PLATEAU – espace rhizomatique de co-apprentissage

Projet PLATEAU (Projet soutenu par l’Université de Lorraine et la Région Lorraine)

Le PLATEAU se veut comme un lieu ouvert, connecté, dédié à la pédagogie, aux innovations, aux expérimentations pédagogiques diverses. Il vise à étendre le champ des compétences transversales des enseignants mais aussi et surtout des étudiants, compétences qui en feront des « messagers » de l’innovation dans les entreprises qu’ils intégreront. Les compétences transversales ainsi touchées concerneront la maîtrise des environnements numériques, ouverts, collaboratifs, et la capacité à innover.

Préambule

“Aujourd’hui, notre système éducatif sélectionne ses éléments sur leur capacité à mémoriser des leçons. Pas sûr que ce soit une bonne méthode, puisque n’importe quel ordinateur est plus doué que nous…”, rappelle François TADDEI.

La technologie transforme chaque jour un peu plus le monde en laboratoire. La NASA est allée sur la lune avec un ordinateur qui était moins puissant que n’importe lequel de nos smartphones. […] “Cela signifie que nous allons avoir besoin, plus que jamais, d’interdisciplinarité. Nous allons avoir besoin partout de collectifs toujours plus importants pour apprendre, travailler, découvrir, innover…”

Or, force est de constater que la pédagogie, elle n’a pas progressé aussi vite que la science. “Rien ne ressemble plus à une salle de classe d’aujourd’hui qu’une salle de classe du [début du siècle dernier]. Même si désormais 150 000 personnes peuvent suivre le même cours sur un MOOC, la pédagogie, elle n’a pas vraiment changé. Si les possibilités d’accès au savoir se sont élargies, l’échange, lui, est resté largement unilatéral. Comment changer cela ? Comment réinventer la connaissance ? Comment innover ? Combien de nos barrières mentales sont tombées ? Combien en avons-nous encore devant nous ?”[1]

En proposant de nouveaux espaces d’apprentissage

Une des réponses aux questions posées ci-dessus passe par l’aménagement d’espaces adaptés à l’innovation pédagogique. En effet, une part de l’innovation passera par l’aménagement d’espaces qui favoriseront des modalités d’apprentissage différentes et renouvelées. Par exemple :

  • Pouvoir collaborer en utilisant des dispositifs alliant interactivité et confort tout en exploitant l’ensemble de l’espace en vue de faciliter les moments de créativité et d’échanges,
  • Pouvoir conserver l’ensemble des traces produites lors de ces séances en vue de capitaliser et enrichir des bases de ressources collaborative tant en proposant des espaces modulables, adaptables aux besoins des étudiants et des enseignants,
  • Pouvoir (se) filmer, venir avec ses propres terminaux (BYOD[2]), et aller vers le DIY[3] pour les enseignants et les étudiants, ….

Et toute autre action non encore identifiée mais qui sera « permise » sur ce « plateau ».

Afin de positionner l’UFR SHS comme plateau propice à l’émergence de nouvelles formes de pédagogie, de collaboration, la création du «Plateau», espace nouveau, ou encore «espace rhizomatique» positionnera l’UFR SHS comme pionnier en matière de renouvellement des enseignements tout en proposant des moyens traditionnels répondant aux besoins quotidiens des équipes enseignantes.

Le terrain en tant que milieu et lieu, espaces/milieux d’émergence des projets, de pratiques, d’échanges, sera construit sur un modèle de simple surface : murs, tableaux, milieu ouvert dans l’espace, le temps et le numérique.

Le Plateau …

La salle pourrait se présenter comme suit :

schema-salle.001

L’idée directrice est de pouvoir disposer d’un endroit qui favorisera l’apprentissage actif[4]. On peut alors identifier trois axes forts et essentiels pour penser l’université de demain.

RENFORCER LA COLLABORATION. La collaboration est le moteur de l’innovation. Pour les équipes disséminées aux quatre coins du globe, il est primordial de disposer d’espaces et d’outils adéquats, pour collaborer aussi bien en face à face, qu’à distance.

DEVELOPPER LE BIEN-ÊTRE À L’UNIVERSITE. La question du bien-être prend de plus en plus d’importance et dépasse le simple confort physique et ergonomique. Il est temps, désormais, de penser aux conditions nécessaires à la création d’un environnement favorisant le bien-être des étudiants et des enseignants.

RÉINVENTER LE RAPPORT À L’ESPACE D’APPRENTISSAGE. Quels que soient les niveaux d’enseignement, l’apprentissage s’effectue désormais à la fois à distance et sur site, via des programmes d’apprentissage mixtes, qui associent les échanges en ligne et en face à face. Ce qui est intéressant, c’est que l’apprentissage devient plus virtuel et que les activités virtuelles deviennent de plus en plus réelles. On peut dire que le virtuel et le réel se rejoignent. Cette évolution a également des répercussions spatiales. Les salles conçues pour un enseignement face aux élèves doivent aujourd’hui pouvoir accueillir simultanément le travail en autonomie, sur les ordinateurs, et des projets collaboratifs.

Ainsi, l’apprentissage étant autant social qu’intellectuel, il nous paraît évident que les meilleurs lieux d’apprentissage sont ceux qui rassemblent les individus, les nouvelles technologies et l’espace, de manière innovante. De plus, si l’on considère les salles comme des lieux où la connaissance est produite au lieu d’être consommée, elles deviennent alors des espaces d’innovation, où la flexibilité fait partie intégrante des lieux et où la transition entre le travail individuel et la collaboration devient aisée.

 


[1] http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/02/07/comment-apprendre-a-apprendre/

[2] Bring Your Own Device

[3] Do It Yourself

[4] http://www.steelcase.fr/fr/produits/categorie/education/sièges/node/documents/case%20study_node-fr.pdf