Nowakowskismes n°1 – Saison 2 – Pavé dans la mare aux libertés perdues 

Pour nous remettre en jambes dans une actualité très chargée, pas très joyeuse, nous allons démarrer la saison avec un pavé dans la mare, un uppercut, afin de ne pas laisser notre liberté nous échapper. Vivre en troupeau en se croyant libres, voilà le risque ! Alors des Nuages aux lois liberticides, en passant par les économies comportementales vers un oubli de l’humain ! Vous allez me dire qu’on attaque fort, mais faut-il ménager sa force face aux dérives de ce monde ! Jetons un pavé dans la mare aux libertés perdues !

Les Nudges ou les coups de pouce pas si innocents

Adopter des comportements vertueux « à l’insu de son plein gré » grâce à de petits coups de pouce psychologiques : voici le principe des nudges, une théorie  comportementale venue des États-Unis qui vient d’être récompensée par le prix Nobel d’économie attribué à Richard Thaler. La question sous-jacente est la suivante : ces incitations à « bien agir » ne sont-elles pas en train de façonner une forme de tyrannie soft ?
Le nudge est une méthode destinée à orienter les comportements sans jamais contraindre ni culpabiliser les individus. Bien conscient que, pour rester dans le droit chemin, un coup de pouce est parfois salutaire, alors pourquoi ne pas s’en remettre aux psychologues et économistes comportementalistes, qui prendraient un malin plaisir à nous manipuler en douce en jouant sur nos paresses, notre conformisme et nos émotions. Pour notre bien, cela va sans dire !
Situations vécues. Nous sommes, sur une route de campagne, à l’approche d’un virage un peu traître. Sans même nous en rendre compte, nous relâchons la pression sur l’accélérateur, bercé par un bon vieux morceau d’Harvest de Neil Young. Au sol, les bandes blanches se resserrent à l’approche de la portion dangereuse, donnant la sensation que la vitesse du véhicule augmente. Aucune interdiction de rouler à toute allure. Pas même l’ombre d’un radar pour sanctionner les excès. Simplement, d’amicales incitations à lever le pied.  À notre cantine préférée, nous ne nous rendons même plus compte que la taille des plateaux et des portions a encore été réduite, et que les fruits sont désormais présentés avant les frites. Rien n’interdit de faire une orgie de gras et de sel, mais, comme tout le monde, nous nous contentons des plats mis en avant !
Et mieux encore, dans un bureau de vote, changer d’avis au dernier moment ne serait-il pas simplement dû au fait que le bulletin NON est placé sur la table avant le bulletin OUI ?

Exploiter nos faiblesses voilà le truc !

