Nowakowskismes 8.19. L’action directe est vitale

Encore un ! 
Encore un amendement envoyant un message d’impunité à tous les porteurs de projets industriels, aux forestiers, aux chasseurs, aux destructeurs patentés du vivant… à tous ces irresponsables !
Encore un amendement porté par ce gouvernement qui va encore accroître les possibilités de destructions d’espèces et d’habitats protégés.
Encore un ! 
Comme toujours, c’est un amendement qui s’appuie sur une entourloupe ! 
C’est un amendement qui prévoit « une présomption de non intentionnalité » si les personnes suivent une obligation légale ou réglementaire ou appliquent un plan de gestion forestière alors que ces derniers ne contiennent rien sur les espèces protégées. Alors, je cite, « un chasseur qui abat une espèce protégée qu’il aurait confondu avec une espèce gibier, un particulier qui provoque la mort d’une buse en utilisant des produits phytopharmaceutiques contre des rongeurs, un forestier qui abat un arbre à cavité susceptible d’accueillir des chauve-souris dans une forêt bénéficiant d’un plan de gestion, un industriel dont les éoliennes autorisées auraient causé la mort de milans royaux… ne pourraient plus être poursuivis, même s’ils n’ont pris aucune précaution et n’ont pas fait l’effort de se renseigner ».
Concrètement, cet amendement fait craindre les pires régressions. Il restreint considérablement les possibilités de sanctionner la destruction d’espèces, des habitats naturels ou des sites géologiques protégés. En plus, dans l’immense majorité des dossiers pénaux en cours, il est impossible de démontrer l’intention, seulement l’imprudence ou la négligence. Donc le boulevard est ouvert pour les destructions diverses.
Le message envoyé est clair. Si atteinte à l’environnement il y a, la sanction sera faible ou nulle. 
De plus, en cas d’atteinte irréversible à la conservation d’espèces animales non domestiques, d’espèces végétales non cultivées et d’habitats naturels, la préfète ou le préfet pourra toujours prescrire des stages obligatoires de sensibilisation aux enjeux de l’environnement.
À l’Assemblée, les débats ont été houleux mais cette assemblée de députés godillots a quand même voté cet amendement ! Les députés écologistes d’ailleurs ont estimé que l’amendement était inconstitutionnel, car contraire à la directive européenne sur le droit pénal de l’environnement et à la Charte de l’environnement. Pour couronner le tout, et comme ce gouvernement s’est très bien le faire, le Conseil d’État n’a pas pu l’examiner puisqu’il n’était pas dans le projet de loi initial. Enfin, fidèle à son habitude, cette serpillière de ministre de l’Agriculture a déclaré vouloir juste « simplifier la vie des agriculteurs », 
Encore recul majeur dans la législation environnementale, au nom de la simplification administrative, au nom de la loi d’orientation agricole en cours d’examen à l’Assemblée nationale qui a dépénalisé les atteintes aux espèces et habitats protégés.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue à quelques jours de ces élections européennes 
Bienvenue dans les programmes des listes principales qui ont été analysés par Reporterre. 
Bienvenue dans ce monde qui se livre aux ordures fascistes du RN et de Reconquête qui caracolent en tête de la bêtise généralisée avec des propositions comme supprimer la directive imposant 45% d’énergies renouvelables, abroger l’interdiction de la vente des voitures à moteur thermique en 2035, supprimer toutes les mesures ambitieuses d’un point de vue environnemental, abroger la stratégie de la ferme à la fourchette, abandonner l’objectif de 25% de surfaces en bio, stopper les décisions d’interdiction de produits phytosanitaires, revoir les objectifs de la directive Climat sur la neutralité carbone en 2050 ! Voilà ce que ces abrutis de marcheurs au pas de l’oie proposent !
