Nowakowskismes n°2.17 – Quoi ? L’éternité !

« Nous ne courons pas vers la mort, nous fuyons la catastrophe de la naissance, nous nous démenons, rescapés qui essaient de l’oublier. La peur de la mort n’est que la projection dans l’avenir d’une peur qui remonte à notre premier instant.
Il nous répugne, c’est certain, de traiter la naissance de fléau : ne nous a-t-on pas inculqué qu’elle était le souverain bien, que le pire se situait à la fin et non au début de notre carrière ? Le mal, le vrai mal est pourtant derrière, non devant nous. C’est ce qui a échappé au Christ, c’est ce qu’a saisi le Bouddha : « Si trois choses n’existaient pas dans le monde, ô disciples, le Parfait n’apparaîtrait pas dans le monde… » Et, avant la vieillesse et la mort, il place le fait de naître, source de toutes les infirmités et de tous les désastres. »

Quelques mots extraits de « De l’inconvénient d’être né » d’Emil Cioran. Pour finir, une escapade en transhumanie, un monde qui s’étend, qui fait son chemin, poussé par les grandes entreprises de l’internet, du numérique, vers une quête de l’immortalité. Le transhumanisme comme réponse à l’inconvénient d’être né ! Explorons ce monde !

« Et jamais un homme ne pourra être plus terriblement mort que lorsque la mort même sera immortelle. » C’est Saint Augustin cité par Don DeLillo, dans son roman Zéro K qui m’a donné envie de vous parler de transhumanisme ce soir, pour la dernière des Nowakowkismes, dernière de l’année.  Ainsi, l’immortalité qu’envisage DeLillo dans Zero K, c’est celle du corps dont les tenants du transhumanisme et les nanotechnologies esquissent aujourd’hui la promesse.
« Vivre plus longtemps, en meilleure santé, plus intelligent et plus heureux » Vous y croyez ? Aujourd’hui les techno sciences avancent à pas de géant, et ça commence à en faire flipper quelques-uns !
Les géants californiens de la technologie se sont mis en quête du graal de l’immortalité… ce n’est pas pour rien que Google a recruté Ray Kurzweil, auteur de livres à succès, persuadé que la possibilité de transférer le contenu du cerveau sur un ordinateur est pour bientôt ! Ou encore, que le PDG D’Amazon injecte des millions de dollars dans la lutte contre les cellules sénescentes ! Ou que Peter Thiel, fondateur de PayPal, veut croire que la vieillesse est une maladie guérissable !
Petit tour donc dans la Californie de 2018 ! Quelle est l’offre de la start-up Ambrosia à ses riches clients de la Silicon Valley ? Un litre et demi de plasma sanguin transfusé pendant deux jours… pour la bagatelle de 8 000 dollars. .. Dans la mythologie grecque, l’ambroisie est le mets des dieux et source d’immortalité. Donc, dans un « remake » douteux de Dracula, du sang frais prélevé sur des moins de 25 ans produirait une véritable régénérescence chez les plus de 35. Voici la promesse des dirigeants d’Ambrosia.
