoir les rouages des opérations de capture-élimination de l’armée américaine sur une période clé de l’évolution de la guerre des drones, à savoir de 2011 à 2013. Ces documents ont été diffusés parce que le citoyen a le droit de connaître le processus par lequel un individu est ajouté à la liste des cibles à éliminer, puis assassiné, sur les ordres des plus hauts échelons du gouvernement américain. Je cite : « Cette explosion monstrueuse du nombre de personnes surveillées, mises sur écoute, inscrites sur des listes compilées dans des bases de données, réduites à un numéro et à une « carte de baseball » (dans le jargon militaire, la « carte de baseball » est la méthode de visualisation de l’information par les militaires : elle est utilisée pour afficher les données, cartographier les relations entre les gens et identifier ce qu’on appelle des schémas de vie de certains individus), condamnées à mort sans avertissement dans un champ de bataille mondial a été dès le départ une erreur. C’est nous qui rendons cela possible. Et par nous, j’entends tous les citoyens américains qui sont au courant, mais font comme si de rien n’était ». Souvenez-vous « pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles ! ».
Depuis 2012, les « kill lists » de l’administration Obama ont été disséquées, des bataillons de juristes ont contesté la légalité du dispositifs, de ces drones « chasseurs-tueurs » qui modifient radicalement les règles de la guerre ! Frapper les terroristes avant qu’ils ne frappent et bien sûr tous les dommages collatéraux qui vont avec : selon les chiffres du Bureau of Investigative Journalism, sous les deux mandats d’Obama, entre 384 et 807 civils aurait été tués par des frappes en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen.
Le documentaire Dirty Wars paru en 2014 montre cette mort vue du ciel, qui traumatise les populations locales. Je cite : « Au Yémen, les parents s’en servent pour effrayer les enfants, c’est l’équivalent du croque-mitaine : « Si tu n’es pas sage, un drone américain viendra te tuer ! » » N’importe qui peut être touché, qu’il s’agisse d’un fermier ou d’un couple qui se marie.
Pour ceux et celles qui auraient oublié, en septembre dernier, Florence Parly, la ministre des Armées, a annoncé l’armement des drones Reaper (ça veut juste dire « la faucheuse ») achetés… aux Etats-Unis.
La guerre elle-même change. Avec les drones, les pilotes n’encourent plus aucun risque, ils pilotent un drone comme avoir nouveau jeu vidéo, sauf que le drone est à 12000 km de son manipulateur, et que l’assassinat bien réel est réduit à toucher une cible ! Quand les opérateurs de drones éliminent une cible, ils appellent ça un « touchdown » ; les informations relatives à cette cible sont rassemblées sur une « carte de baseball » et quand ils ont touché la bonne cible, c’est un « jackpot ». Ce vocabulaire montre bien que pour les Etats-Unis, il ne s’agit que d’un jeu grandeur nature où la vie humaine n’a aucune valeur.
Dans le programme semi-clandestin américain, chaque individu tué par une frappe de drone est un combattant ennemi, jusqu’à preuve du contraire. C’est un renversement incroyable de la charge de la preuve et des règles d’engagement militaire ! A-t-on une seule preuve qu’une cible exécutée constituait une menace imminente pour la sécurité des citoyens américains.
Et plus encore « Nous ne traquons pas des individus, nous suivons des cartes SIM. », en 2014, Michael Hayden, l’ancien patron de la NSA et de la CIA, a déclaré que les Etats-Unis « tuaient des gens sur la foi de métadonnées ».
Il existe deux types de frappes. La première, celle qu’on appelle « personality strike », vise un individu en particulier : vous voulez éliminer un chef taliban dans les zones tribales du Pakistan, vous le ciblez en sachant qu’il y aura peut-être des dommages collatéraux. La deuxième, nommée « signature strike » est plus problématique : vous tuez quelqu’un sur la base d’informations incomplètes recoupées entre elles. Comme ce ne sont pas les individus qui sont traqués, mais des cartes SIM, les indicateurs de fréquence ou de mouvement suffisent à déclencher une frappe. Un drone pourra alors tuer des individus qui se réunissaient pour planifier une attaque, mais il peut tout aussi bien tuer un enfant, membre de leur famille, sur un marché, parce qu’il a eu le malheur d’être en possession du téléphone identifié par le renseignement. En clair, drones et surveillance de masse marchent main dans la main. Dans les deux cas, une fois dans le radar, on ne peut plus en sortir et on vous retire de force vos libertés fondamentales.
Pour conclure ! Trump a tué davantage de civils en 10 mois qu’Obama en 8 ans. Obama ne voulait pas être un tueur de masse, Trump s’en fiche. Avec Trump, nous sommes revenus au point Hiroshima de l’Histoire à savoir intimider par l’irresponsabilité, quel qu’en soit le coût.
Et une petite dernière pour la route. C’est la base de Ramstein en Allemagne (pas très loin de Nancy) qui sert de relais européen pour les raids de drones américains.  La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont complices des agissements américains en étant de gros pourvoyeurs en renseignements, notamment en Afrique et en Afghanistan. Et toutes ces informations fournies aux Etats-Unis servent à assassiner des individus en dehors de toute juridiction.
Voilà, « Parce que c’est notre projet ! » c’est d’être un important fabricant d’armes, c’est d’être inspirateur de la CIA en matière de surveillance et c’est bien sûr l’avalanche de lois sécuritaires qui au nom de la sauvegarde de la démocratie donne un terrible virage conservateur, assumé encore plus publiquement qu’aux Etats-Unis. Drone de monde !

