Nowakowskismes 6.12. Atom heart mother

Thallium, cobalt, manganèse, nickel, or… les abysses regorgent de minerais indispensables au fonctionnement de tous ces objets qui partagent nos vies. Alors que les gisements terrestres s’épuisent, les États et les industriels ne cachent plus leur appétit insatiable. Ils rongent déjà leur frein à l’idée de pouvoir commencer l’exploitation des fonds des océans. 
Les fonds marins situés entre 1 et 6 km de profondeur, sont constitués de plaines abyssales, mais également de monts, de failles, des kilomètres carrés vierges de toute exploitation. À ces profondeurs, on y trouve des nodules polymétalliques, des sortes de patates concentrées de minerais, et des cheminées hydrothermales, qui recèlent du cobalt et de terres rares. Tous ces métaux intéressent évidemment beaucoup l’industrie des batteries pour les véhicules électriques, mais également l’industrie des éoliennes. Les deux et d’autres sont extrêmement friands de ces minerais et terres rares. Il faudrait d’ailleurs quadrupler les approvisionnements en minéraux pour pouvoir atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.
Sans surprise, dans son plan France 2030, Macron s’est dit prêt à y aller. Se cachant derrière le prétexte des explorations visant à accéder à une meilleure « compréhension du vivant, du fonctionnement de nouveaux écosystèmes, d’innovation en termes de santé, en termes de biomimétisme », il vise surtout à accéder, « dans nos zones économiques exclusives », à ces immenses gisements de métaux rares !   
Bien que l’exploitation commerciale en eaux profondes n’ait pas encore commencé, vingt-neuf permis d’exploration ont d’ores et déjà été accordés à des pays tels que la Chine, la Corée, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et la Russie pour des contrats d’exploration couvrant une surface de 1,3 million de km2 de fonds marins profonds. En fait, si ces contrats étaient convertis en licences d’exploitation, nous aurions affaire à la plus grande opération minière jamais entreprise dans l’histoire de la Terre. 
Mais tout cela n’était surtout pas au menu du One Ocean Summit !

Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! Ce soir les Nowakowskismes ont commencé par cet aperçu de ce qui attend les fonds des océans dans cette course mortifère à la surproduction, à la surconsommation entretenue par ce système ultra-libéral et les dirigeants de ce monde à son service. A cela, rappelons juste que, dans les conséquences de ce système de production, des plastiques sont déversés à hauteur de 19 à 23 millions de tonnes chaque année dans les eaux de la planète et se retrouvent ensuite, pour une bonne partie, dans la mer. Au total, 88 % des espèces marines seraient affectées par cette pollution sévère au plastique. 
Ce soir, les Nowakowskismes font une escapade dans ce pays magique qui se voulait porteur des Lumières, mais toujours préoccupé de construire des autoroutes, d’agrandir les aéroports, d’exploiter toujours plus les ressources de la planète et surtout de démultiplier encore et encore les dispositifs surconsommateurs d’énergie.  
Ce soir, les Nowakowskismes explorent un royaume dans lequel ceux qui sont au pouvoir, considèrent que la solution miracle à ce défi irritant et empêcheur de tourner en rond du capitalisme, j’ai nommé la préservation d’une planète compatible avec la vie humaine, est de construire massivement des machines nées dans les cerveaux gorgés d’hubris de brillants magiciens issus des grandes écoles de magie du royaume, l’industrie nucléaire. 

Il était un fois un pays magique. Ce pays était situé au coeur d’un vieux continent. Ce pays qui revendiquait une place clé dans le cours des affaires de ce monde, était aux mains d’une classes dirigeante, décidant seule, persuadée de vivre dans un royaume magique dans lequel la science, la technique raisonnée, l’écologie, la pensée critique et l’économie solidaire n’existaient pas. Dans ce monde, et ce pays qui se voulait porteur des Lumières, cela faisait des décennies que ceux qui avaient été élus au plus hautes fonctions ne faisaient rien pour apporter des réponses intelligentes au défi du changement climatique. En fait, en tant que détenteurs de la Lumière, ils n’avait pas à écouter, ni voir ce qui se déroulait sous leurs yeux, ils voulaient juste continuer à pouvoir, comme ils le faisaient depuis toujours, construire des autoroutes, agrandir les aéroports, et surtout démultiplier encore et encore les dispositifs surconsommateurs d’énergie.  
