Vers un au-delà de l’identité par le numérique – part 1

«L’homme n’est homme que parmi les hommes.» Fichte

Si «l’homme n’est homme que parmi les hommes», qu’en est-il de nous, réduits à des identités dites numériques, e-identité, …, de celui qui se donne à voir comme présence numérique. Dans cet article, nous allons proposer une re-vue de ces notions par un remise en histoire qui nous mènera à une tentative de re-formulation de ce que peut être cette identité numérique.

Les concepts historiques

Par simple observation, plusieurs idées nous viennent immédiatement à l’esprit. Ce que je suis est de plusieurs définitions. Ainsi, sur les pas d’un Parménide ou d’un Heidegger, notre être n’est qu’une instanciation d’un étant qui se déroule de «sèmes»en «sèmes» dans le temps. Ainsi comme Simondon [1] le rappelle, l’identité de l’être vivant est faite de sa temporalité, le chemin étant à la fois monde et sujet,. L’individu se constitue ainsi au cours d’un processus dynamique d’affirmation et de perception., ou encore comme l’affirme Bernard Rieder [2], par isolation et relation, dans un environnement et en s’identifiant par des interactions. Il est le premier à penser ainsi l’individu comme une bulle dans l’écume [3], entre force destructrice et force individuante.

Alors à ce stade, comment peut-on essayer de reformuler l’identité individuée ? Autorisons-nous une petite récréation avant d’aller plus loin. Dans le théâtre grec, le masque porté par les acteur (le «prosopon») n’a pas fonction de cacher le visage qu’il recouvre, il l’abolit et le remplace. Ainsi le voir ne peut être séparé de l’être vu [4]. Intéressant non ? En effet, n’avons-nous pas là une belle métaphore de la présence numérique, un masque qui annule et remplace le «hors numérique» (petit clin d’oeil au hors livre de Derrida [5]). Toute personne présente sur un réseau social ne doit-elle pas présenter son masque pour pouvoir voir les autres masques ? Ainsi, le masque devient le sujet numérique qui va décrire le récit que chacun va se raconter à lui-même et aux autres «masques». Nous rejoignons ainsi Stiegler [11] et Simondon [8] dans l’idée que l’individuation du je est toujours inscrite dans celle du nous. Cette identité, présence numérique s’affirme alors comme une identité narrative, une identité «empreintée», une identité supplémentaire, qui peut être multiple se déployant en un étoilement numérique. Ceci entraîne par un retournement de point de vue que le «hors numérique» de l’autre devient le «hors numérique» du sujet en une série de réflexion/réfraction de cet étoilement.

En guise de triangulation sur notre route vers l’identité numérique, il nous semble important de résumer ce que nous venons de dire :

l’identité numérique est les masques que nous choisissons pour voir et être vu, masque mais aussi supplém-empreinte contexto-temporelle / ou encore masque «empreinté».

En quoi et comment la technologie intervient dans ce processus. Vous pourrez me répondre que c’est une évidence, sans la technologie rien de tout cela ne serait discuté, mais allons plus loin afin d’en analyser le processus (process mining [7]), technologie en tant que scène d’évolution des masques.

Afin de compléter cette approche, nous utiliserons une modélisation mathématique qui viendra apporter une autre description de ce concept.

L’impact de la technologie

Aujourd’hui, et nous l’affirmerons comme Merzeau [9], nous ne pouvons pas ne pas laisser de traces. Ces traces comme signifiants, résultats des interactions avec de multiples dispositifs techniques, sont contextuelles et les réseaux (sociaux, pédagogiques, …) deviennent l’espace de manifestation d’une différance [10]. Pour aller plus loin afin de tenter de mieux décortiquer, nous commencerons par un petit schéma présentant les différentes pièces du puzzle et en particulier, qui va nous aider, avant toute chose à répondre à la question qu’est-ce que la trace ?

