Nowakowskismes 8.2. Basta !

Elle est étudiante à Pretoria, la capitale administrative de l’Afrique du Sud, habitante de bidonvilles au Pakistan, au Nigeria ou à Madagascar, ou travailleuse précaire dans nos pays qui se disent riches. Un geste malencontreux a eu pour conséquence de rendre inutilisable son ordinateur, son outil indispensable à sa formation. Il lui faut impérativement en acheter un nouveau, mais elle n’a pas l’argent. Alors, avec son téléphone, elle lance une recherche d’« un emploi en ligne qui ne lui prendra pas trop de temps » afin de pouvoir continuer ses études sans trop de perturbations. Sur la page de résultats générée par son moteur de recherche favori apparaît le signe  UHRS. UHRS c’est pour « Universal Human Relevance System » ou en « bon » français, Système universel de pertinence humaine. UHRS est la plateforme créée par Microsoft visant à entraîner des intelligences artificielles. L’étudiante choisit cette plateforme parmi un ensemble d’autres, et entre dans ce qu’on appelle l’univers du « micro-travail ». On parle de micro-travail parce qu’il est constitué par « des activités courtes, standardisées et simples, qui peuvent être réalisées en ligne et que des plateformes numériques spécialisées externalisent à des prestataires tiers, dénommés microtravailleurs ». Le microtravail consiste donc en des activités répétitives, payées quelques dollars ou centimes de dollars, allant de l’annotation d’images, à la transcription de sons ou à l’évaluation de contenus. Il s’agit par exemple de classer des captures d’écran de vidéos « et décider si elles sont acceptables, gores ou nuisibles ». Le microtravail peut aussi consister à prêter sa voix pour lire un texte, ou à prendre des photos de soi ou de son entourage pour contribuer à l’apprentissage machine de systèmes robotisés. Ces microtâches sont déterminées par les demandes des clients de ces plateformes. Certaines plateformes de travail du clic sont spécialisées dans l’IA, d’autres le proposent comme une activité parmi d’autres. Souvent, leur rôle est de fournir aux entreprises des « bras virtuels » pour entraîner leur IA. On parle aussi de « crowdsourcing », dans le « greenwashing » opéré par ces plateformes, crowdsourcing qui cache des tâches réalisées par une masse de travailleurs anonymes et interchangeables.
Cette étudiante aurait pu aussi choisir la plus connue de ces plateformes spécialisées, celle d’Amazon qui porte le joli nom de Mechanical Turk. Pourquoi Mechanical Turk me demanderez-vous ? Elle est ainsi nommée parce qu’elle fait référence à ce faux automate du 18e siècle, présenté comme un automate joueur d’échecs, alors qu’un homme de petite taille était caché dans le socle sous l’automate, et qui jouait la partie donnant l’illusion que l’automate pouvait jouer. Ainsi, derrière l’image d’une machine à la puissance de calcul phénoménal et autonome, l’intelligence artificielle dépend en grande partie de « petites mains » bien humaines, lesquelles classent, génèrent et fournissent des milliers d’informations essentielles au bon fonctionnement de l’IA. À se demander qui est devenu le robot de qui…
Revenons à notre étudiante. L’opportunité d’un job lui permettant de travailler lorsqu’elle le souhaite l’a évidemment séduite mais surtout la perspective de pouvoir gagner jusqu’à 400 dollars US par mois, comme cela se dit les forums et les réseaux sociaux.