Référence. La Machine à tuer, La Guerre des drones, Jeremy Scahill et l’équipe de The Intercept (Lux éditeur, 180 pages, 18 €)

Drone d’univers

Dans l’univers de Iain M. Banks, la Culture, dont nous avons déjà parler dans les Nowakowskismes, les IA et les drones sont membres de cette société à part entière. Selon une hiérarchie.
Tout au bas de la hiérarchie des IA, il y a les drones. Les drones tiennent une place importante dans les récits de Iain M. Banks parce qu’ils entretiennent des relations directes avec les humains. Ils servent de gardes du corps, de secrétaires, de documentalistes, de valets de chambre, de chauffeurs, de cuisiniers, de confidents, de vieux amis de la famille. Si vous avez besoin d’une autre compétence, il suffit de demander, le drone la possède probablement ou la chargera en mémoire. Ils ne sont pas nécessairement plus gros qu’une boite d’allumettes (ça dépend des modèles) mais ils peuvent agir très fort, très vite et en pouvant faire très mal. Ne jamais essayer de jouer au plus fin avec un drone, cela peut être lourd de conséquences, même si le drone ne fait qu’obéir scrupuleusement aux instructions et respecter intégralement vos droits (les trois lois de la robotique n’existent pas dans la Culture).
On peut se demander pourquoi les drones acceptent apparemment sans réserve ni rancoeur un rôle qu’on pourrait qualifier de subalterne, à savoir celui de domestique à tout faire. C’est que, du point de vue des drones, les choses ne présentent pas exactement comme cela. Comme la plupart des intelligences, les drones éprouvent le besoin de donner du sens à leur vie. Ils sont donc satisfaits de guider et de protéger ces petits êtres fragiles, faibles, curieux, imprévisibles, esthétiquement improbables, intellectuellement limités mais si stimulants parce que tellement imprévisibles, les humains et autres créatures biologiques.
Bien qu’ils s’en défendent, les drones sont aussi très sentimentaux. Ils finissent par s’attacher à leur humain au point que son inéluctable disparition, trop souvent prématurée du fait des défauts de conception de classe d’organismes, les émeut profondément. Un drone est pratiquement immortel, presque toujours réparable, et toujours améliorable. Le service d’un humain peut faire partie de l’éducation convenable d’une jeune IA qui sera ultérieurement augmentée et éventuellement vouée à des tâches plus complexes. En fait même métaphoriquement la tête sur le billot, les drones considèrent leurs humains comme ceux-ci font de leurs animaux familiers. Pour regardez vos chats si vous en avez ! Qui est au service de qui ?  Enfin, un drone ne restera pas une nanoseconde au service d’un humain s’il ne s’entend pas avec lui. Comme toute intelligence, il a son autonomie.
Mais alors finalement, pour proposer une alternative aux discours de prophètes de l’apocalypse et de la fin de l’homme par l’IA, et avec ce que nous montre Iain M. Banks, l’homme pourrait être sauvé de lui-même par les IA, intelligences étrangères seules à même de prendre soin de nous. Pied de nez à tous les prophètes des ondes, ou des marchands de transhumanisme, où ce sont les IA et autres drones intelligents, produits de notre intelligence, ce qui prendront soin de l’humain, ce petit être fragile et imprévisible.

