Nowakowskismes 8.10. Ces gens-là !

Ré-ar-me-ment ! 
Un gros plan de réarmement, une grosse opération de communication à la Poutine, encore et toujours plus de ce vocabulaire guerrier, de ce virilisme idiot d’impuissant, de cette fascination lamentable pour l’uniforme et l’ordre qui relève de la psychanalyse. 
Déjà, au début de la crise sanitaire, ce président de ce petit pays, s’écoutant parlé, avait déjà convoqué tout un champ lexical martial. En dramatisant à l’excès, avec des ficelles usées depuis des générations, ce sinistre personnage espérait comme aujourd’hui mobiliser et créer l’union nationale autour de lui. 
Ben voyons ! 
Or, cette semaine, ces mots viennent non seulement déployer une stratégie de communication et un projet politique mais surtout il réactive toute l’idéologie ultra droitière, et, comme pour la loi immigration, il va chercher les voix de tous les nostalgiques du pétainisme, de l’ordre, des marcheurs au pas de l’oie, en virilisant le pouvoir, quitte à prendre le risque au passage de réveiller le pire, comme dans tellement d’autres pays dans ce monde.
De plus, en servant cette rhétorique belliqueuse et viriliste avec une telle légèreté, cet individu entouré de sa cour servile vise à nous accoutumer à l’idée de la guerre. La peur, comme outil de mise au pas de la société, la peur pour que cette société se tienne sage, parce que, certes, la guerre gronde à nos portes, mais que lui est le seul rempart face à ce message lancinant mais bien présent que la guerre fait partie des possibilités pour nos générations et que bientôt elle sera certainement inévitable. Petit rappel pour ceux et celles qui l’auraient oublié, la dernière fois que l’on parlait de réarmement moral c’était en 1938. A l’époque, les créateurs de cette expression et de ce mouvement qui disaient se battre pour la paix, s’inquiétaient de la remilitarisation de l’Allemagne.
Aujourd’hui, derrière les discours et les postures guerrières, il y a aussi des actes politiques. Depuis novembre, le livret A, épargne préférée des français pourra permettre de soutenir « l’économie de guerre ». Ainsi, les banques pourront faire bénéficier à l’industrie de la défense et de l’armement les fonds du livret A et du livret de développement durable et solidaire ! 
La guerre… je suis né en Lorraine. Que ne n’avons nous pas entendu ? Boches ? Sales boches ? Un truc que les boches n’auront pas ? Nous jouions à la guerre ! Aux cow-boys contre les indiens, ou contre ceux qu’on avait désigné comme les ennemis, les allemands contre les français ! Ça se passait dans les friches industrielles ou dans les bois, dans lesquels nous trouvions les vestiges des forts de la ligne Maginot, ou pire, des obus, des grenades, des balles de fusils de guerre, tant d’objets de mort qui mutilèrent ou tuèrent nombre d’enfants tant d’années après cette guerre ! Les sorties scolaires étaient à Verdun, au fort de Fermont, devant des tas d’ossements, des villages rasés ou des terrains encore marqués par les bombardements de la première guerre mondiale, au camp de concentration de Thil. Mon grand-père nous racontait, non sans humour afin de désamorcer la douleur et le tragique de la situation, l’exode avec sa jeune épouse enceinte et leurs 3 marmots en bas âge. Il nous racontait la fin de la guerre, les rencontres avec les derniers allemands sur les dents, les chiens que les patrouilles allemandes lui lâchaient dessus, et après la libération, les chars détruits, les cadavres, les armes… 
La guerre n’est pas un jeu de mot, la guerre laisse des traces indélébiles sur des générations d’humains. La guerre est surtout l’expression la plus brutale de la violence virile, dans laquelle meurent des enfants, des générations fauchées, la guerre imposée à des enfants partout dans le monde, nés et élevés ni pour tuer ou ni pour être tués.
