Nowakowskismes 6.16. Gangrène

par Nicolas Hamm – “Epouvanter qui….pour protéger de quoi exactement ? “

L’histoire des sociétés humaines a été profondément foisonnante, avec de multiples expériences, bifurcations et hésitations où le choix délibéré et l’imagination politique ont, même si on a cherché à l’oublier, joué un rôle central. Le modèle de société actuel, présenté comme l’accomplissement d’un modèle unique et duquel il n’est pas possible de s’extraire, n’est que contingence, choix et surtout n’a rien d’inéluctable.
Déjà, ce qu’on appelait « la critique indigène », à savoir la parole des peuples autochtones que notre modèle a chercher à éradiquer, regardant nos sociétés, pointait la soumission à l’autorité de ceux qui s’érigeaient en modèles, leur manque de liberté, d’entraide, et plus généralement l’absurdité des institutions et ce rapport purement utilitariste et destructeur aux vivants non-humains. La morale qui a depuis envahi la pensée occidentale, est en substance la suivante. Les autres sociétés comme les sociétés amérindiennes sont peut-être plus libres que nous, mais c’est parce qu’elles en sont encore à un stade inférieur de développement. En fait, les critiques qu’elles formulent sont certes pertinentes, mais elles se font à la manière dont peut l’être le regard d’un enfant sur le monde des adultes – à traiter avec condescendance. Parce qu’il faut, et c’est bien triste, grandir, et devenir adultes ! Et sur ce chemin « normal », les sociétés seraient donc contraintes elles aussi de se développer, de grandir, et, ce faisant, elles doivent nécessairement faire apparaître les inégalités. Les inégalités comme marqueurs indiscutables de l’âge adulte des sociétés ! Terrifiant ! 
« Ne trouvez pas naturel ce qui se produit sans cesse!
Qu’en une telle époque de confusion sanglante
De désordre institué, d’arbitraire planifié
D’humanité déshumanisée,
Rien ne soit dit naturel, afin que rien
Ne passe pour immuable ».
Quel bon début que ces mots de Bertolt Brecht extraits du texte intitulé « L’exception et la règle » écrit en 1930, cette décennie terrible qui vit se déployer comme jamais en Europe la peste du fascisme, de l’antisémitisme, de la violence. Alors, à quelques jours d’un deuxième tour, qui voit encore une fois une candidate fasciste se retrouver au second tour de la présidentielle, cette candidate dont les amis sont dans les régimes autoritaires, chez les franquistes en Espagne, et avec tous les autres qui s’affichent sans vergogne avec leurs programmes et discours haineux et nauséabonds, soutenus par des populations ignorantes et préoccupées par leur petit monde. 
Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Alors « Quand, comment réagir lorsque chaque action, chaque occasion n’est pire que la précédente seulement d’un petit peu. Attendre la suivante ou plutôt attendre une occasion énorme, choquante, en pensant que, devant un tel choc, les autres se réuniront dans une sorte de résistance. Parce qu’agir ou parler tout seul, sortir du rang pour semer le trouble, ce n’est pas ce à quoi vous avez été habitués… En réalité, cette occasion énorme que des dizaines voire des centaines de milliers rejoindront, n’arrivera jamais. Parce que ce sont des centaines de petites marches, certaines imperceptibles que nous franchissons sans réfléchir, chacune nous préparant à ne pas être choqué par la suivante ! » En 1996, en 2002, nous étions dans la rue pour opposer une vraie réaction au Front National ! Aujourd’hui, en 2022, combien de marches avons-nous franchi en 25 ans ? Les mêmes personnes et les mêmes discours occupent aujourd’hui l’espace médiatique, l’ignorance, la pensée facile et confortable et l’égoïsme généralisés ont permis à ce même discours fasciste d’être aujourd’hui autorisé, relayé, considéré au même titre qu’un autre discours, parce que c’est tellement plus facile d’avoir peur, d’avoir quelqu’un à mépriser afin de se penser supérieur, et de se croire libre dans le mensonge en troupeau. 
