Nowakowskismes 8.9. L’humanité ce n’est pas un état à subir. C’est une dignité à conquérir

Vous aimez votre travail ? C’est celui dont vous rêviez ? C’est bien cela que vous souhaitiez faire ? Votre maison, vous l’aimez ? Votre famille, comment va-t-elle ? Et les enfants ? L’avenir des enfants vous préoccupe-t-il ? Ah bon ? C’est difficile ? Vous ne leur voyez pas un bel avenir ? Et l’individualisme ? Et l’agressivité ? Et la violence ? Et la bêtise ? Vous en souffrez ? Avec vos chefs ? Vos sous-chefs ? Les petits chefs ? Comment ça se passe ? Et les gens qui ont de l’argent ? Beaucoup d’argent ? Les gens qui ont du pouvoir ? Vous en pensez quoi ? Et la démocratie ? Est-on en démocratie ? Il y a trop de différences ? C’est uniquement cela ? Quels genres de différences ? De salaire ? D’accès à la culture ? Non ? Alors de quoi ? On n’a pas les mêmes valeurs ? Vous êtes sûr ? Ça veut dire quoi valeurs ? C’est quoi pour vous les valeurs ? C’est compliqué ? Compliqué à expliquer ? Pourquoi c’est compliqué ? Ça se sent ? Ça se voit ? Dans la façon de vivre, de s’habiller ? Vous vous habillez comment ? Normal ? Simple ? Normal, simple, c’est vos valeurs ? Vous êtes heureux ? Vous n’êtes pas heureux ? En France ? C’est mieux ailleurs ? Où ça ? Accueillir ? Y en a pas pour tout le monde ? Il faut protéger ce qu’on a ? On a quoi ? Au juste ? Votre pays, vous l’avez ? Vous l’avez comment ? Vous le tenez comment ? Vous n’aimez pas les questions ? Vous en avez assez des questions ? Les questions ça vous fatigue ? Qu’est-ce que vous aimez ? Le bon système français ? Français qu’est-ce que c’est ? Vous aimez rester planté devant une série ? Vous aimez vous faire livrer votre manger par un livreur à vélo ? Vous ne perdez pas un peu la mémoire ? Et là où vous vivez, vous vous rappelez ? Votre immeuble, de quand date-t-il ? Vous ne vous rappelez pas non plus ? Et toutes ces tâches invisibles, c’est qui ? Pas croyable, vous ne pensez pas ? Où ça nous mène tout ça ? Vous n’avez aucune idée ? Vraiment aucune ? Tout cela, c’est des images, vous ne croyez pas ? Vous aviez compris ? Eh bien c’est déjà ça, vous ne pensez pas ? Ou tout cela ne sont que des images ? C’est tout ? Ah bon ?  Mais vous pensez quoi, au fait ? Ils ne sont pas comme nous ? Et vous, est-ce que vous êtes comme vous ? Est-ce que vous vivez votre vie ? Vraiment ? Est-ce que vous vivez vraiment votre vie ? Votre vie unique ? Celle qu’on n’en a qu’une ? C’est vraiment celle-là que vous voulez vivre ? Vous n’avez pas le choix ? Vraiment ?

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel le slogan du patron de la boite qui a remporté l’appel d’offres de l’Education nationale sur l’IA désespère avec ces mots : « La machine aide l’élève et l’élève aide la machine ». 
Bienvenue dans ce petit pays où la bêtise est reine, dès le mois prochain, le logiciel « MIA seconde » sera proposé dans certaines académies, avant une généralisation pour les 800000 élèves de Seconde en septembre. « MIA seconde » c’est une application qui commence par un quizz en français et mathématiques. Elle détecte les lacunes, et propose ensuite une série d’exercices, à l’infini. Ça c’est la partie : « la machine aide l’élève ». Et, dans ce petit pays où la bêtise est reine, on fanfaronne en affirmant « qu’elle capte plus de signaux qu’un enseignant ». Et puis « l’élève aide la machine » parce que, selon le temps qu’il a fallu, la manière dont on a répondu, les scores, les exercices s’affinent. Et tout ça, ça se passe à la maison. 
