Nowakowskismes n°6 – Technos or not technos

Ce soir, nous allons parler technologies, au pluriel – et quelles relations entretenons-nous avec elles ? Quelques exemples …
Connaissez-vous par exemple l’Amazon Dash Button ? C’est un petit appareil connecté au Wi-Fi placé sur votre machine à laver et qui vous permet de commander vos produits préférés d’une simple pression… Et aussi la télévision à commande vocale – commande vocale mais surtout une télévision qui écoute ce qui se passe autour d’elle et la poupée ou le nounours connectés et qui parlent …  pour ne citer qu’eux … mais la liste de ces objets connectés s’allongent et certaines prévisions donnent 80 milliards d’objets connectés d’ici 2020 !
La petite histoire que je vais vous raconter va vous éclairer … ou vous assombrir … nous pourrons bien sûr en reparler et nous en reparlerons …

Un Echo qui écoute  et mémorise … et témoigne 

Notre histoire commence de façon banale – en novembre 2015, dans une ville de l’Arkansas, un ancien officier de police est retrouvé mort dans le spa de son voisin. Le voisin affirme qu’il s’agit d’une noyade accidentelle et explique être allé se coucher en laissant le futur mort dans le jacuzzi avec un autre homme  – on dirait le début d’un épisode de Columbo ou des experts

Très vite, les enquêteurs découvrent que la mort n’est pas accidentelle ! Il y a eu une bagarre (le visage du mort est abîmé, il y a des traces de sang autour du spa), il a été étranglé et maintenu sous l’eau. Tout un tas de détails viennent accuser le voisin de meurtre mais il plaide non coupable. On se croirait bien dans une série américaine du dimanche soir …

Mais, et c’est là que mon histoire commence à être vraiment intéressante, les enquêteurs remarquent vite que la maison du voisin est une maison dite “intelligente” et qu’elle dispose d’un assistant domestique, l’Echo d’Amazon.

L’Echo d’Amazon est un cylindre noir, il permet de commander différentes fonctionnalités de la maison en réagissant aux demandes formulées à haute voix. Donc, il suffit de dire “Alexa” (comme Siri ou OK Google ou Jarvis ou VIKI – Alexa c’est donc le doux petit nom de l’intelligence artificielle qui pilote cet outil) pour qu’elle exécute les différents ordres qu’on lui donne (elle peut vous donner des informations, mettre de la musique, commander un taxi ou une pizza, ou piloter des fonctionnalités de la maison…). Et lorsque les premiers policiers sont arrivés sur la scène de crime, Alexa diffusait de la musique !

Et surtout, les policiers supposent qu’Alexa sait quelque chose sur ce qui s’était passé cette nuit là. Car, pour réagir quand on l’appelle, Alexa dispose de micros qui sont en veille permanente. Alexa a donc certainement entendu et mémorisé quelque chose d’intéressant ce qui fait que les policiers ont saisi le matériel et tente depuis de le faire parler !

Plusieurs points nous semblent importants à mentionner ! Premièrement, Il est étonnant de constater à quel point le fonctionnement des assistants domestiques est peu clair pour la justice : qu’est-ce qui est stocké dans l’objet lui-même ? Combien de temps ? Qu’est-ce qui est stocké ailleurs, dans les serveurs d’Amazon ?

Deuxièmement, vient la question juridique : jusqu’où Amazon doit-il coopérer avec la police et lui donner accès à l’ensemble des données personnelles d’un usager ? Rappelez-vous l’affaire Apple et le téléphone du terroriste de San Bernardino ! Ici se rejoue ici le combat contemporain entre justice et vie privée, dans lesquelles les grandes entreprises de la donnée ont beaucoup à perdre.

Enfin « last but not least » c’est lorsque la réalité rattrape et dépasse la fiction ! On revisite le vieux motif du polar, la figure du témoin ! Elle est entièrement renouvelée par l’entrée de la machine dans les foyers. En effet, la machine devient LE témoin. Que perçoit la machine ? Comment elle perçoit ? That is the question !

L’assistant personnel (par là tous les objets connectés qui nous accompagnent dans nos vies) n’est pas une machine comme les autres : pour bien fonctionner, il doit reconnaître notre voix, il doit être là, écouter, précéder nos désirs, il doit savoir qui nous appelons le plus souvent, quelle musique nous aimons, quand nous entrons, quand nous sortons.

Au plus près de nous, il est le traître parfait. Car un traître naïf, qui n’a pas peur, qu’on ne peut pas acheter, qu’on ne peut pas menacer, ni faire taire sauf à être conscient de tout cela, et avoir développé quelques compétences permettant la maîtrise de ces outils et avoir des usages critiques et responsables !