En 1996, en 2002, nous étions des milliers dans la rue contre le Front National, et je le suis toujours. Aujourd’hui, quelques jours après cette campagne de premier tour où les pires discours fascistes ont trouvé leur place « naturelles » dans les médias, où le premier tour de l’élection présidentielle nous ramène encore une fois à devoir faire barrage à la peste brune et à l’ignorance. Mais, en 2022, il n’y a personne dans la rue pour crier sa colère et son rejet de cela voire, on s’en fiche. 
Alors, ce soir, les Nowakowskismes tente à nouveau le détournement d’un texte de Norman Spinrad parce que ce soir encore, parce que cette lutte est loin d’être terminée, les Nowakowskimes décortiquent le cauchemar du fascisme qui s’installe à nouveau en Europe en mode dystopie. Prêts pour ce voyage ? 

Je me réveille en sursaut, je suis en nage… depuis toujours, je me suis habitué à ne dormir que d’un oeil, de peur d’être surpris. Je suis un fugitif, j’ai réussi jusqu’à présent à échapper aux hordes de ces Helders, les « héros » comme ils se nomment. Les Helders du pays de Heldon se disent menacés d’abâtardissement par les mutants du Borsud d’où je suis originaire. D’ailleurs, être fugitif quand on est de Borsud, c’est un état normal dans ce monde. Les Helders, quant à eux, regardent effrayés et excités vers la puissance du Ruzind à l’est par-delà l’insignifiant Hongrak.
Le Heldon est un pays au bord du monde qui n’a eu de cesse que de rester pur ou du moins de retrouver sa pureté après la grande guerre nucléaire qui avait dévasté la Terre, jeté à bas les anciens états, et érigé le chaos en règle. 
La cheffe du Heldon, Eniram Nepel, était une descendante de purhomme. Être un purhomme, c’est être un humain au patrimoine génétique absolument pur. Eniram Nepel avait vécu son enfance exilée parmi la lie de l’humanité mutante et métissée et, depuis toujours, elle avait voulu réintégrer la Grande République de Heldon, le vrai pays de ses ancêtres. Elle était revenue avec un désir de purhumanité qu’elle voulait rendre assez fort pour galvaniser son peuple génétique et conquérir non seulement la Terre mais aussi les étoiles.
Respirer m’est difficile et l’évocation de tout cela ne fait qu’aggraver les choses. Je ne sais plus dormir paisiblement, et quand le sommeil est là, c’est toujours pour y retrouver ces cauchemars, cette histoire, ce monde complètement fou qui vient même me retrouver par delà le mur du sommeil. Et ce sommeil agité me trouve caché dans un bosquet de la forêt d’émeraude, et je sais immédiatement qu’ils ne sont pas loin, je les entends. 
A la fin de son long exil au cours duquel Eniram Nepel n’eut qu’une seule obsession, revenir, elle reprit le chemin de Heldon. Quand elle arriva à la frontière, où vous devez vous en douter, il fallait montrer patte bien blanche pour pouvoir espérer passer, elle ne rencontra aucune difficulté. Evidemment, imaginez-la, sa haute taille, son physique athlétique, son regard franc et bleu, ses cheveux blonds de rigueur et tous ces quelques autres indices génétiques attestant de sa pureté ! 
Eniram Nepel afficha alors clairement qu’elle était « animée d’une juste colère raciale et populaire ». Dans la reconquête de sa terre natale, de son identité, de sa souveraineté, elle ne tarda pas à entraîner des buveurs d’auberge, des ignorants effrayés et tous les silencieux indignés et uniquement préoccupés par la préservation de leurs petits privilèges. Elle les réunit pour aller massacrer ceux qui osaient franchir la frontière de la république de Heldon sans être des purhommes. Elle voulut aussi en profiter pour faire honte à tous ces purhommes du pays de Heldon qui avaient accepté de vivre dominés. D’ailleurs, dès la frontière, elle avait constaté le relâchement parmi les fonctionnaires chargés des tests de pureté. Elle savait déjà qu’ils étaient sous l’emprise psychique d’un dominateur caché, dont l’unique visée était de souiller le sang pur et par là avilir l’humain, le purhumain. Elle saurait remettre de l’ordre dans tout cela, elle l’avait promis. 
