Sons de Nowakowskismes

Nowakowskismes n°16 – 42
Blackened waters – Zakk Wylde
Pantera – 10’s
Bruce Springsteen – Dancing In the Dark

Nowakowskismes n°15 – Asimovismes
Red Hod Chili Peppers – Wet sand
King Crimson – Epitaph
Black hole sun, Chris Cornell

Nowakowskismes n°14 – Je suis d’ailleurs
Woody Guthrie, All You Fascists Bound To Lose
Joni Mitchell – Little Green
Donovan – Catch the wind
Metallica – Call of Ctulluh

Nowakowskismes n°13 – le long maintenant
Bob Dylan – Blind Willie McTell
PJ Harvey – In the dark places
Nick Cave – Jubilee Street

Nowakowskismes n°12 – Punk’s not dead !
Sex Pistols – Anarchy in the UK
Les Ramones – Blitskrieg pop
Wire – I don’t understand

Nowakowskismes n°11 – Cristal qui songe
Monster Magnet – Crop Circle
Python Lee Jackson avec Rod Stewart – In a broken dream
Graham Nash – Sleep song

Nowakowskismes n°10 – demain le travail
Corey Taylor – ZZYZX Road
Cream – Sunshine of your love
A perfect circle – Imagine

Nowakowskismes n°9 – la carte n’est pas le territoire…
Bjorn Berge – NIB
Les Beatles – Tomorrow never knows
TINARIWEN – TOUMAST TINCHA

Nowakowskismes n°8 – Being Human Being
The Stooges – Gimme Danger
ACDC – Live Wire
Joe Jackson – Steppin’ ou

Nowakowskismes n°7 – bienvenue en Numérie
Led Zeppelin – Gallows Pole
Jethro Tull – Reasons for waiting
Dave Matthews Band, Where are we going?

Nowakowskismes n°6 – Technos or not technos
Smashing pumpkins – Porcelina and the vast ocean
The haunted – Abysmal
Changin’ of the guards de Patti Smith
The sound of silence – Simon & Garfunkel

Nowakowskismes n°5 – Prévisions, prédictions et Algorithmes
Mamas and the papas – California dreamin’
Spooky tooth – I am the walrus
Living color – Ignorance is bliss
Jimi Hendrix – Drivin’ south

Nowakowskismes n°4 – Mémoires
PJ Harvey – Meet ze monsta
Cure – A strange day
Stevie Wonder – Superstition

Nowakowskismes n°3  – parlons pédagogie …
Jimi Hendrix Expérience – Are you experienced ?
Supertramp – Fool’s overture
Metallica -Master of puppets
The doors – Crystal Ship

Nowakowskismes n°2 – Uchronies
Frank Zappa – Bobby Brown
The clash – London Calling
Pearl Jam – Black
Frank Zappa – Sexuel harassement in the work place

Nowakowskismes – n°1 – Traces
Judas Priest – You’ve Got Another Thing Comin’
The who – Behind blue eyes
Sweet child o’ mine de Captain Fantastic

Nowakowskismes n°16 – 42

Ce soir, pour la dernière des Nowakowskismes, nous allons bien sûr parler du numérique, du numérique et de son impact sur nos vies, le numérique comme redécouverte des communs, du partage et la nécessité de redéfinir la liberté.  « La liberté, qui n’est pas la libre jouissance d’une ressource qui se raréfie par l’action même des individus qui sont censés en prendre soin, mais qui est la mise au point de jeux coopératifs favorisant la création de richesses partagées. » Et puis, à la veille de l’été, c’est avec le guide du voyageur galactique de Douglas Adams que nous finirons cette première saison des Nowakowskismes. Alors pour commencer petit retour dans une tragédie en trois actes, et trois principes à ne pas oublier.

