Nowakowskismes n°10 – Demain le travail

Nowakowskismes n°10 – demain le travail

À l’heure où numérique rime avec dématérialisation, il faut nous rendre à l’évidence – dématérialisation n’est qu’une surface qui cache une réalité qui n’a rien d’immatériel !
Rappelons déjà que notre environnement numérique est essentiellement matériel. Il n’existerait pas sans les câbles sous-marins, les terres rares, les minerais, les data centers,… Ils sont tout simplement nécessaires au fonctionnement de l’économie du numérique.
Nous sommes en effet bien loin de la dématérialisation affichée en façade. De plus, quoi qu’on en dise en surface, cette économie du numérique repose essentiellement sur des modèles formels anciens et centralisés tant dans la distribution que dans son organisation – sommes-nous réellement sur de nouveaux modèles ou notre technologie n’est-elle là que pour optimiser les processus anciens de la production, de l’éducation, de la citoyenneté pour ne citer qu’eux ?
De plus, aussi moderne soit-elle, son impact écologique est désastreux ! Par exemple, l’économie numérique consomme davantage d’énergie que l’ensemble du secteur de l’aviation.
Enfin, elle renforce de plus en plus, et notamment au travers du Cloud, une logique de dépossession des utilisateurs. À cette logique de Clouds et de plateformes, quelle place réserve-t’elle à l’humain ? Par Uberisation, assiste-t-on une nouvelle étape dans l’asservissement de l’humain par la technologie ? La machine ne nous avale plus, comme dans Les Temps modernes de Chaplin, elle nous fait machines !  Cette infrastructure numérique de logiciels, systèmes d’exploitation , codes, … va même jusqu’à transformer en profondeur nos subjectivités jusqu’à notre inconscient mais aussi notre action sur le monde.
Action sur le monde alors je vais m’intéresser à une action en notre monde qui fait débat en ces temps d’élections ! Le travail ? Sa mutation, une réalité ou un fantasme ? Pour cela, rendons-nous :

Au bal des actifs ! 