IIs sont parmi nous disait l’autre, ce ne sont pas les extraterrestres, ce ne sont que des objets que nous avons fabriqués et implantés dans chaque segment de nos vies !

Techno or not techno ? That is the question … 

Qu’on le veuille ou non, un des grands clivages politiques de demain opposera les individus qui croient en un avenir toujours plus numérique et technologique et ceux qui refusent de vivre dans un monde où la machine est au cœur du système.

D’un côté, les « technophiles » ; de l’autre, les « technophobes », comme ils sont trop souvent désignés par paresse intellectuelle.

Par exemple, en France, nous avons vu se multiplier les « zones à défendre » sur les sites des grands projets d’aménagement du territoire (aéroport, barrage, Center Parcs, etc.). Et ce qui est important à identifier derrière la nature écologiste de cette contestation, c’est aussi la condamnation d’une certaine idée du progrès et de notre rapport à la technique.

Cette réflexion n’est pas nouvelle mais l faut attendre l’après seconde guerre mondiale pour voir émerger les grandes figures de la pensée anti-industrielle. Il y a bien sûr Jacques Ellul pour qui, la technique, devenue « notre milieu environnant à part entière », constitue « un principe autonome d’organisation des sociétés ».

Une autre voix de la technocritique, celle d’Ivan Illich (je parle décidément souvent de lui), pionnier de l’écologie politique, qui développe le concept de « contre-productivité » des techniques, à savoir l’idée qu’au-delà d’un certain seuil de puissance un outil technique finit forcément par être destructeur.

Et le philosophe allemand Günther Anders et son livre L’Obsolescence de l’homme (1956), de qui le philosophe Christian Godin disait « Anders a bien montré comment la technique, qui faisait jusqu’alors la fierté de l’homme, a fini par nous faire honte » ! C’est une partie du sujet de l’examen que j’ai proposé à mes étudiants de L3 infocom dans le cours Dispositifs mobiles ! Et du coup, ça me rappelle que je n’ai pas terminé l’évaluation des travaux …

Depuis eux, toute cette contestation n’existe que dans les marges. On peut aussi citer les chercheurs du groupe Oblomoff, qui considèrent que « le projet scientifique de la modernité a toujours été un projet de maîtrise du monde ». Mais le paysage technocritique français se compose essentiellement d’éditeurs militants, d’inspiration libertaire ou décroissante, qui font du livre une arme de résistance politique. À ces voix militantes il faut ajouter celles des zadistes, dont la contestation des « grands projets inutiles et imposés » s’apparente, en creux, à la critique d’une certaine idée de la modernité.

Et donc si vous voulez questionner tout cela, je vous invite à aller du côté du Comité invisible, qui désigne les infrastructures techniques omniprésentes comme le nerf de la guerre, dans le livre pamphlet politico-poétique À nos amis édité à La Fabrique en 2014.

Et pour conclure et sans en rester là, l’anaphore de 4ème de couverture de A nos amis – un programme

À ceux pour qui la fin d’une civilisation n’est pas la fin du monde ;
À ceux qui voient l’insurrection comme une brèche, d’abord dans le règne organisé de la bêtise, du mensonge et de la confusion ;
À ceux qui devinent derrière l’épais brouillard de la “crise”, un théâtre d’opérations, des manœuvres, des stratégies – et donc la possibilité d’une contre-attaque ;
À ceux qui portent des coups ;
À ceux qui cherchent des complices ;
À ceux qui désertent ;
À ceux qui tiennent bon ;
À ceux qui s’organisent ;
À ceux qui veulent construire une force révolutionnaire, révolutionnaire parce que sensible ;
Cette modeste contribution à l’intelligence de ce temps.

Après avoir vu le versant technocritique, virage à 180° avec ce livre qui va paraître aux Presses Universitaires de France, livre qui porte le joli titre de « Informatique céleste », et qui postule que l’informatique pourrait être la voie de notre salut. Là, on bascule complètement sur l’autre versant !
L’auteur du livre, Mark Alizart, annonce la couleur dès l’introduction : philosophie et informatique ont échangé leurs places. Et que, contrairement à la philosophie, l’informatique s’est épanouie, embrassant l’humanisme, l’universalisme et même une forme de spiritualité. Et voici la question qu’il pose et à laquelle le livre apporte une réponse positive : « Se pourrait-il que le Dieu dont Heidegger attendait qu’il vienne nous sauver soit en fait déjà là, et sous les traits qu’il redoutait le plus – l’ordinateur qui nous fait face, le téléphone portable au fond de notre poche, la montre connectée à notre poignet ? ».

