Nowakowskismes 6.17. Cris

Illustration par Nicolas Hamm

Le gouffre : on y tombe en criant, on y sombre peut-être en silence, on y meurt seul dans le froid de l’espace infini. 
Tout un programme que, depuis Pascal, nous avons l’habitude d’appréhender. Baudelaire lui-même nous mettait aussi en garde : 
« J’ai peur du sommeil comme on a peur d’un grand trou
Tout plein de vague horreur, menant on ne sait où
Je ne vois qu’infini par toutes les fenêtres,
Et mon esprit, toujours du vertige hanté,
Jalouse du néant l’insensibilité ».
Régulièrement, nous plongeons dans les territoires des abysses, les trouées de l’espace, les percées du rêve et seul quelques vieux maîtres des profondeurs sont à même de décrypter notre fascination pour l’obscur et sont capables de venir nous y retrouver.
Et là, sans doute, nous devenons fous sans que cette folie puisse se faire entendre. Combien de témoignages d’hommes au bord du gouffre de la raison, furent-ils écrits comme des bouées de sauvetage lancées pour ne pas sombrer ? Or ces cris d’effroi véritable se sont perdus dans les marécages du doute, de l’incompréhension, de la peur. C’est pourquoi ces témoignages, au-delà de l’expérience horrifique, ces cris hurlés, inintelligibles à la plupart, reproduisent en souterrain la difficulté à se faire lire et comprendre. 
Ce cri est un cri de solitude. 
On parle mais on ne sait pour qui on parle, on écrit sans savoir si le témoignage sera reçu par le rire, le mépris ou l’oubli. Il reproduit aussi les conditions d’une écriture toujours en lutte pour imposer sa vision et son art. Heureusement, plongée dans les ombres secrètes que ménage l’art, la pensée, les mots, la vie résistent à l’indifférence des vivants eux-mêmes, à l’usure du temps, à la sclérose des siècles car :
« N’est pas mort ce qui à jamais dort
Ainsi, au cours des siècles, on peut voir mourir même la mort ».

Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Romain Gary nous disait il n’y a pas si longtemps que « ceux qui parlaient de faire naître un nouveau monde se berçaient d’illusions : le nouveau était déjà né. La seule question qui se posait était de savoir ce qu’il fallait faire des ruines  ».  Pour les Nowakowskismes, le silence est impossible, et les ruines sont leur univers. Notre posture s’oppose en tout point à celle du suspect chez Kafka pour qui, « s’il s’agissait d’une comédie, il allait la jouer lui aussi ». Et ainsi la rendre valable. Nous n’acceptons rien. Nous pensons, parlons, écrivons contre, en un constant ressassement, comme on se cogne aux murs, comme on se heurte aux encoignures des portes closes.
Il faut que leur discours enfle comme un mauvais coup, qu’ils agacent comme une plaie qui saigne, ou qu’ils se taisent. Les Nowakowskismes ont ceci de commun avec l’architecture en ce cela qu’ils consistent autant à édifier qu’à démolir. Mais contrairement à l’architecte, qui est hanté par tous les spectres du pouvoir, qui ne démolit et ne construit qu’afin de leur plaire et tente ainsi de s’en approprier un peu de prestige, les Nowakowskismes ne sont habités que par leur lutte sans fin contre leur impuissance, et leur lutte permanente contre la désertion, et pour cela font, sans faiblir, retentir leurs cris de combat écologique et numérique.