Avilir l’humain ! L’identité nationale ! Le rejet de l’autre ! L’histoire humaine les avait tellement re-visités dans ce cycle perpétuel de désastres, de prise de conscience, d’oubli et de nouvelles plongées dans le toujours pire ! Et le pire, je peux vous dire qu’il était bien là ! 

Je ne respire plus, ils ne sont pas loin ! C’est encore une des bandes de motards chargées d’écumer le pays aux ordres d’Eniram Nepel à la recherche des fuyards de mon espèce. 

Ces bandes à sa solde et qu’elle avait réussi à s’attacher avaient été constituées afin d’affirmer son autorité à elle qui avait défié le précédent chef. Et à force de mensonges, de violences, mais aussi de polissage de son image, elle avait réussi à s’en défaire, et par là, s’assurer de l’allégeance de toutes les bandes chargées de faire régner l’ordre. Elle l’avait détrôné et prouvé à tous qu’elle était bien la descendante des anciens purs, qu’elle était la protectrice de la culture ancestrale, qu’elle serait la pourfendeuse du métissage qui guette l’humanité, garante infaillible de la pureté, contrairement au précédent taxé de faiblesse, de couardise et de collusion avec les anciennes forces. 
Elle prit le trône, elle devint la cheffe, l’unique, détentrice du sceau ancestral de la famille, du travail et de la patrie. 
Alors, « debout, symbolisant dans l’espace et le temps ce tournant de l’Histoire, son âme au centre d’une mer de feu patriotique, Eniram Nepel sentit la puissance de sa destinée cosmique couler dans ses veines et la remplir de la volonté raciale du peuple de Heldon. Elle était réellement au pinacle de la puissance évolutionniste ; ses paroles guideraient le cours de l’évolution humaine vers de nouveaux sommets de pureté raciale, et ce par la seule force de sa propre volonté ».
Dans la foulée, elle organisa la refondation du parti. Elle en changea à nouveau le nom. S’appuyant sur la désinformation, en criant haut et fort ce que ceux qui se disaient purhommes voulaient entendre, à savoir retrouver leur domination sur les impurs, elle fit élire ses sbires dans les assemblées locales et nationales. Elle sut jouer avec astuce et perversion avec le besoin des lâches d’avoir toujours quelqu’un à mépriser, sur la peur de l’invasion, le rejet de la différence, les théories du grand remplacement de la culture ancestrale et de la religion qui fait identité ! 
Elle avait pris son temps, mais elle y était arrivée. Elle avait fini par prendre définitivement le pouvoir, elle avait attendu ce moment de l’histoire où l’indigence intellectuelle ne serait plus un rempart, où tous nous avions accepté « cette espèce de nullité de la politique, ce devenir nul de la politique et cette insignifiance dans les autres domaines, dans les arts, dans la philosophie ou dans la littérature ». 
L’armée aussi se rangea de son côté et la sélection des meilleurs commença. Des camps d’étude raciale furent charger de trier le bon grain de l’ivraie. Les purs reconnus comme tels purent alors passer les tests d’entrée dans le parti, purent intégrer les meilleures écoles, les bonnes universités, obtenir les meilleures places. Ceux qui échouèrent, les impurs, furent expulsés sur le champ ou pire, exterminés. 
Elle lança alors la reconquête du Borsud afin de le purifier de ses mutants génétiques ignobles, les hommes-crapauds, les peaux-bleues et les autres perroquets, ainsi que les mutants et autres dégénérés de mon acabit.  
Alors j’ai fui ! Fuir ce monde, fuir cette terre mais pour aller où ? 
J’ai couru, je me suis caché, j’ai erré sans but mais la nasse s’était déjà refermée sur moi, il n’y avait pas d’issue ! J’avais perdu espoir, et ça ce n’était pas bon du tout !
Nous étions des milliers à errer la nuit, à tenter de franchir l’océan vers l’autre côté, à vivre cachés le jour, et marcher la nuit, à dormir dans la peur d’une attaque des hordes de chasseurs, à craindre la délation. Certains d’entre nous étaient encore des enfants, il y avaient des femmes seules avec leurs petits, beaucoup d’entre eux disparaissaient sans laisser de traces en voulant traverser une rivière, en tentant le voyage vers l’autre côté, ou en croisant le chemin d’une horde. 