Elle téléchargea donc l’application de microtravail sur son téléphone et la voici embarquée dans le monde merveilleux du microtravail et sa réalité bien moins idyllique que celle promue par les propriétaires de ces plateformes. Avant toute chose, et pouvoir espérer réaliser des clics rémunérés quelques centimes, elle va devoir s’entrainer et passer des tests. Chaque évaluation des tests va varier selon la nature du travail demandé. Le test étant similaire à la tâche à effectuer ensuite mais il ne sera pas payé. Et, très vite, elle comprend que les mécanismes de validation sont opaques, faut-il faire au plus vite, ou attendre quelques secondes avant de cliquer ? Pourquoi, malgré une grande précision des réponses, le travail a-t-il été invalidé ? En fait, il est impossible de répondre à ces questions puisque, dans l’opacité la plus grande, ce sont les clients de la plateforme de microtravail qui décident de ses critères. Alors complètement perdue dans cette jungle, elle passa des heures non rémunérées sur une batterie de tests afin de pouvoir se « qualifier » et ainsi accéder aux tâches rémunérées. Un jour, deux jours, puis  trois, … elle n’arrive toujours pas à gagner d’argent, certaines tâches sur lesquelles elle avait réussi à se qualifier, ont été supprimées sans qu’elle soit informée au préalable. Elle constate très rapidement que, malgré l’apparente facilité des tâches, ce sont des tâches terriblement « fastidieuses ». Elles sont répétitives, avec des « consignes très souvent succinctes » ce qui entraîne une « perte de temps » et une « charge cognitive » importante, puisque le respect des consignes conditionne leur paiement. Chaque clic est évalué, chronométré, et les raisons du refus d’une rémunération sont parfois opaques. Pour quelques dollars, on peut aussi vendre des photos de son visage ou de ses documents d’identité !
Être assez rapide, passer les qualifications, pour espérer participer à des tâches rémunérées quelques centimes de dollars avec en plus la mise en concurrence entre les travailleurs du clic puisque la répartition se joue « au clic le plus rapide ». En fait, des études ont montré que le revenu moyen des travailleurs du clic est d’une vingtaine d’euros par mois et que 22 % des personnes françaises interrogées vivent sous le seuil de pauvreté, et que la majorité sont des femmes.
Dans le secteur de l’IA et du « machine learning » qui permet à ces systèmes d’intelligences artificielles d’être entrainés et ainsi de se perfectionner, le travail invisible réalisés par des millions de petites mains des travailleurs très et peu qualifiés permet aux géants de la Silicon Valley de s’enrichir et de s’afficher comme les gourous d’un nouvel âge. Ainsi, seuls, sans statut ni lieu de travail, répartis sur les cinq continents et parmi les plus précaires, ces travailleurs ne parviennent pas à faire valoir leurs droits face à des multinationales lointaines. Les seuls lieux où ces travailleurs et travailleuses du clic se retrouvent sont des groupes Facebook ou Telegram. Ils sont Nigérians, Pakistanais, Sud-Africains, Malgaches… la richesse et le confort numérique des habitants des pays les plus riches n’existent que parce l’exploitation du travail des plus pauvres et plus fragiles de l’humanité ! 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans une république a dépensé 6 270 000 euros pour un diner avec un monarque 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde

C’est en compagnie de Jacques Ellul que nous reprenons notre exploration. « Nous disposons d’énormes moyens et nous mettons en marche de prodigieuses machines pour n’arriver nulle part »! Pour cela, je voulais me faire le relais d’un coup de gueule partagés sur une des multiples listes de diffusion qui se déversent dans nos boites mail. 
Directeur d’une composante de formation d’une université française, il apprend que l’assemblée générale annuelle des directeurs de ces composantes a été fixée à Nouméa, en Nouvelle Calédonie, à l’unanimité !
Choqué que, dans une telle situation d’urgence climatique dans laquelle nous sommes plongés, une telle décision irresponsable ait été prise, il a pris sa plume pour dire qu’il n’irait pas sans abandonner la volonté d’essayer de convaincre collectivement de renoncer à ce projet.
En effet, si certain·e·s d’entre vous n’ont pas encore lu les résumés des rapports du GIEC, il est urgent de le faire. Ces rapports présentent un état des connaissances très pointu sur l’évolution du climat et son dérèglement actuel (au sein des travaux du groupe 1), sur ses conséquences pour les sociétés humaines et les écosystèmes (dans le groupe 2) et sur les manières dont il est encore possible d’en atténuer les effets et de se préparer à en affronter les conséquences inévitables (dans le groupe 3).
Un résumé de synthèse du travail de ces trois groupes est disponible en ligne et, c’est une évidence, devrait être lu par tout individu ayant une responsabilité dans la société.
