Nowakowskismes 6.19. Colère

Illustration par Nicolas Hamm

« (…)  Ce qui nous lie, c’est la défense, la récupération et le soin des milieux de vie, la pluralité des mondes terrestres, menacés par une machinerie guerrière qui s’attaque au vivant sous toutes ses formes, humaines et autres qu’humaines. Comment se projeter dans un monde secoué par le chaos climatique, l’effondrement du vivant, la précarité sociale, l’autoritarisme et la guerre ? Comment vivre ensemble et apprendre de nos expériences présentes et passées, ici et ailleurs? Comment « faire école » pour s’inscrire dans la durée ? »
J’écris ces lignes alors que les examens viennent de se terminer, que mes jours, et mes nuits, sont occupés par les corrections des 900 travaux d’étudiants, sans compter les mémoires de master et tous les travaux et les échéances de la nouvelle accréditation. 
Qu’avons-nous fait ou plutôt que n’avons-nous pas fait pour que nous en soyons encore là ? Des évaluations massives n’évaluant rien en réalité, poussés par des injonctions administrativo-calendaires dans une industrialisation d’un dispositif qui devrait, à la production massive, substituer l’artisanat, le travail personnalisé, la quête de sens, la vie digne pour les étudiants et les enseignants et non enseignants et l’accompagnement individualisé de tous et toutes. Dans des pluri-inspirations, et ce n’est pas ce qui manque dans l’histoire même récente, il nous faudrait faire ré-émerger la mémoire des expériences et des réflexions plus anciennes, certaines appartenant au passé. Ces initiatives avaient souvent surgi dans des temps cruciaux de l’histoire politique et sociale, des moments où se sont affirmés dans l’action des idéaux d’autonomie politique et de liberté. N’est-ce pas un tel temps que nous sommes en train de vivre ? Ces initiatives ont laissé des traces, elles ont permis une construction renouvelée des savoirs, une éducation populaire, que l’accaparement et les tentatives d’arasement des connaissances dans des institutions normalisées et excluantes n’ont pas réussi à effacer mais qui ont quand même été sacrifiées sur l’autel de la rentablité et de l’industrialisation des systèmes éducatifs.
Alors prenons le temps de défricher ces sources, cette mémoire vivante pour en retenir les enseignements pour les temps que nous vivons et en irriguer nos pratiques et nos pensées. Prenons le temps, et les Nowakowskismes en sont un, et rassemblons et partageons les informations concernant des expériences de subversion des savoirs dominants, des lieux de production de savoirs autonomes, des expériences politiques et poétiques de « reprises de savoirs ». 

Ce soir les Nowakowskismes, devant l’aggravation de la situation climatique, face à la marche forcée du capitalisme, devant l’impuissance et la dispersion politique se posent la question pressante des « armes d’invention massive » à déployer.  Dans ce monde où 380 millions de litres de pétrole par jour sont destinés à l’industrie des plastiques qui envahissent tout le vivant, où la production du pétrole est responsable de 40% des émissions de méthane, et où le raffinage du pétrole est le 3ème émetteur de gaz à effet de serre, dans ce monde où on estime que les réserves de pétrole s’épuiseront d’ici 53 ans, nous pouvons en conclure qu’il restera du pétrole sur une Terre qui sera devenue majoritairement invivable pour les humains. 
Ce soir les Nowakowskismes imaginent de créer des Zones Universitaires à Défendre afin de pouvoir enfin se consacrer aux questions qui viennent ébranler la tranquillité et la bien pensance. Parce que chercher à continuer « à l’identique », parce que c’est ce que nous savons faire, parce que c’est comme ça que nous avons toujours fait, parce que nous nous en sommes toujours tirés, parce que la compétitivité, le progrès, la croissance et j’en passe, ce sera juste suicidaire et meurtrier. Débrouiller cette question exige d’affronter, de lutter et de dire, et c’est ce que nous ferons ce soir pour l’avant-dernier des Nowakowskismes de la saison.  