Capture d’écran 2013-07-17 à 14.35.30

 

Ce schéma propose ainsi une relecture des concepts de d’individuation et de grammatisation [11]. En effet, le gramme en tant que combinaison de la trace (ou autrement dit par Simondon, l’individuation […] est le devenir en lui-même, en tant que le devenir est devenir de l’être) et du graphe devient l’entité visible, combinable et/ou traitable9 de l’individu qui s’individue par la technologie. Nous sommes en présence du processus producteur de ce qui fera la matière première de l’identité numérique. Le gramme ne peut alors être dissocié d’une temporalité, d’un contexte et d’un dispositif technique, il est discrétisation d’un continuum11. Le gramme est alors le masque résumant l’histoire, qui donne à voir et à traiter et qui ouvre le voir. Toujours pour aller avec Simondon, le gramme est ainsi l’être qui comporte individuation, résultat de l’individuation, mouvement, … Là, nous allons plus loin que la simple ombre informationnelle2 du hors numérique, ou encore, l’empreinte numérique du hors numérique parce qu’individuation et devenir de l’être sont liés ; l’être est plus riche, plus durable, plus large que la présence : elle n’est qu’«individue» en l’être.

Ce qui nous permet de dire que ce que nous cherchons à isoler n’est autre que l’être numérique. Cette rature est, comme le dit Derrida [10]et comme l’a initié Heidegger, la dernière écriture d’une époque qui, ainsi sous ce trait, «masque» en laissant lisible la présence d’un signifié transcendantal.

Notre cadre d’étude peut ainsi se schématiser de la façon suivante :

Capture d’écran 2013-07-17 à 14.38.04

Références

[1] Simondon G. L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information.

[2] Rieder B. Pratiques informationnelles et analyse des traces numériques : de la représentation à l’intervention. Étude de communication. N. 35 (2010).

[3] Rieder B. De la communauté à l’écume: quels concepts de sociabilité pour le «web social» ? Tic & Société. Vol. 4, N.1 (2010).

[4] Ballay JF. La chair du masque numérique : du visible à l’invisible. Revue Réel Virtuel. Textures du numérique. Février 2010.

[5] Derrida J. La dissémination. Éditions du seuil. 1972

[6] Ricoeur P. Soi-même comme un autre. Point Seuil.

[7] Process Mining Manifesto.

[8] Simondon G. Du mode d’existence des objets techniques. Aubier. 1958

[9] Merzeau L. Du signe à la trace. Dans Empreintes de Roland Barthes. Hermes. 2009

[10] Derrida J. De la grammatologie. Les éditions de Minuit. 1967

[11] Stiegler B. Individuation et grammatisation : quand la technique fait sens. ADBSI. Vol. 42, N. 6 (2005)

Apprentissage et identité numérique

This blog is dedicated to my research activities in the field of web intelligence and identity through digital technologies.

L’identité numérique telle qu’entendue par de nombreux auteurs est un ensemble de graines semées çà et là au gré des usages numériques. L’observation de ces graines, traces, données, nous amène à revoir «les principes de l’être ensemble autour des nouvelles logiques d’échange, de partage et d’exposition ». Elle nous amène également à reconsidérer la question de la polymorphie des identités conscientes, construites par l’individu, selon ses besoins, ses communautés d’intérêts… et les identités inconscientes reconstituées par des logiciels et non maîtrisées.

Nous noterons également que le « numérique », entendons l’internet, n’est plus vu, pour certains, comme un simple médium mais comme un écosystème dans lequel, par la démultiplication des outils et services (Smartphone, 4G, services en ligne – achats, bancaires, surveillance -, eLearning,…), l’individu est de plus en plus un « être numérique » interconnecté.

Ses interactions peuvent être considérées à plusieurs niveaux de représentation de l’identité de l’individu :

Rapport à l’outil. Ce dernier est en effet l’interface entre le monde numérique et le monde réel. C’est l’objet symbolique – voire totémique – des deux identités (Numérique/Réel). L’outil est par conséquent la matérialisation de l’être numérique dans le monde réel.
Rapport aux mondes. La représentation de l’individu dans l’écosystème numérique sera co-construite, avec le système informatisé, par ses actions ou inactions ; mais également la représentation que l’individu a du monde réel qui se voit modifiée par les interactions avec le système, dans le sens du double processus d’apprentissage où le système vient se nourrir des traces et affine ses recommandations.

De nombreuses questions attendent ainsi les chercheurs de ce projet :

  • Comment peut-on définir cet être/étant numérique ?
  • Comment un être connecté, démultiplié, « être numérique » revoit-il ses processus d’apprentissage ? Quels sont ses rapports aux savoirs, à la mémoire et à l’accès universel à l’information ?
  • Comment penser les processus d’apprentissage à l’université en tenant compte de cette notion d’ « être numérique » ?
  • Quels sont les processus innovants en jeu ?