ELIE – un dispositif pour une reprise en main des apprentissages par les étudiants (descriptif réalisé en février 2016)

Enseignant chercheur à l’université de Lorraine, attentif aux évolutions des publics étudiants ainsi qu’aux interrogations de la communauté enseignante quant à la nécessaire mutation pédagogique, j’ai, depuis un certain nombre d’années, imaginé des dispositifs pédagogiques centrés sur les étudiants et les apprentissages.
Mes observations, ainsi que les réflexions menées dans le cadre de projets de recherche et/ou éducatif, m’ont amené à être convaincu de la nécessité de repenser les dispositifs en vue de permettre une meilleure appropriation des objectifs pédagogiques d’un cours par les étudiants, de travailler sur l’autonomie et la motivation et d’agir sur les dimensions du bien-être et de la liberté.
Dans un souci de cohérence pédagogique, je ne souhaitais pas mener ce projet seul. J’ai donc proposé à ma collègue Audrey Knauf, maître de conférences au département information communication, responsable de la L3 et responsable de l’UE « Introduction à la recherche d’information » de s’associer au projet et de co-construire un nouvel enseignement commun. Elle a immédiatement adhéré au projet. Le projet ELIE (Environnements collaboratifs en LIgnE) est né.
Cela fait maintenant 2 années qu’ELIE est mis en oeuvre et le succès est au rendez-vous. J’en prends pour preuve le nombre croissant d’étudiants qui s’y inscrivent (55 étudiants de L3 y sont inscrits contre une quarantaine l’année dernière).

Contexte pédagogique

Un groupe constitué de 42 étudiants majoritairement inscrits en L3 Information Communication. Cette UE fait partie du parcours transversal « Découverte de l’internet des médias numériques », parcours qui s’adresse à l’ensemble des étudiants inscrits en licence dans l’UFR SHS de l’université de Lorraine, toutes disciplines confondues.
Les objectifs de cette UE sont de découvrir les concepts, notions de base et les outils numériques permettant d’une part la recherche d’informations, et d’autre part, le travail collaboratif en ligne. Elle regroupe les deux enseignements suivants dont voici les descriptifs :

Introduction à la recherche d’information en ligne
Ce cours, sous forme de TD, présente les outils et méthodes de formation à la recherche documentaire à travers : une typologie des documents et ressources en ligne, une introduction aux caractéristiques et outils de recherche d’information, une sensibilisation des étudiants aux grands principes de la démarche documentaire (exploitation de l’information, respect du droit d’auteur, évaluation de la qualité de l’information…).
Environnements collaboratifs en ligne
Les grands principes des systèmes collaboratifs en ligne seront étudiés (élaboration et transmission de compétences et de savoirs, gestion et animation de plateformes) ainsi que les principaux outils du travail collaboratif (forums, wikis, plateformes documentaires, cartes sémantiques, agrégateurs de flux…). Cette EC insiste sur la découverte d’applications par la prise en main de ces différents outils.

Structuration calendaire des enseignements

Nous devions initialement avec ma collègue, nous répartir la promotion en 2 groupes, sur 2 * 2 heures le mercredi après-midi, sur 7 semaines consécutives. Afin qu’ELIE dispose d’un espace-temps suffisant, nous avons donc regroupé ces deux enseignements, et nous avons travaillé les objectifs pédagogiques de façon à ce que les 4 heures effectuées ouvrent plus de possibilités que 2 fois 2 heures. De plus, et c’est à remarquer, les étudiants ont largement investi les espaces-temps au delà des 4 planifiées à l’emploi du temps que ce soit pour la production des attendus pédagogiques que pour aller à la découverte d’autres espaces et d’autres méthodes de travail (modélisation 3D, FabLab).
De notre côté, afin de pouvoir accompagner complètement l’ensemble des heures, nous avons accepté de faire 4 heures par séance en restant sur le volume d’heures initialement planifié, soit 2 heures par séance comptabilisées dans nos services.