Même si ce thème revient très souvent dans les Nowakowskismes, le constat est sans appel, la vie s’effondre sur Terre dans un « anéantissement biologique global ». Ceci ne constitue une crainte pour demain, un croque-mitaine agité pour faire gentiment peur aux enfants, il s’agit de faits vérifiés. Les populations de mammifères sauvages, de poissons, d’insectes, de coraux…déclinent à un rythme effréné. Les humains sont, eux aussi, d’ores et déjà très fortement touchés par les événements climatiques extrêmes, les périodes d’intenses chaleurs, les sécheresses,… Et bien sûr, les végétaux n’échappent pas à la catastrophe. En fait, les conditions d’habitabilité dignes pour l’humanité sur la planète sont en passe d’être détruites, alors que les seuils de relaxation sont dépassés et que le système dans sa globalité est fondamentalement déstabilisé. Le rythme de disparition des espèces a atteint celui d’une extinction massive qu’il conviendrait mieux de nommer une « extermination délibérée ».
De plus, tout ceci, et ce, dans un futur proche, il faudra nous attendre à ce qu’il y ait des centaines de millions de réfugiés climatiques avec toutes les conséquences terribles qui en découleront. Nous en avons déjà de graves prémices. 
Aujourd’hui, il n’est évidemment pas question de sauver le climat, le réchauffement étant une conséquence, un symptôme, et non pas l’origine de cette faillite systémique et axiologique. Le dérèglement climatique n’est qu’une des facettes de la catastrophe globale qui se manifeste par la pollution, la destruction des espaces habitables, l’effondrement de la biodiversité, l’interruption des cycles biogéochimiques, la stérilisation des sols, l’acidification des océans, … Nous sommes responsables d’avoir créé un monde de surconsommation, de surproduction, de pillage des ressources qui fait qu’aujourd’hui nous sommes dans une situation physiquement intenable dont les  « prélèvements » sont largement au-dessus de celle des capacités écosystémiques. Rappelons que le jour du dépassement en France était le 5 mai dernier. En clair, sur une année, nous vivons à crédit au bout de 4 mois. 
Qu’on le veuille ou non, il se produira nécessairement une correction brutale, qu’on le veuille ou non, ce qui est en cours ne perdurera pas. 
Alors que faire ? Dans cette situation, malgré ce qu’en disent les grands prêtres de ce système, ça n’a aucun sens et aucun intérêt de nous reconvertir en « ingénieurs de la décarbonation ». En fait, tant que les valeurs, la vision du monde et de la place du vivant et les desseins n’auront pas changé, le cheminement n’aura pratiquement aucune importance. Hier soir, je regardais un documentaire sur deux destructeurs du monde, Bezos et Musk et leur course à l’espace, dans l’exploitation des ressources au profit d’une vision crétine et mortifère de la conquête de l’espace. Après avoir saccagé la planète, après avoir fait des orbites basses de la planète une zone de poubelles et de déchets de tous ordres, partons ailleurs et laissons crever ceux qui n’en auront pas les moyens. Tant que ces gens pourront raser un espace gorgé de vie pour le remplacer par un parking de supermarché, un entrepôt géant, une mega factory ou un space center et que ce sera encensé et considéré comme la tant espérée et recherchée croissance et une réussite remarquable, la question de l’énergie utilisée pour parvenir à cette fin demeure un problème très secondaire. Surtout, ce sera encore une démonstration de notre bêtise, de notre égoïsme et de notre indigence intellectuelle que de penser que disposer un jour d’une énergie propre et infinie sera la réponse à tous nos maux. Ceci ne viendra en fait que parachever la destruction à l’oeuvre, l’atrophie culturelle et l’extermination naturelle pour installer la pire des options possibles ! Ceux qui en ont les moyens et qui partiront déployer ce système en orbite ou sur une autre planète, et ceux qui crèveront dans l’enfer que sera devenu la planète. 
Il est par conséquent clair que seule l’ouverture à une authentique révolution, une révolution dans les symboles, les enjeux, la formation, la compréhension du monde, est indispensable. Avez-vous écouté le discours de ces élèves ingénieurs qui appellent à déserter, à rejeter ce monde que leur école n’a cessé de leur proposer ?