La méthode des nudges est qualifiée par ses promoteurs de « paternalisme libertarien ». Elle a été popularisée par l’économiste Richard Thaler, de l’université de Chicago, et le juriste Cass Sunstein, professeur de droit à Harvard. Leur livre « Nudge, la méthode douce pour inspirer la bonne décision » est paru en 2008, a beaucoup plu à David Cameron et Barack Obama. Le point de départ de leur théorie est ceci : les gens ne prennent pas toujours des décisions rationnelles.
Ainsi le message « Si vous n’utilisez pas le système Eole 2.0 d’économie d’énergie, vous perdrez 300 euros » se montre plus efficace que celui-ci : « En économisant l’énergie, vous allez gagner 300 euros »
Paniers percés, colériques, apathiques, pas fichus de résister à la tentation d’acheter les chocolats placés à côté de la caisse : nous sommes plus proches d’Homer Simpson que du très rationnel homo economicus cher à la théorie économique classique. Parce qu’en fait cet Homo economicus « a des capacités intellectuelles équivalentes à celles d’Albert Einstein, autant de mémoire que Big Blue, le fameux superordinateur d’IBM, et une maîtrise de soi qui ne le cède en rien à celle du Mahatma Gandhi ». Une pure fiction, en somme. L’être humain, le vrai, préfère les donuts. Il faut donc l’en dissuader !
S’appuyant sur les travaux de Daniel Kahneman – Prix Nobel d’économie en 2002 – et du psychologue Amos Tversky, qui ont dressé une typologie des différentes erreurs cognitives que les humains commettent de manière systématique, Thaler et Sunstein cherchent à exploiter nos faiblesses. Par exemple, en jouant sur le désir de se conformer à la norme ou en misant sur notre aversion pour la perte.
Ces coups de pouce n’annulent pas la liberté de choix parce que leur influence vise un bien que l’individu aurait finalement choisi s’il n’avait pas été aveuglé par différents biais. En ce sens, la fin justifie les moyens.
Prenons le cas de l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, qui a réussi à baisser de 80 % ses dépenses de nettoyage dans les toilettes en usant d’un génial artifice : une mouche gravée dans les urinoirs a mis au défi les hommes de viser plus juste. Fiers de mettre en jeu leurs talents de francs-tireurs, ces derniers ont corrigé le tir. La philosophie du nudge c’est donc beaucoup d’efficacité à un coût nul ou réduit.
On part ainsi du principe que des experts savent le bien vers lequel les individus et la collectivité doivent tendre !
L’application systématique de cette forme originale de soft power que constituent les nudges peut bien évidemment faire craindre une dérive vers une forme de tyrannie douce. Pas de stalinisme à la sauce mentaliste levant une armée de bons petits soldats aux ordres, ou de fascisme 2.0 interdisant à ses adversaires l’accès à leur frigo connecté, mais le risque plus subtil de fabriquer une Big Mother plutôt que Big Brother. Une maman attentive qui cajole ses chérubins, nous pousse à récurer nos quenottes par le biais d’une brosse à dents intelligente, nous notifie qu’il faudrait marcher plus et limiter la consommation de pâtes à tartiner.
Une forme de contrôle à laquelle les bracelets autres goodies connectés sont déjà en train de nous préparer vers un monde bardé de machines qui ne se contentent pas de communiquer mais agissent de façon prescriptive.
À ce titre, citons l’expérience menée en 2012 par Facebook que je vous laisserai méditer : l’entreprise a manipulé les fils d’actualité de 680 000 utilisateurs pour les exposer à des posts tristes ou joyeux. Résultat : un flot d’informations positives poussent à écrire des messages plus enjoués et dessinent les contours d’un monde enchanté, qui n’incite pas à la contestation. Une avalanche de mauvaises nouvelles, en revanche, et voilà que l’humeur vire au gris.
Alors, quelle est la parade ? Les humanités numériques et militer pour que les algorithmes soient publics, et que chacun ait une petite idée de la manière dont ils fonctionnent. Aujourd’hui, les systèmes techniques sont centralisés, leurs mécanismes dissimulés. C’est en ouvrant le ventre des machines que l’on peut révéler les conditions d’exercice du pouvoir. Et donc de sa contestation. Car ce n’est pas tant la technique qui aliène l’humain que l’humain qui aliène la technique, et, en l’effaçant du monde, s’aliène du monde lui-même !

 

Quand  la liberté s’éteint dans le silence absolu de l’ignorance et de la désertion !

