Nowakowskismes n°4 – Mémoires   

Voyages dans le temps – pour une archéologie du web … la mémoire de nos ordinateurs ? 

Internet Archive est un projet lancé en 1996 consistant à archiver Internet. Non seulement archiver les sites internet (dont on sait qu’un grand nombre ont déjà disparu depuis la création d’Internet), mais archiver les contenus qui circulent sur Internet, (comme les livres, les disques, mais ou les jeux vidéos) et, très important aussi, archiver les programmes informatiques qui permettent de lire des formats qui ne sont plus utilisés (afin que qu’on puisse consulter ces contenus une fois que leur format ont été rendu obsolète par d’autres plus modernes). Internet Archive, c’est donc notre patrimoine numérique, une partie en tout cas.

Depuis, d’autres institutions s’y sont mises aussi : en France, par exemple, il existe un dépôt légal du web, sur le modèle du dépôt légal du livre, que se partagent la Bibliothèque Nationale de France et l’Institut National de l’Audiovisuel, (et de plus en plus de pays font le même travail). La grande différence, c’est qu’Internet Archive est une association, et que ses archives sont à disposition de n’importe qui et que c’est elle qui fournit la plupart des outils informatiques nécessaires à ce travail.

Ainsi ce programme du nom de “Wayback machine” – littéralement “machine à remonter le temps – permet d’archiver 300 millions de pages web par semaine (en prenant des sortes de clichés des sites internet à intervalle régulier). Pour archiver tout ça, il faut de nombreux serveurs (4 data centers en 2014) qui sont installés à San Francisco en Californie (il y a d’autres lieux d’archivage, à Amsterdam ou dans la bibliothèque d’Alexandrie, en Egypte, mais ils font un travail plus partiel). Certains de ces contenus dérogent à la loi. Ainsi, très régulièrement, Internet Archive est obligé d’en retirer parce qu’ils contreviennent au droit d’auteur ou à d’autres législations en vigueur (dans le faits, ils ne sont pas retirés des archives, c’est juste leur accès qui est empêché). C’est sans doute pour cette raison que Brewster Kahle craint l’élection de Donald Trump. Il craint une dérive sécuritaire, une certaine forme de révisionnisme, en tout cas des lois qui l’obligerait ferait disparaître des archives numériques. Et c’est pour cette raison qu’une copie d’Internet Archive hébergée au Canada, et réactualisée presque en temps réelle, serait nécessaire pour préserver l’intégrité de ce patrimoine numérique.

Peut-on considérer que nous sommes vraiment en train d’archiver la totalité de notre patrimoine numérique ?

Mais la vitesse avec laquelle Internet bouge, à laquelle les pages web se remplissent, changent, et que même en sauvegardant des instantanés du web à des intervalles les plus rapprochés possible, il y a des vides, des choses qui échappent.

On peut prendre l’exemple de la célèbre photo de Louis Daguerre prise à Paris, boulevard du Temple, en 1838. On y voit des rues vides de tout être humain (et même de chevaux), à l’exception d’un homme et du garçon qui lui cire les chaussures. Pourquoi la rue est-elle vide ? Parce que le temps de pause était si long que les deux seules silhouettes à avoir imprimé la fine pellicule d’argent étaient celles qui ne bougeaient pas, tous les autres ont disparu.

Ainsi de même avec l’archivage du web, nous sommes condamnés à ne saisir que ce qui change moins vite que le reste.

Quand la mémoire se construit sur l’oubli et non le stockage, n’avons-nous pas là une mémoire numérique ?

http://web.archive.org

La mémoire de la dignité humaine au XXème siècle – la sécu au travers du film la sociale

Le synopsis du film de Gilles Perret

En 1945, les ordonnances promulguant les champs d’application de la sécurité sociale étaient votées par le Gouvernement provisoire de la République.

Elles prennent origine dans le programme du Conseil National de la Résistance qui intègre « un plan complet de sécurité sociale […] avec

gestion appartenant aux représentants des intéressés. » Un vieux rêve séculaire émanant des peuples à vouloir vivre sans l’angoisse du lendemain voyait enfin le jour.

Le principal bâtisseur de cet édifice des plus humaniste qui soit se nommait Ambroise Croizat, communiste et CGTiste. Qui le connaît aujourd’hui?

70 ans plus tard, il est temps de raconter cette belle histoire de « la sécu » D’où elle vient, comment elle a pu devenir possible, quels sont ses principes de base, qui en sont ses bâtisseurs et qu’est-elle devenue au fil des décennies ?

Au final, se dressent en parallèle le portrait d’un homme, l’histoire d’une longue lutte vers la dignité et le portrait d’une institution incarnée par ses acteurs du quotidien.

Histoire

La fondation de la Sécu, c’est donc en 1946/1947. La grande force, c’est que les militants, CGT principalement, ont mis en place toutes les caisses – retraite, maladie, allocations familiales – dans tous les départements en moins d’un an. C’est une véritable prouesse, car ils mettent cela en place en plus de leurs heures de travail.

Le tournant suivant, c’est en 1967 lorsque de Gaulle décide de diviser les risques, et de mettre en place une caisse par risque : une caisse maladie, une caisse retraites, une caisse allocations. C’est alors que ces caisses gérées à 75% par des salariés voient s’instaurer la parité. La parité avec un syndicalisme divisé signifie un avantage donné au patronat. La logique change alors, et l’on dérive d’une logique politique vers une logique gestionnaire, dont on ne sortira plus. C’est à ce moment-là qu’apparaît dans les archives la notion de « trou de la sécu ». Cette notion est toujours mise en avant pour mettre à mal l’institution.