Il nous faut refuser l’hégémonie de savoirs excluant et destructeurs, il nous faut tous aussi devenir ou rejoindre les déserteurs de l’Éducation nationale et de la Recherche, il nous faut être des militants de l’éducation populaire, il est vital de grossir les rangs des activistes engagés dans des lieux et des expériences visant à la reprise d’une autonomie politique et matérielle même si le devenir d’une idée n’est jamais pré-écrit et qu’il est impossible de connaître a priori le destin d’une proposition ou d’une investigation.
Il ne s’agira surtout pas de légiférer sur les idées recevables, il s’agira, de s’engager à les accueillir ou à les recueillir avec un désir de subversion du système de valeurs dominant dans une sorte de contre-éthique performative. Parce que nul ne connait la forme exacte que peut prendre une inflexion bénéfique. Or ce qui est certain c’est que poursuivre dans la direction actuelle est suicidaire autant que meurtrier. La révolution même la plus radicale n’a pas nécessairement à prendre la forme de l’affrontement physique et du bain de sang. En fait, une véritable révolution serait dans la capacité que nous nous donnerions de réinventer les lieux du savoir, les lieux de la formation, les lieu de la vie digne dans une axiologie qui rendrait alors obsolètes les structures actuelles de domination et qui renverserait le système de prédations généralisées promus et financés par les banques et les régimes au pouvoir dans le monde.
Il faudra pour cela faire de chaque exploration intellectuelle une potentielle « arme d’invention massive » pour contribuer à une dynamique d’effraction. Il sera question de lire, d’écrire, de calculer, d’expérimenter, d’observer, d’enseigner ou d’apprendre avec l’intention d’un ré-agencement profond et durable. Il sera question de se mettre en posture de fragilité propices à l’émergence de propositions capables d’ébranler cette construction aliénante qui nous est imposée depuis trop longtemps.   
Pour cela, il est indispensable de dériver et de ne pas oublier que nous aurons des chances de réussir en nous dotant des « armes d’invention massive » et ne surtout pas nous interdire les explorations gratuites et en apparence déconnectées des préoccupations pourtant vitales qui nous obsèdent. Il faut le faire sous la condition essentielle que toute pensée proposée ou reçue le soit en ouverture à une déconstruction de l’ordre hérité parce que les institutions de transmission et de production des savoirs, l’Éducation nationale, l’Université ont fondé leur légitimité sur la production de « savoirs experts », uniformisés, sélectifs, qui subordonnent de plus en plus les connaissances à l’agenda industriel, à l’efficacité, aux logiques productivistes et concurrentielles, à l’adaptation aux chocs écologiques et sociaux. Elles sont déconnectées des nécessités et connaissances vitales auxquelles nous confrontent les chocs écologiques et la désolation sociale.
Or, nos « armes d’invention massive » se trouvent du côté des expériences et des lieux multiples ancrés dans des territoires. Nos « armes d’invention massive » se trouvent là où sont mis en lumière des savoirs marginalisés, des savoirs déniés, souvent méprisés. Nos « armes d’invention massive » sont aussi des lieux de recherche, d’enquête, de réflexion, de création, d’apprentissages, qui réévaluent les savoirs habitants, les savoirs sensibles, les savoirs de subsistance, des savoirs terrestres ancrés dans les manières d’habiter et de faire société, attentifs à dépasser les dominations qui excluent, humilient et minent nos mondes communs.
Alors dès maintenant, dès cet été, dans un souci de promouvoir la pluralité des savoirs et des manières d’en favoriser les apprentissages, inspirons-nous des expériences et réflexions passées et présentes, en décloisonnant les travaux manuels collectifs et les temps dédiés aux savoirs plus théoriques, pour imaginer des temps de création et de gai savoir, en réinvestissant des lieux déjà existants au lieu des les voir se vider pendant l’été et renforcer et relier, tous ces lieux en construction ou à inventer. 