L’Assemblée nationale a adopté, mardi 3 octobre, le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. Ce faisant, l’assemblée nationale en faisant entrer l’état d’urgence dans le droit commun a ainsi choisi de sortir la France de l’État de droit.
Un État de droit est celui dont le droit protège n’importe lequel de ses résidents de l’arbitraire de l’État. C’est un État mis à l’abri de l’absolutisme administratif ou policier. C’est un État où l’État est subordonné à des règles de droit qui lui sont supérieures et qui s’imposent à son action. C’est un État dont les citoyens sont en sûreté parce qu’ils sont assurés de ne pas être livrés aux abus de pouvoir étatiques. C’est en somme un État où l’État ne fait pas la loi.
Cela dit, depuis ce 3 octobre 2017, la France n’est plus un État de droit parce que l’exception y est devenue la règle. Désormais, l’État, autrement dit ses préfets, son administration, sa police, pourra n’importe quand, n’importe où et contre n’importe qui, en prétextant du terrorisme, mettre en cause notre liberté de circulation, notre liberté de culte, notre droit à l’inviolabilité du domicile, notre droit à l’égalité devant la loi. Et surtout le faire sans avoir à s’en justifier ou à en répondre devant un juge indépendant, dont la décision pourrait l’entraver ou le sanctionner.
Ainsi l’Assemblée nationale (415 voix contre 127) a désormais acte une loi des suspects. Sur de simples soupçons policiers qui, dans un véritable État de droit, seraient totalement insuffisants pour qu’ils se le permettent, l’administration étatique et son bras armé policier pourront dorénavant s’en prendre à un individu, l’immobiliser, l’entraver, le cibler, l’isoler, le mettre à part et à l’écart, bref le persécuter. Seuls juges du prétexte, le terrorisme, ils pourront, demain, après-demain, en étendre la notion, sans entraves aucune, au gré des émotions populaires et des idéologies dominantes.
La loi votée autorise en effet l’État, son administration, sa police, en dehors de tout contrôle judiciaire, à obliger un individu à « résider dans un périmètre déterminé », c’est-à-dire à ne plus pouvoir en bouger, à le frapper d’une « interdiction de paraître » dans un lieu précis, à soumettre son intimité domestique et familiale à des « visites domiciliaires », soit des perquisitions permettant des saisies, à étendre contrôles d’identité, fouilles de bagages et de véhicules à de vastes « périmètres de protection ». Et ce n’est là qu’un résumé succinct !
Aussi inconscients qu’égoïstes, aveugles aux autres et ignorants du passé, les apprentis sorciers qui ont ouvert cette boîte de Pandore liberticide se rassurent en se disant non concernés. Après tout, ne s’agit-il pas de combattre le terrorisme, ses crimes et ses réseaux ? C’est l’argument de l’urgence qui, prise pour l’essentiel, en vient toujours à perdre de vue l’urgence de l’essentiel – autrement dit des principes. C’est surtout l’argument aussi éculé que lâche de la fin qui justifie les moyens, au nom duquel, sous toute latitude, tout régime et toute époque, les libertés ont toujours été passées par pertes et profits.
« Je considère que je n’ai pas à avoir peur des moyens de lutte contre le terrorisme parce que je ne me sens pas terroriste », a déclaré le porte-parole du gouvernement ! Phrase terrible, qui résume ce sacrifice de l’idéal démocratique sur l’autel du terrorisme. Phrase aveugle, de gouvernants prêts à piétiner les libertés des autres pour tenter de justifier leur pouvoir.
Qui oserait garantir que, sous ce pouvoir ou, après lui, sous un autre, ajoutant à l’obsession sécuritaire des obsessions idéologiques, autoritaires, identitaires, xénophobes, discriminatoires, etc., ce ne seront pas les militants de toutes les causes minoritaires, dissidentes et nouvelles, celles où s’inventent et se revendiquent des droits nouveaux, qui seront les victimes indistinctes de cet état d’urgence devenu permanent ?
Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles ! Ignorance de l’histoire, on peut simplement dire qu’avec une telle loi si un pouvoir d’extrême droite s’installe un jour, la France serait dans une situation extrêmement difficile en matière de libertés. Un tel pouvoir n’aurait absolument rien à ajouter à ce texte.
L’Histoire nous a appris que l’introduction de dispositions liberticides est une gangrène qui finit par contaminer tout le corps légal, institutions, administrations, gouvernements.
On peut citer cette mise en garde d’un membre du Conseil d’État : « Dès qu’une atteinte aux libertés apparaît, elle fait tache d’huile, elle est progressivement appliquée au-delà des limites fixées au début, quelles que soient les promesses, les barrières et les hésitations, et à d’autres que ceux qui étaient initialement visés. Il arrive même qu’elle s’institutionnalise et que, fruit de l’urgence, elle devienne permanente. » C’était en 1975 !
Comment ne pas interroger le silence collectif, abyssal, qui accompagne ce saut dans l’inconnu ?
Pas un écho, pas un regret, pas une nuance, pas une réserve, pas un recul.
Interpellons l’indifférence, cette passivité massive, qui l’a permis. N’est-elle pas du même ordre que celle qui s’accommode de la détresse des migrants, réfugiés et autres exilés ? Cette indifférence à l’autre, au différent, au suspect bref au lointain, tandis que nous nous replions sur nous-mêmes ? Comme si nous n’étions pas concernés, sinon par le souci de nous protéger, coûte que coûte.
De grandes sagesses philosophiques nous ont pourtant enseigné, notamment après les catastrophes européennes du siècle passé, que le meilleur chemin vers le prochain, c’est le souci du lointain. Que le souci de l’autre mène à soi-même. Si je ne suis pas au rendez-vous des libertés des autres, je ne serai pas au rendez-vous des miennes. Si je laisse mettre en cause des droits fondamentaux, au prétexte de prévenir une menace qui me serait étrangère, je découvrirai, un jour ou l’autre, que j’ai ainsi renoncé à mes propres droits.

