Nowakowskismes 6.18. Printemps silencieux

Illustration par Nicolas Hamm

Il nous faudrait inscrire notre époque, comme le propose Donna Haraway, sous le signe de la « phonocène ». L’inscrire sous ce signe, ce serait ne pas oublier que si la terre tremble, gronde et grince, elle chante également. L’inscrire sous ce signe, c’est surtout ne pas oublier que ces chants sont en train de disparaître, mais qu’ils disparaitront d’autant plus s’ils disparaissent dans l’indifférence du monde de l’information. Et qu’avec ces chants disparaitront irrémédiablement les multiples manières d’habiter la terre, les inventions de la vie, les compositions d’inattendus et d’émerveillements, les partitions mélodiques, les appropriations délicates, les manières d’être et les importances. Tout ce qui fait des territoires, des lieux où vivre, tout ce que font des territoires animés, rythmés, vécus, aimés. Habités. Vivre notre époque en la nommant « phonocène », c’est apprendre à prêter attention au silence qu’un chant d’oiseau peut faire exister, c’est vivre dans des territoires chantés, mais c’est surtout ne pas oublier que le silence de la mort pourrait finir par s’imposer. Et par ce lent conditionnement résultat de l’action combinée de l’indifférence et de l’égoïsme, à considérer comme une référence ou importants les milliards du capitalisme dépensés pour un oiseau chantant l’épandage du spectaculaire torrent médiatique domestique stérilisé à la javel des lieux communs et de l’insignifiance et que le ultralibéralisme destructeur écoule à grande eau dans le vide toujours plus profond du monde contemporain, nous risquons de produire l’effacement irrémédiable de la vie pleinement humaine dans cette infime et unique goutte bleue perdue dans ce coin de l’univers. 

Bienvenue en anthropocène ! 
« Il était une fois une petite ville au cœur du monde où toute vie semblait vivre en harmonie avec ce qui l’entourait. (…)Et puis un mal étrange s’insinua dans le pays, et tout commença à changer. Un mauvais sort s’était installé dans la communauté, de mystérieuses maladies décimèrent les basses-cours ; le gros bétail et les moutons dépérirent et moururent. Partout s’étendit l’ombre de la mort. Il y avait un étrange silence dans l’air. (…) Qu’est-ce qui a réduit au silence les voix du printemps dans d’innombrables villes de ce monde ? » 
Nous voici à la croisée des chemins. Deux routes s’offrent à nous. Celle qui prolonge la voie que nous avons déjà trop longtemps suivie est facile, c’est une autoroute, où toutes les vitesses sont permises, mais qui mène droit au désastre. L’autre, le chemin le moins battu, nous offre notre unique chance d’atteindre une destination qui garantit la préservation de notre terre.
Vouloir « contrôler la nature » est une arrogante prétention, née des insuffisances d’une biologie et d’une philosophie qui en sont encore à l’âge de Neandertal, où l’on pouvait encore croire la nature destinée à satisfaire le bon plaisir de l’homme. Le malheur est qu’une si primitive pensée dispose actuellement des moyens d’action les plus puissants, et que, en orientant ses armes contre les insectes, elle les pointe aussi contre la terre. Ce soir, les Nowakowskismes interrogent, dans les pas de Rachel Carson, et de tous les autres, ce monde que nous avons détruit et poussé dans le silence d’un monde déserté par la vie.
