JIPES – Journées Inutiles pour la Pédagogie dans l’Enseignement Supérieur, un anti compte-rendu

Nous sommes plusieurs centaines, pour deux journées dédiées à la pédagogie dans l’enseignement supérieur. Venus de toute la France, et d’ailleurs, c’est LE rendez-vous, de la rentrée, on se retrouve, ceux qu’on n’a plus vu depuis quelques mois, ou qu’on n’a plus vu, tout simplement parce qu’on n’a pas été convié à ces grandes communions de ce petit conglomérat ministéro-universitaire.
Evidemment, il y a les stars, ceux et celles qui, en traversant le champ de la pédagogie universitaire acquièrent une masse, et puis il y a les photons, ceux qui passent, et ne troublent en rien ce champ de la pédagogie universitaire.
Aujourd’hui, pédagogie universitaire rime automatiquement avec innovation pédagogique, mutation pédagogique, personnalisation, accompagnement, implication des étudiants, … l’enseignement universitaire bouillonne de cette cuisine lexicale et les marmitons du ministère courent, s’exécutent, génuflexionnent à qui mieux-mieux, ce sont les journées NATIONALES de la Pédagogie dans l’enseignement supérieur.
À 300, ou 500, … je ne sais pas ! Évidemment, qu’on crie bien fort les mots magiques de l’innovation, n’empêche en rien d’entasser ces centaines de personnes dans un amphithéâtre pour l’inoxydable discours de bienvenue, et LA conférence introductive faite par le ou la spécialiste du moment, en magistral bien sûr, avec ses dizaine de diapositives PowerPoint. Mais c’est le début, tout le monde est en forme, la communauté en réunion pour cette communion de tous ces innovateurs.  Bien sûr, 1 personne sur deux a déjà le nez, qui dans son téléphone, qui dans son ordinateur et, à la manière de nos étudiants, basculent d’une fenêtre à l’autre, entre prise de notes, et réseaux sociaux, et courriels à traiter en ce début de semaine. La dame termine son exposé, magistral, pas de questions évidemment, et c’est le temps du moment vivant et dynamique de la matinée, …., je vous le donne en mille, …, la table ronde ! Je me demande d’ailleurs pourquoi on appelle cela table ronde, parce qu’elle n’a rien de rond, ni dans sa topologie, ni dans son organisation. Animée par une journaliste de renom, nos intervenants alignés dans leur table ronde vont commencer à s’exprimer chacun leur tour sur le thème, « Les besoins des apprenants sont-ils les défis des institutions ? » Moi, ça m’a immédiatement rappelé la scène du conseil de classe dans le film, Le péril jeune de Klapisch, et chacun se met alors à parler de ce qu’il fait, du jeune, des stratégies inédites mises en place, des observations faites, et encore du jeune, et des générations Y et Z, … et là, entre banalités et égos surdimensionnés, généralités abusives et caricatures de la pensée, l’angoisse m’envahit, l’angoisse du sens de notre être dans cet amphithéâtre-monde de la pédagogie universitaire – entropie maximum, rapport signal sur bruit à sa valeur minimale. J’ai décroché, mon esprit a décidé de s’échapper.
Retour pour le déjeuner, avec l’éternel buffet froid debout, à faire la queue pendant une éternité et partir en quête de quelques marches d’escaliers inoccupées pour s’accroupir et tenter de manger quelque chose sans en mettre partout.
Et c’est reparti, je vous passe l’innovation de l’après-midi qui est de laisser un temps libre pour permettre d’aller à la rencontre de posters, ou de tables vides, ou d’écrans animés présentant des innovations pédagogiques avant d’assister à la remise de prix. Et ça se termine sur un cocktail. En tant que photon, je n’ai pas interagi avec le champ de la pédagogie universitaire.
Et c’est maintenant le deuxième jour, et, bien sûr il faut remettre tout le monde dans le bain, affuter les idées, réactiver les neurones pour que cette journée soit productive – que les idées fusent ! Rien de tel qu’un bonne table ronde pour cela ! Avec un thème qui percute ! “Quelles évolutions pertinentes ou nécessaires ?” Qu’imaginez-vous qu’il en sortit ? Rien ! À croire que la pensée, les recherches, le travail de veille et de curiosité, le sens critique, les réflexions argumentées – tout ce qui devrait là – avaient déserté l’amphithéâtre-univers champ de la pédagogie. Entre « moi j’ai », et « chez moi on fait », et puis « il faut » et « ce qu’il serait bien », et …. appuyés bien sûr par les titres ronflants bien évidence sur la diapositive tapissant le mur du fond.
Après ce bouillonnement de jus de cerveau, le point d’orgue, le moment d’élévation, de mise en actions de la pensée, le temps de co-construction, les ateliers, 6 ateliers en parallèle pour faire de cette co-construction les conditions d’une explosion d’idées, de réflexions, de pistes de travail, … J’ai choisi l’atelier « Quel accompagnement des enseignants pour assurer la diversification et la personnalisation des parcours et des pratiques ? » L’accompagnement des enseignants-chercheurs, pour qui ? pour quoi ? (attention c’est important d’écrire en deux mots), ? Comment ? … et je ne sais plus le reste ! Entre celui qui monopolise la parole, celle qui veut se faire remarquer, celui qui fait de l’esprit, celle parle de ce qu’elle fait chez elle, …. et des habituelles remarques concernant la pédagogie, sur les sciences de l’éducation, le sacro-saint manque de temps, …. tous ces experts ne démentent en rien ce que la sagesse des foules démontrent, c’est qu’on ne serait pas moins bête au café en bas de chez moi, et je suis même sûr qu’on serait même bien meilleurs parce que capable de créer un champ générant des interactions, provoquant des chocs qui produiraient des idées nouvelles, comme lorsqu’on voit apparaître des nouvelles particules dans une chambre à bulles d’un collisionneur.
Et, là, alors que j’écris ces mots, c’est la table ronde dédiée aux « Et maintenant, on fait quoi ?» qui se déroule. Je ne suis pas dans l’amphithéâtre-univers, j’ai décidé de me placer dans un univers parallèle connecté par une liaison vidéo échantillonnée large, j’entends parler de numérique, de transhumanisme, de véhicules autonomes, de pédagogie, de disparition et là j’ai peur ! Hors l’amphithéâtre-monde, la logistique oeuvre au démontage des tables des buffets, les thermos à café sont regroupés dans un coin, un petit troupeau d’êtres mécaniques, je profite d’une table encore debout pour écrire mes mots, les JIPES 2017 se terminent, que restera-t’il de tout cela ? J’ai peur qu’il ne reste rien d’autre que ces quelques fruits sur ce plateau oublié sur une table non encore démontée.