Les bases de notre réflexion pour repenser nos objectifs, nos pratiques, nos enseignements et notre posture
Aujourd’hui, nous ne pouvons pas ne pas constater les évolutions des publics étudiants, de leurs attentes, du changement de rapport au savoir. Dans ce contexte, mutation pédagogique signifie s’intéresser à ces quatre points :

  • Les étudiants sont en quête de sens dans leurs apprentissages
  • Une nécessité de retravailler sur la motivation – aller vers une motivation intrinsèque en tenant compte des changements de comportement des publics – par exemple, ce que dit Etienne Klein dans son interview « Ce que je constate avec les miens – à Centrale –, c’est que leur rapport à la connaissance n’est plus le même que celui de ma génération. Nous, nous apprenions la théorie de la relativité, certes parce qu’elle nous fascinait, mais aussi parce que, en tant que scientifiques, nous considérions que nous en étions les dépositaires et que nous devions donc être capables de la transmettre. Nous considérions que la relativité devait être “en nous”, même si nous n’avions pas l’intention de l’utiliser plus tard dans l’exercice de notre métier. Aujourd’hui, les étudiants ont une conception plus périphérique de la connaissance. Celle-ci n’est-elle pas dans Wikipédia, à portée de clic ? »
  • Une nécessaire prise en compte des côtés sociaux des apprentissages. Rappelons ce qu’écrit Philippe Carré (2005) « On apprend toujours seul mais jamais sans les autres ».
  • Un renforcement de la notion de bien-être dans les apprentissages. Pour favoriser la créativité et l’innovation, il faut mettre l’accent sur le bien-être. Ainsi, lorsque les étudiants, et bien sûr les enseignants avec eux, sont dans un environnement qui favorise les émotions positives, ils peuvent être pleinement productifs, collaboratifs et créatifs.

Nous avons donc opté pour un dispositif disruptif, remettant en question les rôles de chacun, permettant de questionner les apprentissages et la transmission du savoir, et proposant une approche originale pour mettre l’étudiant au coeur du dispositif d’apprentissage.
En quelques mots, initialement, les cours s’appuyaient essentiellement sur un modèle transmissif, des séances organisées en chapitres, avec une évaluation standard sous forme d’un examen d’une durée d1h30. Les objectifs pédagogiques n’étaient pas réellement formulés, la lisibilité de ce parcours pour les étudiants était plutôt réduite.
Nous avons donc re-travaillé le dispositif de façon à intégrer une logique d’apprentissage par projet (intégrer les 2 cours dans une globalité en vue de travailler sur une complémentarité) afin de donner du sens aux apprentissages et en veillant également à mettre les étudiants au centre du dispositif.

Pourquoi ?

  • Pour les rendre acteurs de leurs apprentissages, les rendre acteur du dispositif lui-même – sortir l’étudiant de la logique de l’étudiant consommateur du cours, le rendre responsable au regard d’un dispositif, d’un collectif, responsable de l’ensemble de la démarche.
  • Pour les impliquer dans tout le processus de l’alignement pédagogique, de la définition des objectifs pédagogiques à l’évaluation au sein d’un dispositif participatif (en particulier celles concernant l’évaluation, les modes de fonctionnement, l’organisation des travaux, …)
  • Pour établir d’autres relations enseignants-étudiants – un enseignant accompagnateur de l’étudiant dans tout le processus d’apprentissage – des relations de confiance, de respect, d’engagement mutuel, un bien-être partagé.

Une approche basée sur la complémentarité et le « Learning by doing ».
Travail sur les compétences

  • définir une logique de compétences complémentaires issues des modules initiaux – quelles compétences à acquérir pour pouvoir effectuer des recherches qui viendront alimenter les productions de contenus

Travail sur les interactions – logique de « Learning by doing »

  • mise en place d’une organisation qui rend les étudiants acteurs de leurs apprentissages
  • dispositif physique (espaces adaptés) et logique (organisation humaine) pensé pour favoriser les interactions, les discussions et la co-construction des savoirs
  • accompagnement à la demande par les enseignants, en particulier dans la mise en place du dispositif d’évaluation par les pairs ou lors du temps dédié à l’organisation des travaux.

Travail sur l’au-delà du cours

  • par l’utilisation des réseaux sociaux
  • par l’ouverture sur d’autres dispositifs de DIY (Do It Yourself) – visite et travaux en dehors des heures planifiées au Fab Living Lab de Nancy
  • par un engagement de tous dans le projet – par exemple, un travail sur l’identité du projet et sa transmission aux promotions suivantes.