Cri. Le service européen Copernicus rappelle dans son rapport annuel sur l’état du climat de l’Europe, publié le 22 avril, que « 2021 a été une année d’extrêmes, avec l’été le plus chaud d’Europe, des vagues de chaleur en Méditerranée, des inondations et des sécheresses dues au vent en Europe occidentale ». Après un printemps frais, marqué par des épisodes de gels tardifs, l’Europe a connu l’été le plus chaud jamais enregistré. Les températures annuelles à la surface des mers Baltique et Méditerranée ont été les plus élevées depuis au moins 1993. Dans certaines parties de la Baltique, l’eau a été 5 °C plus chaude que la moyenne. À l’intérieur des terres, « de nombreux records de température ont été battus », dont un record européen de 48,8 °C en Italie. Dans certaines régions d’Italie, de Grèce et de Turquie, la canicule a duré deux à trois semaines. Ces conditions extrêmes ont favorisé des feux de forêt dévastateurs, notamment sur le pourtour méditerranéen. « La superficie brûlée totale en juillet et août dans la région méditerranéenne a dépassé 800 000 hectares » soit la superficie du département du Puy-de-Dôme. Plus au Nord, « d’intenses feux de forêt en Sibérie subarctique ont entraîné une propagation de fumée en Arctique », doc de gaz à effet de serre soit « la quatrième plus grande quantité d’émission de carbone due aux incendies » depuis le début des relevés. Ce qui est sûr c’est que les années à venir seront semblables à 2021. Tant que les concentrations de CO2 et de méthane ne redescendront pas, nous vivrons dans un climat de plus en plus perturbé. L’an dernier, les concentrations de gaz à effet de serre ont continué à augmenter dans notre atmosphère or il n’y a pas d’autre choix, il faut réduire ou annuler nos émissions, comme le recommande le GIEC.

Cri encore. « Nous sommes le canari dans la mine de charbon » alerte un habitant de Lytton, au Canada. Au fond des mines, quand le canari mourait, les hommes disposaient de quelques minutes pour sauver leur peau. Ces petits oiseaux trimballés en cage donnaient l’alerte, au prix de leur vie, sur l’imminence d’un coup de grisou, une explosion soudaine causée par l’accumulation d’imperceptibles, inodores et invisibles gaz toxiques. 
Le village de Lytton a disparu à 90%, ravagé par les flammes après que le thermomètre a atteint 49,6 °C, un record dans cette zone du globe. Le réchauffement climatique est en marche, et il avance vite, si vite que personne ni  échappe. Madagascar, où deux années consécutives d’une terrible sécheresse menacent plus d’un million de personnes. L’Europe, tiraillée entre vagues de chaleur au sud et pluies diluviennes au nord.
+44°C en Inde, +50°C au Pakistan… l’Asie du Sud connait aussi une vague de chaleur extrême alors que l’Inde a enregistré son mois de mars le plus chaud depuis 122 ans. Selon la NASA, cette zone pourrait devenir inhabitable dès 2050 en raison de la chaleur mêlée à l’humidité qui empêche au corps de suer et donc de se refroidir.
Les catastrophes météorologiques sont une traduction tangible du réchauffement climatique qui, lui reste abstrait, dès lors qu’il est traduit en chiffres et en projections plutôt qu’en expérience. En journalisme, on appelle cela la « loi de proximité » ou plus cyniquement « loi du mort-kilomètre ». Plus un événement se produit loin de nous, moins il nous intéresse ; plus les victimes semblent éloignées, moins elles suscitent d’empathie. Inondation au Bangladesh, sécheresse au Sahel… c’est loin, ce n’est pas nous, … Longtemps, les pays du Sud ont été seuls frappés par les catastrophes liées à la hausse des températures. Aujourd’hui encore, les ravages de la famine qui frappe Madagascar, menaçant plus d’un million de personnes, n’ont pas l’écho médiatique du « dôme de chaleur ». En fait, pour les pays riches, le réchauffement climatique n’est toujours pas une menace immédiate et la relative tranquillité des Occidentaux nuit au passage à l’action, cantonnant à demain la survenue de la catastrophe dans le quotidien. Ceci a pour effet d’écarter et de repousser la gestion de la crise climatique au profit d’autres tâches importantes. D’autres problèmes tels que la santé, la pandémie, l’emploi, les inégalités, l’insécurité, le terrorisme… Or légitimer l’inaction, repousser l’action climatique revient à nier le réchauffement climatique.
Dès les années 1980, la communauté scientifique avait prédit le monde de 2020, alors écoutons les inquiétudes des scientifiques quant à 2050. Il faut changer de mentalité et abandonner cette idée « qui veut que l’on sera capable d’ici là de réparer les problèmes que l’on a créés parce que c’est faux, l’inertie est telle que ce qui a été enclenché ne s’arrêtera pas ». 2050, ce n’est déjà plus les générations futures. Et il est grand temps que les mineurs s’empressent d’évacuer la galerie, il en grand temps que nous abandonnions les énergies fossiles.

