Nowakowskismes n°3  – parlons pédagogie … 

Billet – l’éducation à la loupe avec Ivan Illitch (La convivialité mais aussi un titre bien connu, une société sans école) 

Ivan Illich (4 septembre 1926 à Vienne en Autriche – 2 décembre 2002 à Brême en Allemagne) est un penseur de l’écologie politique et une figure importante de la critique de la société industrielle.

Pour lui, Les capacités naturelles d’apprentissage de l’enfant se manifestent en dehors de l’ecole.

Dans son livre, La convivialité, il questionne tous les Dispositifs que l’humain doit se réapproprier comme La santé, les transports et … l’école – il a cette petite phrase

« Amos Comenius, (petite parenthèse, Comenius est le nom d’un programme européen – LifeLOng Learning Program qui s’inscrit dans le programme de faire de l’Europe la première économie de la connaissance – Le Lifelong Learning Programme (LLP) a été mis en place en vue de permettre aux européens, quels que soient leurs âges, de participer à des projets de développement des apprentissages –  designed to enable people, at any stage of their life, to take part in stimulating learning experiences, as well as developing education and training across Europe – Comenius est le programme à destination des écoles, Erasmus pour l’enseignement supérieur, Leonardo da Vinci pour la formation continue, Grundtvig pour l’éducation des adultes),

Donc Comenius, était un évêque morave du XVIIeme siècle, pansophiste et pédagogue ainsi qu’il se nommait lui-même, et considéré comme l’un des fondateurs de l’école moderne.

Il fut l’un des premiers à proposer sept ou douze degrés d’apprentissage obligatoires.

Dans sa Magna Didactica, il décrit l’école comme un instrument pour “tout apprendre entièrement à tous” (omnes, omnia,omnino) et il esquisse le projet d’une production en chaîne du savoir qui diminue le coût et augmente la valeur de l’éducation, afin de permettre à chacun d’accéder à la plénitude de l’humanité.

Mais Comenius ne fut pas seulement l’un des premiers théoriciens de la production de masse, ce fut aussi un alchimiste qui adapta le vocabulaire technique de la transmutation de éléments à l’art d’élever les enfants.

L’alchimiste veut raffiner les éléments de base en purifiant leurs esprits à travers douze étapes successives d’illumination.

Au terme de ce processus, pour leur plus grand bien et celui de l’univers, les éléments sont transformables en métal précieux : le résidu de matière ayant subi sept classes de traitement donne de l’argent, et ce qui subsiste après douze épreuves donné de l’or. »

 

Éducation = purification ! Extraire de la matière brute, informe et vulgaire les pépites de la société ! Il me semble que c’est ce que continue de faire notre système éducatif !

Mutation n’est donc pas transmutation ! 🙂

Coup de coeur – retour sur un événement – le TEDuX Pratiques pédagogiques innovantes

Part. 1 Le TEDuX

Une première édition en 2015 organisée en marge de la conférence ICT4ALL 2015 en Tunisie à Hammamet, une deuxième organisée durant le eLearning Africa au Caire, en mai 2016, l’IFIC (Institut de la Francophonie pour l’ingénierie de la connaissance et la formation à distance), l’université Mohamed V, l’université Mohamed 1er, le CNAP (Centre numérique d’apprentissage pédagogique) et l’association MEARN (Association Marocaine des ressources éducatives) ont organisé la troisième édition de cet événement qui s’est déroulé le 26 novembre 2016 à partir de 9h dans la faculté des sciences de Rabat (Maroc).

Le TEDuX est un format proche de celui des conférences TEDx bien connues.

Le TEDuX est avant tout un moment humain, un temps d’échanges, une rencontre, un rapprochement, entre les hommes et les femmes qui font les universités dans le monde francophone.

Un thème :  les pratiques pédagogiques innovantes

sous différents points de vue autour de 5 intervenants

http://ific.auf.org/list-projets/sensibilisation/tedux-rabat/?page_id=82&lang=fr

Jean-François CECI est enseignant en communication multimedia et culture numérique à l’UPPA (Université de Pau et des Pays de l’Adour), a abordé l’apport du numérique, et son impact sur les pratiques pédagogiques – il s’intéresse à l’impact des pédagogies actives et montre en quoi elles favorisent les apprentissages.

Sébastien Reinders, ambassadeur du numérique de la Wallonie, a fait un retour des expériences menées en matière d’apport des communautés en ligne et du DIY, des actions de hacker l’éducation – il montre en quoi le numérique intervient comme moteur de la mutation pédagogique.