Tragédie 

Elle se déroule depuis 10.000 ans dans les domaines de l’agriculture, des pêcheries, et de la plupart des activités humaines dépendantes des ressources de la biosphère.
Premier acte : il y a plusieurs milliers d’années, les groupes humains, chacun selon son système de représentations, mettent au point par tâtonnements successifs les modalités d’accès aux ressources dont leurs vies dépendent, puis définissent des principes de transférabilité de ces droits d’accès, et de répartition des fruits tirés de ces ressources.
Deuxième acte : arrive le 19e siècle et la révolution industrielle. Ces droits et modes de gestion coutumiers paraissent désuets, il est décidé en haut lieu de « libérer les ressources » afin « d’ouvrir des marchés » au dynamisme des entrepreneurs.
Troisième acte : arrive la fin du 20e siècle et le début de la crise écologique. Il devient difficile d’ignorer que les idéologies du libre accès et du progrès industriel ont surtout permis la dévastation des ressources en très peu de temps. Il est donc de nouveau décidé en haut lieu de « remettre de l’ordre » dans tout cela, la plupart du temps sans réglementation étatique, néolibéralisme oblige ! On fait appel à des instruments « du marché » : quotas, permis, droits que tout un chacun peut vendre et acheter à loisir. Le résultat est immédiat : les gros acteurs achètent la liberté de continuer la surexploitation des ressources, les petits acteurs disparaissent, les ressources continuent de se raréfier.
Nous en sommes là.
Les exemples de prédation de ces ressources immatérielles par des individus et organisations sans scrupules, pullulent. L’exemple le plus ironique est peut-être celui des logiciels libres de l’infrastructure du Bitcoin dont le pillage aboutit à remplacer un système d’exploitation financière par un autre. C’est alors le principe de réciprocité de l’effort qui n’est jamais respecté : le travail bénévole de quelques-uns aide la plupart des autres à s’enrichir (souvenez-vous le digital labor, les travailleurs invisibles).
La liberté promise devient ainsi surtout celle d’exploiter son prochain sans contrepartie, ce qui sied finalement parfaitement à la logique des entreprises capitalistes. Et oui, le laisser-faire, c’est bien d’abord la loi du plus fort.
Tout cela s’appuie également trois principes.
Un premier qu’il ne faut pas oublier et qui s’applique à tous les outils de l’homme ! Qu’on le veuille ou non, l’outil INTERNET, le numérique est là, agissant sur les perceptions du monde, sur notre présence au monde, sur notre être, toujours dans ce qui est structurel de nos outils – le Pharmakos, détaillé par Platon et repris par Bernard Stiegler qui exprime le fait que dans tout outil se côtoie ce qui émancipe et ce qui détruit – que tout remède est également poison ! Et l’INTERNET n’échappe pas à cela !
Le deuxième est que le discours standard numérique rime avec dématérialisation. Or il faut nous rendre à l’évidence – dématérialisation n’est qu’une surface qui cache une réalité qui n’a rien d’immatériel ! Rappelons que notre environnement numérique est essentiellement matériel. Il n’existerait pas sans les câbles sous-marins, les terres rares, les minerais, les data centers,… Ils sont tout simplement nécessaires au fonctionnement de l’économie du numérique. Nous sommes en effet bien loin de la dématérialisation affichée en façade. De plus, quoi qu’on en dise en surface, cette économie du numérique repose essentiellement sur des modèles formels anciens et centralisés tant dans la distribution que dans son organisation – sommes-nous réellement sur de nouveaux modèles ou notre technologie n’est-elle là que pour optimiser les processus anciens de la production, de l’éducation, de la citoyenneté pour ne citer qu’eux ?
De plus, aussi moderne soit-elle, son impact écologique est désastreux ! Par exemple, l’économie numérique consomme davantage d’énergie que l’ensemble du secteur de l’aviation.
Le troisième principe vient des questions que nous pouvons nous poser sur l’adéquation entre les concepts et les mots que nous employons et la réalité du monde moderne, d’un XXIème siècle qui remet en questions bon nombre de concepts de base de la société et les mutations et transitions à l’oeuvre. Tout cela pouvant se résumer en une question : et si les mots et les concepts que nous utilisons étaient inopérants pour décrire les mutations en cours ? Tous les espaces, tous les concepts que nous manipulons, de l’école à l’éducation et la formation, tout cela repose encore sur des bases issues du XIXème siècle ! Pour s’en convaincre, il suffit juste de regarder autour de nous – ville, rues, supermarchés, consommation, scolarisation, démocratie, …. tout ce qui balise notre société est issue d’un siècle qui n’a plus rien à voir avec ce qui est dans ce siècle naissant. Le monde est en mutation et une part de cette mutation est due à la dimension numérique de ce monde – un monde ubiquitaire, distribué, connecté. Un outil qui fait des humains, des êtres connectés, nomades, qui établissent de nouveaux rapports au temps et à l’espace, à l’action, à l’engagement, au travail, au corps. Quand presque un humain sur deux est connecté au réseau, quand quasiment chaque recoin de la Terre est connecté et connectable, quand cette connectivité s’est installée dans toutes les cultures, tous les pays, toutes les sociétés humaines, … et que nous continuons à penser le monde avec des concepts issus d’un temps dans lequel tout cela n’existait pas…
Alors quelles mutations ? quelles ruptures ? Quelles vigilances ? Quels modes pour quels usages ?

