Nowakowskismes n°3.2. J’ai fait un rêve !

« Cette exposition annuelle… offrait une caractéristique assez inquiétante : l’omniprésence, dans les toiles accrochées, des thèmes du cataclysme mondial. Comme si ces malades, internés depuis longtemps, avaient pressenti dans les âmes de leurs médecins et infirmières les prémisses d’une catastrophe sismique. » 

Après ces quelques lignes qui ouvrent le roman de Ballard, encore lui, « La foire aux atrocités », bonsoir à tous et à toutes – c’est reparti pour notre rendez-vous, tous les quinze jours  repartis pour une année de Nowakowskismes ! Et surtout, faire que Les Nowakowskismes soient toujours la seule émission de radio qui traverse et explore l’espace-temps et surtout qui questionne notre espace et notre temps ! Et qui secoue le présent ! 

Ce soir, ça s’appelle « j’ai fait un rêve ! » certainement pour conjurer le cauchemar quotidien, les discours crépusculaires et creux ou l’hystérie et l’humiliation permanente !

Être accueilli chaque matin par un nouvel épisode du Trump show ou de Macron today, c’est comme un peu être soumis à l’une de ces expériences incontrôlées du début de la guerre froide, ou l’on infligeait des traumatismes psychiques aux malheureux cobayes pour en étudier les effets durables. Trump qui dès le matin, et dont la pensée politique se résume à une répudiation hystérique de tout ce que d’autres ont bâti ! Macron pour qui sa pensée complexe se résume à de la communication emplie de mots creux, de «  vous allez voir ce que vous allez voir » teintée d’une érudition de Trivial Pursuit et de paternalisme nauséabond !

Ce soir aussi, par delà le rêve, ce sera à la manière de Jack London, « Debout ! Reveillez-vous ! Empoignez les rênes d’un gouvernement corrompu, éduquez les masses ! » vers l’insurrection comme recours inscrit dans la constitution de la République française. Premier article de la Constitution du 24 juin 1793 : « Le but de la société est le bonheur commun. » Dernier article : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

20 000 km2
Surface de la zone morte, sans oxygène donc sans vie et sans poisson, qui se forme chaque année dans le golfe du Mexique. La cause : les quantités astronomiques d’engrais chimiques et de lisier de porc utilisées comme fertilisants pour le maïs et le soja cultivés deux mille kilomètres en amont du delta du Mississippi.

2,8 planètes Terre seraient nécessaires si toute l’humanité adoptait le style de vie des français.

Huit hommes possèdent une fortune égale à la richesse des 3,6 milliards les plus pauvres du monde !

En 1070, 165,8 millions de touristes parcoururent le monde. En 2017, ils étaient 1,323 milliards.

71% de la population mondiale vit sans système de protection sociale (de la naissance à la retraite). Et pas d’assurance chômage pour 152 millions de travailleurs sans emploi. 

J’ai fait un rêve !
 J’ai fait un rêve ! J’ai rêvé d’une société dans laquelle l’industrie, l’économie, la démocratie, l’éducation se concevraient en symbiose. Les êtres humains habiteraient des villes végétalisées, parsemées d’oasis plantées de bambous qui épureraient les eaux et produiraient de la biomasse pour une mini-industrie locale. Des fablabs permettaient à tous d’élever leurs compétences, d’apprendre et d’accompagner, mais aussi de réparer les objets plutôt que de les remplacer, en produire quelques-uns sans passer par une industrialisation massive. J’ai rêvé d’une société dans laquelle nous possèderions moins d’objets.
J’ai rêvé d’un usage mesuré et intelligent d’internet, un internet dont les ressources seraient relocalisées, adaptées aux besoins, qui permettrait de partager véhicules, outils divers et tout appareil à usages intermittents, d’un numérique dont les ressources seraient locales, peuplé d’intelligences artificielles accompagnantes, adaptables et bienveillantes.
J’ai rêvé d’une société où louer les téléphones, les ordinateurs et éventuellement les téléviseurs plutôt que les acheter, inciterait les constructeurs à les maintenir en état plus longtemps. Une société dans laquelle l’essentiel des biens serait fabriqué à partir des déchets du XXème siècle et de matériaux renouvelables, une société où les biens seraient conçus dans une économie circulaire pour que la matière soit recyclée indéfiniment dans le système de production.
J’ai fait le rêve d’une société permettant de réduire, réutiliser, recycler, réparer, louer, partager dans une logique d’interconnectivité et de préservation de la diversité, diversité favorisée par l‘éducation d’un citoyen conscient, éclairé, responsable et capable de rejeter l’emprise des ingénieurs de la Silicon Valley, des publicitaires, des directeurs des médias qui cherchent à les rendre plus vulnérables, influençables, et réceptacles d’une pensée standardisée.
J’ai fait un rêve ! J’ai rêvé d’un monde où, dès leurs premières années, on enseigne aux enfants la coopération, en plus des mathématiques, les humanités numériques en plus de la grammaire et de l’histoire, l’art de communiquer au mieux avec les autres, exprimer leurs besoins et résoudre des conflits au lieu de la compétition et de la contrainte.
« Lorsque les machines, les ordinateurs et la quête du profit sont plus importants que les gens, le triptyque fatal du matérialisme, du militarisme et du racisme est invincible. » a dit Martin Luther King, dans son sermon prononcé à New York le 4 avril 1967. Aujourd’hui, j’ai rêvé d’une société d’innovation symbiotique.

