Nowakowskismes n°5 – Prévisions, prédictions et Algorithmes

Les Nowakowskismes l’émission de Radio qui nous aidera à faire que 2017 ne soit pas La dernière année de l’homo sapiens !

Au fait petite remarque

2017 est un nombre premier – un nombre premier est un entier qui n’est divisible que par 1 Et par lui-même donc 2017 est premier c’est d’ailleurs le 306ème de La liste qui est infinie et, 2017 est la somme de 2 carrés = (9² +44²).

Le prochain sera 2027.

Petit concours, Et on attend votre réponse sur la page FB des Nowakowskismes ou sur Twitter avec le hashtag #nowakowskismes – 2027 est-il la somme de deux carrés ? si oui lesquels ? si non pourquoi ?

En cette période de bons voeux, de bonnes résolutions, de prévisions pour 2017, … de prédictions diverses… je me suis donc dit que parler prédictions et, dans notre monde moderne, des algorithmes permettant ces prédictions seraient une bonne façon de voir 2017 autrement. Algorithmes, hasard, prédiction seront les thèmes de ce soir, livrés en coups de coeur …

Pour bien se comprendre, je vous propose de définir ce qu’est un algorithme ? (définition du dictionnaire)

  • Suite finie de règles et d’opérations élémentaires sur un nombre fini de données qui permet de résoudre une classe de problèmes. Les algorithmes sont utilisés en programmation.

C’est donc le résultat d’un calcul, et voici quelques exemples du quotidien

  • votre GPS est le résultat d’un algorithme qui traduit un calcul d’optimisation de votre chemin au regard de divers paramètres (lieux de départ et d’arrivée, circulation, vos preferences, vos moyen de transports, du trafic,….)
  • Une recherche Google est le résultat d’un algorithme qui met en œuvre une fonction mathématique qui intègre plusieurs centaines de paramètres permettant de vous proposer le “meilleur” résultat à votre recherche
  • Le fil d’actualités FB est un algorithme qui évalue une fonction calculant le fil d’actualité en fonction de d’interactions que vous avez eues avec vos amis
  • Un distributeur d’argent applique un algorithme – vous donnez de l’argent ou pas selon des paramètres – votre carte de bus applique aussi un algorithme – décompter le nombre de trajets effectués …
  • votre machine à laver fonctionne sur ce principe également (une succession d’étapes menant à lavage de votre linge en prenant en compte différents paramètres)
  • enfin un algorithme c’est également une maintenance du présent – que faire maintenant pour que le futur soit celui que je souhaite ?

À ce propos d’algorithmes et de maintenance du présent, je vais vous parler d’un livre-culte qui a sa façon interroge l’algorithmisation de la vie.

Lecture. L’homme-dé de Luke Rhinehart 

Bible de l’anticonformisme des années 70, le roman L’Homme-dé dynamite les fondements moraux de la civilisation.

Cependant, les premières pages décrivent un modèle de réussite, celle d’un psychiatre new-yorkais répondant à tous les critères socioculturels d’intégration. Seulement, ouvrant un jour les yeux sur le vide sidéral de sa vie, Luke Rhinehart décide de confier chacune de ses décisions aux dés, attribuant au résultat possible de chaque jet une option que le hasard -choisira. Donc, après une nuit éthylique passée à jouer avec ses amis, il envisage un dé caché par une carte sur une table. Si le dé indique le chiffre un, il devra descendre à l’étage inférieur et violer sa voisine du dessous. Il soulève la carte, un, il descend… Complètement bouleversé par sa découverte, Rhinehart commence à jouer sa vie aux dés, partant du postulat que le monde va mal quand on le laisse à l’appréciation de l’homme, autant l’abandonner au hasard.

À partir de ce moment là, il laissera le dé choisir entre des actions plus ou moins raisonnables et d’autres, totalement fantasmatiques, libérées de toute contingence morale et de toute forme d’interdit, entraînant à sa suite sa famille, ses amis, et, petit à petit, toute une cohorte d’admirateurs, dans une sarabande insensée dont personne ne sortira indemne.

Cette farce anarchiste transforme en effet son lecteur en disciple d’un “Livre du Dé” imaginaire. Et le Hasard se fit chair

Ce livre délirant, cru, dévastateur, a circulé comme un canular béni sur les campus américains des années 70. On suit ce personnage avec amusement, on y croirait presque, même si le procédé devient un peu répétitif. Ce roman n’en reste pas moins une réussite. À l’époque de sa sortie, il est vite devenu un livre culte, affirmant « le droit à l’expression de tous les fantasmes ».

La question sous-jacente est celle posée par le dé. Lancer un dé suit une loi de probabilité, donc un modèle mathématique, donc en poussant plus loin, un algortihme ! Donc, en abandonnant son humanité à un dispositif algotihmique, restera-t-il une part d’humanité en nous ?