Or, la guerre est toujours une impasse, un désastre. La paix est toujours la seule solution à prendre en compte et à choisir. Dans ce monde, ceci est loin d’être une évidence, mais la paix doit être une bataille culturelle de chaque instant, et, surtout, la seule que tout dirigeant intelligent devrait raisonnablement mener. Parce la beauté d’un nouveau né, de la vie est toujours désarmante. Parce que l’idée même du réarmement même démographique est une honte, une honte d’envisager les utérus comme des outils au service d’un réarmement quel qu’il soit. Une honte de banaliser ce vocabulaire guerrier. Alors, moi je choisis depuis toujours tous les désarmements, même démographiques, et surtout, pour faire des enfants, c’est l’amour qu’il faut faire, pas la guerre, et faire des enfants c’est aussi la responsabilité que nous prenons d’amener au monde un être humain, et les conditions le monde que nous lui offrons et dans lequel il vivra ou survivra, déterminera certainement si nous ferons ou pas des enfants ! 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce monde où, depuis 2020, les cinq hommes les plus riches du monde ont doublé leur fortune tandis que, dans le même temps, la richesse cumulée de 5 milliards de personnes a baissé. Ces informations ont été révélées par le nouveau rapport d’Oxfam sur les inégalités mondiales.
Bienvenue dans ce monde merveilleux où si cette tendance se poursuit, nous pourrions voir dans près de 10 ans la fortune d’un multimilliardaire franchir pour la première fois le cap de 1000 milliards de dollars alors qu’il faudra encore 230 ans pour éradiquer la pauvreté.
Bienvenue dans ce monde où, la fortune des 5 hommes les plus riches a grimpé de 114 % depuis 2020, dans ce monde où la fortune des milliardaires a augmenté de 3300 milliards de dollars depuis 2020, à une vitesse 3 fois plus rapide que celle de l’inflation, dans ce monde où les 1 % les plus riches possèdent 48 % de tous les actifs financiers mondiaux, dans ce monde où les pays riches du Nord détiennent 69 % des richesses mondiales et accueillent 74 % des richesses des milliardaires alors qu’ils n’abritent que 21 % de la population mondiale.
Bienvenue dans ce monde où, comme toutes les ans à cette époque, l’élite économique se réunit à Davos, où on apprend que sept des dix plus grandes entreprises mondiales ont un·e PDG milliardaire ou un·e milliardaire comme actionnaire principal·e.
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel l’égalité a été balayée de sa devise, ce petit pays où les quatre milliardaires français les plus riches et leurs familles Arnault, Bettencourt Meyers, Wertheimer ont vu leur fortune augmenter de 87 % depuis 2020. 
Bienvenue dans ce petit pays où, dans le même temps, la richesse cumulée de 90% des Français a baissé alors que les 42 milliardaires français ont gagné 230 milliards d’euros, autant que pour faire un chèque de 3400 euros pour chaque Français.
Bienvenue dans ce petit pays qui soigne bien les plus riches dans lequel les 1 % les plus riches détiennent 36 % du patrimoine financier total alors que plus de 80% des Français ne déclarent posséder ni assurance-vie, ni actions directement.
Bienvenue dans ce petit pays où 11 des plus grandes entreprises françaises ont réalisé 101 milliards de dollars de bénéfices entre juin 2022 et juin 2023, soit une augmentation de 57% par rapport à la période 2018-2021.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde parce que des pistes existent pour espérer un avenir meilleur, comme augmenter les impôts sur les ultra-riches, car on estime qu’un impôt sur la fortune pour les multimillionnaires et les milliardaires du monde entier pourrait rapporter 1800 milliards de dollars par an, que cet impôt sur la fortune climatique pour les multimillionnaires et les milliardaires taxerait, d’une part, le niveau de patrimoine (la taille de la fortune), et d’autre part, la quantité de CO2 qu’il contient (son impact sur le climat). On pourrait aussi encadrer la part des bénéfices versés aux actionnaires, conditionner les aides publiques aux entreprises aux investissements dans la transition et imposer un écart de rémunération de 1 à 20 entre le salaire du dirigeant et le salaire médian de l’entreprise.
Ce sont des pistes mais, pour cela, il faut du courage, de la volonté, une vision du monde autre que celle qui promeut les puissants, la compétition, la prédation, et surtout autre chose que ces discours martiaux de revirilisation du pouvoir aux relents nauséabonds. 