Ce soir je suis d’humeur sombre, alors écoutons ou ré-écoutons Ohio de Neil Young. Ohio a été écrite pour protester contre la fusillade de l’Universite de Kent, au cours de laquelle 4 étudiants furent tués et 9 blessés lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam. Neil Young a écrit cette chanson en une demi-journée et l’a aussitôt enregistrée avec Crosby, Stills et Nash. Cette tuerie perpétrée par la Garde nationale le 4 mai 1970 a aussi inspiré Bruce Springsteen, les Beach Boys, Yes avec le morceau « Long distance runaround » mais écoutons Ohio !

Je suis tombé sur l’appel de 200 intellectuels dans le Monde. C’est un appel, appuyé par des noms, et pas des moindres ! Au début, c’était un  texte d’un individu, qui ne visait qu’une prise de position, un coup de gueule, avec ses maladresses et son charmes. Mais là, nous avons là un appel qui laisse un goût amer.
Je suis bien évidemment convaincu de la nécessité d’agir, de réagir, de prendre conscience, sinon je ne m’exprimerais pas ainsi, mais pas comme cela ! Surtout pas avec un appel à une politique autoritaire et descendante qui se met dans la situation traditionnelle, « on sait ce qui est bien pour vous » !
Pas avec un appel, qui sous couvert de bonne tenue des signatures, prône une dé-responsabilisation de l’action en général, et de l’action politique en particulier !
Pas avec un appel qui affirme que la politique c’est l’affaire d’autres, que nous signataires nous savons, nous tirons la sonnette d’alarme, mais bon la politique ce n’est pas notre affaire !
Mais oui, c’est votre affaire ! La politique c’est nous, c’est vous, c’est cela une démocratie, c’est un commun.
Pour les grecs (koinôn – mettre en commun), « vivre ensemble » ce n’est pas, comme dans le cas du bétail, « paître au même endroit », ce n’est pas non plus tout mettre en commun, c’est « mettre en commun des paroles et des pensées », c’est produire, par la délibération et la législation, des moeurs semblables et des règles de vie s’appliquant à tous ceux qui poursuivent une même fin. L’institution du commun (koinôn) est l’effet d’ « une mise en commun » qui suppose toujours une réciprocité entre ceux qui prennent part à une activité ou partage un mode d’existence. Un tel appel rappelle le troupeau à l’ordre pour qu’il paisse au bon endroit comme il le faut, parce qu’il n’est pas capable de « mettre en commun des pensées » !
Donc tout cela pour dire qu’un tel appel ne fait plaisir qu’à ceux qui l’ont écrit, signé et qui, du coup, apparaissent dans le journal, relayés sur les réseaux sociaux, et qui ainsi ont fait leur acte de bonne conscience, « on a fait quelque chose ! »
Et donc, pour conclure, la planète et ce qui arrive est vital, j’en suis convaincu ! Si vous avez bien lu tous les textes que les uns et les autres citent, vous devez savoir que le changement viendra de l’action de tous, par l’éducation, la démonstration, par le récit à construire et que l’action politique c’est notre affaire ! Votons, présentons des candidats, investissons les partis, créons des partis, proposons d’autres modèles, il existe plein de sources, de travaux, de recherche inspirants !
Que chacun des signataires 200, face acte de pédagogie, de militantisme !
Qu’ils s’adressent chacun à 2 personnes qui s’adresseront elles-mêmes à deux personnes par exemple ?
Que chacun des signataires réinventent les récits du monde à venir en allant dans les associations, dans les classes, chez des voisins !