Cri toujours. « Je ne m’attendais pas à ce que des signes de déstabilisation soient déjà visibles, et je trouve cela effrayant parce que cela pourrait présager d’un effondrement de l’Amoc et nous ne pouvons pas laisser cela arriver ». On appelle “circulation méridienne de retournement atlantique” (Amoc) ce courant marin, qui joue un rôle de thermostat au niveau du climat mondial. Or, il est en train de se détraquer. Ces dérèglements seraient dû au réchauffement climatique causé par l’activité humaine, et l’écroulement de ce système viendrait encore accélérer la hausse des températures, plongeant notre planète dans un terrible et imprévisible cercle vicieux. L’effondrement de l’Amoc constitue ce que les experts du climat appellent un « seuil de rupture » (“tipping point” en anglais), à savoir un moment où le climat basculerait soudainement et de manière irréversible dans un état complètement différent de celui que nous connaissons. Les températures deviendraient beaucoup plus fraîches dans l’hémisphère nord, avec une augmentation du nombre de tempêtes, tandis que le niveau de l’océan Atlantique connaîtrait une forte hausse. Les moussons en Afrique et en Amérique du Sud se déplaceraient, exposant encore davantage de populations à d’importantes sécheresses. Parce qu’il absorbe et stocke la chaleur beaucoup plus efficacement que les terres et l’atmosphère, l’océan s’est considérablement réchauffé au cours des 50 dernières années en raison des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique. Cette hausse de la température des océans combinée à l’arrivée massive d’eau douce issue de la fonte des glaces, là aussi causée par le changement climatique, imposent là encore une seule réponse la réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, et donc l’abandon des énergies fossiles.