Un drone d’auteur, Roger Zelazny

Roger Zelazny est un des plus grands auteurs de SF américains. Né en 1937, il commence à écrire dans les années cinquante. Il a donc été un écrivain de la génération de Philip K. Dick, avec qui il écrivit Deus Irae, Alfred Bester (ils réalisèrent ensemble Le Troqueur d’âmes) ou Robert Sheckley (Le Démon de la farce, À Faust, Faust et demie). L’œuvre de Zelazny est marqué par une réécriture des mythologies de toutes les civilisations et l’affrontement entre des forces supérieures et manichéennes. Roger Zelazny est décédé en 1995.
Ce soir, je vais vous parler de deux romans de Zelazny, “Seigneurs de lumière” et “Toi, l’immortel”.
“Seigneurs de la lumière” publié en 1967 et Prix Hugo 1968, est très certainement le grand roman de Roger Zelazny. Il place l’action loin dans le futur, ou pourquoi pas loin dans le passé, sur une planète où des immortels qui détiennent la technologie, et donc le pouvoir, se font passer pour des dieux. Mais Sam, un des premiers hommes à être arrivé sur la planète, il y a des siècles, lui-même impliqué dans de nombreuses légendes populaires et doté de grands pouvoirs, va s’opposer à l’hégémonie des Maîtres et compte bien mettre fin à leur règne… Ainsi, Seigneurs de lumière peut être vu comme une réécriture de la quête de Siddharta – Bouddha – et décrit sa lutte contre une partie du panthéon hindou.
Mais Seigneurs de lumière va bien plus loin et comportent de multiples niveaux de lecture au delà de l’histoire. Seigneurs de lumière dans sa narration remet en cause le temps et son écoulement, la causalité des événements. Il bouscule la logique traditionnelle de l’identité, et met en scène la colonisation et le transfert d’identité. Qui sont-ils ? Quand sont-ils ? Dieux, démons, usurpateurs, humains jouant à être des dieux, nous en sommes même à nous questionner sur notre identité de lecteur. Et pour aller aller encore plus loin, dans un contexte façonné par l’Inde ancienne, Seigneurs de lumière est aussi une allégorie de la subjugation et de la liberté, de l’exploitation et du libre arbitre. Faut-il y voir un récit qui ne fait que reprendre la trame des Dieux et des Hommes ? Ou d’une vision qui inscrit le religieux au centre des débats concernant la technique, l’évolution et un éternel retour des conflits habités par la volonté et la ruse ? Je vous invite vraiment à vous y plonger.
Toujours dans les drones d’univers, vient « Toi l’immortel ». Dans un monde post-apocalyptique, Conrad Nomikos, haut commissaire aux Arts, Monuments et Archives de la planète Terre, doit diriger une mission d’exploration historique pour le compte d’un riche Végan nommé Cort Myshtigo. Au cours de son périple, Conrad Nomikos aura deux missions distinctes : percer à jour les intentions réelles de l’extraterrestre et empêcher son assassinat. Roger Zelazny mêle ici le genre post-apocalyptique à un travail sur la mythologie grecque antique.
Le héros de l’histoire, Conrad Nomikos, et on le découvre très vite, est l’incarnation même du dieu Pan, divinité tutélaire des bergers, abandonné par sa mère sur une colline. Et c’est sur une Terre comme aux origines de la mythologie où se côtoient monstres et humains, dieux et mortels, que ce dieu de la mythologie grecque vient proposer à l’humanité la reconquête et la réappropriation de son propre patrimoine culturel. Ce récit d’une mythologie qui se reconstruit en une forme d’auto-référence, une fugue sur le thème des mythes fondateurs qui nous construisent et viennent alimenter les luttes du présent, propose ainsi une réflexion sur l’action politique, la résistance et la violence armée, posant la question de la immaturité de la race humaine, capable de détruire sa propre planète. Pas mal en ce moment non ? De s’inspirer de tout cela ? Qu’en pensez-vous ?

Nowakowskismes 2.2 Ville, cité, smart cité

« Les villes aussi se croient l’oeuvre de l’esprit ou du hasard, mais ni l’un ni l’autre ne suffisent pour faire tenir debout leurs murs. Tu ne jouis pas d’une ville à cause de ses sept ou soixante dix-sept merveilles, mais de la réponse qu’elle apporte à l’une de tes questions. » Italo Calvino dans Les villes invisibles

Prospective urbaine

En 2050, le monde comptera 2,6 milliards d’urbains supplémentaires, pour atteindre 6 milliards de personnes (66% de la population mondiale).
90 % de cette croissance démographique urbaine sera concentrée en Asie et en Afrique, tout particulièrement en Inde, en Chine et au Nigeria.
Ces trois pays compteront à eux seuls pour 37 % de l’augmentation projetée.
En 2030, on comptera 41 villes de plus de 10 millions d’habitants.
Le nombre de personnes vivant dans des bidonvilles avait dépassé le milliard en 2007, il pourrait atteindre 1,4 milliard en 2020, voire 2 milliards en 2050.
En 2014, la moitié des urbains (soit près de deux milliards de personnes) vivait dans des villes de moins de 500 000 habitants ; il devrait en être encore de même en 2030.

