Nowakowskismes 6.15. Furtifs

Illustration Nicolas Hamm

« […] Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gachis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Vers où vont tous ceux d’entre nous qui se sentent trahis ou perdus par l’idéal de la globalisation, de la sécurité ? Certains prônent de se réfugier derrière des frontières les protégeant des autres, ce rêve impossible de vivre seul, de vivre en ignorant toutes et tous ceux, qu’ils soient humains ou non humains, dont chacun dépend. D’autres voient un monde à épuiser jusqu’à la dernière goutte, d’autres encore s’interrogent, inventent et ré-habitent la planète autrement. Il faut donc apprendre à regarder le monde de manière différente, se situer à l’intérieur de cette bulle bleue, sur cette peau si fragile loin de cette boule inerte, infinie, inépuisable promue par l’ultralibéralisme et le consumérisme forcené. Dans les décombres du développementisme, les mutants, être mutant consiste à oeuvrer pour la ré-aappropriation des savoirs et la création de tout savoir utile au dépassement des fondements triangulaires du pouvoir. Cette tâche est inséparable d’une résistance continue à la « boite de conservisation » de la connaissance. Les ruines sont alors les seuls espaces garants des possibilités futures parce que l’état de ruine protège du processus de mémorisation phallique propre à l’élitisme, au capitalisme et au personnel politique. Être de la communauté mutante c’est entretenir un faisceau de relations imperceptibles. L’esprit mutant relève d’une ouverture à la relation, d’un comportement, d’un signal. Alors muter, c’est abolir les frontières et transformer les vestiges de l’ordre économique bâti sur les cadavres de l’accaparement et de l’extraction, c’est élaborer une écologie mutante qui s’apparente à une spiritualité sans objet. Cette mutation qui sera sans précédent élargira l’humanité à un ensemble évolutif d’agents se reconnaissant autour d’une imagination radicale, et de déterminants qui ne sont pas d’ordre ethnique, économique, oppresseur mais juste syncrétique, ouvert et accueillant. Ces mots ont pour vocation de devenir inutiles et à alors disparaître, quand les temps seront venus. Mais pour l’instant, ces mots sont indispensables pour déchirer le voile de la réalité et le rendre visible tel qu’il est. 

Ce soir, les Nowakowskismes sont pris de vertige. En effet, comment ne pas être saisi d’effroi quand on voit que seulement en quelques années, l’incroyable accumulation des atteintes portées aux libertés publiques. Des attentats terroristes à la crise sanitaire, de l’idéologie de l’optimisation à la surveillance généralisée déployée pour notre bien, le caractère exceptionnel des circonstances a justifié l’extension continue des injonctions administratives et l’affaiblissement de l’autorité du juge. Et ce vertige nait de ce constat d’impuissance que nous faisons quand les restrictions présentées comme temporaires ont été pérennisées. Ainsi toutes les libertés, libertés d’association, d’expression, de manifestation, … et j’en passe… ont subi une érosion terrible dans cette logique du sempiternel « c’est pour votre bien » outillé, notamment pour la sécurité et la santé, par les technologies développées pour surveiller, encadrer, normaliser et ficher des millions d’humains en France et dans le monde. La doctrine faisant de la sécurité la « première des libertés pour ce monde » nous montre le degré d’imbécilité de cette société, de son ignorance surtout d’avoir oublié qu’« à cette aune, pas de pays plus libre que le royaume de Staline ou de Mussolini… [ou de Poutine] ». Muter, devenir furtifs comme le décrit Alain Damasio, s’interroger et surtout donner à voir, voilà ce que les furtifs dans ce monde et des Nowakowskismes toujours auront à faire. Et pour cela, regardons le monde. 

À Toulouse en 2016 avec IBM mais le projet fut abandonné en 2019, à Nîmes depuis 2015 avec Briefcam, à Marseille dès 2018 avec la SNEF et d’autres pour mettre en place l’observatoire de la tranquillité publique – rien que cela – alimenté par des sources d’origines diverses comme celles des services publics municipaux, du ministère de l’intérieur ou des opérateurs de télécom, à Paris avec la RATP qui autorise des entreprises à tester leurs algorithmes sur les usagers des métros, ou encore avec la municipalité de Suresnes qui met à disposition sa population pour servir de cobaye pour la start-up parisienne XXII, la vidéosurveillance algorithmique se déploie subrepticement mais sûrement un peu partout en France. 