La plupart d’entre vous le savent sans aucun doute déjà, les conclusions des rapports du cycle 6 des travaux du GIEC, parus entre 2021 et 2023, sont les suivantes. La survie des écosystèmes de la planète est menacée, et l’une des causes majeures de cette menace est le dérèglement climatique provoqué par l’accumulation dans l’atmosphère de gaz à effet de serre produits par les activités humaines — dont le transport aérien. Ni nous, ni nos enfants, ni nos petits-enfants, ni aucun être humain sur Terre ne pourra avoir une vie normale après 2050 si ce dérèglement climatique global n’est pas contenu. Les événements climatiques extrêmes et dévastateurs (qui, dans un état stable du système climatique, ne devraient intervenir que deux fois par siècle) seront entre 4 et 40 fois plus fréquents, selon le niveau de réchauffement. Nous en a vu des exemples partout autour du monde cet été, jusqu’aux derniers jours de l’été, avec des incendies touchant des continents entiers et des inondations cataclysmiques rayant des villes de la carte.
La limitation des effets du dérèglement climatique ciblant un maximum de 1,5°C de réchauffement global en 2050 est encore techniquement possible, mais elle demande des efforts importants et immédiats dans tous les secteurs. À moins d’assumer de souhaiter la pire catastrophe dans l’histoire de la vie sur Terre depuis 60 millions d’année, des changements radicaux à nos habitudes de société doivent être mises en oeuvre rapidement et à tous les échelons. Ces conclusions ne sont pas exagérées. Elles ne sont pas extrapolées. Elles ont même plutôt tendance à être d’une prudence excessive, et de nombreux experts de l’écologie scientifique craignent que ne soient en train de se déclencher des boucles de rétroaction positive, et qu’au-delà de certains « points de bascule » (fonte des glaces polaires, aridification des forêts tropicales …) les modèles ne soient eux-mêmes dépassés. 
Les conclusions du GIEC ne sont pas celles d’un groupe d’activistes gauchistes échevelés et excessivement alarmistes. Elles résultent de la synthèse de plusieurs milliers de publications scientifiques d’experts de tous les continents, et qui reflètent un consensus unanime sur l’ampleur du dérèglement de la Terre, ses causes, et ses conséquences. Les rapports du GIEC sont en outre relus, amendés et approuvés par des représentants des gouvernements des 175 pays signataires de l’accord de Paris sur le climat de 2015. Elles sont régulièrement reprises dans les argumentaires de nombreuses autorités politiques et morales, du Pape au Secrétaire Général des Nations Unies.
Pour arriver à la situation à laquelle l’humanité doit s’engager à arriver en 2050 pour limiter les effets du chaos climatique, celle d’un monde « neutre en carbone », chaque être humain en moyenne doit émettre au maximum 2 tonnes d’équivalent CO2 par an. Il s’agit d’une moyenne, obtenue en divisant la quantité totale de gaz à effet de serre que le système terrestre — atmosphère, océans, et biomasse confondus — est capable d’absorber, par le nombre d’êtres humains sur la planète. De nombreux pays y contribuent fort peu, et sont mêmes en-dessous du seuil. 
En France, en revanche, la moyenne est aujourd’hui encore largement au-dessus avec 9 tonnes eq. CO2 par habitant et par an, ce qui signifie que notre pays doit faire des efforts collectifs considérables pour arriver à la cible des 2 tonnes par an et par habitant dans le faible temps qui lui est imparti. Un effort de tous, dans tous les secteurs, est littéralement vital.
Dans ce contexte, comment justifier la décision d’organiser une assemblée générale annuelle à Nouméa, alors que sur les 108 participants français, un seul se trouve en Nouvelle-Calédonie, et tous les autres à des milliers de kilomètres ?
Cette décision (dans l’hypothèse où tous se déplaceraient, ce qui ne se fera sans doute pas, car certains finiront de refuser de contribuer à cela, mais l’intention est là …), revient à assumer le fait de demander à 107 individus de se déplacer en avion de Paris à Nouméa au lieu de déplacer une seule personne de Nouméa à Paris. Un aller-retour de Paris à Nouméa représente l’émission de 6 tonnes d’équivalent CO2, soit trois fois le budget carbone annuel que devrait viser chaque Français.