Début

Selon l’historien Jean-Luc Pinol, « La ville est un phénomène total où se condensent l’économique et le social, le politique et le culturel, le technique et l’imaginaire et, partant, toute approche fractionnée qui privilégierait un domaine unique aux dépens des autres manquerait de pertinence».
Forme spatiale et objet social, on distingue très tôt deux conceptions de la ville : la cité romaine, où les représentants de Rome font la cité, une communauté d’individus qui partagent une caractéristique sociale (profession, classe sociale ou âge) ; et la conception grecque, où la cité dépasse les individus qui la composent, un « corps abstrait […] qui ne s’incarne ni en un édifice, ni en une institution, ni en une assemblée. […] indépendante des hommes et sa seule assise matérielle est l’étendue du territoire qui la fonde » . Ici, la conception de la société (et de la cité) est organique : tous les privilèges, toutes les charges, toutes les qualités d’un individu sont liés à la cité à laquelle il appartient, et proviennent de celle-ci.
Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale et près des trois-quarts de la population européenne vit dans les ville, alors que les projections de l’ONU prévoient une population urbaine qui représentera 66 % de la population mondiale à l’horizon 2050.
La ville est un espace caractérisé par une forte densité d’habitations et d’habitants, un lieu de rencontres et un creuset, en même temps qu’un lieu d’anonymat, un lieu d’aliénation, de dérèglements dans les règles imposée de la vie en commun. Façonnées par les sociétés humaines, les villes continuent d’évoluer au gré des rapports de force dans la société, mais aussi par l’absorption de différentes techniques, puis technologies, qui elles aussi en façonnent et vont en façonner encore les contours. Les villes comme objet commun ont bien sûr fait l’objet de visions.

Petit rappel de quelques utopies urbaines 

On peut distinguer 5 âges des utopies urbaines :

  • Utopies philosophico-politiques antiques – pour Platon, la Cité idéale ne devait pas dépasser 5000 citoyens, soit environ 30 000 habitants ;
  • Utopies médiévales des abbayes, « mini-cité de Dieu » ;
  • Utopies humanistes de la Renaissance, qui tentent de redonner une place à l’homme et à la raison dans le gouvernement des sociétés. À Amaurote, capitale de l’île d’Utopia (Thomas More – 1516), les rues font «vingt pieds de large» et les maisons possèdent deux portes qui ne sont jamais fermées à clé. C’est aussi l’époque de l’abbaye de Thélème de Rabelais ;
  • Utopies socialistes du XIXème siècle (Charles Fourier, Saint-Simon, Robert Owen ou Etienne Cabet), marquées par la révolution industrielle et ses conséquences sur les modes et conditions de vie ;
  • Utopies libertaires des années 60 et 70 (situationnistes, hippies, écologistes)…
  • et la smart city le 6ème âge des utopies urbaines ?

et aussi, inspirées de tout cela, les utopies de la littérature d’anticipation,

  • Les monades urbaines de Silverberg – En 2381, sur une Terre surpeuplée, la population est entassée dans des monades urbaines, tours de mille étages, hautes de 3 000 mètres. Gigantesques, elles s’étendent sur des centaines de kilomètres dans des agglomérations, telles Berpar (Berlin-Paris) ou Chipitts (Chicago-Pittsburgh), et chacune d’elles abrite plus de 800 000 habitants. Elles sont organisées en groupes de 40 étages consécutifs, appelé Cité. Chaque cité possède sa propre tenue vestimentaire, ses propres mythes, son propre folklore et son propre langage argotique. Grâce au recyclage des déchets et des excréments qui produisent l’énergie nécessaire, chaque tour vit en quasi-autarcie. Seule la nourriture vient de l’extérieur, produite par des communautés agricoles. Les habitants ne connaissent que leur monade et la croissance démographique est érigée en dogme religieux. La hiérarchie de la société s’accompagne d’une ségrégation verticale de la monade : à la base de la tour se situent les quartiers pauvres et surpeuplés, en haut, les classes dirigeantes, au milieu les classes intermédiaires. La promiscuité et la liberté sexuelle sont la règle (relire quelques de Günther Anders – L’obsolescence de l’homme) et ceux qui n’ont pas beaucoup d’enfants sont mal jugés, nul ne peut refuser un rapport sexuel, sous peine de mort : chacun appartient à tout le monde. La majorité des gens sont si heureux qu’ils n’hésitent pas à dénoncer les déviants, appelés anomos. Ceux qui n’acceptent pas le système sont enfermés dans un caisson de rééducation psychologique ou jetés dans le recycleur, pour le bien-être commun : « Le bonheur règne sur Terre. Qui en doute est malade. Qui est malade est soigné. Qui est incurable est exécuté. »
  • IGH de JG Ballard : IGH, Immeuble de Grande Hauteur, explore la sauvagerie qui peut germer et se répandre dans une société de loisirs aseptisée, où l’homme n’a d’autre choix pour briser l’ennui que de renouer avec le chaos primitif, l’animalité et la solitude. L’IGH dominant et isolé dans une banlieue de Londres en pleine recomposition, est le héros de béton de ce récit visionnaire. Cet immeuble fonctionnel et luxueux de 40 étages, doté d’équipements multiples (piscines, école, centre commercial…), a été conçu pour permettre à ses occupants de vivre en autarcie totale, dans un grand confort et en toute sécurité. Dans cette entité gigantesque de béton, qui semble se détacher du monde extérieur, une façade de train-train quotidien, puis pendant la nuit les fêtes, le sexe et l’ivresse se juxtaposent avec les violences croissantes, l’abandon des règles sociales, et la sauvagerie. Les habitants de ce microcosme s’organisent en clans par étages, répliquant dans la tour lutte des classes et guerres primitives de territoire ; ils abandonnent leur confort, surtout préoccupés de ne pas trahir à l’extérieur la situation dans la tour. IGH est la récit d’un glissement vers le chaos et la barbarie d’un monde moderne se rêvant sans risque et toujours sous contrôle mais d’un ennui mortel.
  • Ile de béton de JG Ballard : un après-midi d’avril 1973, Robert Maitland roulant comme d’habitude à grande vitesse au volant de sa Jaguar en périphérie de Londres, fait une sortie de route, passe par-dessus le remblai pour venir atterrir en contrebas dans un terrain vague, sorte d’îlot triangulaire entre les voies convergentes de plusieurs autoroutes. Naufragé et blessé sur cette île de béton, il s’en retrouve prisonnier, Robinson du bitume. Malgré toutes ses tentatives, il n’arrive pas à attirer l’attention des voitures qui passent en flots incessants, pour avoir du secours. Rapidement diminué, affamé et fiévreux, il cherche à survivre, à affronter les conditions de «l’île» qu’il voudrait dominer. Cette île ambivalente est lieu de perdition et de barbarie, mais aussi un refuge, qui prend l’apparence d’un fragment d’un monde disparu. Ce petit morceau de terrain semble beaucoup plus ancien que le réseau de béton qui la cerne, reste du monde d’avant qui continuera d’être là, même lorsque les autoroutes retomberont en poussière. Les traces du passé dans cet endroit oublié, le terrain ferrailleur, les carcasses de voiture, les errances puis la lutte de Robert Maitland pour s’approprier le territoire face aux autres occupants bizarres et menaçants de l’île renvoient le naufragé à son propre passé. Cette aventure glauque dans un esprit désert, symptomatique de l’époque moderne, est aussi l’aventure d’un retour à l’état primitif. Réduit à l’état d’épave en seulement quelques heures, il donne l’image d’un monde où la sauvagerie s’étend pour aboutir à une déraison totale, où les hommes sont des produits jetables enfermés dans le fantasme, de plus en plus détachés du réel.
  • Alors qu’est-ce que la ville si n’est une construction des humains ?! Réjouissant ?