Bienvenue dans ce monde dans lequel la liste Renaissance, donc macroniste, et celle des Républicains jouent dans la même cour de la médiocrité écologique. Ils veulent donc abroger les textes européens qui nuisent aux agriculteurs et aux pêcheurs en prônant la décroissance, ils veulent viser la sortie des énergies fossiles grâce à l’aberration du nucléaire et des investissements massifs dans l’atome amis aussi revenir sur l’interdiction de la vente de véhicules thermiques neufs en 2035 pour les Républicains. Ils mettent en avant un protectionnisme vert (taxe carbone aux frontières, verdissement des accords commerciaux), misent sur la technologie et le nucléaire pour verdir l’Europe, or on sait que ces pistes constituent à bien des égards de fausses solutions.
Bienvenue dans ce monde dans lequel les socialistes affichent un petit vert pale dans leurs ambitions européennes en voulant refonder les aides de la Politique agricole commune pour rémunérer l’emploi agricole, soutenir les cultures de diversification, accélérer la décarbonation en investissant dans les énergies renouvelables, développer le ferroviaire, via un « ticket climat » à un tarif accessible et unique pour les trains régionaux et de proximité et développer une forme de protectionnisme avec une « loi Achetez européen » en réservant en priorité la commande publique aux productions européennes.
Bienvenue dans ces élections déterminantes pour l’Europe et l’écologie et dans lequel les Ecologistes et LFI occupent la première marche du podium en proposant de verdir l’agriculture européenne, de revoir la Politique agricole commune pour soutenir les pratiques agroécologiques et l’emploi paysan, s’opposer aux nouveaux OGM, accélérer la sortie des pesticides, limiter les modes de transports les plus polluants en interdisant les vols au sein de l’Union européenne s’il existe une alternative ferroviaire (de moins de 4 heures) et en limitant la taille, le poids et les dimensions des SUV, sortir des accords de libre-échange et développer un protectionnisme, notamment en instaurant des critères sociaux et écologiques et de proximité dans les appels d’offres publics, protéger la nature en renforçant les zones préservées (réseau Natura 2000 et aires marines protégées) à travers une loi zéro artificialisation nette au niveau européen et en recréant une forêt primaire et s’orienter vers un mix énergétique 100 % renouvelable à horizon 2050.
À nous maintenant de faire les bons choix ! 
Le 9 juin et lors des autres échéances électorales à venir !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 

Ce soir, des Nowakowskismes tentent de garder espoir, dans ce monde qui nous échappe, qui ne fait que nous renvoyer notre impuissance quand la planète et les conditions de vie se dégradent à une vitesse sans précédent, partout dans le monde, et que chaque jour, nous égrenons les morts, les massacres, l’horreur, impuissants, révoltés, mais démunis face à ce système qui a verrouillé autour de quelques-uns, porteurs d’idéologies destructrices et prédatrices. Impuissance jusque sur mon campus, où mes alertes répétées ne rencontrent que le silence de la direction et n’empêchent pas la tonte abusive alors que partout nous savons que ne pas tondre c’est préserver la biodiversité ! 
Il paraît qu’avec 3,5% de la population, on peut faire une révolution non-violente ! 
Ce soir, les Nowakowskismes vont aussi encore parler d’IA et tech ! Ce soir les nowakowskismes vont encore une fois revenir sur cette question centrale qui est, en quoi toute cette tech va-t-elle nourrir ou appauvrir nos rapport aux autres, au monde, au vivant et à nous-même ? Mais aussi en quoi un service numérique est-il bénéfique ? Et surtout, que nous fait-il perdre dans nos relations et de nos puissances de créer, de réfléchir, d’imaginer, d’être empathique, d’écouter, de cette puissance physique de ressentir par soi-même, de se déplacer, de garder son énergie.
Comme toujours les nowakowskismes cherchent à séparer le pouvoir (le faire faire) de la puissance (le faire par soi-même, en autonomie), l’ouverture de la fermeture au monde, l’enrichissement de l’effilochement des liens. Ils montrent l’impact sur l’écologie en amont et en aval, l’exhaustion des ressources, les impacts sociaux sur les pays en développement, les pollutions induites, pour notre Terre, pour la vie. 