Elle nous avait prévenu. Elle, c’était Rachel Carson, elle avait écrit ce livre Printemps silencieux, qui avait été lu, réédité à maintes reprises. Elle nous avait prévenus mais c’était arrivé, pas vraiment progressivement. Comme toujours, on avait refusé de voir l’évidence, repoussant toujours au lendemain les décisions, l’action. Puis, d’autres avaient pris le relai et s’étaient épuisés, et avaient même laissés leurs vies dans les combats pour tenter de préserver ce qui restait de vivant dans ce monde. Alors, en quelques années, ils s’étaient mis à disparaître, à mourir, le ciel se vida, le ciel perdit ses habitats, le monde perdit ses oiseaux. Ils avaient inspirés tant d’écrivains, de poètes, ils avaient été messagers et annonciateurs, ils avaient déposé sur le monde la musique de leurs chants, ils avaient tout simplement mis de la beauté, de la joie dans nos vies. Certains les enfermaient même espérant s’attribuer un morceau de ce bonheur chantant. 
Les rapports avaient succédé aux études puis aux rapports encore. Ils avaient souligné la réalité de la contamination de l’environnement par les pesticides, et l’impact négatif sur la biodiversité et les écosystèmes, dans une une contamination touchant tous les milieux, et concernant non seulement une variété de substances actives mais aussi les produits de transformation, les adjuvants et les co-formulants.
On savait depuis longtemps que, parmi les espèces affectées, on retrouvait des invertébrés terrestres, dont des insectes pollinisateurs comme les abeilles, ainsi que des oiseaux. Mais, nous n’étions devenus, et ce depuis déjà des dizaines d’années, que les simples véhicules obéissants des formes et forces du Capital. En fait, nous nous étions réduits à n’être que des supports destinés à la réalisation, à la circulation et à la consommation des marchandises sous toutes leurs configurations possibles et imaginables et, tant pis, si tout cela contribuaient irrémédiablement à accroître les risques d’extinctions massives. La marche forcée du néant réduisait tout sur son passage. Nous prenions des leçons d’abime que nous oubliions aussitôt. Nous écoutions les annonces de catastrophes à venir, comme à écouter la musique d’un ascenseur en proie aux flammes et en chute libre. 
« Le capitalisme ? Qu’il crève ! .. disait Baudrillard. Mais comment le faire crever ? Alors qu’il nous manipule jusqu’au trognon : tout ce que nous voulons, c’est lui qui le veut, tout ce que nous faisons c’est lui qui nous le fait faire…. Jusqu’à rendre toute subversion impossible ». 
Et comme les chiens qui tirent sur leurs chaines et s’étranglent, et plus ils s’étranglent plus ils tirent, plus les études l’avaient montré, moins nous avons cherché à changer le cours des choses, à renverser le système qui menait au désastre. En effet, depuis le début des années 1980, un oiseau sur six avait disparu en Europe. Les chiffres étaient terrifiants, certains s’indignèrent, mais nous regagnâmes nos niches confortables, insonorisées aux bruits du monde, à la misère, à la mort, aux êtres désespérés qui se noyaient par milliers dans les mers fuyant l’horreur et les destructions. En quatre décennies, les effectifs des oiseaux peuplant la Terre avaient chuté globalement de 14 à 19 %. Ce déclin était particulièrement colossal parmi les espèces dites communes, celles qui partageaient nos espaces, qui égayaient nos âmes de leurs chants, qui simplement apportaient de la joie à nos vies. En très peu de temps, près de 600 millions d’oiseaux nicheurs avaient disparu. 