Et donc, le prochain horizon se nomme la smart city, ! Elle cumule tout construction humaine agrémentée de numérique ! Alors je vous laisse avec quelques exemples ! La smart city comme ville totalitaire par Alain Damasio dans Zone du dehors ou encore plus déroutante La ville est un échiquier de John Brunner. « Zone du dehors » est une réflexion nourrie essentiellement de Nietzsche, de Deleuze et de Foucault. Elle met en scène une troupe d’activistes luttant contre la société de « contrôle total mais soft » installée sur un astéroïde. Tout y est mais dans un style un peu lourd et donneur de leçons, de la société panoptique, à la smart city déployant tous les outils numériques de contrôle de la population. Plus curieux et plus astucieux, « La ville est un échiquier », Brunner met en place un système de manipulation de pions humains au sein d’une mégapole futuriste en plein coeur de l’Amérique centrale. Toute cette métaphore des manipulations traditionnelles des humains, de l’opinion dans un but d’asservissement s’appuie sur une vraie partie d’échecs, celle jouée à La Havane en 1892 par Steinitz et Tchigorin. Les individus correspondent aux différentes pièces et ont des attributions relativement assimilables à leur rôle sur l’échiquier. Alors ? Smart city là aussi ?

La ville nourrit nombre de fantasmes et de projections. Les experts de l’ère du numérique, usent et abusent d’adjectifs pour en décrire leur vision utopique, à la manière de Marco Polo qui, dans Villes Invisibles (Italo Calvino), décrit les villes de son empire à l’empereur Kubilaï Kahn. Les concepts se matérialisent alors dans un objet utopique : la ville durable, résiliente, créative, fluide, et bien sûr intelligente. Tous ces termes, aujourd’hui maniés par les architectes et urbanistes, visent autant à faire fantasmer les gestionnaires qu’à en éloigner les individus.
Engagées dans une dynamique de métropolisation, dans la continuité des villes globales, les grandes villes se trouvent dans une double évolution paradoxale : centralisation des fonctions de coordination et de gestion, et transfert des activités de production vers l’extérieur.
En 2014, la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles a reconnu à 16 villes le statut de métropole. Celles-ci ont engagé une compétition à qui saura attirer les entreprises, le capital culturel et les ressources créatives permettant d’entrer (ou de rester) dans le cercle élitiste des villes-mondes. Le concept et l’offre de smart city sont souvent vus comme des moyens pour y parvenir.
Cependant, cette tentative de différenciation par l’adhésion à un concept unique mène à cette question : « en quoi un Paris “ intelligent ”, outillé par les technologies de l’information et informé par une masse de données numériques, sera-t-il différent du Tokyo, de l’Amsterdam, du Lyon ou du Châteauroux “ malins ”, dès lors qu’ils utiliseront les mêmes outils ? ». Allons donc un peu plus loin dans la compréhension de ce phénomène !