Bienvenue dans ce petit pays dans lequel la bêtise est reine et dans lequel le ministre de l’éducation affirme que « concernant l’usage des écrans à la maison, nous sommes proches d’une catastrophe sanitaire et éducative chez les enfants et les ados » et qui, en même temps, dans son dossier de presse « choc des savoirs », valide cette phrase : « Les outils numériques permettent d’augmenter l’attention et l’engagement de chaque élève par le biais de contenus ludiques ». Et celle-ci aussi : « La France sera le premier pays au monde à généraliser à titre gratuit l’usage d’une IA à tous les élèves d’une classe d’âge pour accompagner leur progression scolaire ». 
Bienvenue pour un avenir radieux dans ce petit pays qui se pense grand ! Bienvenue dans ce petit pays qui n’a pas compris qu’un logiciel n’a jamais tendu la main à personne. Un logiciel peut réaliser un accompagnement individuel, en aucun cas personnel. Pour un accompagnement personnel, il faut des personnes, des individus, des semblables, des vivants dotés d’une vraie intelligence, capables d’émotions, porteurs d’un regard, capables d’une écoute. Ce qui permet de reprendre confiance, de se sentir soutenu, d’être reconnu, d’être vu comme un semblable et non isolé et seul face à l’écran. 
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des ignares qui déploient ce qu’il faut pour que s’installe peu à peu l’idée que la machine est meilleure, que la transmission peut passer par des algorithmes, et que la notion d’efforts appartient au passé : tout est ludique, c’est magique. 
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des ignares, gavés de l’idéologie de la start-up nation, qui oeuvrent pour que, peu à peu, l’humain s’efface car il est moins performant, parce que le plus efficace est forcément le meilleur, dans l’effacement du politique par une politique guidée par les chiffres ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand, et dont le président veut, c’est dans ses voeux, qu’en 2027, la France ait « 10 ans d’avance » sur l’intelligence artificielle. Bêtise ! 
Pour Hannah ARENDT, « le totalitarisme ne tend pas vers un règne despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont superflus, un monde de réflexes conditionnés, de marionnettes ne présentant pas la moindre trace de spontanéité ». Or, en externalisant de nombreuses facultés et activités humaines, l’informatique – faussement appelé numérique – tend précisément à rendre l’être humain et sa subjectivité superflus.
Alors il faudrait, face à des jeunes gavés d’écrans dès 3 ans, démystifier le tout-numérique, proposer le plus de concret, de réel, de naturel possible. Alors il faudrait, former, d’abord, les profs à ces outils, aux médias, à l’IA, comment ça marche, quoi en faire et pourquoi dans ce monde où ils doivent faire face à tant de défis, et de violences. 
Peut-être, dans ses voeux, promouvoir, au lieu de la compétition, des usages et des techniques soutenables, une informatique durable et respectueuse des humains et du vivants, des usages respectant la dignité… 
Et aussi, peut-être s’inspirer, faire comme en Suède, que nous avons toujours prise pour modèle, renoncer aux écrans omniprésents et ressortir les cahiers, mais surtout remettre à la place que ces outils n’auraient jamais du quitter, au service de l’humain et non l’inverse ? 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Bienvenue, ce soir dans les premiers Nowakowskismes de 2024, ils empruntent leur titre à des mots de Jean Bruller dit Vercors, et qui sont l’occasion, à la charnière de deux années, de regarder un peu en arrière et de tourner nos yeux vers les mois à venir. 

L’année 2024 a débuté en Palestine comme 2023 s’était terminée, par l’étalage terrible du déchaînement de violences, de bombardements d’hôpitaux, de chiffres glaçants concernant les victimes et de promesses d’une poursuite du massacre. En ce début d’année 2024, n’assistons-nous pas en direct à ce qu’on peut nommer un véritable génocide, de la part d’un État et d’individus d’extrême droite qui ne cachent pas leur volonté d’en finir avec la question palestinienne en en finissant avec le peuple palestinien. D’après l’UNICEF plus de 5000 enfants auraient été tués et des milliers d’autres blessés, des dizaines de milliers d’humains ont été tués, 1,7 million de personnes, dont la moitié sont des enfants, ont été déplacées, l’accès à l’eau, à la nourriture, au carburant et aux médicaments est insuffisant ! … Gaza, une enclave inhabitable, un lieu de mort selon l’ONU ! 
