Nowakowskismes n°3.3. L’électrique c’est mieux !

« Même ton ordinateur est une ruine hantée, puisque ton
 Sang laisse quelque chose derrière lui, chauffant
L’outil dans ta main.

De très loin, par les milliards de corridors
 Des semi-conducteurs, les tuyaux
Militaires gémissent à leurs jointures.

Ça aussi sent le corps, les polymères
Chauffés sentent le lait maternel
Et la sueur de l’inquiétude.

Fredon de tant de cycles du courant, voltage
Du passé. Chantez, câbles. Sentez, mains. Yeux,
Regardez et formez. »

Quelques lignes du poème « La ruine hantée » de Robert Pinsky, poète et créateur du jeu vidéo Mindwheel en 1984. Pinsky a comparé l’écriture en vers à la programmation, forger des sens multiples en peu de signes. De quoi faire des livres et des ordinateurs le prolongement vivant de nos corps mortels !

En finir avec le pétrole et les gaz à effet de serre, le réchauffement climatique, voici les promesses de la voiture électrique. Mais cet enthousiasme que l’on cherche à susciter vise aussi à occulter les nouvelles pollutions et les dépendances géopolitiques que cette transition  implique. Parce que, le pays qui détient les matières premières indispensables à cette voiture électrique, c’est la Chine.

« Vive la voiture électrique ! », proclamait dès 2009 M. Carlos Ghosn, PDG du groupe Renault.
« Vous pourrez rouler gratuitement, pour toujours, grâce aux rayons du soleil », se vantait Elon Musk, PDG de Tesla, en 2013 .
En Chine, le premier ministre vante l’arrivée des véhicules électriques comme un moyen de « renforcer la croissance économique et de protéger l’environnement ».

L’électromobilité est à nouveau à la mode, plus d’un siècle après le record de la « Jamais-Contente », une voiture électrique qui fut la première automobile à dépasser la vitesse de cent kilomètres par heure, à Achères, en île-de-France… en 1899.
La planète compte à ce jour quarante-sept agglomérations de plus de dix millions d’habitants, et cette urbanisation galopante installe la pollution de l’air — cause de millions de morts précoces — parmi les préoccupations majeures de quatre milliards de citadins. Et l’accord de Paris sur le climat fixe un cadre global d’action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, dont le secteur des transports représente aujourd’hui 14 %.
Alors vers quelles énergies se tourner pour tenter de réduire ces émissions ? La pile à combustible serait une belle option, parce que rejeter de la vapeur d’eau c’est mieux que du CO2, mais ce n’est pas encore cela ! Alors il reste l’électrique présenté aujourd’hui comme la technologie de substitution par excellence. Pourquoi ? vous le savez déjà ! C’est ce qui est assené à longueur de journée, « L’électrique est une énergie qui ne rejette pas de carbone. » Dans un récent sondage, plus de huit Français sur dix estiment que les voitures 100 % électriques permettent de réduire l’impact environnemental de la mobilité. Ce que confirme la Fondation pour la nature et l’homme (FNH), créée par Nicolas Hulot, ex-ministre de la transition écologique et solidaire, et selon laquelle « les atouts environnementaux du véhicule électrique sont intrinsèquement liés à la mise en œuvre de la transition énergétique » malgré l’existence d’analyses beaucoup plus sombres.