Il montre d’abord que « l’informatique s’est inventée contre la mécanisation de la pensée », car le fonctionnement de l’ordinateur – contrairement à toutes les machines qui l’ont précédé – n’a rien à voir avec le mécanisme. En pouvant se programmer – donc en n’étant rien en lui-même mais en pouvant donc être tout – l’ordinateur est un « monde en soi, une deuxième nature ». L’ordinateur est donc un « organisme ».

Je vous passe les détails, mais il associe informatique et nature, et que finalement, l’ADN n’est rien d’autre que des lignes de codes. Ce qui l’amène à un second argument massue qu’il énonce ainsi : « Si la vie est informatique, si la matière même est faite d’information […] il n’y a plus de différence entre l’âme et le corps, entre l’homme et la nature […] », et que « l’informatique est un milieu, notre milieu, le milieu qu’est le monde, et qui se produit lui-même, à travers nous ».

Bon ok … vous pouvez me dire que je suis allé chercher l’exemple extrême … oui peut-être

Finalement, à quoi arrive-t-on ? Et bien, que la fin de l’histoire, ce n’est pas « l’avènement de la démocratie libérale », mais celui de « la société de l’information ». Que « le philosophe se fait informaticien et se met à construire des machines ». Et pour conclure, et là accrochez-vous, je cite : « A l’informatique seule il revient d’accomplir la promesse eschatologique commune aux grandes utopies et aux grande religions : celle d’une réconciliation entre les mots et les choses, entre les morts et les vivants, entre les humains et les non-humains ». L’informatique « accomplit la religion ».

La cité et les astres de Arthur C. Clarke, Arthur C. Clarke, l’auteur de 2001, l’odyssée de l’espace. 

Un des premiers romans d’Arthur C. Clarke, La Cité et les Astres a été écrit en 1956. De quoi parle-t-il ?

Diaspar, la Cité éternelle, dernier refuge des hommes, abrite sur une Terre transformée en désert tout ce qui reste de l’humanité après un milliard d’interminables années d’existence. Cette ville intelligente, dirigée par un ordinateur omnipotent, maintient les humains en vase clos, la simple pensée du « dehors », glacé, inconnu, suscitant chez eux une insurmontable et antédiluvienne terreur. Les hommes, tout comme les objets qui constituent la cité sont éternels, maintenus en vie grâce à des « circuits d’éternité » qui les reproduisent à l’infini. Les hommes viennent désor­mais au jour de manière cyclique, par clo­nage, pui­sés dans les banques mémo­rielles de la cité de Dias­par. Nul ne naît, nul ne meurt vrai­ment sur Dias­par. Les citoyens s’y épanouissent au gré de “sagas”, tech­no­lo­gi­que­ment assis­tées, qui per­mettent aux rêves et aux fan­tasmes de se déver­ser sans que qui­conque ait besoin d’aller voir à l’extérieur de la cité ce qui s’y passe – ce qui est d’ailleurs interdit !

Toute notion de chan­ge­ment est pros­crite, la menace d’altération par le contact avec l’extérieur étant écar­tée par une orga­ni­sa­tion mil­li­mé­trée (absence de conflit, nour­ri­ture chi­mi­que­ment com­po­sée, rela­tions char­nelles réduites à l’accouplement sans souci de pro­créa­tion…).

Alvin, qui vient de naître pour la pre­mière fois, à la dif­fé­rence des mil­lions d’autres habi­tants qui enchaînent vie sur vie suc­ces­sives, repré­sente le par­fait grain de sable dans cette machi­ne­rie : mû par d’autres désirs, d’autres envies, il veut savoir ce qu’il y a au-delà des limites de la cité, voya­ger comme ses ancêtres dans l’espace infini et les myriades d’étoiles.

Alvin accède bien­tôt à un che­min oublié de tous (un métro automatique n’ayant pas roulé depuis la nuit des temps), qui mène à la cité de Lys, où lui sera révélé le secret de sa nais­sance en même temps qu’il décou­vrira d’autres hommes, qui ont fait d’autres choix en matière de technologies, ce qui les a menés à développer d’autres capacités humaines, et tout ceci remet­tant en cause les mythes fon­da­teurs de Diaspar …

Pour conclure, cette humanité qui a perdu toute sa curiosité, voire tout son courage, et qui se réfugie dans le rejet, l’illusion ou la mort en cas de contrariété, n’est pas bien reluisante. Mais, malgré tout, même après la disparition de tout instinct de découverte, il reste toujours quelqu’un pour s’interroger sur ce qu’il pourrait bien y avoir derrière la prochaine colline. Et c’est cela qui a fait et fait de nous des homo sapiens …


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.