Selon eux, cette réussite supposée s’explique grâce au principe d’accroissement de la vitalité qui va de pair avec la parabiose, l’association de deux individus de la même espèce. Les toutes dernières expérimentations pratiquées sur des souris donnent apparemment de très bons résultats. La transfusion de sang provenant de sujets plus jeunes régénère le corps des plus vieux : la force musculaire recommence à se développer, le pancréas se renouvelle, les performances cérébrales augmentent. Cela dit, à ce jour, aucune étude n’a été menée sur des humains. Mais ce bémol n’a pas l’air de dissuader les clients d’Ambrosia, 600 clients aujourd’hui ! Et ni Peter Thiel, l’un des premiers investisseurs de Facebook, monsieur numérique de Trump, fort intéressé par le projet. Le capitalisme de la Silicon Valley, vampirise dans tous les sens du terme ! Des traces aux tréfonds du corps humain, en buvant le sang des plus jeunes pour revigorer les vieux en quête de jeunesse éternelle ! Tiens, ça rappelle le dernier Mad Max aussi !
Donc, dans la vallée dite « Vallée du futur » c’est autre chose encore, quelque chose de plus grande ampleur, qui s’y joue depuis longtemps. On est habitué à l’associer aux smartphones, aux algorithmes, à la marchandisation des traces, aux réseaux sociaux, mais, la Silicon Valley est en passe de devenir un gigantesque laboratoire de biotechnologie. Ambrosia est loin d’être un cas isolé, c’est même un cas exemplaire. Et oui, les pionniers de la technologie, presque tous minces, dopés aux graines de chia [plante de la famille des sauges, cultivée depuis des millénaires au Mexique et utilisée à partir les années 1990 comme substitut aux produits d’origine animale] et aux préparations censées apporter une bonne santé, se sont rendu compte depuis quelques années que l’immortalité pouvait rapporter gros. L’immortalité, l’éternité, souvenez-vous le roman de Norman Spinrad, Jack Barron et l’éternité (réécoutez les Nowakowskismes n°7, de la saison 1).
Ainsi tous ces individus qui se sont érigés en maîtres du monde, en quasi dieux, que leur reste-t-il à vouloir si ce n’est l’immortalité ! Des seigneurs de lumière en citant le roman de Roger Zelazny, seigneurs de lumière, des Dieux, des démons, des usurpateurs, des humains jouant à être des dieux ! Ainsi, Peter Thiel n’a pas attendu pour s’intéresser aux projets transhumanistes et investir dans des entreprises de l’industrie de l’anti-aging. Dès 2009, dans un essai destiné au think-tank libertarien Cato Institute, il dit récuser l’« idéologie de l’inéluctabilité de la mort ». Dans la même veine, le patron d’Amazon Jeff Bezos a investi dans Unity Biotechnology, une start-up qui travaille sur le retardement du vieillissement cellulaire. Larry Ellison, cofondateur d’Oracle, a fait un don de 370 millions de dollars pour la recherche sur le vieillissement, parce qu’il trouve que la mort est une réalité « inconcevable ». Google, dont le cofondateur Sergey Brin rêve lui aussi d’abolir la mort, a déboursé 1 milliard de dollars pour créer Calico, son propre in­stitut pour l’étude de l’allongement de la durée de la vie. Bill Maris, ancien patron de Google Ventures, en a présenté l’objectif en ces termes : « Il s’agit d’un avenir à la Star Trek dans lequel personne ne meurt de maladies évitables et la vie se comporte avec loyauté. » Et oui, la science-fiction n’est jamais loin dans la vision qu’ont du monde, tous ces « seigneurs de lumière » !