Le premier fait qui n’est plus contestable, est que le smartphone a aboli les frontières entre vie privée et vie professionnelle. À cela, s’ajoute un deuxième fait remarquable mais qui est encore loin de toucher toute la population, c’est l’apparition des fablabs, des espaces collaboratifs, des espaces de coworking, et des nouvelles formes de gouvernance de l’entreprise…
Malgré cela, rien n’a encore vraiment changé : ceux qui réfléchissent à l’organisation du travail se répartissent toujours en deux camps (en ce moment, je travaille sur la notion de compétences donc j’ai quelques références).
Les ruskiniens, inspirés par l’écrivain anglais John Ruskin (1819-1900), pensent que tout métier, même le plus humble, doit être créatif et épanouissant.
Les tayloristes appliquent les idées de l’ingénieur américain Frederick Taylor (1856-1915) : le monde se divise en organisateurs et en exécutants. Le but du travail n’est plus une oeuvre, mais un produit standar­disé, accessible à tous.
Tout simplement, cela revient à choisir entre une étymologie venant de Trepalium qui a donné effort et torture, et une venant d’opera qui a donné l’œuvre.
Malgré cela, certains, des designers, des hackers, des collectifs se sont détachés de l’idée de la production en série (trepalium) et ont redécouvert l’artisanat ou des formes proches de l’artisanat (Opera).
Comme lors de la diffusion de la contreculture par les pionniers de l’internet dans l’entreprise, Ils se sont mis à faire du « hors de l’industrie » en imaginant des services, des études ou de interventions sur des sujets de société.
Aujourd’hui, certains veulent faire de leur métier « un outil de conception social et politique », comme le remarque Olivier Peyricot, directeur scientifique de la biennale du design de Saint-Etienne. Biennale qui, cette année, se penche sur les mutations du travail pour les expliquer, en approuver certaines, en contester d’autres. Des designers, des chercheurs, des artistes ou des écrivains s’y collent – et je vous invite à vous jeter sur le recueil de nouvelles « Au bal des actifs – Demain le Travail » aux éditions La Volte, et surtout celle de Damasio qui s’intitule Serf-made man (Serf – S E R F). Et pour fixer les idées, faisons en quelques mots, une petit parcours travail aujourd’hui !
Pour commencer, un terme, le Playbor, inventé par Trebor Scholz, auteur en 2012 du livre Digital labor. Ainsi, dans un monde où la limite entre vie privée et vie professionnelle s’efface, Playbor est la contraction de Play (« jeu ») et Labor (« Travail »). Le travail-jeu permet alors la collecte des données personnelles pour faire de nous les ouvriers non rémunérés et invisibles des grands sociétés de l’économie numérique – « Si c’est c’est gratuit, c’est que vous travaillez pour eux ! »
Ce qui nous amène du côté des algorithmes déployés en vue d’automatiser les tâches dans les activités de service. La mise en réseau de toute la planète permet ainsi de répartir les opérations non automatisables entre de multiples petites mains : les travailleurs « invisibles », le sous-prolétariat du monde moderne. Adieu droit du travail et protection sociale ! L’invisibilité menace beaucoup de métiers et pas forcément ceux qu’on croit : invisibles juristes, journalistes ou graphistes que des plateformes en ligne mettent en compétition par centaines pour dessiner un logo.
On peut alors comme certains prôner la désobéissance technologique – je vous rappelle qu’ « avoir le droit de désobéir » est un des métadroits décrits par la philosophe Antoinette Rouvroy dans ses communications sur la gouvernance algorithmique. Alors, comme dans le roman Dune (dont je vous ai déjà parlé) et son jihad Butlerien, faisant référence à Samuel Butler, cette désobéissance technologique incite alors à fabriquer les objets hors de tout cadre industriel, par le recyclage et la récupération.
Recyclage, récupération, … Nous nous dirigeons donc tout droit vers des lieux de haute technologie, mais dans lesquels la technologie se met au service de nouvelles pratiques basée sur la co-conception, la co-production, le partage, les Tiers lieux. Tiers lieu entre le lieu de travail et la maison, ce sont des espaces de Travail où partager gratuitement ses connaissances est la règle. Pas d’impératifs de productivité, l’essentiel est de créer dans le plaisir tout en se réappropriant des savoirs technologiques. Aller au fablab, c’est alors comme au café, comme aller au cybercafé, pour ceux qui les ont connus. Ce principe a été repris à des fins commerciales par les espaces de coworking qui louent des espaces en faisant miroiter la perspective du travail autrement, dans une émulation collective …
Pour finir notre visite, nous irons du côté des accélérationnistes. Les accélérationnistes estiment que la politique des petits pas, prônée par le partisan de la décroissance, est inefficace. Ils proposent au contraire d’aller jusqu’au bout des mutations actuelles et de plonger sans retour dans le monde des algorithmes, de miser à fond sur l’internet des objets, d’automatiser tout qui est possible, de redistribuer les revenus ainsi produits et ainsi réinventer la société sur cette base. Le temps libre dégagé permettra alors de ré-enchanter le monde. C’est le règne d’un socialisme régulé numériquement !!
Qu’on le veuille ou non, cette petite tour d’horizon montre que rien n’est tranché. Qu’évidemment, ombre et lumière se côtoient, le Pharmakos de Platon est toujours d’actualité. Que même que de l’automatisation à outrance peut émerger une libération, et que cela, comme toujours, ne dépend que de nous !

Nous avons parlé algorithmes, automatisation, invisibilité et des nouvelles conditions du travail. Ce qui se cache derrière tout c’est un concept qui commence à sortir de la confidentialité, et c’est le