Nathalie Issenmann, directrice du SU2IP,  a fait le point sur les conditions institutionnelles de l’émergence des pratiques innovantes, et leur accompagnement dans l’enseignement supérieur – elle a présenté deux dispositifs accompagnant la mutation – le réseau des accompagnateurs pédagogiques et les OuPePo

Bruno Delievre, Docteur en Sciences de l’Education, Professeur en Sciences de l’Education, Président de la commission « Réussir la transition numérique » auprès du Ministère de l’Enseignement obligatoire, est revenu sur le MOOC qui fait une tabac en ce moment (presque 8000 inscrits – plus que le nombre d’étudiants physiquement présents sur le campus de son université) – “l’innovation pédagogique dont vous êtes le héros” – il a présenté le MOOC mais a surtout insisté sur le processus menant à l’innovation pédagogique.

Mona Laroussi directrice de l’IFIC

————

Le dénominateur commun

l’humain et l’ouverture au monde, à la société, dans ses pratiques, aux autres cultures, et des outils utilisés

Ouvertures dans hacker l’éducation, ouverture dans les dispositifs comme le MOOC, ou l’OuPePo (Ouvroir de Pédagogie Potentielle), ouverture dans la pédagogie, ouverture à l’humain

Ouverture et humanisme

Part 2. OUVERTURE ET HUMANISME COMME CONDITIONS NÉCESSAIRES À L’INNOVATION

Pour commencer, petit détour par le Zen (Koan Zen tiré du livre de Douglas Hofstadter, Les brins d’une guirlande éternelle)

 

« Joshu demanda au professeur Nansen:”quelle est la véritable voie?”

Nansen répondit :”la voie de tous les jours est la véritable voie”

Joshu demanda :”Puis-je l’étudier?”

Nansen répondit :”Plus vous l’étudiez, plus vous vous éloignez de la Voie”

Joshu demanda :”Si je ne l’étudie pas comment puis-je la connaître ?”

Nansen répondit :”La Voie n’appartient pas aux choses vues ; ni aux choses non vues. Elle n’appartient pas aux choses connues, ni aux choses inconnues. Ne la cherchez pas, ne l’étudiez pas, et ne la nommez pas. Pour vous y retrouver, ouvrez-vous aussi largement que le ciel ».

Ouvrez-vous aussi largement que le ciel. Mais pourquoi ?

Avant de répondre à cette question, il est important de définir le contexte et surtout en quoi cet esprit d’ouverture est nécessaire et pourquoi en sommes-nous à nous intéresser à ce concept. Pour cela, il nous faut tout d’abord faire deux constats.

Le premier nous incite à nous poser des questions sur l’adéquation entre les concepts et les mots que nous employons et la réalité du monde moderne, d’un XXIème siècle qui remet en questions bon nombre de concepts de base de la société et les mutations et transitions à l’oeuvre. Tout cela pouvant se résumer en une question : et si les mots et les concepts que nous utilisons étaient inopérants pour décrire les mutations en cours ?

Mais plus fort encore, tous les espaces, tous les concepts que nous manipulons, de l’école à l’éducation et la formation, tout cela repose encore sur des bases issues du XIXème siècle ! Pour s’en convaincre, il suffit de regarder autour de nous – ville, rues, supermarchés, consommation, scolarisation, démocratie libérale, …. tout ce qui balise notre société est issue d’un siècle qui n’a plus rien à voir avec ce qui est dans ce siècle naissant

De ce premier constat, nous en déduisons aisément le second – le monde est en mutation et une part de cette mutation est due à la dimension numérique de ce monde – un monde ubiquitaire, distribué, connecté, un monde dans lequel un outil, l’internet est un monde lui-même. Un outil qui fait des humains, des êtres connectés, nomades, qui établissent de nouveaux rapports au temps et à l’espace. Quand presque la moitié de l’humanité est connectée au réseau, quand quasiment chaque recoin de la Terre est connecté et connectable, quand cette connectivité s’est installée dans toutes les cultures, tous les pays, toutes les sociétés humaines, … et que nous continuons à penser le monde avec des concepts issus d’un temps dans lequel tout cela n’existait pas… La question de l’ouverture devient centrale et quasiment vitale.

L’ouverture ! Certes ! Mais …

En topologie mathématique, un ouvert est un sous ensemble de l’espace topologique ne contenant pas sa frontière – ouvert, c’est donc être toujours à un distance non nulle de sa frontière, ouvert c’est donc être en mesure d’aller de l’avant, d’avancer, d’être curieux, de re-inventer à chaque fois le mouvement. L’ouverture comme élément essentiel à l’innovation – on innove si on est prêt à s’ouvrir à l’autre, aux autres cultures.