Smart city 1.0, la technofolie
L’idée d’une ville intelligente serait née d’une discussion, en 2005, entre Bill Clinton et John Chambers, président de Cisco, le premier ayant lancé le défi au second de rendre les villes plus durables (et smarts). Devenue populaire à la fin des années 2000, la smart city répond alors à une vision centralisée de la gestion urbaine autour d’un ou plusieurs opérateurs gérant l’espace public : voies publiques en surface (routes, rues, trottoirs), infrastructures publiques souterraines (réseaux), infrastructures publiques aériennes (éclairage public, capteurs de pollution, drones, etc.), bâtiments publics (hôpitaux, mairies, bibliothèques, musées, etc.).
Dans une vision résolument futuriste, les villes intelligentes désignent ainsi un idéal porté par les avancées technologiques qui assurent l’exécution sans faille des fonctions de l’urbanité et offrent à ses responsables les moyens d’une gestion centralisée combinant renseignements, informations et décisions. La vision 1.0 de la ville intelligente répond à un rêve beaucoup plus ancien, inscrit dans la droite ligne de la cybernétique, fondée à partir des travaux de Norbert Wiener.
La smart city est alors vue comme une « tentation néo-cybernétique », autrement dit la ville, l’humain et la machine formeraient un système unique dont le gestionnaire pourrait mesurer et contrôler chacun des aspects. C’est dans cet esprit que, dans les années 70, Salvador Allende et le cybernéticien anglais Stafford Beer avaient tenté de mettre en place le projet Cybersyn, une véritable tour de contrôle et de planification de l’économie chilienne, basée sur des systèmes informatiques. Ce projet avorté par le coup d’état.
Malheureusement, l’habitant est souvent le grand absent de ces modèles. L’individu, bien qu‘élément final et initial de l’offre de service est bien souvent exempté de participation active dans la dynamique de la ville intelligente, voire la subit. La ville se soumet alors au paradigme du solutionnisme technologique, dans lequel les habitudes et les comportements des habitants deviennent tout autant d’informations à gérer et de besoins à créer ou problèmes à résoudre par la seule technologie. Ce modèle de la smart city a vécu.

Le retour de l’humain
Ici, chaque individu devient contributeur, de manière passive ou active, et participe ainsi à rendre la ville plus smart. Les services peuvent alors se développer sur la base du partage actif d’informations par les utilisateurs (crowdsourcing). Dans un autre domaine, Open Street Map reste l’un des exemples les plus emblématiques de base de données créée par le monde associatif et par des contributeurs bénévoles. Initié en 2004 à Londres, cet outil de cartographie collaborative compte plus de 3 millions de contributeurs. Il s’est imposé en référence et en concurrent des systèmes de cartographie d’entreprises comme Google ou Microsoft. Les fonds de cartes Open Street Map sont utilisés par de nombreuses applications et services de cartographie.
D’autres initiatives associatives permettent de produire de la donnée citoyenne, comme le collectif Citoyens Capteurs, qui entend diffuser des capteurs de pollution open source afin de permettre à chacun de mesurer la pollution de l’air. Enfin, certaines applications sont développées à la demande des municipalités elles-mêmes, comme Fix My Street (« Dans ma rue » à Paris), grâce auxquelles les habitants peuvent signaler à la municipalité les bugs de la ville, tels que des trous dans la chaussée.
Dans la foulée de ces initiatives, un nouveau mouvement est dorénavant porté par certaines collectivités pour promouvoir une smart city humaine, habitée par des smart citizens auxquels des moyens sont donnés pour qu’ils gardent le contrôle (empowerment). La senseable city de Carlo Ratti (MIT), moins technologique et plus sensible s’appuie sur des politiques d’open data, de concertation citoyenne au moyen d’outils numériques, et la promotion de budgets participatifs.

Datafolie
Et maintenant, de nouveau acteurs, les industriels de la donnée. Forts de leurs propres données, de leur capacité à opérer techniquement et d’une forme de légitimité liée à la convocation de la multitude, ils veulent s’imposer aux villes.
Par exemple, on retrouve Alphabet (holding créée en 2015 pour réunir les sociétés précédemment détenues par Google), qui avait racheté l’application de GPS collaboratif Waze dès 2013, avant de lancer en juin 2015 son projet Sidewalk Labs, dédié spécifiquement à la ville et qui propose déjà un « tableau de bord urbain », un outil de visualisation et de gestions des données urbaines. Pour cela, je vous renvoie à l’excellent billet de Morozov, dans les blogs du monde diplomatique : https://blog.mondediplo.net/2017-11-03-Google-a-la-conquete-des-villes
Ces plateformes sont en mesure de pousser du service au public ou aux collectivités, gracieusement ! Sauf que « Alphabet sait bien à qui s’adressent ces villes connectées : les nantis du monde entier. Pour eux, le développement durable via les data, comme les modes de vie artisanaux permis par les algorithmes (Sidewalk Labs promet un « bazar nouvelle génération » approvisionné par des communautés locales de créateurs), n’est qu’un moyen de justifier la hausse de la valeur de leur porte-feuille immobilier. »
Ces services investissent le champ urbain avec leurs propres modèles économiques, qui risquent de transformer en profondeur la ville elle-même. Nous nous devons d’être vigilants pour ne pas tomber sous le charme de ce nouveau chant des sirènes.