Mais qu’est-ce que la vidéosurveillance algorithmique ? 
La CNIL la définit comme « des dispositifs vidéo auxquels sont associés des traitements algorithmiques mis en œuvre par des logiciels, permettant une analyse automatique, en temps réel et en continu, des images captées par la caméra ».
Ceci est donc bien de la Vidéosurveillance, non non que dis-je, de la vidéoprotection « augmentée » ou « intelligente », comme l’écrivent les institutions et les industriels. On parle aussi de vidéosurveillance « algorithmique » ou « automatisée ». En fait, tous ces termes recouvrent une même réalité aux contours plus ou moins flous, aux promesses plus ou moins concrétisées de l’avènement du meilleur des mondes. Pour notre protection parce que nous avons besoin d’être protégés, c’est bien connu, il s’agit d’ajouter une couche algorithmique aux caméras de vidéosurveillance « classiques » dans le but de rendre automatique l’analyse des images captées par ces caméras, cette analyse étant jusqu’à présent réalisée par des humains, des opérateurs vidéo au sein de centres de supervision urbains. Cette surcouche algorithmique vise à faire de l’analyse vidéo, qu’elle soit réalisée en temps réel ou en temps différé, un moyen « infaillible » pour repérer… ce que la police a envie de repérer. Cela va de la « détection automatique de comportement suspect », au « maraudage » c’est-à-dire le fait d’être statique dans l’espace public, en passant par le « franchissement d’une ligne », le suivi des personnes, la détection d’objets abandonnés, de bagarres, de vols, … je vous laisse compléter la liste. 
Bienvenue comme toujours le monde merveilleux de l’anthropocène, dans ce monde d’automatisation, un monde évacuant l’hypothèse d’une intelligence apportée par la technologie, un monde d’automatisation dans lequel sont programmés les multiples biais et standards des sociétés et des entreprises qui fabriquent ces dispositifs. 
Nîmes, Marseille, Paris, Suresnes, et tellement d’autres ! Ne vous inquiétez pas on s’occupe de vous ! 
Il est très difficile de connaître le nombre exact de villes qui utilisent la vidéosurveillance algorithmique. L’opacité en la matière est de règle, et toutes les municipalités ne sont pas aussi fières que celle de Nice d’en parler. 
Il est malgré tout possible d’en repérer au moins une cinquantaine, mais le vrai nombre devrait malheureusement dépasser la centaine, rien qu’en France. Et, en ce deuxième décennie du XXIème siècle, dans une amnésie totale de toutes les alertes, la vidéosurveillance algorithmique est en passe d’inonder le marché de la sécurité urbaine numérique dans cette compétitivité mortifère érigée en loi naturelle. Dans ce paysage, une société comme l’entreprise israélienne Briefcam, faisant partie de la nébuleuse du groupe Canon, prétend dominer le marché en France. Ceci n’empêche pas les villes de signer des partenariats avec des start-up ou d’autres firmes françaises, soutenues par les décideurs politiques dans cette logique de compétitivité généralisée afin de rendre les industries françaises concurrentielles sur le marché international de la sécurité urbaine numérique.
J’imagine que vous ne connaissez pas Briefcam. C’est une entreprise très bien implantée en France, aux États-Unis et dans une quarantaine de pays, qui produit des logiciels de vidéosurveillance algorithmique. En 2020, plus de 35 villes françaises utilisaient ce logiciel que l’entreprise affirme être capable de condenser des heures de vidéos en quelques minutes, de pouvoir faire du suivi de personnes en fonction d’attributs (femme, homme, sac, chapeaux, couleurs d’habits…) et qui dispose d’une option de reconnaissance faciale, que les élus à la sécurité piaffent d’impatience à l’idée de l’enclencher.
Côté français et surtout côté lorrain, c’est Two-I qui fait la fierté des élus locaux ! Two-I a d’abord tenté, profitant du climat de tension né des attentats qui ont endeuillé le pays, de se faire une place dans la détection d’émotions dans les transports en commun promettant de détecter sur le visage des usagers leurs « mauvaises » intentions, ceci notamment l’expérimentation avortée à Nice de détection d’émotions dans les tramways. Two-I a après cela contractualisé avec le ministère du bonheur au Qatar. Two-I s’est finalement lancée dans la vidéosurveillance algorithmique et la conception de ce que les industriels appellent une « plateforme d’hypervision ». 