Digital labor

Qu’est-ce que le digital labor ? Commençons par une remise en histoire. Tous les géants du numérique ont créé des plateformes de travail payé à la tâche. L’une d’entre elles s’appelle Mechanical Turk – Le Turc mécanique – d’Amazon. Mechanical Turk en référence au joueur d’échec mécanique qui a parcouru les cours des souverains d’Europe au XVIIIème siècle, et qui, était évidemment une supercherie, le turc mécanique cachait en son ventre un homme qui l’actionnait.
Donc, ces plateformes emploient des “clickworkers” ou travailleurs du clic qui sont des gens qui travaillent chez eux, derrière leur ordinateur, à des horaires qui sont dictés par les clients, pour des tâches simples et répétitives, sans aucun statut et pour une rémunération minuscule. Le travail, ils le trouvent sur ces plateformes comme le Turc mécanique. Donc, aujourd’hui, ce sont une mère de famille américaine ou un Indien qui sont cachés dans la machine.
On estime le nombre de travailleurs du clic à 500 000, ils sont principalement américains (à 75%, avec une grande part de femmes) ou des hommes indiens (aux alentours de 20%).
Pourquoi les appelle-t-on “travailleurs du clic” ? Parce que leurs tâches consistent essentiellement à identifier des motifs sur des images, à identifier des émotions sur des photos de visages, à mettre en ordre des données. Galériens, ils sont comme “enchaînés” à leur ordinateur. Les tâches peuvent apparaître n’importe quand, et il faut être rapide. Certains se créent des alertes qui les réveillent au milieu de la nuit. Le temps pour réaliser le travail étant limité, il ne faut pas traîner. Je vous laisse imaginer les conséquences sur leur vie, leur santé. Et bien sûr, comme ces tâches sont très peu rémunérées, il faut en effectuer beaucoup.
De plus, la rémunération ne se fait en cash que pour les Américains et les Indiens, les autres sont payés en bons d’achat Amazon, ce qui les oblige à avoir recours à des combines pour récupérer leur rémunération.
Le monde des travailleurs du clic est évidemment un monde d’injustices et de défiance instituées -comme nous nous en doutons, tout le monde n’est pas égal face aux offres. Certains sont désignés « Master’s Level », ce qui leur permet d’avoir accès à plus d’offres, mieux payées. Le problème, c’est que personne ne sait sur quels critères certains sont désignés « Master Level » (et bien sûr, Amazon refuse de révéler ces critères).
A quoi sert le travail de ces gens ? identifier des objets sur des images, classer des données etc. – ça sert essentiellement à nourrir les intelligences artificielles qui ne savent pas encore le faire toutes seules.
Pour bien fonctionner, une intelligence artificielle de reconnaissance d’images a besoin d’exemples, d’énormément d’exemples – il faut qu’on lui dise “ça c’est un chien”, “ça c’est une voiture” sous tous les angles possibles, afin qu’elle soit ensuite capable de reconnaître un chien ou une voiture.
Qui lui fournit les exemples ? Principalement, les « travailleurs du clic ».
Petite parenthèse – vous êtes tous des travailleurs du clic, quand, pour accéder à une formulaire, on vous demande d’identifier les photos qui représentent un magasin, un bateau, …
Donc il faut éduquer les intelligences artificielles ! Voilà pourquoi toutes les grandes entreprises du numérique (Google, Microsoft, Facebook, Apple) – toutes celles qui se sont lancées dans l’intelligence artificielle – ont créé leurs propres plateformes de micro-tâches : elles ont créé ces plateformes pour que des travailleurs du clic humains nourrissent les machines.
Le comble est qu’Amazon a créé sa plateforme pour que des hommes invisibles aident les machines qui les remplaceront, à s’améliorer et surtout permettre à Amazon d’améliorer l’automatisation de son circuit de distribution..
Combien de temps encore aura-t-on besoin des travailleurs du clic, avant que les intelligences artificielles ne les remplacent eux-mêmes ? Pour résumer, le digital labor, c’est donc l’exploitation de l’humain à l’éducation des IA qui l’élimineront ! Tiens tiens ça ne vous rappelle rien ?
Juste une petite parenthèse sur l’IA afin de remettre un peu de mesure – l’IA, je pense que j’y reviendrai dans un prochain Nowakowskismes. Juste quelques faits – Pour l’instant, les robots ou autres machine dotées d’intelligence artificielle nous remplacent dans certaines tâches précises, mais ils ne font que ce qu’on leur demande. Ce qu’on appelle « intelligence artificielle » est un ensemble de techniques différentes, qui n’ont pas les mêmes buts ni les mêmes méthodes. La plus en vogue en ce moment – l’apprentissage machine qui suppose que la machine va apprendre grâce à l’immensité des données qu’elle traite – a permis des avancées notables : reconnaître des visages, conduire une voiture, jouer au Go, au poker, faire des diagnostics. Tout ceci ne recouvre qu’un certain type d’activités, personne ne pourrait dire que l’on a trouvé là le secret de l’intelligence. D’ailleurs, l’appellation « intelligence artificielle » est trompeuse car elle suppose que nous savons ce qu’est l’intelligence. Certains parlent plutôt d’ « informatique anthropique ». Plus ampoulé et moins sexy, mais plus juste.
En clair, c’est ce que NOUS ferons de l’IA qui mènera ou pas à l’avènement de l’ère des machines…. et aux scénarios catastrophes !