Aujourd’hui, les signes de l’empreinte numérique assaillent aujourd’hui de toutes parts le flâneur : cyclistes livrant des repas commandés en ligne, immeubles centraux vidés de leurs habitants que remplacent des touristes utilisateurs d’Airbnb, passants et automobilistes confiant à une application GPS le soin de les guider dans leurs parcours, etc. À la mutation sensible de nos expériences urbaines s’ajoute la métamorphose silencieuse des flux invisibles structurant les villes. Ce qui se joue à bas bruit, n’est-ce pas un remodelage des morphologies et des paysages urbains sous l’empire de la data ?
Fait culturel et sensible, la ville reste irréductible à la seule planification. L’urbaniste, le politique et l’entrepreneur doivent y composer avec une profusion d’initiatives éparses, contradictoires ; avec aussi un passé ancré dans une monumentalité. La volonté, sans cesse, doit y épouser le chaos. Et pour revenir à Italo Calvino, « Une description de [la ville] telle qu’elle est aujourd’hui devrait comprendre tout le passé de [la ville]. Mais la ville ne dit pas son passé, elle le possède pareil aux lignes d’une main, inscrit au coin des rues, dans les grilles des fenêtres, sur les rampes des escaliers, les paratonnerres, les hampes des drapeaux, sur tout segment marqué à son tour de griffes, dentelures, entailles, virgules. »
Bien sûr, l’irruption du numérique est porteuse de promesses mais soulève aussi pour la puissance publique et pour la définition de l’intérêt commun des défis majeurs. Alors, quel équilibre trouver entre datafication de la ville et protection de nos libertés ? Comment redonner la main sur la fabrique de la ville aux autorités garantes de l’intérêt général ? Comment résorber l’asymétrie de pouvoirs générée par la concentration de la donnée aux mains de quelques grands acteurs ?
C’est bien un nouveau design de la ville qu’il nous faut imaginer pour articuler les dimensions techniques, économiques et sociales de la ville avec l’expérience urbaine la plus concrète que peuvent en faire ses habitants, dans le respect de leurs libertés. Sans transition, mais nous en avons déjà beaucoup parlé, rendons visite à James Graham Ballard ! JG Ballard pour qui la ville et l’humain ont été très souvent des terrains de jeux et d’anticipation.

James Graham Ballard
JG Ballard, « A little too close for comfort » (« un peu trop proche de la réalité pour qu’on se sente à l’aise »), comme l’écrivait le Los Angeles Daily News en 2015 au sujet du roman Sécheresse. JG Ballard c’est cela, c’est toujours le moment où la malfaisance devient la règle, comme si l’homme, privé des apports de la société, de ses lois, de ses conventions, ne pouvait pas emprunter une autre voie. Pour Ballard, la bonté et l’amour sont des valeurs superficielles vite balayées par les noirs desseins recélés au plus profond d’elles-mêmes par ses créatures.
J. G. Ballard, est un écrivain de science-fiction et d’anticipation sociale anglais né le 15 novembre 1930 à Shanghai en Chine et mort le 19 avril 2009 à Londres. Ce soir, nous allons nous intéresser à  « Sécheresse » qui s’inscrit dans la lignée des ouvrages relatant une apocalypse. Ballard y distille une telle désespérance que la fin, malgré la lueur d’espoir qu’elle annonce, n’en est que plus sinistre. Avec Ballard, les lendemains ont peu de chances d’être joyeux.
Conséquence de l’activité humaine, une fine couche de pollution plastique recouvre les océans et empêche l’évaporation de l’eau. La pluie disparaît tandis que s’installe une sécheresse implacable. Ballard va alors mettre en scène une galerie de personnages dont les comportements vont évoluer au fur et à mesure que l’aridité transforme la campagne et les rivières en déserts. Les pêcheurs, privés de poissons, vont piéger dans leurs filets de nouvelles proies humaines, un excentrique va donner toute la mesure de sa folie, un simple d’esprit ira au bout de son délire, un pasteur se révèlera en autocrate et le héros de ce roman, Ransom, à la recherche de lui-même, poursuivra ses démons. Dans ce livre, l’essentiel n’est pas tant la catastrophe ambiante qui précipite l’humanité vers l’abîme, que le voyage intérieur des personnages et son aboutissement dans un contexte de cauchemar.
Des livres comme « Crash » (porté à l’écran par Cronenberg) ou « La forêt de cristal » confirment ce sentiment. Dans « Sécheresse », l’eau devient l’élément le plus précieux pour la survie des quelques groupes rescapés de la catastrophe et toutes les ambitions, tous les désirs s’aiguisent autour de la possession du précieux liquide. On le vole, on le détourne, on s’en sert comme monnaie d’échange. D’étranges rites s’installent, illustrant l’attirance naturelle des esprits pour la perversité.
Évidemment, lorsque J. G. Ballard écrit « Sécheresse », il ignore que le réchauffement climatique est en cours et que le risque de mourir de chaud touchera trois personnes sur quatre d’ici la fin du XXIe siècle, dans l’hypothèse où les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent au rythme actuel.
Alors lisez JG Ballard, et je ne peux que vous conseiller aussi « Vermillion Sand » et « Mythes pour un futur proche », vous m’en direz des nouvelles !

