Nowakowskismes n°2 – Uchronies

en direct de Moldavie, …. non vous n’êtes pas dans Tintin (pas de Syldaves à l’horizon)

Moldova – impressions  

Chisinau pour animer un barcamp (sur le thème des MOOC pour un public quasi-exclusivement féminin) pour l’agence universitaire de La francophonie – francophonie très présente dans ce petit pays coincé entre La Roumanie et l’Ukraine tiraillé entre l’Europe et la Russie rongé par une corruption financière – mais apparemment un pays intéressant pour le business – j’ai dîné au radisson blue et les Range Rover et BMW ne manquent pas devant les portes – Chisinau une capitale aux allures calmes, piétonne et à taille humaine – on y arrive par une autoroute qui traverse deux immeubles – les portes de la vile – argonath vers un Gondor dont la gloire n’est plus

Une université qui passe de La musique dans son hall d’accueil – en partant ce soir c’était Hervé Villard, Capri c’est fini ! Mais un accueil formidable, et des collègues motivées et impliquées

UCHRONIE – avec un « u » négatif et « chronos » (temps) : étymologiquement, le mot désigne donc un « non-temps », un temps qui n’existe pas !

Déclaration —— A Declaration of the Independence of Cyberspace BY JOHN PERRY BARLOW 

Les utopies ont fait long feu, le monde physique ne peut être le lieu de l’épanouissement, de la révélation à l’être – le numérique devient cet espace à conquérir, cette nouvelle frontière ouverte, un terrain de jeu et d’enrichissement des pionniers de l’internet et du web. En opposition à la société d’après 2nde guerre mondiale, les rêves de communautés sont autant de tentatives de construction d’une autre société. La réalité rendront ses utopies caduques et la réponse sera dans un ailleurs, ailleurs qui a un prix, abandonner sa présence physique pour développer et conquérir un ailleurs qui est le numérique. Nous sommes dans les années 70 !

Uchronie parce que l’histoire si elle devait s’arrêter là ne ressemble en rien à la réalité … mais au fait qu’est-ce que le réel ?

Le 8 février 1996, au forum économique de Davos, John Barlow, ancien parolier des Grateful Dead, libertarien revendiqué et cofondateur de l’Electronic Frontier Foundation, une association de “défense des libertés civiles sur Internet”, ne proposait rien de moins que “l’indépendance du cyber espace” : “Gouvernements du monde industriel, vous, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace, La nouvelle demeure de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande à vous, du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez pas de souveraineté là où nous nous rassemblons. Vos concepts juridiques de la propriété et d’expression ne s’appliquent pas à nous. Ils sont issus de la matière, et il n’y a pas de matière là où nous sommes. C’est de l’éthique, de La recherche éclairée de l’intérêt personnel et du bien commun qu’émergera notre gouvernement.”

96 un date de La bifurcation entre uchronie et réalité ?

Uchronie certainement aussi ! Uchronie ou realité porte-manteau dimension supplémentaire à notre réalité mais l’interpénétrant régulièrement, et de plus en plus souvent comme dans le roman SIVA de Philip K. Dick (l’empire n’a jamais pris fin !)

https://www.eff.org/cyberspace-independence

 

Uchronies – Le maître du haut château / Le complot contre l’Amérique

QQ jours après élection de Trump

Et là surgissent les monstres … (paraphrasant Gramsci – le vieux monde se termine, et les monstres du nouveau monde sont là !) Steve Bannon vient d’être nommé “chief strategist” de Trump à la Maison Blanche.

Pour nous, ce serait comme si le patron de Fdesouche finissait à l’Elysée !

Il paraît qu’il y aurait un écrivain de SF qui a écrit un ouvrage dans lequel Trump aurait perdu les élections .. #Maitreduhautchateau …

En 2 uchronie … évidemment il y en a d’autres !

Le maître du Haut château de Philip K. Dick

Le Maître du Haut Château (titre original : The Man in the High Castle) est un roman uchronique de Philip K. Dick publié en 1962 aux États-Unis et qui reçoit le prix Hugo l’année suivante.

Résumé en quelques mots, ce roman décrit un monde alternatif dans lequel l’Allemagne nazie et l’Empire du Japon ont remporté la Seconde Guerre mondiale, et l’état des lieux dix ans après cette victoire.

Le récit a pour cadre principal le territoire des États-Unis désormais occupé, à l’est, par les Allemands, et à l’ouest, par les Japonais. L’histoire évoque notamment, par un effet de mise en abyme (ou de roman dans le roman), l’ouvrage de Hawthorne Abendsen, un écrivain qui a imaginé les conséquences d’une victoire des Alliés durant la guerre. Le titre choisi par Dick pour son roman, « Le Poids de la sauterelle ».

« Le Poids de la sauterelle » constitue donc un roman dans le roman, une uchronie dans l’uchronie.

Un autre livre important est le Yi King et c’est l’oracle issu du Yi King qui a permis d’écrire « Le Poids de la sauterelle » et à la question « Pourquoi ? », ce dernier répond : « Telle est la vérité ». Quelle est cette vérité dont parle l’oracle ? Dans un roman où le monde est clairement sous la domination de l’Axe, les personnages doivent admettre que « l’Allemagne et le Japon ont perdu la guerre ». On peut y voir une nouvelle mise en abyme où, sans se l’avouer clairement, les personnages sont en train de vivre dans une fiction. Cependant, Le Poids de la sauterelle ne décrit pas tout à fait notre réalité. Et le livre ne peut que nous renvoyer à notre propre questionnement de lecteur, à savoir, quelle est notre réalité ? Car nous aussi, comme les personnages du roman, nous lisons un livre qui nous décrit un autre monde en nous disant : « c’est la réalité » ! À travers ces jeux de miroirs, le roman pose à nouveau la question de la définition de la réalité, de sa frontière avec la fiction, de notre existence et de son incertitude.