Evidemment, le passage à l’électromobilité implique une modification de notre consommation de ressources naturelles. Aujourd’hui largement tributaires du pétrole, nos modes de transport pourraient alors se révéler de plus en plus dépendants d’une trentaine de métaux rares tels que le Gallium, le tantale, le cobalt, les platinoïdes, le tungstène, les terres rares dotés de fabuleuses propriétés électroniques, optiques et magnétiques. Mais, et il y a un premier mais une mine ne recèle que d’infimes quantités de ces petits métaux. Et, sans eux, la quasi-totalité des véhicules électriques commercialisés resteraient à l’arrêt. Ainsi, on trouve jusqu’à trois kilogrammes et demi de terres rares — une classe de quinze métaux — dans les électro-aimants, on a besoin de dix à vingt kilogrammes de cobalt et jusqu’à soixante kilogrammes d’un minerai moins rare, le lithium, dans la batterie d’une seule voiture. Mais aussi, un autre, le cérium, est déposé sur les pare-brise afin d’éviter les rayures. Dans l’habitacle, les écrans à cristaux liquides contiennent de l’europium et du cérium… Voilà ! Et ce n’est pas tout ! L’extraction et le raffinage de ces matières nécessitent des processus très polluants. Et, cette réalité saute aux yeux en Chine, pays producteur de la grande majorité de ces ressources.
La première zone mondiale d’extraction et de raffinage des terres rares c’est la région autonome de Mongolie-Intérieure, au nord-ouest de Pékin. Cette région est dévastée par les mines à ciel ouvert. Aux abords des usines du géant minier Baogang, dans l’ouest de la région, un immense réservoir artificiel, le Weikuang Dam, qui recueille les effluents toxiques des usines de traitement des minerais, déborde par intermittence dans le fleuve Jaune.
À Dalahai, les quelque mille habitants qui ne se sont pas résolus à partir respirent, boivent et mangent les rejets toxiques des usines de raffinage environnantes. Ll’endroit a été surnommé « le village du cancer ». La purification d’une tonne de terres rares contamine au moins deux cents mètres cubes d’eau avec toutes les conséquences liées au manque d’eau potable sur l’agriculture et les habitants. Au Chili, premier producteur mondial de cuivre, le déficit d’eau est tel qu’il devrait conduire les groupes miniers à utiliser, d’ici à 2026, 50 % d’eau de mer dessalée, et dessaler l’eau  est un processus extrêmement énergivore.
La pollution générée par l’extraction et le raffinage des métaux rares s’observe au Chili, en République démocratique du Congo (RDC), aux États-Unis ou encore au Kazakhstan, et révèlent alors un surprenant paradoxe : la mise en service de véhicules vantés pour leur propreté nécessite l’extraction de métaux sales mais bien sûr loin des yeux et des caméras !

Donc faute d’être informés sur l’origine de ces ressources et les conséquences de leur extraction, mais aussi sur le fait que les industriels peinent à les recycler et à les remplacer, la plupart d’entre nous l’ignore.

L’éloignement des mines en est une des raisons. Dans les années 1990, de strictes réglementations écologiques ont contraint des entreprises minières et des groupes de raffinage occidentaux à fermer ou à transférer leurs activités de production de terres rares. Candidate toute trouvée à la reprise de ces basses besognes, la Chine s’engagea alors dans une ambitieuse stratégie de développement industriel… au prix du saccage de ses écosystèmes. « Le peuple chinois a sacrifié son environnement pour nourrir la planète entière avec des terres rares », admet une spécialiste des terres rares, qui travaille dans une branche chinoise du chimiste Solvay.
 Il faut donc être très prudents avec les voitures « propres » ou véhicules zéro émission vantés par les industriels. Une automobile électrique ne rejette certes pas de carbone à l’instant où elle roule ; mais son impact environnemental a été déplacé en amont de sa mise en service, dans les régions où sont extraits, raffinés et incorporés les matériaux qui la composent. On songe à Metropolis, la ville imaginée par Fritz Lang en 1927, où les classes laborieuses respirent des fumées toxiques pour produire les richesses de classes bourgeoises choyées et indolentes.
Ainsi, de nombreuses études ont calculé les rejets de gaz carbonique des véhicules électriques, de la mine à la décharge. Elles aboutissent à des résultats contrastés. Ainsi, un rapport de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) publié en 2016 souligne la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la moindre dépendance aux énergies fossiles, mais juge « difficile de conclure que le véhicule électrique apporte une véritable solution aux enjeux d’efficacité énergétique », tandis que les « impacts négatifs sur l’environnement, majoritairement durant la phase de fabrication », sont « du même ordre de grandeur pour un véhicule électrique que pour un véhicule thermique ».
En France, 77 % de l’électricité produite en France est d’origine nucléaire, certes avec peu de carbone, mais non sans risques… Et faire basculer l’ensemble du parc automobile français dans le « tout électrique » nécessiterait une production équivalant à celle de quatre centrales nucléaires. D’ici 2030, la Chine va représenter plus de 60 % des ventes de véhicules à nouvelles énergies. Mais en Chine, les trois quarts de la production d’électricité viennent du charbon.