Quelques lignes sur “Ex Libris, New York Public Library”

 

Vous avez certainement vu Le jour d’après ? Et bien la New York Public Library c’est là que tout se passe … bon arrêtons-là les références foireuses. Vous n’avez pas vu Ex libris, New York Public Library, et bien ne manquez pas ce film, ce documentaire, ce condensé de vie et d’humanité exploré par Fredrick Wisemann (87 ans le monsieur, qui a également fait un autre monument intitulé At Berkeley).

Tout de suite, on est dans cette institution, ces vieux murs, mais aussi tous ses 92 sites dans tous les quartiers de New-York – lieux d’apprentissage, d’accueil, d’échange. La New-York Public Library est la 3ème plus grande bibliothèque du monde, elle rayonne sur trois arrondissements de la ville, et a pour ligne directrice la cohésion sociale, l’accueil de tous et toutes, dans cette cité monde qu’est New-York.

Tout de suite, nous y sommes, on entre dans les réunions du comité directeur, remarquable dans son professionnalisme, dans sa vision de ce que doit être une politique d’éducation de qualité par tous, avec tous et pour tous.

La New-York Public Library, c’est des livres par millions, des photos classées pour inspirer la créativité accessibles « sans gants », des manuscrits, des rencontres avec des écrivains, des musiciens (Elvis Costello, Patty Smith, ..),  des récitals de musique classique ou contemporaine, des prestations qui nous laissent, là dans le noir de la salle de projection, émerveillés par la qualité, la force et l’attention accordée à tous et toutes. La New-York Public Library, c’est aussi des cours de braille ou de danse pour seniors, et un système de prêts gratuit de routeurs 4G en faveur des « des laissés-pour-compte du numérique et d’Internet » pour sortir du « Digital dark ». Le thème « des laissés-pour-compte du numérique et d’Internet » est un thème récurrent des réunions de l’équipe dirigeante, et au delà, quelle stratégie, pour que la bibliothèque soit le lieu de la pensée, de l’éducation, de l’accueil de tous, et surtout pas un lieu d’exclusion – prenons-en pour démonstration la discussion autour de l’accueil des sans-abris, où après référence au règlement, le directeur rappelle qu’il y a le règlement, mais qu’il est new-yorkais et qu’il ne peut accepter qu’on relègue la misère là où on ne la voit pas ! Administrateur et surtout humanisme dans toute son action !

Ex Libris, nous amène de réunions, en formations, de concerts en conférences, de réunions en discussions entre professionnels de site en site de la Bibliothèque centrale (sur la Cinquième Avenue), mais aussi celles d’autres quartiers (Manhattan, le Bronx, Staten Island). Et on retiendra ce discours de pure pensée humaniste du directeur du Schomburg (https://www.neh.gov/divisions/research/fellowship/schomburg-center-research-in-black-culture-new-york-public-library).

La New York Public Library incite à la lecture, à l’approfondissement des connaissances et est fortement impliquée auprès de ses lecteurs. Comment cet incomparable lieu de vie demeure-t-il l’emblème d’une culture ouverte, accessible et qui s’adresse à tous ? Par une vision, une action, la mobilisation de tous, un engagement, une intelligence du contexte politique et économique, une stratégie pensée et réfléchie. Une institution publique qui défend l’investissement public pour soutenir et permettre les apports de fonds privés ! Loin très loin de la vision étriquée qui défend l’idée que les fonds publics sont de l’argent gâché.

Loin d’être une utopie, c’est un monde bien réel d’accès au savoir qui se veut ouvert à tous (y compris aux sans-abris, qui viennent s’y réchauffer).

Ex Libris fait un bien fou, on ne voit pas passer les 3 heures 17, on est épaté par cette oasis au coeur de l’Amérique de Trump. Un intervenant cite d’ailleurs Toni Morrison qui dit : « Les bibliothèques sont des piliers de notre démocratie. »

On en a là, la démonstration. Ex Libris rappelle que l’Amérique possède encore les valeurs de la solidarité, de l’éducation et du partage malgré tout ce qu’un Trump saccage de sa bêtise. Mais au delà, Ex Libris New York Public Library est la démonstration de ce qu’il est possible de faire avec de l’intelligence, un projet politique humaniste et ce, quel que soit le pays !

Bibliothèques de tous les pays unissez-vous !