Et la bonne nouvelle est que si vous voulez voir Blade Runner, regardez à nouveau, et uniquement, celui de 1982 !

Il a donc fallu attendre trente-cinq ans pour voir un deuxième Blade Runner. Un laps de temps considérable évidemment justifié par le fait que le film de Ridley Scott se suffisait à lui-même. Et la bonne nouvelle est que si vous voulez voir Blade Runner, regardez à nouveau, et uniquement, celui de 1982 !
Le but n’est pas de comparer, j’étais parti confiant, j’avais vu passer quelques critiques qui semblaient être positives… donc curieux, et sans a priori, j’y suis allé !
Nous voici donc en 2049. En 35 ans, la société a changé, il y a eu un Black out, … des énigmes qu’on espère voir s’éclaircir. Une nouvelle entreprise toute-puissante, qui a remplacé Tyrell Corp., la Wallace Corporation, dirigée par un démiurge aveugle (Jared Leto), a perfectionné l’élaboration des « réplicants », ces androïdes presque humains, parfois plus qu’humains. En attendant de savoir si ces nouveaux esclaves exceptionnels perdureront, certains anciens réplicants sont jugés dangereux ! Chargé de les traquer et de les éliminer, l’officier d’élite K (Ryan Gosling) est un « blade runner » au service d’une force d’intervention spéciale. Le film débute sur une mission, il survole, dans sa Peugeot volante, une colonie désertique et se pose près d’une ferme où l’on aperçoit, sur le toit d’une serre, une inscription en simili-cyrillique…
Voilà, … ça pourrait bien ! Mais à partir de là, on entre dans un interminable film, mêlant des histoires sans queue, ni tête, avec de longs plans boursoufflés sur les vues d’un Los Angeles tentaculaire. La musique comme un remix du Vangelis de 1982 écrase, avec des pouet-pouets et des sons de cornes de brume .. Mais alors l’histoire ? Et bien, rien, … un salmigondis sans histoire, creux et boursouflé ! là où le premier Blade Runner questionnait tout en finesse ce qui fait l’humain ! Bien sûr, une débauche de numérique pour construire un décor des plus réaliste, bien sûr, un méli-mélo de références aux peurs du moment, transhumanisme, les robots qui seront plus humains que les humains, le ridicule de la mise en scène d’un lutte sociale … et un montage ampoulé, long, où le vide n’est que vide ! On est loin de la maîtrise du temps d’un Kubrick ! Et bien sûr, le pompon, avec les retrouvailles avec Rick Deckard (Harrison Ford) dans un Las Vegas détruit, radioactif ? et un ridicule retour d’une Rachel pré-fabriquée !
Autant dire que l’ensemble boursouflé et long, cherchant dans le cérémonieux et une pseudo-démesure une forme de hauteur qu’il n’atteint jamais, est tout simplement à fuir !  Sombre, plongé perpétuellement dans la nuit ou baignant dans un crépuscule, avec un scénario mangeant à tous les râteliers sans réussir à donner du sens au tout, j’aurais aimé y trouver là une vraie poursuite de cette réflexion sur cette question de ce qui fait de nous des humains, l’autre, que le meilleur chemin vers le prochain, c’est le souci du lointain. Que le souci de l’autre mène à soi-même. Un vision politique ! Et peut-être aller voir du côté de Mary Shelley, dans lequel la créature est repoussée puis traquée par les humains, honteux d’avoir créé une chose si imparfaite, alors qu’il faut accueillir le monstre fait d’humain dans la société humaine plutôt que le cacher à sa périphérie. À méditer !
Si je peux me permettre un conseil, gardez votre abonnement au cinema pour un autre film ! Et restez chez vous, revoyez Blade Runner, relisez K. Dick, ce sera bien mieux !


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.