« Ô les gens bien heureux tout à coup dans l’espace
Si haut qu’ils semblent aller lentement en grand vol
En forme de triangle arrivent planent, et passent
Où vont ils, qui sont-ils, comme ils sont loin du sol
Regardez-les passer, eux ce sont les sauvages
Ils vont où leur désir le veut par dessus monts
Et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages
L’air qu’ils boivent ferait éclater vos poumons »

Souvenez vous ! Les bergeronnettes printanières, avec leur longue queue caractéristique, qui vivaient dans des espaces ouverts, souvent à proximité des habitations et des points d’eau, qui nichaient dans les interstices des murs de pierre, sous les toits, dans les ponts ou dans des trous d’arbres, leur nombre avait chuté de 97 millions. Les étourneaux, les sansonnets, ces oiseaux sociables jusqu’à se regrouper en bancs de millions d’individus pour former ce qu’on avait appelé des murmures perdirent 75 millions d’entre eux. Les alouettes des champs, ces gentilles alouettes, qui se souvient encore aujourd’hui de leur décollage vertical au milieu d’un pré, au moins 68 millions d’entre elles disparurent. Le cas le plus emblématique restait le moineau domestique qui avait perdu la moitié de sa population, soit 247 millions d’individus. 
Ainsi tout un cortège d’espèces avait disparu du ciel, et ce soir, alors que j’écris ces lignes, les martinets n’ont toujours pas reparu, leurs vols ne rayent plus le ciel, et leurs petits cris ne traversent plus l’air de la fin de la journée. Alors que j’écris ces lignes, après quelques semaines de cette année, la France a déjà consommé tout ce que la nature est en capacité de régénérer en une année. Et le ciel est désespérément vide et silencieux. Les martinets, on les appelaient les oiseaux des 100 jours, arrivaient fin avril, et repartaient invariablement fin juillet. Ces oiseaux passaient la majeure partie de leur vie en vol et ne se posaient que pour nicher et couver leurs oeufs. Dans les airs, ils dormait, ils mangeaient, ils s’accouplaient et, lors des soirées d’été, leurs petits cris emplissaient le ciel qui s’assombrissait, nous apportant la poésie de la vie au seuil de la nuit. 
Nous avions eu beau le dire, nous avions eu beau nous opposer, tenter de faire voter des lois, des directives, chaque année, entre 55000 et 70000 tonnes de substances actives phytopharmaceutiques avaient été vendues sur le territoire français. Ces substances répandues industriellement se sont retrouvées et accumulées dans l’environnement dans une pollution qui a touché tous les milieux, le sol, l’air, l’eau. Nous retrouvions non seulement les substances actives des pesticides, mais également tous leurs produits de transformation et tous leurs adjuvants. Ainsi, le glyphosate, cet herbicide massivement vendu alors qu’interdit, était utilisé avec des additifs permettant de renforcer son efficacité. Quand il se dégradait, il créait une nouvelle molécule également toxique appelée l’Ampa. De plus en plus, nous avons retrouvé tous ces produits phytopharmaceutiques jusque dans les mers, le long des côtes, jusque dans les fonds marins. On avait même trouvé du DDT, cet insecticide interdit en France depuis 1972, à des centaines de kilomètres, dans les zones proches des pôles.
Comment espérer conserver la planète en bon état alors que cette imprégnation massive de poisons avait fragilisé l’ensemble du vivant ? Les premiers à être menacés et exterminés furent celles et ceux qui vivaient non loin des champs, les abeilles, les bourdons, les coccinelles, les papillons, les oiseaux… Les études disponibles avaient beau affirmer que les produits phytos étaient une des causes majeures du déclin des populations d’insectes, d’oiseaux, d’invertébrés aquatiques jusqu’à induire, à l’échelle européenne, des pertes allant jusqu’à 40 % au sein des macro-invertébrés aquatiques, nous donnions juste raison à George Bataille qui écrivait déjà il y a bien longtemps que « les avantages de la civilisation étaient compensés par la façon dont les hommes en profitaient, or, les hommes actuels en profitaient pour devenir les plus dégradants de tous les êtres qui ont existé ». Nous étions simplement irresponsables et assassins, pour « vivre notre propre destruction comme une jouissance esthétique de tout premier ordre ». Et les sciences, la technologie, le progrès au service de cette esthétique mortifère avaient produit ces substances chimiques qui ne faisaient pas que tuer les êtres vivants mais avaient de « de nombreux effets sub-létaux chez les êtres vivants, perturbant l’organisme, sans être mortelles, des pertes d’orientation, des déficiences immunitaires, des modifications de la reproduction… » Peut-être la combinaison de tout cela avaient conduit à ce que les martinets ne revinrent pas sur les lieux de nidification, se perdirent et moururent de maladies auxquelles ils étaient auparavant immunisés. Et les oiseaux, les martinets ne furent pas les seuls à être atteints de la sorte. Les amphibiens et les dauphins se mirent à tomber plus facilement malades. De plus en plus d’effets non attendus et sans relation claire avec le mode d’action connu avaient pourtant été mis en évidence dans les systèmes nerveux, immunitaire, endocrinien, ou encore les interactions avec les microbiotes. 
La désintégration des valeurs que nous espérions constitutives de sociétés respectables et respectueuses du vivant avaient activé un effet papillon. En supprimant des insectes ou en détruisant une partie de la végétation, insecticides et herbicides diminuaient les ressources alimentaires et les habitats de nombreux animaux, dont certains oiseaux. Les pesticides et la pollution chimique ont agi comme un facteur aggravant de l’état de santé des écosystèmes menant au déclin des insectes et à la disparition de millions d’espèces. 