Dans ce monde, ceux qui étaient au pouvoir, semblables au roi d’un ancien royaume de légendes, le roi Theoden , étaient sous l’emprise des magiciens vendus à des lobbys mordorés appuyés par des officines de communication habiles en manipulations occultes, qui murmuraient en permanence à leurs oreilles que « Le nucléaire n’émet pas de CO2 », et que la solution miracle à ce défi irritant et empêcheur de tourner en rond du capitalisme, à savoir comment éviter l’aggravation du changement climatique, c’était de construire massivement ces formidables machines nées dans les cerveaux des brillants ingénieurs issus des grades écoles du royaume, les EPR. 
En ces temps troublés, où des mouvements de troupes belliqueuses voyaient le jour dans les territoires de l’est, où des individus commençaient à déchirer le voile de l’ignorance dans lequel ils avaient été enfermés, ils se sentirent dans l’urgence de devoir agir surtout que des périodes d’élections générales se préparaient. Ils commencèrent à entendre des revendications visant à réfréner cet enthousiasme mortifère pour ces technologies miracles. Ils sentirent gronder le rejet né de l’évidence de leur incapacité à penser le monde en devenir, enfermés qu’ils étaient dans les rets des grands corps de singes savants sortis des grandes écoles du royaume. Même le déni régnait en maître, ils avaient conscience de cette incapacité responsable de bon nombre de dérives et de régressions sur de nombreux plans, celui des libertés n’était pas le moindre et celui de l’intelligence en était le plus flagrant.
Ce déficit d’intelligence et de clairvoyance, l’aveuglement de leurs conseillers leur avaient fait oublier que l’énergie nucléaire utilisée dans les miraculeux EPR était dangereuse. En effet, il n’aurait pas dû être nécessaire de rappeler les conséquences des anciennes catastrophes qui détruisirent les royaumes de l’est à Tchernobyl en l’an 1986 et à Fukushima en l’an 2011. Il ne devrait plus être nécessaire de rappeler que ces régions de Biélorussie et du Japon affectées par les retombées radioactives restèrent empoisonnées par une radioactivité rampante, qui rendait la vie de centaines de milliers de gens sur des milliers de kilomètres carrés encore pénible, dangereuse et vecteur de maladies diverses. Il ne devrait plus être nécessaire de rappeler que le coût pour les pays concernés s’était compté en centaine de milliards d’euros. Il ne devrait plus être nécessaire de rappeler que l’hypothèse qu’un tel accident se produise en ce royaume était aussi crédible que celle qu’une pandémie puisse se déclencher, comme l’avaient prédit depuis des années sans être entendus naturalistes et écologistes, jusqu’à l’irruption de ce qu’on avait appelé la Covid-19. D’ailleurs, il restait dans les archives un texte rédigé par le  président de l’Autorité de sûreté nucléaire qui rappelait le 19 janvier de l’an 2022 qu’« un accident nucléaire était toujours possible, et que ceux qui prétendraient le contraire prenaient une grande responsabilité ». Les conseillers occultes des cabinets avaient tout simplement balayé ces remarques. 
Et ce n’était pas tout ! 
Dans ce monde, la magie résolvait bon nombre de problème. En effet, la question des déchets radioactifs s’était posée. Et ce ne fut bien sûr pas un problème !  Déchets dites-vous !? Balivernes et défaitisme anti-progrès et hérésie de la part de ceux et celles qui voulaient en revenir à la lampe à huile ! D’ailleurs, nos archivistes avaient gardé précieusement le discours de notre Prince quand il avait tancé ceux et celles qui s’opposaient à la magie salvatrice du progrès ! Alors, quand le volume de déchets correspond à peu de choses près à l’équivalent du volume d’une piscine olympique, il suffisait, les alchimistes l’avaient bien expliqué, de creuser un trou et de mettre tout cela dedans. C’était magique ! Et le problème n’était plus un problème ! 