Et nous ?

 

Le complot contre l’amérique de Philip Roth

Dans « Le Complot contre l’Amérique », Philip Roth met en lumière les virtualités fascistes de son pays. Il imagine ce qui se serait passé si les Etats-Unis, en 1940, s’étaient ralliés à Hitler. Son roman est beaucoup plus qu’un livre de politique-fiction c’est une exploration de ce qui ronge la démocratie américaine.

Il imagine que, en juin 1940, Franklin Delano Roosevelt (le même que précédemment), le président démocrate qui postulait pour un troisième mandat, est battu ; et que c’est Charles Lindbergh, l’aviateur, le héros des foules, mais aussi l’antisémite notoire, le sympathisant du régime nazi, qui reçoit l’investiture du parti républicain et qui, soutenu par le puissant courant isolationniste, visant à tenir les Etats-Unis à l’écart de la guerre en Europe, finit par l’emporter. Le sujet du roman est donc la chronique de cette année (fictive) où le président, dès son arrivée à la Maison Blanche, s’empresse de signer un pacte de non-agression avec Hitler, puis avec le Japon, avant d’entamer, sous de fallacieux prétextes, une politique de discrimination envers la communauté juive. Jusqu’au moment où Lindbergh sera victime d’un accident d’avion, où Roosevelt reviendra sur la scène publique – et où l’histoire, telle que nous la connaissons, reprendra son cours…

Roth réinvente un passé virtuel mais comment ne pas penser, devant ce tableau d’une Amérique repliée sur elle-même, érigeant le mensonge en pratique d’Etat, prête à bafouer ses propres principes si elle l’estime nécessaire, à certains aspects de ce qui s’y passe aujourd’hui ?

Le réel ne serait donc qu’une potentialité parmi d’autres !

Dans le Complot contre l’Amérique, l’objet de Roth n’est pas la réalité américaine, mais ce qui la hante – la « bête immonde » qui est en elle, et qui pourrait parfaitement se réveiller.

S’il y avait une « leçon » à tirer de ce roman écrit dans l’amérique G. W. Bush, ce serait celle-ci : à l’heure où on pense que les Etats-Unis sont consubstantiellement démocratiques, mais capables de l’élection d’un Trump (en même temps regardant par chez nous),  Roth rappelle que la démocratie est fragile, et que les forces qui auraient pu conduire les Etats- Unis à sombrer dans le nazisme sont loin d’avoir disparu…!

Attention le vent dominant souffle toujours de l’ouest ! Ou l’apparence de démocratie comme écran de fumée à la réalité ?

Coup de coeur – L’éloge du carburateur 

De la créativité !

«  […] la véritable créativité est le sous-produit d’un type de maîtrise qui ne s’obtient qu’au terme de longues années de pratique. C’est à travers la soumission aux exigences du métier qu’elle est atteinte (qu’on songe à un musicien pratiquant ses gammes ou à Einstein apprenant l’algèbre tensorielle). L’identification entre créativité et liberté est typique du nouveau capitalisme ; dans cette culture, l’impératif de flexibilité exclut qu’on s’attarde sur une tâche spécifique suffisamment longtemps pour y acquérir une réelle compétence. Or, ce type de compétence est la condition non seulement de la créativité authentique, mais de l’indépendance dont jouit l’homme de métier. »

De la vérité !

La vérité ne se révèle pas à de simples spectateurs oisifs.

De l’éducation !

” En sommes-nous vraiment arrivés là en tant que société : acheter et consommer toujours plus d’éducation dans le seul but d’atteindre de nouveaux sommets de stupidité ? ”

Du travail !

“On ne sera guère surpris de constater que c’est dans les environnements de bureau qu’on a vu naître la codification du discours politiquement correct, les ateliers de sensibilisation à la diversité et autres formes de régulation du comportement. D’aucuns pourront attribuer ce fait à la plus grande mixité du travail de bureau, mais je suis convaincu qu’une raison plus fondamentale est que, lorsque l’activité n’est gouvernée par aucune tâche concrète – par un bien autonome visible aux yeux de tous – , les rapports sociaux dans l’entreprise sont dépourvus de bases solides. La préoccupation prioritaire du management est le maintien du consensus et la prévention des conflits, et tout le monde se sent dès lors obligé de marcher sur des œufs. À partir du moment où vous ne pouvez pas faire appel au verdict du fil à plomb, les ateliers de formation aux relations humaines deviennent une nécessité. ”

Sauf qu’en plus d’écouter Black Sabbath ou les Black Crowes pendant qu’il démonte avec envie la caisse du moteur, Crawford pense également philosophie du travail, sociologie des organisations, ethos de classe.

Mêlant anecdotes, récit, et réflexions philosophiques et sociologiques, il montre que ce « travail intellectuel », dont on nous rebat les oreilles depuis que nous sommes entrés dans l’« économie du savoir », se révèle pauvre et déresponsabilisant. De manière très fine, à l’inverse, il restitue l’expérience de ceux qui, comme lui, s’emploient à fabriquer ou à réparer des objets – ce qu’on ne fait plus guère dans un monde où l’on ne sait plus rien faire d’autre qu’acheter, jeter et remplacer. Il montre que le travail manuel peut même se révéler beaucoup plus captivant d’un point de vue intellectuel que tous les nouveaux emplois de l’« économie du savoir ».

« Retour aux fondamentaux, donc. La caisse du moteur est fêlée, on voit le carburateur. Il est temps de tout démonter et de mettre les mains dans le cambouis… »


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.