 

Économies futures et posthumaines

Le mot économie se voit rarement associé à celui d’imaginaire. Pourtant, le domaine n’a pas été épargné par quelques spéculations remarquables mais encore discrètes.
Au cours des dernières décennies, on a pu voir se développer tout un ensemble de thèmes futuristes qui se trouvent au confluent de trois idéologies qui dépassent largement le thème de l’économie, le « futurisme extrême », le transhumanisme et le singularitarisme. Pour ce qui est des récits touchant à l’économie, nous nous sommes souvent tournés vers les utopies politiques, l’anarchisme, une « théorie du tout ».
Tout d’abord quelques références ! En premier, le curieux Chaîne autour du Soleil (1953) de Clifford D. Simak (nous avons déjà parlé de cet auteur dans les Nowakowskismes, c’était pour son roman Demain les chiens), qui se penche sur les conséquences de la gratuité universelle dans un monde aux abois, parce que des objets, des voitures, deviennent tous inusables, tous éternels,… l’industrie, l’équilibre politique, … vacillent !
Puis, c’est avec les cyberpunks des années 80 que les écrivains prêtent davantage d’attention aux aspects économiques de leurs mondes imaginés. Bruce Sterling met en oeuvre, dans La Schismatrice, une multitude de systèmes d’échanges divers et variés : si la monnaie « officielle » est le kilowatt, les différents groupes marginaux ou criminels du système solaire utilisent d’autres étalons économiques, par exemple des « heures de service sexuel », des drogues ou des composants d’ordinateurs…
Les choses deviennent plus sérieuses avec Neal Stephenson, un des rares auteurs de SF réellement impliqué dans les technologies numériques, qui mentionne, lui, une monnaie virtuelle dans son ouvrage Cryptonomicon.
Mais c’est Charles Stross qui, dans son roman Accelerando, se montre le plus audacieux dans la description d’une économie entièrement dirigée par des algorithmes. Il semble ainsi prévoir l’existence de compagnies entièrement robotiques, préfiguration des DACs (Digital Autonomous Corporations) contemporaines, ces entreprises « robotiques » fonctionnant indépendamment de l’intervention humaine : « Chacune de ces entreprises – et il en existe actuellement plus de seize mille, même si ce nombre croît de jour en jour – possède trois directeurs, chacun dirigeant à son tour trois autres compagnies. Chacun d’eux exécute un script rédigé dans un langage fonctionnel ; les directeurs donnent leurs instructions à leur compagnie, instructions qui incluent l’ordre de transmettre celles-ci à leurs enfants. Concrètement, il s’agit d’un troupeau d’automates cellulaires, comme les cellules du Jeu de la vie de Conway, juste en plus complexe et avec plus de puissance de calcul. »

Pour entrer dans les détails cet imaginaire, je vous invite à mon cours de L3, entre les vacances de Toussaint et celles de Noël. (parenthèse)

Pourtant, au fur et à mesure que le roman avance, cette économie algorithmique devient de plus en plus complexe et difficile à comprendre : c’est l’économie 2.0, « un ensemble d’algorithmes d’allocation de ressources déterministes de qualité supérieure », qui dépasse vite les compréhensions d’être humain non augmenté. Et encore, peut-il s’agir encore d’un être humain ? Une autre citation : « Prenez un être humain, fixez-lui dessus des extensions qui lui permettent de tirer pleinement partie de l’Économie 2.0 et la conséquence immédiate est de briser la chaîne narrative de leur conscience, remplacée par un simple fichier journal listant requêtes et transactions entre divers agents ; le processus est incroyablement efficace et souple, mais cela ne correspond plus vraiment à la définition généralement admise d’un être humain conscient. »
Stross n’a pas fait mystère de ses sources d’inspiration pour Accelerando : elle sont du côté de l’extropianisme. Même si Stross ne se considère absolument pas comme un extropien ou un singularitarien. L’extropianisme est connu pour combiner les idées transhumanistes et les thèses libertariennes, vers une foi dans le progrès illimité grâce à la science et aux techniques : « L’humanité me semble un commencement, mais pas le dernier mot ! »
Dans sa vision de l’économie 2.0, Stross a été influencé par un article abondamment discuté par les extropiens , « If Uploads Come First » écrit par Robin Hanson. La thèse de Hanson est que les premières formes de posthumanité seront constituées d’esprits « uploadés », téléchargés à l’intérieur d’un ordinateur. Hanson s’intéresse de près à l’économie « posthumaine » qui régira la vie des uploads. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la vie ne sera pas forcément rose pour bon nombre d’entre eux. En effet, vivre dans un paradis virtuel n’est pas si simple : il faut payer la facture d’électricité, la bande passante, etc., pour continuer à vivre correctement, c’est-à-dire accéder au maximum de ressources computationnelles. De plus, il faudra compter avec une explosion de la population virtuelle, les uploads n’hésitant pas à se copier plusieurs fois pour réaliser différentes tâches. Au final, il y aura des riches, disposant d’une plus grande puissance de calcul et donc capables de vivre leur vie virtuelle bien plus rapidement, tandis que des « pauvres », beaucoup plus lents, se trouveront de plus en plus éloignés des centres d’activité de la société…
Ben mince alors … mêmes uploadés, les humains ne sont pas fichus de construire un monde accueillant permettant à tous de « vivre » (entre guillemets) libres et égaux ! Mais ceci est une autre histoire…