Et le moteur électrique dans tout cela ?
Le moteur électrique présente un excellent rendement énergétique, d’environ 80 % contre 45 % pour les meilleurs moteurs thermiques. Cependant, certaines batteries doivent être constamment maintenues à une certaine température et consomment donc de l’électricité en mode veille. De plus, il faut également tenir compte du fait que la batterie perd chaque année de sa capacité, ce qui a conduit plusieurs constructeurs à proposer un système de location mensuelle. Et au delà de son obsolescence technique, c’est le poids de la batterie qui pose problème parce qu’à habitabilité égale, la masse roulante d’une voiture électrique serait d’environ 10 à 20 % plus importante que pour un véhicule thermique. On se trouve alors affecté par la spirale de la masse, puisqu’il faudra recourir à un système de freinage et à des trains roulants plus importants. Or faire circuler un conducteur de soixante-dix kilos dans une Tesla de deux tonnes relève du non-sens.
Et voilà une autre contradiction de la voiture électrique, censée inciter à des modes de consommation plus sobres… Aujourd’hui, cette puissance encore limitée des batteries peut paradoxalement représenter une chance parce que cela peut être un moyen de modifier nos comportements, viser des véhicules ayant de meilleures autonomies, et non pas plus puissants. Mais ça n’a jamais été le cas ! Toujours le problème de celui ou celle qui aura la plus grosse !
La voiture électrique peut-elle dès lors être présentée comme une solution durable ? La voiture individuelle est-elle une solution durable ? Ce n’est pas parce qu’on aura des véhicules électriques que la situation des villes s’améliorera ! L’illusion de rouler « propre » pourrait déculpabiliser les conducteurs et faire croître un parc automobile déjà pléthorique, qui engorge les agglomérations. Petit rappel, et pas des moindres, plus de la moitié des émissions de particules fines vient du roulage, du freinage… et non du moteur ! On repassera pour le véhicule propre !