Enfin, dans notre exploration du présent, comprendre c’est nous tourner vers les sciences de l’humain et les imaginaires qui les mettent en scène autrement.  Pour cela, faisons appel à une écrivaine de science fiction dont l’oeuvre explore de façon originale des thèmes anarchistes, féministes, psychologiques ou sociologiques. Son nom est :

Ursula Le Guin 

Ursula Kroeber Le Guin — plus généralement appelée Ursula K. Le Guin — est une auteur américaine incontournable de la science-fiction née le 21 octobre 1929 à Berkeley, en Californie. Ses écrits qui accordent une grande importance aux sciences sociales comme la sociologie ou l’anthropologie délivrent souvent un message sur nous-même via l’invention de cultures extra-terrestres inhabituelles. Dans son oeuvre, je m’intéresserai tout particulièrement au Cycle de l’Ekumen – Ekumen, est dérivé du terme « écoumène », un terme de géographie dérivé du grec qui signifie « j’habite » / « la maison ».
Le Cycle de l’Ekumen traite principalement des phénomènes induits par la rencontre entre deux mondes. Que se passe-t-il lorsqu’un peuple venu de l’espace souhaite entrer en contact avec les résidents d’une planète ?
Pour cela, l’Ekumen impose une éthique du transfert de la connaissance. En effet, si une civilisation est parvenue à vaincre le vide spatial, celle-ci dispose évidemment d’une avancée technologique sur le monde visité, et toute précipitation serait risquée. Les voyages interstellaires s’effectuent à vitesse infra-luminique (respect de la théorie de la relativité oblige) ce qui fait que les envoyés de l’Ekumen sont nécessairement des gens patients, et que l’Ekumen est une entreprise à très long terme. Cependant, la communication instantanée entre les membres de la “Ligue de Tous les Mondes” existe, et ça c’est génial, et ce, grâce à un dispositif appelé ansible. Ceci permet la mise en place d’une politique galactique.
L’Ekumen, c’est le partage libre de la connaissance, sans imposer quoi que ce soit à personne, sauf un minimum de droits de l’Homme et de restrictions de sécurité concernant les armes autorisées en temps de guerre, entre autres. Cependant, l’apport de la connaissance doit être mûrement réfléchi car il n’est pas sans conséquence sur l’équilibre socio-économique des populations visitées : toutes les vérités sont bonnes à dire, mais pas dans n’importe quel ordre ni à n’importe quelle vitesse !
L’Ekumen, c’est la combinaison de la sagesse de la patience.
Presque chaque œuvre de ce cycle, que l’on peut lire dans un ordre quelconque, traite de situations que l’on pourrait rencontrer en dehors de la science-fiction. Je vous recommande deux titres particulièrement remarquables de ce cycle : La Main gauche de la nuit qui étudie l’identité sexuelle et Les Dépossédés.
Les Dépossédés est considéré comme une bonne description des mécanismes qui seraient développés par une société anarchiste, mais aussi des dangers de la centralisation et de la bureaucratie qui reprendraient facilement place dans une telle société.
Dans Les dépossédés, on découvre un monde dans lequel une personne est jugée non pas par ce qu’il ou elle possède, mais par ce qu’il ou elle peut faire, et comment il ou elle entre en relation avec les autres êtres humains. Malgré cela, un monde décrit dès les premières lignes du livre par un mur, et la question de savoir quel est l’espace qu’il enclot.
Enfin, les Dépossédés s’appuie sur l’hypothèse Sapir-Whorf (qu’on retrouve également dans le film Premier contact que je vous recommande). L’hypothèse Sapir-Whorf soutient que les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, ou autrement dit, que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage – en d’autres termes que l’accès au réel, jusque dans nos perceptions, ne se fait que par l’intermédiaire de sa représentation et de son interprétation. Les dépossédés, un roman sur tout ce qui nous maintient humain et qui pose la question du savoir, de la technologie, de l’humain, du travail.
Avant de nous quitter, juste une petite citation extraite des Dépossédés.
« Aucun homme ne possède le droit de punir, ou celui de récompenser. Libérez votre esprit de l’idée de mériter, de l’idée de gagner, d’obtenir, et vous pourrez alors commencer à penser. »


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.