Alors quels motifs peuvent justifier une telle gabegie écologique pour un seul événement ?
Est-ce l’argument selon lequel « les avions voleront de toute façon sans nous, alors autant les remplir » ? 
N’avons-nous pas, en tant que responsables, en plus d’être des citoyens et citoyennes, le devoir de prendre un peu de distance par rapport à ce type d’arguments « à quoi-bon-istes » ? 
Il est évident que le constat que « tout le monde doit faire des efforts » n’est pas compatible avec le raisonnement selon lequel « nous ne sommes qu’une toute petite partie de tout le monde, donc nous ne comptons pas beaucoup ». En effet, ce raisonnement pourrait être généralisé à toutes les autres « petites parties de tout le monde ». Une règle de comportement qui conduirait à une société invivable si tout le monde l’appliquait ne peut pas être une règle de comportement acceptable. Nous avons en outre un devoir d’exemplarité. 
Comment garder notre crédibilité en tant qu’organisation, si nous organisons des AG où nous débattons de thèmes comme « Technologie et développement durable » et « Quelles formations pour réussir la transition écologique », et où nous décidons le même jour de faire faire 33000 km en avion à 107 personnes pour aller y retrouver une 108ème ? 
Comment parler à des étudiants de transition écologique et de sobriété, si nous partons juste après à l’autre bout de la Terre sans nécessité valable ?
Que vont penser ces étudiants ?
Comment ne pas voir par ailleurs qu’en tant qu’acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous sommes concernés en première ligne par les questions liées au dérèglement du monde, à la fois dans nos activités et nos pratiques scientifiques et dans notre responsabilité d’enseignants, et de responsables d’établissements d’enseignement ? 
Nous accueillons dans nos établissements des jeunes que nous avons la charge de préparer à passer les quatre décennies de leur vie active dans un monde en voie d’effondrement. Nous devons leur montrer que nous en sommes conscients et que nous avons une responsabilité toute particulière envers eux.
Le leur montrons-nous bien en allant passer une semaine à Nouméa pour notre assemblée générale annuelle ?
En dernier lieu, comment ne pas s’inquiéter de l’image que donne cette décision, au-delà même de ses implications écologiques, en termes de bon usage de l’argent public ? Lorsqu’on va passer trois jours de séminaire à Nouméa entre un mardi et un jeudi, cela veut dire que l’on y passe la semaine. Donc on part le dimanche et on revient le lundi suivant (lundi de Pentecôte en l’occurrence). On dépense donc 2500 € de billet d’avion, 500 € au minimum de frais d’hôtel, on fait perdre 2 jours de travail au minimum à l’institution qui nous emploie … le tout multiplié (potentiellement) par 107. Alors qu’une réunion à Paris ou à Clermont-Ferrand n’aurait occasionné ces frais que pour la collègue de Nouvelle-Calédonie, et des frais un peu moindre pour les collègues de Guadeloupe, de Guyane et de la Réunion.
Pensons-nous pouvoir, en 2023, avoir une attitude désinvolte en termes de responsabilité écologique et économique sans que personne ne le remarque et ne nous mette face à nos contradictions ?
Donc il faut renoncer à ce projet très néfaste en termes d’image et de crédibilité collective. Et pour finir : « Si je n’y arrivais pas, comme je vous le disais au début de ce message, je tiendrais à maintenir pour ma part ma crédibilité individuelle en refusant de participer à cette assemblée ».
Il est clair que les actions d’adaptation et de transition vers des modes de vie et de production plus durables sont insuffisants voire inexistants afin d’envisager de protéger les populations, le vivant et les écosystèmes. Au contraire, et on le voit, la dégradation des conditions essentielles pour vie digne (santé, logement, alimentation, …) rend l’adaptation encore plus difficile et aggrave la vulnérabilité face aux changements climatiques de la même façon que la destruction des habitats et des sols dégrade le potentiel des écosystèmes à survivre. 