Que chacun des signataires s’appliquent à lui-même les principes de décroissance, de raison, en rejetant le système capitaliste qui fait de l’avenir de la planète celui qui s’annonce !
Lutter c’est en paraphrasant John Holloway  « […] refuser de fabriquer [ce qui nous amène dans le mur]. Présenter l’action comme la destruction du capitalisme et de ses conséquences, ou en se remettant aux politiques, c’est partir perdant, c’est ériger un grand monstre en face de nous, si terrifiant que, soit nous renonçons par désespoir, soit nous en concluons que notre seule façon de tuer le monstre est de construire un grand parti avec des dirigeants héroïques qui se sacrifient (et tous ceux autour d’eux) au nom de la révolution. Nous partons à nouveau perdants, cette fois en élaborant une grande fable d’héroïsme, de direction, de sacrifice, d’autorité et de patience, une fable peuplée de saints – Lénine, Trotski, Rosa, Mao, le Che, Marcos ou qui vous voudrez – qui reproduit ce que nous voulons détruire. Agir ainsi c’est reporter dans le futur, la confier à d’autres et se laver les mains. La question n’est pas dans le futur. Elle se pose ici et maintenant : comment cessons-nous de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ? »
Alors « […] Lançons une pierre sur la couche de glace qui recouvre le lac des possibilités. La pierre provoque un trou dans la glace mais la glace est épaisse, la journée est froide et, bientôt, le trou disparaît. Nous gardons avec enthousiasme en mémoire quelque chose de beau, nous avons entrevu un antre futur possible. Nous jetons une nouvelle pierre et, cette fois, nous ne provoquons pas seulement un trou, mais des brèches qui jaillissent dans différentes directions, certaines se connectant avec d’autres brèches qui se sont propagées à partir du trou provoqué par la pierre lancée par quelqu’un d’autre. Si la glace doit être brisée complètement, alors cela se peut se produire que d’une seule façon : par toutes sortes de gens lançant des pierres et par le jaillissement de brèches qui parfois se connectent. »
Donc chèr.es intellectuel.les, ou célébrités (comme vous voulez), la planète, l’humanité, le monde demandent que NOUS cessions de « paître au même endroit » en attendant que le boucher vienne nous chercher, que NOUS « mettions en commun des paroles et des pensées », que NOUS produisions de la délibération, de la législation, que NOUS  prenions part à l’action, que NOUS agissions pour empêcher que les conditions qui nous amenés là ne soient plus jamais réunies !

Un peu de musique pour méditer, une chanson qui rappelle que tous les êtres humains ont un rôle à jouer. Et je cite Patti Smith « Qu’ils soient écrivains ou non. Prendre soin de l’environnement. Rechercher la justice. Se révolter contre les injustices. Les artistes n’ont pas plus de responsabilités que les autres, mise à part celle de faire leur travail du mieux qu’ils le peuvent. » Et ça ne vaut pas uniquement pour les artistes ! Ça c’est moi qui rajoute. Et Patti Smith et son mari Frederick « Sonic » Smith mort en 1994 et ancien guitariste du groupe MC5, ont co-écrit cette chanson « People have the power » (Fred a inspiré deux super chansons à Patti Smith « Because the night » et « Frederick »). « People have the power » c’est montrer qu’un artiste peut inspirer les gens, mais que seuls les gens peuvent changer le monde, car ce sont les gens qui votent et protestent ! Donc avec Patti Smith et avant de l’écouter «  Votez ! Protestez ! Seul le nombre amène le changement ! » 