Le décor étant planté, entrons un peu plus profondément dans les conséquences de tout cela, et surtout dans ce que nous ne soupçonnons pas ! Vers peut-être une prise de conscience ?

La face cachée du numérique 

Internet représente plus de 7 % de la consommation électrique mondiale, en croissance de 12 % par an. Une simple recherche Google nécessite la même dépense énergétique que celle nécessaire à l’ébullition d’un demi litre d’eau.
En France, l’infrastructure numérique consomme annuellement la production de 9 réacteurs nucléaires, soit 13 % de l’électricité nationale.
Dans le même temps, la sophistication croissante des machines rend nécessaire l’utilisation de métaux aux propriétés de plus en plus spécifiques, et donc de plus en plus rares. Aux désastres environnementaux liés à l’extraction minière s’ajoute l’impossibilité de recycler ces métaux, utilisés le plus souvent de manière intriquée, à des échelles nanométriques.
Encore quelques chiffres ! Moins de 25 % de la masse d’un smartphone ou d’un ordinateur ultra-plat sont recyclables. Environ 5 % sont effectivement recyclés lorsque l’objet est orienté dans la bonne filière. C’est rarement le cas puisque 30 à 60 % de nos déchets électroniques sont exportés illégalement à l’étranger, principalement au Ghana, en Chine, en Inde et au Niger.
Lorsque l’on porte son regard sur les modes d’assemblage ou de recyclage de l’informatique, il devient évident que les « libertés numériques » des 3,5 milliards d’utilisateurs d’internet reposent sur une main-d’oeuvre soumise à des conditions de travail proches de l’esclavage.
Or, en dépit des discours récurrents sur la responsabilité sociale des entreprises ou l’informatique verte, l’industrie semble enfermée dans une fuite en avant non seulement irresponsable au plan écologique, mais également extrêmement préoccupante pour les droits et libertés. Qu’il s’agisse du big data ou des promesses mirobolantes de l’informatique quantique, la démultiplication des capacités de collecte, de stockage et de calcul s’accompagne nécessairement d’une spectaculaire aggravation de l’inégalité dans le contrôle des ressources informatiques. Et ça se joue entre, d’un côté, les grandes bureaucraties publiques et privées, héritières du « contrôle-commande » et partenaires ou initiatrices de la censure et de la surveillance des communications et, de l’autre, les citoyens.
Au regard de ces enjeux entremêlés et face au risque prévisible d’effondrement écologique, il est urgent de construire des alternatives durables aux outils et services que nous fournit l’appareil techno-scientifique dominant.
Une vraie politique responsable suppose donc d’élargir la critique du numérique tout en oeuvrant à une désescalade technologique à même de nous émanciper.
À court terme, un tel projet suppose tout d’abord d’organiser, aux différents stades de leur élaboration et de leur mise en oeuvre, l’opposition aux politiques de recherche qui, sous couvert d’encourager « l’innovation » (je déteste ce mot) et le « progrès », ne font que renforcer les logiques écocides et liberticides propres au capitalisme informationnel — par exemple, en contribuant à la prolifération des objets connectés ou des technologies de surveillance.
À l’inverse, il s’agit d’encourager les travaux émergents des chercheurs et ingénieurs sur la sobriété des équipements, protocoles, services et logiciels qui sous-tendent l’infrastructure numérique ; d’oeuvrer à la re-localisation de la production ; de prendre au sérieux la question de l’obsolescence des objets ; bref, de rendre possible et désirable l’avènement d’un internet low-tech, sans doute plus lent, mais beaucoup plus pertinent, durable et résilient, fondé sur des machines aux fonctionnalités simplifiées, contrôlables et réparables par les utilisateurs.
Il faut aussi aller plus loin que la simple promotion des logiciels libres et des alternatives décentralisées aux services dominants, pour réfléchir à la manière dont se réapproprier l’ensemble de l’infrastructure numérique. Les initiatives en faveur d’une gestion associative ou coopérative de l’hébergement, de la fourniture d’accès à internet ou du réemploi du matériel informatique dessinent des pistes intéressantes pour oeuvrer à une maîtrise locale, démocratique et en « circuit court » de nos outils de communication.
Sur le plan des usages enfin, il s’agirait de faire le tri, d’engager un débat sur les pratiques informatiques que l’on souhaite préserver et cultiver, surtout en tant que véhicules d’expressions citoyennes ou artistiques, de solidarités renouvelées, de partages de savoirs.
Ce ne sont là que quelques esquisses des lignes de front possibles d’une politique capable de redonner sa cohérence à la défense des libertés à l’ère numérique, tout en contribuant au renforcement des convergences humanistes. Pour faire en sorte que l’idée d’internet — celle d’un réseau de communication mondial et acentré — puisse survivre au système techno-capitaliste qui se l’est approprié.