Et Eniram Nepel, insatiable, voulait étendre son emprise. Les autres pays succombaient un à un à la contagion. Il n’y avait pas plus contagieux, dans un monde perdu, que la haine, la défiance, la violence. D’ailleurs « rien ne rend peut-être plus palpable l’énorme régression dans laquelle était entrée l’humanité […] que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et à leurs libertés. Avant, la Terre appartenait à tous ses habitants. Chacun allait où il voulait et y restait aussi longtemps qu’il voulait. Il n’y avait pas de permissions, pas d’autorisations, et cela m’amusait toujours de voir l’étonnement des jeunes lorsque je leur racontais qu’avant, je voyageais en Inde et en Amérique sans avoir de passeport et même n’en avais jamais vu aucun. On montait dans le train et on en descendait sans rien demander, sans qu’on vous demandât rien, on n’avait pas à remplir un seul de ces centaines de papiers qu’on réclame aujourd’hui. Il n’y avait ni permis, ni visas, ni tracasseries ; ces mêmes frontières qui, avec leurs douaniers, leur police, leurs postes de gendarmerie, étaient aujourd’hui transformées en réseau de barbelés en raison de la méfiance pathologique de tous envers tous, n’étaient rien d’autre que des lignes symboliques qu’on traversait avec autant d’insouciance qu’un fuseau horaire ». 
Avec Eniram Nepel et sa clique, le monde se vit à nouveau bouleversé. On se défendait partout contre l’étranger, le mutant, partout on excluait. Toutes les humiliations qu’autrefois on avait inventées exclusivement contre les criminels, on les infligeait maintenant à tous ceux qu’on considérait comme impurs. Un impur devait se faire photographier de droite et de gauche, de profil et de face, les cheveux coupés assez court pour que l’oreille fût visible, donner ses empreintes digitales, d’abord le pouce seul, puis les dix doigts. Il fallait en plus présenter des certificats de santé, de vaccination, de police, de bonne vie et mœurs, des recommandations, il fallait pouvoir présenter des invitations et des adresses de parents, il fallait fournir des garanties morales et financières, remplir des formulaires et les signer en trois, quatre exemplaires, et s’il manquait ne fût-ce qu’une feuille de ce tas de paperasses, on était perdu. 
De toute façon, nous sommes perdus ! 
Eniram Nepel et tout ceux qui la soutenaient étaient fascistes, xénophobes, animés de volonté raciale tendant à la purification et d’aspiration à la supériorité d’une partie de l’humanité sur l’autre. Leur croyance était la manipulation des masses, l’identitaire, les défilés, les drapeaux, les uniformes ajustés ! Elle était passée maître dans l’art de l’utilisation des médias de masse pour manipuler les masses. Elle usait comme tous ces gens-là des rassemblements de foules destinés à dissoudre les individus dans une masse sans identité. Elle s’appuyait sur l’apathie puis la complicité des autorités qui laissaient faire et encourageaient toutes les formes de pogroms. Et bien sûr, le complot, tout était bon pour dénoncer, éradiquer, le complot et la fausse vérité comme projet politique et comme moyen d’élimination rapide de toute idée de révolte ! 
Alors, ceux comme moi, qui n’étaient pas des purhommes, nous étions traqués, éliminés, déportés. J’avais tenté de fuir, j’errais avec tous les autres depuis plusieurs semaines, mais cette course était perdue d’avance ! Quelques instants de vie de proie, mais de vie quand même, de liberté surtout… 
Mais ça y était ! Je les entendais, ils se rapprochaient, je sentais qu’ils m’avaient localisé, s’en était fini cette fois…. je me mis à courir, j’entendais les chiens ! Ils étaient sur moi !.. » 
Je me réveille en hurlant de terreur… 
Où suis-je ? Où sont les chiens ? 
Tout à coup, je sais où je suis. Je me détends. Du moins, j’essaie de rattraper mon coeur qui bat à tout rompre !