Bienvenue dans des Nowakowskismes qui, cette semaine, se permettent une petite plongée parmi ces gens-là qui, tenant les rênes de l’économie, formés dans ce qui sont considérées comme les meilleures écoles, installés aux commandes de tous les rouages de l’état et des grandes entreprises installent petit-à-petit et sans honte un état autoritaire, inégalitaire et répressif au service de leurs intérêts !

Pour finir ces Nowakowskismes, promenons-nous un petit peu dans les bois de ce monde du pouvoir bourgeois, et prenons un peu de temps pour observer les moeurs de la nouvelle ministre de l’Éducation nationale et des sports, dont je ne rappellerai pas le nom, digne représentante de cette classe classe dominante sûre d’elle, persuadée d’être dans son bon droit et dont les idéaux et les façons de penser sont forcément très différents du commun des mortels. Ex-directrice générale de la Fédération Française de Tennis percevant un salaire de 500000€ par an, ex-directrice e-commerce, data et transformation digitale du groupe Carrefour percevant un salaire de 1,4 millions d’euros par an, elle est l’épouse d’un ex-PDG de la Société Générale et actuel PDG de Sanofi, elle est la nièce d’éditorialistes et ex-directeur de France télévision, elle est multimillionnaire, et nommée ministre, on peut dire qu’elle se trouve au point de convergence d’un nombre significatif de conflits d’intérêts. Un autre spécimen représentatif de ce monde son mari. Il a longtemps dirigé la Société Générale. Il a été mêlé à l’affaire des Panama Papers, ce scandale qui a révélé les pratiques fiscales de grandes fortunes et de banques françaises, parmi lesquelles la Société Générale. De plus, en 2016, la presse s’est rendu compte que la Société Générale avait créé de nombreuses sociétés offshore avec l’aide d’un cabinet panaméen, alors que ce monsieur avait affirmé, 4 ans plus tôt, devant une Commission d’enquête sénatoriale, que sa banque n’avait plus de lien avec le Panama. Un mensonge sous serment donc. Mais dans sa grande générosité, les sénateurs ont décidé de ne pas le poursuivre, solidarité de classe oblige certainement. Une participation active à la dissimulation des mécanismes d’évasion fiscale de grande ampleur alors que ce monsieur est inspecteur des finances, donc titulaire d’un poste prestigieux dans la Haute fonction publique, formé par des grandes écoles publiques, Polytechnique et l’ENA, pour servir l’Etat, conseiller ministériel du ministre du budget, un certain Nicolas Sarkozy, dans les années 90… 
Toujours le même parcours de la bourgeoisie française (école, collège et lycée des beaux quartiers parisiens, Sciences Po, ENA) et des aller-retours entre public et privé, haut fonctionnaire à la Cour des comptes, puis partir travailler dans le privé, puis revenir dans le public comme ministre par exemple. Il est facile de comprendre l’intérêt pour le secteur privé de recruter ces gens-là, connaisseurs et connaisseuses qu’ils sont des arcanes de l’Etat, capables d’utiliser voire d’instrumentaliser la législation et l’argent du contribuable au profit des actionnaires. À cela, il nous faut pas oublier et sous estimer l’importance des familles nombreuses, par les liens qu’elles créent, dans les médias entre autres, et ne rechignent pas à se faire interviewer, commenter et encenser par les membres de leurs oncles, cousins, cousines, neveux, nièces. Tout est bon pour accroître son pouvoir, blanchir son image et s’enrichir.
Pour entretenir ce système, il faut bien former les rejetons. Stanislas, notre bon vieux Stanislas, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas été à ce point dans les médias ! ou encore l’Ecole alsacienne… Ce sont des établissements privés et sélectifs qui permettent d’abord à ces gens-là de s’assurer que leurs enfants ne rencontrent que des gens de leur classe sociale et, qu’ensemble, ils nouent des relations utiles pour l’avenir. Ces établissements n’ont de privé que le nom parce qu’en réalité, ils sont très bien financés par le contribuable, au hauteur de 12 milliards d’euros par an et, dans le cas des lycées parisiens, de façon bien plus large que les établissements publics équivalents. Encore une belle entourloupe, puisque ces gens-là, spécificité bien française, font payer à l’ensemble des contribuables ses établissements privés d’exception dans le secondaire et ses grandes écoles dans le supérieur.  Enfin, ces établissements sont très souvent religieux et conservateurs, dans un projet politique acceptant entre autres l’obscurantisme religieux, l’homophobie et le sexisme.  Alors, de tout cela au pétainisme qui rêve de politique nataliste, en passant par l’ordre comme mantra ou la mise au travail forcé de la population et des lois iniques, il n’y a pas un long chemin, et l’histoire a montré que ce chemin mène au pire !