Et pour terminer quelques mots sur un auteur que j’ai découvert avec le roman « Le temps où nous chantions ». Ce roman est un roman sur l’Amérique, un roman de l’Amérique moderne, mettant en question la création, l’identité et l’interculturalité. Un roman délicieux que je vous recommande et dont je vous reparlerai, mais pas ce soir ! Ce soir, je vais vous parler du neuvième et dernier roman de Richard Powers, L’arbre Monde.
 Ils sont neuf protagonistes, aux parcours et vies différant les uns des autres. Parmi les 9 (ça me fait penser au seigneur des anneaux, la communauté de l’anneau, les nombres d’anneaux), il y a une biologiste sorte d’alter ego de l’auteur. Elle est à l’origine d’une découverte fascinante sur le fonctionnement des arbres…Ils sont vivants, intelligents, organisés et s’adaptent suivant les périodes. Une découverte qui lui coûta cher dans ses jeunes années, mais découverte qui sera un électrochoc pour certaines personnes et provoquera un activisme pacifiste et persistant dans le monde que nous connaissons bien, monde du profit, de la vacuité et de la sur-consommation.
Ce roman protéiforme s’articule autour de quatre parties ( Racine, Tronc, Cime & Graines). La nature, le rapport de l’homme à son environnement, les enjeux financiers, les égarements humains et le besoin de se reconnecter à sa planète sont les thèmes principaux, c’est un livre de questionnement, un roman sur la frustration de ne pas voir le monde changer, un texte sur la nécessité de retrouver sa place, d’engagement et de quête de sens.
L’arbre-Monde a un seul héro, un seul personnage clé, qui s’impose auprès de chacun des protagonistes, à n’importe quelle période et reste imperturbable… l’arbre. C’est la véritable clé de voûte, l’espèce dominante dans le texte de Richard Powers, d’une sagesse et d’une intelligence infini. D’un propos écologiste  qui pourrait presque paraître utopiste ou illusoire, le lecteur bascule dans un monde qui est le sien mais sous une autre lumière. Un monde où par le biais des mots de l’auteur nous comprenons les arbres, nous les voyons naitre, évoluer, grandir puis mourir, nous les voyons organiser le vivant sur Terre mais aussi nous nous rendons compte du mal que nous leur infligeons.
Richard Powers signe avec L’arbre Monde un texte fort et conscient ! On ne peut pas parler d’engagement ou d’œuvre politique, car il s’agit de bien plus que ça. A l’heure où tout le monde tire la sonnette d’alarme quant à l’urgence de changer notre mode de vie, d’être plus responsable et moins égoïste, ce livre apparaît comme un repère monolithique quant aux possibles et à la coexistence entre espèce.
Richard Powers, comme toujours dans ses romans, nous invite à nous poser une question cruciale. Dans L’arbre-Monde, les questions touchent à notre propre avenir : quand cesserons-nous enfin de nous laisser aveugler par notre fantasme de toute-puissance et de contrôle sur la planète ? Quand réapprendrons-nous à vivre en harmonie respectueuse avec les autres êtres vivants ?
Lointains cousins de ceux des mythes anciens et modernes comme dans le seigneur des anneaux et toute la mythologie de Tolkien, ces arbres rient, pleurent et sont les témoins de l’arrogance et la vanité humaine.
Alors « Quel est le meilleur moment pour planter un arbre ? Vingt ans plus tôt. Et à défaut, quel est le meilleur moment ? Aujourd’hui. » dit un proverbe chinois

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que vous allez bien, que vous reviendrez. Juste pour terminer, un poème d’Edgar Allan Poe traduit par Stéphane Mallarmé, intitulé Un rêve dans un rêve : 

Tiens ! Ce baiser sur ton front ! Et, à l’heure où
 Je te quitte, oui bien haut, que je te l’avoue : tu
N’as pas tort, toi qui juges que mes jours ont été
Un rêve ; et si l’espoir s’est enfui en une nuit ou
En un jour, – dans une vision où aucune, n’en est-
Il pour cela pas moins PASSÉ ? Tout ce que nous
Voyons ou paraissons n’est qu’un rêve dans un rêve.
Je reste en la rumeur d’un rivage par le flot

Tourmenté et tiens dans la main des grains
Du sable d’or – bien peu ! Encore comme ils glissent
A travers mes doigts à l’abîme, pendant que je
Pleure – pendant que je pleure ! Ô dieu ! Ne puis-
Je les serrer d’une étreinte plus sûre ? Ô dieu !
Ne puis-je en sauver un de la vague impitoyable ?
Tout ce que nous voyons ou paraissons, n’est-il
Qu’un rêve dans un rêve ?

Les Nowakowskismes sont-ils un rêve dans un rêve ? 

Sources
Magazine America n°7
La foire aux atrocités. JG Ballard
L’arbre monde. Richard Powers
Manière de voir. Le progrès en procès.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.