Je suis dans mon lit à Nancy, nous sommes en avril 2022. Je réalise que j’ai rêvé, que le Heldon, c’est un souvenir des lectures de ce vieux Norman Spinrad. 
Par contre ce matin, la réalité fait surface. Hier, c’était le premier tour de la présidentielle, et comme la dernière fois, les fascistes sont qualifiés pour le second tour.
Je comprends mon cauchemar après cette soirée électorale au cours de laquelle les cadres de ce parti fasciste sont venus fanfaronner chacun leur tour à l’antenne, déballant leurs fausses vérités, attendant le retour des franquistes, d’une Europe qu’on n’espérait plus possible. Et elle, leur cheffe, se voyant déjà présidente de la république française à la tête d’un parti fasciste qui n’hésitait pas à s’afficher avec les suprêmacistes blancs, à faire allégeance aux Poutine et Trump, à soutenir des dictateurs et n’a d’ailleurs jamais caché son admiration pour l’occupant du Kremlin, qu’elle a rencontré en 2017. Sa nièce multipliait à l’époque les allers-retours en Russie. Les copains de la famille s’appellent Matteo Salvini, Heinz-Christian Strache et Geert Wilders mais aussi Steve Bannon et Philip Claeys, Vlaams Belang et bien d’autres venus des partis et organisations d’extrême droite européens. Leur cheffe, se voyant déjà présidente de la république française à la tête d’un parti fasciste qui, comme tous les partis fascistes, et quoiqu’ils clament sur les plateaux télé, a toujours voté contre les mesures écologiques et sociales, contre toutes les propositions de lois sociales, contre la condamnation des violences faites aux femmes, qui considère que laisser se noyer par milliers dans la Méditerranée découragera les autres de venir en Europe. 
Eniram Nepel, pardon Marine Le Pen, avait même obtenu il y a quelques temps le soutien de l’ancien leader du  Ku Klux Klan, David Duke, cette ordure qui prône ouvertement la suprématie de la « race » blanche sur les autres. Ça donne juste envie de vomir. 
Voilà le cauchemar, voilà le monde tel qu’il se présente. Nous voilà, encore une fois, dans la situation de devoir faire rempart à cette peste brune, pour la liberté parce que le fascisme n’est pas une idéologie acceptable, le fascisme n’est pas discutable. Et si vous voulons que tout ceux qui se sont battus pour les droits, les libertés, l’égalité entre les humains, le respect du vivant ne se retournent pas dans leur tombe, nous n’avons pas le choix. Votons contre ça ! Et surtout « nous ne pouvons pas nous reposer. Nous ne pouvons pas vous asseoir devant la télé. Nous croyons être libres en zappant, en surfant, en réseautant comme des imbéciles, mais nous ne sommes pas libres, c’est une fausse liberté. La liberté, c’est l’activité. Et la liberté, c’est une activité qui en même temps s’autolimite, c’est-à-dire sait qu’elle peut tout faire mais qu’elle ne doit pas tout faire. C’est cela le grand problème de la démocratie et de l’individualisme ».
Ici avec ces mots, nous tentons une forme de réparation du monde, un tikkoun, un ravaudage des trous dans la toile, tout en tracés, boucles, noeuds et pistes qui s’enchevêtrent. 
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Rainer Maria Rilke, ces quelques derniers mots : « Peut-être que tous les dragons de nos vies sont des princesses qui n’attendent qu’une chose : nous voir agir, ne serait-ce qu’une fois, avec beauté et courage. Peut-être que tout ce qui nous effraie n’est autre, dans son essence la plus profonde, qu’une désespérance qui cherche notre amour  ». 

Sources, inspirations et références
Rêve de fer, Norman Spinrad
Matin brun, Franck Pavloff 
Stefan Zweig, Le monde d’hier
Société en Jeu, N°2, Janvier 1996. Revue Lire & Savoir. ISBN 2-07-059289-
https://www.terrestres.org/2022/03/07/imaginer-experimenter-bifurquer-les-enseignements-du-passe/ 
https://www.monde-diplomatique.fr/1998/08/CASTORIADIS/3964 
Les livres de Jakob, Olga Tokarczuk 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.16-14042022-11.03/ 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.