En ce début 2024, la guerre en Ukraine se poursuit, interminable, sans fin et s’intensifie. Une année 2024 qui débute dans la honte de nous, parler de lassitude, de remettre en cause l’aide à ce pays, de l’oubli de ces humains livrés à la violence et la folie de ce salopard de Poutine et de ses sbires, et des tractations des USA. Une année 2024 avec le déclenchement de la « campagne d’hiver » qui annonce dans un silence assourdissant un nouveau cortège de morts, de blessés, d’horreurs banalisées.
Ainsi, à Gaza, avec une situation pas seulement due à la continuation d’une guerre coloniale vieille de plus de 75 ans, en Ukraine, encore une histoire qui plonge dans des passés fantasmés, mais partout dans le monde, on assiste à des tendances lourdes aux crises et aux guerres toujours plus meurtrières qui n’ont cessé de s’accentuer depuis 2008. La dynamique de réarmement des puissances européennes et l’accroissement des tensions entre la Chine et les Etats-Unis témoignent de cet état de fait et de la surenchère militariste et belliciste partout dans le monde. Par exemple, l’escalade en cours dans la région de l’Esequibo, attribuée au Guyana à la fin du XIXème siècle par les puissances coloniales réunies à Paris, et revendiquée par le Venezuela sur fond de concurrence avec l’Angleterre et les États-Unis et de très gros intérêts pétroliers, est une autre illustration des dérives actuelles et des réactivations nauséabondes de conflits parfois gelés voire enterrés depuis des décennies.
Tout ce contexte met à feu et à sang de nombreuses régions du monde, du Haut-Karabakh au continent africain en passant par le Proche-Orient, où lorsqu’on ne meurt pas de la guerre, on meurt de la faim, où de l’exploitation dans les mines de matériaux indispensables au confort informatique des plus riches. Au Soudan, la guerre fait peser le risque d’un nouveau génocide dans le Darfour. Dans la corne de l’Afrique, en Éthiopie, la famine menace la vie de centaine de milliers de personnes, pendant qu’on compte déjà les morts par millions en République démocratique du Congo ou encore au Yémen. A chaque fois, derrière les milices locales, les interventions étatiques, les conflits fratricides et les opérations extérieures, on retrouve les puissances impérialistes et capitalistes qui cherchent à défendre les intérêts de leurs multinationales aux quatre coins du globe.
Et dans le même temps que pensez-vous qu’il se passe pour le capitalisme ? Et bien, les bourses mondiales ont atteint de nouveaux records pour clôturer 2023. Les marchands d’armes ont enregistré des bénéfices historiques, augmentant les actions du secteur de 23% au cours de l’année écoulée. Dans ce contexte, et sur fond de crise inflationniste, dans une éternelle répétition de l’histoire, ces dynamiques se cristallisent politiquement par le durcissement des régimes partout sur la planète et par l’avènement de nouvelles forces politiques d’extrême-droite qui se veulent les championnes de l’application de grandes offensives anti-sociales et xénophobes contre les plus faibles, mais aussi les travailleurs, la jeunesse, les malheureux fuyant le pire et l’ensemble des classes populaires.
Tout cela contribue à l’amplification de cette dynamique d’autant plus mortifère que les effets d’une planète qui se réchauffe dangereusement, d’une atteinte sans précédent à la biodiversité, et d’une prédation toujours plus grande du vivant, aggravent la situation et contraignent toujours plus d’hommes, de femmes et d’enfants à l’exil, et bien souvent à la mort dans la mer Méditerranée, dans la Manche ou aux frontières de pays qui dépensent des sommes astronomiques pour construire des murs, poser des centaines de kilomètres de barbelés, et réunir des armées de vigiles. Rappelons aussi que l’année 2024 pourrait être la première à connaître une température moyenne globale de surface supérieure au seuil de 1,5 degrés au-dessus de l’ère préindustrielle selon  l’Organisation météorologique Mondiale (OMM), que la température mondiale de la surface des océans a dépassé le record mondial de chaleur de 2016, alors qu’on est censé être proche du plus froid de l’année, et que… la COP28 a été une nouvelle mascarade cynique, avec une présence incroyable de lobbyistes du pétrole. N’oublions pas que les multinationales pétrolières distribuent en ce moment des dividendes records de 100 milliards de dollars à leurs actionnaires pour la nouvelle année. De belles étrennes que voilà !