Pour finir et entrer dans la nuit, et avant cette période d’absence de Nowakowskismes à venir, ce dernier numéro, le dernier de l’année universitaire – en dégustant un pan-galactic gargle blaster. Vous ne connaissez pas ? On raconte que « cette boisson a un effet très violent, comparable à celui d’avoir le crâne heurté par un gros lingot d’or entouré d’une rondelle de citron ». Son créateur, Zaphod Beeblebrox, a donné le meilleur des conseils : ne jamais en boire plus de deux.
Voici la recette tirée du guide du voyageur galactique – H2G2 – HitchHiker ’s Guide to the Galaxy !

Prendre le contenu d’une bouteille d’Esprit d’Nos-Aïeux
Y verser une mesure d’eau des océans de Santraginus – ah cette eau santriginusienne ! Ces poissons santraginusiens !
Faire fondre dans cette mixture trois cubes de megagin arcturien (il doit être bien frappé, faute de quoi le benzène s’évapore)
Faire barboter le tout dans quatre litres de gaz des marais éphésiens, en souvenir de tous ces joyeux randonneurs morts de plaisir en sillonnant les marais d’Ephèse
Poser sur le dos d’une cuillère d’argent une mesure d’extrait d’hypermenthe bleue, chargée de tous les parfums entêtants de ces sombres zones bleues aux mystiques et douces fragrances
Jeter dans le tout une dent de tigre du soleil algolien : admirez comme elle se dissout en baignant le breuvage des feux des soleils algoliens
Saupoudrez de Zemfir
Ajoutez une olive.
Consommez mais très prudemment

et surtout, nous sommes dans le moment idéal pour finir cette émission et aborder le cas du nombre 42 !
Imaginez ! Un peuple extraterrestre hyper-intelligent et pan-dimensionnel crée le plus puissant ordinateur de tous les temps baptisé Pensée Profonde. Il lui demande la réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste. Après 7,5 millions d’années de réflexion, l’ordinateur donne enfin sa réponse, pour le moins mystérieuse : 42. Il précise : « J’ai vérifié très soigneusement et c’est incontestablement la réponse exacte. Je crois que le problème, pour être tout à fait franc avec vous, est que vous n’avez jamais vraiment bien saisi la question ».
Cette histoire est tirée du guide du voyageur galactique (H2G2) de Douglas Adams paru en 1978 et point de départ d’un culte planétaire. Mais pourquoi 42 et pas 51 ou 107 ? Qui était Douglas Adams ? Une chose est sûre, un petit point s’impose pour comprendre, non pas le sens de la vie mais le véritable (non-)sens du nombre 42…
Douglas Adams est né en 1952 et est mort le 11 mai 2001 (à 49 ans) à Santa Barbara. Il était à la fois écrivain, informaticien, créateur de jeux vidéos et humoriste. Ceux qui l’ont connu le décrivent comme un être extrêmement gentil, totalement excentrique, particulièrement intelligent et irrésistiblement drôle. Un être à part qui percevait l’absurdité du monde avec humour et affection.
Le Guide du voyageur galactique paraît en 1978 sous la forme d’un feuilleton radiophonique humoristique. L’histoire commence lorsque le terrien Arthur Dent apprend que la Terre va être pulvérisée dans quelques minutes car elle est sur la trajectoire d’une voie express hyperspatiale. Il survit grâce à son meilleur ami, un extraterrestre autostoppeur. Ils atterrissent sur un vaisseau appelé Coeur en or et aident le président de la galaxie à trouver la réponse à la grande question sur le vie, l’univers et le reste.
De l’absurdité, de l’humour, de la science-fiction, de l’informatique : cette histoire avait tout pour plaire. Le succès est immédiat et fulgurant, à la grande surprise de son auteur lui-même. Dès 1981, Douglas Adams devient une légende qui a déjà son fan club. L’oeuvre sera par la suite déclinée sous de nombreuses formes : romans, pièces de théâtre, jeux vidéos, films, séries… Quelques exemples !