Ensuite, on arrive au basculement des années 80, où on retire peu à peu les prérogatives des syndicats, en même temps que l’idéologie néolibérale infléchit la réflexion vers la protection individuelle plutôt que la protection collective. Jusqu’en 2004 en définitive, date à partir de laquelle il n’y a plus de représentation salariée dans les caisses de sécu. C’est Alain Juppé qui fait entrer la finance dans la Sécurité sociale, en refusant d’augmenter les cotisations et en jouant sur les emprunts sur les marchés. Et finalement, sous Jean-Pierre Raffarin, toute

délégation ouvrière est évacuée du processus décisionnel : les syndicats n’ont plus qu’un avis consultatif.

Cela ne veut pas dire que c’est la fin de l’histoire, parce que les Français sont très attachés à la Sécurité sociale : les gens comprennent que c’est important. Si l’on regarde bien, le financement de la Sécu se fait encore au trois-quarts par la cotisation : c’est encore le fruit du travail et de la mise en commun qui nous protège collectivement

Quatre grands principes, fondements même de l’identité sociale française, feront la charpente de l’institution.

  • L’Unicité : tous « les risques sociaux » (maladie, maternité, vieillesse, accidents du travail…) sont regroupés dans une seule caisse.
  • La solidarité : un système de répartition entre actifs et non actifs, financé par les richesses créées dans l’entreprise, est la pierre angulaire de l’édifice.
  • L’Universalité, sous tendue par l’idée de soigner toute la population et de suivre « dans sa santé, l’individu de sa naissance à son décès ».
  • La Démocratie, c’est-à-dire la volonté de confier la gestion de l’institution aux bénéficiaires eux-mêmes

et dans ce monde capitaliste, c’est montré qu’on peut réussir à contrecarrer le marchandisation du monde et réussir !

et mention spéciale à Jolfred Fregonara – jeune nonagénaire qui a été de la construction de la Sécu – mort en Aout 2016

La mémoire d’un monde – Dune

Le Cycle de Dune est une œuvre littéraire appartenant au genre de la science-fiction, créée par l’écrivain américain Frank Herbert, dont le premier tome est paru aux États-Unis en 1965.

Le cycle de Dune

  • Dune (2 volumes)
  • Le Messie de Dune
  • Les Enfants de Dune
  • L’Empereur-Dieu de Dune
  • Les Hérétiques de Dune
  • La Maison des mères en 1985

Ce qui fascine, encore aujourd’hui, dans ce classique de la SF, c’est la richesse et la complexité de l’univers qu’il dépeint : des dizaines de personnages, l’entrelacement des intrigues politiques et économiques… le terme de livre-univers est adéquat : il y a là des civilisations complexes, pensées dans tous leurs détails et une habileté certaine du conteur à tisser les fils de son récit. Au centre de cette guerre, Paul Atréides, jeune homme dont la vengeance mène l’intrigue de bout en bout. Tourmenté par le rôle messianique, qui s’impose à lui, Paul est un personnage dont la psychologie est profondément développée : est-il vraiment ce sur-être espéré par les Révérendes du Bene Gesserit, qui manipulent les gènes des Maisons Nobles depuis des générations ? Est-il ce Messie attendu par le peuple de Dune, les Fremens, qui vivent cachés dans le désert, et rêvent de transformer Arrakis ? A cela s’ajoutent de nombreuses et puissantes idées maîtresses, comme rarement on en avait réuni jusque là en un seul livre :

  • L’Épice, ressource rare et stratégique autour de laquelle se nouent des enjeux comparables à ceux que le pétrole a pu faire naître sur Terre.
  • Les navigateurs de la Guilde, mutants déformés par 4 000 ans de consommation intensive de l’Épice, qui maîtrisent le voyage spatial.
  • Les mentats, ordinateurs humains qui ont pris la place des machines pensantes après que le Jihad butlérien ait décrété leur interdiction dans l’univers connu.
  • L’ordre para-religieux du Bene Gesserit, dont la redoutable maîtrise corporelle, la politique génétique et les dons de prescience font une secte féminine puissante et sans scrupule…

Les deux premiers volumes, « Dune » et « Le Messie de Dune » forment quasiment un tout indissociable. Superbement écrits, denses et profonds, ils constituent le cœur du cycle. Les deux volumes suivants, « Les Enfants de Dune » et « L’Empereur-Dieu de Dune », décrivent le destin et la mutation du fils de Paul. En revanche, de notre point de vue, à partir du cinquième volume ça se gâte… et le sixième est assez superflu. Cependant, il est des amateurs pour estimer que le cycle ne prend toute son ampleur que grâce à ses derniers volumes… on vous laisse donc juger…

Films et séries

En 1975, Alejandro Jodorowsky commence à travailler sur une adaptation du roman. Le projet devait voir la participation d’Orson Welles, Salvador Dalí, Mick Jagger, du dessinateur Mœbius (qui a cosigné le storyboard), du designer H. R. Giger, et être mis en musique par les groupes Pink Floyd (qui travaillèrent à des morceaux) et Magma. Mais le projet tourne court.

Jodorowsky réutilisera une partie de son travail (et de l’univers de Dune, notamment le Bene Gesserit) sur la bande-dessinée La Caste des Méta-Barons.

Un documentaire (Jodorowsky’s Dune) réalisé par Frank Pavich et retraçant le développement du projet a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2013 et est sorti en France le 16 mars 2016

En 1984, Dune est adapté au cinéma par David Lynch (aucun lien avec les travaux préparatoires de Jodorowsky)

En 2000 – Dune en mini-série de 3 épisodes de 90 minutes adaptée et réalisée en 2000 par John Harrison ;

En 2003 – Les Enfants de Dune mini-série de 3 épisodes de 90 minutes adaptée par John Harrison et réalisée par Greg Yaitanes,

“Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, à travers moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura rien. Rien que moi.”


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.