Comme toujours les Nowakowskismes se demandent, quels désirs doit-on encourager ? Quelle liberté ou quelle émancipation la techno doit-elle nous aider à atteindre ? Et le peut-elle seulement, et quand ?

L’histoire avait bien commencé. En avril 2021, lors de la présentation de sa proposition de règlement relatif à l’Intelligence Artificielle, la Commission européenne écrivait pour rassurer qu’elle porterait la « plus grande attention » à la pétition européenne lancée à l’époque contre la reconnaissance faciale. Le texte présenté quelques jours plus tard par la Commission s’était accompagné d’une proposition de moratoire sur certains de ces usages, au milieu d’un ensemble de mesures conçues pour mettre un minimum d’ordre dans un marché de l’IA en plein essor. Deux ans plus tard, le Parlement européen poussait un cran loin en étendant diverses interdictions relatives aux usages policiers des techniques d’IA, ou contre les systèmes de « scoring » et autres formes de « notation sociale ». 
Mais, après les attaques en règle des gouvernements des États-membres, au premier rang desquels les autorités françaises, rien ou presque des promesses initiales ne subsiste. Ne reste qu’un « paquet législatif » certes volumineux, voire bavard, mais aussi très flou. Le règlement voté fait maintenant la part belle à l’auto-régulation et s’avérera incapable de protéger l’intérêt général face à la prolifération programmée des systèmes d’IA. Auto-régulation signifie que ce sont les entreprises qui conçoivent les systèmes d’IA qui seront les premières compétentes pour se prononcer sur le niveau de risque que présentent leurs produits. Ces entreprises seront libres de considérer que leurs systèmes ne sont pas risqués et donc exempts de toute régulation en vertu du règlement. 
Ce texte est taillé sur mesure pour l’industrie de la tech, les polices européennes et toutes les autres grandes bureaucraties désireuses d’automatiser le contrôle social. Fondé sur l’auto-régulation, truffé de dérogations, c’est un texte qui s’avère totalement incapable de faire obstacle aux dégâts sociaux, politiques et environnementaux liés à la prolifération de l’IA. Plutôt que d’élever les garanties en matière de droits fondamentaux, le règlement IA vise à faire proliférer la production de données et leur collecte au bénéfice de l’industrie. À travers un mille-feuilles législatif destiné à réguler un sous-secteur de l’industrie informatique en pleine expansion, alors que les controverses autour de l’IA se multiplient autour de ses effets déshumanisants sur le travail, de son coût environnemental, de son impact sur les droits fondamentaux, il s’agit de poser les conditions d’une plus grande « acceptabilité sociale » de ces technologies pour mieux les imposer.
Parmi les artisans de cela, Macron et toute sa logique de promotion de la Startup Nation, obnubilés par la course à l’innovation pour mieux attirer les capitaux étrangers, et surtout ne craignant pas les conflits d’intérêt et autres formes de corruption au cours des négociations sur le règlement. Ainsi un grand nombre de dispositifs réglementaires sont censés « soutenir l’innovation » en permettant au secteur privé d’entraîner ses modèles d’IA avec le soutien renforcé des pouvoirs publics. Bienvenue en France et sa responsabilité historique dans ce reniement. Bienvenue en France, le pays des droits de l’homme ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand qui poursuit à travers le projet de loi « simplification de la vie économique », et par là cherche à accélérer les procédures de construction de data centers en faisant obstacle aux contestations locales au bénéfice de Microsoft qui vient d’annoncer un investissement de 4 milliards d’euros pour démultiplier ses infrastructures de stockage et de calcul sur le territoire français. Microsoft a mis le grappin sur Mistral AI, promu comme champion national de l’IA, en annonçant un accord de partenariat avec la start-up française sitôt l’accord politique conclu sur le texte du règlement IA jetant aux orties l’argument de la souveraineté numérique.