 

Prévisions – prédiction et algorithmes

Anticiper notre avenir sans que nous ayons besoin d’y penser. Telle est la grande promesse de notre temps. Les compagnies de l’économie numérique, les milieux de la finance et les grandes institutions sociales, de la médecine à l’assurance, ne se contentent plus de prévoir ce qui pourrait advenir, elles cherchent à prédire mathématiquement le détail de nos existences. On assiste à une maintenance du présent en vue de formater un futur. Un accompagnement de l’humain ? Un humain augmenté ? ..

Sommes-nous vraiment si transparents ? Pouvons-nous nous réapproprier les prédictions que les autres font sur nous et les infléchir pour orienter nos vies de manière plus réfléchie ?

Par exemple,

Du côté des assurances, tous les secteurs sont concernés : mobilité, habitat, santé, finance, loisirs. Grâce aux objets connectés et au quantified self (les données personnelles, comme le rythme cardiaque, récoltées par les montres connectées), on pourra demain prévenir le risque d’une attaque cardiaque ou d’un accident de voiture. Mais en individualisant les risques, c’est le principe même de l’assurance qui est modifié. Pour une raison simple, les données récoltées sur les trajectoires individuelles mettent en cause ce qui fonde l’assurance : la mutualisation des risques en situation d’incertitude. Nous nous assurons mutuellement parce qu’il y a un voile d’ignorance sur la chance ou la malchance qui est la nôtre de connaître un accident. Dès lors que le risque se singularise, tout change. L’asymétrie d’information qui caractérise la relation assureur-assuré s’inverse

Mais de façon plus générale,

La question qui se pose aujourd’hui est celle de la modification des processus d’influence sociale auxquels nous sommes soumis, du fait que nous interagissons de plus en plus par l’intermédiaire de supports numériques.

Comment fonctionnent ces algorithmes qui créent des connaissances à partir de l’agrégation de nos actions ?

Un algorithme, est vu alors sous forme d’un programme qui génère des actions concrètes (cliquer, envoyer un mail, proposer une image) en fonction de règles prédéfinies en amont. On peut suggérer des actions ou des idées à un individu en fonction de l’historique de ses actions et de l’ensemble des théories comportementales qui sont implémentées dans ces programmes.

Ces algorithmes de recommandation n’influent pas seulement sur la consommation.

Ainsi lorsque Amazon détermine le degré de diversité des recommandations de livres, il influe directement sur ce que les gens lisent, et ce, à l’échelle mondiale.

On parle alors de « rigidité » ou de « trivialité » de nos comportements (trivial en anglais voulant dire « insignifiant », « banal », sans posséder la connotation de « vulgaire » comme en français), soit la manière dont nous adoptons des comportements et des discours stéréotypés, qui se propagent avec une très grande facilité d’une personne à l’autre.

Pour résumer, on peut se référer aux travaux de Heinz Von Foerster (1911-2002), qui lors d’un séminaire autour de Ivan Illich en 1976 (j’en ai déjà parlé dans un précédent Nowakowskismes) a tenu ces propos : « Plus les comportements seront rigides, moindre sera la quantité d’informations qui vous sera nécessaire pour prédire le comportement à l’échelle collective. À l’inverse, moins votre comportement est rigide, plus il sera difficile de prédire le comportement du collectif. De sorte qu’il incombe aux individus de se soustraire au régime de la prédictibilité en adoptant des comportements moins triviaux. »

En clair, si les gens sont éduqués à avoir un sens critique, on affaiblit ces rigidités.

Prédire, comme dans le cas de l’homme-dé, ce n’est pas s’en remettre qu’aux outils, aux lois, mais c’est une affaire de l’humain, de sens que nous donnons à nos vies, et la capacité que nous avons à imaginer.

La fiction invente ce qui manque au monde, ce que le monde a oublié, ce qu’il espère atteindre et qu’il n’atteindra peut-être jamais. La fiction est donc un moyen de s’approprier le monde, de lui donner sa couleur, son goût, ses sens, ses rêves, ses nuits blanches, la persévérance et même la tranquillité paresseuse dont il a besoin pour continuer à être.

 

Méditons un peu !

Que devient notre rapport au monde quand toute interaction passe au travers d’une technologie ? Que deviennent cette présence dans le monde, notre puissance à y être, à y imposer notre place, le plaisir qui en découle quand le moindre « pas » que nous y faisons est piloté, numérisé, instrumenté. En quelques mots, et comme l’exprime Alain Damasio (vous pouvez regarder sa conférence sur Youtube – je mettrai les liens sur la page FB des Nowakowskismes), la technologie

  • vient outiller nos paresses
  • vient conjurer nos peurs
  • nous donne l’espoir de dépasser notre finitude ,

Au sentiment de puissance associé à la technologie, on fait face à une perte, une perte de puissance vitale, une perte de puissance de vivre, d’agir, d’habiter le monde et son corps. Quantifier, numériser, localiser, calculer, mesurer nous amènent à perdre le rapport intime aux muscles, aux corps, au souffle, à l’espace alentour.

