Signes et mutation du rôle de l’enseignant

Modification de la posture de l’enseignant de manière à prendre en compte les évolutions des publics, des modalités d’enseignement, … Dans un contexte où le rapport au savoir a muté, où les publics présentent des comportements et modes d’interaction nouveaux (omniprésence des réseaux sociaux), comment accompagner les enseignants dans une mutation de leurs pratiques pédagogiques ? Ou comment faire prendre conscience aux enseignants qu’enseigner différemment n’est pas enseigner moins ou enseigner moins bien ?

Petite digression chez Roland Barthes et plus particulièrement dans L’empire de signes. Un des chapitres est consacrée à la ville et au centre. En occident, « Le centre de nos villes est toujours plein : lieu marqué, c’est en lui que se rassemblent et se condensent les valeurs de la civilisation : la spiritualité (avec les églises), le pouvoir(avec les bureaux), l’argent (avec les banques), […] la parole (avec les agoras) : aller dans le centre, c’est rencontrer la “vérité” sociale, c’est participer à la plénitude superbe de la “réalité” ».

Par contre, « l’une des deux villes les plus puissantes de la modernité [Tokyo] est donc construite autour d’un anneau opaque de murailles, d’eaux, de toits et d’arbres, dont le centre lui-même n’est plus qu’une idée évaporée, subsistant là non pour irradier quelque pouvoir, mais pour donner à tout le mouvement urbain l’appui de son vide central, obligeant la circulation à un perpétuel dévoiement. De cette manière, nous dit-on, l’imaginaire se déploie circulairement, par détours et retours le long d’un sujet vide. » En d’autres termes, « Tokyo nous redit cependant que le rationnel n’est qu’un système parmi d’autres. »

De plus, Tokyo n’est pas décrite par « le plan, le guide, l’annuaire de téléphone, en un mot la culture imprimée ». […]. « Cette ville ne peut être connue que par une activité de type ethnographique : il faut s’y orienter, non par le livre, l’adresse, mais par la marche, la vue, l’habitude, l’expérience ; toute découverte y est intense et fragile, elle ne pourra être retrouvée que par le souvenir de la trace qu’elle a laissée en nous : visiter un lieu pour la première fois, c’est de la sorte commencer à l’écrire : l’adresse n’étant pas écrite, elle faut bien qu’elle fonde elle-même sa propre écriture. »

En d’autres termes,  aller vers d’autres modalités d’enseignement, c’est accepter de perdre sa place de centre connu, nommé, détenteur du savoir, pour aller vers un non-centre qui vise à infléchir les trajectoires des étudiants, à leur indiquer un mouvement, une courbure, qui les mènera à intégrer dans leur expérience personnelle cette marque, cette trace, afin qu’ils inventent leur propre lecture/écriture des savoirs.

Référence. Roland Barthes. L’empire des signes. 1970 dans Roland Barthes, oeuvres complètes. Vol. III – 1968-1971. Seuil


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.