Créons des ZUD, des Zones Universitaires à Défendre parce que « ce qui nous lie, c’est la défense, la récupération et le soin des milieux de vie, la pluralité des mondes terrestres, menacés par une machinerie guerrière qui s’attaque au vivant sous toutes ses formes, humaines et autres qu’humaines, parce qu’il n’est plus possible de supporter un monde où l’éducation est une industrie à optimiser ». Créer des Zones Universitaires à Défendre c’est se projeter dans un monde secoué par le chaos climatique, l’effondrement du vivant, la précarité sociale, l’autoritarisme et la guerre mais défendre le vivre ensemble et apprendre de nos expériences présentes et passées, ici et ailleurs. Créer des Zones Universitaires à Défendre c’est « faire école » pour s’inscrire dans la durée et parce qu’il nous faut toujours inventer des ponts, des passerelles entre des mondes, tout en assumant le conflit avec les institutions délétères inféodées au régime de l’économie et inventer autre chose que le vieux modèle de l’Université et des grandes écoles…
Créer des Zones Universitaires à Défendre c’est s’opposer à la mise en concurrence généralisée, et à l’emprise des intérêts capitalistes et des promesses high-tech sur la production de savoirs… c’est transformer les établissements, compagnon des deux derniers siècles d’industrialisme, de colonialisme, de course à la puissance et à la croissance, afin qu’ils soient à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux auxquels nous faisons face, à la hauteur de ce qui ferait sens dans nos vies et celle de tous les usagers de l’université. Créer des Zones Universitaires à Défendre, c’est permettre à l’enseignement général, technique et agricole, et supérieur et de recherche, de se libérer d’une méga-machine qui détruit les milieux vivants et le milieu terrestre en rappelant qu’il n’y a pas de savoir de nulle part, pas de choix technique neutre. 
Créer des Zones Universitaires à Défendre c’est finalement bouger pour un autre avenir que celui de la gestion étatico-capitaliste des catastrophes, pour d’autres mondes, pour d’autres liens entre les vivants…
Il serait effectivement confortable de croire que nous nous trouvons uniquement face à un problème technique ayant forcément une solution technique. Cela permettrait aux ingénieurs brillants et aux chercheurs en quête de notoriété médiatique de déployer les méthodes et surtout les outils qu’ils comprennent pas toujours et qu’ils connaissent. L’exercice académique ainsi posé comme un problème de concours présente forcément une solution unique à découvrir, et surtout ne demande pas de ré-interroger l’énoncé. Or il est urgent qu’il en soit tout autrement parce que l’efficacité des constructions « bas carbone » et autres astuces technologiques sur le long terme n’est pas faible, elle est nulle.
Demain sera tout autre ou ne sera pas. Chaque pensée visant la surenchère permettant à ce système nécrosé est aujourd’hui une pensée perdue. Le temps consacré à réaffirmer, renforcer ou étayer cela est du temps perdu. Marguerite Yourcenar écrivait dans l’Oeuvre au noir que « depuis près d’un demi-siècle, il se servait de son esprit comme d’un coin pour élargir de son mieux les interstices du mur qui de toute part nous confine ». Alors créer des Zones Universitaires à Défendre, c’est nous servir de notre esprit comme d’un coin pour fracturer ce monde-bloc, c’est travailler au contournement de l’ordre établi, c’est favoriser la perméabilité à la différence. Créer des Zones Universitaires à Défendre, c’est se consacrer aux questions qui viennent ébranler la tranquillité et la bien pensance. 
Chercher à continuer « à l’identique », parce que c’est ce que nous savons faire, parce que c’est comme ça que nous avons toujours fait, parce que nous nous en sommes toujours tirés, parce que la compétitivité, le progrès, la croissance et j’en passe, ce sera juste suicidaire et meurtrier. A nous de voir.

Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir, et, avec Victor Hugo, ces quelques vers : 
« Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front
Ceux qui d’un haut destin gravissent l’âpre cime,
Ceux qui marchent pensifs, épris d’un but sublime,
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour ». 

Sources, références et inspirations 
https://www.reprisesdesavoirs.org
https://diacritik.com/2022/04/11/que-faire-pour-une-pensee-du-deraillement-a-lattention-des-chercheurs-enseignants-et-scientifiques/
Victor Hugo, Les Châtiments
Marguerite Yourcenar, L’oeuvre au noir
Philomag, n°159, Mai 2022
Appel à déserter – Remise des diplômes AgroParisTech 2022 – https://youtu.be/SUOVOC2Kd50 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.19-25052022-12.09/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search