  • 42 est le titre d’un épisode de la série télévisée Doctor Who, co-écrite avec Douglas Adams.
  • Si on tape « the answer to life the universe and everything » dans Google, il vous répondra 42.
  • Dans la série X-Files, l’appartement de Fox Mulder est au n°42.
  • 42 carrés composent le logo de Microsoft.
  • 4 8 15 16 23 42 : les mystérieux nombres de la série Lost dont les épisodes duraient 42 minutes, parfois même 42 minutes et 42 secondes.
  • 42 est le score maximal que l’on peut obtenir aux olympiades internationales de Mathématiques.
  • Siri répond 42 à une question à laquelle il n’a pas de réponse
  • La dernière armure de Tony Stark dans Iron Man 3 porte le numéro 42.
  • 42 c’est aussi le nom de l’école créée par Xavier Niel.

Mais alors, pourquoi 42 ? Et ce nombre est-il vraiment LA réponse à LA question sur le sens de la vie ? Certains ont voulu y voir une dimension mystique et de nombreuses théories plus ou moins farfelues ont été élaborées pour tenter d’élucider le mystère du nombre 42. Elles ont malheureusement toutes été balayées par une intervention de Douglas Adams le 3 novembre 1993 sur un groupe de discussion de fans : « La réponse à ceci est très simple. C’était une plaisanterie. Ce devait être un nombre ordinaire et plutôt petit, et j’ai choisi celui-ci. Les représentations binaires, la base treize, les moines tibétains ne sont que des balivernes. Je me suis assis à mon bureau, j’ai regardé dans le jardin et je me suis dit « 42 ira » et je l’ai écrit. Fin de l’histoire. »
Mais, malgré cela, et pour semer le trouble dans vos esprits embrumés de quelques gorgées de pan-galactic gargle blaster, quelques autres faits « troublants » :

  • En mathématiques – le nombre 42 n’est pas si banal que cela puisqu’entre autres  particularités, c’est un des nombres méandriques fermés (M1 = 1, M2 = 2, M3 = 8, M4 = 42, M5 = 262, M6 = 1 828), un nombre de Harshad (divisible par la somme des ses chiffres),…
  • En Astronomie – il y a 42 éclipses de soleil et 42 éclipses de lune au cours d’un saros, une période de 223 mois lunaisons (environ 18 ans) qui peut être utilisée pour prédire les éclipses de Soleil et de Lune.
  • En physique – pour qu’un arc-en-ciel se forme, la hauteur du soleil ne doit pas excéder 42°.
  • En littérature – Lewis Carroll, mathématicien et auteur de Alice au pays des merveilles avait une fascination pour ce nombre que l’on retrouve souvent dans son oeuvre et dans sa vie : l’article 42 invoqué par le roi de coeur, les 42 illustrations de John Tenniel, les 42 points présents sur l’échiquier durant la partie d’échecs d’Alice…
  • Dans les textes religieux – le rouleau de la Torah, tout comme la Bible de Gutenberg se composent de 42 lignes de caractères par colonnes. Le Talmud dit que le nom divin de 42 lettres est le plus grand des mystères.
  • Dans l’Egypte antique – Osiris était assisté de 42 divinités
  • … bon j’arrête là !

Alors ?
Alors, le nombre 42 est-il un troll devenu mythique ? Une absurdité de plus dans un univers irrationnel ? une simple référence littéraire ? Ou y aurait-il vraiment, derrière ce nombre en apparence tout simple, un sens caché qui, s’il était découvert, pourrait bien nous apporter une réponse au grand mystère de la vie ?
Pour cela, lisez avant tout Le guide du voyageur galactique de Douglas Adams, riez de l’absurdité de certaines situations, errez dans l’espace d’aventures en aventures les unes plus rocambolesques que les autres, restez critiques face à toute affirmation mais surtout rêvez, parce que, comme le dit Jean Tinguely, « Le rêve c’est tout, la technique ça s’apprend » !