À l’origine, l’approche par les risques promue par l’Union européenne pour réguler l’IA devait permettre de réguler un marché plutôt que de protéger les droits fondamentaux. Au moins pouvait-on espérer que les usages les plus dangereux des systèmes d’IA, à l’image de la reconnaissance faciale, seraient bannis au titre des « risques inacceptables ». Ben non ! Bienvenue dans ce petit pays de la honte qui a œuvré avec d’autres États afin de mettre en échec toutes les prétentions en la matière, laissant les coudées franches aux forces de police et à l’industrie de la surveillance. De plus, l’armée et les services de renseignement se verront ainsi libérés de toute contrainte, tout comme les équipes de recherches scientifiques qui pourront « innover » à loisir, se faire mousser en piétinant les considérations éthiques ! 
Loin de protéger les valeurs de démocratie, loin de garantir l’État de droit et le respect pour l’environnement, l’Union européenne qui se voyait incarner un rempart contre la prédation organisée des grandes entreprises de la Tech, vient d’accoucher d’un règlement IA qui n’est rien d’autre qu’un désastre politique, humain et politique présenté comme une réponse à l’hégémonie étasunienne et chinoise dans le domaine. Cette course à l’échalote est perdue d’avance avec en plus une dérive catastrophique qui légitime une fuite en avant techno-solutionniste destructrice des libertés et désastreuse au plan écologique.
Alors par la nécessaire prise au sérieux du raidissement du pouvoir, soumis à la destruction de tout ce qui pouvait faire une société digne et conviviale et face à la progression du fascisme, il nous faut repenser nos formes d’interventions et anticiper la reconfiguration du champ de bataille. Réunissons, parlons, organisons la riposte en nous attaquant à ces questions. 
Que reste-t-il de l’espace public quant y apparaître revient aussi à prêter le flanc à la répression ? 
Quelle visibilité trouver quand nous sommes déjà tenus par notre mise en spectacle sur les réseaux ? 
Quelle marge de clandestinité reste-t-il au milieu des smartphones et des smartcities, et des lois et réglements qui s’empilent visant à faire de nous une société qui se tient sage et tremblante ? 
Comment s’organiser, en somme, depuis les coordonnées actuelles du pouvoir ?
Comment rester inventifs, rejoignables et offensifs ? 
Comment devenir furtifs ?
Et pour cela, je vous invite à lire le dernier livre d’Alain Damasio en résidence dans la Silicon Valley, explorant la Montagne du destin, là où sont forgés tous les anneaux destinés à nous enfermés dans les ténèbres d’un monde nauséabond. Et c’est en paraphrasant ses mots que je conclus ces Nowakowskismes. Nous avons foutrement besoin de hackers vaillants et éthiques, de Robin des bois aptes à hacker les objets connectés, de nous toutes et toutes, citoyennes emplies de l’espoir d’un autre monde, de citoyens et citoyennes formées pour modifier l’internet des objets, bricoler les comptes bancaires, de citoyens et citoyennes hackers aptes à immobiliser des usines de ciments, à rendre inopérante la circulation des voitures électriques ou à faire de ces voitures des armes de dissuasion écologique. Nous avons besoin de pirates pour saboter les datacenters d’Amazon et de Microsoft, pour bloquer les plateformes de Netflix, d’Uber ou de Airbnb, pour rendre inopérantes toutes ces boîtes qui contribuent à défoncer la planète pour simplement maximiser le fric qu’elles gagnent. Nous avons besoin de nous tous et toutes pour imposer la low-tech partout où on le peut, pour nous mobiliser pour un autre monde, pour brouiller et saboter les installations polluantes, énergivores ou extractives qui toutes utilisent informatiques et réseaux pour fonctionner.