La vérité était, qu’en ces temps, aucun pays n’avait trouvé de solution satisfaisante pour le traitement et l’élimination de ces déchets radioactifs et dangereux pendant des milliers d’années. On avait beau se dire que le problème des générations à venir n’était pas notre problème, la population commençait à sérieusement se remuer à ce sujet, et les cabinets des ministres, et les conseillers s’en inquiétaient un peu. Les premières réponses furent de demander aux ingénieurs de la filière française de multiplier les catégories, les classifications, les règles afin de compliquer encore plus le problème et ainsi le noyer. Ces mêmes conseillers avaient trouvé un lieu perdu dans les territoires de l’est pour enfouir les déchets sans que ça ne fasse trop de remous. Ce projet de Bure techniquement biaisé qui devait se mettre en place discrètement fut imposé aux habitants et aux autres par la répression et l’achat des consciences. Il existait une usine de traitement des déchets construite au bord d’une des mers bordant le royaume, à La Hague. Mais ces installations étaient saturées et dangereuses. Alors les grands familles de l’atome, EDF et Orano, s’arrangèrent, et accumulèrent aux quatre coins du royaume les déchets sans s’interroger outre mesure sur qu’en faire. Elles léguaient ainsi aux générations futures des déchets dégueulasses et empoisonnés. Mais, elles léguaient également aux générations futures des centrales nucléaires qui resteraient pendant des décennies ces sites pollués et dangereux, dont le démantèlement inévitable couterait forcément des milliards d’euros. 
Mais qu’à cela ne tienne, les irresponsables spéculaient sur l’engagement de nouveaux réacteurs alors qu’après plus de dix ans de travaux, et un budget qui avait explosé, les grandes familles avaient été incapables d’achever le modèle fétiche, le numéro 1, la rolls-royce des réacteurs, le bien nommé EPR de Flamanville. D’ailleurs, les mêmes évitaient de parler des EPR construits dans l’Empire du Milieu, à Taishan, mais mis d’urgence à l’arrêt pour un défaut encore inexpliqué, encore une malédiction disait-elles qui pourrait se répercuter sur celui de Flamanville… Les magiciens de ce royaume étaient débordés par la magie qu’ils avaient eux-mêmes invoquée. 
Alors tous ces futurs EPR, ces miracles de la technologie sortis des athanors de ces alchimistes diplômés que le maître du royaume et sa brillante élite d’irresponsables envisageaient de construire, qu’en était-il ? L’idée géniale était qu’il s’agissait d’EPR2 aux caractéristiques de sûreté allégées par rapport à l’EPR. Malheureusement, leur magie étant encore très approximative dans ce domaine. Malgré leurs belles études, leur dossier de réalisation technique était loin d’être prêt. Une étude récente de l’administration avait d’ailleurs estimé qu’ils ne pourraient pas être mis en service avant plusieurs dizaines d’année et enfin, que leur coût serait de l’ordre de 9 milliards d’euros sans compter la dépendance aux approvisionnements en combustible puisque le royaume ne produisait pas lui-même ce carburant, le faisant venir d’autres royaumes pas toujours enclins à lui en vendre. 
Ces milliards d’euros, cette énergie, il eut fallu les investir autrement, intelligemment. Malheureusement, en ce royaume dont les règles d’organisation étaient rendues immuables par cette oligarchie dirigeante et les différents ordres et sous-ordres de magiciens, il fallait que la consommation énergétique ne change pas, que le même niveau de vie moyen et les mêmes inégalités soient maintenus et entretenus indéfiniment, et que, comme les mages et devins officiels l’avaient affirmé après de multiples sacrifices, la magie blanche de l’électricité allait enfin remplacer la noire malédiction du pétrole sans que l’on ait à se poser d’autres questions. 