Pour terminer ces Nowakowkismes, je vais revenir sur ces métaux rares. «La face cachée de la transition énergétique et numérique», éoliennes, panneaux solaires et voitures électriques se contentent de déplacer la pollution à l’autre bout du monde. Iridium, indium, platine, terres rares : ces métaux aux noms parfois méconnus sont essentiels pour les industries de pointe. Sans eux, pas de batteries électriques, d’éoliennes, de téléphones portables ou de fibre optique. Et quelles sont les  conséquences environnementales et géopolitiques de l’extraction de ces métaux rares. Et donc les métaux rares c’est quoi ? L’Union européenne fournit une liste de 27 matières premières rares (phosphore, cobalt, hélium, etc.), dont de nombreux métaux. Ce sont des minerais présents en quantité infime dans la croûte terrestre. Ils sont naturellement mélangés à d’autres métaux plus abondants (fer, aluminium, etc.). Pour en obtenir quelques kilos, il faut extraire des tonnes de terre. Les scientifiques parlent de rareté géologique mais aussi industrielle. Certains métaux abondants peuvent devenir rares si la demande explose. Les métaux rares ont des propriétés chimiques uniques qui ont permis la transition énergétique et numérique. Sans métaux rares, nos téléphones portables feraient la taille d’une brique, n’auraient ni écran tactile ni vibreur. Sans eux, impossible de propulser un TGV à 500 km/h. Ils sont partout, et le futur high-tech qu’on nous oblige à accepter sera toujours plus tributaire de ces minerais dont la production ne cesse de croître.
Croître donc une production qui doit croître sans cesse et c’est la Chine qui a le leadership sur la production d’une bonne partie d’entre eux. La Chine contrôle notamment 95% de la production mondiale de terres rares. Historiquement, les Etats-Unis étaient leader sur le marché. Mais avec la prise de conscience écologique des années 80, les Occidentaux ne veulent plus de mines chez eux. Extraire des métaux rares est trop sale et coûteux en énergie. Les Chinois, dans une quête de croissance effrénée, récupèrent le sale boulot. Et pendant des décennies, au prix d’un dumping social et environnemental sans précédent, l’Empire du milieu inonde l’Occident de métaux rares très peu chers. Cette situation arrange tout le monde, d’un côté les pays occidentaux développent leurs nouvelles technologies à faible coût, de l’autre les Chinois s’enrichissent.
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce que la Chine prenne conscience des leviers économiques et géopolitiques qu’elle peut actionner avec ces ressources. Au tournant des années 2000, sa croissance et ses besoins en métaux rares explosent. Pour satisfaire sa demande intérieure et développer ses propres technologies, elle décide de fermer le robinet. Après avoir gavé l’Occident de métaux rares, le pays restreint ses exportations.
Développer sa propre transition énergétique, innover, les technologies vertes et le numérique sont les nouveaux moteurs de la croissance chinoise, indispensables à la survie du Parti communiste. Elle n’a pas hésité à s’approprier les technologies occidentale. En échange d’un accès direct et illimité aux métaux rares, de nombreux industriels se sont installés en Chine, donc accès à leurs laboratoires de recherche et appropriation des brevets européens et américains. « Grâce à ce chantage aux métaux, la Chine est devenue le leader mondial de la transition énergétique ».
Mais les métaux rares, on peut en trouver partout, du lithium en Bolivie et en Argentine, du cuivre au Chili, du cobalt en république démocratique du Congo. L’Indonésie regorge d’étain. Tous ces pays veulent s’inspirer de l’exemple chinois et capter la valeur ajoutée des métaux rares mais c’est très dur à mettre en place car ça veut dire ouvrir des routes, installer des lignes électriques, faire venir des savoir-faire.
Et bien sûr qui dit mines, dit dégâts environnementaux. En Mongolie intérieure, la principale région minière chinoise, c’est l’enfer. Aucune réglementation n’est appliquée. Les usines rejettent leurs effluents toxiques directement dans les sols. La population paye un lourd tribut avec un taux de cancer très élevé. Le problème c’est que le recyclage coûte plus cher que l’extraction. Piégés par une logique du moindre coût, les industriels préfèrent renvoyer leurs déchets en Chine et s’approvisionner directement en nouveaux minerais.
Cette transition énergétique est donc un leurre. Le marketing, les lobbys nourrissent l’illusion que les énergies renouvelables sont vertes mais on oublie volontairement qu’elles sont tributaires de l’extraction de métaux sales. Nous avons juste délocalisé la pollution et faisons semblant de faire du propre. L’exemple des voitures électriques parle de lui-même : sur l’ensemble de son cycle de vie, un véhicule électrique génère presque autant de carbone qu’un diesel. Technologie de durable ils disent !
La révolution numérique, essentielle au développement de nouvelles sources d’énergie, entretient aussi le mirage d’un monde moins physique. En réalité, derrière un courriel se cachent des milliers de kilomètres de câbles de cuivre.
Alors, au nom de la sobriété, du moindre impact de l’homme sur l’environnement, nous creusons toujours plus. Un paradoxe qui ne surprend quasi personne ! Et ce n’est pas fini ! Certains visent déjà les fonds des océans et les astéroïdes où le potentiel minier serait gigantesque. Les grandes puissances sont en train de s’approprier des endroits que la communauté internationale s’était juré de laisser à l’abri des appétits industriels. En 2015, Barack Obama a ouvert la danse. Il a autorisé les citoyens américains à devenir propriétaires d’astéroïdes pour exploiter des gisements de métaux rares. Rupture totale avec l’idée que l’espace est un bien commun de l’humanité. Mais bon, préservation des biens communs de l’humanité, on repassera !

Encore une fois, cela nous revient. Quel monde souhaitons-nous ? Continuons-nous à nous comporter comme des moutons, j’ai lu quelque part que 41% des français souhaitaient un retour d’un régime autoritaire ! Individualisme, ignorance, inculture organisée visant à offrir toujours quelqu’un à mépriser,… j’arrête là, et nous terminerons avec cette petite chanson brésilienne intitulée « Pour ne pas dire que je n’ai pas parlé des fleurs. », une chanson de Geraldo Vandré datant de 1968, également connue sous le titre « Caminhando » (« Chemin faisant »). Interdite par la junte militaire, elle devint l’un des hymnes du mouvement de lutte contre la dictature et qui a été chantée à nouveau 50 ans plus tard, aujourd’hui au Brésil ! Le pire des cauchemars est celui duquel on ne peut sortir ! 

« Les amours à l’esprit
Les fleurs sur le sol
La certitude droit devant
L’histoire entre nos mains.
Nous qui marchons, qui chantons
Et qui suivons la mélodie
Nous apprenons, nous enseignons
Une nouvelle leçon.. »

Nous apprenons, nous enseignons, c’est encore cela les Nowakowskismes. 

Sources
La Guerre des métaux rares, Guillaume Pitron
« La ruine hantée », Robert Pinsky
Le monde diplomatique, Aout 2018, La voiture électrique une aubaine pour la Chine 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.