Ces dernières années, les tendances à la crise économique et aux crises organiques qui ont continué de s’approfondir, ont aussi ouvert une nouvelle période intense de luttes et de révoltes populaires sur l’ensemble du globe. En effet, les dynamiques réactionnaires et prédatrices ne sont pas les seules possibilités et options contenues dans cette période. L’histoire montre aussi que les grands moments de déstabilisation du capitalisme ouvrent la voie aux crises, aux guerres, mais aussi aux perspectives de grands changements de modèles, économiques, écologiques, éducationnels et politiques. Depuis 2008, les luttes contre ce système ont connu un regain puissant à l’échelle de la planète, de l’Europe à l’Amérique latine en passant par l’Asie du Sud-Est. En 2023, aux Etats-Unis, les travailleurs de l’automobile ont mené pendant plusieurs mois un combat historique contre les trois géants de l’industrie. En France, le cycle de lutte de classes qui s’est ouvert en 2016 a donné lieu à près d’une lutte d’ampleur par an, avec des pics inédits depuis des décennies de radicalité, comme le mouvement des Gilets jaunes ou le soulèvement des quartiers populaires de l’été 2023, et de massivité, comme la bataille contre la réforme des retraites. 
Dans ce monde en pleine tourmente, les mobilisations contre ce système prédateur, ces violences d’état, cette violence quotidienne promue par des régimes qui exhalent du nauséabond pourraient être une bonne nouvelle pour l’année à venir. 
En France, face à ce président, ce gouvernement et à l’extrême-droite, 2024, face au durcissement autoritaire du régime dont la promulgation d’une loi Immigration qui tire son esprit du programme historique de l’extrême droite, l’union des forces d’humanité doit permettre de commencer à bâtir une riposte d’ensemble, contre une politique indigne, contre ce système qui soutient tous ces génocides, pour les salaires et contre la misère, pour la vie digne. 
Ceci se réalisera-t-il, jusqu’à permettre de véritables changements et de véritables rejets de la peste brune, de la violence, de la prédation, de l’appropriation du monde par un petit nombre d’individus ? C’est en tout cas le défi, l’enjeu et le souhait qui pourrait être formulé en ce début de 2024.

Alimentation, transports, consommation… tout doit changer dans nos modes de vie jusqu’à notre rapport au temps. Nous ne cessons d’accélérer. Dans notre consommation d’énergie, de matières premières, d’eau et de nombreux autres indicateurs, tous les compteurs explosent dans une « grande accélération » depuis les années 1950. En attendant et pour espérer voir bouger les lignes, qu’est-ce qui nous attend en 2024 sur le champ de l’écologie, du climat et des défis à relever ? 
Je vous invite à aller voir au cinéma le documentaire intitulé Jeunesse (Printemps) du réalisateur chinois Wang Bing, qui a filmé pendant 5 ans la jeunesse chinoise exploitée dans les ateliers d’habillement, vivant dans la crasse, travaillant 13 heures par jour, 6 jours par semaine, 18000 ateliers dans une seule ville pour 300000 travailleurs exploités et sous-payés… un désastre humain et environnemental, une jeunesse épuisée, le tout entretenu par ce système de consommation effrénée ! 
En France, la loi de souveraineté énergétique sera présentée en début d’année avec plus de six mois de retard. Elle ne porterait que sur la production énergétique et devrait être rebaptisée « Loi de souveraineté énergétique ». Elle fixera des objectifs en matière de production énergétique, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de rénovation énergétique, de sobriété énergétique ou encore de sources d’énergie bas carbone. 