Ce médiocre tour de magie et cette martingale communicationnelle visaient ainsi à biaiser le débat, à empêcher que l’on discutât vraiment de l’avenir. Mais entre changement climatique largement considéré comme une menace lointaine, le pic de pétrole et cette industrie nucléaire de plus en plus sénile et à rebours du principe de responsabilité, nous pouvions sérieusement douter de la durabilité de ce royaume construit sur la magie, les ordres magiciens et l’illusion de la consommation sans limites et les inégalités. Petit-à-petit remontait des couches inférieures de la société un chant lancinant et de plus en plus insistant demandant que soit posée sur la table la question cruciale que ces strates de cette aristocraties dirigeantes n’avaient l’intention d’aborder. Comment se débarrasser des mirages et des mensonges, des tours de passe-passe et des alliances juteuses entres les grandes familles se partageant le pouvoir pour enfin s’interroger sur les moyens de réduire fortement les consommations matérielles et énergétiques pour empêcher le délitement du monde ? On ne bâtit rien sur une chimère et la pensée magique. Si nous n’avions pas abandonné l’étude des sciences, de l’histoire, des technologies et des humanités, nous n’en serions pas encore là à nous battre pour pouvoir « vivre dans un monde où les êtres seront seulement humains, sans autres titres que celui-ci, sans être obsédés par une règle, par un mot, par une étiquette… [pour] que l’immense majorité, la seule majorité, tout le monde puisse parler, lire, écouter, s’épanouir ». La lutte comme moyen d’en finir enfin avec la lutte. Le combat comme un moyen d’en finir définitivement avec la nécessité de combattre. 
Un cliquetis me fit relever la tête de mon cahier. C’était mon tardibot qui revenait dans la pièce dans laquelle je m’étais installé pour écrire. Il me ramena à la réalité de l’appartement et me signala l’heure. Il me rappela que si je souhaitais sortir c’était maintenant. En effet, après les derniers accidents, et surtout après celui survenu dans la vieille centrale de Cattenom, les sorties étaient limitées à certains moments de la journée et surtout limitées pour réduire au maximum l’exposition aux radiations. Je descendis les cinq étages, les murs de ma rue servaient à la fois de musée en plein air et d’urinoirs occasionnels pour ceux toujours plus nombreux qui erraient sans but dans la ville. L’air était respirable mais il se racontait qu’il était chargé de mercure et de divers trucs dégueulasses déposés là par le vent quand il soufflait du nord. Je fis quelques achats auprès d’un vendeur de légumes qui venait régulièrement des Vosges vendre ses récoltes qu’on savait pertinemment contaminées. Je remontai chez moi là-haut, et je me remis à mon texte. 

Pour finir un petit aperçu d’anthropocène. Des rivières atmosphériques, ces couloirs de vapeur d’eau provoquant des précipitations intenses en octobre 2021, des chutes de neige record en décembre, pas une goutte d’eau depuis janvier voici la Californie de ce début de XXIème siècle. En février, les températures y sont caniculaires jusqu’à  parler de « canicule hivernale » et sur les réseaux sociaux, c’est le « cauchemar délicieux » (« delightmare ») d’enfiler un maillot de bain pour une virée à la plage en février. A Los Angeles, les températures attendues sont de 30°C à 32°C. Février n’est pas habituellement le mois où les habitants sont forcés d’évacuer leur maison sous la menace des flammes mais c’est pourtant ce qui s’est passé à Laguna Beach dans le comté d’Orange. La Californie n’est pas la seule dans ce cas, des régions d’Espagne vivent exactement le même scénario. 
Alors profiter du beau temps ou sérieusement s’inquiéter de ce que l’avenir réserve ? 
Allons-nous assister au retour des méga-incendies comme en 2020 et en 2021, ces deux années qui ont vu les six des sept plus grands feux de l’histoire de l’Etat. Verrons-nous San Francisco connaître sa plus longue période de sécheresse enregistrée pendant les mois d’hiver depuis la saison 1876-1877, qui avait vu soixante jours sans pluie ? Laisserons-nous les émissions de gaz à effet de serre continuer au rythme actuel qui, si on en croit les modélisations réalisées récemment,  feront que la Californie pourrait connaître des saisons sans neige ou de très faible enneigement dans moins d’une vingtaine d’années, et pratiquement ne plus voir la neige dans les années 2060 ? 

Sources, références et inspirations https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/02/12/la-californie-touchee-par-une-canicule-en-plein-hiver_6113400_3244.html https://reporterre.net/Les-oceans-a-la-derive 
EPR – Réacteurs à eau pressurisée
Philip Roth. La tache 
Pablo Neruda
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.12-15022022-11.30/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.