Cris enfin. « On estime qu’une personne reçoit entre 1 200 et 2 200 messages publicitaires par jour ». La grande majorité des dépenses publicitaires qui s’élèvent, en France, à 31 milliards d’euros par an, sont réalisées par des multinationales spécialisées dans la vente de produits et de services énergivores. Achetez le SUV dernier modèle, partez en voyage en avion, jetez-vous sur la restauration rapide et les équipements numériques, … la liste est très longue. Selon un rapport paru en 2020, elles parviennent à provoquer « des phénomènes de consommation de masse qui n’auraient pas eu lieu sans stimulation publicitaire ». Dans cette culture de la publicité de masse poussant les consommateurs à renouveler sans cesse leurs appareils, à acheter du neuf pour avoir une meilleure image vis-à-vis de leurs pairs, un individu est exposé 15, 20 ou 50 fois à une marque jusqu’à finir par avoir un biais positif pour elle. Faire advenir une société sobre nécessiterait alors de déconstruire notre « imaginaire de la toute-puissance », glorifiant la vitesse et associant les usages énergivores au bonheur et à la réussite sociale. En fait, l’impératif de sobriété se heurte également à nos normes sociales. Tout, dans notre socialisation, valorise le principe de la compétition par l’accumulation. On grandit avec l’idée que « plus, c’est mieux ». On le voit déjà avec l’éducation où ce n’est pas la note qui compte, c’est la meilleure note. Le travail, la sociabilité personnelle et familiale renforcent cela. Il ne s’agit pas de savoir si l’on voyage, mais de voyager loin, souvent, et de démultiplier les activités pendant ce voyage. Faire advenir une société sobre nécessiterait de déconstruire notre « imaginaire de la toute-puissance », glorifiant la vitesse et associant les usages énergivores au bonheur et à la réussite sociale. Parce que mutualiser les équipements implique de remettre en question notre attachement à la propriété privée ; parce que développer l’habitat partagé pourrait nous amener à réévaluer l’importance que nous accordons à l’intimité ; parce que mettre en place des politiques de réduction des déplacements aériens pourrait être perçu par certains comme une atteinte à la liberté de circulation, et la liste pourrait être prolongée. 
Fabriquer efficacement les choses que les gens voulaient n’est plus suffisant. Les désirs des gens sont eux-mêmes un produit nécessitant une fabrication habile. Cette fabrication habile s’est déployée dès lors que nous avons pu développer des programmes informatiques s’appuyant sur des algorithmes capables d’évaluer leurs propres performances en temps réel. Ces programmes ont commencé à se comporter comme des agents, surveillant et réagissant aux résultats de leurs propres actions. Créés pour optimiser la tâche d’instiller des désirs dans notre coeur, ils ont été affectés par la façon dont ils ont affecté les gens. Au fur et à mesure qu’ils ont appris à nous connaître, ils ont développé d’étranges capacités à nous surprendre avec de bonnes recommandations et des idées qui nous intriguent. Avant que nous nous en soyons rendus compte, le système avait acquis des pouvoirs substantiels pour guider nos choix, en fait pour nous commander. Avec des appareils ou des applications peuplant notre quotidien, nos téléphones, les réseaux sociaux, nous nous sommes retrouvés dans la plus dialectique des régressions infinies. Nous entraînons le programme qui nous entraîne à servir les intérêts de ses propriétaires. Et plus nous faisons cela, plus vite ce programme va apprendre à nous aider à nous entraîner à nous commander. Et tout cela, ne l’oublions pas, nous le faisons chaque fois que nous publions des photos sur Instagram, écrivons des tweets, proposons des critiques sur des livres Amazon ou nous déplaçons simplement en ville afin que nos téléphones fournissent des données de l’état du trafic à Google Maps. Au moment où un Elon Musk s’achète Twitter pour 44 milliards de dollars, qu’il a manifestement un projet politique derrière la tête parce qu’avec Twitter, Elon Musk s’achète en réalité « un instrument d’influence » qui lui permettra certainement d’« avoir l’oreille des politiques et peut-être trouver les amitiés » nécessaires pour le développement de ses activités et par là asseoir sa conception impérialiste du progrès. Souvenez-vous que le projet d’Hyperloop s’appuyait sur une collecte massive des données personnelles pour optimiser l’expérience du voyage, encore et toujours en entraînant le programme qui nous entraîne à servir les intérêts de son propriétaire. 
Or n’oublions jamais que « la liberté est un processus par lequel vous développez l’habitude d’être inaccessible à l’esclavage ». Ces mot sont ceux d’Alla Gutnikova, une des anciennes rédactrices en chef du journal étudiant « DOXA » de l’École supérieure d’économie de Moscou, condamnée avec d’autres à deux ans de travaux forcés pour leur rôle dans une vidéo dans laquelle ils s’interrogeaient sur le bien-fondé pour les enseignants russes de décourager leurs élèves de participer aux rassemblements de protestation contre l’incarcération du leader de l’opposition Alexei Navalny. 
« Conscience, honneur et dignité,
Voilà notre armée spirituelle. 
Tendez-lui votre paume. 
Pour cela, on ne craint pas le feu. 
Son visage est noble et merveilleux. 
Consacrez-lui votre petit siècle. 
Peut-être que tu ne seras jamais victorieux, mais tu mourras en tant qu’humain ». 
À crier sur tous les toits.
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Olga Tokarczuk, ces quelques derniers mots : « On ne se sent jamais mieux que dans un nouvel endroit, parce qu’alors le monde commence à nouveau. Être un étranger, c’est être libre. Avoir derrière soi un grand espace, une steppe, un désert. Avoir derrière soi la forme de la Lune pareille à un berceau, le chant assourdissant des cigales, l’air qui sent bon la peau de melon, le bruissement du scarabée qui, le soir, quand le ciel devient complètement rouge, sort chasser dans le sable. Posséder sa propre histoire, non destinée à tous, son propre récit avec les traces laissées derrière soi. Se sentir partout invité, s’installer dans une maison pour un temps, ne pas s’inquiéter du verger, se réjouir du vin plutôt que s’attacher au vignoble. Ne pas comprendre la langue, à la faveur de quoi mieux voir les gestes et les mimiques, l’expression des yeux, les émotions qui apparaissent sur les visages telle l’ombre des nuages. Apprendre une langue étrangère par le début, à chaque endroit un peu, comparer les mots et découvrir l’ordre des ressemblances. Il faut protéger cet état, car il procure une puissance énorme ».

Sources, références et inspirations 
https://reporterre.net/Tous-les-indicateurs-sont-au-rouge-le-climat-se-deregle-en-Europe
https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/inondations-en-europe-comment-le-rechauffement-climatique-est-passe-de-menace-pour-les-generations-futures-a-danger-imminent_4690937.html
https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/climat-un-courant-oceanique-majeur-de-l-atlantique-menace-de-se-detraquer-et-c-est-inquietant_4729247.html https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/l-inde-brule-l-asie-du-sud-subit-une-vague-de-chaleur-extreme-signe-du-changement-climatique-150738.html
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.17-26042022-16.39/

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.