La mutation, l’innovation pédagogique passent par l’ouverture. On parle de pédagogie ouverte qui redonne du sens aux apprentissages, qui ré-interroge les rôles de chacun au travers de trois dimensions, la transparence, la participation et la coopération. Dimensions qui intègrent en elles cette ouverture et nous permettent ‘imaginer des dispositifs innovants de pairagogie, d’apprentissages sociaux.

L’ouverture c’est prendre en compte la diversité des publics, c’est donc permettre de sortir des logiques enfermantes, de castes, de classes pour permettre à tous un accès, une ouverture aux dispositifs de formation.

Ceci ne mène alors aux outils. Les outils qui matérialisent les interactions, qui gardent traces, qui associent et permettent les interactions par delà l’espace et le temps. Cette ouverture matérialisée vers les ressources, les pairs, la présence en ligne, des outils qui sont passés d’un monde de murs infranchissables, vers un monde d’interconnexions, de passerelles, d’ouverture !

Enfin, la société, peut-on encore concevoir des dispositifs qui ne soient ouverts sur la société ? Ouverts à tous les publics, ouverts et visibles de la société, ouverts à la participation, à la collaboration, aux pratiques émergentes. L’ouverture dans la société, c’est comme en topologie, c’est ne pas rencontrer sa propre frontière ! C’est donc permettre l’émergence de pratiques, d’échanges qui seront des composantes à part entière de l’innovation. L’actualité terrible que nous vivons, en s’opposant aux partisans de l’enfermement, du rejet, ne peut que nous inciter à aller vers l’ouverture à l’autre, aux cultures, ouverture intelligente vers l’intelligence.

Une nécessaire ouverture donc ! Parce que ce changement d’ontophanie (pour citer Stéphane Vial) nous amène à renouveler nos pratiques pédagogiques pour aller vers un questionnement des rôles de chacun, ne plus voir des rôles qui enferment, mais des rôles qui changent, qui s’adaptent, qui mutent, qui passent d’un rôle à un autre, ou qui sont plusieurs rôles à la fois. Ainsi ouverture et innovation sont indissociables, innover ne peut se concevoir sans cette capacité à ouvrir, et s’ouvrir est constitutif de l’innover, de La liberté et du vrai sens de l’être humain !

Culture – Le dehors de toute chose – Alain Damasio

en un petit texte – en marge du roman « La zone du dehors » 

un petit texte qui sera une belle conclusion de ces Nowakowskismes n°3, dans une belle continuité des principes directeurs du TEDuX. 

Alain Damasio rappelle ce qui doit nous guider, 

Commençons par le Comité invisible :

« Le monde ne nous environne pas, il nous traverse. Ce que nous habitons, nous habite. Ce qui nous entoure nous constitue. Nous ne nous appartenons pas. Nous sommes toujours-déjà disséminés dans tout ce à quoi nous nous lions. La question n’est pas de former le vide d’où nous parviendrons à enfin ressaisir tout ce qui nous échappe, mais d’apprendre à mieux habiter ce qui est là, ce qui implique d’arriver à le percevoir – et cela n’a rien d’évident pour les enfants bigleux de la démocratie. Percevoir un monde peuplé non de choses, mais de forces, non de sujets, mais de puissances, non de corps, mais de liens. »

La puissance ne se perd jamais tout à fait. Elle est juste la fin des « Si j’avais… ».

pour empoigner tes mains, sentir ton corps, appeler ta pensée, croire en tes facultés (qu’on t’a appris à juger minimes) et faire !

Le combat, il se mène dans le collège où tu enseignes, dans l’open-space où on t’abrutit d’écrans, dans l’immeuble où les fachos du syndic veulent faire la loi. Il suffit parfois d’un geste, d’un non discret, du simple courage d’une inertie, d’un trait d’humour cinglant pour réouvrir l’espace qui nous comprimait, pour renverser la soumission.

La volition, et mieux la volte – demi-roue, esquive et salto – semble plus modeste d’abord : elle ne prétend pas faire jaillir de terre un beau parc communiste. Mais elle a la pression osmotique de l’herbe capable de percer une dalle de béton. Elle est la poussée de la vie, qui se rémunère elle-même, par la joie d’agir.

En finir avec le «  Si j’avais… » et dire non !

Et pour finir toujours avec Damasio

“Le vie, toujours est première. Toujours elle perce les conforteresses. Elle est ce feu qu’on peut couvrir mais qu’on n’éteint jamais tout à fait. Pour qu’il reprenne, il lui faut simplement de l’air. [..]

ouvrons-nous aussi largement que le ciel…

et pour finir

“Vivre en poète et trouver le sens imprévu

Ou perdre bientôt notre humanité.”

Jean-Pierre Siméon, in La poésie sauvera le monde


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.