Oouahh ! Ça ça le fait et ça doit en exciter plus d’un ou d’une. 
Une « plateforme d’hypervision » met en carte et traduit les nombreuses sources de données collectées par les caméras augmentées, dans le but « d’optimiser la gestion de la ville ». Et les dystopies devinrent réalité, bienvenue dans un monde de surveillance, de calculs, d’optimisation, …. un monde parfait !
Briefcam, Two-I, ces deux exemples parmi une dizaine d’autres entreprises sécuritaires du même acabit sont révélatrices de ce nouveau marché de la sécurité mais aussi du basculement de notre société dans le concept de sécurité. 
Ce sont maintenant des entreprises privées, payées à coups de millions d’euros publics, qui, concevant les algorithmes vendus aux collectivités territoriales, décident de ce qui fait une alerte, de ce qui relève d’un « comportement anormal ou suspect ». Ainsi l’automatisation programmées par ces entreprises privées leur confèrent un pouvoir de police incroyable et d’imposition des normes et des comportements acceptables et acceptés dans l’espace public. Ce processus que nous laissons faire, ne fait alors qu’installer et favoriser l’expansion des politiques sécuritaires.
De plus, vidéosurveillance automatisée et Smart City nourrissent la même fiction,  à savoir celle d’une ville dont les capteurs mettent en données, où les algorithmes trient, optimisent et détectent et où une plateforme centrale permet à la police de gérer la ville à distance. On assiste ainsi à un changement d’échelle dans la surveillance par les caméras qui, jusqu’à présent, était un « travail de surveillance […] jugé ennuyeux et monotone » et inefficace.
Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet de décupler les yeux derrière l’écran des caméras. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance se traduit par la criminalisation de comportements jusqu’alors anodins ou presque comme le dépôt d’ordures sauvage, le non port du masque ou encore les déjections canines. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet à la police d’étendre sa capacité d’action à de nouveaux champs sur lesquels elle a maintenant un pouvoir de répression. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet à la police de décupler sa capacité à normaliser l’espace public. Ainsi, dans la smart cité, si le maraudage, c’est-à-dire le fait de rester statique plus de 300 secondes, alerte les forces de l’ordre, on peut évidemment craindre pour les personnes pour qui la rue n’est pas un « simple endroit de passage », car ils y vivent ou en font un repère social nécessaire. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance augmentent ainsi la répression policière sur les populations déjà particulièrement ciblée par les forces de l’ordre.
Enfin, dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance accentue la collecte massive des données. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance met en place un marché économique juteux de la data s’appuyant sur la vie dans les espaces publics et considérant les humains qui les traversent ou y vivent comme des « réservoirs de données sur pattes ». Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet ainsi aux industries de la sécurité de se faire beaucoup d’argent sur notre dos, tout en perfectionnant leurs algorithmes de répression et en les vendant sur le marché international. 
Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet ainsi aux industries de la sécurité de se faire beaucoup d’argent sur notre dos, tout en perfectionnant leurs algorithmes de répression et en les vendant sur le marché international. Qui pensez-vous se cache derrière PARAFE ou MONA ? C’est une multinationale française portant le nom d’Idémia. Cette société perfectionne ses dispositifs de reconnaissance faciale avec les millions de visages des usagers des aéroports français pour ensuite vendre des équipements de reconnaissance faciale à la Chine et ainsi contribuer activement à la surveillance de masse et au génocide des Ouïghours, ou pour remporter les appels d’offres de l’Union Européenne en vue de réaliser de la biométrie aux frontières de l’UE et contribuer activement à l’érection de murs électroniques sélectionnant automatiquement les réfugiés à accueillir !
Et ce n’est pas tout ! Dans cette course aux marchés, à l’innovation, à la compétitivité, il y a les grands événements sportifs comme les Jeux Olympiques de Paris en 2024 ou encore la coupe du monde de Rugby en 2023 qui sont une aubaine pour accélérer le développement de technologies sécuritaires, offrir une vitrine aux industriels français et normaliser l’usage de ces dispositifs.
Ainsi, la smart cité et l’automatisation de la surveillance représentent la possibilité de justifier et d’accélérer le déploiement de centaines de milliers de caméras en France et de les utiliser à leur plein potentiel afin de rapporter beaucoup d’argent aux entreprises du secteur.
