Billet d’humeur – Innovation pédagogique, où es-tu ? ou quand l’université sortira-t-‘elle du moyen âge ?

TICE, …, échec en licence …innovation pédagogique … pédagogie renouvelée … quand cesseront ces incantations ? Répétées à l’envi, pour cacher le vide, l’archaïsme du système, l’immobilisme et le conservatisme !
Aujourd’hui, je sors de surveillance d’examen, surveillance c’est comme cela que ça s’appelle … 2 heures pendant lesquelles les étudiants n’ont droit à aucun document, sous pression ; dans des conditions que, sous prétexte de leur statut, nous avons le droit de leur faire subir, un traitement qu’on n’accepterait pas pour nous, mais j’y reviendrai ! Et voici venir le meilleur, les sujets : deux parties notées sur 20 chacune – avec des questions du style :
en quoi le suicide est analysé comme un « fait social » chez Durkheim .. ? sur 5 points
la question de la filiation au coeur des débats autour du « mariage pour tous ». Quels sont les apports de Levi-Strauss sur les « structures de la parenté » …. sur 2,5 points 
Définissez les quatre forme de « capital » chez Bourdieu sur 5 points
Que désigne l’expression « démocratie désenchantée » chez Bourdieu sur 5 points
Que nous apprennent les études de Kaufmann sur la répartition des tâches ménagères … ? sur 2,5 points
puis, toujours sur 20 points,
Vous expliquerez ce que signifie un individu multiple dont le Soi est composé de plusieurs sous identité
À quoi servent les rituels de l’interaction, notamment, le rituel de confirmation et le rituel de réparation ? 
Là les points sont attribués globalement !! 
DItes-moi quel est l’intérêt de donner en examen, une question dont la réponse apparaît dans les premières lignes fournies par votre moteur de recherche favori ? Que chercher à évaluer ? Qu’évalue-t-on quand l’évaluation se fait par régurgitation d’un cours  – attention, même la régurgitation peut être soumise à évaluation – à deux régurgitations identiques ne correspondent pas toujours une note identique ? Allez savoir pourquoi …
Donc … je sors de surveillance, et je suis déprimé … et en plus, le système nous contraint à accepter ses règles. Surveiller chaque étudiant, surveiller qu’il ne sorte pas son portable, surveiller et punir, … en plus, nous savons que nous n’avons plus de montre, le smartphone la remplace, mais il n’y a pas d’horloge dans l’amphi, …. Le temps n’est-il venu de simplement proposer des systèmes où tout simplement la fraude n’a pas lieu d’être – un système basé sur une production personnelle, une production s’appuyant sur des recherches, des analyses critiques, une construction personnelle …
Je sors de surveillance, et quand je pense à tous ces discours, innovons, il faut penser la pédagogie, autrement, mettre l’étudiant au centre de ses apprentissages … et quand je vois ces sujets, ces dispositifs, les conditions (documents, cours interdits, …) je me demande toujours si nous arriverons un jour à faire une université moderne effaçant définitivement l’université archaïque reproduisant le modèle en place depuis des siècles !
Se poser simplement des questions :
  • mon métier ne doit-il pas évoluer en fonction des publics ?
  • mes pratiques doivent-elles changer afin de prendre en compte les nouveaux rapports aux savoirs ?
  • quels sont mes objectifs ? Faire que les étudiants se plantent aux examens ? faire que les étudiants ne soient juste bons qu’à recracher le cours du prof à la virgule près ?
  • ou faire que mes étudiants apprennent quelque chose, ressortent grandis de leur passage dans un cours, dans l’université ?
  • Qu’est-ce que j’évalue ? Pourquoi j’évalue ? Mettre une note ?
 Pour finir, et ce n’est pas moi qui le dit, voici un petit tableau qui montre les 6 leviers permettant d’améliorer les apprentissages des étudiants (Six leviers pour améliorer l’apprentissage des étudiants du supérieur. M. Poumay, Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur 30-1 (2014))
6leviers
… peut-être que ça aidera certains à ouvrir les yeux ! et à ceux qui disent, mais comment certifier, comment diplômer quand on n’a pas l’examen ! Et bien tout simplement, en s’installant dans un processus dynamique, visant à accompagner l’étudiant dans son parcours, à lui donner d’avantage de contrôle sur les tâches qu’on lui propose, et en le rendant actif, actif de ses apprentissages, actifs de son être-là étudiant ! une évaluation prenant en compte tout cela, une évaluation faisant partie du processus, et non pas une évaluation couperet, matérialisation du toujours Surveiller et punir !

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search