ELIE

  1. ELIE – Sa philosophie, ses principes

ELIE s’appuie sur les principes suivant : permettre, organiser et favoriser l’appropriation des savoirs par les étudiants. Ceci s’effectue dans une logique d’auto-détermination, de socio-construction et d’autonomie où l’enseignant intervient en guide, en accompagnateur des actions menées par les étudiants. Il n’intervient qu’à la demande des étudiants.

Les actions auront lieu principalement pendant les heures planifiées. Le modèle de co-construction demande aux étudiants :

  • d’être assidus même si les actions pourront se poursuivre dans tous les temps interstitiels en s’appuyant sur les Environnements collaboratifs en LIgnE (ELIE).
  • de s’appuyer sur l’action de groupes mixtes composés de 3 à 5 personnes – ces groupes sont constitués aléatoirement.
  • d’être accompagné dans son émergence par l’enseignant guide accompagnant et facilitant.
  1. Les objectifs

ELIE est un espace collaboratif élaborant collaborativement un savoir, co-créant un espace collaboratif élaborant …
ELIE est un savoir co-construit et partagé explorant les principes des systèmes collaboratifs, les principes théoriques sous-jacents, les principaux outils, leurs fonctionnalités,
ELIE est un espace collaboratif et social à inventer

Pour démarrer dans ELIE, les étudiants ne disposent que des lois d’ELIE décrites ci-dessous.

Les quatre lois d’ELIE
Toi étudiant, toi enseignant qui rejoint ELIE, ces quatre lois tu respecteras :

  • co-construire ELIE en 7 séances
  • être présent à toutes les séances
  • répondre aux objectifs d’ELIE
  • organiser le commun

Une identité
ELIE se dotera d’une identité totem (par exemple, un objet co-élaboré et fabriqué dans un fablab nancéien par impression 3D)

Évaluation
L’évaluation sera une évaluation par les pairs.

ELIE – Sa mise en oeuvre

Sur la base des lois, les étudiants d’ELIE ont mené des réflexions collectives qui ont permis de :

  • mettre en place les sous-groupes de 4-5 étudiants,
  • créer une identité,
  • proposer des modalités d’évaluation,
  • identifier les sous objectifs pédagogiques,
  • négocier pour attribuer à chaque sous-groupe un sous objectif pédagogique.

Le principe d’ELIE étant de créer une entité collaborative, les étudiants ont donc co-élaboré une méthodologie de collaboration :

  • dans un premier temps, la structuration s’est faite au niveau des groupes, puis à émerger le besoin d’avoir une coordination des groupes,
  • ils ont alors voté pour officialiser le rôle de coordinateur qu’une d’entre eux avait commencé à assurer de façon informelle,
  • chaque groupe s’est outillé selon le livrable et ses envies,
  • le groupe a choisi d’utiliser un groupe fermé sur Facebook pour outiller la collaboration au niveau global – les enseignants sont membres de ce groupe.

9 sous-groupes ont donc travaillé sur des objectifs pédagogiques complémentaires et ont produit des ressources qui ont été évaluées par les pairs et par les enseignants.

ELIE – Les bases de la réflexion

ELIE s’inscrit dans une transition telle que définie par la FING. L’enseignement supérieur fait actuellement face à cette tension, et bon nombre d’études l’ont mentionné. ELIE n’est pas une performance pédagogique en numérique, mais met en oeuvre les leviers, popularisés par la culture du numérique, leviers du distribué, du capacitant (empowerment) et du collaboratif qui se traduisent au travers de :

  • la distribution large de l’information et des capacités, et du pouvoir. En effet, une part de la culture numérique est libertaire, valorisant les contre-pouvoirs et le hacking, les individus et leurs communautés face aux institutions,
  • l’horizontalité des échanges : les usages numériques se déroulent souvent entre pairs, échappant aux instances officielles, à l’autorité des sachants,
  • la collaboration.