Nous sommes à l’amorce du virage à ne pas manquer. Parce que s’il y a une urgence évidente à agir à la fois sur les causes et sur les conséquences du changement climatique, il est essentiel que les réponses soient construites intelligemment, dans chaque contexte, avec des enjeux majeurs sur la qualité et la légitimité démocratique des processus et des décisions. Or, parce qu’elles reposent le plus souvent sur un solutionnisme technologique qui aggrave toujours plus notre dépendance à un système écologiquement insoutenable, les réponses actuelles face au changement climatique peuvent elles-mêmes être sources de nouveaux risques. Construire des transitions justes et éviter la maladaptation sont donc essentiels, pour ne pas aggraver les dommages aux écosystèmes et les inégalités, tant dans la participation à la prise de décision que dans l’accès aux ressources. Il faut lutter contre les effets de verrous dans les pratiques actuelles qui bloquent les transformations indispensables. 
Aujourd’hui, l’inaction n’est plus un défaut de prise de conscience ou d’information, c’est un choix politique. Alors il est vital de répondre à cette question.
Qu’est-ce qui est le plus grave ? Est-ce  la mise en chantier d’infrastructures qui aggravent les impacts du changement climatique, ou la dégradation des écosystèmes, ou encore la perte de biodiversité, et leurs conséquences pour le bien-vivre, les droits des êtres vivants des générations actuelles et à venir ou le réveil des mobilisations écologiques et climatiques ? 
Pour finir, je ne pouvais pas passer à côté de ça. Dimanche soir, le chef de l’état de la France qui n’hésite pas à prendre un avion pour aller à Lille voir un match de rugby, qui monopolise les caméras pour expliquer sa vision d’une « écologie à la française ». Alors, on passe à l’électrique et on construit des filières industrielles notamment pour des batteries de bagnole, parce que « la bagnole, on aime ça ». En face, en l’occurrence les deux journalistes, aucune question sur le fond, le comment, le pourquoi, … sur l’extraction minière que cela demande (rappelons que dans 100 kg de matière extraite sur un gisement de lithium indispensable aux batterie, il y un peu lus de 50 grammes de lithium, pour le gallium pour les semi-conducteurs… on est à quelques dizaines de grammes par tonne, …) et donc aucune question sur la destruction de la biodiversité que cela engendre, la responsabilité à l’égard du vivant et des générations futures, et le charbon et le pétrole que cela suppose de consommer ? On s’en fout parce qu’on aime la bagnole (un discours connu depuis un siècle) ! Rappelons aussi que la Chine, le plus gros producteur mondial de bagnoles électriques, n’a fait qu’augmenter sa consommation de charbon pour nourrir son industrie électrique, malgré l’augmentation de son parc nucléaire. 
Donc tout va bien. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec Antonio Gramsci et un extrait de ses indispensables carnets de prison que nous conclurons : « Le point de départ de l’élaboration critique est la conscience de ce qui est réellement, c’est-à-dire un « connais-toi toi-même » en tant que produit du processus historique qui s’est déroulé jusqu’ici et qui a laissé en toi-même une infinité de traces, reçues sans bénéfice d’inventaire. C’est un tel inventaire qu’il faut faire pour commencer ». 

Sources et inspirations 
https://basta.media/ces-petites-mains-humaines-precaires-et-exploitees-qui-rendent-ia-et-robots-plus-intelligens-intelligence-artificielle 
On ne dissout pas un soulèvement. 40 voix pour les soulèvements de la Terre. Seuil ⏚
Lettre d’un directeur d’IUT à l’ADIUT 

Musiques
Elvis Costello, For other eyes – https://youtu.be/GCDy7sKKLy0?si=4l4VAVq9qsXXUi_b 
Gojira, Silvera – https://youtu.be/slfICxJTe7Q?si=5D41GIISu1LhcZqY 
Led Zeppelin, Black dog – https://youtu.be/XIiu0JI3I5g?si=jHjuUcVvhH4F6voo 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.2-26092023-11.10/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, September 30). Nowakowskismes 8.2. Basta ! Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu6

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search