Et la bonne nouvelle est que si vous voulez voir Blade Runner, regardez à nouveau, et uniquement, celui de 1982 !

Il a donc fallu attendre trente-cinq ans pour voir un deuxième Blade Runner. Un laps de temps considérable évidemment justifié par le fait que le film de Ridley Scott se suffisait à lui-même. Et la bonne nouvelle est que si vous voulez voir Blade Runner, regardez à nouveau, et uniquement, celui de 1982 !
Le but n’est pas de comparer, j’étais parti confiant, j’avais vu passer quelques critiques qui semblaient être positives… donc curieux, et sans a priori, j’y suis allé !
Nous voici donc en 2049. En 35 ans, la société a changé, il y a eu un Black out, … des énigmes qu’on espère voir s’éclaircir. Une nouvelle entreprise toute-puissante, qui a remplacé Tyrell Corp., la Wallace Corporation, dirigée par un démiurge aveugle (Jared Leto), a perfectionné l’élaboration des « réplicants », ces androïdes presque humains, parfois plus qu’humains. En attendant de savoir si ces nouveaux esclaves exceptionnels perdureront, certains anciens réplicants sont jugés dangereux ! Chargé de les traquer et de les éliminer, l’officier d’élite K (Ryan Gosling) est un « blade runner » au service d’une force d’intervention spéciale. Le film débute sur une mission, il survole, dans sa Peugeot volante, une colonie désertique et se pose près d’une ferme où l’on aperçoit, sur le toit d’une serre, une inscription en simili-cyrillique…
Voilà, … ça pourrait bien ! Mais à partir de là, on entre dans un interminable film, mêlant des histoires sans queue, ni tête, avec de longs plans boursoufflés sur les vues d’un Los Angeles tentaculaire. La musique comme un remix du Vangelis de 1982 écrase, avec des pouet-pouets et des sons de cornes de brume .. Mais alors l’histoire ? Et bien, rien, … un salmigondis sans histoire, creux et boursouflé ! là où le premier Blade Runner questionnait tout en finesse ce qui fait l’humain ! Bien sûr, une débauche de numérique pour construire un décor des plus réaliste, bien sûr, un méli-mélo de références aux peurs du moment, transhumanisme, les robots qui seront plus humains que les humains, le ridicule de la mise en scène d’un lutte sociale … et un montage ampoulé, long, où le vide n’est que vide ! On est loin de la maîtrise du temps d’un Kubrick ! Et bien sûr, le pompon, avec les retrouvailles avec Rick Deckard (Harrison Ford) dans un Las Vegas détruit, radioactif ? et un ridicule retour d’une Rachel pré-fabriquée !
Autant dire que l’ensemble boursouflé et long, cherchant dans le cérémonieux et une pseudo-démesure une forme de hauteur qu’il n’atteint jamais, est tout simplement à fuir !  Sombre, plongé perpétuellement dans la nuit ou baignant dans un crépuscule, avec un scénario mangeant à tous les râteliers sans réussir à donner du sens au tout, j’aurais aimé y trouver là une vraie poursuite de cette réflexion sur cette question de ce qui fait de nous des humains, l’autre, que le meilleur chemin vers le prochain, c’est le souci du lointain. Que le souci de l’autre mène à soi-même. Un vision politique ! Et peut-être aller voir du côté de Mary Shelley, dans lequel la créature est repoussée puis traquée par les humains, honteux d’avoir créé une chose si imparfaite, alors qu’il faut accueillir le monstre fait d’humain dans la société humaine plutôt que le cacher à sa périphérie. À méditer !
Si je peux me permettre un conseil, gardez votre abonnement au cinema pour un autre film ! Et restez chez vous, revoyez Blade Runner, relisez K. Dick, ce sera bien mieux !