L’action directe est aujourd’hui une nécessité.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques mots intitulés TÉLESTHÉSIE (sous les décombres de Gaza) écrits par Roger Assaf publié sur le site Lundi Matin que nous nous quittons parce qu’il faut que ça s’arrête :  « Après un bombardement à Gaza, un homme est sous les décombres) Aujourd’hui, l’aube est fétide, la pourriture est celle de la nuit, accepte-la si tu veux trouver d’où sortent les mots que tu lis maintenant, et qui sont expulsés comme des flatulences par un reste d’humain sans bouche et sans anus. Aujourd’hui, l’horizon a perdu sa forme et ses couleurs, défloré par l’érection irréductible d’un nécrophore insatiable. Si tu as peur de la voix rauque des pierres, si l’odeur des ombres te répugne, si les reflets de la vermine te font vomir, n’approche pas, tourne les talons et va pleurer avec les pleureuses, prier avec les croque-morts, lire les journaux et les nécrologies. Ici, comme dans la Bible, mes os « se sont rapprochés les uns des autres, il leur est venu des nerfs et de la chair, et des lambeaux de peau les ont recouverts’’. C’est le prophète Ézéchiel qui les a vus et les a décrits. Puis il a ajouté : »mais il n’y avait point en eux d’esprit.’’ Qu’en savait-il le bougre ? Si l’on ne parle pas, si l’on ne pleure pas et que l’on ne blasphème pas, on n’a pas d’esprit ?
Mon nom s’est fracassé sous les bombes. Tout est pierre autour de moi, tout est sans gravité, la terre ne tourne plus, je la tiens entre mes mains, elle m’étreint et tout mon corps se bande pour forniquer sans pudeur et sans retenue. Je pense que je suis mort, je suis mort et je pense, immobile dans un linceul de pierres, mon âme est restée prisonnière dans un inframonde sans issue. Le prédateur à la carapace métallique a déchargé sa cagade sur ma terre, chaque pierre témoigne de sa scélératesse, chaque pierre le maudit jusque dans ses augures.
Les pierres sculptent mon corps et se font sanctuaire. Dans le shéol où je suis couché, la nuit rejoint le jour, la phosphorescence d’une étoile bleue restitue la lumière du feu qu’elle a craché. Je te vois, carabe carnassier dans ta carcasse de fer où scintillent des azimuts numériques, tu ne peux m’échapper, mes tripes sont nouées aux tiennes jusqu’au jugement dernier. Tu mourras bien avant moi, tu seras enterré dans ma terre, celle de mes ancêtres et de ma descendance, celle où mes os sont devenus semence, jusqu’à l’éternité ». 
À méditer . 

Sources et inspirations 
https://reporterre.net/Elections-europeennes-notre-analyse-ecolo-des-programmes
https://reporterre.net/La-pire-regression-des-dix-dernieres-annees-sur-l-environnement-votee-a-l-Assemblee https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/sans-oser-le-demander/faut-il-vraiment-3-5-de-la-population-pour-faire-une-revolution-non-violente-2340681
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/very-good-trip/grandes-voix-americaines-sous-le-soleil-des-amerindiens-5730888
https://lundi.am/Telesthesie
https://www.laquadrature.net/2024/05/22/le-reglement-ia-adopte-la-fuite-en-avant-techno-solutionniste-peut-se-poursuivre/ https://bonpote.com/on-a-besoin-de-pirates-pour-saboter-les-datacenters-damazon-pour-bloquer-les-plateformes-duber-ou-de-airbnb/

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.19-29052024-11.54/

Musiques 
Bruce Springsteen, Racin’ in the street. https://youtu.be/cm9UuM3UXdc?si=7_k9PqPN8f7-cEN7
Judee Sill, Ridge Rider. https://youtu.be/T1DounBP97Q?si=RaQfhMqURLmu7INK 
Wovenhand, Terre haute. https://youtu.be/ibSXP0gRmEc?si=a3H6pJOQJNcGw5ap 


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Samuel Nowakowski (May 31, 2024). Nowakowskismes 8.19. L’action directe est vitale. Humanités numériques . Retrieved July 21, 2024 from https://doi.org/10.58079/11r13


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search