En plus de constituer une justification à la multiplication des caméras de vidéosurveillance, la smart cité et l’automatisation de la surveillance constituent une aubaine politique dans les communes et les métropoles quand on voit la contamination des élus locaux par cet appétit immodéré pour la surveillance et l’installation de caméras. Comme toujours installer des caméras partout constitue cette mesure de court terme que les élus locaux peuvent mobiliser pour montrer qu’ils agissent. 
Pire encore, la smart cité et l’automatisation de la surveillance sont également une source d’attractivité et de distinction dans la concurrence territoriale, dans la recherche de capital symbolique pour attirer tourisme et classe créative.
La smart cité et l’automatisation de la surveillance, c’est donc le retour ou l’amplification de la croyance en la « prophétie technologique » dont elles sont issues. 
Rappelons qu’il est urgent de rester vigilant. Pour exemple, en juin 2021, impressionnés par la mobilisation numérique générale dans plusieurs pays, lors de la pandémie de covid-19, trois sénateurs de droite et du centre ont préconisé dans un rapport vouloir « recourir bien plus fortement aux outils numériques » pour affronter les crises sanitaires « ou des crises comparables ». Parmi leurs recommandations, nous trouvons le « contrôle des déplacements » au moyen de bracelets électroniques, de portiques de sécurité et de caméras thermiques, le « contrôle automatique de l’état de santé » par les objets connectés et le « contrôle des fréquentations ». Bien sûr des voix se sont élevées face à ces mesures liberticides, ils expliquèrent que « si une « dictature » sauve des vies pendant qu’une « démocratie » pleure ses morts, la bonne attitude n’est pas de se réfugier dans des positions de principes » ! 
Je vous laisse avec cela, dans cette smart cité et l’automatisation de la surveillance qui réduisent encore les espaces de liberté dans nos vies, les rues, les places des villes, augmentant toujours la répression sur les populations les plus visées déjà par la police. Demandons-nous sur quelle planète nous vivons. Demandons quel sens à cette vie quand les plus riches, bardés de tout l’arsenal d’automatisation, de contrôle et d’optimisation de la société, utilisent les ressources de six planètes, entre ceux qui veulent continuer à moderniser à tout prix, sans tenir compte des limites, ceux qui ont besoin de se cacher derrière des murs pour se protéger, et ceux qui pensent avoir les moyens de s’évader sur Mars. Alors, il est vraiment temps de réfléchir à la planète sur laquelle on veut habiter.
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Haruki Murakami dans le Livre 1 de 1Q84, ces quelques derniers mots : « Ce qui est devenu fou, ce n’est pas moi, c’est le monde. Voilà. Bien. A un point donné, le monde que je connaissais a disparu, ou bien s’est retiré, remplacé par un autre. Comme s’il avait été aiguillé ailleurs. En somme, la conscience qui est la mienne en ce moment appartient à celle du monde originel, lequel, cependant, a déjà cédé sa place à un autre ». 

Références sources et inspirations 
Tous fichés ! https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/fichage 
Discours d’entrée à l’Académie française de François Sureau, le 3 mars 2022
« Rapport d’information sur les crises sanitaires et outils numériques » par les sénateurs Véronique Guillotin, Christine Lagarde et René-Paul Savary,  n°673, Sénat, 3 juin 2021
Florent Castagnino, Rendre « intelligentes » les caméras : déplacement du travail des opérateurs de vidéosurveillance et redéfinition du soupçon, Sciences Po, 2019.
Tanguy Le Goff, « Dans les « coulisses » du métier d’opérateur de vidéosurveillance », Criminologie, vol. 46, n°2, 2013, p. 91-108.
Myrtille Picaud, Peur sur la ville. La sécurité numérique pour l’espace urbain en France. Rapport de recherche. 01/2021, Chaire « Villes et numérique », École urbaine de Sciences Po, 2021.
Manière de Voir. N°182, Avril-mai 2022, Feu sur les libertés 
Seule la Terre est éternelle, https://nowakowski.hypotheses.org/701 
La charte des mutants. https://www.infinitecreativityfiniteworld.com/fr/works/l-ecole-des-mutants/ et https://www.centrepompidou-metz.fr/toi-et-moi-ne-vit-pas-sur-la-m-me-plan-te 
Podcast. https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.15-29032022-15.11/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.