Arriver dans une ville avec son GPS à qui nous avons délégué notre capacité de nous guider, nous prive de notre capacité à nous orienter, à sentir la ville, à nous y perdre aussi, à l’explorer et la découvrir par notre propre errance qui la fera exister en chairs et en pensées. L’errance constitutive de l’être n’est plus possible. Il n’est plus possible d’envisager de sortir du chemin optimisé par le GPS ; de même, il n’est plus possible de sortir du chemin recommandé par les algorithmes de recommandation, comme l’aventure intellectuelle n’est plus possible ailleurs que dans les techno-lieux stériles.

Juste ce quelques mots de Tania Murray Li,

« L’imperfection, l’ambiguïté, l’opacité, le désordre et l’occasion d’errer, de pécher, de faire la mauvaise chose: tous ces éléments sont constitutifs de la liberté humaine et toute tentative de les arracher éradiquera cette liberté aussi. »

Passons de la prédiction à la vision – le visionnaire du futur John Brunner avec sa tétralogie noire écrite entre 68 et 75 

Une Tétralogie Noire, quatre dystopies effrayantes auquel notre monde actuel ressemble de plus en plus. Comme une sinistre prophétie.

TOUS À ZANZIBAR (1968)

Le vrai XXI° siècle est là, confus, complexe, grouillant et fourmillant. En comparaison, 1984 de Orwell  et Le Meilleur des mondes de Huxley, sont des rêves de jeunes filles.

En 2010, le nombre des êtres humains est tel que, s’ils se tenaient au coude à coude sur l’île de Zanzibar, ils la recouvriraient en entier. La surpopulation entraîne la disparition de toute sphère privée, un contrôle génétique draconien et une anarchie urbaine généralisée. La pollution fait qu’à New York, des distributeurs d’oxygène sont à la disposition de ceux qui ont besoin de faire le plein avant de traverser les rues. La consommation de tranquillisants, pour limiter les nécessaires tensions sociales dues à la promiscuité et les velléités révolutionnaires, s’est généralisée.

Les radiations ont entrainé l’augmentation du taux des maladies héréditaires à un tel point que des mesures draconiennes sont prises : les individus porteurs sont automatiquement stérilisés et seuls se reproduisent ceux qui ont des caryotypes sains. L’eugénisme est développé. Évidemment, la liberté individuelle est résolument refusée.

La toute-puissante General Technic Corporation dont le superordinateur Shalmaneser organise l’achat pur et simple d’un pays africain

L’ORBITE DÉCHIQUETÉE (1969)

New York encore, paranoïa institutionnalisée, la haine raciale s’est transformée en révolte, puis en révolution, et les deux communautés s’arment. La Gottschalk est une maffia qui vend des armes, pour alimenter cette guerre civile pour laquelle elle prospère. D’abords à la communauté noire à bas prix, puis aux blancs affolés à n’importe quel prix. C’est dans ce décor que les deux personnages principaux vont tenter d’organiser l’avenir contre La Gottschalk.

LE TROUPEAU AVEUGLE (1972)

Un monde où la méditerranée est une mer morte, la plupart des plages sont interdites, de temps à autre, à New York, il pleut de l’acide. Tout le monde, ou presque, souffre d’allergies, d’intolérances ; les microbes résistent aux antibiotiques et la vermine aux insecticides. L’eau du robinet n’est pas potable certains jours…

Au fait, est-ce la fin du siècle ou la fin du monde ?

Dans ce monde de contagions et de corruptions, c’est l’histoire d’un compte à rebours de la dernière année de l’Amérique.

SUR L’ONDE DE CHOC (1975)

Ce dernier livre conclut le tableau sombre de l’avenir, en décrivant une société informatisée future. Le monde en « fiches mécanographiques », en puces et en fibres, les États-Unis recouverts, ou plutôt submergés, d’un réseau informatique, gardien des données et des libertés et de l’ordre… Et bien sur avec la tentative de révolte de quelques-uns avec un personnage de « pirate informatique ».

Un livre totalement visionnaire d’une société informatisée ou tout est surveillé, contrôlé…

En conclusion, les outils informatiques qui sont décrits dans ce roman ne sont pas tout à fait identiques aux nôtres… Mais l’usage qui en est fait, le pouvoir et le contrôle qui est exercé et les contres feu qui essayent de libérer ressemblent furieusement à notre présent.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.