Une vie qui se comporte « avec loyauté », c’est donc que  l’humanité doit entreprendre un effort technologique commun pour mettre la nature sous contrôle total, ce qui signifie avant tout que la mort doit être éliminée. La vie éternelle est à comprendre comme un acte de réparation, un acte de réponse à l’inconvénient d’être né !
Et donc les transhumanistes comptent bien sauver l’espèce, mais d’autres redoutent qu’ils la précipitent vers sa propre fin et tirent la sonnette d’alarme. Le biologiste Jacques Testart, père du premier bébé éprouvette français, se fait lanceur d’alerte dans un essai intitulé « Au péril de l’humain. » Il y dénonce un « projet délirant » porté par une cohorte de neurologues, informaticiens, mathématiciens, biologistes et autres spécialistes qui s’efforcent de mettre au point des molécules miracles, des prothèses high-tech et des machines hybrides en vue de doper nos capacités et de décupler notre longévité. Testart ne voit dans les transhumanistes que des apprentis sorciers. Derrière le quête de la jeunesse éternelle, la promesse suicidaire de « créer une nouvelle espèce, sans débat et sans délai, mais aussi sans retour possible. » Une société peuplée d’hommes-cyborgs capables de repousser les limites de la génétique, où un large éventail de techniques permettrait par exemple aux individus de remplacer un organe par une prothèse plus fiable que l’original, de booster les capacités intellectuelles grâce à une stimulation électromagnétique intracrânienne, de contrôler les émotions, la douleur, d’acquérir des connaissances sans effort en s’implantant une puce dans le cerveau….Certains font même sauter le tabou ultime : pourquoi se priver de manipuler le génome de l’embryon pour corriger d’éventuels défauts et surmonter ainsi la loterie naturelle ?!
Nul ne peut prédire lesquelles, parmi ses soi-disant innovations, quitteront le champ de la science-fiction. Certaines pourtant, comme la transformation de cellules banales en gamètes (cellules reproductrices mâles ou femelles) a déjà été réalisé chez la souris. Et donc, lorsqu’on saura appliquer cela sur les cellules humaines, on pourra produire des ovules, donc des embryons, sans les « servitudes gynécologiques », et bien sûr trier les futurs enfants selon des critères multiples – bienvenue à Gattaca ! Et ce qui est également très inquiétant c’est que la politique ne s’en empare pas, et si elle se réveille lorsque les techniques seront prêtes ce sera trop tard ! Pour les transhumanistes, tout ceci n’est qu’une étape dans la longue histoire du progrès humain, la traduction contemporaine d’un rêve vieux comme le monde.
S’émanciper des lois de biologie, fusion de l’homme et de la machine, optimisation, surhomme, toujours plus dans une course sans fin. Les transhumanistes refusent la condition ontologique des êtres humains fondée sur la fragilité et la finitude, sur des relations de coopération et un rapport vivable avec la nature. Et donc tout cela questionne nos identités. Vers quoi va l’humain ? Vers quel « idéal » ou quel « cauchemar » le transhumanisme nous emmène-t-il avec ses logiques d’artificialisation et d’hybridation ? Quant à la vie éternelle, vaincre la mort ! Qu’aurions-nous à craindre s’il n’y avait jamais de mort ? Et qu’aurions-nous à désirer si le temps ne nous était pas compté ? Avec l’éternité, nous saurions d’avance que tout se réaliserait nécessairement. Nietzsche, dont se revendiquent tous ces techno-utopistes, considérait la mort comme un « aiguillon ».
Juste pour illustrer, un petit détour par un vieux film de John Boorman, en 1974, ZARDOZ. L’histoire est la suivante : dans un futur post-apocalyptique (2293), la population humaine est divisée entre les Éternels, des humains ayant atteint l’immortalité grâce à la technologie, et les Brutes. Les Brutes vivent dans une terre ravagée et fournissent de la nourriture aux Éternels. Les éternels vivent dans des régions isolées du reste du monde par un mur invisible et appelées « Vortex » et passent une existence luxueuse mais apathique. Les Éternels sont dirigés et protégés de la mort par une intelligence artificielle appelée « le Tabernacle », un gros cristal qui est relié à l’esprit de tous les Éternels et qui conserve leur mémoire dans ses réflexions lumineuses. Du fait de leur immortalité, les Éternels ont arrêté de procréer et les hommes sont devenus impuissants. Certains sont victimes d’une maladie, l’apathie, qui les plonge en catatonie. Les dissidents, ceux qui refusent le système ou bien introduisent la discorde, sont vieillis, voire sont exclus et sont délibérément rendus séniles, la vieillesse comme punition éternelle ! Donc tout y est, une caste de riches s’est offert l’éternité par la technologie, l’autre partie de l’humanité est elle laissée dans la misère et est exploitée, la mort est vaincue, la vieillesse est une punition mais la vie éternelle est apathie, ennui éternel, perte de l’énergie vitale !