Du 6 au 9 juin 2024 auront lieu les élections européennes pour désigner les députés qui siègeront au Parlement européen pendant cinq ans. D’ici là, l’objectif pour la Commission européenne est de faire aboutir un maximum de textes dans le cadre du Green Deal. La Belgique, qui succède à l’Espagne à la présidence tournante du Conseil de l’UE le 1er janvier 2024, devra notamment tenter de décrocher un accord important sur l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre à 2040. Il devrait se situer entre 85 et 90%. Alors que la droite et l’extrême-droite se sont alliées pour faire de l’écologie l’ennemi numéro un, le sujet devrait cristalliser les débats électoraux. Le risque est que le Green Deal ne soit définitivement enterré selon l’issue du scrutin.
Les 22 et 23 septembre 2024, sous l’égide des Nations-Unies, se tiendra à New-York le Sommet de l’avenir. Il s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’architecture financière internationale et dans la continuité du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial, qui s’est tenu en juin 2023 à Paris. Le Sommet devrait être « une occasion unique de renforcer la coopération sur les défis critiques et de combler les lacunes de la gouvernance mondiale, de réaffirmer les engagements existants, notamment envers les objectifs de développement durable et la Charte des Nations Unies, et de progresser vers un système multilatéral revigoré qui est mieux placé pour avoir un impact positif sur la vie des gens ».
La COP16 Biodiversité se tiendra en Colombie, du 21 octobre au 1er novembre 2024. Deux ans après l’accord de Kunming-Montréal conclu en 2022, qui vise à préserver 30% des terres et des mers de la planète d’ici 2030, cette COP sera l’occasion pour les pays de présenter leurs stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité (SPANB). La COP16 Désertification se tiendra quant à elle à Riyad, en Arabie saoudite, du 2 au 13 décembre 2024.
La COP29 Climat se tiendra à Bakou du 11 au 22 novembre 2024 et portera sur la question des financements. Les États devront y adopter un nouvel objectif financier quantifié qui viendra remplacer la promesse de 100 milliards de dollars fournis chaque année par les pays développés aux pays en développement d’ici 2025 pour les aider à faire face au changement climatique. Cet objectif atteint avec trois ans de retard, a crispé les relations Nord-Sud. 
Bien sûr, le choix de l’Azerbaïdjan comme pays hôte qui dépend à 80% des énergies fossiles, interroge ! 
2024, une année qui s’ajoute aux précédentes sur le chemin à parcourir pour préserver nos libertés, tendre vers l’égalité, redécouvrir la fraternité et instaurer enfin le respect et la dignité aux humains et non-humains.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots de Deleuze dans Nietzsche et la Philosophie : « La bêtise est une structure de la pensée comme telle : elle n’est pas une manière de se tromper, elle exprime en droit le non-sens dans la pensée. La bêtise n’est pas une erreur, mais un tissu d’erreurs. On connaît des pensées imbéciles, des discours imbéciles qui sont faits tout entiers de vérités ; mais ces vérités sont basses, sont celles d’une âme basse, lourde et de plomb. La bêtise et, plus profondément, ce dont elle est le symptôme : une manière basse de penser. […] Lorsque quelqu’un demande à quoi sert la philosophie, [les Nowakowskismes], la réponse doit être agressive, puisque la question se veut ironique et mordante. […] [Ils servent] à nuire à la bêtise, [ils font] de la bêtise quelque chose de honteux ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/les-cinq-grands-rendez-vous-climat-de-l-annee-2024-151987.html
https://www.revolutionpermanente.fr/2024-vers-une-annee-de-crises-de-guerres-et-de-revoltes-ouvrieres-et-populaires
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-edito-politique/l-edito-politique-du-jeudi-04-janvier-2024-7238366 
https://lundi.am/Questions-questions-pour-en-finir-avec-2023 

Musiques 
Hubert-Félix Thiéfaine, Les dingues et les paumés – https://youtu.be/tpc2eaoeq1I?si=4NGCGVOBI2opFftc
Damien Jurado, Silver Joy – https://youtu.be/1LjNarVhcLU?si=1ioOor2sohRTNLcC 
Harmonium, Les 5 saisons – https://youtu.be/NkNzlf2MczE?si=n2FOLlCz9IlBbwKY 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.9-08012024-11.11/

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2024, January 12). Nowakowskismes 8.9. L’humanité ce n’est pas un état à subir. C’est une dignité à conquérir. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/vkmv

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search