Une logique de tiers lieux au service d’une stratégie de formation des enseignants-chercheurs à l’université de Lorraine

Résumé de la communication qui sera présentée au 3ème colloque international en éducation à Montréal le 5 mai 2016
http://colloque2016.crifpe.ca

Samuel NOWAKOWSKI1, Hélène BOULANGER2, Marie CHAGNOUX2
Université de Lorraine – Collegium SHS
1 LORIA – UMR 7503
2 CREM – EA 3476

Pour télécharger le diaporama – PRES-5mai2016-Montreal

Au sein de l’université de Lorraine, le collegium SHS (regroupant deux UFRs composées de départements variés, allant de la géographie, à l’information-communication en passant par l’histoire et la philosophie – http://collegium-shs.univ-lorraine.fr/collegiumshs/presentation-du-collegium/) vit actuellement une période que nous qualifierons de transition.
Cette période est le résultat de phénomènes bien identifiés aujourd’hui, comme la massification, la diversité des publics et la pénétration du numérique à tous les niveaux des pratiques universitaires (voir le rapport de Claude Bertrand) ; numérique qui a transformé pour toujours le paysage des réseaux, des médias et de la culture, avec l’internet, le web, la convergence via la dématérialisation, le pair-à-pair, … et par conséquent permet de re-questionner bon nombre de pratiques pédagogiques universitaires.

Contexte

Les enseignants-chercheurs en poste sont peu nombreux à avoir été formés à la pédagogie et exercent souvent leur métier d’enseignant en utilisant les références de leur propre temps de formation à l’université. Si nous nous accordons tous sur le fait que les publics de l’université ont beaucoup changé, il n’est pas évident que nous le soyons à propos de notre obligation à nous y adapter. Ceux d’entre nous qui n’y sont pas favorables mettent en avant le risque que nous courons, ce faisant, de renoncer à nos exigences de formation. D’autres, plus favorables, sont en demande de références pour accompagner leurs réflexions.

Penser ainsi la mutation pédagogique au regard de la diversité des publics – diversité due à la multiplicité des moyens d’accès à l’université (publics empêchés – étudiants salariés, en mobilité, handicapés, …), aux différences cognitives des individus (collaborer oui mais à condition que cette modalité convienne à tous), aux origines et aux parcours de chacun – diversité née de la massification menant à la dividuation au sens de Deleuze, que nos mutations pédagogiques doivent transformer en individuation dans l’optique d’une insertion professionnelle des étudiants.

Tout ceci nous mène à penser de nouvelles postures pour enseigner de manière à prendre en compte les évolutions des publics, des modalités d’enseignement, … Dans un contexte où le rapport au savoir a muté, où les publics présentent des comportements et modes d’interaction nouveaux (omniprésence des réseaux sociaux), comment accompagner les enseignants dans une mutation de leurs pratiques pédagogiques ? Ou comment faire prendre conscience aux enseignants qu’enseigner différemment n’est pas enseigner moins ou enseigner moins bien ? En d’autres termes, aller vers d’autres modalités d’enseignement, c’est accepter de perdre sa place de centre connu, nommé, détenteur du savoir, pour aller vers un non-centre qui vise à infléchir les trajectoires des étudiants, à leur indiquer un mouvement, une courbure, qui les mènera à intégrer dans leur expérience personnelle cette marque, cette trace, afin qu’ils inventent leur propre lecture/écriture des savoirs.

Prendre conscience de tout ceci rend nécessaires la mutation des pratiques pédagogiques, la remise en question des postures de l’ensemble des acteurs (enseignants, étudiants) et l’invention de nouveaux modes de collaboration et d’échanges au sein des espaces quels qu’ils soient. Prendre conscience de tout ceci impose d’accompagner les enseignants et enseignants chercheurs et de penser des dispositifs nouveaux, reposant d’autres relations, et surtout reposant sur la mise en place de lieux d’échanges informels dans la logique de tiers lieux.

C’est pourquoi, depuis plusieurs mois, le collegium SHS de l’université de Lorraine a mis en place des actions originales basées sur la création de communs, à la fois lieux et temps ouverts et libres, dédiés à la formation par l’échange – d’Ateliers de pédagogie curieuse afin d’accompagner et sensibiliser les enseignants dans cette mutation pédagogique ; assises de la pédagogie pour co-construire une stratégie de la pédagogie au sein du collegium.

Dans cette communication, nous montrerons comment ces actions se sont inscrites dans la stratégie du collégium, et comment elles ont rayonné sur toute l’université. Nous proposerons une lecture critique et prospective de l’ensemble de ces actions et nous montrerons comment elles ont pu concrètement modifier la pédagogique de nos collègues, que ce soit dans la posture d’enseignant comme dans les méthodes mises en œuvre pour explorer des pédagogies plus alternatives.

Pour télécharger le diaporama – PRES-5mai2016-Montreal-SNowakowski

Références

DIY. Autodétermination et culture punk. Fabien Hein. Le passager clandestin. ISBN 978-2-916952-70-3
TAZ. Hakim Bey. http://www.lyber-eclat.net/lyber/taz.html
Commun. Essai sur la révolution au XXIème siècle. Pierre Dardot, Christian Laval. La découverte. 2015 – ISBN 978-2-7071-8673-7
Psychologie de l’espace. Abraham A. Moles, Elisabeth Rohmer. Casterman. 1978 ISBN 2-203-23164-5
L’empire des signes. Roland Barthes.
Soutenir la transformation pédagogique dans l’enseignement supérieur. Claude Bertrand. Rapport à la demande de Madame Simone BONNAFOUS, directrice générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle. 17 mars 2014