Pour finir, une connexion inattendue ! On a déjà parlé de la connexion inattendue entre des hippies fumeurs de joints et les grandes entreprises de l’internet. On n’a jamais parlé de la connexion entre l’idéologie soviétique et le transhumanisme de ces mêmes grandes entreprises.
Moscou, 1928. Alexander Bogdanov, l’une des personnalités dirigeantes du Parti bolchevique, est à l’apogée de sa carrière. Ce médecin, philosophe et écrivain avait déjà rêvé dans son roman L’Étoile rouge, paru en 1908, d’une élévation révolutionnaire des esprits vitaux par la « transfusion réciproque du sang de deux créatures humaines ». Depuis longtemps, il réalise des expériences sur ce sujet et depuis deux ans, il le fait même au sein de l’établissement qu’il a fondé, l’Institut pour la transfusion sanguine. Les résultats semblent encourageants. Dans Le Combat pour la vitalité, Bogdanov cite le cas d’un révolutionnaire quinquagénaire auquel on a transfusé le sang d’un homme de 20 ans. Les capacités de travail du plus âgé ont augmenté, sa vue s’est améliorée… son ronflement a même diminué. Pour Bogdanov, compagnon de route de Lénine et penseur du bolchevisme, l’allongement de la durée de la vie n’est qu’un premier pas. Dans la mouvance, de courants tels que les « immortalistes » et les « biocosmistes », il veut pousser la pensée de Marx et d’Engels jusque dans ses conséquences extrêmes. Le communisme doit s’incarner en profondeur dans le corps et, pour y parvenir, la vie éternelle est indispensable. Dans l’imaginaire collectif de ces années, il paraît pratiquement obligatoire que l’Homo sovieticus soit non seulement supérieur du point de vue intellectuel mais devienne aussi immortel. À la place de Dieu qui sauve l’âme, on trouve désormais le pouvoir soviétique qui garantit au corps une éternité produite par la technique. Toutefois, il va de soi que ce cadeau de l’immortalité exigera une soumission totale de l’individu aux appareils de pouvoir de l’État.
Avec ses transfusions expérimentales, Bogdanov se concentre sur l’immortalité et veut fonder dans le même élan un « collectivisme physiologique » : si chaque camarade renouvelle chaque année environ 80 % de son sang, cela « acheminera » le communisme non seulement dans les esprits mais aussi dans les vaisseaux capillaires. Ainsi naîtra un « corps du peuple », au sens littéral du terme, une sorte de méta-organisme soviétique. Ironie du sort, en avril 1928, à l’âge de seulement 54 ans, Bogdanov meurt des suites de l’une des nombreuses expériences qu’il a pratiquées sur sa propre personne, en s’inoculant le sang d’un étudiant atteint de malaria et de tuberculose.
Aussi bizarre que tout cela puisse paraître, la foi dans le progrès, cette croyance radicalement optimiste que nourrissaient les utopistes soviétiques, résonnent de façon singulière avec le projet de la Silicon Valley. Les similitudes ne se limitent pas à la volonté inconditionnelle d’accélération, à l’affirmation littéralement évangélique de la technique et à l’héroïsation du travail mais elles touchent aussi le niveau concret de la biotechnologie. Le rêve de Bogdanov, celui d’une augmentation vampirique de la vitalité, se reflète désormais dans Ambrosia. La cryogénisation – la conservation d’un être vivant récemment décédé dans de l’azote liquide à des températures inférieures à - 150 °C dans le but de pouvoir le « ressusciter » ultérieurement –, vendue par la firme américaine Alcor Life Extension Foundation, procède de la même idéologie. Même les visions biocosmiques ont aujourd’hui leurs adeptes : Elon Musk veut coloniser Mars avec Space X, le directeur du développement de Google, Ray Kurzweil, ou le chercheur sur l’intelligence artificielle Eliezer Yudkowsky mènent des recherches sur la libération des âmes, fermement convaincus que l’on pourra, dans un avenir pas si lointain, transférer sur des médias artificiels une conscience humaine encore momentanément prisonnière de la cage organique d’un cerveau.
Dans les deux cas, ce sont des projets fondés sur le big data et exigeant, au nom de l’amélioration de l’homme, sa saisie totale sous forme de données dans une sorte de deal idéologique : j’échange ma liberté contre l’éternité, mon autonomie contre le fantasme d’une rédemption (comme Jack Barron). Se libérer de la soi-disant dictature de la nature va toujours de pair avec une soumission volontaire. Enfin, quand la mort cesse d’être un problème métaphysique pour devenir un problème technologique, quand vivre n’est plus qu’un processus à optimiser, à organiser, à réparer,… que restera-t-il de l’humain ? Commencer par accepter de se soumettre aux outils, pour finalement disparaître dans ces outils, en une soumission volontaire, favorisée quotidiennement par chaque paquet de données en provenance des smartphones, des profils Facebook, des bracelets d’activité, des traces… 

Pour terminer quelques lignes extraites du roman Zero K. « Jamais je ne m’étais senti plus humain que lorsque ma mère gisait sur son lit, mourante. Ce n’était pas la fragilité d’un homme qu’on dit “trop humain”, sujet à la faiblesse ou la vulnérabilité. C’était un déferlement de tristesse et d’affliction qui me fit comprendre que j’étais un homme augmenté par le chagrin. »

Sources
Zero K. Don De Lillo
Jack Barron et l’éternité. Norman Spinrad
De l’inconvénient d’être né. Cioran
Au péril de l’humain. Les promesses suicidaires des transhumanistes. Jacques Testart et Agnès Rousseau
Seigneurs de lumière. Roger Zelazny
Zardoz. John Boorman
Die neue Menschheit. Biopolitische Utopien in Russland zu Beginn des 20. Jahr­hunderts Suhrkamp, 2005 « La nouvelle humanité. Utopies biopolitiques en Russie au début du XXe siècle » sous la direction de Boris Groys et de Michael Hagemeister


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.