Ainsi, ELIE, dans la mutation ou plus exactement l’innovation disruptive qu’il met en place, amène ainsi des transformations pédagogiques et de postures des acteurs qui agissent sur la re-distribution du pouvoir d’agir des étudiants, sur la collaboration et les échanges au sein des espaces quels qu’ils soient.

Mutation des pratiques pédagogiques associée à une mutation des espaces.

ELIE permet ainsi d’atteindre trois méta-objectifs, objectifs affichés en particulier dans le document stratégique du Collegium SHS de l’université de Lorraine :

RENFORCER LA COLLABORATION. La collaboration est le moteur de l’innovation. ELIE dispose des espaces et des outils adéquats permettant de collaborer aussi bien en face à face, qu’à distance.
DEVELOPPER LE BIEN-ÊTRE À L’UNIVERSITE. La question du bien-être prend de plus en plus d’importance et dépasse le simple confort physique et ergonomique. ELIE crée un environnement favorisant le bien-être des étudiants et des enseignants.
RÉINVENTER LE RAPPORT À L’ESPACE D’APPRENTISSAGE. ELIE en tant que dispositif hybride met en oeuvre toutes les dimensions de l’espace dans l’apprentissage.

Une pédagogie ouvertement ouverte

ELIE va tout naturellement mettre en oeuvre une pédagogie ouverte telle qu’elle apparaît dans le  schéma ci-dessous.
ELIE y ajoute une dimension essentielle, la confiance. En effet, comment amener un groupe d’étudiants dans une expérience pédagogique inattendue. Cette confiance a été établie dans d’autres UE du semestre précédent, dans lesquelles les activités étaient organisées de façon à responsabiliser l’étudiant en lui permettant de faire des choix et de s’approprier dans un travail réflexif les notions abordées. Et comme le mentionnent (Pelletier et Patry, 2007 dans Viau 2009) dans une relation où « …écouter de façon authentique, accorder du temps pour le travail autonome, offrir l’occasion aux étudiants de discuter en classe, offrir des rétroactions verbales positives relatives à l’effort, offrir des encouragements, offrir des indices qui permettent à l’étudiant de progresser lorsqu’il est bloqué, répondre aux questions et commentaires des étudiants et communiquer de façon emphatique. ».

Conclusion

Un point important est la confiance qui s’est établie entre l’enseignant et les étudiants. La réussite d’ELIE est étroitement liée à la relation enseignant-étudiants. ELIE a favorisé le sentiment d’appartenance en mettant en place « une communauté d’apprenants » (Viau, 2009) et a également visé à satisfaire les trois besoins nécessaires à l’émergence de la motivation intrinsèque à savoir le besoin d’autodétermination, lié au besoin de se sentir compétent et au besoin d’entretenir des relations avec les autres.
Pour conclure avec (Bergson, 2007), nous sommes dans l’évolution créatrice. ELIE en tant qu’« espace collaboratif élaborant collaborativement un savoir, co-créant un espace collaboratif élaborant … » est le dispositif pédagogique qui permet de nous créer nous-mêmes apprenants et/ou enseignants, ou mieux encore, d’être ce que nous faisons. Dans ce processus de création de soi par soi, apprenant soi-même apprenant, enseignant soi-même enseignant, ELIE crée cette opportunité de ré-appropriation au sein d’un espace d’émergence de soi agissant.

Bibliographie nomade

Anderman, LH et Freeman, TM (2004). Students’ sense of belonging in school. Dans P.R. Pintrich et M.L. Maehr. Motivating students, improving schools: the legacy of Carol Midgley (27-63). Advances in motivation and achievement, Vol.13, New-York: Elsevier.
Bergson, H. (2007). L’évolution créatrice, Presses universitaires de France, [1907]
Deci, EL et Ryan, EM (1985). Intrinsic motivation and self-determination in human behavior. New-York: Plenum Press.
Lebrun, M. (2007). Quality Towards an Expected Harmony: Pedagogy and Technology Speaking Together About Innovation. AACE Journal, 15(2), 115-130. Chesapeake, VA: AACE
Viau, R. (2009) La motivation en contexte scolaire. Pratiques pédagogiques. 2ème édition. De Boeck.

ELIE – une expérience pédagogique de cours autogéré en L3 Infocom à l’Université de Lorraine