Les espaces dont dépendaient les oiseaux furent anéantis par les humains, puis les oiseaux communs devinrent de moins en moins communs, et aujourd’hui, c’est notre propre espèce qui étaient en danger d’extinction. Au sein de cette désolation que fardent masques et rôles à la mesure des mensonges de ces époques, peu à peu nous était devenue familière cette posture inconséquente où fureur et torpeur s’entrelaçaient dans notre lent conditionnement résultat de l’action combinée de l’indifférence et de l’égoïsme. 
A l’heure où j’écris ces lignes, l’Inde et son milliard d’habitants fait face à des sécheresses jamais vues, avec des températures incompatibles avec la vie humaines, plus de 62°C au sol et plus de 45°C dans l’air, l’Antarctique n’a jamais connu de telles températures, en Afrique de l’Est, la fréquence des sécheresses a doublé, passant de tous les six à tous les trois ans, tuant par centaines de milliers le têtes de bétail, le Kenya faisant face à des sécheresses sans précédent qui voient le sol des villages jonché de cadavres desséchés de vaches, des sécheresses qui font qu’un animal emblématique, qui ne connait pas de prédateur, a commencé à s’éteindre en silence, jusqu’à ce qu’un cliché montrant un enchevêtrement de longs cous et de pelages tachetés, cette image d’une tristesse infinie de ces six girafes mortes de déshydratation sur le sable du désert, fasse le tour du monde. 
À l’heure où j’écris ces lignes, sur à peu près tous les continents, l’eau verte, celle qui est inclue dans nos sols, et qui est utilisée par les micro-organismes, s’évapore parce que nous avons tellement dégradés les sols par l’agriculture intensive qui rend les sols arides, les salinifie et en modifie les conditions chimiques, qu’ils n’ont plus la capacité de conserver cette eau. Cette dégradation massive des terres a ainsi des conséquences sur le cycle de l’eau parce que les sols ne sont plus capables de la retenir et ne permettent plus le déroulement de ce cycle. Les continents ont perdu la capacité à conserver cette eau qui finit dans l’atmosphère et les océans, une eau perdue, associée aux ravages du réchauffement climatique, des régions, des continents, une Terre qui est en train de mourir de nous.
A l’heure où j’écris ces lignes, les martinets ne sont pas venus. A l’heure où j’écris ces lignes, les printemps silencieux qui nous attendent, sont traversés des cris de terreur de tous ces oiseaux qu’on abat par millions, par peur de la grippe aviaire qui s’installe irrémédiablement dans les avatars de ce monde de surconsommation que sont ces élevages intensifs. A l’heure où j’écris ces lignes, les printemps sont de plus en plus silencieux, nous avions observé un répit quand les confinements firent revenir la nature, la vie, les insectes, le silence de la vie bruissante, mais passé ces temps, nous nous étions jetés à nouveau, et sans retenue pour retrouver le monde d’avant. Et ça a marché ! Nous avons détruit, pollué, épuisé la planète. Rachel Carson écrivait déjà en 1962 ceci : « Les futurs historiens pourraient être fort étonnés par notre absence de sens des proportions. Comment des êtres intelligents pouvaient-ils chercher à contrôler quelques espèces indésirables avec une méthode qui contaminait l’environnement tout entier et menaçait même leur propre espèce? Et pourtant, c’est exactement ce que nous avons fait ». Cette année, les martinets ne sont pas venus, c’étaient les sauvages, ils allaient où leur désir le voulait par dessus monts et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages, et l’air qu’ils buvaient aurait fait éclater nos poumons. 
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène et en « phonocène » est terminé pour ce soir et, avec Antonio Gramsci, ces quelques derniers mots : « Les destinées d’une époque sont manipulées au gré des visions limitées, des objectifs immédiats, des ambitions et des passions personnelles de petits groupes agissants, et la masse des hommes l’ignore, ne s’en préoccupe pas. Mais les événements qui ont mûri finissent par éclater et il semble alors que ce soit la fatalité qui emporte tout et tous qu’on l’ait voulu ou non. Certains pleurnichent pitoyablement, d’autre jurent grossièrement, mais personne ne se demande: si j’avais fait mon devoir, est-ce que cela ce serait passé ainsi ? » 

Sources, références et inspirations 
https://reporterre.net/600-millions-d-oiseaux-ont-disparu-en-Europe
https://reporterre.net/Mort-des-abeilles-et-dauphins-malades-les-pesticides-ravagent-la-biodiversite 
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/jour-du-depassement-la-france-a-consomme-en-quatre-mois-son-budget-nature-de-l-annee-150763.html 
https://www.geo.fr/environnement/a-la-decouverte-du-martinet-noir-cet-extraordinaire-oiseau-citoyen-de-nos-territoires-195949
https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/environnement-africain/video-rechauffement-climatique-on-n-avait-jamais-vu-de-girafes-mourir-a-cause-de-la-secheresse-l-image-qui-a-choque-le-monde_5114950.html 
Habiter en oiseau, Vinciane Despret 
Printemps silencieux, Rachel Carson
https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-du-vendredi-06-mai-2022 Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.18-09052022-11.45/

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.