Ne pas s’étonner que ce président de ce pays qui se pense grand refuse de voter pour une directive qui instaure une définition du viol fondée sur l’absence de consentement. 
Ne pas non plus s’étonner que ce président de ce pays qui se pense grand affirme lors de ce qu’il a appelé le rendez-vous avec la nation que « les jeunes, ce sont des fainéants abrutis par les écrans, qu’il faut mettre au pas par l’autorité, l’ordre, l’armée ou le travail, que les femmes ne font pas assez de gosses et se plaignent trop contre le sexisme, qu’on acceptera peut-être en France des médecins étrangers mais pas les autres étrangers, que l’extrême-droite, rien à faire, l’écologie pareil, et que les flics ont raison de tabasser les citoyens ». 
Pour en finir, rappelons juste que, dans son dernier rapport, le Forum économique mondial de Davos, vous savez ce rendez-vous annuel des maîtres de la planète, s’inquiète des risques environnementaux et sociaux qui pèsent sur le monde et s’amplifient, année après année. 
Ils écrivent entre autres que les risques environnementaux et la polarisation sociale s’ancrent parmi les principales menaces pesant sur les économies et sur les sociétés mondiales, que ce soit à court terme (dans les deux prochaines années) ou à plus long terme (dans la prochaine décennie). Le rapport affirme ainsi que « les risques environnementaux pourraient atteindre un point de non retour ». Or, la crise n’est pas qu’environnementale, elle est aussi sociale. Sans déconner ! 
En troisième position des risques les plus sévères, juste derrière les risques environnementaux et la crise de la désinformation, il pointe la crise de la cohésion sociale en constatant que le fossé se creuse de plus en plus entre des pans entiers des sociétés mondiales, fracturées par les inégalités, la crise du pouvoir d’achat et la persistance de la pauvreté, provoquant une amplification des conflits sociaux et des conflits de valeurs, et la hausse des populismes et des extrémismes politiques. 
Pour finir, ce quelques mots de raison de Kim Stanley Robinson, « Chaque milliardaire est un échec politique. Les milliardaires ne devraient pas exister. Ils devraient être taxés jusqu’à ce qu’ils disparaissent ».

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots de Franz Fanon dans Peau noire, masques blancs publié 1952 « L’aliénation intellectuelle est une création de la société bourgeoise. Et j’appelle société bourgeoise toute société qui se sclérose dans des formes déterminées, interdisant toute évolution, toute marche, tout progrès, toute découverte. J’appelle société bourgeoise une société close où il ne fait pas bon vivre, où l’air est pourri, les idées et les gens en putréfaction. Et je crois qu’un homme qui prend position contre cette mort est en un sens un révolutionnaire ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations
https://www.oxfamfrance.org/rapports/multinationales-et-inegalites-multiples/
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite-du-vendredi-19-janvier-2024-8892888
https://www.frustrationmagazine.fr/oudea-castera-bourgeoisie/
https://www.novethic.fr/actualite/economie/isr-rse/le-forum-de-davos-alerte-sur-la-crise-environnementale-et-la-polarisation-sociale-152032.html
https://reporterre.net/Kim-Stanley-Robinson-Chaque-milliardaire-est-un-echec-politique

Musiques
Trust, l’élite – https://youtu.be/p9YKdHvtTG8?si=M4PKiNHEUz3JgBWx 
The kinks, Sunny afternoon – https://youtu.be/TYIl6n_SRCI?si=yD5P6CmsufCHizGY 
Creedence Clairwater Revival, Fortunate son – https://youtu.be/ZWijx_AgPiA?si=Vsx1CfHkvJ7fVbFv 
Yes, the south side of the sky – https://youtu.be/hBAauFYod80?si=4jRB93_MsdhMy8gP

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.10-22012024-17.01/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2024, January 26). Nowakowskismes 8.10. Ces gens-là ! Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/vod0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search